culpabilisation pour arrêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

culpabilisation pour arrêt

Message par aphanie le Ven 21 Mai 2010, 1:39 pm

Bon c'est à ranger dans les topics qui ne servent à rien (si si, y'en a, et ça fait du bien) et je n'attends pas du tout qu'on vienne me rassurer en me disant "mais c'est pour le bien du bébé" mais:
Je suis en arrêt depuis hier, sur pression de mon entourage, mais en réalité, à part une extrême fatigue due au fait que je n'arrivais pas à tout assumer (la tombola du FSE du collège, j'ai pas osé demandé de l'aide, les ateliers de grec pour les 6ème et les 3ème le midi, les ateliers d'écriture les midis où j'ai pas d'atelier grec, la tonne de boulot que je donne aux élèves qui forcément me retombe dessus (la tonne de boulot, pas les élèves), le fils de 21 mois, charmant mais remuant, les copies de brevet, les 3/4 d'heure de route pour aller au boulot sans arriver à me concentrer sur la dite-route, la maison à entretenir, le jardin etc)... bref, mis à part la fatigue, je me porte comme un charme... et aujourd'hui que je ne bosse pas, j'ai honte, parce que sincèrement, j'aurais pu continuer plutôt que de me tourner les pouces à la maison aujourd'hui et je trouve ça un peu dégueulasse pour mes élèves qui sont vraiment charmants et sympathiques...
Voilà, c'est dit et merci de m'avoir écouté!

aphanie
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par LM le Ven 21 Mai 2010, 1:42 pm

On culpabilise toujours quand on est en arrêt je crois.
Pour avoir vécu une 1ère grossesse difficile et une IMG pour ma 2ème grossesse, je t'avoue qu'aujourd'hui, j'ai relativisé et que depuis ma reprise, et bien, soit je délègue, soit je laisse couler...
Je ne suis pas pour autant plus "nulle" qu'avant...

LM
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par Jane le Ven 21 Mai 2010, 1:44 pm

à l'impossible nul n'est tenu. Visiblement, ce que tu vis est devenu impossible. Repose-toi, et surtout ne te sens pas coupable !

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par Héliandre le Ven 21 Mai 2010, 2:04 pm

@aphanie a écrit:
Je suis en arrêt depuis hier, sur pression de mon entourage, mais en réalité, à part une extrême fatigue due au fait que je n'arrivais pas à tout assumer (la tombola du FSE du collège, j'ai pas osé demandé de l'aide, les ateliers de grec pour les 6ème et les 3ème le midi, les ateliers d'écriture les midis où j'ai pas d'atelier grec, la tonne de boulot que je donne aux élèves qui forcément me retombe dessus (la tonne de boulot, pas les élèves), le fils de 21 mois, charmant mais remuant, les copies de brevet, les 3/4 d'heure de route pour aller au boulot sans arriver à me concentrer sur la dite-route, la maison à entretenir, le jardin etc)... bref, mis à part la fatigue, je me porte comme un charme... et aujourd'hui que je ne bosse pas, j'ai honte, parce que sincèrement, j'aurais pu continuer plutôt que de me tourner les pouces à la maison aujourd'hui et je trouve ça un peu dégueulasse pour mes élèves qui sont vraiment charmants et sympathiques...

Pareil que toi, hier je ne suis pas allée travailler pour cause d'extrême fatigue, mal de dos... ce n'est dû qu'au travail excessif et au manque de sommeil, engendré par le travail. Sortie à organiser, projet à mener à bout et déjà pas assez d'heures pour finir le programme (très judicieux d'en perdre encore une, donc), programmation tout le temps refaite, copies, mails à répondre, etc. Et je n'ai pas d'enfant ! je n'ai pas d'arrêt, j'avais vu mon médecin mardi soir et à ce que j'ai compris elle me donne quand je veux un arrêt, que je n'ai pas demandé. (Elle m'a quand même conseillé de prendre une dispo !).
Je culpabilise plus vis à vis de l'administration, de toute façon quoiqu'on fasse, quel que soit l'investissement ça ne change rien... Je culpabilise vis à vis de mes élèves, c'est vrai, mais un moment je crois que si on y va dans un état de fatigue extrême, ça risque de mal tourner. Quand on ne peut plus, on peut plus... (et mes élèves qui ont perdu une h en français ne sont pas charmants et sympathiques...).
Tu donnes beaucoup, en plus de tes heures. Profite de ton repos. Tu reviendras d'autant plus efficace.

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par arria le Ven 21 Mai 2010, 2:05 pm

je ne te dirai qu'une chose: profite!!!!!

arria
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par Magic Marmotte le Ven 21 Mai 2010, 2:10 pm

Si je comprends bien, tu es enceinte? Tu es fatiguée & arrêtée....et bien profite! Je suis dans le même cas que toi: je suis arrêtée pour la semaine: fatigue + rhyno (cadeau de ma crapouille) et picétou (pour plagier un message récent).
Les cimetièrres sont pleins de gens indispensables, dit ma grand-mère.

Magic Marmotte
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par Héliandre le Ven 21 Mai 2010, 2:17 pm

@Magic Marmotte a écrit:
Les cimetièrres sont pleins de gens indispensables, dit ma grand-mère.

J'adore ! La mienne dit : Quand on fait c'qu'on peut, on fait c'qu'on doit. J'essaye de me le répéter souvent.

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par sand le Ven 21 Mai 2010, 2:51 pm

Tes élèves t'attendront, tu leur reviendras en meilleure forme !

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par alprechac2 le Ven 21 Mai 2010, 3:21 pm

Profite Aphanie, profite ! si le médecin a jugé bon de t'arrêter, ce n'est pas pour rien ! Avec la route, la fatigue devient vite dangereuse.

@Héliandre a écrit: je ne suis pas allée travailler pour cause d'extrême fatigue, mal de dos... ce n'est dû qu'au travail excessif et au manque de sommeil, engendré par le travail. Sortie à organiser, projet à mener à bout et déjà pas assez d'heures pour finir le programme (très judicieux d'en perdre encore une, donc), programmation tout le temps refaite, copies, mails à répondre, etc. Et je n'ai pas d'enfant !

Moi je suis dans le même état de fatigue et même cas (même pas d'enfant qui m'épuise !) mais mon médecin m'a fait comprendre que bon, hein, fallait pas faire ma chochotte, il y avait des tas de gens qui faisaient plus de trajet que moi (120 km par jour) et qui ne s'en portaient pas plus mal. Sad

alprechac2
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par Héliandre le Ven 21 Mai 2010, 3:36 pm

@alprechac2 a écrit:
Moi je suis dans le même état de fatigue et même cas (même pas d'enfant qui m'épuise !) mais mon médecin m'a fait comprendre que bon, hein, fallait pas faire ma chochotte, il y avait des tas de gens qui faisaient plus de trajet que moi (120 km par jour) et qui ne s'en portaient pas plus mal. Sad

Pour un prof il n'y a pas que la route à prendre en compte, il y a la fatigue nerveuse due aux heures où l'on est responsable d'une classe, et la fatigue engendrée par les heures de travail en dehors des cours... Et 60 km pour aller bosser, ce n'est pas rien !
Les médecins ont une approche très différente de notre situation, j'ai l'impression. J'en ai vu qui accordaient deux semaines d'arrêt pour un état de fatigue psy (il y a longtemps il est vrai), et mon avant dernier m'a poussé vers la porte alors que j'étais en larmes, elle m'expliquait que la sécu n'était pas là pour pallier aux problèmes d'organisation, ou d'anxiété, que je pouvais faire du sport, du yoga (ce que je faisais déjà...). Je pense qu'elle a été soulagée quand j'ai changé de médecin traitant. J'aurais dû le faire avant : même fiévreuse et crachant j'allais au travail, je me disais que c'était psychosomatique. Je te conseille d'aller voir un autre médecin. Peut-être aura-t-il, et te donnera-t-il, une vision différente des choses.

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par lene75 le Ven 21 Mai 2010, 6:00 pm

Même si tu ne veux pas entendre que c'est pour le bien du bébé, je te le dis
J'ai été arrêtée hier matin par la gynéco qui a longuement hésité parce que j'ai des terminales (depuis le début de la grossesse, c'est pas la 1re fois qu'on ne me donne pas un arrêt à cause de ça), mais a fini par se dire que c'était vraiment trop dangereux. Les médecins ne se rendent pas compte, mais prof est un métier fatiguant, comme me l'a si bien expliqué la sage-femme hier aprèm en cherchant les raisons pour lesquelles je pouvais avoir un bébé petit + descendu à 6 mois + des contractions. Quand je lui ai dit que j'étais prof et avec 2h30 de trajet par jour, elle m'a répondu que c'était même pas la peine de chercher et qu'elle était certaine que tout allait rentrer dans l'ordre avec du repos. Bon OK, elle voulait peut-être me rassurer, mais n'empêche qu'elle a bien décrit ma journée de prof et qu'en fait, on ne se rend nous-mêmes pas compte de tout ce qu'on fait de fatiguant dans une journée.
Alors repose-toi et arrête de culpabiliser pour des élèves qui se passeront très bien de toi.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par neo le Ven 21 Mai 2010, 9:22 pm

Aucune culpabilité à avoir ! Repose-toi bien !

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par eowyn le Sam 22 Mai 2010, 8:57 am

je suis dans le même cas que toi: enceinte de 7 mois, je n'en peux plus physiquement: je dois rester assise tout le temps parce que je ne tiens plus debout (génial pour une prof), je fais des contractions plusieurs fois par jour, je suis tellement crevée que je n'arrive plus à bosser à la maison, dès que je rentre, je finis par m'endormir.

J'ai tenu psychologiquement jusqu'à mercredi parce que je savais que j'avais rdv du 7e mois et que je pensais que le gyneco allait enfin daigner m'arreter (merci au rectorat de ne pas savoir compter 6 et 10 semaines)... mais non, pour lui tout va bien (tout va bien = col fermé et coeur de bébé qui bat), il ne me fait faire aucune analyse sanguine depuis plusieurs mois à part le diabete, mon arret doit commencer le 14 juin, donc il refuse de m'arreter avant le 31 mai (début des congés pathos)... certes, sauf que moi les 6h de cours du lendemain, je ne peux plus...

En larmes et pleine de culpabilité car je suis une grosse feignasse, je suis allée voir mon généraliste qui ne m'a même pas laissée finir mes explications pour me dire que là ça suffisait et qu'il fallait que je m'arrête, que je me repose, que je profite et que surtout je ne culpablilise pas! (et aussi que le gyneco était un ... et que c'était bien un homme qui ne savait pas ce que c'est qu'être enceinte)
Bizarrement, même si j'ai passé plus de 5h le lendemain au collège pour régler diverses choses (notamment passer 2h avec ma future remplaçante), j'ai eu beaucoup moins de contractions... faut dire que j'étais beaucoup moins préoccupée par les cours, les copies ect...

Donc je te redis ce que m'a dit mon médecin: Tu m'arrêtes, tu te reposes, tu profites et surtout tu ne culpablilises pas!

Ce n'est pas une fois que tu auras un réel problème de santé qu'il faudra s'arreter en urgence et te dire "si t'avais su..."
En plus, en accouchant pendant les grandes vacances, on ne peut pas dire que l'on abuse niveau temps d'arret...
et comme dit ma mère: De toute façon, tu n'auras pas de médaille! (pas même un merci) Tu ne seras pas enceinte 40 fois, alors ce n'est pas une semaine ou deux qui font changer la donne pour tes élèves!

eowyn
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par eowyn le Sam 22 Mai 2010, 9:02 am

et pour tes élèves charmants et sympathiques, ils s'en remettront très bien!

Je suis PP d'une adorable bande de petits 6e, qui, certes, sont tristes de me savoir partie, mais qui surtout sont contents que Mme F se repose pour son bébé parce que ça faisait trois semaines qu'ils voyaient bien que "Mme est fatiguée, Mme est toute essoufflée, le bébé de Mme a encore grossi, il est lourd à porter".
Leur seule véritable crainte était de ne pas pouvoir me dire au revoir et me donner les dessins qu'ils avaient préparés

eowyn
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par lene75 le Sam 22 Mai 2010, 9:08 am

+1 pour les élèves.
Je n'ai pas pu dire au revoir aux miens mais je leur ai écrit un mail pour leur dire que je ne reviendrai plus et que je leur enverrai mes derniers cours (je ne serai certainement pas remplacée parce qu'il ne leur reste que 2 semaines et de toute manière, il n'y a personne pour remplacer). Eh ben depuis, je reçois des messages de soutien. Ils ont vu ma grossesse évoluer toute l'année, alors ils ne voudraient pas que ça se finisse mal.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par aphanie le Mar 25 Mai 2010, 12:10 pm

coucou à toutes! Je vois que touts les messages vont dans le même sens... POur ma part, je culpabilise moins depuis que je sais que je suis remplacée (yep aav yesyes ), mais pas de nouvelles du ou de la remplaçante: est-ce à moi d'appeler? C'est que j'aimerais savoir ce qu'il/elle prévoit pour les 15 jours que je ne prépare pas mes futurs cours pour rien (ou même savoir qi ce que j'ai déjà préparer l'intéresse)... Quand j'"étais TZR, la 1ère chose que je faisais était d'appeler le prof que je remplaçais...
Sinon, j'ai eu aussi des contractions ces derniers, preuve qu'il était tps de faire une pause...

aphanie
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par lene75 le Mar 25 Mai 2010, 1:17 pm

Bon ben tu vois, aphanie, que tu as bien fait de t'arrêter !

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par Hermione0908 le Mer 26 Mai 2010, 8:37 am

Bon, moi, je ne suis pas enceinte, mais ce matin, la main sur la porte d'entrée pour aller au bahut, j'ai fondu en larmes. Manifestement, faire cours dans cet état c'est pas possible, mais je culpabilise aussi de les laisser (alors qu'ils doivent être en train de m'ériger un autel pour cette absence impromptue).
Je culpabilise d'autant plus que je me sens ridicule, car je n'ai pas de problèmes particuliers au boulot, mais c'est la première année que je prépare au bac, et j'ai l'impression que je n'ai rien fait comme il fallait et qu'ils vont se gaufrer par ma faute dans un mois.
Une journée de repos, et demain, j'y retourne avec la pêche, mais c'est bien la première fois que ça m'arrive ça.

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: culpabilisation pour arrêt

Message par lene75 le Mer 26 Mai 2010, 8:44 am

@Hermione0908 a écrit:je prépare au bac, et j'ai l'impression que je n'ai rien fait comme il fallait et qu'ils vont se gaufrer par ma faute dans un mois.

Oh bah t'inquiète pas, ça, c'est normal, en tout cas, moi, c'est la 2e année et c'est la 2e fois que ça me fait ça et les miens qui me mettent la pression en plus (involontairement, parce qu'ils sont eux-mêmes ultra-angoissés), ça veut juste dire que tu fais ton travail consciencieusement

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum