Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Rêveuse
Rêveuse
Niveau 3

Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Rêveuse le Sam 05 Jan 2019, 19:11
Bonjour à tous, bonne année,  
J'ai cru avoir lu, à un moment, qu'une réforme du recrutement était dans les tuyaux et que des annonces étaient prévues courant Janvier. Sauf que je ne retrouve pas où j'ai lu ça, ni ce qui est prévu. Des modifications sont-elles à attendre pour les concours (CAPES/CRPE par exemple) de la cession 2020 ?  
Merci d'avance de vos réponses.


Dernière édition par Thalia de G le Ven 25 Jan 2019, 06:30, édité 2 fois (Raison : Coquille dans le titre)
Will.T
Will.T
Prophète

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Will.T le Dim 06 Jan 2019, 09:11
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/11/07112018Article636771719491838764.aspx
Rêveuse
Rêveuse
Niveau 3

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Rêveuse le Dim 06 Jan 2019, 10:34
Merci @Will.T En un mot on est dans le flou...
blablabla2046
blablabla2046
Niveau 1

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par blablabla2046 le Dim 06 Jan 2019, 14:06
Ce dont il devrait être question dans les textes qui seront "proposés" en janvier ou février selon les sources viserait dans un premier temps les futurs INSPE car en l'état outre le changement de nom et le mode de nomination du directeur, rien ne semble acté officiellement. Pour ce qui est des concours à proprement parler, c'est effectivement flou notamment pour ce qui est de leur positionnement par exemple (en licence 3, en m1, en m2, l'admission fortement décalée de l'admissibilité, etc...). Toutefois il me paraît a priori difficile de mettre en place des modifications pour la session 2020 pour des raisons de calendrier et de logistique.
Rêveuse
Rêveuse
Niveau 3

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Rêveuse le Dim 06 Jan 2019, 21:02
Dans l'article de Will, on indique ceci, d'où mon inquiétude :
L'arrêté sur les formations devrait être publié au JO en janvier 2019 pour application à la rentrée 2019
Malaca
Malaca
Esprit éclairé

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Malaca le Ven 25 Jan 2019, 00:19
Visiblement ça bouge sur ce front ...  présentation par le Ministre de l'éducation, du projet de loi à l'Assemblée nationale devant la commission des affaires culturelles  le 23 janvier 2019.


Le "projet de loi pour une école de confiance" fixe notamment l'âge de l'instruction obligatoire à trois ans et réforme la formation initiale des professeurs.

Intervention de 3 minutes sur ce point

http://lcp.fr/actualites/education-nationale-jean-michel-blanquer-presente-sa-reforme-aux-deputes


La réforme de la formation de enseignants

Reste la réforme de la formation des enseignants. Le ministre assume d'imposer ses décisions aux futurs INSPE qui remplaceront les Espe. "On doit garantir le même nombre d'heures de formation sur la lecture à tous les enseignants... L’éducation nationale doit avoir un impact sur ce qui se passe dans les structures qui alimentent le système". Pour lui ce n'est pas une reprise en mains mais une question de logique. On comprend que toutes les Espe devront proposer la même formation et qu'en même temps la moitié de  leur personnel sera remplacé par des enseignants de terrain choisis par l'institution, plus obéissants et moins onéreux que des universitaires. Sur ce point le ministre ne bouge pas d'un pouce.

Il évoque aussi le pré recrutement d'enseignants auprès des assistants d'éducation. Pour lui il s'agit d'élargir le vivier de recrutement des enseignants et aussi d'aider des jeunes défavorisés à faire des études. Paul Molac lui fait remarque que les étudiants des IPES étaient payés que pour étudier. Mais le ministre estime que les jeunes pré-recrutés disposeront de 700 euros par mois cumulables avec une bourse. Pour lui ce sera "très attractif". Il précisera dans les débats sur la loi le devenir précis des concours.


Les INSPE (Instituts Nationaux Supérieurs du Professorat et de l'Education) vont remplacer les ESPE.

La place du concours reste encore à déterminer ... (il avait été question de l'admissibilité en fin de licence et l'admission en fin de Master)

http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2019/01/24012019Article636839126773306122.aspx

Il y est aussi question de l'annualisation des services ...

_________________
Ajouter de la vie aux années plutôt que des années à la vie ...

"Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité." A. de Saint-Exupéry

mes rêves, ma réalité ...
avatar
Bouboule
Sage

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Bouboule le Ven 25 Jan 2019, 00:34
En complément :

Agence de presse a écrit:

"La vocation du concours enseignant est qu’il se déroule en M2. Nous ne voulions pas qu’il reste en M1 notamment en raison de la surcharge que représente l’année de M2 pour les futurs professeurs actuellement", a déclaré Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, lors de son audition à l’Assemblée nationale, mercredi 23 janvier 2019.

Balthazaard
Balthazaard
Sage

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Balthazaard le Ven 25 Jan 2019, 00:39
"On comprend que toutes les Espe devront proposer la même formation et qu'en même temps la moitié de leur personnel sera remplacé par des enseignants de terrain choisis par l'institution, plus obéissants et moins onéreux que des universitaires. Sur ce point le ministre ne bouge pas d'un pouce."

Si on commence à y mettre des gens qui connaissent les élèves et non plus des spécialistes des "sciences de l'éducation" je comprends que Jarraud ait des vapeurs.
Mathador
Mathador
Neoprof expérimenté

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Mathador le Ven 25 Jan 2019, 00:58
Le concours en M2 serait plutôt une bonne nouvelle, vu que cela permettrait de faire un M2R plutôt qu'un M2MEEF sans perdre de temps… mais cela risque également de remettre en question la différence statutaire agrégé/certifié, que l'on essaye déjà d'effacer le plus possible dans le système des mutations en dépit du bon sens.
Et pourquoi pas revenir au CAPES après la licence, comme avant la masterisation ? Après tout, les inspecteurs des finances sont recrutés au niveau licence et bien mieux payés.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
avatar
Bouboule
Sage

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Bouboule le Ven 25 Jan 2019, 01:15
@Mathador a écrit:Le concours en M2 serait plutôt une bonne nouvelle, vu que cela permettrait de faire un M2R plutôt qu'un M2MEEF sans perdre de temps… mais cela risque également de remettre en question la différence statutaire agrégé/certifié, que l'on essaye déjà d'effacer le plus possible dans le système des mutations en dépit du bon sens.
Et pourquoi pas revenir au CAPES après la licence, comme avant la masterisation ? Après tout, les inspecteurs des finances sont recrutés au niveau licence et bien mieux payés.

Tu crois que la licence actuelle est équivalente à la licence d'avant la masterisation ?

On est en pleine ambiguïté ; on voudrait que le niveau master signifie quelque chose mais on maintient des épreuves disciplinaires parce que quand même faut vérifier le niveau mais en fait y a pas trop le niveau mais on veut quand même mettre quelqu'un devant les élèves donc on trafique les épreuves avec un peu de questions de niveau collège/lycée (genre maths 2è épreuve) et beaucoup de pipologie à l'oral.
Mathador
Mathador
Neoprof expérimenté

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Mathador le Ven 25 Jan 2019, 01:25
@Bouboule a écrit:Tu crois que la licence actuelle est équivalente à la licence d'avant la masterisation ?

Non. Mais quand on a un problème de recrutement, il est de bon ton d'arrêter de mettre des obstacles artificiels à ce recrutement. Et donc, recruter en licence (n'oublions pas que les candidats potentiels n'ont pas tous 23 ans) et alléger la charge de travail à l'ESPE (notamment, suppression du mémoire)*. S'il y a assez de candidats le niveau de la licence n'importera que peu. Après tout, beaucoup de candidats aux concours de catégorie B de Bercy ont plus que le bac…
Mais bizarrement à Bercy on paie mieux. Si on veut recruter correctement, la solution est simple: améliorer les conditions de travail (coucou #pasdevague et le L122-2 du Code de l'éduc) et/ou augmenter le net à payer.

* ou encore réduire les heures d'enseignement en responsabilité, mais on prétendra une fois de plus que les caisses sont vides.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Orlanda
Orlanda
Fidèle du forum

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Orlanda le Ven 25 Jan 2019, 09:00
Ce que je trouve terrible, c'est la tranquille évidence avec laquelle ils annoncent vouloir "élargir le vivier de recrutement" en piochant parmi les "jeunes défavorisés."
C'était déjà une métier de "bonnes femmes", il ne sera maintenant plus réservé qu'aux gentils pauvres.

Il a bien-sûr par la passé été un moyen de promotion sociale, mais le jeune campagnard lettré percolait socialement précisément parce qu'il croisait des enfants de la bourgeoisie sur les bancs de l'école normale ou de la faculté.








_________________
"Nous vivons à une époque où l'ignorance n'a plus honte d'elle-même". Robert Musil
LaMaisonQuiRendFou
LaMaisonQuiRendFou
Habitué du forum

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par LaMaisonQuiRendFou le Ven 25 Jan 2019, 09:40
@Mathador a écrit:
@Bouboule a écrit:Tu crois que la licence actuelle est équivalente à la licence d'avant la masterisation ?

Non. Mais quand on a un problème de recrutement, il est de bon ton d'arrêter de mettre des obstacles artificiels à ce recrutement. Et donc, recruter en licence (n'oublions pas que les candidats potentiels n'ont pas tous 23 ans) et alléger la charge de travail à l'ESPE (notamment, suppression du mémoire)*. S'il y a assez de candidats le niveau de la licence n'importera que peu. Après tout, beaucoup de candidats aux concours de catégorie B de Bercy ont plus que le bac…
Mais bizarrement à Bercy on paie mieux. Si on veut recruter correctement, la solution est simple: améliorer les conditions de travail (coucou #pasdevague et le L122-2 du Code de l'éduc) et/ou augmenter le net à payer.

* ou encore réduire les heures d'enseignement en responsabilité, mais on prétendra une fois de plus que les caisses sont vides.

Exactement ! CAPES = concours A = possibilité de le passer à niveau bac+3. Je suis sûr que ça pourrait attirer de bons étudiants, qui n'ont ni l'envie ni les moyens de poursuivre indéfiniment leurs études... + Possibilité de report de prise de poste pendant 2 ans pour les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études jusqu'en M2.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Lefteris le Ven 25 Jan 2019, 10:07
@blablabla2046 a écrit:Ce dont il devrait être question dans les textes qui seront "proposés" en janvier ou février selon les sources viserait dans un premier temps les futurs INSPE car en l'état outre le changement de nom et le mode de nomination du directeur, rien ne semble acté officiellement. Pour ce qui est des concours à proprement parler, c'est effectivement flou notamment pour ce qui est de leur positionnement par exemple (en licence 3, en m1, en m2, l'admission fortement décalée de l'admissibilité, etc...). Toutefois il me paraît a priori difficile de mettre en place des modifications pour la session 2020 pour des raisons de calendrier et de logistique.
Dans le projet initial, il était question d'en faire des sortes de contractuels sur la sellette, en tout cas de déconnecter la formation du statut de fonctionnaire.Tout en utilisant ces jeunes comme variable d'ajustement. C'est une des pièces du puzzle contre le statut de fonctionnaire.

@Balthazaard a écrit:"On comprend que toutes les Espe devront proposer la même formation et qu'en même temps la moitié de  leur personnel sera remplacé par des enseignants de terrain choisis par l'institution, plus obéissants et moins onéreux que des universitaires. Sur ce point le ministre ne bouge pas d'un pouce."

Si on commence à y mettre des gens qui connaissent les élèves et non plus des spécialistes des "sciences de l'éducation" je comprends que Jarraud ait des vapeurs.
Certes, virer les pédagos ne peut être qu'applaudi. Mais on va virer aussi des vrais universistaires. Quant aux autres , j'imagine aisément les méthodes de recrutement. Les bonnes vieilles habitudes claniques, de prime à la servilité et au "savoir plaire" ne vont pas disparaître comme ça. On risque de retrouver les mêmes têtes, un peu comme dans LREM on retrouve les gamellards de tous les partis.

@Orlanda a écrit:Ce que je trouve terrible, c'est la tranquille évidence avec laquelle ils annoncent vouloir "élargir le vivier de recrutement" en piochant parmi les "jeunes défavorisés."
C'était déjà une métier de "bonnes femmes", il ne sera maintenant plus réservé qu'aux gentils pauvres.

Il a bien-sûr par la passé été un moyen de promotion sociale, mais le jeune campagnard lettré percolait socialement précisément parce qu'il croisait des enfants de la bourgeoisie sur les bancs de l'école normale ou de la faculté.
Manière de dire qu'on va compresser les salaires, que des tas de défavorisés vont préférer cette manne au chômage, et que pour la revalorisation globale circulez, il n'y a rien à voir.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
gauvain31
gauvain31
Guide spirituel

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par gauvain31 le Ven 25 Jan 2019, 10:29
@Lefteris a écrit:Manière de dire qu'on va compresser les salaires, que des tas de défavorisés vont préférer cette manne au chômage, et que pour la revalorisation globale circulez, il n'y a rien à voir.

Ben quand il y a eu un grand nombre de postes en CDI à pourvoir sous Hollande, certains ont préféré faire autre chose qu'enseignant..... même les plus défavorisés vont peut être préférer le chômage aux insultes quotidiennes loin de chez eux....
Lefteris
Lefteris
Empereur

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Lefteris le Ven 25 Jan 2019, 10:54
@gauvain31 a écrit:
@Lefteris a écrit:Manière de dire qu'on va compresser les salaires, que des tas de défavorisés vont préférer cette manne au chômage, et que pour la revalorisation globale circulez, il n'y a rien à voir.

Ben quand il y a eu un grand nombre de postes en CDI à pourvoir sous Hollande, certains ont préféré faire autre chose qu'enseignant..... même les plus défavorisés vont peut être préférer le chômage aux insultes quotidiennes loin de chez eux....
Possible, surtout que la titularisation ne sera pas un acquis, après au moins deux ans de contrat. Mais cette idée reprend en partie un pure idée pédagogiste, notamment de Dubet : prendre des gens peu qualifiés , à bac + 1 même (selon la théorie bien connue : "les savoirs ne sont pas très importants")et les mettre dans les mains de formateurs pédago, à l'essai . Là s'ajoute la volonté clairement affichée de précariser et de mettre sur la sellette. L'Etat ne débourserait que 700 € par adulte face à un élève. Le reste relèverait d'allocations éventuelles.
Y a pas, ça fait rêver. Rien que tous ces bricolages pour trouver des enseignants à moindre coût, ça en dit long sur l'épuisement du système.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
Morgared
Morgared
Niveau 9

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Morgared le Ven 25 Jan 2019, 11:10
@Lefteris a écrit:
Possible, surtout que la titularisation  ne sera pas un acquis, après au moins deux ans de contrat. Mais cette idée reprend  en partie un pure idée pédagogiste, notamment de Dubet : prendre des gens peu qualifiés , à bac + 1 même (selon la théorie bien connue  : "les savoirs ne sont pas très importants")et les mettre dans les mains de formateurs pédago, à l'essai . Là s'ajoute la volonté clairement affichée de précariser et de mettre sur la sellette. L'Etat ne débourserait que 700 € par adulte face à un élève. Le reste relèverait d'allocations éventuelles.
Y a pas, ça fait rêver. Rien que tous ces bricolages pour trouver des enseignants à moindre coût, ça en dit long sur l'épuisement du système.

Il y a dix ans, les certifiés ont eu droit à la masterisation. Résultat, bac +5 obligatoire, sans que le salaire suive. Les certifiés sont rémunérés comme des fonctionnaires de catégorie B à bac+3, voire niveau bac. Parallèlement, la question des contenus a continué à être évacuée de la politique éducative, et n'intéresse désormais plus la société.
La seule solution, puisqu'il est hors de question d'augmenter les salaires des enseignants pour la fonction de garderie mise en place avec le socle commun (le rôle de l'école est d'éviter que les jeunes traînent dans la rue), est désormais de recruter les enseignants au niveau du salaire et de la mission qu'on leur attribue - bac +3, c'est déjà beaucoup. On s'interrogera sur le niveau général, sur la perte de savoir-faire et sur l'état de la société française (peut-être) plus tard.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Lefteris le Ven 25 Jan 2019, 11:53
@Morgared a écrit:

Il y a dix ans, les certifiés ont eu droit à la masterisation. Résultat, bac +5 obligatoire, sans que le salaire suive. Les certifiés sont rémunérés comme des fonctionnaires de catégorie B à bac+3, voire niveau bac. Parallèlement, la question des contenus a continué à être évacuée de la politique éducative, et n'intéresse désormais plus la société.
La seule solution, puisqu'il est hors de question d'augmenter les salaires des enseignants pour la fonction de garderie mise en place avec le socle commun (le rôle de l'école est d'éviter que les jeunes traînent dans la rue), est désormais de recruter les enseignants au niveau du salaire et de la mission qu'on leur attribue - bac +3, c'est déjà beaucoup. On s'interrogera sur le niveau général, sur la perte de savoir-faire et sur l'état de la société française (peut-être) plus tard.
Déjà, c'était un bricolage cette pseudo-mastérisation (pour suivre des préconisations UE) qui fait rire (jaune) tout le monde, à commencer par les intéressés. Qu'est-ce que le master MEEF sans l'obtention du concours ? Ce machin obtenu par collage de "crédits" n'ayant rien de disciplinaire ? (j'ai eu les tous premiers stagiaires , qu'on ma collés parce qu'on ne savait pas qu'en faire, le stage donnait des "crédits",et ça fait peur). Ca n'a pas fait monter le niveau , mais plutôt baisser, et déconsidéré les savoirs disciplinaires. Dans les faits, on passait le concours avec une licence parfois bancale (les plus avisés ou les meilleurs passent des concours, entrent dans des écoles supérieures) , et on préparait le concours en s'intéressant à tout sauf aux contenus de sa discipline, réduits à la portion congrue. Un certain nombre de candidats ont continué à se présenter avec un vrai master disciplinaire, mais le moins qu'on puisse dire est qu'il n'ont pas toujours été les mieux vus au cours de la formation et qu'on ne leur a pas toujours facilité la tâche.
Le métier est en train de suivre bien plus qu'une rétrogradation en catégorie B : la prochaine étape est de le transformer en activité provisoire, contractualisée pour un grand nombre d'enseignants, et payée comme un travail d'intérim, sans déroulement de carrière. Sauf réaction énergique à laquelle je ne crois plus guère, on se dirige tout droit vers le double statut (dans un premier temps) , très prochainement, comme à France Télécom.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
Balthazaard
Balthazaard
Sage

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Balthazaard le Ven 25 Jan 2019, 12:07
@Lefteris a écrit:
@blablabla2046 a écrit:Ce dont il devrait être question dans les textes qui seront "proposés" en janvier ou février selon les sources viserait dans un premier temps les futurs INSPE car en l'état outre le changement de nom et le mode de nomination du directeur, rien ne semble acté officiellement. Pour ce qui est des concours à proprement parler, c'est effectivement flou notamment pour ce qui est de leur positionnement par exemple (en licence 3, en m1, en m2, l'admission fortement décalée de l'admissibilité, etc...). Toutefois il me paraît a priori difficile de mettre en place des modifications pour la session 2020 pour des raisons de calendrier et de logistique.
Dans le projet initial, il était question d'en faire des sortes de contractuels sur la sellette, en tout cas de déconnecter la formation du statut de fonctionnaire.Tout en utilisant ces jeunes comme variable d'ajustement. C'est une des pièces du puzzle contre le statut de fonctionnaire.

@Balthazaard a écrit:"On comprend que toutes les Espe devront proposer la même formation et qu'en même temps la moitié de  leur personnel sera remplacé par des enseignants de terrain choisis par l'institution, plus obéissants et moins onéreux que des universitaires. Sur ce point le ministre ne bouge pas d'un pouce."

Si on commence à y mettre des gens qui connaissent les élèves et non plus des spécialistes des "sciences de l'éducation" je comprends que Jarraud ait des vapeurs.
Certes, virer les pédagos ne peut être qu'applaudi. Mais on va virer aussi  des vrais universistaires. Quant aux autres , j'imagine aisément les méthodes de recrutement. Les bonnes vieilles habitudes claniques, de prime à la servilité  et au "savoir plaire" ne vont pas disparaître comme ça. On risque de retrouver  les mêmes têtes, un peu comme dans LREM on retrouve les gamellards de tous les partis.

@Orlanda a écrit:Ce que je trouve terrible, c'est la tranquille évidence avec laquelle ils annoncent vouloir "élargir le vivier de recrutement" en piochant parmi les "jeunes défavorisés."
C'était déjà une métier de "bonnes femmes", il ne sera maintenant plus réservé qu'aux gentils pauvres.

Il a bien-sûr par la passé été un moyen de promotion sociale, mais le jeune campagnard lettré percolait socialement précisément parce qu'il croisait des enfants de la bourgeoisie sur les bancs de l'école normale ou de la faculté.
Manière de dire qu'on va compresser les salaires, que des tas de défavorisés vont préférer cette manne au chômage,  et que pour la revalorisation globale circulez, il n'y a rien à voir.

Il y en a dans les espe? question sérieuse.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Lefteris le Ven 25 Jan 2019, 12:33
@Balthazaard a écrit:

Il y en a dans les espe? question sérieuse.
Pas vraiment dans les Espé, royaume du réseautage, mais dans la formation liée aux Espé. Même ce moignon indigent peut disparaître. Mais il ne fauit pas se faire d'illusion sur la qualité des nouveaux cooptés, qui ne seront d'ailleurs peut-être souvent que les mêmes, recyclés.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
gauvain31
gauvain31
Guide spirituel

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par gauvain31 le Ven 25 Jan 2019, 12:38
@Balthazaard a écrit:Il y en a dans les espe? question sérieuse.

Oui il y a de vrais universitaires à l'ESPE de Toulouse (en SVT en tout cas), de vrais maître de conférences avec de vraies discipline   . Ils enseignent et à l'UPS et à l'ESPE. La préparation au CAPES est très bonne... au point que chaque année, plusieurs élèves sont admissibles à l'agrégation !
Un des Maître de Conférences fait même des visites de stagiaires , ce qui les impressionne beaucoup ! On les rassure en disant que au contraire c'est très bien , car ce sont des gens qui ne sont pas du tout dogmatiques.

Ce qui ce passe à L'ESPE à Toulouse pour les SVT ne pourrait donner lieu cela va de soi à une généralité.

EDIT : Pour la 2ème annnée de stage par contre , certains formateurs sont issus d'un cooptage (et j'en sais pas mal là dessus, mais chut):  je rejoins Lefteris.


Dernière édition par gauvain31 le Ven 25 Jan 2019, 12:40, édité 1 fois
jaybe
jaybe
Niveau 8

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par jaybe le Ven 25 Jan 2019, 12:39
Et il n'y a pas qu'à Toulouse. Mais visiblement cela contrarie trop les certitudes de certains.

_________________
Without geometry, life is pointless
ar_angar
ar_angar
Niveau 5

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par ar_angar le Ven 25 Jan 2019, 12:52
Ne vaudrait-il pas mieux en effet avoir une formation sur la partie "enseignement" véritablement dédiée après un concours qui trie sur le niveau technique et qui permette d'être efficace dès la prise de poste (donc sous status au moins de CDI, pour ne pas laisser la place au doute de l'engagement des deux parties), qui conduirait ainsin à obtenir en fin de cursus un prof fonctionnaire, formé, avec un minimum de connaissances dans son domaine technique et dans la partie spécifique (enseignement) ?

Cela dit, cela suppose que le but est d'avoir des profs qui soient efficaces pour les élèves...

Comme le dit si bien l'adage :

Adage a écrit:Celui qui sait faire, fait. Celui qui sait pas faire enseigne. Celui qui ne sait pas enseigner enseigne aux enseignants. Et celui qui ne sait pas enseigner aux enseignants fait de la politique...

_________________
C'est en forgeant qu'on devient forgeron.. Vous allez rire, j'ai un marteau !
Marcelle Duchamp
Marcelle Duchamp
Neoprof expérimenté

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Marcelle Duchamp le Ven 25 Jan 2019, 12:55
Pour ma part, il y a 11 ans quand j’etais en prepa CAPES arts plastiques à Bdx, j’ai eu une enseignante brillante qui m’a poussée à la réussite. Elle était tellement performante que sur une promo de 60, on était 30 admissibles soit 10% des admissibles en France. 
Elle était tellement performante, impliquée, elle mettait les pieds ds le plat pour dire ce qui n’allait pas, quitte à se mettre tout le monde à dos. 
Elle a donné sa démission quelques années plus tard. 


Et pour le fait qu’on mette des précaires sur les postes vacants, ma remplaçante n’a jamais enseigné, elle a une cinquantaine d’annees, une licence d’arts obtenue en 1990, et se découvre des velléités d’enseignement pour gagner sa croute. 
Je trouve ça déprimant au possible... alors que je suis titulaire certifiée, que j’ai 2 masters, on met une contractuelle inexpérimentée pour faire MON job.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Lefteris le Ven 25 Jan 2019, 13:34
@gauvain31 a écrit:
@Balthazaard a écrit:Il y en a dans les espe? question sérieuse.

Oui il y a de vrais universitaires à l'ESPE de Toulouse (en SVT en tout cas), de vrais maître de conférences avec de vraies discipline   . Ils enseignent et à l'UPS et à l'ESPE. La préparation au CAPES est très bonne... au point que chaque année, plusieurs élèves sont admissibles à l'agrégation !
Un des Maître de Conférences fait même des visites de stagiaires , ce qui les impressionne beaucoup ! On les rassure en disant que au contraire c'est très bien , car ce sont des gens qui ne sont pas du tout dogmatiques.
.
Bon, faut pas chercher qui va disparaître avec l'objectif de réduction des coûts. Rolling Eyes

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
Contenu sponsorisé

Re: Réforme du recrutement et de la formation initiale des professeurs.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum