Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Kimberlite le Ven 13 Oct 2017 - 9:48

Il y a certainement (du moins pour le public que nous récupérons dans notre collège) un problème de manque d'habitude de l'écriture chez nos élèves.
Beaucoup sont incapables de noter à l'écrit les idées qu'ils ont (gros manque d'automatisme entre le fait de penser et d'écrire, même pour les "bons"). Ils sont capables d'énoncer parfois très clairement des idées à l'oral, mais ça bloque simplement pour les écrire (même pour les bons élèves, je le redis: c'est vraiment la transition "pensée-> écrit" qui est affectée). Les élèves posant ce problème peuvent par ailleurs être de bons lecteurs.

Personnellement je préférerais qu'en primaire, on arrêt d'embêter les PE à vouloir leur faire faire de la science (qu'ils ne maîtrisent pas toujours, et je ne leur jette pas la pierre), et qu'on les laisse se concentrer sur le français et les maths.

L'analyse grammaticale nous manque à un point incroyable aussi: quand dans un texte à trou un élève m'a mis n'importe quoi (cas rencontré hier), et que j'essaie de lui donner des pistes en disant que c'est une phrase, et que dans le trou c'est un verbe qui est attendu, j'ai réalisé que l'élève n'avait pas bien saisi ce qu'est un verbe... je ne dis pas que ce n'est pas enseigné (?), mais en tout cas c'est acquis par bien peu d'élèves.

Le problème de la tenue de l'"outil scripteur" reste aussi très aigu, et limite la vitesse décriture de beaucoup (et les douleurs qui vont avec les dégoûtent aussi pas mal).

K

Kimberlite
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Halybel le Ven 13 Oct 2017 - 10:25

@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:
@Guermantes729 a écrit:
@Whypee a écrit:Après la paupérisation des actifs, les politiques ont bien engagé la paupérisation des peuples. J'ai peur du jour où le peuple se réveillera enfin... mais je crains, étant donné mon âge, ne pas vivre ce réveil

je crains que le but de cette paupérisation soit précisément de reculer au maximum le réveil du peuple. Un peuple non instruit, coincé entre la peur du chômage, l'impossibilité de se loger, le cancer,....est "juste" occupé à survivre, il est reconnaissant de la moindre aumône et ne songe nullement à se réveiller Sad Sad

C’était déjà le cas avant 1789 et pourtant... Quand on arrivera au point où la corde casse, au point où on se rendra compte que l'école est une vaste fumisterie alors à ce moment-là ...

Oui. Je me demande d'ailleurs quel lien il y aurait entre révolte et niveau d'instruction. Les cadres ne sont pas franchement à l'avant-garde des revendications sociales.

Disons plutôt que je dirai que : "faible niveau d'instruction" ne veut pas dire "mouton de Panurge". Bien au contraire, les révoltes de 1930 sont parties des ouvriers et non de la classe aisée et c'est toujours ainsi. C'est justement quand il n'y a plus de "croyance en l'avenir" que le peuple se réveille.
avatar
Halybel
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Rabelais le Ven 13 Oct 2017 - 11:44

KinetteKinette a écrit:Il y a certainement (du moins pour le public que nous récupérons dans notre collège) un problème de manque d'habitude de l'écriture chez nos élèves.
Beaucoup sont incapables de noter à l'écrit les idées qu'ils ont (gros manque d'automatisme entre le fait de penser et d'écrire, même pour les "bons"). Ils sont capables d'énoncer parfois très clairement des idées à l'oral, mais ça bloque simplement pour les écrire (même pour les bons élèves, je le redis: c'est vraiment la transition "pensée-> écrit" qui est affectée). Les élèves posant ce problème peuvent par ailleurs être de bons lecteurs.

Personnellement je préférerais qu'en primaire, on arrêt d'embêter les PE à vouloir leur faire faire de la science (qu'ils ne maîtrisent pas toujours, et je ne leur jette pas la pierre), et qu'on les laisse se concentrer sur le français et les maths.

L'analyse grammaticale nous manque à un point incroyable aussi: quand dans un texte à trou un élève m'a mis n'importe quoi (cas rencontré hier), et que j'essaie de lui donner des pistes en disant que c'est une phrase, et que dans le trou c'est un verbe qui est attendu, j'ai réalisé que l'élève n'avait pas bien saisi ce qu'est un verbe... je ne dis pas que ce n'est pas enseigné (?), mais en tout cas c'est acquis par bien peu d'élèves.

Le problème de la tenue de l'"outil scripteur" reste aussi très aigu, et limite la vitesse décriture de beaucoup (et les douleurs qui vont avec les dégoûtent aussi pas mal).

K
Ça ne va pas te rassurer mais dans mon espe il y a 3 ans, les collègues PE en M1 et M2 n'ont jamais appris à enseigner le geste d'écrire.
Mon BP, ancien instit, me disait qu'eux, si, et que c'était primordial.
CQFD

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Rabelais
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par InstantKarma le Ven 13 Oct 2017 - 12:05

Enchantés, les profs des écoles aguerris lèvent les bras.
avatar
InstantKarma
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Leclochard le Ven 13 Oct 2017 - 12:57

@Halybel a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:
@Guermantes729 a écrit:

je crains que le but de cette paupérisation soit précisément de reculer au maximum le réveil du peuple. Un peuple non instruit, coincé entre la peur du chômage, l'impossibilité de se loger, le cancer,....est "juste" occupé à survivre, il est reconnaissant de la moindre aumône et ne songe nullement à se réveiller Sad Sad

C’était déjà le cas avant 1789 et pourtant... Quand on arrivera au point où la corde casse, au point où on se rendra compte que l'école est une vaste fumisterie alors à ce moment-là ...

Oui. Je me demande d'ailleurs quel lien il y aurait entre révolte et niveau d'instruction. Les cadres ne sont pas franchement à l'avant-garde des revendications sociales.

Disons plutôt que je dirai que : "faible niveau d'instruction" ne veut pas dire "mouton de Panurge". Bien au contraire, les révoltes de 1930 sont parties des ouvriers et non de la classe aisée et c'est toujours ainsi. C'est justement quand il n'y a plus de "croyance en l'avenir" que le peuple se réveille.

C'est intéressant de savoir ce qui déclenche un mouvement social. J'ai l'impression que les gens sont capables de supporter beaucoup de souffrance avant de s'opposer collectivement mais qu'un fait ressenti comme une atteinte intolérable à sa manière de vivre peut conduire à une extraordinaire rebellion. Je pense aux Vendéens durant la Terreur par exemple.  Il faudrait probablement distinguer les révoltes selon les motifs. Aujourd'hui si on interdisait la télé ou internet, probablement que les gens descendraient dans la rue mais si on avait la moitié de la population au chômage, ce n'est pas sûr, grâce aux indemnités. C'est un beau sujet à approfondir.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Lenagcn le Ven 13 Oct 2017 - 13:50

@Rabelais a écrit:
KinetteKinette a écrit:Il y a certainement (du moins pour le public que nous récupérons dans notre collège) un problème de manque d'habitude de l'écriture chez nos élèves.
Beaucoup sont incapables de noter à l'écrit les idées qu'ils ont (gros manque d'automatisme entre le fait de penser et d'écrire, même pour les "bons"). Ils sont capables d'énoncer parfois très clairement des idées à l'oral, mais ça bloque simplement pour les écrire (même pour les bons élèves, je le redis: c'est vraiment la transition "pensée-> écrit" qui est affectée). Les élèves posant ce problème peuvent par ailleurs être de bons lecteurs.

Personnellement je préférerais qu'en primaire, on arrêt d'embêter les PE à vouloir leur faire faire de la science (qu'ils ne maîtrisent pas toujours, et je ne leur jette pas la pierre), et qu'on les laisse se concentrer sur le français et les maths.

L'analyse grammaticale nous manque à un point incroyable aussi: quand dans un texte à trou un élève m'a mis n'importe quoi (cas rencontré hier), et que j'essaie de lui donner des pistes en disant que c'est une phrase, et que dans le trou c'est un verbe qui est attendu, j'ai réalisé que l'élève n'avait pas bien saisi ce qu'est un verbe... je ne dis pas que ce n'est pas enseigné (?), mais en tout cas c'est acquis par bien peu d'élèves.

Le problème de la tenue de l'"outil scripteur" reste aussi très aigu, et limite la vitesse décriture de beaucoup (et les douleurs qui vont avec les dégoûtent aussi pas mal).

K
Ça ne va pas te rassurer mais dans mon espe il y a 3 ans, les collègues PE en M1 et M2 n'ont jamais appris à enseigner le geste d'écrire.
Mon BP, ancien instit, me disait qu'eux, si, et que c'était primordial.
CQFD

Nan, mais tu comprennnds, apprendre à écrire ça n'intéresse que les gaucherrrrrs...

Avec un gros morceau de vécu dedans (IUFM, 2003-2004). Pour constituer un jury de mémoire, il y a eu prise de rames, j'ai même eu le droit à la grande patronne faute de trouver des personnes compétentes intéressées.

Lenagcn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Condorcet le Ven 13 Oct 2017 - 15:38

@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:

C’était déjà le cas avant 1789 et pourtant... Quand on arrivera au point où la corde casse, au point où on se rendra compte que l'école est une vaste fumisterie alors à ce moment-là ...

Oui. Je me demande d'ailleurs quel lien il y aurait entre révolte et niveau d'instruction. Les cadres ne sont pas franchement à l'avant-garde des revendications sociales.

Disons plutôt que je dirai que : "faible niveau d'instruction" ne veut pas dire "mouton de Panurge". Bien au contraire, les révoltes de 1930 sont parties des ouvriers et non de la classe aisée et c'est toujours ainsi. C'est justement quand il n'y a plus de "croyance en l'avenir" que le peuple se réveille.

C'est intéressant de savoir ce qui déclenche un mouvement social. J'ai l'impression que les gens sont capables de supporter beaucoup de souffrance avant de s'opposer collectivement mais qu'un fait ressenti comme une atteinte intolérable à sa manière de vivre peut conduire à une extraordinaire rébellion. Je pense aux Vendéens durant la Terreur par exemple.  Il faudrait probablement distinguer les révoltes selon les motifs. Aujourd'hui si on interdisait la télé ou internet, probablement que les gens descendraient dans la rue mais si on avait la moitié de la population au chômage, ce n'est pas sûr, grâce aux indemnités. C'est un beau sujet à approfondir.

Une réflexion menée par Ludivine Bantigny historienne contemporaine qui vient de soutenir son habilitation à diriger des recherches (Mai 68, des grands soirs aux petits matins, Seuil, à paraître début 2018) sur l'événement "mai 68":
https://www.canal-u.tv/video/universite_du_havre/mai_68_au_dela_du_mythe_avec_ludivine_bantigny.19151

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
avatar
Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par LadyC le Ven 13 Oct 2017 - 16:47

KinetteKinette a écrit:Il y a certainement (du moins pour le public que nous récupérons dans notre collège) un problème de manque d'habitude de l'écriture chez nos élèves.
Beaucoup sont incapables de noter à l'écrit les idées qu'ils ont (gros manque d'automatisme entre le fait de penser et d'écrire, même pour les "bons"). Ils sont capables d'énoncer parfois très clairement des idées à l'oral, mais ça bloque simplement pour les écrire (même pour les bons élèves, je le redis: c'est vraiment la transition "pensée-> écrit" qui est affectée). Les élèves posant ce problème peuvent par ailleurs être de bons lecteurs.
Oui, mais pas que. Le passage pensée => formulation, même orale, pose souvent problème aussi (et l'écrit constitue un obstacle supplémentaire). Lorsque je pose des questions, j'exige (sauf cas particulier) qu'on me réponde par une phrase entière (et correcte). C'est très difficile à obtenir ; lancer un mot ou un groupe nominal approximatif, ça, ils savent faire, mais exprimer une pensée de manière cohérente et claire, c'est un territoire à conquérir.

Personnellement je préférerais qu'en primaire, on arrêt d'embêter les PE à vouloir leur faire faire de la science (qu'ils ne maîtrisent pas toujours, et je ne leur jette pas la pierre), et qu'on les laisse se concentrer sur le français et les maths.

L'analyse grammaticale nous manque à un point incroyable aussi: quand dans un texte à trou un élève m'a mis n'importe quoi (cas rencontré hier), et que j'essaie de lui donner des pistes en disant que c'est une phrase, et que dans le trou c'est un verbe qui est attendu, j'ai réalisé que l'élève n'avait pas bien saisi ce qu'est un verbe... je ne dis pas que ce n'est pas enseigné (?), mais en tout cas c'est acquis par bien peu d'élèves.

Le problème de la tenue de l'"outil scripteur" reste aussi très aigu, et limite la vitesse d'écriture de beaucoup (et les douleurs qui vont avec les dégoûtent aussi pas mal).

K
+1000 à tous ces points.
Et c'est un cercle vicieux terrible : on attend une heure ceux qui écrivent plus lentement ; on finit toujours trop tôt pour certains, qui se perdent (lenteur faite exprès ? en partie parfois, mais un vrai problème de fluidité à l'écrit à l'origine), tandis que d'autres s'ennuient à mourir (et comment les faire avancer en parallèle ?). On ralentit, de ce fait, l'avancée du cours et des exercices, on couvre moins d'éléments à voir... Et on est diablement tenté par le polycopié tout prêt, qui accélère les choses (mais les fait moins écrire alors qu'ils ont grand besoin de pratiquer, etc.).

Quant à l'analyse, hélas ! Tant de professeurs de français, soit ont complètement intégré l'idée que c'est un art inutile ou secondaire (l'essentiel étant la Littérature), soit culpabilisent d'y consacrer le temps nécessaire, parce que ça semble "bête et méchant" et qu'on n'en voit pas les bénéfices (ni, selon les élèves, l'intérêt) immédiatement - et, avouons-le, parce que l'ampleur du chantier effraie - et parce qu'on court après le temps, le temps, sur les malheureuses heures qui nous restent...

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
LadyC
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par archeboc le Ven 13 Oct 2017 - 17:21

@lectiole a écrit:Cette année, ma fille, précoce, en CE2, recommençait à se plaindre qu'elle s'ennuie. Mais suite à la réunion... ça va, elle n'est pas la seule : presque tous les élèves de sa classe s'ennuient.

Si vous êtes beaucoup de parents à être inquiet, faites la révolution : exigez un programme de CM1, et un passage en CM2 l'an prochain.

Faites valoir que l'EN grâce à cela va faire des économies. Vous ferez plaisir à la Cour des Comptes. L'IEN bloquera pour la forme, puis cèdera à vos arguments.

(Le conseilleur n'est pas payeur)

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par lectiole le Ven 13 Oct 2017 - 18:59

Je suis bien loin de faire la révolution. Si j'ignorais que d'autres parents étaient inquiets, c'est parce que justement, on l'a découvert le soir de la réunion. Ça avance au ralenti et la réponse de l'école est que c'est comme ça à cause de la réforme et des nouveaux programmes.
Mais je m'occupe peu de la scolarité de ma fille aînée, dans l'ensemble. Simplement, elle a déjà sauté une classe, et en septembre, elle a recommencé à répéter qu'elle s'ennuie à l'école et qu'elle veut en sauter une seconde, mais elle n'est pas la seule concernée cette fois-ci, ce qui m'a plutôt rassurée, sur le coup. Le niveau de difficulté sera peut-être plus élevé après les vacances de la Toussaint.
avatar
lectiole
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par lectiole le Ven 13 Oct 2017 - 19:06

@Leclochard a écrit:
@lectiole a écrit:Mes 5e en sont à leur 5e rédaction. Nous travaillons sur la poésie, donc chaque semaine, je leur fais écrire un poème... puis je le corrige.

La poésie, c'est un peu particulier. Faire écrire quatre vers, les lire et les corriger, c'est assez rapide.   

Je suis d'accord. Je suis professeur de français... donc ce sont des évidences.
Mais puisque je travaille sur la poésie, ils en sont à leur 5e poème (et selon le sujet, ça n'a pas toujours été rapide à corriger. Le plus rapide = le calligramme. En revanche, les octosyllabes répartis en six distiques... il a fallu vérifier la métrique de chaque vers + les rimes, l'orthographe, le respect du sujet...).
avatar
lectiole
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Verdurette le Ven 13 Oct 2017 - 22:51

KinetteKinette a écrit:
Beaucoup sont incapables de noter à l'écrit les idées qu'ils ont (gros manque d'automatisme entre le fait de penser et d'écrire, même pour les "bons"). Ils sont capables d'énoncer parfois très clairement des idées à l'oral, mais ça bloque simplement pour les écrire (même pour les bons élèves, je le redis: c'est vraiment la transition "pensée-> écrit" qui est affectée). Les élèves posant ce problème peuvent par ailleurs être de bons lecteurs.

Personnellement je préférerais qu'en primaire, on arrêt d'embêter les PE à vouloir leur faire faire de la science (qu'ils ne maîtrisent pas toujours, et je ne leur jette pas la pierre), et qu'on les laisse se concentrer sur le français et les maths.

L'analyse grammaticale nous manque à un point incroyable aussi: quand dans un texte à trou un élève m'a mis n'importe quoi (cas rencontré hier), et que j'essaie de lui donner des pistes en disant que c'est une phrase, et que dans le trou c'est un verbe qui est attendu, j'ai réalisé que l'élève n'avait pas bien saisi ce qu'est un verbe... je ne dis pas que ce n'est pas enseigné (?), mais en tout cas c'est acquis par bien peu d'élèves.

J'ai appris en stage (un stage pas EN) à faire "parler pour écrire". Et cela donne de bons résultats. C'est pourtant très difficile à obtenir en classe. lls sont capables de parler (de toute autre chose ) en travaillant, mais pas de parler en simultané avec leur écriture.
avatar
Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Elaïna le Lun 16 Oct 2017 - 10:51

@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:

C’était déjà le cas avant 1789 et pourtant... Quand on arrivera au point où la corde casse, au point où on se rendra compte que l'école est une vaste fumisterie alors à ce moment-là ...

Oui. Je me demande d'ailleurs quel lien il y aurait entre révolte et niveau d'instruction. Les cadres ne sont pas franchement à l'avant-garde des revendications sociales.

Disons plutôt que je dirai que : "faible niveau d'instruction" ne veut pas dire "mouton de Panurge". Bien au contraire, les révoltes de 1930 sont parties des ouvriers et non de la classe aisée et c'est toujours ainsi. C'est justement quand il n'y a plus de "croyance en l'avenir" que le peuple se réveille.

C'est intéressant de savoir ce qui déclenche un mouvement social. J'ai l'impression que les gens sont capables de supporter beaucoup de souffrance avant de s'opposer collectivement mais qu'un fait ressenti comme une atteinte intolérable à sa manière de vivre peut conduire à une extraordinaire rebellion. Je pense aux Vendéens durant la Terreur par exemple.  Il faudrait probablement distinguer les révoltes selon les motifs. Aujourd'hui si on interdisait la télé ou internet, probablement que les gens descendraient dans la rue mais si on avait la moitié de la population au chômage, ce n'est pas sûr, grâce aux indemnités. C'est un beau sujet à approfondir.

C'est un point qui mérite de réfléchir sur les termes
Les révolutionnaires de 1789 ne sont pas, à proprement parler, "le peuple" : les sans-culotte, ce sont souvent des bourgeois (pas des très gros, mais bourgeois quand même), et sur beaucoup de points, ils sont très conservateurs (ce que montre par exemple Steven Kaplan dans La fin des corporations)
Robespierre, Desmoulins, Danton et toute la bande, ce ne sont pas exactement des ouvriers de basse extraction
Les Vendéens qui se soulèvent en premier sont souvent des gens qui sont davantage inquiets par la question de la vente des biens nationaux (il me semble que c'est Jean-Clément Martin qui en parle), donc pas des pauvres miséreux (qui de toute façon n'ont pas les moyens d'acquérir lesdits biens)
Les soulèvements du "peuple", c'est très rare, très très rare : pour l'Ancien Régime, les Camisards peut-être ?
Ce n'est pas "le bas peuple" qui se soulève, ce sont des classes qui sont déjà un peu éduquées, mais à l'heure de la fabrique du crétin, ne se réduisent-elles pas à peau de chagrin ?

_________________
Toutes mes excuses : je n'ai plus de point sur mon clavier, je ponctue donc avec les moyens du bord !
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par archeboc le Lun 16 Oct 2017 - 11:13

@Elaïna a écrit:Les Vendéens qui se soulèvent en premier sont souvent des gens qui sont davantage inquiets par la question de la vente des biens nationaux (il me semble que c'est Jean-Clément Martin qui en parle), donc pas des pauvres miséreux (qui de toute façon n'ont pas les moyens d'acquérir lesdits biens)

Tu veux dire qu'en Vendée, les biens nationaux ont été captés par des très riches, au détriments des paysans aisés, alors que dans les autres régions, les paysans aisés ont réussi à s'offrir une part des biens ecclésiastiques, et sont devenus par cela des soutiens de la révolution, craignant qu'une restauration provoque l'annulation des ventes ?

Ai-je bien compris la démonstration ?

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Elaïna le Lun 16 Oct 2017 - 11:41

@archeboc a écrit:
@Elaïna a écrit:Les Vendéens qui se soulèvent en premier sont souvent des gens qui sont davantage inquiets par la question de la vente des biens nationaux (il me semble que c'est Jean-Clément Martin qui en parle), donc pas des pauvres miséreux (qui de toute façon n'ont pas les moyens d'acquérir lesdits biens)

Tu veux dire qu'en Vendée, les biens nationaux ont été captés par des très riches, au détriments des paysans aisés, alors que dans les autres régions, les paysans aisés ont réussi à s'offrir une part des biens ecclésiastiques, et sont devenus par cela des soutiens de la révolution, craignant qu'une restauration provoque l'annulation des ventes ?

Ai-je bien compris la démonstration ?

Si je me souviens bien, Jean-Clément Martin explique que les premiers mécontentements vendéens naissent en effet dans des conflits et rancoeurs liés à la vente desdits biens nationaux

Les paysans vendéens se sont sentis floués par l'acquisition desdits biens par les riches bourgeois de la ville, dont les enfants se sont retrouvés exemptés de service militaire au moment de la levée en masse par la Convention

Mais dans ces paysans, il y avait un certain nombre de bonshommes bien blindés de sous oui

Et en effet, ailleurs, les paysans ont pu s'offrir pas mal de biens nationaux et sont devenus des soutiens de la Révolution (c'est très bien expliqué par exemple dans le roman Monsieur Lecoq d'Emile Gaboriau, en particulier le 2e volume, intitulé "L'honneur du nom")

_________________
Toutes mes excuses : je n'ai plus de point sur mon clavier, je ponctue donc avec les moyens du bord !
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par Guermantes729 le Lun 16 Oct 2017 - 13:31

@Elaïna a écrit:
@Leclochard a écrit:
@Halybel a écrit:
@Leclochard a écrit:

Oui. Je me demande d'ailleurs quel lien il y aurait entre révolte et niveau d'instruction. Les cadres ne sont pas franchement à l'avant-garde des revendications sociales.

Disons plutôt que je dirai que : "faible niveau d'instruction" ne veut pas dire "mouton de Panurge". Bien au contraire, les révoltes de 1930 sont parties des ouvriers et non de la classe aisée et c'est toujours ainsi. C'est justement quand il n'y a plus de "croyance en l'avenir" que le peuple se réveille.

C'est intéressant de savoir ce qui déclenche un mouvement social. J'ai l'impression que les gens sont capables de supporter beaucoup de souffrance avant de s'opposer collectivement mais qu'un fait ressenti comme une atteinte intolérable à sa manière de vivre peut conduire à une extraordinaire rebellion. Je pense aux Vendéens durant la Terreur par exemple.  Il faudrait probablement distinguer les révoltes selon les motifs. Aujourd'hui si on interdisait la télé ou internet, probablement que les gens descendraient dans la rue mais si on avait la moitié de la population au chômage, ce n'est pas sûr, grâce aux indemnités. C'est un beau sujet à approfondir.

C'est un point qui mérite de réfléchir sur les termes
Les révolutionnaires de 1789 ne sont pas, à proprement parler, "le peuple" : les sans-culotte, ce sont souvent des bourgeois (pas des très gros, mais bourgeois quand même), et sur beaucoup de points, ils sont très conservateurs (ce que montre par exemple Steven Kaplan dans La fin des corporations)
Robespierre, Desmoulins, Danton et toute la bande, ce ne sont pas exactement des ouvriers de basse extraction
Les Vendéens qui se soulèvent en premier sont souvent des gens qui sont davantage inquiets par la question de la vente des biens nationaux (il me semble que c'est Jean-Clément Martin qui en parle), donc pas des pauvres miséreux (qui de toute façon n'ont pas les moyens d'acquérir lesdits biens)
Les soulèvements du "peuple", c'est très rare, très très rare : pour l'Ancien Régime, les Camisards peut-être ?
Ce n'est pas "le bas peuple" qui se soulève, ce sont des classes qui sont déjà un peu éduquées, mais à l'heure de la fabrique du crétin, ne se réduisent-elles pas à peau de chagrin ?

Merci c'est ce que je voulais dire et tu l'as dit bien mieux que moi Smile
avatar
Guermantes729
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Désenchantés, les profs des écoles débutants baissent vite les bras.

Message par dami1kd le Lun 16 Oct 2017 - 18:30

@Rabelais a écrit:
KinetteKinette a écrit:Il y a certainement (du moins pour le public que nous récupérons dans notre collège) un problème de manque d'habitude de l'écriture chez nos élèves.
Beaucoup sont incapables de noter à l'écrit les idées qu'ils ont (gros manque d'automatisme entre le fait de penser et d'écrire, même pour les "bons"). Ils sont capables d'énoncer parfois très clairement des idées à l'oral, mais ça bloque simplement pour les écrire (même pour les bons élèves, je le redis: c'est vraiment la transition "pensée-> écrit" qui est affectée). Les élèves posant ce problème peuvent par ailleurs être de bons lecteurs.

Personnellement je préférerais qu'en primaire, on arrêt d'embêter les PE à vouloir leur faire faire de la science (qu'ils ne maîtrisent pas toujours, et je ne leur jette pas la pierre), et qu'on les laisse se concentrer sur le français et les maths.

L'analyse grammaticale nous manque à un point incroyable aussi: quand dans un texte à trou un élève m'a mis n'importe quoi (cas rencontré hier), et que j'essaie de lui donner des pistes en disant que c'est une phrase, et que dans le trou c'est un verbe qui est attendu, j'ai réalisé que l'élève n'avait pas bien saisi ce qu'est un verbe... je ne dis pas que ce n'est pas enseigné (?), mais en tout cas c'est acquis par bien peu d'élèves.

Le problème de la tenue de l'"outil scripteur" reste aussi très aigu, et limite la vitesse décriture de beaucoup (et les douleurs qui vont avec les dégoûtent aussi pas mal).

K
Ça ne va pas te rassurer mais dans mon espe il y a 3 ans, les collègues PE en M1 et M2 n'ont jamais appris à enseigner le geste d'écrire.
Mon BP, ancien instit, me disait qu'eux, si, et que c'était primordial.
CQFD

Un détail non négligeable :
Autrefois, les deux années d'IUFM = 1200h
Aujourd'hui, les deux années de Master MEEF = 800h (pour ceux qui doivent tout suivre...)
Par la force des choses, il y a des choses qui ne sont plus traitées...

dami1kd
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum