Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
blackandwhite
Niveau 1

Les élèves ne sont pas mieux

par blackandwhite le Mer 7 Nov 2018 - 16:56
En tout cas dans mon lycée (professionnel), aucune sélection à l’entrée n’a lieu. Au contraire, la direction « ratisse large » et inscrit n’importe qui, car il faut de l’argent pour faire tourner la « boutique « . Et pas question de perdre un élève (pas de renvoi , même en cas de fait grave). Cela fait plusieurs dizaines d’années que j’enseigne et aucun conseil de discipline n’a jamais eu lieu. Les élèves qui fréquentent l’établissement sont les mêmes que ceux des lycées publics locaux et ils commettent les mêmes méfaits ou incivilités. Néanmoins ceux ci sont davantage « étouffés «  ou minimisés, voire pire, impunis sous prétexte d’une « fausse » bienveillance qui a bon dos. Je parle de ce que connais, je ne généralise pas bien sûr. Honnêtement, pour ma part, si le privé offrait de meilleures chances aux élèves par le passé , ce n’est plus le cas. Les conditions se sont terriblement dégradées . J’ai pu le constater, au cours de mes 35 ans passés dans le privé sous contrat.
marx
Niveau 5

Re: L'enseignement privé offre-t-il de meilleures conditions de vie aux professeurs ?

par marx le Jeu 8 Nov 2018 - 12:19
@ovidiana a écrit:
Quand on est du public détaché dans le privé, on garde son statut intégral : salaire, MGEN (le bonheur !), etc... On reste même géré par son gestionnaire au rectorat (il me semble; à vérifier).
Pour les agrégés, le transfert est prévu puisqu'il n'y a pas d'agreg privée spécifique. On choisit juste "privé" ou "public" après l'obtention du concours. Mais normalement une fois qu'on a choisi, c'est plus ou moins définitif. Il est assez dur de trouver des infos, car peu de gens dans les rectorats (et dans les structures privées, type direction diocésaine c'est pire) sont vraiment informés des procédures. Un agrégé qui a opté pour le public peut passer dans le privé (compliqué, mais faisable). Je ne sais pas si c'est possible dans l'autre sens (théoriquement, cela doit l'être ; mais dans la pratique ?).

Un lauréat de l'agrégation externe peut demander un détachement (avec conservation du statut, donc) dans le privé. Si c'est un professeur déjà en poste dans un établissement privé, c'est-à-dire un certifié du CAFEP, équivalent privé du CAPES, qui obtient ensuite l'agrégation externe, il obtient le statut d'agrégé du public, mais peut demander son maintien (à titre de détachement) dans son établissement privé d'origine. - Par contre il y a bien une agrégation du privé, à l'interne (là encore c'est le même concours que l'agrégation interne du public, le même jury, etc. sauf que c'est sur une liste à part et le statut est différent).

Par rapport à la question générale, ayant enseigné dans plusieurs établissements du privé et du public, dans plusieurs régions, je trouve très hasardeux de formuler des règles du type "les élèves sont plus calmes dans le privé". C'est ce que s'imaginent les clients. En fait, les situations sont tellement disparates qu'il n'est pas possible d'énoncer des règles. Ce qui conduit à imaginer que tout se passe mieux dans le privé, c'est qu'il y a systématiquement des établissements publics dans les secteurs ultra-violents et pauvres du quart monde, d'un côté, et systématiquement des établissements privés dans les quartiers chics et huppés. Et on s'imagine que les fils de bourges sont calmes.
La réalité, c'est qu'il n'y a pas que des bourges dans le privé, et que les fils de bourges sont trop souvent insupportables.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum