Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
MarineT
MarineT
Je viens de m'inscrire !

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par MarineT le Sam 14 Nov 2020 - 12:31
Bonjour à tous !

Je ne sais pas si je suis au bon endroit pour ce post mais j'aimerais avoir vos témoignages. Very Happy

J'envisage depuis quelques temps l'entrée dans la profession car j'aime le contacte avec les enfants et ados et ensuite j'aime ma matière mais ce qui me fait peur de faire le pas c'est de me rendre compte que je ne suis finalement pas faite pour l'enseignement (c'est différent d'aimer une matière et de l'enseigner).
Lorsque vous êtes entrés dans la profession cela a-t-il été par vocation et donc sans trop vous poser de questions. Les personnes étant rentrées par défaut dans l'enseignement ou par hasard, comment avez-vous su que finalement le métier était fait pour vous ? Et que vous a-t-il apporté ?
Vous êtes vous alors demandés si vous alliez aimer cette profession, avez-vous eu des doutes avant ou même après avoir fait le pas ?

Merci d'avance pour vos réponses à une personne anxieuse qui se pose beaucoup trop de questions Wink
Emeraldia
Emeraldia
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Emeraldia le Sam 14 Nov 2020 - 13:03
Bonjour,

En ce qui me concerne, c'est après avoir passé le BAFA et être devenu animatrice dans des centres de loisir que je me suis rendue compte que j'avais un bon contact avec les enfants. Je pensais m'en sortir moins bien avec les ados mais en allant camper avec les enfants de mon groupe et des ados d'un autre, j'ai épaulé une collègue débordée et j'ai constaté que ça passait vraiment bien avec les ados.

Je n'étais pas en fac de lettres pour devenir prof mais journaliste. Le concours de l'ESJ m'a inquiétée car j'avais un an d'avance et je ne me voyais pas le décrocher à 19 ans. J'ai donc continué mes études jusqu'en maîtrise, puis finalement, j'ai passé le CAPES que je n'ai pas décroché tout de suite. Comme j'avais besoin de travailler, je suis devenue vacataire puis contractuelle.

Quand je suis devenue vacataire, je l'ai clairement fait pour la paie car j'étais étudiante et j'avais un job d'étudiant fort mal payé. C'était l'enfer : je ne pensais pas réussir à tenir devant des gamins infects. Je remplaçais une collègue en arrêt pour dépression, l'administration était défaillante, personne ne m'a aidée pour les cours etc.

J'ai clairement continué à enseigner pour avoir un travail, puis j'ai décroché le concours car je m'étais retrouvée sans remplacement.

Mais au fil du temps, à force de changer d'établissement, j'ai acquis une solide expérience et j'ai aussi travaillé dans des établissements où les élèves étaient beaucoup plus gentils. Ce qui fait qu'aujourd'hui, j'aime mon métier et je prends du plaisir à enseigner. Je suis même devenue enseignante spécialisée (2CASH en 2014), je coordonne l'ULIS qui ouvre dans mon collège cette année. J'aime transmettre, aider et surtout l'aspect culturel et créatif qu'il peut y avoir (il faut entretenir ça et ne pas s'encroûter à mon avis).

Mais cela dit, j'ai toujours eu des loisirs importants à côté et j'ai toujours en tête de lever le pied ou de faire autre chose.
pseudo-intello
pseudo-intello
Expert spécialisé

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par pseudo-intello le Sam 14 Nov 2020 - 13:14
Ça fait 15 ans que j'exerce ce métier ; quand j'ai pris la décision de l'exercer, c'était il y a 20 ans ; quand je l'ai envisagée, c'était il y a 25 ans. Les conditions d'exercice, donc le métier, n'étaient pas les mêmes. Je ne peux donc pas dire grand chose d'autre qu que ceci : aujourd'hui, ce serait niet.

Une question supplémentaire à te poser est de savoir si tu es prête à travailler ton orthographe et ta syntaxe pour les améliorer, car sur ce point-là, pardon pour la remarque vexante, mais tu ne sembles pas au niveau.

Si tu as envie de tester la profession pour voir, tu peux tenter des vacations dans le public ou le privé. Cela te donnera un aperçu du métier.  Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? 1482308650


Dernière édition par pseudo-intello le Sam 14 Nov 2020 - 13:48, édité 1 fois
gregforever
gregforever
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par gregforever le Sam 14 Nov 2020 - 13:27
Je vais en faire hurler mais tant pis: je n'aime pas les enfants et ce n'est pas pour cela que je suis prof! D'ailleurs en lycée ce sont des ados et adultes (BTS prépas) et ça me convient tout à fait!
La "vocation" me vient de mon amour pour ma matière, la littérature, la lecture ayant été (et restant) la grande passion de mon enfance. Une super prof en 6ème et une autre en 1ère, mon goût pour le milieu scolaire (oui je faisais partie de ceux qui trouvent les grandes vacances bien longues et étaient contents de retrouver les copains, et de retourner en classe, sans parler du plaisir d'acheter au préalable les nouvelles fournitures scolaires). En lettres, c'est la voie toute tracée; pour être sûre j'ai donné des cours particuliers en français (et en culture générale dans une boîte à bac) et le fait est que j'étais à l'aise avec les élèves. Depuis mon établissement scolaire est mon 2ème chez moi et je ne voudrais rien faire d'autre comme métier en dépit des aspects négatifs, qui-de toute évidence- se renforcent d'année en année (salaires, retraites, classes surchargées, élèves pénibles, matière méprisée, dose de travail qui augmente, parents insupportables...)
Nestya
Nestya
Esprit sacré

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Nestya le Sam 14 Nov 2020 - 14:02
@gregforever a écrit:Je vais en faire hurler mais tant pis: je n'aime pas les enfants

Je te rassure, il en va de même pour moi. Je n'en ai pas et n'en veux pas. Comme toi, c'est par amour pour ma discipline que je suis devenue prof. Mais aussi par amour des études en général. J'ai adoré aller à l'école et étudier. Si étudiante était un métier, c'est le métier que j'aurais choisi.

Un petit avertissement: "avoir la vocation" peut être source de grandes désillusions. Les profs que j'ai vus craquer sont souvent ceux qui rêvaient de ce métier depuis l'enfance. Confrontés à la réalité parfois violente du terrain, très éloignée donc de ce dont ils rêvaient, certains ont fini par chercher à se reconvertir.

_________________
"Le doute ne garantit pas d'avoir raison, mais d'éviter de persister dans l'erreur." Thomas C.Durand

"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin
tt1724
tt1724
Niveau 5

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par tt1724 le Sam 14 Nov 2020 - 14:47
Je suis devenu enseignant car j'ai toujours été curieux, j'ai toujours aimé expliquer et aider les autres à comprendre les sciences...J'ai eu des enseignants (un instit écolo engagé, un prof de sciences qui marchait debout sur les paillasses pour venir voir les différents groupe, un autre qui faisait exploser des bouteilles d'eau qu'il avait rempli de dihydrogène...) qui m'ont montré que le métier pouvait être passionnant même si certains de mes profs de terminale m'avaient déconseillé de suivre leur voie en me disant que le métier était de moins en moins agréable (c'était il y a plus de 20ans).

Je ne fais pas mon métier par amour des élèves, juste parce que ça me permet de manger, de me lever en ayant le plaisir d'essayer de faire passer des compétences et savoirs scientifiques et aussi parce que je suis libre pour gérer mon organisation de travail en dehors de mon établissement (j'aime cette liberté temporelle et pédagogique)...bon par contre avant de débuter je pensais naïvement que les profs étaient en vacances 23 juin au 8 septembre sans aucun devoir comme les élèves...J'ai aussi eu le malheur de regarder le cercle des poètes disparus et d'écouter JJ Goldman et  donc la naïveté de croire que je pourrais peut-être en étant un simple professeur changer un peu le monde...mais ça j'y crois encore et j'y participe surement un peu à mon niveau.

Le vrai test, il se fait devant les élèves. Quand tu es seul dans "la fosse aux lions"...et qu'après quelques temps (1 heure,1 jour, 1 mois, 1 an...) tu découvres que cela (être le passeur de savoir, le seul maître à bord, la capitaine qui coach, le chef qui organise, le manager qui aide à atteindre les objectifs...)  est fort agréable ou pas (ça dépend aussi beaucoup de l'établissement...)

Aujourd'hui, je ne conseillerai pas ce métier à mes enfants mais j'ai toujours plaisir à l'exercer malgré certains inconvénients de plus en plus prégnants.


Dernière édition par tt1724 le Sam 14 Nov 2020 - 17:36, édité 1 fois
sookie
sookie
Expert

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par sookie le Sam 14 Nov 2020 - 16:07
Pour moi c'est l'inverse de certains témoignage, j'avais déjà l'envie d'enseigner avant de choisir quelle matière je voulais enseigner. Au début de la fac, je penchais plutôt pour être PE (le concours était au niveau DEUG à l'époque) et j'ai longuement hésité entre fac de lettres, d'anglais ou d'histoire.

Après je ne peux dire vraiment ce qui m'a poussé vers l'enseignement si ce n'est la tradition familiale (grand-mère et mère instits), bon en vrai ce n'est pas ce qui m'a décidée, personne ne m'a obligée à suivre cette voie.
Malgré le travail à la maison (ça j'en ai toujours eu conscience ) je voyais ma mère s'accomplir et avoir des satisfactions dans son travail, mais c'était dans une école tranquille et elle a toujours eu des CP ou CE1, et c'était entre les années 60 et fin des années 90.

Après plus de 25 ans d'enseignement, toujours en collège REP, la question que je me pose maintenant c'est si c'est moi qui suis toujours faite pour l'enseignement. Car j'ai de plus en plus de mal à supporter les élèves "difficiles" (et même parfois les "faciles")
maldoror1
maldoror1
Fidèle du forum

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par maldoror1 le Sam 14 Nov 2020 - 16:19
J'ai passé le capes un peu par hasard, après des études de lettres. Je n'avais pas du tout de vocation particulière, mais mes parents étaient eux-mêmes professeurs, et ils me parlaient souvent du plaisir qu'ils éprouvaient à enseigner. Ceci dit, je pense que c'est difficile de se représenter le métier sans avoir essayé. J'ai eu le déclic dès le premier jour, avec une classe de sixième formidable. C'était il y a douze ans.

Aujourd'hui, je tiens bon, mais je fatigue un peu : ce qui me donne souvent envie d'arrêter, c'est la hiérarchie, le ministère, les parents d'élèves, le mépris savamment organisé dont on fait l'objet... mais pas les élèves, tant mieux.

_________________
" Le monde a commencé sans l'homme et finira sans lui". Lévi-Strauss

"L'humanité se divise en deux catégories: ceux qui lisent et les cochons". Cioran

"Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better". Beckett
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Lefteris le Sam 14 Nov 2020 - 16:28
Ben moi, je ne l'ai jamais su. En premier lieu, c'est l'intérêt pour ma discipline qui m'a fait faire des langues anciennes, pas l'idée d'enseigner, ce que je n'ai d'ailleurs pas fait pendant une vingtaine d'années avec une  carrière toute différente (où d'ailleurs il y avait pas mal de littéraires autour de moi, qui ne désiraient pas plus que moi supporter les [modéré] des autres). Si l'expression ne m'arrachait pas la bouche, je dirais que c'était  par "développement personnel".  C'est plutôt l'EN qui savait que les gens comme moi étaient faits pour l'enseignement, puisque quand on cherche un boulot de reconversion, avec ce genre de spécialités, totalement décalées, il est difficile de faire autre chose à brûle-pourpoint. Maintenant que j'y suis, je fais le boulot comme tout le monde, qui est finalement un métier comme les autres, avec ses spécificités.
Ce que m'apporte le métier ? Un salaire à la fin du mois, comme 99 % de la population laborieuse je pense, et un ennui insondable doublé d'un mépris qui l'est tout autant envers ce qui reste de cette institution. Intellectuellement rien, j'en faisais largement autant avant, et j'essaie de me maintenir intellectuellement par des activités extérieures. .


Dernière édition par Laverdure le Sam 14 Nov 2020 - 17:43, édité 1 fois (Raison : Grossièreté.)

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
EnglishTidsear
EnglishTidsear
Niveau 5

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par EnglishTidsear le Sam 14 Nov 2020 - 17:35
J'ai toujours voulu enseigner, peut-être parceque ma mère était institutrice. J'ai commencé par donner du soutien en terminale et me suis rendue compte que j'avais de la patience, même avec ceux qui ne veulent pas apprendre. J'estime avoir de la chance car j'ai toujours enseigné en lycée, c'est plus intéressant à mon avis même s'il y a beaucoup de travail en spécialité. Le plus pénible au debut, ça a été de gérer les classes difficiles : les classes de 28 garçons qui pètent et rotent en cours, je n'y arrive pas. Je pense que j'aurais du mal à enseigner en collège. J'aime avoir des stagiaires et échanger avec les collègues. Cette année en revanche je ressens une grande lassitude, certainement due au contexte. J'en ai assez des injonctions contradictoires et infantilisantes. Mais j'aime encore le contact avec les élèves, heureusement !
avatar
arcturus38
Niveau 5

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par arcturus38 le Sam 14 Nov 2020 - 17:49
Ben moi, j'avais la vocation : J'ai passé le concours pendant que j'étais bidasse (ça faisait des jours de perm ! Smile )

_________________
http://cgt-educ-action-26.ouvaton.org
Elaïna
Elaïna
Bon génie

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Elaïna le Sam 14 Nov 2020 - 17:54
Je n'en sais rien. Je viens d'une famille pleine de profs (mes parents en LC, une tante en histoire, une autre tante en EPS, une autre encore PE...) et aussi loin que mes souvenirs remontent j'ai parlé d'être maîtresse d'école ou professeur. A un moment, j'ai été tentée par la conservation, raison pour laquelle je suis entrée à l'Ecole des chartes. Et puis j'ai fait des stages dans différentes institutions du patrimoine, et je me suis dit que OK, tout ça c'est de l'administratif, c'est pas pour moi, et en sortant de l'Ecole j'ai passé l'agrégation d'histoire. Bon, à l'époque on nous disait encore qu'on aurait facilement un poste en fac, on y croyait encore (SPOILER ALERT : l'écrasante majorité des chartistes agrégés de ma promo, celle d'avant et celles d'après, et ça commence à faire un petit contingent de chartistes agrégés et docteurs, n'a pas eu de poste dans le supérieur. J'en connais un qui en a eu un au prix d'un labeur de damné et au détriment de sa vie personnelle. Les autres sont soit en lycée - la plupart -, soit mères au foyer, soit partis vers d'autres cieux).

Et quand je vois le job de la plupart de mes confrères qui n'ont pas vu une charte médiévale depuis leur sortie de l'Ecole (parce que le chartiste qui a fait sa thèse sur une abbaye médiévale et qui se trouve directeur de la BU de Chimie à Jussieu, c'est le truc courant), je me dis que j'ai fait le bon choix. Je suis plus historienne que conservatrice, je suis plus professeur qu'administratrice.

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Balthazaard le Sam 14 Nov 2020 - 18:39
@Lefteris a écrit:Ben moi, je ne l'ai jamais su. En premier lieu, c'est l'intérêt pour ma discipline qui m'a fait faire des langues anciennes, pas l'idée d'enseigner, ce que je n'ai d'ailleurs pas fait pendant une vingtaine d'années avec une  carrière toute différente (où d'ailleurs il y avait pas mal de littéraires autour de moi, qui ne désiraient pas plus que moi supporter les [modéré] des autres). Si l'expression ne m'arrachait pas la bouche, je dirais que c'était  par "développement personnel".  C'est plutôt l'EN qui savait que les gens comme moi étaient faits pour l'enseignement, puisque quand on cherche un boulot de reconversion, avec ce genre de spécialités, totalement décalées, il est difficile de faire autre chose à brûle-pourpoint. Maintenant que j'y suis, je fais le boulot comme tout le monde, qui est finalement un métier comme les autres, avec ses spécificités.
Ce que m'apporte le métier ? Un salaire à la fin du mois, comme 99 % de la population laborieuse je pense, et un ennui insondable doublé d'un mépris qui l'est tout autant envers ce qui reste de cette institution. Intellectuellement rien, j'en faisais largement autant avant, et j'essaie de me maintenir intellectuellement par des activités extérieures. .

On est très souvent d’accord...(sauf sur les ondes mais j'évite le sujet!!! Wink )
Pat B
Pat B
Neoprof expérimenté

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Pat B le Sam 14 Nov 2020 - 18:44
Je rêvais d'être prof de maths depuis ma sixième (j'ai eu une prof fabuleuse), mais j'ai fait une prépa et une école d'ingé...
Mais alors que je cherchais mon premier poste d'ingénieur, je gagnais quelques pépettes en donnant des cours particulier, et j'ai décidé de faire des remplacements. J'ai fait quelques remplacements très courts en maths,;. et là, dès le premier jour, je me suis immédiatement sentie à ma place en m'installant au bureau du professeur, avec les yeux des sixième fixés sur moi. Je me sentais bien plus à ma place que lors de tous mes stages pendant mes études d'ingé. J'ai également bossé 4 mois comme ATSEM, j'ai découvert qu'instit me plairait également (quand j'étais en primaire je rêvais d'être "maîtresse des CP").
Bref, on peut parler de vocation, mais c'est en l'expérimentant que j'ai vérifié que c'était bien ma voie. Et pourtant, je manquais d'autorité, d'assurance, j'ai galéré... mais je me sentais à ma place.
Par contre, ça, c'était en 1998-1999. Depuis 2005 (et même depuis la grande consultation nationale sur l'avenir du métier, dont j'ai oublié le nom exact, probablement vers 2002 ou 2003), j'ai compris que le ministère se fiche éperdument de notre poire et je garde une forte rancoeur envers notre hiérarchie d'en haut...
zigmag17
zigmag17
Expert

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par zigmag17 le Sam 14 Nov 2020 - 18:47
Je pense être faite pour la pédagogie et l'enseignement, plus du tout pour l'Education nationale telle qu'elle est devenue. Si c'était à refaire je n'y entrerais pas. Il existe beaucoup d'autres moyens de transmettre et de se sentir utile; et puis ma vocation n'est pas celle-là. Mais j'ai choisi cette voie au départ par goût, par facilité ("exemples" dans la famille, beaucoup de PE et de professeurs, métier vécu "de l'intérieur" avec déjà pas mal d'inconvénients connus, aboutissement logique d'études de Lettres), par sécurité matérielle... De la paresse en somme, et de la frilosité, que je paye maintenant! Rolling Eyes
avatar
nounours22
Niveau 5

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par nounours22 le Sam 14 Nov 2020 - 20:19
Moi j'adore ma matière ( les maths) et j'adore l'enseigner , jouer avec , la faire vivre , mais le faire pour l'educ , non , plus jamais, j'ai assez donné ( un quart de siècle) , pour un résultat quasi nul.
Philomène87
Philomène87
Esprit éclairé

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Philomène87 le Sam 14 Nov 2020 - 20:22
@gregforever a écrit:je n'aime pas les enfants

Moi non plus.
Hermiony
Hermiony
Esprit sacré

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Hermiony le Sam 14 Nov 2020 - 20:32
Je n'en sais rien.
J'ai toujours aimé étudier (mais ce n'est hélas pas un métier), j'ai fait fac de lettres par amour pour cette matière, mais je n'ai pas (et je n'ai jamais eu) la "vocation". Je crois tout simplement que passer les concours de l'EN, c'était la seule chose possible quand on avait choisi ma filière...Je vois l'enseignement comme un métier, qui me fatigue de plus en plus, et qui donne raison à ma mère, PE, qui a tout fait pour m'en dissuader.
Je reste parce que je ne vois pas trop comment je pourrais monnayer mon agrégation, parce que j'aime bien les élèves dans leur ensemble, mais je déteste de plus en plus ce que l'on me fait faire (le programme de primaire en collège, on en est là...), les conditions dans lesquelles j'exerce et le mépris que la société éprouve pour nous.

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être
avatar
Cath
Bon génie

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Cath le Dim 15 Nov 2020 - 10:26
Je suis tombée dedans au hasard d'un remplacement.
Je ne voulais surtout pas être enseignante, et pendant mes études je me suis dis que j'allais faire un remplacement comme maitre-auxiliaire (les contractuels de l'époque) histoire de me faire un peu de sous, et en attendant d'avoir l'illumination de ce que je ferais de ma vie. Plusieurs années comme animatrice me donnaient un contact facile avec les enfants/ados (et non, je n'"aimais" pas les enfants, ni les bébés), ça devait donc aller pour quelques jours ou semaines.

J'ai été littéralement foudroyée : c'était ça, contre toute attente.

Le referais-je aujourd'hui, au vu de la dégradation irréversible des conditions de travail et de salaire, et malgré l'amour que je voue encore à ce métier ? (bon, pas aux corrections de copies, quand même) : pas sûr. Après tout, j'aurais pu avoir un coup de foudre pour un autre métier, peut-être.
Aurevilly
Aurevilly
Niveau 10

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Aurevilly le Dim 15 Nov 2020 - 10:48
Une des raisons, peu glorieuse, était la "sécurité de l'emploi" (ne riez pas). Je me disais qu'une fois dedans je n'aurais plus à "faire mes preuves" et à subir la tyrannie de chefs en tous genres. C'est à la fois vrai et faux, évidemment. Cet aspect correspondait à mon tempérament profondément angoissé.
avatar
volny
Niveau 7

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par volny le Dim 15 Nov 2020 - 10:55
Je n'ai jamais voulu être prof mais mes parents m'y ont poussé donc après des études de maths, la voie était déjà tracée.
Je ne sais toujours pas dire si j'aime enseigner : des fois oui, des fois non. Cela dépend des années, des classes.. Mais cette année, c'est non.(on comprendra aisément pourquoi)
Je ne sais pas non plus ce que j'aurai pu faire. Sans doute un métier manuel m'aurait davantage épanoui.
Lora
Lora
Neoprof expérimenté

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Lora le Dim 15 Nov 2020 - 11:09
J’ai toujours voulu être maîtresse. Petite, j’avais un petit tableau à craie et je jouais à la maîtresse avec ma sœur de trois ans de moins que moi. Puis je suis entrée au collège et j’ai découvert qu’on pouvait être prof d’une seule matière ! Comme je n’aimais pas les maths et que j’adorais le français, ma voie était toute trouvée. En 3e, un système de tutorat avec les élèves de 6e avait été mis en place. J’avais adoré les aider, lire leurs rédactions (c’est ce que je préférais alors que c’est ce que je déteste le plus maintenant !😁).
Je ne regrette pas mon choix et je pense bien continuer jusqu’à ma retraite (si j’en ai une un jour🙄).
Pointàlaligne
Pointàlaligne
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Pointàlaligne le Dim 15 Nov 2020 - 12:08
@Hermiony a écrit:Je n'en sais rien.
J'ai toujours aimé étudier (mais ce n'est hélas pas un métier), j'ai fait fac de lettres par amour pour cette matière, mais je n'ai pas (et je n'ai jamais eu) la "vocation". Je crois tout simplement que passer les concours de l'EN, c'était la seule chose possible quand on avait choisi ma filière...Je vois l'enseignement comme un métier, qui me fatigue de plus en plus, et qui donne raison à ma mère, PE, qui a tout fait pour m'en dissuader.
Je reste parce que je ne vois pas trop comment je pourrais monnayer mon agrégation, parce que j'aime bien les élèves dans leur ensemble, mais je déteste de plus en plus ce que l'on me fait faire (le programme de primaire en collège, on en est là...), les conditions dans lesquelles j'exerce et le mépris que la société éprouve pour nous.

Quasiment pareil ! acl
avatar
Madame
Niveau 3

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Madame le Dim 15 Nov 2020 - 12:36
En faisant un remplacement de courte durée après ma licence.
Je n'avais pas vraiment envisagé le métier d'enseignant mais cela m'a vraiment plu de me retrouver devant une classe (c'était au lycée). Si tu as le niveau requis, je t'encourage à voir s'il n'y a pas des annonces pour des remplacements près de chez toi et ainsi voir in vivo si l'enseignement est fait pour toi.
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Érudit

Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ? Empty Re: Témoignage : Comment avez-vous su que l'enseignement était fait pour vous ?

par Marcelle Duchamp le Dim 15 Nov 2020 - 14:48
J’ai toujours plus ou moins su que je partirai vers l’enseignement mais ça s’est confirmé quand j’étais au collège.
J’étais dans un établissement ZEP avec des enseignants jeunes et motivés. Je pense par exemple à mon prof d’HG que j’ai eu en 6e, 5e et 3e qui était un puit de connaissances. J’avais un profond respect pour ses cours et sa personne.
En 4e, j’ai eu un autre prof d’HG avec un profil différent. Plus strict, plus severe mais très juste. Il était contre les stéréotypes et défendait les élèves qu’on cataloguait comme « le dealeur du quartier », le « futur délinquant » et il donnait à tout le monde la chance de réussir.
Je pense également à ma prof de français de 5e que mes camarades martyrisaient. Elle était pourtant tellement intelligente et humaine. Je l’admirais profondément car je sentais qu’elle nous tirait vers le haut en nous faisant découvrir Pouchkine, Loti...
Son mari a aussi été pendant longtemps mon prof de français, latin et grec et il était drôle, humain (il savait s’excuser quand il avait fait une erreur et j’appréciais de mes yeux de collégienne le fait qu’un adulte soit capable de reconnaître ses torts).
Puis j’ai rencontré ma prof d’arts plastiques. Elle était au dessus de tous. C’est elle qui m’a donnée envie de devenir professeur d’arts plastiques.
Au lycée, j’ai eu tout le contraire niveau enseignant. J’étais dans un lycée élitiste qui ne visait que la production de futurs élèves de prepa et si on ne rentrait pas dans leurs stats, on était humilié.
J’en ai fait les frais pendant 3 ans. Je suis même tombée en dépression à cause de ça mais je me suis accrochée malgré les « elle aura jamais le bac », « elle fera jamais d’études sup », « elle aurait jamais du aller en général » (j’avais pourtant 16 de moyenne générale en 3e et étais la 2e de la classe).
Ils sont devenus mes anti modèles. Je me disais que je ne serai jamais comme eux et que je serai une meilleure prof, que je ne pratiquerai jamais l’humiliation et la moquerie.
À la fac, j’ai bossé pour être toujours dans la tête de ma promo. Je voyais mes copains sécher les cours et se viander aux partiels mais moi, je visais le CAPES et je voulais réussir du premier coup.
J’ai rencontré d’excellents profs à la fac qui m’ont soutenue et motivée.
Quand j’ai eu le concours, j’étais aux anges, bien que très effrayée car j’étais la plus jeune reçue.
J’avais la foi et je n’ai rien lâché pendant toutes mes années de banlieue parisienne.

J’ai commencé à déchanter en revenant dans mon académie et en me frottant à la médiocrité de cheffaillons bêtes et méchants, aux IPR et charges de mission.
Aujourd’hui, ça fait 2 ans que je ne bosse plus puisque je suis en CLM.
Je veux retrouver mon travail mais je sais que je refuserai de me faire parasiter par la hiérarchie, les contraintes administratives et les soucis de discipline. Je veux retrouver ce qui m’a toujours motivée: le savoir, le partage et le bien être des élèves.
C’est sûrement idéaliste mais j’ai eu tellement d’exemple d’enseignants formidables ds ma vie (que ce soit dans ma scolarité ou des collègues) que je veux encore y croire et continuer à enseigner.

_________________
Je m’excuse par avance des fautes d’accord, de grammaire, de syntaxe et de conjugaison que je peux laisser passer dans mes écrits. Je suis aphasique et je réapprends à écrire depuis 2 ans.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum