Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Elyas le Mer 28 Mai 2014 - 9:03

@Guillaume le Grand a écrit:
@coindeparadis a écrit:
- Adaptation des formations aux bassins d'emploi et regard de la région = LP et LT
.

ça, sur le principe, ça n'est pas non plus totalement absurde.

Si on souhaite créer des groupes sociaux entiers enchaînés à leur territoire, ce n'est pas absurde. Cependant, on doit alors être franc et accepter que la société française se fige dans un système de castes où origine sociale et origine territoriale définissent la personne et donc son chemin de vie.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 9:04

Non mais la région a alors un droit de regard, y compris sur la fermeture de sections ou d'options jugées non "rentables". En extrapolant ce serait la mort des langues anciennes, de l'histoire des arts, de la sociologie...
Et puis former en fonction du bassin d'emploi exclusivement, c'est nier la mobilité géographique aujourd'hui, et l'évolution du marché de l'emploi. On a beaucoup formé dans le secteur du cuir, de la chaussure, du textile en Vendée, Deux Sèvres... La fermeture massive des usines a mis sur le marché des personnes inemployables.

EDIT : je répondais à Guillaume mais suis d'accord avec Elyas

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par JEMS le Mer 28 Mai 2014 - 9:05

On va donc se vendre... et le mouvement national déconcentré ? Et les zones sensibles ? Et les pouvoirs des CDE ?

_________________

JEMS
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 9:07

On risque de passer par le stade que connait la FPT : un concours puis une liste d'aptitudes avec entretiens d'embauche (un peu comme le privé sous contrat).

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Guillaume le Grand le Mer 28 Mai 2014 - 9:12

@Elyas a écrit:
@Guillaume le Grand a écrit:
@coindeparadis a écrit:
- Adaptation des formations aux bassins d'emploi et regard de la région = LP et LT
.

ça, sur le principe, ça n'est pas non plus totalement absurde.

Si on souhaite créer des groupes sociaux entiers enchaînés à leur territoire, ce n'est pas absurde. Cependant, on doit alors être franc et accepter que la société française se fige dans un système de castes où origine sociale et origine territoriale définissent la personne et donc son chemin de vie.

Mais beaucoup de bassins d'emploi se ressemblent. Une formation dans telle filière industrielle par exemple adaptée au bassin d'emploi n'empêche nullement de retrouver un emploi dans la même filière dans un autre territoire. La mobilité géographique est une donnée indispensable aujourd'hui.

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par JEMS le Mer 28 Mai 2014 - 9:13

Boissinot est un fossoyeur des LP et il a laissé une ardoise salée sur Versailles où les expérimentations les plus farfelues ont lieu actuellement. La territorialisation a été dénoncée par certains syndicats très tôt (notamment sur la carte des formations transférées aux Régions). Le local fait exploser le cadre national des statuts, le cadre national des diplômes aussi. C'est un tout bien léché, le primaire (avec les rythmes), le LP (avec la carte des formations) et maintenant on s'attaque au chaînon manquant le collège. Ils vont bien réussir à nous dézinguer à ce rythme.

_________________

JEMS
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 9:17

@ Guillaume le grand . Bien-sûr mais il faut tenir compte du contexte économique (désindustrialisation par exemple), des effets de mode et de la tendance à former de manière pléthorique (exemple des ex BEP carrières sanitaires et sociales). Les régions préfèrent aussi les formations qui conduisent au secteur privé (les aides ménagères) plutôt que public (les agents de prévention et médiation). Pourtant, ce deuxième métier est recherché. Les collectivités locales pensent en termes de coûts et bénéfices immédiats.


Dernière édition par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 9:18, édité 1 fois

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par JEMS le Mer 28 Mai 2014 - 9:17

@Guillaume le Grand a écrit:
@coindeparadis a écrit:
- Adaptation des formations aux bassins d'emploi et regard de la région = LP et LT
.

ça, sur le principe, ça n'est pas non plus totalement absurde.

Sauf que les DAET et autres personnels de la DOS ne réfléchissent pas sur le moyen terme, la non rentabilité d'une filière et sa fermeture sont actées sur deux à trois ans d'observations.

D'autre part, prenons l'exemple de la filière sanitaire et sociale, les élèves qui veulent suivre cette filière sont concurrencés par d'autres circuits de formation (la formation pour adulte, les formations privées...). Sur un bassin, l'enseignement public et laïque est donc fortement réduit alors qu'il y a des emplois à la clé. Et derrière, il y a des postes d'enseignants !


_________________

JEMS
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Elyas le Mer 28 Mai 2014 - 9:17

@Guillaume le Grand a écrit:
@Elyas a écrit:
@Guillaume le Grand a écrit:

ça, sur le principe, ça n'est pas non plus totalement absurde.

Si on souhaite créer des groupes sociaux entiers enchaînés à leur territoire, ce n'est pas absurde. Cependant, on doit alors être franc et accepter que la société française se fige dans un système de castes où origine sociale et origine territoriale définissent la personne et donc son chemin de vie.

Mais beaucoup de bassins d'emploi se ressemblent. Une formation dans telle filière industrielle par exemple adaptée au bassin d'emploi n'empêche nullement de retrouver un emploi dans la même filière dans un autre territoire. La mobilité géographique est une donnée indispensable aujourd'hui.

Ah bon... le bassin d'emploi rennais ressemble à celui de Clermont-Ferrand ou de Sarcelles ? De plus, faire cela sans créer une société qui fait froid dans le dos, c'est révolutionner la politique de la carte scolaire, affelnet, la politique de la ville... sans oublier la faible mobilité inter-régionale des Français. En outre, comme le dit Coindeparadis, agir ainsi, c'est regarder le présent et non l'avenir.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par JEMS le Mer 28 Mai 2014 - 9:19

Non, c'est une question de gros sous ! Un élève en LP coûte 12000 € par an...

_________________

JEMS
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Guillaume le Grand le Mer 28 Mai 2014 - 9:22

@Elyas a écrit: Ah bon... le bassin d'emploi rennais ressemble à celui de Clermont-Ferrand ou de Sarcelles ?.
Non mais par exemple, celui de la vallée de la Seine et celui de la région lyonnaise ont un grand nombre d'éléments communs. Ce ne sont pas tous les bassins d'emplois qui se ressemblent, mais certains bassins d'emplois qui se ressemblent

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Elyas le Mer 28 Mai 2014 - 9:27

@Guillaume le Grand a écrit:
@Elyas a écrit: Ah bon... le bassin d'emploi rennais ressemble à celui de Clermont-Ferrand ou de Sarcelles ?.
Non mais par exemple, celui de la vallée de la Seine et celui de la région lyonnaise ont un grand nombre d'éléments communs. Ce ne sont pas tous les bassins d'emplois qui se ressemblent, mais certains bassins d'emplois qui se ressemblent

Et que fait-on pour les autres qui ne se ressemblent pas ? Après, je suis pour une école permettant à chacun de réussir ce qu'il souhaite et qui a reçu une instruction lui ayant fait découvrir des voies et des horizons inconnus. On peut souhaiter une autre société mais il faut le dire, on passerait alors d'une école émancipatrice à une école utilitariste et opportuniste.
Après, JEMS a raison, ça coûte à court terme.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 9:28

Les chômeurs indemnisés ou bénéficiaires du RSA coûtent aussi ...

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Guillaume le Grand le Mer 28 Mai 2014 - 9:29

@Elyas a écrit:
@Guillaume le Grand a écrit:
@Elyas a écrit: Ah bon... le bassin d'emploi rennais ressemble à celui de Clermont-Ferrand ou de Sarcelles ?.
Non mais par exemple, celui de la vallée de la Seine et celui de la région lyonnaise ont un grand nombre d'éléments communs. Ce ne sont pas tous les bassins d'emplois qui se ressemblent, mais certains bassins d'emplois qui se ressemblent

Et que fait-on pour les autres qui ne se ressemblent pas ? Après, je suis pour une école permettant à chacun de réussir ce qu'il souhaite et qui a reçu une instruction lui ayant fait découvrir des voies et des horizons inconnus. On peut souhaiter une autre société mais il faut le dire, on passerait alors d'une école émancipatrice à une école utilitariste et opportuniste.
Après, JEMS a raison, ça coûte à court terme.
J'ai dit que ce n'était pas absurde par principe (j'aurais du précisé à court/moyen terme). Je n'ai pas dit que c'était la panacée

_________________
''C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde''. Boris Vian

''Nous n'acceptons pas de vérité promulguée : nous la faisons nôtre d'abord par l'étude et par la discussion et nous apprenons à rejeter l'erreur, fut-elle mille fois estampillée et patentée. Que de fois, en effet, le peuple ignorant a-t-il dû reconnaître que ses savants éducateurs n'avaient d'autre science à lui enseigner que celle de marcher paisiblement et joyeusement à l'abattoir, comme ce boeuf des fêtes que l'on couronne de guirlandes en papier doré." Elisée Reclus

Guillaume le Grand
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Elyas le Mer 28 Mai 2014 - 9:32

@coindeparadis a écrit:Les chômeurs indemnisés ou bénéficiaires du RSA coûtent aussi ...

Oui, mais à moyen terme, tu ne vas pas demander à nos gestionnaires d'anticiper l'avenir, ça pourrait fonctionner  Shocked C'est inadmissible une telle option ! La réussite, on croit rêver !  Rolling Eyes 

(je suis ironique, je précise au cas où).

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 9:35

C'est un discours qu'on tenait dans l'enseignement spécialisé : investir dans la formation des adolescents plutôt payer des AAH à vie. Les ARS nous riaient au nez.

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par e-Wanderer le Mer 28 Mai 2014 - 16:34

Hypothèse : on vient de supprimer les concours, vous avez 23 ans, un master enseignement en poche et vous habitez à 500 km de Paris.

Solution 1) : Vous allez postuler dans un collège difficile de Seine-Saint-Denis, dans une région où vous ne connaissez personne, et vous êtes bien content de trouver une studette à louer. Avec votre salaire, vous ne pourrez guère profiter de la vie culturelle parisienne, mais au moins, vous pourrez crâner en disant que vous habitez la capitale.

Solution 2) : Pour le même salaire, vous prenez un 2-3 pièces dans votre région d'origine et vous restez auprès de votre famille ou de vos amis. Comme vous êtes jeune, vous pouvez même envisager l'achat de votre logement. Vous ne rêvez pas : on ne vous proposera pas forcément tout de suite un lycée prestigieux de centre ville, mais bon, il faut bien faire ses armes quelque part…

M. Boissinot doit bien être le seul en France à croire que les jeunes certifiés opteront pour la solution n°1 si on supprime les concours, donc le mouvement national. Ou alors il a prévu de tripler les salaire des enseignants franciliens ? Qu'il me présente les bretons, les corses, les toulousains, les provençaux, les savoyards qui quitteront de gaîté de cœur leur région pour aller postuler à Drancy, Evry ou Noisy-le Sec. Je pense que je peux attendre longtemps. Laughing En revanche, il y avait récemment une discussion sur les 100 000 heures de cours non assurées en Haute-Garonne : j'ai comme l'impression que le problème se règlerait assez vite !

J'en déduis que la suppression des concours ne serait pas forcément une mauvaise nouvelle pour les jeunes professeurs provinciaux qui pourraient s'épargner 10 ans d'attente avant de retrouver leur région d'origine. Mais que la situation deviendrait absolument catastrophique dans les banlieues difficiles des grandes villes (on mettrait devant les élèves le premier "prof" venu, avec des exigences revues à la baisse) : fin de l'égalité républicaine.

Au passage, je constate avec plaisir que tout le monde, jusqu'ici, fait passer l'intérêt des élèves défavorisés avant celui des professeurs : on souhaiterait que les détracteurs de l'EN puissent lire une telle discussion, qui les renseignerait sur les valeurs qui ont cours dans le monde de l'éducation.


Dernière édition par e-Wanderer le Mer 28 Mai 2014 - 16:49, édité 1 fois

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par PauvreYorick le Mer 28 Mai 2014 - 16:41

+1 sur le tout et sur chaque détail, e-Wanderer. C'est clair et net.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Lilypims le Mer 28 Mai 2014 - 16:59

@coindeparadis a écrit:C'est un discours qu'on tenait dans l'enseignement spécialisé : investir dans la formation des adolescents plutôt payer des AAH à vie. Les ARS nous riaient au nez.

Que signifient AAH et ARS ?

_________________
...il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer...

Lilypims
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

et l'international?

Message par nigousse le Mer 28 Mai 2014 - 17:05

Il me semble que personne n'a souligné l'autre terme important " l'ouverture à l'international" ce qui signifie aller chercher ailleurs qu'en France des candidats à l'enseignement et pour qui le salaire d'un enseignant en France représentera une manne par rapport aux salaires de son pays d'origine. C'est ce qui est déjà le cas à l'hôpital où il y a beaucoup d'infirmières venant d'Espagne, de pays de l'est...., parlant parfois un français approximatif.

nigousse
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par e-Wanderer le Mer 28 Mai 2014 - 17:18

Ah oui, ça me rappelle ce qu'a subi mon frangin en seconde. Son premier prof de physique était un étranger qui parlait très mal le français (il disait "un aigouille" pour "une aiguille", et tout à l'avenant). Les parents avaient hurlé et il avait été viré en cours d'année… et remplacé par un ancien expatrié complètement givré, qui logeait au lycée et faisait sécher des harengs dans sa chambre. L'assistante autrichienne était sidérée. Il parlait un argot très pittoresque : "il est racho, ton crobard…" (= "ton croquis est trop petit"). Il a été viré aussi à la fin de l'année. C'était au moment de la première grande crise de recrutement dans les matières scientifiques, dans les années 80.

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

et l'international?

Message par nigousse le Mer 28 Mai 2014 - 17:23

Attention je ne dis pas que les personnes en question ne sont pas compétentes mais j'ai peur d'une évolution type travailleurs détachés qu'on peut voir à l’œuvre dans d'autres secteurs, de manière à endiguer toute revendication salariale.

nigousse
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 17:28

Que signifient AAH et ARS ?
Ah pardon ! Allocation Adulte Handicapé et Agence Régionale de Santé.
l me semble que personne n'a souligné l'autre terme important " l'ouverture à l'international" ce qui signifie aller chercher ailleurs qu'en France des candidats à l'enseignement et pour qui le salaire d'un enseignant en France représentera une manne par rapport aux salaires de son pays d'origine.
Là il faudra aller chercher plus loin. Non titulaire de l'EN, en école française en Espagne (contrat local), je gagnais 400 euros de plus qu'en France...

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par Finrod le Mer 28 Mai 2014 - 17:28

@e-Wanderer a écrit:
Au passage, je constate avec plaisir que tout le monde, jusqu'ici, fait passer l'intérêt des élèves défavorisés avant celui des professeurs : on souhaiterait que les détracteurs de l'EN puissent lire une telle discussion, qui les renseignerait sur les valeurs qui ont cours dans le monde de l'éducation.

 topela 

Mais nous savons tous que cela est et a toujours été le cas - la seule question étant de savoir comment lutter contre la diffamation qui nous frappe et voudrait que l'on agisse en sens inverse.

Nous manquons de structure de communication pour nous représenter - il n'y a pas un seul syndicat qui fasse de la communication vis à vis de la société civile sur notre métier. C'est ce lobbying qui nous manque pour faire face à la FCPE - qui elle ne s'en prive pas.

Certains ont essayé, Sauver les lettres par exemple - mais ça ne prend pas - nous ne nous bougeons pas assez...

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par atrium le Mer 28 Mai 2014 - 17:29

@Elyas a écrit:
Ah bon... le bassin d'emploi rennais ressemble à celui de Clermont-Ferrand ou de Sarcelles ? De plus, faire cela sans créer une société qui fait froid dans le dos, c'est révolutionner la politique de la carte scolaire, affelnet, la politique de la ville... sans oublier la faible mobilité inter-régionale des Français. En outre, comme le dit Coindeparadis, agir ainsi, c'est regarder le présent et non l'avenir.

Est-ce toujours vrai?


_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alain Boissinot : "Si l'on croit à la validation par le master, il n'y a plus besoin de concours"; il faut "faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration".

Message par coindeparadis le Mer 28 Mai 2014 - 17:29

e-Wanderer, c'est juste mais le lycée Toulousain préfèrera peut-être engager un prof expérimenté et le jeunot fraîchement masterisé devra se rabattre sur Bobigny.

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum