Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Verdurette
Modérateur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Verdurette le Sam 7 Avr - 6:30
Mais comment faites-vous avec c sssss (e,i) kkkkk (a, o, u) et g jjjjjjj (e, i) gggggg (a o u) ?
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Anaxagore le Sam 7 Avr - 6:33
Et bien je disais que la lettre ne se prononçait pas de la même manière devant e,i que devant a,o,u.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Verdurette le Sam 7 Avr - 6:40
Donc dire (ce que je faisais) "le gé qui fait ggg" , "le gé qui fait jjjj" ne vous choque pas ?
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Anaxagore le Sam 7 Avr - 6:44
Je partais du principe qu'il y avait une prononciation de base avec ga go gu et comme ils étaient petits je disais que le "g" devenait coquin avec le i et le e.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Anaxagore le Sam 7 Avr - 6:46
Je ne parlais pas de la prononciation de la lettre sans l'accoler à une voyelle.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
Malaga
Modérateur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Malaga le Sam 7 Avr - 8:18
@V.Marchais a écrit:Maman qui a beaucoup travaillé avec sa petite, cette année... Léo et Léa et petits albums en lecture, écriture régulière en suivant les conseils de la graphothérapeute, maths de Singapour le week-end... Elle a été très méritante, ma pitchoune. Et vous savez quoi ? Elle qui a pleuré en début d'année parce qu'elle n'y arrivait pas en lecture ni en maths, elle est devenue première dans ces deux matières. Je suis très fière d'elle. Elle a beaucoup de mérite, parce que du haut de ses six ans, elle a accepté beaucoup de travail en plus. Mais cela n'a pas été vain.

Par curiosité, comment sais tu que ta fille est première en lecture et en maths ? Si je prends l'exemple de mon fils, les élèves n'ont aucune note donc il n'y a pas de "classement", impossible pour les parents de savoir où se situe l'enfant par rapport à ses camarades (ce qui me convient bien à titre perso, je vois les "très bien" que la maîtresse écrit ses ses travaux et cela me suffit).

_________________
     

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Sam 7 Avr - 9:00
Parce que la maîtresse le dit. Sans doute parce que ma petite a tant galéré au début. J'imagine qu'elle ne dit pas aux parents d'un enfant en difficultés que celui-ci est bon dernier.

Personnellement, je ne me contente pas de ce qui est écrit dans le cahier. Je cherche à savoir ce que ces mentions signifient réellement. Quand je vois des "très bien" accolés à des lignes d'écriture où les lettres sont tracées en dépit du bon sens, ce "très bien" ne me satisfait pas du tout. Je ne suis pas dupe de ce qu'on a mis en place. Je suis professeur de Français, et des élèves qui arrivent au collège sans savoir lire correctement mais qui n'ont que des points verts dans leur livret d'évaluation, j'en vois régulièrement. Alors la valeur de ces évaluations est devenue à peu près nulle à mes yeux.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Sapotille
Empereur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Sapotille le Sam 7 Avr - 9:17
@Verdurette a écrit:Mais comment faites-vous avec c    sssss  (e,i)    kkkkk  (a, o, u)  et g       jjjjjjj (e, i)    gggggg (a  o u)  ?

Dans la méthode que j'utilise, on sépare l'apprentissage de "ccccc" avec celui de "ce-ci--cé"
Et on a une référence qui revient chaque fois qu'on a un mot à lire ou à écrire !

On apprend d'abord le " ccc"" de coco, et coco est un petit âne ...
C'est le "cccc" de coco ...

L'apprentissage de "ce-ci-cé-ça-ço-çu" vient plusieurs mois après ...

Pour le "ggg", c'est la même chose c'est le gggg de "gare" et bien longtemps après viennent les "ge-gi-gé-gea-geo-geo", puis viennent les "gue-gui"gué"...

Notre langue française est difficile, mais avec beaucoup d'entrainement, on y parvient.
avatar
Sapotille
Empereur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Sapotille le Sam 7 Avr - 9:27
@V.Marchais a écrit:Parce que la maîtresse le dit. Sans doute parce que ma petite a tant galéré au début. J'imagine qu'elle ne dit pas aux parents d'un enfant en difficultés que celui-ci est bon dernier.

Personnellement, je ne me contente pas de ce qui est écrit dans le cahier. Je cherche à savoir ce que ces mentions signifient réellement. Quand je vois des "très bien" accolés à des lignes d'écriture où les lettres sont tracées en dépit du bon sens, ce "très bien" ne me satisfait pas du tout. Je ne suis pas dupe de ce qu'on a mis en place. Je suis professeur de Français, et des élèves qui arrivent au collège sans savoir lire correctement mais qui n'ont que des points verts dans leur livret d'évaluation, j'en vois régulièrement. Alors la valeur de ces évaluations est devenue à peu près nulle à mes yeux.

Avant qu'elle n'entre au CP, je faisais travailler la petite Fantine, pendant les grandes vacances.
Son grand frère, déjà en 4ème, s'intéressait beaucoup à ce que nous faisions et m'a dit :
"Tu te souviens, Maminou, tu as fait cela avec moi ... hé bien, au CP, j'étais le premier de la classe !"
Cela m'a amusée : il n'y avait pas de classements non plus, à l'école.

Un enfant sent bien quand il n'a aucune difficultés, quand il est capable de lire, d'écrire, de comprendre, quand il a de l'aisance ... plus que certains autres .

Cleroli
Fidèle du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Cleroli le Dim 8 Avr - 11:22
Je viens de lire vos derniers échanges (et je lirai les autres d'ici peu) et j'ai une question à te poser, Véronique. Je vais essayer de la formuler simplement : comment as-tu fait pour te rendre compte que ta fille avait besoin de l'être d'un graphothérapeute ? Je veux dire par là que les enfants en situation d'apprentissage de l'écriture rencontrent sûrement des difficultés qui se résolvent au fil du temps. A partir de quel moment s'inquiéter ? Je suis très intéressée par ta réponse car ma fille va sauter le CP et je n'arrive pas à déterminer si son écriture est "satisfaisante" (elle écrit lisiblement mais certains tracés de lettres me semblent hésitants, sans que je sache si c'est "normal" ou pas -pour un enfant de CP, puisqu'il faut que je la compare aux enfants qu'elle va côtoyer en septembre prochain). Merci pour tes précisions.
celinesud
Fidèle du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par celinesud le Dim 8 Avr - 11:25
@Cleroli a écrit:Je viens de lire vos derniers échanges (et je lirai les autres d'ici peu) et j'ai une question à te poser, Véronique. Je vais essayer de la formuler simplement : comment as-tu fait pour te rendre compte que ta fille avait besoin de l'être d'un graphothérapeute ? Je veux dire par là que les enfants en situation d'apprentissage de l'écriture rencontrent sûrement des difficultés qui se résolvent au fil du temps. A partir de quel moment s'inquiéter ? Je suis très intéressée par ta réponse car ma fille va sauter le CP et je n'arrive pas à déterminer si son écriture est "satisfaisante" (elle écrit lisiblement mais certains tracés de lettres me semblent hésitants, sans que je sache si c'est "normal" ou pas -pour un enfant de CP, puisqu'il faut que je la compare aux enfants qu'elle va côtoyer en septembre prochain). Merci pour tes précisions.

Tu as donc pris ta décision pour ta puce !
Une bonne chose de faite !

Pour l'écriture, d'ici septembre, elle va faire de gros progrès !
Cleroli
Fidèle du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Cleroli le Dim 8 Avr - 11:28
Oui, aujourd'hui nous sommes convaincus que c'est le meilleur choix pour elle et nous nous rangeons à l'avis de la maîtresse. Je sens que je vais être très investie à ses côtés les premiers mois de CE1 (et sûrement après aussi Laughing).
avatar
BrindIf
Habitué du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par BrindIf le Dim 8 Avr - 12:01
Un de mes enfants est allé directement au CE1, son instit m'a demandé d'acheter un cahier seyès où les carreaux étaient plus gros, et lui collait dans son cahier de texte le travail à la maison au lieu de le lui faire recopier.
En un trimestre c'était bon Smile
avatar
maikreeeesse
Fidèle du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par maikreeeesse le Dim 8 Avr - 12:17
@Cleroli a écrit:Je viens de lire vos derniers échanges (et je lirai les autres d'ici peu) et j'ai une question à te poser, Véronique. Je vais essayer de la formuler simplement : comment as-tu fait pour te rendre compte que ta fille avait besoin de l'être d'un graphothérapeute ? Je veux dire par là que les enfants en situation d'apprentissage de l'écriture rencontrent sûrement des difficultés qui se résolvent au fil du temps. A partir de quel moment s'inquiéter ? Je suis très intéressée par ta réponse car ma fille va sauter le CP et je n'arrive pas à déterminer si son écriture est "satisfaisante" (elle écrit lisiblement mais certains tracés de lettres me semblent hésitants, sans que je sache si c'est "normal" ou pas -pour un enfant de CP, puisqu'il faut que je la compare aux enfants qu'elle va côtoyer en septembre prochain). Merci pour tes précisions.

Bonjour Cleroli, c'est une bonne nouvelle pour ta puce !
Je dirais que tu t'alarmes si: pression trop forte dans les doigts (index "blanc" et crispé), main trop rigide ou trop molle, poignet non posé, tracés tremblés ou trop appuyés, crispation et mauvaise tenue bien sûr.
Pour le tracé en lui-même si elle dessine certaines lettres (code de tracé non fixé), si certaines lettres sont tracées en dépit du bon sens (o ou a à l'envers), ou "coupées" au mauvais endroit, par exemple arrêt dans le rond du a, si elle s'interrompt trop souvent dans le tracé.
Pour la taille tu peux partir des cahiers seyes 4 mm, les plus gros (voire trop gros) et progressivement passer au 3 mm et 2,5 mm.
Si tu veux lui faire de l'écriture, bien penser à l'enchaînement des lettres et pas à la lettre toute seule (ex a, puis la, al, au et finir par un mot par exemple).
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Dim 8 Avr - 12:29
Cleroli, une écriture hésitante n'est pas inquiétante chez un tout petit qui apprend. Ce qui m'a alarmée, avec ma fille, c'étaient des gestes graphiques aberrants validés par la maîtresse. Déjà, les gestes n'étaient pas appris de façon méthodique, lettre par lettre. J'ai découvert qu'il y a un apprentissage global de l'écriture comme il existe un apprentissage global de la lecture (mais bien sûr, on nous répète que ça n'existe pas). C'est-à-dire que ma fille, dès la rentrée, alors qu'elle ne savait pas tracer la moindre lettre, on lui a demandé de copier des phrases entières. Je me rappelle la première. C'était "Chouette, c'est la rentrée". Et ainsi de suite. Bilan, ma puce faisait de son mieux, essayait d'imiter ce qu'elle voyait sans savoir comment faire.
En octobre, quand je me suis décidée à réagir, pour faire un h en cursive, elle traçait un pont puis dessinait un ovale dessus pour faire la boucle, elle n'avait pas compris que l'un et l'autre se traçaient du même geste ; elle dessinait des t en montant avec la barre parfois à l'envers ; etc. Et ce n'était pas corrigé, mais à chaque fois, elle avait "très bien" dans la marge. Je crois que j'avais fait des photos de son cahier pour des journalistes, je vais voir si je les retrouve. Tu verras que ça n'a rien à voir avec une écriture hésitante (qui le devient de moins en moins avec le temps). C'était une écriture aberrante, et elle n'aurait jamais pu inventer les bons gestes ni écrire correctement si on ne lui avait pas montré comment faire.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Dim 8 Avr - 12:46
Voilà, j'ai retrouvé des exemples. On voit en particulier que les o et les a se confondent avec la lettre qui précède, mais cela est accepté. Dans ce cas, comment se corriger ? En même temps, elle n'a pas appris à faire ses m ou ses l avec le bon geste avant d'enchaîner sur les syllabes ou les mots, alors... humhum




_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Amaliah le Dim 8 Avr - 14:14
@Stered a écrit:
@Sapotille a écrit:V.Marchais a tout dit en Maman experte !

Juste éviter de dire "èmmmm" , dire plutôt "mmmmmmmmmmm" ...
Pas de "bééé" , mais "bbbbbbbb" ...
Pas de "téééé" mais "ttttt" ...
Pas de "èrrr" , mais"rrrr"

C'est ce que je faisais, mais mon fils me contredit : "la maîtresse dit "èmmm", Maman, c'est pas "mmmmm" !"
Du coup, je suis emm****dée et ne sais pas trop que faire...

J'ai toujours dit à mes enfants que les lettres chantent : on a appris que le "m" chante "mmm" dès le début. Donc tu dis à ton fils que la maîtresse a raison mais qu'il y a un secret : les lettres chantent!

@V.Marchais a écrit:Cleroli, une écriture hésitante n'est pas inquiétante chez un tout petit qui apprend. Ce qui m'a alarmée, avec ma fille, c'étaient des gestes graphiques aberrants validés par la maîtresse. Déjà, les gestes n'étaient pas appris de façon méthodique, lettre par lettre. J'ai découvert qu'il y a un apprentissage global de l'écriture comme il existe un apprentissage global de la lecture (mais bien sûr, on nous répète que ça n'existe pas). C'est-à-dire que ma fille, dès la rentrée, alors qu'elle ne savait pas tracer la moindre lettre, on lui a demandé de copier des phrases entières. Je me rappelle la première. C'était "Chouette, c'est la rentrée". Et ainsi de suite. Bilan, ma puce faisait de son mieux, essayait d'imiter ce qu'elle voyait sans savoir comment faire.
En octobre, quand je me suis décidée à réagir, pour faire un h en cursive, elle traçait un pont puis dessinait un ovale dessus pour faire la boucle, elle n'avait pas compris que l'un et l'autre se traçaient du même geste ; elle dessinait des t en montant avec la barre parfois à l'envers ; etc. Et ce n'était pas corrigé, mais à chaque fois, elle avait "très bien" dans la marge. Je crois que j'avais fait des photos de son cahier pour des journalistes, je vais voir si je les retrouve. Tu verras que ça n'a rien à voir avec une écriture hésitante (qui le devient de moins en moins avec le temps). C'était une écriture aberrante, et elle n'aurait jamais pu inventer les bons gestes ni écrire correctement si on ne lui avait pas montré comment faire.

J'hallucine totalement de ce que tu racontes et de ce que tu montres, Véronique, et en même temps j'ai vu les cahiers de mon neveu qui est au CP la semaine dernière et j'ai fait le même constat que toi... Bien sûr aucune écriture avant le CP, très peu de graphisme fin en GS, j'avais déjà alerté ma belle-sœur l'an dernier. Il écrivait très très mal son prénom plutôt court.
Mais que disent les autres parents dans ton école ?











avatar
V.Marchais
Enchanteur

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par V.Marchais le Dim 8 Avr - 14:19
Je ne sais pas du tout ce qu'en pensent les autres parents.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Stered
Doyen

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Stered le Dim 8 Avr - 15:12
Belle idée, Amaliah ! J’adopte !

Véro, c'est ahurissant que la maîtresse laisse faire des lettres comme le h que tu as montré...

_________________
"Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent." Maïakovski
celinesud
Fidèle du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par celinesud le Dim 8 Avr - 15:37
A ma grande, je disais "les lettres qui font du bruit" pour les consonnes et celles qui chantent pour les voyelles.
avatar
BrindIf
Habitué du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par BrindIf le Dim 8 Avr - 15:45
@V.Marchais a écrit:Voilà, j'ai retrouvé des exemples. On voit en particulier que les o et les a se confondent avec la lettre qui précède, mais cela est accepté. Dans ce cas, comment se corriger ? En même temps, elle n'a pas appris à faire ses m ou ses l avec le bon geste avant d'enchaîner sur les syllabes ou les mots, alors...  humhum
Ça fait mal au coeur, d'imaginer un enfant qui recopie le dessin des lettres avec autant d'application, pour au final avoir à désaprendre ensuite Sad
avatar
Olympias
Prophète

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Olympias le Dim 8 Avr - 15:46
Ce que vous rapportez est délirant.
Cleroli
Fidèle du forum

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Cleroli le Dim 8 Avr - 20:10
Merci beaucoup pour vos précisions, Véronique et Maikreeesse mais aussi aux autres participantes (je ne vous remercie que maintenant car nous étions invités pour le déjeuner et venons seulement de rentrer).
Vos propos sont très clairs et me rassurent (à l'occasion, je tenterai d'insérer l'un de ses écrits).
Merci encore !
PS : Maikreeese, c'est un vrai plaisir de te relire! Je n'osais pas t'envoyer de MP et je suis vraiment ravie de ton retour (que j'espère durable car tu manques au forum et je pense souvent à toi !).


Dernière édition par Cleroli le Dim 8 Avr - 20:31, édité 2 fois
avatar
Rabelais
Vénérable

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par Rabelais le Dim 8 Avr - 20:15
Ce qui est rapporté est la réalité générale.
La qualité dans l'apprentissage de l'écriture en école primaire est plutôt anecdotique.
Ce n'est d'ailleurs guère la faute des collègues mais une lacune extrême dans la formation.
( EDIT ) A l'espè, nos collègues PE s'étonnaient de ne pas avoir de formation pour apprendre aux éléves à écrire.
C'est débrouille-toi, renseigne-toi, et c'est grave, très grave.
Mon fils et ses amis n'ont pas travaillé le geste graphique en MS, ils ont fait comme ils pouvaient en CP, CE1.
Après un an de rééducation en écriture en CM1, cela va un peu mieux, mais ce n'est pas encore ça et il est très lent s'il veut être lisible, sur les lignes.
Je ne parle même pas de l'écriture des chiffres...c'est ça qui m'avait mis la puce à l'oreille ( parce que sans aucun devoir écrit, aucune leçon non polycopiée, il était difficile de connaître son écriture autrement que dans ses cahiers de vacances ), des 9 et des 4 tracés à l'envers,
Je m'en veux terriblement de ne pas y avoir prêté plus d'attention, je suis tout autant responsable, ma confîance m'a perdue.
En fait, aujourd'hui , en France, on n'apprend plus à écrire aux enfants.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
LouisBarthas
Érudit

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par LouisBarthas le Dim 8 Avr - 23:40
@pseudo-intello a écrit:Je remonte le fil... ma fille n'est qu'en petite section, mais l'an prochain et l'année suivante, elle va avoir le droit aux étiquettes.
Il y a des choses à mettre en place "préventivement" cet été, ou je m'abstiens de m'en mêler ?
L'usage systématique des étiquettes est préjudiciable à l'apprentissage de la lecture puisqu'elles incitent l'enfant à deviner et lui font croire que les mots sont des images. Ce qui fait qu'on voit arriver en CP beaucoup d'enfants qui croient déjà savoir lire parce qu'ils parviennent à reconnaître certaines étiquettes. J'ai même eu, lors de mon dernier CP, une enfant qui pensait qu'elle saurait lire le soir même de sa première journée de classe en CP ! C'est dire la confusion qui règne dans la tête des enfants à qui on a fait croire depuis la petite section que les mots étaient des images.
La meilleure des choses à faire, dès le premier jour de CP, est de réapprendre la lecture en commençant par les lettres. L'unité de base de la lecture est la lettre et non le mot. C'est valable pour la maternelle. Pour les parents qui en sont conscients, il s'agit de dire à l'enfant la vérité : que reconnaître des étiquettes n'est pas de la lecture, même si ça peut être amusant. L'usage d'un abécédaire est excellent, ainsi que la pratique de comptines et de chants permettant d'associer la lettre et le son. La grande catastrophe actuelle de l'apprentissage de la lecture est la séparation de l'écriture et de la lecture. Comme la quasi-totalité des maîtres considèrent les mots comme des images, les lettres perdent leur sens pour les enfants et ils écrivent n'importe comment et sans goût.

_________________
Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
A quels enfants allons-nous laisser le monde ? - Jaime Semprun
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus
avatar
gauvain31
Grand Maître

Re: Méthodes pourries en CP : à quel moment on s'inquiète ?

par gauvain31 le Dim 8 Avr - 23:59
@Rabelais a écrit:Ce qui est rapporté est la réalité générale.
La qualité dans l'apprentissage de l'écriture en école primaire est plutôt anecdotique.
Ce n'est d'ailleurs guère la faute des collègues mais une lacune extrême dans la formation.
( EDIT ) A l'espè, nos collègues PE s'étonnaient de ne pas avoir de formation pour apprendre aux éléves à écrire.
C'est débrouille-toi, renseigne-toi, et c'est grave, très grave.
Mon fils et ses amis n'ont pas travaillé le geste graphique en MS, ils ont fait comme ils pouvaient en CP, CE1.
Après un an de rééducation en écriture en CM1, cela va un peu mieux, mais ce n'est pas encore ça et il est très lent s'il veut être lisible, sur les lignes.
Je ne parle même pas de l'écriture des chiffres...c'est ça qui m'avait mis la puce à l'oreille ( parce que sans aucun devoir écrit, aucune leçon non polycopiée, il était difficile de connaître son écriture autrement que dans ses cahiers de vacances ), des 9 et des 4 tracés à l'envers,
Je m'en veux terriblement de ne pas y avoir prêté plus d'attention, je suis tout autant responsable, ma confiance m'a perdue.
En fait, aujourd'hui , en France, on n'apprend plus à écrire aux enfants.

Non Rabelais , je t'en prie , ne te culpabilise pas. Tu n'as pas à t'en vouloir: tu a fais confiance à l'institution. La maîtresse de ton fils est adulte et tu t'es logiquement dit qu'elle savait ce qu'elle faisait. Elle-même a dû faire ce qu'elle pensais être le mieux avec les maigres moyens dont elles disposait .Tu as réagit comme tu le devais et à temps.

Quant à moi ça, me confirme dans l'idée que je vais suivre très attentivement les débuts de la scolarité de ma petit nièce et filleule (elle va faire un an le 19 avril). Ma sœur et son compagnon font aussi confiance en l'école et c'est normal; je ne leur dis pas tout le fond de ma pensée sur la formation des PE à l'ESPE pour ne pas les effrayer. Elle peut tomber en effet sur une excellente maîtresse. On verra bien.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum