Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Will.T
Will.T
Prophète

Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Will.T le Jeu 22 Nov 2018 - 18:49
http://www.apbg.org/2018/11/20/bilan-de-lentrevue-avec-la-conference-des-doyens-des-facultes-de-medecine/?fbclid=IwAR21d7lxsj7yrEbAbcaUE57nn1hLx4r78KVlZiKEQ-BC88GTdbxs32g8hdA

Une délégation de l’APBG a été entendue par la conférence des Doyens des Facultés de Médecine à l’Université Descartes à Paris le mardi 6 novembre dernier.
Le premier cycle des études de médecine est voué à être réformé pour la rentrée 2020 avec entre autre la disparition du numerus clausus, un changement des programmes, un accueil d’étudiants aux profils plus variés et au niveau de l’enseignement supérieur, la mise en place de passerelles entre licences mais aussi avec des grandes écoles.
Le Baccalauréat 2021, engendrant une diversité de profils d’élèves en fonction de leurs choix de spécialités, permettra qu’un certain nombre d’entre eux puisse intégrer la première année de médecine sans être complètement scientifique pour autant.

Néanmoins, il a été clairement dit que l’enseignement de spécialité SVT sera incontournable dans les attendus de Parcoursup pour intégrer le premier cycle de médecine.

Professeur Jean Sibilia Président de la Conférence des Doyens des Facultés de médecine
Serge Lacassie Président de l’APBG
David Boudeau Secrétaire général de l’APBG
avatar
Bouboule
Sage

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Bouboule le Jeu 22 Nov 2018 - 22:13
Sans surprise : SVT (+ probablement PC)
lene75
lene75
Esprit sacré

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par lene75 le Jeu 22 Nov 2018 - 23:06
Ça ne risque pas de détourner les meilleurs élèves (qui devraient logiquement prendre maths-PC) de médecine ?

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
StevieRay
StevieRay
Niveau 1

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par StevieRay le Jeu 22 Nov 2018 - 23:09
En Première ils pourront prendre Maths PC SVT.
Le question se pose en Terminale, mais souvent les élèves qui veulent faire médecine sont assez décidés à l'entrée en Term, on trouvera soit SVT-PC et maths complémentaire ou (moins judicieux mais permettant plus facilement d'autres choix, hors école d'ingé) SVT-Maths
avatar
Bouboule
Sage

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Bouboule le Jeu 22 Nov 2018 - 23:26
@lene75 a écrit:Ça ne risque pas de détourner les meilleurs élèves (qui devraient logiquement prendre maths-PC) de médecine ?

J'ai dans l'idée que spé SVT en 1ère sera suffisant pour suivre si on est bon (et si on ne craint pas le contingentement des places sur parcoursup).
avatar
Ramanujan974
Habitué du forum

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Ramanujan974 le Ven 23 Nov 2018 - 4:59
@lene75 a écrit:Ça ne risque pas de détourner les meilleurs élèves (qui devraient logiquement prendre maths-PC) de médecine ?


Il n'y a pas que les meilleurs élèves qui réussissent la PACES, loin de là.
DODO62
DODO62
Niveau 2

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par DODO62 le Ven 23 Nov 2018 - 10:02
Dans mon entourage très proche j'ai des jeunes ayant réussi la PACES l'an dernier et il y a 2 ans. Donc je me fais l'écho de ce qu'ils m'ont expliqué + je reprends les dires du doyen de médecine de la fac de Lille (j'avais assisté à la porte ouverte): ceux qui avaient réussi du 1° coup avaient dans une très grande majorité choisi la spé Physique ou la spé Math et très peu SVT. Ces jeunes m'ont dit qu'au concours la physique était l'épreuve la plus difficile, la plus discriminante et qu'ils avaient bien fait de l'avoir choisie comme spé. Le doyen avait appuyé sur ce fait.
Cela m'avait surpris car j'avais toujours supposé que avoir suivi spé SVT était le cursus le plus logique.

Donc comme le bilan de la conférence insiste sur  la SVT comme prérequis, il y aurait un rééquilibrage.
lene75
lene75
Esprit sacré

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par lene75 le Ven 23 Nov 2018 - 10:43
Ça fait très longtemps que médecine sélectionne sur la physique (mon frère a passé le concours il y a maintenant plus de 20 ans et c'était déjà le cas). Car le but du concours n'était pas de sélectionner sur des connaissances purement médicales, qui ont largement le temps d'être acquises par la suite, mais sur des capacités de travail, d'analyse, etc.
J'ai cru comprendre qu'il y avait une volonté que ça change, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose en soi.
La question étant : avec cette nouvelle configuration, n'y a-t-il pas un risque de perdre de bons élèves, surtout dans les grands lycées où les classes risquent de se faire par spé, et où donc les TS spé SVT risquent de rester comme actuellement moins bonnes que les spé maths et physique.
Bouboule a sûrement raison : il me paraît raisonnable que seule la spé de 1re soit exigée.
On en revient toujours à ce problème de devoir abandonner une spé en terminale.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
bénou
Niveau 1

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par bénou le Ven 23 Nov 2018 - 14:33
Les nombreux bons élèves qui hésitent entre devenir médecin ou ingénieur vont donc devoir faire ce choix en fin de Première, un an plus tôt qu'actuellement...

Cela promet en effet une modification radicale des programmes, la place des maths (statistiques, logarithmes...), de la physique (radioctivité, optique...) et surtout de la chimie étant très importante en Paces... Les nouveaux arrivants auront-ils le bagage suffisant pour devenir radiologues, ophtalmologues, pharmaciens... ?
avatar
Bouboule
Sage

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Bouboule le Ven 23 Nov 2018 - 14:50
Je défends ma paroisse mais je trouve normal qu'à un moment les ophtalmo, les radiologues, les cardiologues, etc... aient fait à un moment un peu de physique ayant trait à leurs futures spécialités et même pour médecin généraliste, c'est bien de pouvoir comprendre un peu ce qui se fait.
Mais bien sûr, on peut décider du moment où il faut l'enseigner et à quelle dose, surtout s'il n'y a plus de "sélection" en fin de première année à part un certain niveau quand même. Et on aura quand même affaire à des étudiants intelligents et travailleurs.
(Il y a quelques facs de médecine où l'enseignement de la PC est très proche de la misère quand même, ça ne plaide pas pour le maintien en première année.)
avatar
chmarmottine
Neoprof expérimenté

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par chmarmottine le Ven 23 Nov 2018 - 14:52
La question est de savoir si l'option maths complémentaires sera suffisantes.
Sera-t-elle ouverte partout ?
Slinky
Slinky
Niveau 10

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Slinky le Ven 23 Nov 2018 - 16:56
Actuellement, les élèves qui choisissent pharmacie sont en majorité des "doublants" ayant eu de moins bons résultats que les étudiants admis en dentaire ou en médecine. Les bases fondamentales sont fragiles et cela se ressent dans les années supérieures où beaucoup échouent par manque de travail ou d'intérêt. Les études de pharmacie sont beaucoup plus scientifiques que celles de médecine.

La physique et la biophysique sont en effet très discriminantes. Le jour du concours ressemble à une loterie pour ces deux épreuves car les étudiants cochent au hasard soit parce qu'ils ne savent pas, soit parce que le temps est trop restreint.

_________________
Her steps--slow, deliberate, and challenging, the set of her sleek head and her slender shoulders, the swing of her straight body, the slight swaying of her hips, are more deadly than all the leopard skins and languors of the old-time vampire. Here is Slinky!
avatar
marx
Niveau 5

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par marx le Ven 23 Nov 2018 - 20:03
@chmarmottine L'option maths complémentaires pourrait-elle ne pas être proposée partout ?
Je pensais que c'était acté et que pour chaque niveau en dehors des spé et des options maths, le rectorat filait 8h de marge à distribuer entre la lv3, et les options genre théâtre dnl ou isn... ou pour des dédoublements.
avatar
chmarmottine
Neoprof expérimenté

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par chmarmottine le Ven 23 Nov 2018 - 21:07
Avec seulement 8 h pourra-t-on faire tout ça ?
Pourra-t-on aussi ouvrir l'option maths expertes ?
Je n'en sais rien ! Mais je trouve que cela fait beaucoup d'options à financer ...
Lagomorphe
Lagomorphe
Niveau 6

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Lagomorphe le Sam 24 Nov 2018 - 9:13
@chmarmottine a écrit:Avec seulement 8 h pourra-t-on faire tout ça ?
Pourra-t-on aussi ouvrir l'option maths expertes ?
Je n'en sais rien ! Mais je trouve que cela fait beaucoup d'options à financer ...

C'est précisément au niveau de ces 8h de marge que ça va coincer: puisqu'on parle de PACES et de spécialité, les spé SVT+PC vont logiquement être choisies, et il n'est pas à ma connaissance prévu de revenir sur la structure de leurs épreuves finales au bac, avec une part de la note dédiée aux travaux pratiques. Donc il faudra dédoubler, au moins 1h30 sur les 6h de chaque spé, ne serait-ce qu'à cause de la taille des salles de TP, soit déjà 3h de dédoublement consommés.
folamour38
folamour38
Niveau 1

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par folamour38 le Dim 25 Nov 2018 - 9:04
Ce qui semble évident ne l'est absolument pas.  S'il y a une "spécialité" scientifique au lycée qui n'a pas de grande utilité en médecine, c'est bien SVT.  Cela peut paraître contre-intuitif, mais c'est ainsi - dans la mesure, bien sûr, que la PACES actuelle, qui donne une bonne base scientifique pour les études de médecine, est une indication pour ce qu'on veut en faire.  On peut aussi "science-polliser" médecine, et diminuer son coté scientifique, pour en faire une filière de tchatche, mais si on reste dans l'hypothèse qu'un médecin, c'est d'abord un scientifique qui doit comprendre et connaître le fonctionnement du corps humain de façon scientifique avant de reconnaître ces dysfonctionnements et les remèdes qu'on peut y apporter, alors le contenu de l'actuelle PACES est pertinente.
La grande difficulté des étudiants en PACES c'est la physique, et en moindre mesure, la chimie.  Le cours d'SVT au lycée n'a quasi aucune utilité, sauf que les cours de PACES éclaircissent les simplifications parfois troublantes de la partie biologie du cours de SVT: il faut donc faire PACES pour comprendre SVT au lycée et non l'inverse.  La partie géologie du cours de SVT, ainsi que la partie "rédactionnelle", n'a pas d'utilité du tout en médecine, et le peu de biologie qui est vu au lycée se noie totalement dans l'énorme quantité de biologie cellulaire, moléculaire et histologique qui est enseignée en PACES.
D'ailleurs, les témoignages et les statistiques le montrent: les trois spécialités "PC", "maths" ou "SVT" en S-SVT en terminale n'ont *aucune* incidence sur la réussite en PACES.  Aussi, la différence entre S-SI et S-SVT n'a aucune incidence sur le taux de réussite en PACES.  Par contre, LE grand facteur qui détermine la réussite c'est d'avoir fait S et non pas, par exemple, ES.  Les anciens élèves de S, que se soit S-SI ou S-SVT, et quelle que soit leur spécialité en terminale, réussissent bien mieux PACES que tous les autres.

La raison se constate facilement.  On voit que la difficulté vient de la physique (et la chimie).  Comme la physique, ainsi que la chimie, sont des matières de support en PACES, et en plus, que se sont, ainsi que les maths, des matières dont il faut acquérir une "maturité" qui ne vient pas en quelques semaines, il va de soi que si on n'a pas l'habitude de jongler avec des notions de chimie et de physique, ce n'est pas pendant les 4 semaines qui vous sont accordées en PACES que vous allez les acquérir. Il est nécessaire d'avoir un niveau en physique et chimie au-delà des exigences du bac en S pour pouvoir assimiler, en quelques semaines, des notions d'électrostatique, de magnétisme, de thermodynamique, de physique nucléaire, d'électricité, de propagation d'ondes etc...  C'est sur le plan conceptuel que ces cours sont difficiles car à assimiler en très peu de temps.  Ces connaissances sont d'ailleurs essentielles pour la médecine ; ce n'est pas juste une "matière de sélection".  Toutes les notions enseignées en physique et en chimie en PACES sont absolument nécessaires, mais on ne peut pas y consacrer beaucoup de temps ; ce qui fait qu'il faut arriver en PACES avec une maturité dans ces matières déjà bien développée.

Par contre, l'essentiel des cours en PACES concerne l'enseignement de la biologie, du niveau moléculaire jusque tissulaire et systémique.  Ainsi, la quantité de matière à apprendre dans ce domaine rend le peu qui est vu dans la partie biologique de SVT négligeable ; on pourrait dire qu'au rythme de la PACES, toute la biologie de SVT au lycée correspond à une semaine de cours.  Vous apprenez tellement de nouvelles notions biologiques en PACES, que le peu vu en SVT ne change en fait rien du tout.  En plus, comme en PACES c'est une matière à connaissance, contrairement à son enseignement au lycée où c'est surtout une matière "à réflexion et rédaction", les façons d'aborder la biologie en PACES et en SVT sont radicalement différentes: si vous apprenez vos cours de biologie en PACES comme vous approchez les cours de SVT, vous allez droit dans le mur (et inversement d'ailleurs: si vous apprenez vos cours de biologie au lycée comme il faut les connaître en PACES, vous allez avoir de mauvaises notes).  Il n'y a donc pas de maturité utile acquise en SVT pour les cours de biologie en PACES, et la quantité de connaissances acquises en SVT ne correspond qu'à un faible pourcentage de ce qui est enseigné en PACES.  Donc, si vous en avez fait ou non ne change rien, et les statistiques le prouvent: les élèves de S-SI n'ont pas de désavantage.
avatar
chmarmottine
Neoprof expérimenté

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par chmarmottine le Dim 25 Nov 2018 - 9:33
@folamour38 a écrit:Ce qui semble évident ne l'est absolument pas.  S'il y a une "spécialité" scientifique au lycée qui n'a pas de grande utilité en médecine, c'est bien SVT.  Cela peut paraître contre-intuitif, mais c'est ainsi - dans la mesure, bien sûr, que la PACES actuelle, qui donne une bonne base scientifique pour les études de médecine, est une indication pour ce qu'on veut en faire.  On peut aussi "science-polliser" médecine, et diminuer son coté scientifique, pour en faire une filière de tchatche, mais si on reste dans l'hypothèse qu'un médecin, c'est d'abord un scientifique qui doit comprendre et connaître le fonctionnement du corps humain de façon scientifique avant de reconnaître ces dysfonctionnements et les remèdes qu'on peut y apporter, alors le contenu de l'actuelle PACES est pertinente.
La grande difficulté des étudiants en PACES c'est la physique, et en moindre mesure, la chimie.  Le cours d'SVT au lycée n'a quasi aucune utilité, sauf que les cours de PACES éclaircissent les simplifications parfois troublantes de la partie biologie du cours de SVT: il faut donc faire PACES pour comprendre SVT au lycée et non l'inverse.  La partie géologie du cours de SVT, ainsi que la partie "rédactionnelle", n'a pas d'utilité du tout en médecine, et le peu de biologie qui est vu au lycée se noie totalement dans l'énorme quantité de biologie cellulaire, moléculaire et histologique qui est enseignée en PACES.
D'ailleurs, les témoignages et les statistiques le montrent: les trois spécialités "PC", "maths" ou "SVT" en S-SVT en terminale n'ont *aucune* incidence sur la réussite en PACES.  Aussi, la différence entre S-SI et S-SVT n'a aucune incidence sur le taux de réussite en PACES.  Par contre, LE grand facteur qui détermine la réussite c'est d'avoir fait S et non pas, par exemple, ES.  Les anciens élèves de S, que se soit S-SI ou S-SVT, et quelle que soit leur spécialité en terminale, réussissent bien mieux PACES que tous les autres.

La raison se constate facilement.  On voit que la difficulté vient de la physique (et la chimie).  Comme la physique, ainsi que la chimie, sont des matières de support en PACES, et en plus, que se sont, ainsi que les maths, des matières dont il faut acquérir une "maturité" qui ne vient pas en quelques semaines, il va de soi que si on n'a pas l'habitude de jongler avec des notions de chimie et de physique, ce n'est pas pendant les 4 semaines qui vous sont accordées en PACES que vous allez les acquérir. Il est nécessaire d'avoir un niveau en physique et chimie au-delà des exigences du bac en S pour pouvoir assimiler, en quelques semaines, des notions d'électrostatique, de magnétisme, de thermodynamique, de physique nucléaire, d'électricité, de propagation d'ondes etc...  C'est sur le plan conceptuel que ces cours sont difficiles car à assimiler en très peu de temps.  Ces connaissances sont d'ailleurs essentielles pour la médecine ; ce n'est pas juste une "matière de sélection".  Toutes les notions enseignées en physique et en chimie en PACES sont absolument nécessaires, mais on ne peut pas y consacrer beaucoup de temps ; ce qui fait qu'il faut arriver en PACES avec une maturité dans ces matières déjà bien développée.

Par contre, l'essentiel des cours en PACES concerne l'enseignement de la biologie, du niveau moléculaire jusque tissulaire et systémique.  Ainsi, la quantité de matière à apprendre dans ce domaine rend le peu qui est vu dans la partie biologique de SVT négligeable ; on pourrait dire qu'au rythme de la PACES, toute la biologie de SVT au lycée correspond à une semaine de cours.  Vous apprenez tellement de nouvelles notions biologiques en PACES, que le peu vu en SVT ne change en fait rien du tout.  En plus, comme en PACES c'est une matière à connaissance, contrairement à son enseignement au lycée où c'est surtout une matière "à réflexion et rédaction", les façons d'aborder la biologie en PACES et en SVT sont radicalement différentes: si vous apprenez vos cours de biologie en PACES comme vous approchez les cours de SVT, vous allez droit dans le mur (et inversement d'ailleurs: si vous apprenez vos cours de biologie au lycée comme il faut les connaître en PACES, vous allez avoir de mauvaises notes).  Il n'y a donc pas de maturité utile acquise en SVT pour les cours de biologie en PACES, et la quantité de connaissances acquises en SVT ne correspond qu'à un faible pourcentage de ce qui est enseigné en PACES.  Donc, si vous en avez fait ou non ne change rien, et les statistiques le prouvent: les élèves de S-SI n'ont pas de désavantage.

Du coup, d'après toi, quelles sont les filières pour lesquelles les SVT de lycée sont utiles ?
folamour38
folamour38
Niveau 1

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par folamour38 le Dim 25 Nov 2018 - 9:37
@Slinky a écrit:
La physique et la biophysique sont en effet très discriminantes. Le jour du concours ressemble à une loterie pour ces deux épreuves car les étudiants cochent au hasard soit parce qu'ils ne savent pas, soit parce que le temps est trop restreint.

C'est le cas pour la partie des étudiants, qui, justement, n'ont pas suffisamment acquis la matière.  En réalité, il est vrai que la pression de temps est forte, mais c'est pour cela qu'il faut être très à l'aise avec cette matière.  Le concours est parfaitement faisable en physique, car les problèmes à résoudre sont simples à condition d'avoir développé une grande maturité et intuition pour la matière en question.  On "voit" presque toujours la/les bonnes réponses, sans faire beaucoup de calculs, mais il faut avoir développé cette intuition, et on ne peut pas l'acquérir pendant les quelques semaines de PACES qui sont accordés pour cela: il faut l'avoir fait pendant sa terminale avant (souvent en parallèle avec le lycée, soit par une prépa privé, soit parce qu'on achète quelques livres d’entraînement).  Quelqu'un qui arrive la fleur au fusil, avec son bac en poche mention bien ou très bien, et qui pense qu'il va pouvoir apprendre la physique pendant la PACES, va, effectivement, devoir cocher au hasard, ce qui le pénalisera fortement comparé à quelqu'un qui s'est mis à niveau à coté du lycée pendant sa terminale.

Cela sera beaucoup moins le cas dans les matières biologiques, où cela ne sert à pas grand-chose d'apprendre autre chose que ce qui est spécifique au cours dispensés pendant la PACES, parce que les professeurs vont choisir des exemples différents.  Il y a par exemple des centaines de récepteurs membranaires, et les professeurs vont en décrire certains en plus de détail.  Si vous avez appris ceux de son collègue d'une autre université, cela ne vous apportera peu: il va vous demander des petits détails à connaître sur les exemples qu'il a donné, et non pas des généralités.  Oui, vous pouvez déjà apprendre les grandes familles des oses, lipides, et vos acides aminés, mais encore, on fait de la chimie.
folamour38
folamour38
Niveau 1

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par folamour38 le Dim 25 Nov 2018 - 10:03
@chmarmottine a écrit:
Du coup, d'après toi, quelles sont les filières pour lesquelles les SVT de lycée sont utiles ?

Personnellement, je vois la SVT au lycée comme un cours de culture générale scientifique, qu'il est bon de connaître comme citoyen si on ne se dirige, justement pas, dans une filière "biologique".

C'est peut-être bien pour un futur ingénieur d'avoir quelques notions de biologie ; ainsi, c'est peut-être pertinent pour un futur médecin d'avoir fait un peu plus de maths que nécessaire. C'est donc extrêmement dommage de limiter le choix des élèves au niveau du lycée pour une mauvaise raison. Je ne vois pas ce qu'il y a de mal pour quelqu'un qui se destine à la médecine, d'avoir fait, par exemple, les spécialités maths et/ou physique. Cela ne le pénalisera pas, pas plus que des élèves de CPGE qui se destinent à devenir ingénieur, d'avoir fait S-SVT ; au contraire, cela fait des personnes un peu moins enfermées dans leur domaine.

Allez imaginer que les CPGE n'acceptent plus des S-SVT, et veulent seulement des S-SI. C'est aussi ridicule ce qui est proposé ici pour la médecine. Des anciens élèves de S-SVT réussisent parfaitement en école d'ingénieur. Alors, des "matheux" peuvent parfaitement réussir médecine.
avatar
Bouboule
Sage

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Bouboule le Dim 25 Nov 2018 - 11:16
@Lagomorphe a écrit:
@chmarmottine a écrit:Avec seulement 8 h pourra-t-on faire tout ça ?
Pourra-t-on aussi ouvrir l'option maths expertes ?
Je n'en sais rien ! Mais je trouve que cela fait beaucoup d'options à financer ...

C'est précisément au niveau de ces 8h de marge que ça va coincer: puisqu'on parle de PACES et de spécialité, les spé SVT+PC vont logiquement être choisies, et il n'est pas à ma connaissance prévu de revenir sur la structure de leurs épreuves finales au bac, avec une part de la note dédiée aux travaux pratiques. Donc il faudra dédoubler, au moins 1h30 sur les 6h de chaque spé, ne serait-ce qu'à cause de la taille des salles de TP, soit déjà 3h de dédoublement consommés.

J'espère bien qu'on conservera les 2h actuelles ;-)
pamplemousses4
pamplemousses4
Expert

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par pamplemousses4 le Lun 26 Nov 2018 - 11:39
@folamour38 a écrit:Ce qui semble évident ne l'est absolument pas.  S'il y a une "spécialité" scientifique au lycée qui n'a pas de grande utilité en médecine, c'est bien SVT.  Cela peut paraître contre-intuitif, mais c'est ainsi - (...)
La grande difficulté des étudiants en PACES c'est la physique, et en moindre mesure, la chimie.  Le cours d'SVT au lycée n'a quasi aucune utilité, sauf que les cours de PACES éclaircissent les simplifications parfois troublantes de la partie biologie du cours de SVT: il faut donc faire PACES pour comprendre SVT au lycée et non l'inverse.  La partie géologie du cours de SVT, ainsi que la partie "rédactionnelle", n'a pas d'utilité du tout en médecine, et le peu de biologie qui est vu au lycée se noie totalement dans l'énorme quantité de biologie cellulaire, moléculaire et histologique qui est enseignée en PACES.
D'ailleurs, les témoignages et les statistiques le montrent: les trois spécialités "PC", "maths" ou "SVT" en S-SVT en terminale n'ont *aucune* incidence sur la réussite en PACES.  Aussi, la différence entre S-SI et S-SVT n'a aucune incidence sur le taux de réussite en PACES.  Par contre, LE grand facteur qui détermine la réussite c'est d'avoir fait S et non pas, par exemple, ES.  Les anciens élèves de S, que se soit S-SI ou S-SVT, et quelle que soit leur spécialité en terminale, réussissent bien mieux PACES que tous les autres.

La raison se constate facilement.  (...)

Par contre, l'essentiel des cours en PACES concerne l'enseignement de la biologie, du niveau moléculaire jusque tissulaire et systémique.  Ainsi, la quantité de matière à apprendre dans ce domaine rend le peu qui est vu dans la partie biologique de SVT négligeable ; on pourrait dire qu'au rythme de la PACES, toute la biologie de SVT au lycée correspond à une semaine de cours.  Vous apprenez tellement de nouvelles notions biologiques en PACES, que le peu vu en SVT ne change en fait rien du tout.  En plus, comme en PACES c'est une matière à connaissance, contrairement à son enseignement au lycée où c'est surtout une matière "à réflexion et rédaction", les façons d'aborder la biologie en PACES et en SVT sont radicalement différentes: si vous apprenez vos cours de biologie en PACES comme vous approchez les cours de SVT, vous allez droit dans le mur (et inversement d'ailleurs: si vous apprenez vos cours de biologie au lycée comme il faut les connaître en PACES, vous allez avoir de mauvaises notes).  Il n'y a donc pas de maturité utile acquise en SVT pour les cours de biologie en PACES, et la quantité de connaissances acquises en SVT ne correspond qu'à un faible pourcentage de ce qui est enseigné en PACES.  Donc, si vous en avez fait ou non ne change rien, et les statistiques le prouvent: les élèves de S-SI n'ont pas de désavantage.

Vous auriez des sources svp, Folamour, pour ce que vous avez grassé ?
folamour38
folamour38
Niveau 1

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par folamour38 le Lun 26 Nov 2018 - 21:28
@pamplemousses4 a écrit:
Vous auriez des sources svp, Folamour, pour ce que vous avez grassé ?

Il n'y a pas beaucoup d'études sérieuses publiques sur ce sujet dont j'ai connaissance, mais une qui est très répandue, est:

La Revue du Praticien, Vol 56, 30 septembre 2006

Elle est trouvable avec un moteur de recherche.

Il s'agit d'une étude, certes, relativement vieille, de 2006, concernant une cohorte d'étudiants en PCEM à Paris V, par Adrien Thomas Flahaut, Pierre-Louis Couturier et Gilles Chatellier.
Comme les statistiques sont relativement basses, les intervalles de confiance à 95% sont relativement grandes, mais l'essentiel y est.

Ce qui en sort, c'est grosso modo ce que je disais plus haut.  En fait, dans les intervalles de confiance de 95%, on ne peut pas distinguer les spécialités Maths, PC et SVT, mais quand on regarde les estimations, on trouve que la spécialité qui donne le meilleur résultat, c'est la spécialité maths !

En fait, la différence s'estompe pour les redoublants, mais pour les primants, les spécialistes PC ont seulement une probabilité de réussite qui est un facteur 0.72 fois celle des spé math, et les spécialistes SVT ont une probabilité de réussite de seulement 0.41 fois celle d'un spé math.  Ainsi, pour réussir comme primant, vous divisez vos chances par plus que 2 en venant de spé SVT.  

Mais, comme je disais, les faibles statistiques permettent quand même de conclure qu'il se peut, avec une probabilité de 5%, que ces variations sont dues au hasard et on ne peut donc pas exclure que les filières se valent.

Cela s'estompe beaucoup pour les doublants:  là, les SVT rattrapent les matheux, et sont essentiellement à égalité (SVT est à 0.97 fois la proba pour les matheux).  Les PC restent sur leur 0.76 fois celle des matheux.

Les bizuths et carrés confondus, les spé SVT et PC ont un désavantage de 0.75 vis-à-vis les spé maths, mais encore là, les statistiques ne sont pas suffisamment grandes pour exclure l'égalité avec une confiance de 95%.

En tout les différences ne sont pas significatives avec une confiance de 95%.

En réalité, ce qui a un effet bien plus important, c'est la mention au bac.
Là, les effets sont spectaculaires: pour les primants, une mention très bien (bac S) a 35 fois plus de chances de réussir qu'un bac sans mention.
Pour les doublants, cela se réduit à un facteur 6.2.

Il y en a qui expliquent le léger avantage des spé math par le fait qu'ils ont, en fait, des meilleures mentions que les spé SVT, et que c'est par le biais de cela qu'ils ont un avantage (statistiquement pas significatif).

Dans cette étude il y avaient tellement peu de S-SI, (deux en fait), qu'ils ont été exclus des statistiques. J'avoue baser mon opinion là-dessus sur des indications plus anecdotiques comme des témoignages qu'on trouve sur différents forums.  Il suffit de chercher un peu et vous trouvez des témoignages, comme sur remede.org par exemple, mais il y en a d'autres.

On trouve beaucoup plus de statistiques bac S (tout confondu) vs autres bacs, et là, le verdict est sans appel: les bac S sont en grande, grande majorité à l'avantage.

Mais tout cela est en fait assez évident quand on connaît les programmes et les modalités d'enseignement en PACES, comme j'ai essayé d'indiquer plus haut.

Il n'y a donc aucune raison d'exiger d'avoir fait la spé SVT, et d'exclure les personnes qui ont préféré faire des maths et/ou de la physique.  Qu'on ne permette que les mentions bien et très bien de s'inscrire serait beaucoup plus pertinent que d'exclure les matheux et les physiciens.
C'est totalement ridicule d'exclure une personne qui aurait une mention très bien avec une spécialité maths, et d'accepter un étudiant qui n'a pas de mention, mais qui aurait fait la spécialité SVT, au vu des résultats connus, qui de plus, sont d'une évidence quand on connaît ce qui est enseigné en PACES actuellement.

Les facultés de médecine doivent avoir des chiffres bien plus précises, mais à ma connaissance, elles ne sont pas rendues publiques. La position des doyens n'est donc pas rationnelle.
Pat B
Pat B
Habitué du forum

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Pat B le Lun 26 Nov 2018 - 22:04
@folamour38 a écrit:  La position des doyens n'est donc pas rationnelle.

Sauf s'ils comptent refonder totalement l'enseignement, les programmes ? Ils parlent de le changer en tout cas pour accueillir des profils plus variés...
avatar
Bouboule
Sage

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Bouboule le Lun 26 Nov 2018 - 22:25
On n'en est pas à parler d'exclure et c'est le retour de la part de l'APBG qui fait du lobbying pour sa spécialité (qui souhaitait prendre 3h de dédoublement sur une spé de 6h).
Slinky
Slinky
Niveau 10

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Slinky le Lun 26 Nov 2018 - 22:49
@Pat B a écrit:
@folamour38 a écrit:  La position des doyens n'est donc pas rationnelle.

Sauf s'ils comptent refonder totalement l'enseignement, les programmes ? Ils parlent de le changer en tout cas pour accueillir des profils plus variés...

Ou alors, ils pourraient envisager de modifier le mode d'évaluation. Moins de QCM et plus de rédaction et de réflexion en biocell et bioch.
Par exemple, l'anatomie est évaluée par QCM. A mon époque, il y avait une partie où il fallait dessiner et légender. La chimie et la biologie était en rédactionnel aussi.

_________________
Her steps--slow, deliberate, and challenging, the set of her sleek head and her slender shoulders, the swing of her straight body, the slight swaying of her hips, are more deadly than all the leopard skins and languors of the old-time vampire. Here is Slinky!
Contenu sponsorisé

Re: Bilan de l’entrevue avec la conférence des Doyens des Facultés de médecine

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum