Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
pseudo-intello
Érudit

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par pseudo-intello le Jeu 17 Jan 2019 - 17:13
J'irais pas jusqu'à dire "doubler" ; contrairement à mes collègues de certains autres pays, je suis absolument libre d'organiser mon temps hors-cours, et cet avantage (je peux blinder une semaine à mort, je peux, si je m'organise, ne rien faire hors cours pendant 10 jours, je peux être à la sortie de l'école, et si j'ai deux heures de travail à abattre un dimanche pour finir de préparer ma semaine, je peux choisir de faire coïncider tout ça avec la sieste des enfants).

Un copain anglais est plus ou moins d'astreinte, une bonne partie de la semaine, quand il n'est pas en cours. Ça ne justifie évidemment pas l'écart entre nos salaires, mais ça pourrait en justifier un plus petit.

Ce 'n’est que mon opinion, et je la partage. Very Happy
Fenrir
Fenrir
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Fenrir le Jeu 17 Jan 2019 - 17:19
@Fires of Pompeii a écrit:Elle est de 75 euros je crois. Mais elle ne compense absolument rien...

@JayKew a écrit:L'indemnité de résidence dépend de la zone et de l'indice.

A titre d'exemple, je suis Chaire sup' 5ème échelon (ce qui équivaut à agrégé HC, échelon 3). J'habite à Marseille et mon indemnité de résidence et de 115€ par mois: elle est identique à celle que je touchais à Paris, où j'ai habité 30 ans, alors que les loyers à Marseille sont bien moins élevés que ceux de Paris.

Ce n'est pas avec cette maigre indemnité de résidence qu'un jeune prof (qui touchera aux alentours de 75-80€)

ceci explique cela, je suis à 23€ pourtant en idf et en zone tendue.

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
Ascagne
Ascagne
Érudit

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ascagne le Jeu 17 Jan 2019 - 17:22
Regarder les salaires des pays équivalents, ou considérer la moyenne à partir de ces différents pays, donne une idée d'un salaire qui serait plus attractif. Néanmoins, on ne peut pas faire fi des différences de statut et d'organisation par rapport à ces autres pays. Par exemple, si je ne me trompe pas, les enseignants allemands gagnent plus... mais enseignent plus, surtout au primaire. Et les deux systèmes éducatifs sont bien différents, dans leur organisation, dans la formation des enseignants, qui me semblent bien plus nombreux à enseigner au moins deux disciplines.
Kagome
Kagome
Niveau 10

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Kagome le Jeu 17 Jan 2019 - 17:26
@Ascagne a écrit:Regarder les salaires des pays équivalents, ou considérer la moyenne à partir de ces différents pays, donne une idée d'un salaire qui serait plus attractif. Néanmoins, on ne peut pas faire fi des différences de statut et d'organisation par rapport à ces autres pays. Par exemple, si je ne me trompe pas, les enseignants allemands gagnent plus... mais enseignent plus, surtout au primaire. Et les deux systèmes éducatifs sont bien différents, dans leur organisation, dans la formation des enseignants, qui me semblent bien plus nombreux à enseigner au moins deux disciplines.
1. La comparaison avec l'Allemagne a déjà été évoquée sur neo et il en est ressorti qu'en gros ils ne bossent pas tellement plus que nous.
2. Outre les PLP, la plupart d'entre nous enseignons déjà 2 matières dans le secondaire: Histoire - geo - EMC ( cela fait déjà 3), perso j'ajoute DNL cela fait 4 (avec une certif nécessaire et 0 valorisation, les gens du privé ne me croient jamais quand j'explique cela). 4 matières hin, dans un autre pays je pourrai tripler mon salaire en fait.

_________________
Makenaï Zettaï
avatar
wilfried12
Niveau 10

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par wilfried12 le Jeu 17 Jan 2019 - 17:32
@Ascagne a écrit:Regarder les salaires des pays équivalents, ou considérer la moyenne à partir de ces différents pays, donne une idée d'un salaire qui serait plus attractif. Néanmoins, on ne peut pas faire fi des différences de statut et d'organisation par rapport à ces autres pays. Par exemple, si je ne me trompe pas, les enseignants allemands gagnent plus... mais enseignent plus, surtout au primaire. Et les deux systèmes éducatifs sont bien différents, dans leur organisation, dans la formation des enseignants, qui me semblent bien plus nombreux à enseigner au moins deux disciplines.

Ils enseignent 30 minutes par semaine de plus qu'un certifié sans HSA.
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Elaïna le Jeu 17 Jan 2019 - 17:42
@GaliNéo a écrit:Je suis le seul à estimer que les salaires des profs devraient au minimum doubler ? Dès que je quitte la France, je me rends compte à quel point nos collègues dans les autres pays sont nettement mieux payés. Et à chaque fois que je leur révèle mon salaire, ils pensent que je plaisante.

Bah ça dépend hein. En Italie, en Espagne, ils ont tous un 2e boulot. Pas pour le fun hein, pour bouffer. Pareil pour un certain nombre de pays comme la Pologne.
En Angleterre, c'est mieux payé, mais le boulot demandé est énorme. Au Québec, on nous parle de salaires attrayants, mais le système est à frémir d'horreur. Je n'irais pas enseigner au Québec pour une fortune.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Ascagne
Ascagne
Érudit

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ascagne le Jeu 17 Jan 2019 - 17:47
@Kagome : Concernant l'enseignement de plusieurs matières, je fais la remarque que les professeurs de LC, censés être trivalents, sont utilisés la plupart du temps comme des bivalents (pas de grec) ou comme enseignants de français tout court.
@Elaïna : Oui, c'est bien pour cela qu'il faut regarder le reste, et pas seulement la comparaison des tableaux de salaire.
Ponocrates
Ponocrates
Fidèle du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ponocrates le Jeu 17 Jan 2019 - 17:59
@Ascagne a écrit:@Kagome : Concernant l'enseignement de plusieurs matières, je fais la remarque que les professeurs de LC, censés être trivalents, sont utilisés la plupart du temps comme des bivalents (pas de grec) ou comme enseignants de français tout court.
La faute à qui ! Audrey n'a pas intérêt à passer par ici, elle risque d'avoir une attaque.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Gewen
Niveau 2

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Gewen le Jeu 17 Jan 2019 - 18:00
@Ascagne a écrit:Regarder les salaires des pays équivalents, ou considérer la moyenne à partir de ces différents pays, donne une idée d'un salaire qui serait plus attractif. Néanmoins, on ne peut pas faire fi des différences de statut et d'organisation par rapport à ces autres pays. Par exemple, si je ne me trompe pas, les enseignants allemands gagnent plus... mais enseignent plus, surtout au primaire. Et les deux systèmes éducatifs sont bien différents, dans leur organisation, dans la formation des enseignants, qui me semblent bien plus nombreux à enseigner au moins deux disciplines.

Pour l’Allemagne, en primaire, justement non (les PE français font 130 h de plus par an je crois...) Il y a en fait peu de PE en Europe qui font autant d’heures qu’en France.

En collège et lycée, on fait moins d’heures mais c’est très loin de justifier l’écart de salaire, notamment et début et milieu de carrière (l’écart est plus réduit sur les derniers échelons) : les profs allemands font 1 à 2 heures de cours par semaine (attention : 1 leçon = 45 minutes en Allemagne donc 22 ou 24 leçons font moins de 20h en réalité) et ont 2 semaines de vacances en moins, je crois, mais gagnent en moyenne 1500 euros de plus par mois.

Quant à a la polyvalence, elle est surtout répandue à bas niveau, pour les élèves hors collèges/lycées « classiques »... Et elle existe chez nous aussi, pour les prof d’HG par exemple et surtout en LP (sans que ces derniers en tirent la moindre valorisation particulière...).
avatar
Lisak35
Niveau 10

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Lisak35 le Jeu 17 Jan 2019 - 18:02
@Elaina Je crois que tu n'as pas compris mes posts, voire que tu ne les as pas lus ou que tu ne veux pas les comprendre. C'est dommage car sur tous les autres sujets, je trouve souvent tes avis pertinents, là permets-moi de te dire que c'est ton aveuglement qui me "consterne".
Edit: je viens d'avoir la réponse à ma question !
Bref sur ce nous ne parviendrons pas à être d'accord, ce n'est pas grave, merci de ne plus me citer (j'en ferai de même) sur ce fil s'il te plaît.
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Elaïna le Jeu 17 Jan 2019 - 18:08
@Lisak35 a écrit:@Elaina Je crois que tu n'as pas compris mes posts, voire que tu ne les as pas lus ou que tu ne veux pas les comprendre. C'est dommage car sur tous les autres sujets, je trouve souvent tes avis pertinents, là permets-moi de te dire que c'est ton aveuglement qui me "consterne". Sinon une dernière question : as-tu vécu en région parisienne avec un salaire net de moins de 2000 euros, sans conjoint en louant un appartement ?

Pour répondre à ta question : Oui.
J'ai été, comme je l'ai dit, élève fonctionnaire stagiaire, à 1150 euros par mois. Sans aide parentale aucune, juste mes petits doigts et mon petit cerveau musclés grâce auxquels je faisais des extras de correction de copies et de cours de soutien. J'avais un loyer à payer (à Paris, donc). J'ai vécu dans des colocs plus ou moins confortables, plus ou moins à l'arrache, d'ailleurs (notamment en sous-louant de façon totalement informelle : oui, je sais ce que c'est de n'avoir aucune possibilité de louer un truc parce qu'on n'a pas le salaire suffisant). Et comme à l'époque mon cher et tendre vivait à l'autre bout de la France, les extras me payaient les allers-retours pour aller le voir. Même en 2004, 1150 euros par mois c'était pas non plus à se rouler par terre.

Mais encore une fois, par rapport à pas mal de mes camarades de lycée, je m'en sors mieux en tant que fonctionnaire que tous ceux qui ont fait des études en sciences humaines et ne sont pas profs. Ceux et celles qui n'ont pas passé le concours sont généralement dans une galère bien supérieure à la mienne et franchement j'aurais honte de me plaindre devant eux.
J'ai des copines qui vivent, au même âge que moi et avec un bac + 5 en lettres ou en histoire (ou psycho, ou socio...), en vendant des chaussures à temps partiel chez Gémo, ce genre de jobs. Ceux qui s'en sortent plutôt bien niveau revenus ont souvent monté leur boîte et bossent comme des tarés. Je peux vous assurer que c'est une autre paire de manches que d'être fonctionnaire de l'EN.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Fires of Pompeii
Fires of Pompeii
Monarque

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Fires of Pompeii le Jeu 17 Jan 2019 - 19:05
Mais ils ne sont pas profs ces gens. Ils font des boulots "non qualifiés" comme on dit. Et ne prenez pas ça pour du mépris, c'est une classification commune que je reprends. Heureusement quand même qu'on a un meilleur salaire ! Je ne saisis pas la comparaison avec les vendeurs.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
Sphinx
Sphinx
Modérateur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Sphinx le Jeu 17 Jan 2019 - 19:11
Elaïna, j'ai eu à peu près la même situation que toi ou plutôt le même parcours : fonctionnaire stagiaire à 1200 euros, bon c'était plus facile à l'ENS car il y avait un internat, doctorante monitrice à 1750 avec mon studio parisien à 850. J'ai tiré la langue et fini bien des mois dans le rouge mais ça restait vivable, disons une situation correcte pour une étudiante, parce que oui pour moi un contrat doctoral ne change rien au fait que j'étais une étudiante et non pas salariée... (Pendant ce temps les copines  ni normalienne sur ni doctorantes contractuelles vivaient dans des chambres de bonnes avec pomme de douche au-dessus des toilettes et essayaient de calculer si ça valait le coup de prendre une coloc alors que ça divisait les APL par deux...)

Maintenant je suis agrégée, je gagne de quoi vivre dans un trois pièces en RP et partir en vacances tous les ans. Mais ça, c'est aussi et surtout parce que mon conjoint gagne la même chose que moi + 800 euros de primes en moyenne (même grille, même échelon, nombre et niveau de diplômes et concours à peu près équivalents), qu'on part en vacances là où il est envoyé en conférence (donc trajet payé pour lui), qu'on n'a pas d'enfants, qu'il a reçu de ses parents (profs en Italie) une donation pour l'achat de notre appart triple de ce qu'ont pu se permettre les miens (profs en France) qui fait que pour notre 62 m2 dans une banlieue calme et plutôt aisée on n'est endettés "que" sur 22 ans. Honnêtement je ne vais pas me plaindre mais je ne trouve pas ma situation mirobolante non plus et surtout, quand j'entends les collègues certifiés dire combien ils gagnent (avec plus d'ancienneté que moi) je ne sais pas quoi dire parce que c'est juste lamentable...

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Livre11
Paleoprof
Paleoprof
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Paleoprof le Jeu 17 Jan 2019 - 19:15
Quand on passe un entretien d’embauche dans le privé, on vend ses compétences. On fait valoir son savoir faire et son expérience pour fixer le salaire attendu. On ne fait pas une équation avec son budget personnel, qui par définition, est propre à chacun.
Nos connaissances, notre bac+5, notre savoir faire, notre autonomie dans le travail doivent se vendre à leur juste prix. Ce n’est pas le cas, et c’est le seul constat commun que nous devrions mettre en avant, indépendamment de nos besoins budgétaires. Surtout que la demande excède l’offre. Nous devrions être en position de force pour exiger plus.

_________________
Je construis ma suite...... pingouin     Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 3201648960   pingouin
dita
dita
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par dita le Jeu 17 Jan 2019 - 19:27
Certifié échelon 11, 50 ans, pas d'enfants, je vis très bien.
Il est vrai que Maman m'a laissé un héritage conséquent. Sinon, ce serait la dèche.
Ponocrates
Ponocrates
Fidèle du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ponocrates le Jeu 17 Jan 2019 - 19:31
@Elaïna a écrit:
Mais encore une fois, par rapport à pas mal de mes camarades de lycée, je m'en sors mieux en tant que fonctionnaire que tous ceux qui ont fait des études en sciences humaines et ne sont pas profs. Ceux et celles qui n'ont pas passé le concours sont généralement dans une galère bien supérieure à la mienne et franchement j'aurais honte de me plaindre devant eux.

Ce n'est pas comme "fonctionnaire" que vous vous en sortez mieux, c'est comme cadre A de la fonction publique, agrégée qui plus est, et oui, pour une femme mieux vaut être fonctionnaire que dans le privé, et oui, avec des études en sciences humaines, j'imagine en effet qu'enseignant est l'un des meilleurs débouchés possibles, d'un strict point de vue financier. Avec d'autres amis, vous prendriez conscience que l'on peut avoir aussi "seulement" un CAP plombier ou certains BTS techniques demandés et gagner bien plus qu'un prof débutant, voire qu'un certifié en milieu de carrière. Quant aux amis qui ont monté une boîte, ils sont entrepreneurs et, niveau rémunération, il y a de tout.
Vous êtes satisfaite de vos conditions de vie, nous nous en réjouissons, sincèrement, mais vous avez gagné trois fois à la loterie - premier poste = poste fixe, poste dans un bahut relativement tranquille, héritage de votre mari -même si à choisir, pour ce dernier point...Passons. Mais cela a-t-il du sens de comparer votre sort avec celui de personnes qui, précisément, n'ont pas passé ou obtenu un concours exigeant ? Sinon, si je me compare à l'hôtesse de caisse titulaire d'un doctorat, en effet, professionnellement je n'ai pas à me plaindre.
Mais ce n'est pas du misérabilisme de dire qu'un métier aussi utile -oui, quand même- que le nôtre, qui recrute à Bac + 4/5 sur concours est bien moins attractif d'un point de vue financier que d'autres concours de la fonction publique ou plus simplement qu'un certain nombre d'emplois demandant un niveau moindre d'études. Mais, comme nous le disons pour les concours, rien ne nous empêche en effet, de planter là nos élèves et de passer un bac pro dans le bâtiment...
Je crois que la plupart des remarques sur ce fil montrent, au-delà des cas personnels, qu'il y a eu depuis les années 80, de la part de notre employeur, une entreprise délibérée de dévaloriser notre métier entre autres -la liste étant très longue- en déclassant ses personnels enseignants. C'est ce choix de société dont nous discutons aussi ici.[/quote]


Dernière édition par Ponocrates le Jeu 17 Jan 2019 - 19:36, édité 1 fois

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Elaïna le Jeu 17 Jan 2019 - 19:32
@Fires of Pompeii a écrit:Mais ils ne sont pas profs ces gens. Ils font des boulots "non qualifiés" comme on dit. Et ne prenez pas ça pour du mépris, c'est une classification commune que je reprends. Heureusement quand même qu'on a un meilleur salaire ! Je ne saisis pas la comparaison avec les vendeurs.

Ben disons qu'après avoir fait des études de sciences humaines, c'est quand même pas facile de trouver un job. On parle de gens qualifiés qui sont vraiment au smic voire même pas. Avec un bac + 5. Donc oui, avoir passé (et obtenu) les concours c'est plutôt un bon plan. Surtout l'agrégation... (pour le CAPES, on est d'accord que le plan est moins bon, c'est évident. D'ailleurs à un vague cousin qui me parlait de passer les concours, je dis de passer l'agreg, sinon, ben ça ne vaut pas tellement le coup.

Sphinx, en effet, les chartistes sont très jaloux des normaliens et de leur internat ^^
Cela étant, nous avons pu acheter notre 62m2 en banlieue en économisant sur nos salaires pour avoir un apport, quand j'étais demi-ATER et mon mari stagiaire puis CDI à peu près au même niveau que moi aujourd'hui (autour de 2200 euros à ses débuts en CDI je pense). On n'a eu aucune donation de qui que ce fût (l'héritage de mon mari est arrivé après, et a servi à acheter la maison, quant à mes parents ils auraient été bien en peine de me filer le moindre euro, que je n'aurais pas eu l'idée de leur demander d'ailleurs).
Notre situation s'est clairement améliorée quand j'ai commencé dans le secondaire et en progressant au fil des ans. Aujourd'hui, si nous étions à deux avec le même salaire, on s'en sortirait encore très honorablement avec les deux enfants et si j'étais seule avec les deux je pourrais même (ce serait un peu chaud, mais possible) assurer le crédit sur mon seul salaire. Si on était encore dans l'appartement (si on n'avait pas eu l'héritage, quoi), je le pourrais également.

Donc oui je pense qu'en tant que prof de l'EN on peut avoir une situation correcte sans être mirobolante - mais en même temps, mes parents au même âge que moi, profs tous les deux, ne roulaient pas sur l'or non plus : je pense d'ailleurs que je dépense plus en vacances qu'eux à l'époque.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
ddalcatel
Niveau 9

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par ddalcatel le Jeu 17 Jan 2019 - 19:41
Le plus frappant est qu'aujourd'hui il n'y a plus que quelques profs pour assurer que notre situation reste correcte. En dehors de ce microcosme tout le monde reconnait que notre rémunération est ridicule. Journalistes (même du Figaro), politiques, élus... Bref tout le monde excepté quelques irréductibles de la maison EN.
celitian
celitian
Expert

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par celitian le Jeu 17 Jan 2019 - 19:46
Ce qui est surprenant, c'est que des bac +5 préfèrent occuper des emplois non qualifiés plutôt que de passer les concours de l'EN.
Ascagne
Ascagne
Érudit

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ascagne le Jeu 17 Jan 2019 - 19:52
@celitian : Je discutais avec des doctorants et de jeunes docteurs italiens en lettres à un colloque. La plupart me disaient qu'ils préféraient encore la précarité du supérieur, ou un métier sans rapport avec l'enseignement au collège ou au lycée, au secondaire.
celitian
celitian
Expert

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par celitian le Jeu 17 Jan 2019 - 20:02
Ok mais préférer être vendeur à temps partiel plutôt que d'essayer les concours de l'EN, c'est vraiment révélateur de l'attrait de nos professions.
Yazilikaya
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Yazilikaya le Jeu 17 Jan 2019 - 20:12
@Ascagne a écrit:Regarder les salaires des pays équivalents, ou considérer la moyenne à partir de ces différents pays, donne une idée d'un salaire qui serait plus attractif. Néanmoins, on ne peut pas faire fi des différences de statut et d'organisation par rapport à ces autres pays. Par exemple, si je ne me trompe pas, les enseignants allemands gagnent plus... mais enseignent plus, surtout au primaire. Et les deux systèmes éducatifs sont bien différents, dans leur organisation, dans la formation des enseignants, qui me semblent bien plus nombreux à enseigner au moins deux disciplines.

raté: plus d'heures et moins bien payés.
Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Heure10
Ascagne
Ascagne
Érudit

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ascagne le Jeu 17 Jan 2019 - 20:18
Oui, c'est révélateur. N'oublions pas non plus les démissions d'enseignants en poste.
Je connais un peu une collègue qui a été affectée sur un remplacement difficile dans un autre lycée. Elle que j'ai vu comme une enseignante rayonnante, très appréciée des élèves, s'est retrouvée face à des classes surchargées, à devoir remplacer ses approches pédagogiques par de la police permanente et une manière de faire cours qui ne convient finalement ni à elle ni aux élèves, mais qui est imposée par la gestion de classe. Passons sur le temps excessif passé à régler les problèmes en plus des préparations et des corrections, d'où une fatigue et plus vraiment de loisirs... Et cela pour un salaire de deuxième année de certifié. J'espère qu'elle aura de meilleures affectations par la suite. Mais si cette collègue, qui a tant à apporter aux élèves, venait à démissionner, quelle perte pour l'institution...

@Yazilikaya a écrit:raté: plus d'heures et moins bien payés.
Alors mes sources concernaient une autre période (article de l'Express, de Slate, mais je n'ai plus les dates en tête). Wink
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Luigi_B le Jeu 17 Jan 2019 - 20:20
@Elaïna a écrit:
@GaliNéo a écrit:Je suis le seul à estimer que les salaires des profs devraient au minimum doubler ? Dès que je quitte la France, je me rends compte à quel point nos collègues dans les autres pays sont nettement mieux payés. Et à chaque fois que je leur révèle mon salaire, ils pensent que je plaisante.

Bah ça dépend hein. En Italie, en Espagne, ils ont tous un 2e boulot. Pas pour le fun hein, pour bouffer. Pareil pour un certain nombre de pays comme la Pologne.
En Angleterre, c'est mieux payé, mais le boulot demandé est énorme. Au Québec, on nous parle de salaires attrayants, mais le système est à frémir d'horreur. Je n'irais pas enseigner au Québec pour une fortune.

D'après l'OCDE (RSE 2018), le salaire d'un professeur de collège avec quinze ans d'ancienneté en Espagne est de 34% supérieur. En moyenne de l'UE, les salaires européens sont supérieurs de 20%. Les seuls pays où les salaires sont inférieurs : la Grèce, la Pologne, la Lituanie, la Slovaquie, la Hongrie, la République tchèque.

Pour ceux que ces questions intéressent, je viens justement de rectifier deux grossières erreurs d'une émission du "Figaro Live" où l'on affirme le contraire. Il est même dit qu'en fin de carrière notre salaire atteint plus de $76000.

avatar
JayKew
Niveau 7

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par JayKew le Jeu 17 Jan 2019 - 20:29
Drôle de grille. J’imagine qu’ils ont dû faire la moyenne entre les salaires des agrégés et des certifiés, car la grille des certifiés ne permet pas d’arriver à un tel montant annuel (66436€), même au dernier échelon de la classe exceptionnelle.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 6 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Luigi_B le Jeu 17 Jan 2019 - 20:35
C'est en dollars et en parité en pouvoir d'achat (PPA). Je suppose (j'espère) en effet qu'ils ont tenu compte des deux statuts.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum