Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par AsarteLilith le Jeu 16 Fév 2017, 19:01

Programme de français 6e : trop lourd pour 3h30 si on veut faire bien. Sinon, il faut bâcler, sabrer dans la grammaire ou les textes. Je préfère trancher dans l'HDA.
Programmes de latin : déjà ambitieux avec 2 ou 3h, pire avec 1 ou 2h

AP : on fait des choses intéressantes, en 6e comme en 3e avec la collègue : 6e: projet autour du vocabulaire (travail voc/écrit/oral / en groupes) et 3e (entraînement réécriture + maîtrise grammaire). Mais je préfèrerais en plus des heures de français, pas dedans.

AsarteLilith
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Eleven le Jeu 16 Fév 2017, 19:04

D'après les formateurs, l'AP c'est pendant les cours en classe entière. Il faut faire noter AP dans le cahier ...
Donc non, pour moi, ce n'est PAS de l'AP si c'est en classe entière ...

_________________
2015-2016 : Première année contractuelle : trois classes de cinquièmes, trois classes de sixièmes.
2016-2017 : Deuxième année contractuelle : deux classes de troisièmes, une classe de quatrièmes, trois classes de cinquièmes.

Eleven
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par henriette le Jeu 16 Fév 2017, 19:18

@Marlou.Bassboost a écrit:j'ai ma classe de 5eme en AP classe entière une semaine et AP dédoublée la semaine suivante. Je n'ai que des élèves de ma classe.
C'est la configuration que j'ai aussi. Je ne comprends pas du coup pourquoi cela te fait prendre du retard.
Je veux dire par là, puisque tu as ta classe, tes élèves, tu fais ton programme. Si c'est estampillé AP sur Pronote, ma foi, quelle importance ? Puisque de toute façon on nous serine que l'AP sert à traiter le programme, ben justement, traite ton programme.

Pour ma part, par exemple; sur les heures étiquetées AP, je fais le plus souvent ce que j'appelle des "ateliers d'expression écrite" : je fais tout bêtement mon programme en faisant travailler sur ces temps les écrits intermédiaires (à la façon par exemple de la démarche TDL) et en préparant la rédaction finale.
Et sinon, j'y fais des séances de "révision/approfondissement" avant les évaluations, ou de "remédiation/perfectionnement" après. Rien de révolutionnaire du tout, tu vois.
Bref, ce que je faisais déjà avant, sauf que j'estampille ça AP, et que j'ai gagné 1/2 par rapport à l'horaire plancher, et des demi-groupes par quinzaine, ce que je n'avais pas avant non plus.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Elyas le Jeu 16 Fév 2017, 19:57

On a mis en place un AP particulier dans une classe expérimentale. L'anglais, le français, l'HG et les maths ont chacun donné 0,5h pour créer 2h de plan de travail où, grâce à 2h de marge, nous sommes 2 pour chacun des heures (professeurs d'Hg et français en 1re heure et professeurs de maths et anglais la 2e heure). Les élèves ont un plan de travail avec des travaux faisant avancer le cours et différenciés pour chaque discipline engagée (et la possibilité de faire un cinquième travail s'ils ont fini). Cet AP a lieu dans la même salle et on fait un petit atelier pour 3 à 5 élèves pour faire de la remédiation ou de l'approfondissement à chaque heure (par exemple, en semaine A atelier d'HG en 1re heure et d'anglais en 2e heure et en semaine B ateliers de français en 1re heure et de maths en 2e heure), cet atelier dure 20 mn.

Nous sommes assez ravis des résultats. Pas de décrochage, les élèves en difficulté (on a 10 PPRE-passerelle/ex-UPE2A/ex-ULIS TLC) s'en sortent et ne perdent pas pied. La mise au travail et le travail effectif montent fortement et on travaille principalement les travaux d'écriture et d'application.

L'an prochain, il nous a été accordés gentiment de pouvoir créer une 5e coopérative où nous ferons le même dispositif (de nouveaux collègues intéressés nous ont rejoints). On pense mettre les créneaux des plans de travail des 6e et 5e sur les mêmes horaires et dans des salles voisines pour que les 4 professeurs puissent passer d'une salle à une autre sur les 2h, qu'on puisse créer une dynamique de coopération par les pairs entre les 6e et les 5e et multiplier les ateliers tant d'approfondissement que de remédiation grâce à ce système (on pourra même aider des élèves de 5e qui ne maîtrisent pas des éléments de cycle 3 en anglais, français et maths grâce à ce système tout en faisant avancer tous les élèves). Je ne cache pas que j'ai eu l'impression qu'on nous faisait la mendicité quand on nous a accordé les 2h de marge pour faire notre projet (en fait, ça coûte même moins grâce à des astuces de calcul de DHG). Les autres disciplines ayant toutes eu des demi-groupes, il restait des heures.

Mon collègue de mathématiques qui est un furieux à l'ancienne (et que j'adore mais il est critiqué car il a 11 de moyenne en 6e quand les autres ont 15 de moyenne, faut dire que pour lui, quand c'est faux, c'est faux et donc 0 ; mais bon, les élèves maîtrisent les maths quand ils arrivent en 2de avec lui, ses élèves ne s'effondrent pas) ne comprend pas pourquoi on n'étend pas le système à toutes les autres classes.

En fait, nous constatons que nous gagnons énormément de temps avec ce dispositif. Nous donnons 30 mn de cours mais en réalité les élèves effectuent des travaux qui prennent souvent 40 à 45 mn en cours (relecture-correction-rédaction en français, élaboration de récits historiques et de croquis en HG, fiches d'exercices en chaînes en mathématiques (je crois qu'il y a 12 exercices par fiches et il en donne souvent 2), pratiques langagières complexes en anglais).

Les élèves font leur travail dans l'ordre qu'ils veulent, pouvant profiter de la présence du professeur ou non, pouvant s'entraider ou non (il y a des règles, on coopère càd qu'on aide à comprendre et non pas faire le même rendu). Cela fonctionne plutôt bien. En classe, la mise au travail des élèves de cette classe est quasi-immédiate, même les pénibles ne rechignent pas à bosser (bon, certains bâclent mais ça devient moins vrai).

Après, nous nous posons une question : est-ce le dispositif qui crée ces résultats ou est-ce l'alchimie de la classe ? On a un début de réponse car nous avons des classes de 6e qui ne sont pas sous ce dispositif et la mise au travail est plus compliquée. Cependant, malgré des classes témoins, il faut voir avec une nouvelle cohorte de 6e l'an prochain.

On a donc la classe entière qui travaille en plan de travail personnalisé sur deux heures sous l'apprentissage de deux professeurs en même temps par heure avec des ateliers de remédiation ou d'approfondissement.

Cependant, je suis aussi conscient que ce type de dispositif ne peut pas être systématisé car c'est une façon de travailler qui ne peut pas convenir à tout le monde. On fait ça dans notre coin et personne ne nous ennuie et nous sommes ravis.

EDIT : la classe a 29 élèves.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Peinard le Jeu 16 Fév 2017, 20:08

AP & EPI en classe entière et sans co-intervention. Conclusion : cours de Mathématiques.

_________________
http://www.reformeducollege.fr/ http://www.cartecollege.fr/

Peinard
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par henriette le Jeu 16 Fév 2017, 20:15

@Elyas a écrit:On a mis en place un AP particulier dans une classe expérimentale. L'anglais, le français, l'HG et les maths ont chacun donné 0,5h pour créer 2h de plan de travail où, grâce à 2h de marge, nous sommes 2 pour chacun des heures (professeurs d'Hg et français en 1re heure et professeurs de maths et anglais la 2e heure). Les élèves ont un plan de travail avec des travaux faisant avancer le cours et différenciés pour chaque discipline engagée (et la possibilité de faire un cinquième travail s'ils ont fini). Cet AP a lieu dans la même salle et on fait un petit atelier pour 3 à 5 élèves pour faire de la remédiation ou de l'approfondissement à chaque heure (par exemple, en semaine A atelier d'HG en 1re heure et d'anglais en 2e heure et en semaine B ateliers de français en 1re heure et de maths en 2e heure), cet atelier dure 20 mn.

Nous sommes assez ravis des résultats. Pas de décrochage, les élèves en difficulté (on a 10 PPRE-passerelle/ex-UPE2A/ex-ULIS TLC) s'en sortent et ne perdent pas pied. La mise au travail et le travail effectif montent fortement et on travaille principalement les travaux d'écriture et d'application.

L'an prochain, il nous a été accordés gentiment de pouvoir créer une 5e coopérative où nous ferons le même dispositif (de nouveaux collègues intéressés nous ont rejoints). On pense mettre les créneaux des plans de travail des 6e et 5e sur les mêmes horaires et dans des salles voisines pour que les 4 professeurs puissent passer d'une salle à une autre sur les 2h, qu'on puisse créer une dynamique de coopération par les pairs entre les 6e et les 5e et multiplier les ateliers tant d'approfondissement que de remédiation grâce à ce système (on pourra même aider des élèves de 5e qui ne maîtrisent pas des éléments de cycle 3 en anglais, français et maths grâce à ce système tout en faisant avancer tous les élèves). Je ne cache pas que j'ai eu l'impression qu'on nous faisait la mendicité quand on nous a accordé les 2h de marge pour faire notre projet (en fait, ça coûte même moins grâce à des astuces de calcul de DHG). Les autres disciplines ayant toutes eu des demi-groupes, il restait des heures.

Mon collègue de mathématiques qui est un furieux à l'ancienne (et que j'adore mais il est critiqué car il a 11 de moyenne en 6e quand les autres ont 15 de moyenne, faut dire que pour lui, quand c'est faux, c'est faux et donc 0 ; mais bon, les élèves maîtrisent les maths quand ils arrivent en 2de avec lui, ses élèves ne s'effondrent pas) ne comprend pas pourquoi on n'étend pas le système à toutes les autres classes.

En fait, nous constatons que nous gagnons énormément de temps avec ce dispositif. Nous donnons 30 mn de cours mais en réalité les élèves effectuent des travaux qui prennent souvent 40 à 45 mn en cours (relecture-correction-rédaction en français, élaboration de récits historiques et de croquis en HG, fiches d'exercices en chaînes en mathématiques (je crois qu'il y a 12 exercices par fiches et il en donne souvent 2), pratiques langagières complexes en anglais).

Les élèves font leur travail dans l'ordre qu'ils veulent, pouvant profiter de la présence du professeur ou non, pouvant s'entraider ou non (il y a des règles, on coopère càd qu'on aide à comprendre et non pas faire le même rendu). Cela fonctionne plutôt bien. En classe, la mise au travail des élèves de cette classe est quasi-immédiate, même les pénibles ne rechignent pas à bosser (bon, certains bâclent mais ça devient moins vrai).

Après, nous nous posons une question : est-ce le dispositif qui crée ces résultats ou est-ce l'alchimie de la classe ? On a un début de réponse car nous avons des classes de 6e qui ne sont pas sous ce dispositif et la mise au travail est plus compliquée. Cependant, malgré des classes témoins, il faut voir avec une nouvelle cohorte de 6e l'an prochain.

On a donc la classe entière qui travaille en plan de travail personnalisé sur deux heures sous l'apprentissage de deux professeurs en même temps par heure avec des ateliers de remédiation ou d'approfondissement.

Cependant, je suis aussi conscient que ce type de dispositif ne peut pas être systématisé car c'est une façon de travailler qui ne peut pas convenir à tout le monde. On fait ça dans notre coin et personne ne nous ennuie et nous sommes ravis.

EDIT : la classe a 29 élèves.
Je suis très curieuse de voir ce que cela donnera l'an prochain avec d'autres élèves, Elyas. Les 6e actuels poursuivront en 5e sans changement de classe (si oui, quid de l'impact du choix des LV2 et du latin sur les EDT ?), ou bien s'agira-t-il d'autres élèves ?

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Elyas le Jeu 16 Fév 2017, 20:34

Nos 6e coopératifs deviendront les 5e coopératifs. Il y a une montée pédagogique avec la classe devant rester identique selon les décisions actuelles (afin de voir les résultats à long terme de nos choix pédagogiques). J'ai essayé de dire qu'alors, il peut y avoir latin et espagnol/allemand dans la classe et on m'a répondu : Évidemment !

Je ne sais absolument pas ce que cela va donner. Je pourrais dire mes suppositions et mes théories mais cela resterait du vent tant que ce n'est pas fait, surtout que les projets de pédagogie coopérative dans le secondaire sont souvent des petits projets même si je connais au moins 3 autres projets (1 en lycée sur une 2de et une 1re S, 2 autres en collège).

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par slynop le Jeu 16 Fév 2017, 20:51

@Eleven a écrit:D'après les formateurs, l'AP c'est pendant les cours en classe entière. Il faut faire noter AP dans le cahier ...
Donc non, pour moi, ce n'est PAS de l'AP si c'est en classe entière ...

Heureusement, ce n'est pas ainsi dans mon collège. J'ai des groupes de niveaux qui oscillent entre 15 et 20.

slynop
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Dinaaa le Jeu 16 Fév 2017, 21:41

Nouveaux programmes : il y a des thèmes qui me parlent (3e, Dénoncer les travers de la société) et d'autres beaucoup moins (5e Vivre avec les autres : amis, famille, réseaux).

EPI : Sais pas, pas encore fait, je suis encore dans le déni.

AP : en 6e, c'est l'horreur, 2 classes pour 3 profs, groupes mélangés, perte de temps abyssale et pas assez de temps de vrais cours pour avancer. Impression de gâcher un temps précieux à un âge où les élèves sont très réceptifs.
en 3e, cours en classe entière, on l'estampille AP et on fait de la remédiation en orthographe décrochée du cours, c'est probant, certains élèves reprennent confiance.

Sinon, c'est l'hémorragie, beaucoup de CM2 n'arriveront jamais chez nous, la fuite vers le privé continue. Et ceux qui restent, comment dire, ne sont pas les meilleurs. Constat déprimant.

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par ZeSandman le Jeu 16 Fév 2017, 23:26

Merci Elyas pour ce partage, je trouve l'idée intéressante, même si elle est liée à une dhg suffisante, ou aussi à une ventilation de celle-ci qui puisse le permettre .

_________________
Ce sont les rêves qui donnent au monde sa forme.

ZeSandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Elyas le Ven 17 Fév 2017, 07:50

@ZeSandman a écrit:Merci Elyas pour ce partage, je trouve l'idée intéressante, même si elle est liée à une dhg suffisante, ou aussi à une ventilation de celle-ci qui puisse le permettre .

Je ne sais pas, notre H/e est de 1,02. Je ne crois pas que ce soit énorme.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Marlou.Bassboost le Ven 17 Fév 2017, 08:34

Le H/E ne veut rien dire. Tout dépend des effectifs des divisions.
Je vois qu'on se sort finalement bien d'une situation qu'on déplorait l'année dernière.
Personnellement je vis mal le changement du programme de maths et la réduction d'horaires en 3ème.
Je vis aussi mal qu'on me demande de jouer avec Scratch.
J'adore mon métier et mes élèves surtout les 3emes mais je ne suis satisfaite ni de l'organisation imposée par les collègues l'an passé ni par les contenus et les horaires.
Rassurez vous je vais très bien et j'ai des projets hors EPI et AP que je ne me vois pas approfondir en classe.
Vous avez accepté de donner une demi heure chacun c'est bien. Avant on avait l'accompagnement éducatif vite mis aux oubliettes.
Non. Cette réforme ne me convient pas et amène les parents dans les bras du privé.
En fait ce que je fais en.AP c'est bien. Je peux vous l enrober de mots jolis et le vendre .
Mais c'est un peu ce que je fais dans un cours classique. Différencier passer dans les groupes faire des revisions des applications de l'approfondissement....de la culture mathématiques, du scratch quand ils sont en demi groupe.
Bref. On refait les mêmes choses parce que nous avons toujours voulu faire progresser nos élèves, prendre en compte leur hétérogénéité mais là on communique comme nous l'a bien montré le ministère.
Donc je ne suis pas satisfaite. Plutôt en colère contre cette réforme.

_________________
Nelson Mandela : « en faisant scintiller notre lumière nous offrons la possibilité aux autres d'en faire autant »

Marlou.Bassboost
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Chocolat le Ven 17 Fév 2017, 08:58

Épuisement (enseignants et équipe de direction)
Calendrier totalement irréaliste
Pilotage académique et national catastrophique
Inégalités entre les établissements
Plus-value dérisoire





_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par alprechac2 le Ven 17 Fév 2017, 10:14

Chez nous :
- certes on a de l'AP en demi-groupe, 1h par quinzaine, mais on a dû l'accepter en HSA, voire HSE pour les temps partiels, donc l'épuisement nous guette tous. Du coup, on a 3h30 en classe entière, on n'avance pas, ni en 6e ni en 3e.
- les EPI ... je ne sais pas, j'ai les niveaux où il n'y en a pas ; mes collègues de Lettres qui en font sont globalement larguées et pas ravies de devoir faire un pseudo cours de langues anciennes mélangées à du français et de la SVT en 5e.
- mon problème principal vient du fait que mes collègues de sciences et maths, qui sont à fond pour la réforme, font travailler les élèves en îlots, classes inversées ... etc. Nous sommes donc plusieurs, qui travaillons de manière traditionnelle, à constater que les élèves sont dans nos cours incapables de se concentrer et écouter, tout simplement, ce que l'on dit. On remarque une différence flagrante.
- mon autre problème, c'est que bienveillance et compétences, c'est bien gentil, mais en tant que PP de 3e, je me retrouve avec des élèves qui ont entre 11 et 14 de moyenne en sciences, maths et langues vivantes (bcp de travaux de groupe), mais pour lesquels mes collègues (qui mettent ces notes) me disent, horrifiés : "Ah non ! pas la 2nde GT pour untel", sauf que pour expliquer aux parents que non, malgré ses 13 de moyenne générale, leur petit n'ira pas en 2nde GT, c'est mission impossible (et le petit ira, parce qu'on ne va pas aller en appel avec des moyennes pareilles). Comment se tirer une balle dans le pied ...

_________________
Habillez vos petits !http://www.neoprofs.org/t83863-vd-fille-mixte-du-1-mois-au-24-mois-maj-27-01-nombreuses-marques#2801921

Pour figurer dans la récap' des bébés néo, envoyez-moi un MP

alprechac2
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par gauvain31 le Ven 17 Fév 2017, 16:18

@alprechac2 a écrit:Chez nous :
- certes on a de l'AP en demi-groupe, 1h par quinzaine, mais on a dû l'accepter en HSA, voire HSE pour les temps partiels, donc l'épuisement nous guette tous. Du coup, on a 3h30 en classe entière, on n'avance pas, ni en 6e ni en 3e.
- les EPI ... je ne sais pas, j'ai les niveaux où il n'y en a pas ; mes collègues de Lettres qui en font sont globalement larguées et pas ravies de devoir faire un pseudo cours de langues anciennes mélangées à du français et de la SVT en 5e.
- mon problème principal vient du fait que mes collègues de sciences et maths, qui sont à fond pour la réforme, font travailler les élèves en îlots, classes inversées ... etc. Nous sommes donc plusieurs, qui travaillons de manière traditionnelle, à constater que les élèves sont dans nos cours incapables de se concentrer et écouter, tout simplement, ce que l'on dit. On remarque une différence flagrante.
- mon autre problème, c'est que bienveillance et compétences, c'est bien gentil, mais en tant que PP de 3e, je me retrouve avec des élèves qui ont entre 11 et 14 de moyenne en sciences, maths et langues vivantes (bcp de travaux de groupe), mais pour lesquels mes collègues (qui mettent ces notes) me disent, horrifiés : "Ah non ! pas la 2nde GT pour untel", sauf que pour expliquer aux parents que non, malgré ses 13 de moyenne générale, leur petit n'ira pas en 2nde GT, c'est mission impossible (et le petit ira, parce qu'on ne va pas aller en appel avec des moyennes pareilles). Comment se tirer une balle dans le pied ...

C'est une des choses que je ne supporte plus en collège (heureusement que je n'y suis pas affecté cette année); je ne comprends pas cette schizophrénie volontaire. Pourquoi alors surnoter ? Par peur des parents? Par peur des IPR? Par peur du CDE ? Autant alors le dire franchement en conseil de classe même si ce n'est pas politiquement correct. Si il a plus de 10 c'est qu'il travaille assez pour le niveau 3ème; si un collègue estime que le niveau d'un élève n'est pas suffisant, pourquoi alors lui mettre la moyenne ?

Ca me rappelle un conseil de classe il y a 3 ans où le collègue de maths avait dit à une classe qui avait 11 de moyenne que "si il devait compter que les résultats des devoirs surveillés, la classe serait à 6.5 de moyenne". J'avais envie de lui dire "alors pourquoi surnotes-tu? " Mais bon je me suis retenu pour éviter de le mettre mal à l'aise... de toute façon le CDE a fait passé tout le monde, appuyé forcément par ces faux résultats.

Vraiment je ne comprends pas cette attitude. Est-ce un crime d'avoir une moyenne inférieure à 10 ?


Dernière édition par gauvain31 le Sam 18 Fév 2017, 14:39, édité 1 fois

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par TFS le Ven 17 Fév 2017, 16:38

@Marlou.Bassboost a écrit:Le H/E ne veut rien dire. Tout dépend des effectifs des divisions.
Je vois qu'on se sort finalement bien d'une situation qu'on déplorait l'année dernière.
Personnellement je vis mal le changement du programme de maths et la réduction d'horaires en 3ème.
Je vis aussi mal qu'on me demande de jouer avec Scratch.
J'adore mon métier et mes élèves surtout les 3emes mais je ne suis satisfaite ni de l'organisation imposée par les collègues l'an passé ni par les contenus et les horaires.
Rassurez vous je vais très bien et j'ai des projets hors EPI et AP que je ne me vois pas approfondir en classe.
Vous avez accepté de donner une demi heure chacun c'est bien. Avant on avait l'accompagnement éducatif vite mis aux oubliettes.
Non. Cette réforme ne me convient pas et amène les parents dans les bras du privé.
En fait ce que je fais en.AP c'est bien. Je peux vous l enrober de mots jolis et le vendre .
Mais c'est un peu ce que je fais dans un cours classique. Différencier passer dans les groupes faire des revisions des applications de l'approfondissement....de la culture mathématiques, du scratch quand ils sont en demi groupe.
Bref. On refait les mêmes choses parce que nous avons toujours voulu faire progresser nos élèves, prendre en compte leur hétérogénéité mais là on communique comme nous l'a bien montré le ministère.
Donc je ne suis pas satisfaite. Plutôt en colère contre cette réforme.

Je me sens tout à fait à l'unisson avec mon expérience en 4ème... On enrobe de jargon ce que l'on faisait déjà, mais en y perdant certains repères... les contenus du programmes sont devenus flous... les modalités d'évaluation encore plus... et le temps pour bien faire s'est encore réduit à une peau de chagrin... et scratch m'em...de (essayes Algoblocs, c'est au moins des maths !).

TFS
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Marlou.Bassboost le Ven 17 Fév 2017, 16:43

merci je vais tester Smile ... mais on verra ça l'an prochain, peut être en atelier mathématiques.( fait gratos, puisqu'on a plus les moyens de faire de l'accompagnement éducatif, c'est trop discriminatoire et les zinégalités toussa toussa )


_________________
Nelson Mandela : « en faisant scintiller notre lumière nous offrons la possibilité aux autres d'en faire autant »

Marlou.Bassboost
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par natha le Ven 17 Fév 2017, 17:25

- je dois refaire tous les programmes : j'ai trois niveaux je suis épuisée et quand on s'attaque à la lecture réelle des programmes on se rend compte que beaucoup de choses ont changé donc ilfaut refaire tous les cours ...sans parler du DNB pour lequel nous n'avons eu qu'un malheureux sujet zéro et l'on doit s'en contenter popur avoir une petite idée de ce à quoi il faut s'attendre .
- j'ai de l'AP en 6ème mais seulement pour les non-CHAM je dois donc créer des exercices particuliers pour ce groupe sans pour autant pénaliser ceux qui n'ont pas droit à ces cours .
- AP en 3ème en groupe : c'est bien on peut travailler des points de méthodologie tout en poursuivant le programme. Comme ils sont peu nombreux c'est vraiment une aide plus individualisée et je fais faire des exercices de trois niveaux différents ( et encore du travail supplémentaire !)

Mais le CE s'est fait taper sur les doigts par l'inspecteur d'académie car il paraît que rien ne correspond à l'esprit de la réforme . Donc depuis décembre réunions incessantes , mails nous demandant de justifier tout ce que nous faisons en AP .
Je précise je ne fais pas d'EPI (j'étais contre ) et je ne vois pas quand j'aurais eu le temps.

Bref une année terrible , heureusement que j'aime encore faire cours à mes élèves et que ces derniers me donnent du positif en retour .

natha
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par alprechac2 le Ven 17 Fév 2017, 17:31

@gauvain31 a écrit:
@alprechac2 a écrit:Chez nous :
- certes on a de l'AP en demi-groupe, 1h par quinzaine, mais on a dû l'accepter en HSA, voire HSE pour les temps partiels, donc l'épuisement nous guette tous. Du coup, on a 3h30 en classe entière, on n'avance pas, ni en 6e ni en 3e.
- les EPI ... je ne sais pas, j'ai les niveaux où il n'y en a pas ; mes collègues de Lettres qui en font sont globalement larguées et pas ravies de devoir faire un pseudo cours de langues anciennes mélangées à du français et de la SVT en 5e.
- mon problème principal vient du fait que mes collègues de sciences et maths, qui sont à fond pour la réforme, font travailler les élèves en îlots, classes inversées ... etc. Nous sommes donc plusieurs, qui travaillons de manière traditionnelle, à constater que les élèves sont dans nos cours incapables de se concentrer et écouter, tout simplement, ce que l'on dit. On remarque une différence flagrante.
- mon autre problème, c'est que bienveillance et compétences, c'est bien gentil, mais en tant que PP de 3e, je me retrouve avec des élèves qui ont entre 11 et 14 de moyenne en sciences, maths et langues vivantes (bcp de travaux de groupe), mais pour lesquels mes collègues (qui mettent ces notes) me disent, horrifiés : "Ah non ! pas la 2nde GT pour untel", sauf que pour expliquer aux parents que non, malgré ses 13 de moyenne générale, leur petit n'ira pas en 2nde GT, c'est mission impossible (et le petit ira, parce qu'on ne va pas aller en appel avec des moyennes pareilles). Comment se tirer une balle dans le pied ...

C'est une des choses que je ne supporte plus en collège (heureusement que je n'y suis pas affecté cette année); je ne comprends pas cette schizophrénie volontaire. Pourquoi alors surnoter ? Par peur des parents? Par peur des IPR? Par peur du CDE ? Autant alors le dire franchement en conseil de classe même si ce n'est pas politiquement correct. Si il a plus de 10 c'est qu'il travaille assez pour le niveau 3ème; si un collègue estime que le niveau d'un élève n'est pas suffisant, pourquoi alors lui mettre la moyenne ?

Ca me rappelle un conseil de classe il y a 3 ans où le collègue de maths avait dit à une classe qui avait 11 de moyenne que "si il devait compter que les résultats des devoirs surveillée, la classe serai à 6.5 de moyenne". J'avais envie de lui dire "alors pourquoi surnotes-tu? " Mais bon je me suis retenu pour éviter de le mettre mal à l'aise... de toute façon le CDE a fait passé tout le monde, appuyé forcément par ces faux résultats.

Vraiment je ne comprends pas cette attitude. Est-ce un crime d'avoir une moyenne inférieure à 10 ?

Je serais bien en peine d'expliquer cette attitude, mais pour certains collègues, c'est une grande part de démagogie et un moyen d'acheter la paix sociale, autant auprès des élèves que des parents qui sont très pénibles et tatillons dans notre bahut (et la direction ne nous soutient pas vraiment quand il y a un problème avec un parent).
Pour d'autres collègues, c'est parce qu'ils pensent ainsi être dans l'esprit de la réforme et ils veulent clairement plaire à leur IPR.

EN langues, j'ai l'impression que l'évaluation repose presque entièrement sur des travaux de groupes, d'où des moyennes complètement faussées.

_________________
Habillez vos petits !http://www.neoprofs.org/t83863-vd-fille-mixte-du-1-mois-au-24-mois-maj-27-01-nombreuses-marques#2801921

Pour figurer dans la récap' des bébés néo, envoyez-moi un MP

alprechac2
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Agrippina furiosa le Ven 17 Fév 2017, 19:09

@alprechac2 a écrit:Chez nous :
- certes on a de l'AP en demi-groupe, 1h par quinzaine, mais on a dû l'accepter en HSA, voire HSE pour les temps partiels, donc l'épuisement nous guette tous. Du coup, on a 3h30 en classe entière, on n'avance pas, ni en 6e ni en 3e.
- les EPI ... je ne sais pas, j'ai les niveaux où il n'y en a pas ; mes collègues de Lettres qui en font sont globalement larguées et pas ravies de devoir faire un pseudo cours de langues anciennes mélangées à du français et de la SVT en 5e.
- mon problème principal vient du fait que mes collègues de sciences et maths, qui sont à fond pour la réforme, font travailler les élèves en îlots, classes inversées ... etc. Nous sommes donc plusieurs, qui travaillons de manière traditionnelle, à constater que les élèves sont dans nos cours incapables de se concentrer et écouter, tout simplement, ce que l'on dit. On remarque une différence flagrante.
- mon autre problème, c'est que bienveillance et compétences, c'est bien gentil, mais en tant que PP de 3e, je me retrouve avec des élèves qui ont entre 11 et 14 de moyenne en sciences, maths et langues vivantes (bcp de travaux de groupe), mais pour lesquels mes collègues (qui mettent ces notes) me disent, horrifiés : "Ah non ! pas la 2nde GT pour untel", sauf que pour expliquer aux parents que non, malgré ses 13 de moyenne générale, leur petit n'ira pas en 2nde GT, c'est mission impossible (et le petit ira, parce qu'on ne va pas aller en appel avec des moyennes pareilles). Comment se tirer une balle dans le pied ...
Alors là, ça me fait hyper plaisir de te lire !!!
Je récupère mes 4èmes A CHAQUE FOIS après l'heure de maths en îlots et c'est une catastrophe : c'est bavardages et glandouille à tous les étages ... La différence est nette par rapport au 1er trimestre où ils fonctionnait encore en frontal. Et pour les 3èmes, j'ai été confronté au même problème l'an passé, du coup, de guerre lasse, j'ai laissé tomber pp 3ème. Le collègue qui a repris s'en mord actuellement les doigts ... et va s'empresser de refiler le bébé l'an prochain ! Ou comment dégoûter les gens de bosser ...

Agrippina furiosa
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Agrippina furiosa le Ven 17 Fév 2017, 19:18

@alprechac2 a écrit:
@gauvain31 a écrit:
@alprechac2 a écrit:Chez nous :
- certes on a de l'AP en demi-groupe, 1h par quinzaine, mais on a dû l'accepter en HSA, voire HSE pour les temps partiels, donc l'épuisement nous guette tous. Du coup, on a 3h30 en classe entière, on n'avance pas, ni en 6e ni en 3e.
- les EPI ... je ne sais pas, j'ai les niveaux où il n'y en a pas ; mes collègues de Lettres qui en font sont globalement larguées et pas ravies de devoir faire un pseudo cours de langues anciennes mélangées à du français et de la SVT en 5e.
- mon problème principal vient du fait que mes collègues de sciences et maths, qui sont à fond pour la réforme, font travailler les élèves en îlots, classes inversées ... etc. Nous sommes donc plusieurs, qui travaillons de manière traditionnelle, à constater que les élèves sont dans nos cours incapables de se concentrer et écouter, tout simplement, ce que l'on dit. On remarque une différence flagrante.
- mon autre problème, c'est que bienveillance et compétences, c'est bien gentil, mais en tant que PP de 3e, je me retrouve avec des élèves qui ont entre 11 et 14 de moyenne en sciences, maths et langues vivantes (bcp de travaux de groupe), mais pour lesquels mes collègues (qui mettent ces notes) me disent, horrifiés : "Ah non ! pas la 2nde GT pour untel", sauf que pour expliquer aux parents que non, malgré ses 13 de moyenne générale, leur petit n'ira pas en 2nde GT, c'est mission impossible (et le petit ira, parce qu'on ne va pas aller en appel avec des moyennes pareilles). Comment se tirer une balle dans le pied ...

C'est une des choses que je ne supporte plus en collège (heureusement que je n'y suis pas affecté cette année); je ne comprends pas cette schizophrénie volontaire. Pourquoi alors surnoter ? Par peur des parents? Par peur des IPR? Par peur du CDE ? Autant alors le dire franchement en conseil de classe même si ce n'est pas politiquement correct. Si il a plus de 10 c'est qu'il travaille assez pour le niveau 3ème; si un collègue estime que le niveau d'un élève n'est pas suffisant, pourquoi alors lui mettre la moyenne ?

Ca me rappelle un conseil de classe il y a 3 ans où le collègue de maths avait dit à une classe qui avait 11 de moyenne que "si il devait compter que les résultats des devoirs surveillée, la classe serai à 6.5 de moyenne". J'avais envie de lui dire "alors pourquoi surnotes-tu? " Mais bon je me suis retenu pour éviter de le mettre mal à l'aise... de toute façon le CDE a fait passé tout le monde, appuyé forcément par ces faux résultats.

Vraiment je ne comprends pas cette attitude. Est-ce un crime d'avoir une moyenne inférieure à 10 ?

Je serais bien en peine d'expliquer cette attitude, mais pour certains collègues, c'est une grande part de démagogie et un moyen d'acheter la paix sociale, autant auprès des élèves que des parents qui sont très pénibles et tatillons dans notre bahut (et la direction ne nous soutient pas vraiment quand il y a un problème avec un parent).
Pour d'autres collègues, c'est parce qu'ils pensent ainsi être dans l'esprit de la réforme et ils veulent clairement plaire à leur IPR.

EN langues, j'ai l'impression que l'évaluation repose presque entièrement sur des travaux de groupes, d'où des moyennes complètement faussées.

C'est à croire qu'on oeuvre au même endroit ! Chez nous aussi, il y a deux clans : les "bienveillants" (ilôts, travaux de groupe, moyenne autour de 14 pour les plus mauvais ...) et les "chacals" (c'est comme ça qu'on nous a désignés lors d'une formation sur l'épanouissement sur notre lieu de travail) qui, parfois, ô scandale, ont des moyennes pourries ... correspondant à un niveau qui ne l'est pas moins ! Notre cde est 100 % bienveillance - compétences - mieux vivre ensemble - ne traumatisons pas les choupinous, du coup on s'en prend plein la tête. Mais point positif, et non des moindres : les parents, qui, dans notre établissement, suivent de près leurs enfants, savent parfaitement à quoi s'en tenir. Et ne veulent plus entendre parler de travail en îlot.

Agrippina furiosa
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Réforme 2016

Message par Valentine24 le Ven 17 Fév 2017, 19:59

J'enseigne le français en collège depuis 20 ans. Je pense que les objectifs visés par la réforme sont loin d'être atteints. Les programmes restent chargés et inadaptés à une large partie de nos collégiens, les horaires ont baissé, les élèves seront moins entraînés sauf ceux qui vont chez Acadomia. On nous demande de faire de la pédagogie Freinet dans des structures de 400-450 élèves voire plus et des classes entre 26-30 élèves, avec des collègues qui partagent leur service sur 2 ou 3 établissements !
J'ai retrouvé un rapport d'inspection datant de janvier 2005, ce jour-là j'avais présenté une correction de rédaction : c'était la 7ème de l'année ! Dans mon collège, juste avant la réforme, on avait 5h en français sur tous les niveaux (fourchette haute...au détriment des math, je l'avoue...). Cette année, en janvier, je n'avais fait que 3 rédactions ! Je ne vois pas comment on peut aborder toutes les entrées du programme pour chaque niveau avec des horaires pareils ! En 3ème, les élèves partent en voyage, en stage, et on nous colle des journées dites de "formation"...où l'on perd notre temps sur des diaporamas de 85 vignettes et un bavardage qui ne produit que disette.
Faut-il faire des séquences avec 2 textes ? Ou alors travailler sur des textes de 10 lignes ? Ou alors se contenter de faire des lectures "analytiques" qui n'ont plus rien de lectures analytiques et qui sont du survol à basse altitude. En plus on manque d'outils...Les collègues qui ont participé à la conception des manuels ne semblent pas s'être rendu compte du problème. Je ne cesse de faire des coupes dans ce que j'avais prévu sur ma progression...
La baisse des horaires de français est dramatique. Pourtant on attend qu'il sache écrire un texte de 2000 à 3000 signes en 3ème, pourtant le Brevet n'est pas allégé et il faut toujours les préparer à 2 sujets de rédaction et en plus à lire une image...
Pour l'Ap, je fais maintenant un cours normal, en 1/2 classe. Je me suis épuisée jusque-là sur des préparations avec des exercices ciblés, adaptés aux uns et aux autres, des évaluations diagnostiques, finales...etc...des tâches complexes (super chronophages). J'arrête. Je n'en peux plus et l'efficacité est nulle. En plus, le travail en îlots est particulièrement bruyant dans des classes à 28. J'en sors lessivée !
Quant aux EPI, j'ai hâte de voir ce que choisiront de présenter les élèves en fin d'année...Quand je le leur demande, ils me répondent quasiment tous qu'ils veulent présenter leur stage en entreprise (qu'on a intégré dans un vague Parcours Avenir...).
J'ai connu les IDD, qui étaient faits en dehors du temps disciplinaire..au bout de 2 ou 3 ans, on a arrêté. Ce sera pareil pour les EPI et tant mieux !

Valentine24
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par tangente le Ven 17 Fév 2017, 20:04

@Agrippina furiosa a écrit:
C'est à croire qu'on oeuvre au même endroit ! Chez nous aussi, il y a deux clans : les "bienveillants" (ilôts, travaux de groupe, moyenne autour de 14 pour les plus mauvais ...) et les "chacals" (c'est comme ça qu'on nous a désignés lors d'une formation sur l'épanouissement sur notre lieu de travail) qui, parfois, ô scandale, ont des moyennes pourries ... correspondant à un niveau qui ne l'est pas moins ! Notre cde est 100 % bienveillance - compétences - mieux vivre ensemble - ne traumatisons pas les choupinous, du coup on s'en prend plein la tête. Mais point positif, et non des moindres : les parents, qui, dans notre établissement, suivent de près leurs enfants, savent parfaitement à quoi s'en tenir. Et ne veulent plus entendre parler de travail en îlot.

Je vous trouve dur... je travaille en îlots pcq je trouve ca pratique pour faire faire des exercices de niveaux différents mais je continue d'avoir des moyennes très faibles qui côtoient des moyennes très élevées : nous sommes tous confrontés à l'hétérogénéité. Du coup je n'ai pas une moyenne de classe à 14 (loin de la même si on regarde mes 3e).

Sinon par rapport à votre cde adepte du vivre ensemble je crains qu' il n'applique à la lettre les directives. L'inspecteur référent de mon établissement nous a dit en formation que nous devions former des futurs citoyens autonomes, communiquant et capable de vivre ensemble et que ttes nos activités  (et surtout travaux de groupe) devaient être conçues en ce sens.

tangente
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par VanGogh59 le Ven 17 Fév 2017, 20:06

@Valentine24 a écrit:J'enseigne le français en collège depuis 20 ans. Je pense que les objectifs visés par la réforme sont loin d'être atteints. Les programmes restent chargés et inadaptés à une large partie de nos collégiens, les horaires ont baissé, les élèves seront moins entraînés sauf ceux qui vont chez Acadomia. On nous demande de faire de la pédagogie Freinet dans des structures de 400-450 élèves voire plus et des classes entre 26-30 élèves, avec des collègues qui partagent leur service sur 2 ou 3 établissements  !
J'ai retrouvé un rapport d'inspection datant de janvier 2005, ce jour-là j'avais présenté une correction de rédaction : c'était la 7ème de l'année !  Dans mon collège, juste avant la réforme, on avait 5h en français sur tous les niveaux (fourchette haute...au détriment des math, je l'avoue...). Cette année, en janvier, je n'avais fait que 3 rédactions ! Je ne vois pas comment on peut aborder toutes les entrées du programme pour chaque niveau avec des horaires pareils ! En 3ème, les élèves partent en voyage, en stage, et on nous colle des journées  dites de "formation"...où l'on perd notre temps sur des diaporamas de 85 vignettes et un bavardage qui ne produit que disette.  
Faut-il faire des séquences avec 2 textes ? Ou alors travailler sur  des textes de 10 lignes ?  Ou alors se contenter de faire des lectures "analytiques" qui n'ont plus rien de lectures analytiques et qui sont du survol à basse altitude. En plus on manque d'outils...Les collègues qui ont participé à la conception des manuels ne semblent pas s'être rendu  compte du problème. Je ne cesse de faire des coupes dans ce que j'avais prévu sur ma progression...
La baisse des horaires de français est dramatique. Pourtant on attend qu'il sache écrire un texte de 2000 à 3000 signes en 3ème, pourtant le Brevet n'est pas allégé et il faut toujours les préparer à  2 sujets de rédaction et en plus à lire une image...
Pour l'Ap, je fais maintenant un cours normal, en 1/2 classe. Je me suis épuisée jusque-là sur des préparations avec des exercices ciblés, adaptés aux uns et aux autres, des évaluations diagnostiques, finales...etc...des tâches complexes (super chronophages). J'arrête. Je n'en peux plus et l'efficacité est nulle.  En plus, le travail en îlots est particulièrement bruyant dans des classes à 28. J'en sors lessivée  !
Quant aux  EPI, j'ai hâte de voir ce que choisiront de présenter les élèves en fin d'année...Quand je le leur demande, ils me répondent quasiment tous qu'ils veulent présenter leur stage en entreprise (qu'on a intégré dans un vague Parcours Avenir...).
J'ai connu les IDD, qui étaient faits en dehors du temps disciplinaire..au bout de 2 ou 3 ans, on a arrêté. Ce sera pareil pour les EPI et tant mieux !
santeverre Pour te réconforter, dis toi que ce n'est pas grave s'ils se plantent dans ta matière. L'oral d'EPI d'un quart d'heure de 100 points vaut 2 fois plus que l'épreuve de français Rolling Eyes

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde

VanGogh59
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par Agrippina furiosa le Ven 17 Fév 2017, 22:14

@tangente a écrit:
@Agrippina furiosa a écrit:
C'est à croire qu'on oeuvre au même endroit ! Chez nous aussi, il y a deux clans : les "bienveillants" (ilôts, travaux de groupe, moyenne autour de 14 pour les plus mauvais ...) et les "chacals" (c'est comme ça qu'on nous a désignés lors d'une formation sur l'épanouissement sur notre lieu de travail) qui, parfois, ô scandale, ont des moyennes pourries ... correspondant à un niveau qui ne l'est pas moins ! Notre cde est 100 % bienveillance - compétences - mieux vivre ensemble - ne traumatisons pas les choupinous, du coup on s'en prend plein la tête. Mais point positif, et non des moindres : les parents, qui, dans notre établissement, suivent de près leurs enfants, savent parfaitement à quoi s'en tenir. Et ne veulent plus entendre parler de travail en îlot.

Je vous trouve dur... je travaille en îlots pcq je trouve ca pratique pour faire faire des exercices de niveaux différents mais je continue d'avoir des moyennes très faibles qui côtoient des moyennes très élevées : nous sommes tous confrontés à l'hétérogénéité. Du coup je n'ai pas une moyenne de classe à 14 (loin de la même si on regarde mes 3e).

Sinon par rapport à votre cde adepte du vivre ensemble je crains qu' il n'applique à la lettre les directives. L'inspecteur référent de mon établissement nous a dit en formation que nous devions former des futurs citoyens autonomes, communiquant et capable de vivre ensemble et que ttes nos activités  (et surtout travaux de groupe) devaient être conçues en ce sens.
Mes collègues qui travaillent en îlots n'ont plus, disent-elles, de problème d'hétérogénéité parce qu'elles forment les tables en mettant un TB, un B, un moyen et un en difficulté. Comme tout est évalué en travaux de groupe, le résultat est en quelque sorte lissé, toutes les moyennes sont comprises entre 13 et 18, en gros. Le bon est censé trainer les autres et s' il ne remplit pas son rôle, on lui sucre les félicitations en conseil de classe, comme je l'ai vu faire cette année pour 2 élèves, malgré les protestations du reste de l'équipe (précision : seules deux collègues de la classe travaillaient en îlot et les deux gamines en question, des 5èmes, sont timides et ne parviennent pas à "obliger" les autres à travailler dans le calme). La contrainte sur les autres enseignants est de plus en plus employée, notamment par l'achat de nouveau mobilier (tables rondes, notamment), ou l'inscription obligatoire, sans demande préalable, à des stages sur l'évaluation, alors que nous n'avons rien demandé. Et je ne parle pas des remarques acerbes de notre cde sur nos moyennes basses, du style "vous devez des comptes à l'institution qui vous donne des moyens. Qu'en faites-vous ? Visiblement pas grand-chose ...". Donc oui, c'est vrai, je suis dure, mais les collègues et moi vivons cette dévalorisation au quotidien, on nous fait passer pour des réac, des fainéants ou autres, et heureusement que nous avons nos anciens élèves et leurs parents qui nous remontent le moral quand ils reviennent nous parler de leurs résultats au lycée. Je n'interdis à personne de travailler en îlot, alors j'aimerais qu'on me laisse faire comme bon me semble, mais ce n'est pas la politique de mon établissement, et cela crée un climat détestable. Du coup, on plie les oreilles, en attendant la nouvelle mode ...

Agrippina furiosa
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du collège : bilan de mi-parcours ?

Message par henriette le Sam 18 Fév 2017, 00:58

Ce n'est pas du tout la seule façon de travailler en îlot, ce que tu décris là, tant dans la façon de les constituer, que d'évaluer les élèves. Je ne pourrais absolument pas travailler comme cela.
Je pratique moi-même les îlots, bonifiés qui plus est, et j'ai des moyennes en français allant grosso modo de 5 à 18, pour des moyennes de classe aux alentours de 11, correspondant pour les 3/4 des notes à des évaluations individuelles, tout à fait comparables aux résultats obtenus par les élèves avec mes collègues d'Histoire-Géo et de SVT, donc comme lorsque je travaillais de façon plus traditionnelle.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum