Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
slynop
Habitué du forum

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par slynop le Mar 27 Aoû 2019 - 16:43
Rien qu'à imaginer leurs têtes lors de ma lecture, ça vaut le coup 😁
Mélisande
Mélisande
Neoprof expérimenté

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Mélisande le Mar 27 Aoû 2019 - 16:49
Je l'ai donné l'an passé à mes 3e, en contrôle à la fin d'une séquence sur la critique de la société, ils ont lu le texte et m'ont lancé des regards un peu hallucinés. Je savourais l'instant ! ^^

Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 27 Aoû 2019 - 16:50
@Zagara a écrit:
@Ponocrates a écrit:
CNRTL a écrit:Oisiveté: État d'une personne qui ne fait rien, momentanément ou de façon durable, qui n'a pas d'occupation précise ou n'exerce pas de profession.
Lire, écouter de la musique,  voyager, bricoler, voir des amis ou une expo, pour moi tout cela pour moi rentre dans la définition... Wink

Uniquement en jouant sur les mots de façon VNR.
État d'une personne qui ne fait rien, momentanément ou de façon durable, qui n'a pas d'occupation précise ou n'exerce pas de profession.
Peu importe.

Oui, cela n'a pas grand chose à voir avec l'otium.

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
Balthazaard
Balthazaard
Grand sage

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Balthazaard le Mar 27 Aoû 2019 - 16:54
@pseudo-intello a écrit:
@jésus a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:
@jésus a écrit: L'oisiveté, c'est bien le temps des vacances, après on trouve le temps long.  
Ou pas.

Après, il faut avoir expérimenter le chômage pour se rendre compte de l'absence d'activité.
Là, au bout de quelques mois, on tourne en rond.
La rentrée de voyage est déprimante, attendre juste la rentrée chez soi, c'est long. Autant attaquer tout de suite, le temps de se reposer.  

Ou pas.

Moi, je ne m'ennnuie jamais.

On pourrait me laisser enfermer trois mois chez moi (avec de la nourriture !), entre tous les bouquins non relus depuis les études de lettres, le jardin, la musique, les enfant,s les petits bricolages éducatifs à destination des enfants, la musique, quelques petits plaisirs régressifs  comme un jeu PC de mon adolescence et la musique, pas de souci. Ensuite, je me sentirais un peu seule, donc je ferais probablement un peu de bénévolat.

Idem, je me couche même très...très tard pour faire durer d'avantage mes journées.
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Elaïna le Mar 27 Aoû 2019 - 16:58
@Mélisande a écrit:Je l'ai donné l'an passé à mes 3e, en contrôle à la fin d'une séquence sur la critique de la société, ils ont lu le texte et m'ont lancé des regards un peu hallucinés. Je savourais l'instant ! ^^


C'est comme Montesquieu sur l'esclavage des nègres. Y'en a toujours un ou deux qui prennent ça au premier degré et vont ensuite couiner chez le PP qu'on fait des trucs racistes en cours d'histoire.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Ponocrates
Ponocrates
Fidèle du forum

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Ponocrates le Mar 27 Aoû 2019 - 17:05
@Elaïna a écrit:
@Mélisande a écrit:Je l'ai donné l'an passé à mes 3e, en contrôle à la fin d'une séquence sur la critique de la société, ils ont lu le texte et m'ont lancé des regards un peu hallucinés. Je savourais l'instant ! ^^


C'est comme Montesquieu sur l'esclavage des nègres. Y'en a toujours un ou deux qui prennent ça au premier degré et vont ensuite couiner chez le PP qu'on fait des trucs racistes en cours d'histoire.
Ne vont-ils pas plutôt couiner que Mme Elaïna est une vilaine raciste ?
Un parent d'élèves m'est tombé dessus en m'accusant de racisme anti-turc, parce que j'avais fait étudier la lettre persane où Usbek écrit "Crois-tu qu'au jour du Jugement ils seront comme les infidèles Turcs, qui serviront d'ânes aux Juifs et les mèneront au grand trot en enfer ? ". J'avais pourtant pris le temps de bien expliquer en cours le comment du pourquoi Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 1665347707

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
Poupoutch
Poupoutch
Modérateur

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Poupoutch le Mar 27 Aoû 2019 - 17:08
@Mélisande a écrit:Je l'ai donné l'an passé à mes 3e, en contrôle à la fin d'une séquence sur la critique de la société, ils ont lu le texte et m'ont lancé des regards un peu hallucinés. Je savourais l'instant ! ^^

Je l'ai fait une année en lecture cursive en seconde... Ben, ça n'avait pas soulevé les foules... (faut dire, j'avais aussi proposé "Médée Kali" de Laurent Gaudé en cursive sur une autre séquence, et l'émasculation avec les dents les a plus marqués que les gants en peau de bébé... Ah... les ados et leurs hormones...)

_________________
Lapin Émérite, celle qui Nage en Lisant ou Inversement, Dompteuse du fauve affamé et matutinal.

"Du bist umzingelt von Idioten
Lebendigen Toten
Sie riechen schon ganz schlecht
Du bist umgeben von Schwachmaten
Sie wissen nichts wie raten
Und haben trotzdem Recht ..."
avatar
pseudo-intello
Expert

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par pseudo-intello le Mar 27 Aoû 2019 - 17:25
@jésus a écrit:Pour être encore plus prosaïque,
Oui, j'ai pris un travail de contractuel pour vivre et payer des factures parce que je n'avais pas la possibilité ( le temps) de trouver autre chose. A la sortie des études, on n'a pas droit au chômage et l'envie de gagner sa vie et d'avoir un appart. Et avec une candidature papier et des coups de fil au rectorat, on avait un travail en rapport direct avec les études et pas loin de chez soi. Un travail alimentaire par " choix forcé" on va dire, c'était soit cela ou l'intérim.
Au-delà du dépannage, on se rend vite compte que la paye d'un contractuel est bien réduite s'il faut assumer la vie dans une grande ville...et que l'on est justement que dans l'alimentaire, et qu'il faut chercher un travail plus pérenne et qui paye mieux pour avoir de l'"extra" Et avoir une paye supérieure à 1300/1400 euros change la vie, vraiment.

Encore une fois, s'occuper à plein de chose chez soi n'est pas de l'oisiveté. Ne rien faire, c'est de l'oisiveté par contre. Si on n'a l'impression d'être plus utile chez soi à s'occuper à diverses choses, c'est ( à mon avis) que le travail que l'on exerce n'a pas de sens et manque d'utilité pour soi.
Car si tous les profs décident de ne plus venir faire cours, , ça va être le chaos pour les écoliers, collégiens, lycéens et j'en passe. Un prof qui ne va pas travailler, ça se voit. Il a milles professions où une absence ne se voit pas.

Ou alors, qu'on a une vie personnelle, intellectuelle et intérieure plus riche que ceux qui ne savent pas quoi faire une fois leurs tâches rémunérées finies.
Ou alors, qu'on vit dans un endroit suffisamment agréable pour ne pas ressentir le besoin de s'en échapper le plus chair de la journée 5 jours par semaine.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Lefteris le Mar 27 Aoû 2019 - 22:03
@Orlanda a écrit:Le problème de ce métier, c'est qu'il n'est pas alimentaire - les salaires sont trop bas -, et qu'il n'a plus vraiment les moyens d'être stimulant - je m'y ennuie comme un rat mort parce que rien de ce que je voudrais pouvoir y entreprendre n'est possible -.
C'est exactement un métier impossible.
Certainement pas quand on y rentre.Mais ça devient alimentaire quand il faut continuer à y aller alors qu'on n'y trouve qu'ennui et dégoût, et que ce que l'on nous demande ou nous impose contrevient à nos valeurs, démolit nos disciplines, met des entraves à notre enseignement.Et comme on n'est pas dans une série télé, on ne démissionne pas, on se met à raisonner et on préfère un salaire de prof que faire les poubelles et vivre sous les ponts. Bien malheureusement, la sagesse populaire a raison dans les faits : "y avait qu'à pas faire ce boulot".

@Balthazaard a écrit:

Idem, je me couche même très...très tard pour faire durer d'avantage mes journées.
"Le Sommeil est frère de la Mort" disait un ancien proverbe grec. Aucune journée n'est assez longue pour me permettre de faire ce que je voudrais faire ...ou ne pas faire..

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, utilisée pour toutes les démolitions, expliquée sans fard par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 27 Aoû 2019 - 22:12
Sur la scandaleuse rapidité des journées, on est bien d'accord.
Moins avec le proverbe grec. On fait difficilement plus intense qu'un beau rêve.

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
avatar
Alyénor
Niveau 3

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Alyénor le Mar 27 Aoû 2019 - 22:12
Un salaire de certifié est à la limite de l'alimentaire, pour un agrégé c'est un petit peu mieux.
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 27 Aoû 2019 - 22:16
@Alyénor a écrit:Un salaire de certifié est à la limite de l'alimentaire, pour un agrégé c'est un petit peu mieux.

Mon salaire de certifié est à la fois alimentaire, livresque et stupéfiantaire. Il est vrai que je n'ai pas d'enfants.

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
zigmag17
zigmag17
Érudit

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par zigmag17 le Mar 27 Aoû 2019 - 22:24
Mon salaire de PLP, égal à celui d'un certifié, est également alimentaire et livresque; j'ajouterais dvdesque, cinéiste de temps à autre et concertoïde quand je peux, bibelotesque souvent. Je claque pas mal dans des bêtises, et même si je n'ai pas d'enfant, je ne suis pas assez raisonnable pour que ce salaire soit "stupéfiantaire", loin s'en faut. J'ai juré de m'améliorer parce qu'au vu de la féérie promise pour les retraites si je continue à vouloir essayer de vivre normalement (à ma façon) je risque de finir sous les ponts, édentée et aigrie et sans mes livres. Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 1363553205
avatar
pseudo-intello
Expert

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par pseudo-intello le Mar 27 Aoû 2019 - 23:06
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Alyénor a écrit:Un salaire de certifié est à la limite de l'alimentaire, pour un agrégé c'est un petit peu mieux.

Mon salaire de certifié est à la fois alimentaire, livresque et stupéfiantaire. Il est vrai que je n'ai pas d'enfants.

Pourtant, si tu avais un enfant, tu toucherais le généreux supplément familial de traitement de deux euros par mois, ce qui te ferait vivre dans la fortune et l'opulence. professeur


Dernière édition par pseudo-intello le Mar 27 Aoû 2019 - 23:12, édité 1 fois
Anaxagore
Anaxagore
Guide spirituel

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Anaxagore le Mar 27 Aoû 2019 - 23:08
Et ce serait viande tous les jours. professeur

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 27 Aoû 2019 - 23:44
@pseudo-intello a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Alyénor a écrit:Un salaire de certifié est à la limite de l'alimentaire, pour un agrégé c'est un petit peu mieux.

Mon salaire de certifié est à la fois alimentaire, livresque et stupéfiantaire. Il est vrai que je n'ai pas d'enfants.

Pourtant, si tu avais un enfant, tu toucherais le généreux supplément familial de traitement de deux euros par mois, ce qui te ferait vivre dans la fortune et l'opulence. professeur

De quoi financer mes réceptions du lundi soir. On s'imagine pas, mais faire partie du monde ça coûte.

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
Not a Panda
Not a Panda
Niveau 10

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Not a Panda le Mer 28 Aoû 2019 - 0:04
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@pseudo-intello a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Alyénor a écrit:Un salaire de certifié est à la limite de l'alimentaire, pour un agrégé c'est un petit peu mieux.

Mon salaire de certifié est à la fois alimentaire, livresque et stupéfiantaire. Il est vrai que je n'ai pas d'enfants.

Pourtant, si tu avais un enfant, tu toucherais le généreux supplément familial de traitement de deux euros par mois, ce qui te ferait vivre dans la fortune et l'opulence. professeur

De quoi financer mes réceptions du lundi soir. On s'imagine pas, mais faire partie du monde ça coûte.

Y aura du homard ? bounce
DesolationRow
DesolationRow
Monarque

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par DesolationRow le Mer 28 Aoû 2019 - 0:29
Consanguineus leti sopor c’est pas Virgile ? Il a pompé qui ?
Mathador
Mathador
Grand sage

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Mathador le Mer 28 Aoû 2019 - 4:04
@zigmag17 a écrit:Je claque pas mal dans des bêtises, et même si je n'ai pas d'enfant, je ne suis pas assez raisonnable pour que ce salaire soit "stupéfiantaire", loin s'en faut.
Ah ? Je crois que je n'ai pas interprété la racine « stupéfiant » de la même façon abi .

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mer 28 Aoû 2019 - 5:55
@DesolationRow a écrit:Consanguineus leti sopor c’est pas Virgile ? Il a pompé qui ?

Je ne voudrais pas t'humilier, mais une brève recherche sur la toâle m'a donné : "L'espressione, in una forma simile, la si trova in Omero, che nel XIV libro dell'Iliade, espressamente definisce il sonno (Hypnos) e morte (Thanatos) come fratelli." (Wikipédia)

Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes


Spoiler:
Rolling Eyes

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
zigmag17
zigmag17
Érudit

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par zigmag17 le Mer 28 Aoû 2019 - 6:01
Mathador: je me suis posé la question mais je me suis dit: "nooonnn?". Bon. Laughing
Anaxagore
Anaxagore
Guide spirituel

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Anaxagore le Mer 28 Aoû 2019 - 6:04
Là, elle rencontra le Sommeil, frère de la mort. (Iliade, XIV, 231). (P240 GF)

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
DesolationRow
DesolationRow
Monarque

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par DesolationRow le Mer 28 Aoû 2019 - 7:01
Je suis fort penaud.
Lisebeth
Lisebeth
Je viens de m'inscrire !

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Lisebeth le Mer 28 Aoû 2019 - 10:19
Tous les métiers sont par définition alimentaires :on bosse pour payer les factures et la nourriture.

La copine d'un ami a passé 2 ans sans bosser (rupture conventionnelle) pour "réfléchir" au métier qu'elle aimerait faire (à 45 ans après divers boulots dont aucun ne lui plaisait).
Finalement, elle se tourne vers un métier : tourneur sur bois.
Elle compte gagner sa vie en faisant ça,sans aucune formation, sans rien y connaitre, en faisant des petits stages de 3-4 jours.
Mais en attendant, elle va faire un métier "alimentaire" d'après elle : bosser en intérim.
Il y en a qui rêve un peu.................
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par Zagara le Mer 28 Aoû 2019 - 10:24
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.

C'est pas d'Homère ça. pingouin
avatar
jésus
Habitué du forum

Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ? - Page 35 Empty Re: Peut-on enseigner en considérant ce métier comme "alimentaire" ?

par jésus le Mer 28 Aoû 2019 - 10:48
Oui, après les choses sont simples ou pas.

Quel autre métier êtes-vous capables d'exercer avec votre bagage de formation ou d'expérience?
Si vous ne pouvez que faire de l'enseignement, à moins de refaire une formation, vous ne pourrez que faire enseignant.
Ou sinon, explorer l'enseignement agricole, les MFR, les centre de formation privé, les GRETA, ou être auto-entrepreneurs pour des cours particuliers.
Et ce n'est pas forcément "mieux" que l'EN passé un certain stade d'ancienneté et d'expérience. Quitter une paye à plus de 2000 euros, pour une rémunération de débutant à 1500/1600 euros, à l'heure de gros problème de revalorisation de salaire, cela pose question.
L'expérience se paye, on rémunère parfois selon expérience, mais ailleurs aussi les budgets sont contraints, et d'une manière ou d'une autre, si vous changez de filière, vous débutez. Tant que vous n'avez pas une liste de compétences pro suffisamment longue et monnayable, un employeur ne vous calculera pas.

Et chose que je dis depuis des lustres, il faut sortir des études avec plusieurs cordes à son arc, soit une autre formation, diplôme professionnel pour assurer ses arrières en cas d'envie de reconversion ( avec des expériences, c'est mieux) et ne pas partir de rien.
Avoir des formations, c'est compliqué. Le DIF, ( en ce qui me concerne après 10 ans de travail, ne me donne que 51 h de travail) Il faut trouver une formation qui vous accepte ( j'ai demandé à refaire un master 2 pro, ça m'a été refusé, même si on montre patte blanche) ou avoir un conseiller pôle emploi qui accepte votre formation, accepter de perdre en revenu, de déménager pour se rapprocher de la formation ( aller trouver une formation intéressante en dehors des grandes villes universitaires) , trouver le temps d'aller à des entretiens d'embauche qui ne tombent pas pendant des heures de cours.
Il y a un fantasme, du cadre qui plaque tout, se reconverti facilement, part vivre à la campagne,etc. Mais sans revenu suffisant, compte en banque garni, c'est une galère ( accentuée quand on a des enfants à charge) C'est la réalité.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum