Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Scylla
Scylla
Niveau 2

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Scylla 12/12/20, 01:40 pm
Bonjour,
après avoir parcouru de nombreux sujets sur le même thème, je me permets d'en ouvrir un car j'ai besoin de conseils, en espérant que ça ne soit pas dérangeant.
Comme le précise le titre, je suis cette année TZR, néotitulaire en lettres modernes et j'effectue un remplacement en collège depuis la rentrée, dans une nouvelle académie. J'ai eu le "plaisir" de recevoir un inspecteur pour une visite d'accompagnement ; ça ne s'est pas bien passé. Le rapport de visite a été transmis à ma direction cette semaine, je l'ai lu et signé sans grande surprise. Concrètement, si ce n'est mon sourire derrière mon masque et ma "volonté de bien faire", rien ne s'est révélé positif.
Je tente depuis la rentrée de trouver une façon d'enseigner qui me convienne, tout en essayant d'appliquer les conseils reçus pendant mon année de stage, sans vraiment parvenir à être satisfaite de mon travail. Voilà pour résumer ce qui est présenté sur le rapport : séances de lecture superficielles, cahier d'élèves mal tenus et désorganisés, pas de réelle progression en langue, manque de logique dans la pédagogie, nombre important d'élèves passifs en classe voire inactifs. Si j'avoue avoir des difficultés à mener des séances de lecture (j'en reste souvent au stade de la compréhension et je peine à mettre en place la sacro-sainte "trace écrite"), je ne pense pas non plus que la progression des séances dans leur cahier soit totalement chaotique ou illogique car elle n'a pas beaucoup changé depuis l'année de stage et elle ne m'a pas été reprochée : j'alterne entre des séances de langue et des séances de lecture, que je fais les unes à la suite des autres. C'est pourtant ce qui ressort de ce rapport : l'inspecteur déplore par exemple qu'une partie du cahier ne soit pas réservée à l'étude de la langue. Ce n'est toutefois qu'un point parmi d'autres. Il m'a aussi été reproché d'avoir donné une photocopie du texte intégral que je voulais étudier avec les élèves (un lai de Marie de France en 5e) et d'en avoir mené l'étude passage après passage, ce qui n'a pas permis aux élèves d'avoir l'oeuvre en main. Bref, ce n'est pas ainsi qu'on mène une étude d'oeuvre intégrale, ce que je peux concevoir ceci dit.
Depuis cette visite conseil, j'avoue être totalement perdue. Je ne sais plus comment aborder les textes avec les élèves et je remets chacun de mes choix en question (choix d'oeuvre, choix de tel ou tel point de grammaire et j'en passe). Les préparations me prennent un temps fou pour un résultat minime. J'en arrive à un stade où mon esprit n'est plus à ce que je fais, où je passe mon temps à me remettre en question, il m'arrive d'avoir des doutes sur le simple repérage d'un COD pendant un exercice avec les élèves et je sens que je suis en train de perdre pied. Le métier de prof n'a jamais été une vocation mais comme d'autres, j'ai suivi le mouvement, passé deux ans à préparer l'agrégation pour finalement me demander ce que je fais là.
Je n'ose pas aller vers les collègues de lettres de mon établissement pour leur demander conseils car l'esprit ne me semble pas être au partage mais aussi parce que j'ai profondément peur du regard des autres et je n'arrive pas à me départir de cette angoisse de mal faire (ce qui finit finalement par arriver). De plus, en tant que TZR, je n'ai pas encore tissé de véritable lien avec les collègues et je ne me sens pas capable d'aller vers eux pour exposer mon problème. Peut-être devrais tout de même sauter le pas ?
Je suis consciente que vous ne pourrez sans doute pas forcément me venir en aide mais ça fait du bien de pouvoir vider un peu son sac... Merci d'avoir pris le temps de me lire si vous êtes arrivés jusque là. Et pour résumer : vivement les vacances ! :|
décembre
décembre
Niveau 8

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par décembre 12/12/20, 02:59 pm
Bonjour,
J'ai vécu la même chose lorsque j'ai changé d'académie, chaque IPR a ses lubies...
Maintenant il te reste à faire la part des choses dans ce qui t'a été reproché entre ce qui te parait important et ce qui l'est moins. ( la gestion du cahier, par exemple, le plus important c'est quand même que tes élèves s'y retrouvent , quelle que soit sa disposition). Réfléchis à ce que tu veux changer ou pas. Cela demande un peu de temps et de recul, mais tu as des années devant toi !
Bon courage , les vacances approchent!

Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Lefteris 12/12/20, 03:03 pm
Tu subis tout simplement un bizutage, on te cherche des poux dans la tête. Les élèves passifs le seront quoi que tu fasses. Si tu es comme beaucoup (dont moi) en établissement difficile, certains refusent de travailler quoi que tu fasses (ils ne font pas les exercices en classe, il refusent de noter le cours, ils parlent et gênent sciemment...) . Le rythme, tu n'y peux rien non plus, il faut parfois deux heures ou plus  sur un texte.
Bref, on peut te reprocher facilement tout et son contraire,  alors que rien n'est figé selon les classes, le texte étudié. Un inspecteur veut des applications de méthodes, de protocoles technicistes, un autre te le reprochera et te dira de t"adapter. L'un te dira d'aller plus vite, l'autre te préconisera de laisser le temps de comprendre, d'insister. L'un te reprochera la difficulté des textes, l'autre pourra trouver bien  que tu pousses les élèves. Il n'y a absolument aucune règle, tout est arbitraire, c'est la science du doigt mouillé, et j'ai bien l'impression particulièrement en lettres, où hélas le blabla est roi.  Tout est comme ça, le mieux est de te blinder.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"(F. Robine , expliquant sans fard la stratégie du puzzle)

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
Aurevilly
Aurevilly
Habitué du forum

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Aurevilly 12/12/20, 03:18 pm
Bonjour Scylla,
Surtout, garde en tête que tu as été recrutée à un niveau très élevé ce qui doit te donner l'assurance d'être en mesure de prendre les bonnes décisions, à condition...de te faire confiance. Fais la part des choses, observe ce qui marche ou pas, utilise ce qui te paraît intéressant, oublie le reste. Sois pragmatique. Concernant tes rapports avec tes collègues, ce serait plus rassurant de pouvoir parler avec l'un ou l'autre mais il arrive que dans l'équipe on n'ait aucun atome crochu avec les personnalités. Là encore, pas de culpabilité. Enfin, c'est la fin d'un trimestre qui a été très éprouvant pour tout le monde, que tu sois fatiguée au point de ne plus trop savoir que faire me semble normal. Comme tu le dis très bien, les vacances seront utiles.
avatar
lignebleue
Niveau 3

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par lignebleue 12/12/20, 11:52 pm
Bonjour, courage a toi dans ces moments difficiles.
Ce qui ressort de ton message c'est que tu te sens touchée dans ta légitimité et ta capacité à avoir confiance en ton professionnalisme suite à ton inspection et également par rapport à ta situation puisque tu as peu d'expérience. L'année de stagiaire nous avons un statut un peu spécial et assez balisé, la neotitularisation nous plonge dans le grand bain sans y être forcément préparés.
Mais je ne vais pas m'attarder sur les défauts du système ce n'est pas le but de mon message.
Je te conseille (plus facile à dire qu'à faire je sais) de :
-Relativiser ta propre perception de cette inspection ; ce n'est qu'un moment de ta carrière dans un contexte donné. Ça ne peut pas refléter tout et tu as essayé de faire de ton mieux.
-intégrer le fait que l'inspection est passée et que tu ne peux plus revenir en arrière.
-te rappeller que tu es neotitulaire et qu'il faut un peu de temps pour se construire professionnellement, trouver ses marques, apprendre les ficelles d'un métier toujours changeant.
-te rappeller que c'est un métier, qu'il faut le faire bien (comme tu fais) mais que ce n'est qu'un métier et que personne n'a de recette magique pour l'exercer a la perfection même après des années d'expérience surtout que c'est un métier de relationnel avec énormément d'interactions de décisions et donc de fatigue nerveuse.
-avoir en tête que tu es nouvelle dans l'établissement. Pas simple de débuter et encore moins d'être TZR puisque on ne fait jamais vraiment partie de l'équipe on est toujours un peu de passage. A toi de voir pour la communication avec tes collègues essaie d'écouter tes ressentis si ca peut marcher pour dialoguer avec certains sur la profession mais ne te force pas à interagir avec certains si tu ne le sens pas.
-enfin, pense à avoir a côté un maximum d'équilibre grâce à des apports différents que ton métier ; amis, famille, activités, loisirs...il faut bien profiter des weekends, vacances etc...pour se vider un max des ondes du boulot et récupérer de la super bonne énergie pour être plein et frais au boulot.
- je terminerai en disant que tu as beaucoup de mérite, et du courage pour te remettre en question comme tu le fais et venir sur un forum parler de tes doutes etc...c'est une preuve d'humilité. Allez, positive, la situation peut vite changer en peu de temps et t'inquiètes pas d'ici peu tu verras les choses différemment et aura gagné en expérience cette expérience t'aidera a progresser!
Scylla
Scylla
Niveau 2

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Scylla 14/12/20, 07:10 pm
Merci à vous d'avoir pris le temps pour me répondre.
Je pense effectivement que le recul est nécessaire, ce qui est difficile à faire quand on a la tête dans le guidon et qu'on essaye de tout mener en même temps. Comme le souligne Lignebleue, je pense que je passe la majeure partie de mon temps en préparation, ce qui se révèle totalement contre productif et m'empêche de voir les choses avec discernement...
Je suis d'accord avec Lefteris, j'ai l'impression qu'en Lettres, beaucoup font ce qui leur semble être le mieux et qu'il n'y a pas de recette magique... On nous assène un jargon qui nous perd et les formateurs ne dévoilent même pas leurs propres façons de fonctionner. Je suis surprise de constater à quel point la profession peut être un milieu solitaire ! C'est sans doute dû au statut de TZR mais quand même, j'ai l'impression qu'en salle des profs, ça échange peu sur les méthodes mais surtout sur les difficultés face à la gestion des élèves (ce qui est important aussi, je ne le nie pas!). J'essaierai de faire mon petit bonhomme de chemin tant bien que mal dans tous les cas, merci encore à vous pour vos retours sympathiques et courage à tous pour cette dernière semaine.
gauvain31
gauvain31
Empereur

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par gauvain31 14/12/20, 07:51 pm
Quand j'étais néotitulaire et TZR comme toi , j'ai carrément demandé à ma collègue si je pouvais assister à ses séances. Et franchement ça m'a fait gagner des années de préparation et ça m'a permis de prendre du recul très rapidement. J'ai réitéré 2-3 ans plus tard où j'étais en attente d'un poste. J'ai assisté aux TP de 4-5 collègues différents et franchement , quand tu vois, quand tu croises, les différentes façons de faire, tu te rends comptes que ça veut bien mieux que tous les pseudo-conseils des IPR. Sincèrement à ta place j'irai au culot :je demanderai aux collègues les plus expérimentés. Qu'est-ce que tu risques ? Rien du tout

Ton petit IPR qui veut juste pouvoir justifier son existence et non salaire. Il emploi un jargon compliqué pour leur donner une certaine scientificité et impressionner les  jeunes titulaires. Il donne SON opinion personnelle, qui n'engage que lui: ses propos ne relève pas une vérité absolue . Tu as le droit de ne pas être d'accord avec tin IPR (mais tu dois argumenter évidemment Smile ) [modéré]. Ne l'oublie jamais.


Dernière édition par Laverdure le 14/12/20, 09:42 pm, édité 1 fois (Raison : Propos diffamatoires.)
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Lefteris 14/12/20, 09:33 pm
gauvain31 a écrit:Quand j'étais néotitulaire et TZR comme toi , j'ai carrément demandé à ma collègue si je pouvais assister à ses séances. Et franchement ça m'a fait gagner des années de préparation et ça m'a permis de prendre du recul très rapidement. J'ai réitéré 2-3 ans plus tard où j'étais en attente d'un poste. J'ai assisté aux TP de 4-5 collègues différents et franchement , quand tu vois, quand tu croises, les différentes façons de faire, tu te rends comptes que ça veut bien mieux que tous les pseudo-conseils des IPR. Sincèrement à ta place j'irai au culot :je demanderai aux collègues les plus expérimentés. Qu'est-ce que tu risques ? Rien du tout

Ton petit IPR qui veut juste pouvoir justifier son existence et non salaire. Il emploi un jargon compliqué pour leur donner une certaine scientificité et impressionner les  jeunes titulaires. Il donne SON opinion personnelle, qui n'engage que lui: ses propos ne relève pas une vérité absolue . Tu as le droit de ne pas être d'accord avec tin IPR (mais tu dois argumenter évidemment Smile ) [modéré]. Ne l'oublie jamais.
Et un IPR n'a rien de plus qu'un  agrégé ( et encore pas tous, certains ont réussi à se glisser dans le rôle en passant par la tortueuse voie des IEN, dont la charte m'empêche de dire ce que j'en pense). Il a juste choisi de quitter les classes et de représenter l'Administration, et monté en ce sens un dossier montrant sa conformité. Raison pour laquelle les agrégés, si ça se passe mal, peuvent demander la visite d'un IG, dont les IPR ne sont que les délégués. Chose valable aussi pour les français de l'étranger, quel que soit leur grade, pour une raison que j'ignore. Un mien parent, descendu en flamme comme ses autres collègues lors d'une inspection, estimant qu'il n'avait plus rien à perdre (une inspection massacrée signifie retour en France, avancement ralenti à l'époque)  a fait un rapport (commun avec certaines victimes)  circonstancié sur l’attitude de l'inspecteur, et a été ré-inspecté ainsi que les collègues ayant été été saqués. Bizarrement, le rapport n'avait plus le même ton.
Ceci dit, en lettres, particulièrement en français, matière où le blabla est quand même roi, puisqu'il n'y a rien de solide  (il suffit de lire ces immondes rapports sur la lecture analytique, puis méthodique, puis l'explication de textes,sur la grammaire décrochée ou non , sur la séquence et autres coquecigrues qui parlent de tout sauf d’instruire, pour s'en convaincre), les collègues sont les plus exposés à cette science du doigt mouillé.

P.S. : ce terme "d'accompagnement", issu de la novlangue du néo-management, m'est de plus en plus insupportable.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"(F. Robine , expliquant sans fard la stratégie du puzzle)

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
Ha@_x
Ha@_x
Esprit éclairé

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Ha@_x 14/12/20, 09:48 pm
Scylla a écrit:Je tente depuis la rentrée de trouver une façon d'enseigner qui me convienne, tout en essayant d'appliquer les conseils reçus pendant mon année de stage, sans vraiment parvenir à être satisfaite de mon travail. Voilà pour résumer ce qui est présenté sur le rapport : séances de lecture superficielles, cahier d'élèves mal tenus et désorganisés, pas de réelle progression en langue, manque de logique dans la pédagogie, nombre important d'élèves passifs en classe voire inactifs. Si j'avoue avoir des difficultés à mener des séances de lecture (j'en reste souvent au stade de la compréhension et je peine à mettre en place la sacro-sainte "trace écrite"), je ne pense pas non plus que la progression des séances dans leur cahier soit totalement chaotique ou illogique car elle n'a pas beaucoup changé depuis l'année de stage et elle ne m'a pas été reprochée : j'alterne entre des séances de langue et des séances de lecture, que je fais les unes à la suite des autres. C'est pourtant ce qui ressort de ce rapport : l'inspecteur déplore par exemple qu'une partie du cahier ne soit pas réservée à l'étude de la langue. Ce n'est toutefois qu'un point parmi d'autres. Il m'a aussi été reproché d'avoir donné une photocopie du texte intégral que je voulais étudier avec les élèves (un lai de Marie de France en 5e) et d'en avoir mené l'étude passage après passage, ce qui n'a pas permis aux élèves d'avoir l'oeuvre en main. Bref, ce n'est pas ainsi qu'on mène une étude d'oeuvre intégrale, ce que je peux concevoir ceci dit.
Depuis cette visite conseil, j'avoue être totalement perdue. Je ne sais plus comment aborder les textes avec les élèves et je remets chacun de mes choix en question (choix d'oeuvre, choix de tel ou tel point de grammaire et j'en passe). Les préparations me prennent un temps fou pour un résultat minime.

Un pavé pour une mise de rate au court-bouillon ! :sourit:

On te l'a déjà écrit, et on t'a écrit d'excellents conseils : relativise et prend de la distance.
Le plus important est ce qui est en gras : à toi de trouver la manière d'enseigner qui te convienne, pas à un quelconque IPR de la trouver pour toi. Surtout que ce dernier ne sert plus vraiment à grand chose. Les dernières victimes expiatoires des IPRs sont les stagiaires, depuis le PPCR.
Dans TZR, il y a titulaire, donc passe à autre chose. Le plus important, ce n'est pas les remarques d'un quelconque inspecteur des travaux finis, mais de se sentir bien dans ses pompes quand on fait cours aux gamins. :sourit:

Et comme souvent, @gauvain31 parle d'or Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement 2252222100
LadyOlenna
LadyOlenna
Modérateur

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par LadyOlenna 14/12/20, 10:01 pm
Petite anecdote pour te permettre de relativiser : en mai 2016 je suis inspectée en collège. J'enseigne depuis 16 ans. La séance se passe bien, elle est perfectible bien sûr mais je me fais littéralement pourrir. Je finis en larmes... En mars 2017, je suis dans une nouvelle académie, dans un lycée (mutation envisagée bien avant l'inspection donc), je tombe sous le coup du PPCR et suis donc à nouveau inspectée : ça se passe à merveille, je n'ai que des "excellent" ou "très satisfaisant". Donc bon, à moins de croire qu'en quelques mois je sois passée de prof minable à prof exceptionnelle... (la vérité doit se trouver quelque part entre les deux)
Sinon pas mieux que les conseils qui précédent. Moi je lis surtout le témoignage d'une professeure qui débute et qui a le souci de ses élèves et de la qualité de ses cours. fleurs


Dernière édition par LadyOlenna le 15/12/20, 12:19 am, édité 1 fois
Sphinx
Sphinx
Prophète

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Sphinx 14/12/20, 10:07 pm
Je pense qu'il y a à boire et à manger dans un rapport, et que ce qui est important ce n'est pas ce qu'a pensé l'inspecteur (tu es titulaire, c'était une visite d'accompagnement qui n'aura aucune conséquence, et de toutes façons avec le PPCR, bon ; et puis parfois certains inspecteurs ont des trucs intéressants à dire et d'autres ont des lubies...) mais ce que tu peux en retirer toi. Es-tu d'accord avec certaines critiques ? Tu peux voir ce qu'il y a à faire pour t'améliorer sur ces points-là. Tu n'es pas d'accord avec certains autres, après y avoir réfléchi sincèrement ? Ben, laisse tomber. De toutes façons tu ne peux pas progresser sur tous les points à la fois Smile

Je suis d'accord avec Gauvain, moi aussi j'ai demandé à une collègue à assister à ses cours et j'y ai beaucoup appris. De toutes façons si tes collègues sont mal intentionnés et en profitent pour... je ne sais pas, te critiquer dans ton dos ou autre, eh bien, tu es TZR, l'an prochain tu ne les verras plus.

Concernant les points que tu reprends dans ton message maintenant :

séances de lecture superficielles
Si c'est vrai, c'est à mon avis le point le plus problématique. Je sais que parfois on en reste au niveau de simple décodage/compréhension car c'est difficile avec certains publics d'aller plus loin ; mais dans une séance d'inspection surtout, et puis de façon générale, c'est quand même mieux si les élèves comprennent un truc ou deux sur le texte (qu'est-ce que c'est que ce texte ? quel est son intérêt ? sont à mon avis les deux points qu'il est essentiel de traiter à chaque fois). C'est important qu'en ressortant les élèves sachent ce que c'est qu'un roman de chevalerie, ce que c'est que cette histoire de Gros-Boutiens et Petits-Boutiens à Lilliput, etc. Choisis un bon manuel (ce n'est pas pour faire de la retape à Terre des Lettres, mais je trouve généralement que c'est eux qui ont les extraits les mieux choisis et les questionnements les plus sensés), et jette un oeil aux questions : tu n'es pas obligée de les traiter telles quelles, mais ça te donne généralement une bonne idée, en regardant les axes de lecture, de ce que tu peux essayer de traiter même rapidement, des directions dans lesquelles tu peux tirer les élèves.

cahier d'élèves mal tenus et désorganisés
Bon, ça c'est facile à régler. C'est trop tard pour cette année, mais tu as le temps de réfléchir à ce que tu veux pour l'an prochain. Pour être honnête je trouve aussi que tout mettre au fil de l'eau dans un cahier ce n'est pas très clair et c'est pour cette raison que je préfère un classeur, avec des parties lecture, grammaire, écriture, etc, bien distinctes. Mais chacun a sa façon de faire là-dessus. Tu peux faire retourner le cahier pour la langue, tu eux avoir un code couleur, etc, à toi de voir.

pas de réelle progression en langue
Bon pour être honnête je n'ai pas la moindre idée de ce qu'est une "progression en langue", à part faire les trucs les plus simples en premier et les trucs plus complexes (en réutilisant les trucs simples) ensuite. Bref, du bon sens. Mais il doit y avoir des choses qui m'échappent, car tout le monde semble avoir une progression en langue sauf moi Razz

manque de logique dans la pédagogie
Je ne comprends pas ce que ça veut dire.

nombre important d'élèves passifs en classe voire inactifs
Alors à titre personnel j'aime mieux quand ils sont passifs : je parle, ils écoutent. Plus sérieusement en français il y a des moments où on peut les mettre en activité (faire de la conjugaison au tableau, une récitation, travailler en groupes de temps à autre...) mais quand on lit un texte, si ce n'est pas pour poser des questions ou répondre à celles du prof, il vaut mieux qu'ils se taisent. Cette injonction perpétuelle à avoir les élèves qui s'agitent, participent à tort et à travers juste pour le principe de participer et nous tartinent de leur ressenti alors même qu'ils n'ont rien compris au texte, c'est insupportable.

Il m'a aussi été reproché d'avoir donné une photocopie du texte intégral que je voulais étudier avec les élèves (un lai de Marie de France en 5e) et d'en avoir mené l'étude passage après passage, ce qui n'a pas permis aux élèves d'avoir l'oeuvre en main.
Donc ils ont bien lu le texte intégral, mais sur une photocopie au lieu d'acheter le livre ? Pour un texte court en plus . Mais qu'est-ce que ça peut bien faire ? heu

Scylla a écrit: Les préparations me prennent un temps fou pour un résultat minime.
Ah non mais ça il faut arrêter tout de suite. Tu as eu le concours, tu es parfaitement capable d'expliquer un texte sans y passer une seule seconde de préparation en dehors de la nécessaire documentation sur l'auteur / le sujet / le mouvement etc (on ne peut pas être expert de tous les mouvements et on ne peut pas avoir tout lu) : tu le lis, tu sais ce qu'il veut dire, non ? À la rigueur passer cinq minutes à te demander dans quelle direction tu vas vouloir tirer l'explication (mais comme je l'ai dit plus haut, un bon manuel te fera gagner bien du temps). Ce qu'il y a à préparer en français, c'est choisir ses textes (= la liste de ce que tu vas faire dans chaque thème pour l'année), et préparer les leçons de grammaire (mais idéalement, là aussi tu trouves un manuel qui te satisfait et tu ne passes pas des heures à concevoir les exercices), et puis lire, se documenter. La fameuse "trace écrite", on la fait formuler par les élèves à partir de ce qu'on a dit pendant le cours, en faisant attention que ce ne soit pas exagérément long et que les infos importantes y soient. Tu es en français, tu vas déjà passer ton temps sur tes copies, il faut dormir un peu aussi et ne pas sacrifier ton temps en préparations inutiles. Un prof épuisé ne peut pas être un bon prof.

Courage, et surtout prends de la distance par rapport à tout ça fleurs

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather
"- Alors, Obélix, l'Helvétie c'est comment ? - Plat."


Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Livre11
Thierry75
Thierry75
Niveau 10

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Thierry75 14/12/20, 10:08 pm
Le conseil de Gauvain me parait judicieux : on est tellement seul dans ce travail.
C'est vrai qu'on ne parle pas beaucoup pédagogie en SDP, ni même contenus d'ailleurs (à part les profs de maths, les seuls qui ont l'air vraiment passionnés par leur matière).

_________________
Le moi est haïssable.
avatar
lignebleue
Niveau 3

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par lignebleue 15/12/20, 08:38 am
Je plussoie le conseil d'assister à des cours de tes collègues, je te dirais d'y aller dès que possible, même ceux qui ne sont pas dans ta matière. Quand je suis passé par du lycée pro je suis même allé voir des cours d'anglais, de commerce, de maths...ca permet de relativiser comme la dit le collègue, mais aussi d'apprendre vite! Et je le redis ; pense a te ressourcer! Tiens nous au courant si tu peux! Bonne journée!
Iphigénie
Iphigénie
Prophète

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Iphigénie 15/12/20, 10:12 am
Tout ce qu’il y a à donner comme conseil à été donné . Pour ma part je réagirais juste à ce passage:
Depuis cette visite conseil, j'avoue être totalement perdue. Je ne sais plus comment aborder les textes avec les élèves et je remets chacun de mes choix en question
Bien sûr il y a comme le dit Sphinx à boire et à manger dans ce qui est dit par un inspecteur en fonction de ses propres lubies ou connaissances réelles. On peut apprendre un truc ou deux.
MAIS:
Mais surtout il ne faut pas concevoir son travail en fonction de ce qu’on dit qui est bien ou mal mais en fonction de ce qu’il te paraît bon à toi de faire devant cette classe-là à ce moment-là, ce que tu es seule à pouvoir juger. Dans ce métier il faut prendre de l’assurance et se faire pleine confiance. Tu as passé des concours tu es compétente, donc tu décides et tu t’y tiens sans t’occuper plus que cela de ce que pense Paul ou Jacques. Avec sa cohérence interne ! Courage!
avatar
arcturus38
Niveau 5

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par arcturus38 15/12/20, 06:57 pm
Scylla a écrit:rien ne s'est révélé positif.

Y en a vraiment qu'il faudrait empêcher de nuire !

Spoiler:

Spoiler:


Dernière édition par Laverdure le 15/12/20, 07:08 pm, édité 1 fois (Raison : Grossièreté.)

_________________
http://cgt-educ-action-26.ouvaton.org
avatar
Sisyphe
Habitué du forum

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Sisyphe 15/12/20, 07:36 pm
Une inspection qui se passe mal, c'est très dur à digérer. En 2013, j'ai vécu une inspection atroce. Inspectrice qui arrive avec un quart d'heure de retard et me reproche de ne pas avoir fait de "lancement de séance", trop de documents, trop difficile pour les élèves, des élèves trop sages (ce qui était pour elle suspect), des cahiers trop bien tenus. Bref j'étais selon elle un professeur dictateur qui imposait sa culture bourgeoise à de pauvres élèves de LP, sur lesquels je passais ma frustration de ne pas être professeur de lettres, avec des exigences maltraitantes. Elle m'a accusée d'être "un professeur dangereux pour les élèves qu'il fallait former d'urgence". J'ai attendu le rapport 10 mois. Je l'ai contesté mais n'ai pu aller plus loin parce que je partais en congé maternité et quittais la région.
En 2017, je suis de nouveau inspectée. Cette fois, je suis tellement "extraordinaire" que je dois absolument devenir formatrice.

J'ai compris alors que se jouaient surtout dans ces inspections des visions différentes de l'enseignement. Je suis tout ce qu’exècre la première inspectrice. Je crois avant tout à la nécessité de confronter mes élèves à la littérature. Je crois que l'autorité vient des auteurs et qu'ils n'ont pas à se taire pour écouter les autres donner leur opinion sur le texte, ni même pour m'écouter moi, mais pour écouter ces auteurs. Ensuite, on peut discuter, parler de son émotion face au texte... Mais pour cette inspectrice, il y avait de ma part de l'autoritarisme à imposer une culture.

J'en viens à ce que tu disais : il faut que tu trouves comment tu veux enseigner. Parce que finalement nous ne sommes observés qu'une poignée d'heures en inspection et nous vivons avec nos élèves toute l'année. Il faut se sentir bien en classe et donc enseigner comme l'on croit qu'il est bon de le faire. Le défi est avant tout personnel. Je peux ne pas plaire à l'inspecteur. Mais j'ai la vision de ce que je voudrais devenir comme prof et, pour moi, c'est le travail de toute une vie. Je suis très loin d'être arrivée et j'essaie de progresser chaque jour.
Pour toi, la difficulté vient aussi du fait que cette mauvaise inspection se déroule en tout début de carrière et que tu n'as pas encore confiance en toi. Mais tu peux la voir comme un moyen d'accélérer un processus normal dans notre métier. Devenir moins dépendant de ce type de jugement (celui des inspecteurs, de certains parents, de certains collègues).


Dernière édition par Sisyphe le 16/12/20, 01:29 pm, édité 1 fois
gauvain31
gauvain31
Empereur

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par gauvain31 15/12/20, 07:51 pm
Sisyphe a écrit:

J'en viens à ce que tu disais : il faut que tu trouves comment tu veux enseigner. Parce que finalement nous ne sommes observés qu'une poignée d'heures en inspection et nous vivons avec nos élèves toute l'année. Il faut se sentir bien en classe et donc enseigner comme l'on croit qu'il est bon de le faire. Le défi est avant tout personnel. Je peux ne pas plaire à l'inspecteur. Mais j'ai la vision de ce que je voudrais devenir comme prof et, pour moi, c'est le travail de toute une vie. Je suis très loin d'être arrivée et j'essaie de progresser chaque jour.
Pour toi, la difficulté vient aussi du fait que cette mauvaise inspection se déroule en tout début de carrière et que tu n'as pas encore confiance en toi. Mais tu peux la voir comme un moyen d'accélérer un processus normal dans notre métier. Devenir moins dépendant de ce type de jugement (celui des inspecteurs, de certains parents, de certains collègues).

Je pense que tu as très bien résumé la problématique des jeunes collègues débutants : quelle est ma vision du métier? Qu'est-ce que je cherche au fond quand j'enseigne ? J'en reviens donc à l'idée de devenir voir plusieurs collègues en classe : chacun a une patte, une empreinte particulière (je pense que c'est plus vrai en Lettres /anglais qu'en SVT), une façon d'envisager l'enseignement de façon générale. Et à un moment viendra le "déclic", à savoir une rencontre avec un collègue qui fera dire à un néotitulaire : "voilà , c'est cette vision de l'enseignement qui me plaît, c'est ça que je veux faire". Et une fois qu'on a ça, on devient "indestructible" ; il restera à travailler ses cours pour les améliorer, mais on a une colonne vertébrale avec laquelle on peut tenir jusqu'à la fin de sa carrière.  Je souhaite à Scylla de rencontrer le collègue qui l'inspirera.
Mitcindy
Mitcindy
Niveau 10

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Mitcindy 16/12/20, 08:48 am
Bonjour,
ce qui me fait doucement rire, c'est le terme de "visite conseil/d'accompagnement". Ici, il s'agit plutôt d'un "flingage" dans les règles, non ? En quoi, la visite de cet inspecteur est elle constructive ? De toutes les manières, la meilleure façon de s'améliorer dans le métier est l'échange entre les collègues.
neomath
neomath
Érudit

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par neomath 16/12/20, 09:33 am
Au cours d'une carrière d'enseignant les inspecteurs passent à intervalles plus ou moins réguliers, chacun avec des idées bien arrêtées sur le métier. Idées qu'ils ont tout fait pour ne pas avoir à les mettre en œuvre sur le terrain. Selon que leurs lubies correspondent ou pas à nos pratiques nous sommes nuls ou exemplaires. Le plus sage est d'ignorer autant que possible ces gens et se tourner, pour les conseils et exemples, vers nos pairs.
ycombe
ycombe
Monarque

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par ycombe 16/12/20, 02:20 pm
Scylla a écrit: Concrètement, si ce n'est mon sourire derrière mon masque et ma "volonté de bien faire", rien ne s'est révélé positif.
Pour quelqu'un d'expérimenté comme moi, qu'un inspecteur ait beaucoup de reproches à te faire est une bonne chose. Savoir comment enseigner le plus efficacement possible est très souvent simple: il suffit de faire le contraire de ce que recommandent ces gens-là.

Tu sembles donc sur la bonne voie pour tes élèves. Bien sûr, si ton objectif est de devenir professeur de lettres. Si tu souhaites devenir inspecteur toi-même, il vaut mieux changer ton fusil d'épaule et suivre ses «conseils».

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
alanne
alanne
Fidèle du forum

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par alanne 17/12/20, 03:56 pm
Tu me rappelles ma belle-sœur , PE, inspectée tous les 3 ans avec beaucoup de positif à chaque fois , et qui était tombée sur un phénomène pour qui rien n'allait.

Elle lui a alors rétorqué : " Donc Tout ce que je fais et qui est apprécié depuis plus de 10 ans est nul ?"

Il n'avait quoi su répondre et lui avait fait un rapport correct.

_________________
Wait and see
LemmyK
LemmyK
Habitué du forum

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par LemmyK 17/12/20, 06:12 pm
alanne a écrit:Tu me rappelles ma belle-sœur , PE,  inspectée tous les 3 ans avec beaucoup de positif à chaque fois , et qui était tombée sur un phénomène pour qui rien n'allait.

Elle lui a alors rétorqué : " Donc Tout ce que je fais et qui est apprécié depuis plus de 10 ans est nul ?"

Il n'avait quoi su répondre et lui avait fait un rapport correct.

Il ne faut pas se laisser faire, même si ce n'est pas toujours facile bien évidemment.J'avais envoyé une lettre à mon IPR lui demandant pourquoi il nous pressait d'être bienveillant avec les élèves alors que lui ne l'était pas avec moi.De même il sous-entendait qu'un bon professeur ne met pas de mauvaises notes. Innocemment j'ai demandé s'il en était de même des IPR.
Scylla
Scylla
Niveau 2

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Scylla 30/01/21, 10:29 am
Des nouvelles !

Ha@_x a écrit: Un pavé pour une mise de rate au court-bouillon ! :sourit:
Et comme souvent, @gauvain31 parle d'or Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement 2252222100
Bien résumé, en tant que spécialiste de la mise de rate au court-bouillon de mère en fille, je plussoie cette analyse !  Very Happy

Sphinx a écrit:
Je suis d'accord avec Gauvain, moi aussi j'ai demandé à une collègue à assister à ses cours et j'y ai beaucoup appris. De toutes façons si tes collègues sont mal intentionnés et en profitent pour... je ne sais pas, te critiquer dans ton dos ou autre, eh bien, tu es TZR, l'an prochain tu ne les verras plus.

Concernant les points que tu reprends dans ton message maintenant :

Courage, et surtout prends de la distance par rapport à tout ça fleurs
Je ne cite pas tout mais merci Sphinx d'avoir repris les points qui me posaient problème ! Depuis cette fameuse "descente conseils", je perçois que j'étais un peu en roue libre sur les cours de grammaire donc clairement, le reproche était fondé de ce côté là! J'ai du mal à bien cerner le niveau et les difficultés des élèves et je finis souvent par me dire "Mon dieu ! Mais il faut que je reprenne tout pour qu'ils écrivent correctement !", ce qui finalement donne un joli bazar sans queue ni tête. Ton message m'a bien aidée à avancer sur les séances de lecture, je le relis d'ailleurs souvent pour me rappeler de ne pas passer sept heures sur un extrait de texte pour des 5e. Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement 999940070

gauvain31 a écrit:
Sisyphe a écrit:
J'en viens à ce que tu disais : il faut que tu trouves comment tu veux enseigner.
Pour toi, la difficulté vient aussi du fait que cette mauvaise inspection se déroule en tout début de carrière et que tu n'as pas encore confiance en toi. Mais tu peux la voir comme un moyen d'accélérer un processus normal dans notre métier. Devenir moins dépendant de ce type de jugement (celui des inspecteurs, de certains parents, de certains collègues).
Je pense que tu as très bien résumé la problématique des jeunes collègues débutants : quelle est ma vision du métier? Qu'est-ce que je cherche au fond quand j'enseigne ?
Merci Gauvain31 pour tous les conseils avisés et surtout pour l'encouragement à aller voir d'autres collègues, dommage qu'on ne soit pas dans le même bahut, je serais venue tout de suite !  Wink Je me suis rappelée que pendant mon année de stage, je ressortais toujours plus motivée de ces séances d'observation dans les classes des autres, comme si certaines choses devenaient plus claires (beaucoup plus qu'après une journée passée à l'espe/inspe, bla bla...).
Sisyphe, avec le recul, je pense aussi que la question est là. Je ne sais pas encore quelle est ma vision du métier et je n'ai pas trouvé ce que je cherche quand j'enseigne mais ça se construit et ça finira par émerger quand j'aurai le déclic, comme tu dis. Pour la peur du jugement et le syndrome de l'imposteur, je crois qu'il y a un topic dédié, il faudrait que j'aille y faire un tour... :sourit:

Enfin, depuis que j'ai posté ce message, je suis allée voir un collègue de lettres avec sa classe de 4e et je me suis déjà sentie plus rassurée au niveau de la gestion de classe... Oui parce qu'il y a aussi ce côté là qui me pose problème. Ça m'a permis aussi de mesurer ce qui était bancal dans mes préparations et mes façons de faire. Bref, je devrais y retourner régulièrement jusqu'à la fin de mon remplacement. J'ai franchi le pas d'aller demander conseils à divers collègues et je pense sous peu me balader du côté d'autres matières. Du positif donc ! J'essaie de prendre du recul même s'il m'arrive toujours de passer d'horribles weekend pendant lesquels c'est "l'angoisse totale".

Merci à tous pour vos conseils et vos retours, ça fait chaud au coeur ! Pour terminer, je retiens qu'il faut faire autre chose que travailler. Casser la routine du métro/boulot/dodo me serait sans doute profitable si je dois tenir jusqu'à 70 ans ! D'ailleurs, on est samedi matin, je vous laisse pour profiter du peu de liberté qu'il nous reste. cheers
avatar
sab
Niveau 5

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par sab 30/01/21, 11:19 am
C'est amusant parce que l'inspectrice qui est passée me voir cette année m'a reproché d'avoir dédié une partie du cahier à la langue... Smile
Sphinx
Sphinx
Prophète

Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Empty Re: Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement

par Sphinx 30/01/21, 02:00 pm
Super ! Je suis contente de voir que ça va mieux Smile Pour la grammaire, je fais le même constat tous les ans hélas (qu'il faut tout reprendre à zéro). Je me dis que c'est mieux de reprendre les bases de manière bien structurée quitte à ne pas toujours aller au bout du programme. À force de réentendre les mêmes notions niveau CM1 tous les ans, qui sait, ça va peut-être finir par rentrer...

sab a écrit:C'est amusant parce que l'inspectrice qui est passée me voir cette année m'a reproché d'avoir dédié une partie du cahier à la langue... Smile

Disons que je ne crois pas du tout, contrairement à certains ici, que 100% des inspecteurs soient des êtres farcis de lubies incompréhensibles et ne cherchant qu'à nuire, mais il est vrai qu'il y en a, et comme on ne sait jamais trop sur qui on tombe, je pense que le prof se retrouve seul face à son honnêteté intellectuelle : est-ce que ce qu'on me reproche est justifié ou non (indépendamment de la forme, qui peut ne pas toujours être très bienveillante) ? À partir de là, c'est à chacun d'être en phase avec ses propres convictions pédagogiques, surtout sur des sujets aussi annexes que l'organisation du cahier ou du classeur. Mais il me semble qu'en collège, face à des élèves dont le niveau est de plus en plus discutable et qui sont de moins en moins autonome, "toujours de l'ordre et de la structure", "toujours clair et explicite" sont des devises qui ne peuvent qu'améliorer les choses.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather
"- Alors, Obélix, l'Helvétie c'est comment ? - Plat."


Neotitulaire, TZR, en galère : perdue après une visite d'accompagnement Livre11
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum