Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
bénou
Niveau 2

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par bénou le Ven 11 Oct 2019 - 14:17
Il faut en tout cas abandonner l'illusion que l'"innocence" de nos rejetons soit préservée au delà de l'entrée au collège, ici aussi ma fille m'a demandé ce qu'était une fellation peu après sa rentrée de 6ème...
Rien que pour cela, l'interdiction des téléphones portables au collège me semble une bonne chose même si cela ne suffit pas.
En 4ème, ma fille - qui me parle beaucoup et librement - me racontait qu'ils allaient parfois chez l'un ou l'autre copain en cas de cours annulés, et que les garçons en profitaient pour se masturber collectivement devant Youporn !
Mais le plus perturbant pour moi était la façon dont ces collégiens envisageaient le sexe du fait de cette consommation de porno. Pour ma fille, comme pour les autres, l'acte sexuel devait obligatoirement suivre un rituel codifié : préliminaires (caresses), jeux de doigts, jeux de langue, pénétration. Voire sodomie. Or la sexualité, ce n'est pas un cérémonial, c'est quelque chose de naturel, de spontané. Il me semble qu'on étouffe tout désir, tout plaisir, en tout cas chez la jeune fille, par ces pratiques calculées, contraignantes et déconnectées des sentiments et sensation propres à chacun.
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 14:22
Après ça me fait aussi marrer de voir des vieux être bousculés parce que les pratiques sexuelles des jeunes sont différentes des leurs. pingouin
Par exemple : si les jeunes ont développé un rituel sexuel particulier et standardisé, en partie inspiré par la pornographie, franchement je vois pas en quoi on devrait les juger, tant que tout le monde est consentant. ¯\_(ツ)_/¯ Je trouve étrange de juger les pratiques sexuelles d'autrui. C'est même sociologiquement très intéressant. Si la sodomie se démocratise, tout ce qui me vient, c'est : "ouais ok intéressant, ça ferait un bon sujet de thèse de socio".
Un changement de pratiques sexuelles n'est ni bon ni mauvais ; il existe, c'est tout.

EIT - Sur l'idée "le sexe c'est spontané, pas ritualisé" -> ben en fait si, le sexe fait partie des pratiques humaines les plus étroitement ritualisées, et ce dans toutes les sociétés. C'est juste que tu vois moins tes propres rituels (intégrés), alors que tu perçois mieux ceux des autres, parce qu'ils te sont étrangers.
lilith888
lilith888
Esprit éclairé

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par lilith888 le Ven 11 Oct 2019 - 14:27
Je ne pense pas avoir lu ici des vieux ringards prudes s'offusquer devant des pratiques sexuelles quelles quelles soient... On parle de pornographie pour un âge qui n'est pas l'âge adulte, c'est tout et c'est là qu'est le problème.

A titre personnel, j'aime l'ultra gore, pour autant, je ne partage pas cette passion avec mon ado de 15 ans...
Danska
Danska
Modérateur

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Danska le Ven 11 Oct 2019 - 14:43
@Zagara a écrit:Après ça me fait aussi marrer de voir des vieux être bousculés parce que les pratiques sexuelles des jeunes sont différentes des leurs. pingouin
Par exemple : si les jeunes ont développé un rituel sexuel particulier et standardisé, en partie inspiré par la pornographie, franchement je vois pas en quoi on devrait les juger, tant que tout le monde est consentant. ¯\_(ツ)_/¯ Je trouve étrange de juger les pratiques sexuelles d'autrui.

Personnellement, les pratiques sexuelles d'autrui m'indiffèrent royalement tant que autrui est consentant et que personne n'est forcé à des pratiques sexuelles qui lui déplaisent (voire à des pratiques sexuelles tout court, d'ailleurs). Que les voisins, les collègues ou les ados s'adonnent à la sodomie, grand bien leur fasse si ça leur fait plaisir. Je ne vois pas trop le rapport entre le fait d'être "jeunes" ou "vieux", d'ailleurs - certaines pratiques se sont démocratisées par rapport aux dernières décennies, m'enfin, rien n'empêche un "vieux" de s'y mettre si ça lui chante ; d'ailleurs, j'aimerais bien savoir où est la limite d'âge entre jeunes et vieux, si on va par là.

Sauf que là, on parle d'ados qui n'ont pas dépassé 15 ans et qui pour la plupart cherchent juste à reproduire ce qu'ils voient sans se demander si ça leur convient, s'ils sont réellement tentés par ce type de pratique en particulier (y compris les plus "soft" : pourquoi diable est-ce que tout le monde devrait être attiré par les mêmes pratiques, dans le même ordre ?), et qui n'ont qu'une vague idée de ce que recouvre la notion de consentement.


A la limite, si deux gamins de 12 ans ont vraiment envie, par eux-mêmes, d'expérimenter la sodomie, c'est leur problème ; sauf qu'en pratique, comment on fait pour savoir, à 12 ans, si on a sincèrement envie de découvrir la sexualité ? Et comment on fait pour être certain que son partenaire est consentant, et que son consentement n'est pas influencé par une certaine vision de la sexualité ?


Dernière édition par Danska le Ven 11 Oct 2019 - 14:44, édité 1 fois
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 14:44
@Lilith : Yes. La difficulté du sujet est qu'on glisse sans cesse entre différents thèmes plus ou moins pertinents. Ce que tu avances est le sujet le plus important, à mon sens. Je n'ai pas de réponse à ça d'ailleurs (aucune idée de ce qu'il faut faire).

Par contre la question "est-ce que regarder des fictions change le comportement ?" me semble être un piège (ou du moins trop compliquée pour se contenter de dire "film violent = personne violente", ou "voir de la sodomie = envie de sodomie" ; or c'est la tendance réflexe).

Et si c'était simplement une ouverture des possibles par l'information ? Quelqu'un qui n'a jamais entendu parler de sodomie aura peu de chance de se dire que c'est possible d'avoir cette pratique, alors que voir un porno qui la présente la fait rentrer dans le champ des possibles. Posé en ces termes, le porno (bien utilisé) aurait une fonction d'éducation sexuelle. Je ne crois qu'à moitié à cette idée, mais elle est intéressante à évaluer.

Il y a un seul truc dont je suis sûre : moins une société a de tabous sexuels et plus la consommation de porno y est "sage". Les Néerlandais sont par exemple connus pour apprécier le porno ennuyeux et assez mou. Il y a une sorte de corrélation : plus ou interdit des choses aux gens, moins on leur fait d'éducation sexuelle, plus les tabous sont forts... et plus l'envie de les casser en allant chercher du hard est puissante. Donc si on veut que les élèves aient une relation apaisée au porno, je crois que ça passe par un renforcement de l'éducation sexuelle, une levée des non-dits et plus de dialogues.

Plus le sexe sera quelque chose de normal et de non-sale, dont on peut parler sur le même ton que n'importe quel autre sujet, et moins le porno hard trouvera un public.
Le réflexe français est d'aborder un problème sous l'angle de son interdiction. Je crois que la solution passe plutôt par la dédramatisation et l'éducation. Une fois posé en pleine lumière et analysé pour ce qu'il est, le porno perd de son mystère, de sa superbe et de son attrait.


Dernière édition par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 14:52, édité 2 fois
avatar
bénou
Niveau 2

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par bénou le Ven 11 Oct 2019 - 14:47
@Zagara : tu es jeune, ouverte, hyper libre, hyper pointue sur la sociologie du sexe, bref quelqu'un de formidable et nous (en tout cas moi) de vieux croûtons tout pourris et coincés du cul et qui n'y connaissent rien. C'est ça l'idée ?
Qui a parlé de juger telle ou telle pratique ?
Que sais-tu de ce que je fais et de ce que je ressens ? Je maintiens que lors de mes premiers émois amoureux, je n'avais aucun rituel en tête et me suis contentée de suivre mes propres désirs, indépendamment de toute représentation filmesque (oui j'avoue je n'avais jamais vu de film porno ! Dingue non ?)
Ton "tant que tout le monde est consentant" me fait bien rire d'ailleurs. Quand certains passages sont "obligés", a t-on vraiment le choix ?
Prezbo
Prezbo
Fidèle du forum

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Prezbo le Ven 11 Oct 2019 - 14:49
@Zagara a écrit:@Lédissé : Sur la question de l'aggravation de la "violence" dans le porno, c'est plus compliqué que ça.
En fait la différence majeure entre aujourd'hui et en 1995, c'est que la meilleure disponibilité se double d'une ramification du porno. La division en "tags" fait qu'on a immédiatement accès à n'importe quel contenu, du moins érotique au plus hardcore. Alors qu'en 1995, les consommateurs de porno étaient soumis à la ligne éditoriale des producteurs de VHS ou du programmateur de Canal+. Donc ce n'est pas que le porno est "plus violent" (le hardcore a toujours existé), c'est que sa partie hardcore est immédiatement accessible, alors qu'auparavant il fallait savoir qu'elle existait et volontairement aller la chercher.

Et là où l'offre est diversifiée, il me semble que la portion la plus hardcore de l'offre devient immanquablement majoritaire -même si j'admets que c'est un ressenti au jugé-.



@Zagara a écrit:Après ça me fait aussi marrer de voir des vieux être bousculés parce que les pratiques sexuelles des jeunes sont différentes des leurs. pingouin
Par exemple : si les jeunes ont développé un rituel sexuel particulier et standardisé, en partie inspiré par la pornographie, franchement je vois pas en quoi on devrait les juger, tant que tout le monde est consentant. ¯\_(ツ)_/¯ Je trouve étrange de juger les pratiques sexuelles d'autrui.

Je trouve que tu évacues très vite la question du consentement réel chez des individus en construction, sous la pression des pratiques sociales du groupe, notamment celle des plus fragiles psychologiquement et socialement. Et les conséquences de la façon dont se fait l'entrée dans la sexualité sur leur développement ultérieur.

@bénou a écrit:Il faut en tout cas abandonner l'illusion que l'"innocence" de nos rejetons soit préservée au delà de l'entrée au collège, ici aussi ma fille m'a demandé ce qu'était une fellation peu après sa rentrée de 6ème...
Rien que pour cela, l'interdiction des téléphones portables au collège me semble une bonne chose même si cela ne suffit pas.

L'interdiction des téléphones portable au collège (et même au lycée), je suis pour pour tout un tas de raisons, mais concrètement, ça signifie que les élèves ont leur portable au fond d'un sac ou d'une poche, et le ressortent dès la fin des cours. De même que priver son gamin d'écran ne l'empêchera pas de regarder ceux des copains.

Je suis favorable à la régulation de l'accès aux écrans par les enfants (et à l'information des parents sur le sujet) mais il y a un moment ou l'interdiction seule devient inefficace pour lutter contre des évolutions à la fois technologiques et sociales.
Prezbo
Prezbo
Fidèle du forum

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Prezbo le Ven 11 Oct 2019 - 14:56
@Zagara a écrit:

Il y a un seul truc dont je suis sûre : moins une société a de tabous sexuels et plus la consommation de porno y est "sage". Les Néerlandais sont par exemple connus pour apprécier le porno ennuyeux et assez mou.

Euh...Ah. Bon, je ne vais pas aller sur un tube porno et taper le mot clef "dutch" pour vérifier, mais l'information m'a l'air a priori surprenante. A la limite, si tu avais pris le problème à l'envers et fait remarquer que le consommation de porno violent peut se développer dans des sociétés où les tabous sexuels sont forts, j'aurais plus adhéré à l'idée. En tout cas, les liens entre degré de pruderie de la société et consommation de pornographie me semblent un peu plus complexes.
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 15:05
@Prezbo a écrit:
@Zagara a écrit:

Il y a un seul truc dont je suis sûre : moins une société a de tabous sexuels et plus la consommation de porno y est "sage". Les Néerlandais sont par exemple connus pour apprécier le porno ennuyeux et assez mou.

Euh...Ah. Bon, je ne vais pas aller sur un tube porno et taper le mot clef "dutch" pour vérifier, mais l'information m'a l'air a priori surprenante. A la limite, si tu avais pris le problème à l'envers et fait remarquer que le consommation de porno violent peut se développer dans des sociétés où les tabous sexuels sont forts, j'aurais plus adhéré à l'idée. En tout cas, les liens entre degré de pruderie de la société et consommation de pornographie me semblent un peu plus complexes.

C'est vrai aussi : les USA sont parmi les plus gros consommateurs de hard, et c'est aussi la société occidentale qui a le plus d'ados enceintes ; les deux à cause de lourds tabous et d'un refus d'éducation à la sexualité. Laisser les ados découvrir par eux-mêmes, parce qu'on n'ose pas leur parler de sexe ou de ce qu'est le porno, conduit à des comportements à risque (dont le hard n'est que la variante la moins dangereuse ; les rapports non-protégés à 13-15 ans, c'est plus grave), ça me semble assez logique.


Dernière édition par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 15:11, édité 1 fois
Prezbo
Prezbo
Fidèle du forum

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Prezbo le Ven 11 Oct 2019 - 15:10
@Zagara a écrit:

C'est vrai aussi : les USA sont parmi les plus gros consommateurs de hard, et c'est aussi la société occidentale qui a le plus d'ados enceintes ; les deux à cause de lourds tabous et d'un refus d'éducation à la sexualité. Laisser les ados tout découvrir par eux-mêmes parce qu'on n'ose pas leur parler de sexe conduit à des comportements à risque (dont le hard n'est que la variante la moins dangereuse ; les rapports non-protégés à 13-15 ans, c'est plus grave), ça me semble assez logique.

A vrai dire, je pensais à des sociétés où la répression de la sexualité -notamment féminine- est encore bien plus violente qu'aux USA.
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 15:14
Heu je crois pas que ce soit comparable.
Quand tu risques de te faire couper la main parce que t'as pas la bonne pratique sexuelle, c'est quand même un autre contexte et ça conduit à d'autres stratégies sociales qu'entre des pays où tout est théoriquement légal, mais où les tabous et l'appréciation de la souillure diffèrent.
avatar
pseudo-intello
Érudit

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par pseudo-intello le Ven 11 Oct 2019 - 15:50
@Zagara a écrit:Par contre la question "est-ce que regarder des fictions change le comportement ?" me semble être un piège (ou du moins trop compliquée pour se contenter de dire "film violent = personne violente", ou "voir de la sodomie = envie de sodomie" ; or c'est la tendance réflexe).
Une conférence de Michel Desmurget sur la télé fait état d'expériences scientifiques qui établissement une corrélation entre avoir vu de la violence à l'écran et modification du comportement (plus violent).
Attention, ça ne veut pas dire qu'après un visionnage de scène de meurtre, tout le monde va aller assassiner son voisin, mais qu'expérience faites, on constatait au minimum une baisse de l'empathie et une hausse de l'irritabilité.

Ensuite, il ne s'agit pas de juger le porno en tant que tel, mais de la facilité pour les enfants d'y accéder. Je n'ai rien contre l'alcool, mais je n'en donne pas à mes enfants. J'ai des couteaux de cuisines bien pratiques et que j'aime beaucoup aprce qu'ils sont très, très coupants, mais que je n'irai pas confier à de petites mains.

@Zagara a écrit: Et si c'était simplement une ouverture des possibles par l'information ? Quelqu'un qui n'a jamais entendu parler de sodomie aura peu de chance de se dire que c'est possible d'avoir cette pratique, alors que voir un porno qui la présente la fait rentrer dans le champ des possibles. Posé en ces termes, le porno (bien utilisé) aurait une fonction d'éducation sexuelle. Je ne crois qu'à moitié à cette idée, mais elle est intéressante à évaluer.
J'ai découvert dès l'adolescence le terme de sodomie et sa définition, mais pas par le porno. Je pense qu'il y a d'autres moyens d'en savoir plus sur la sexualité (et la vraie sexualité).

Et tant qu'à faire, quitte à apprendre tout cela via des films / bouquins / conversations / cequetuveux divers, mais où la femme est présentée comme un être humain, pleinement consentant, libre de dire oui sans être une baraque à frite, libre de dire non sans être une prudasse.

Dire que c'est possible, c'est très bien ; dire que c'est pas obligé, et que bien rares sont les moins de quinze ans suffisamment matures c'est encore mieux. Nous n’avons fait venir qu'une année des intervenants sur le sujet, et les élèves étaient mal à l'aise ; au cours suivant, des élèves de troisième sont venues voir la prof, pour lui poser des questions, car elles avaient l'impression que si elle ne "pratiquaient" pas tout ce dont on leur avait parlé / montré, c'est qu'elles n'étaient pas normales...

@Zagara a écrit: Plus le sexe sera quelque chose de normal et de non-sale, dont on peut parler sur le même ton que n'importe quel autre sujet, et moins le porno hard trouvera un public.
Certes, mais le sexe du porno, ce n'est pas le sexe de la vraie vie. Et plusieurs collègues qui enseignent dans le second degré ont fait état de problèmes liés à la confusion porno / sexe IRL chez leurs élèves.

Au fait, je vous passe un lien vers une chanson que je trouve vraiment bien fichue, sur la sexualité pas au bon moment ; pas de drame, pas de moralisation, mais dans le fond, c'est rigolo, et très bien trouvé (en anglais). Je vous le conseille :




Les Paroles : "X telling me of the loss of soething dear, at age 16"
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Verdurette le Ven 11 Oct 2019 - 20:41
Je ne regarde pas de porno, ni par vertu, tabou ni pudibonderie, juste par manque d'intérêt. Donc je n'ai pas d'avis tranché sur le hardcore et le porno néerlandais.

Le gynécologue qui intervient en collège dans ce documentaire est quelqu'un que j'ai  trouvé très bien.  Il a fait remarquer avec beaucoup de justesse que pour des ados qui n'ont, précisément, aucun recul et aucune expérience, le film porno montre qu'une femme qui dit non veut en réalité dire oui, et que le plaisir (simulé) qu'elle témoigne montre qu'on a bien fait "d'insister".  Les jeunes pensent aussi que tout ce catalogue de pratiques est l'enchaînement "normal", et beaucoup de filles le font pour "être un bon coup", et faire ce qu'elles pensent qu'on attend d'elles. Elles le font le plus souvent sans envie. Ce n'est pas ce que j'appelle de l'épanouissement sexuel.

S'il dit que le porno zappe totalement le côté affectif de la relation, c'est aussi ringard ?
Himpy
Himpy
Érudit

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Himpy le Ven 11 Oct 2019 - 20:52
@Zagara a écrit:Par contre la question "est-ce que regarder des fictions change le comportement ?" me semble être un piège (ou du moins trop compliquée pour se contenter de dire "film violent = personne violente", ou "voir de la sodomie = envie de sodomie" ; or c'est la tendance réflexe).

Mouais, je réagis juste sur ça :
Je pense que dans le porno y'a toute une image de la virilité qui parle très fort aux jeunes hommes (et parfois pour très longtemps) et que dans l'envie de sodomie (comme tu l'écris, par mimétisme) il y a aussi tout un pan de la sexualité, du rapport à soi (et à la femme bien sur) qui est mis en scène et qu'on ne retrouve pas forcément dans un film, tout aussi violent soit-il. Enfin, je crois.
Cela dit je ne suis public ni de l'un ni de l'autre, donc, en résumé, je n'y connais rien... abi
DesolationRow
DesolationRow
Grand Maître

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par DesolationRow le Ven 11 Oct 2019 - 20:54
Donc personne ici ne regarde de porno néerlandais ?
Fires of Pompeii
Fires of Pompeii
Monarque

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Fires of Pompeii le Ven 11 Oct 2019 - 20:57
Le porno est différent selon les pays ?

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
anthinéa
anthinéa
Monarque

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par anthinéa le Ven 11 Oct 2019 - 20:59
Mon fils est tombé sur des fellations profondes chez son père : contrôle parental absent.
Il m’a dit : «  Vous êtes des animaux ».
J’ai ramé pour lui expliquer que non ce n’était pas que ça faire l’amour. Il n’est pas traumatisé mais sa vision du sexe est un peu biaisée car maintenant à 12 ans il est entre répulsion et attirance (que je devine pointer si j’ose dire)
Heureusement Loulou et moi, on parle librement et facilement de tout car je ne sais pas quel ado il serait devenu s’il n’avait pas pu/su verbaliser.
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 21:10
@Fires of Pompeii a écrit:Le porno est différent selon les pays ?
Ben oui les goûts diffèrent fortement par pays, comme pour tout.
Par exemple, la zoophilie avec des poulpes est difficile à commercialiser en dehors du Japon. Smile
Dans le même temps, comme pour toute industrie mondialisée, le modèle américain fait pression sur les goûts extra-américains, sans pour autant les uniformiser.

Il faut savoir qu'il existe aussi depuis quelques années un mouvement du porno éthique, c'est-à-dire qui réfléchit à toutes les questions que vous vous posez pour essayer de fournir une représentation non-violente, non-hiérarchique et positive du sexe.

Bref dire "le porno fait ci, le porno fait ça", c'est compliqué dans un monde où la variété de l'industrie est gigantesque.


Dernière édition par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 21:18, édité 2 fois
Fires of Pompeii
Fires of Pompeii
Monarque

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Fires of Pompeii le Ven 11 Oct 2019 - 21:16
@Zagara a écrit:
@Fires of Pompeii a écrit:Le porno est différent selon les pays ?
Ben oui les goûts diffèrent fortement par pays, comme pour tout.
Par exemple, la zoophilie avec des poulpes est difficile à commercialiser en dehors du Japon. Smile

Il faut savoir qu'il existe aussi depuis quelques années un mouvement du porno éthique, c'est-à-dire qui réfléchit à toutes les questions que vous vous posez pour essayer de fournir une représentation non-violente, non-hiérarchique et positive du sexe.

Non mais pourquoi j'entends le mot "zoophilie" aussi souvent aujourd'hui ?

(je dis ça car un élève qui courait dans le couloir, à qui j'ai demandé s'il se croyait dans un zoo, m'a répondu : "zoophilie ?" Bref)

Sinon, le porno néerlandais c'est quoi alors ? Je ne suis qu'interrogation.

Sur le porno éthique aussi, d'ailleurs ; j'ai dû mal à voir comment ça peut être autrement qu'oxymorique.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
ipomee
ipomee
Vénérable

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par ipomee le Ven 11 Oct 2019 - 21:21
@DesolationRow a écrit:Donc personne ici ne regarde de porno néerlandais ?

La curiosité est un signe d'intelligence. cheers
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 21:22
Concernant les goûts néerlandais, c'est un tropisme pour le porno chiant/simple (positions de base, pas de trucs chelous, couple ordinaire, etc). Ce qui ne signifie pas qu'il n'y a pas de hard aux Pays-Bas [insérez ici les 200 disclaimers nécessaires à chaque fois qu'on parle d'une tendance sociologique].

Concernant le porno éthique, c'est assez intéressant même si c'est encore confidentiel. Pour simplifier et généralement, il implique que les acteurs soient réellement en couple et présente une vision "réaliste" des rapports sexuels, entremêlée de scènes de la vie quotidienne (l'idée est de montrer des relations amoureuses dans leur entièreté, pas seulement le sexe, et entre adultes consentants qui s'aiment).

Évidemment ça n'attire que des gens qui ont déjà une approche réfléchie à leur rapport au porno. Dans la même veine, y'a aussi du porno conçu pour s'élever contre le "body shaming". C'est-à-dire qui embauche des gens normaux et non des gens retouchés. Y'a aussi des pornos conçus pour représenter positivement les minorités... 'fin bref c'est toute la vague du "porno féministe".


Dernière édition par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 21:28, édité 1 fois
ipomee
ipomee
Vénérable

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par ipomee le Ven 11 Oct 2019 - 21:27
@Zagara a écrit:Concernant les goûts néerlandais, c'est un tropisme pour le porno chiant/simple (positions de base, pas de trucs chelous, couple ordinaire, etc). Ce qui ne signifie pas qu'il n'y a pas de hard aux Pays-Bas [insérez ici les 200 disclaimers nécessaires à chaque fois qu'on parle d'une tendance sociologique].

Concernant le porno éthique, c'est assez intéressant même si c'est encore confidentiel. Pour simplifier et généralement, il implique que les acteurs soient réellement en couple et présente une vision "réaliste" des rapports sexuels, entremêlée de scènes de la vie quotidienne (l'idée est de montrer des relations amoureuses dans leur entièreté, pas seulement le sexe, et entre adultes consentants qui s'aiment).

Est-ce encore le sujet de ce fil ?
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par Zagara le Ven 11 Oct 2019 - 21:30
On pose la question donc je réponds.
C'est le sujet si on veut aller au-delà de la position : "le porno corrompt la jeunesse !" Au sens où une fois qu'on sait que du porno éthique ou féministe existe, ça pose plein de questions sur les bonnes manières de faire de l'éducation sexuelle à destination des ados (encore une fois je n'ai pas de réponse à ces questions, mais c'est intéressant d'y réfléchir).
Une fois accepté qu'interdire était une attitude inefficace, voire délétère (ce qui est interdit devient subversif, et donc attractif pour des ados), on peut commencer à se poser la question qui compte, à mon sens : comment aborder le porno dans l'éducation à la sexualité ? (de manière un peu plus constructive que dire "le porno c'est caca" aux jeunes)
New Zealand
New Zealand
Niveau 8

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par New Zealand le Ven 11 Oct 2019 - 22:38
@Zagara a écrit:On pose la question donc je réponds.
C'est le sujet si on veut aller au-delà de la position : "le porno corrompt la jeunesse !" Au sens où une fois qu'on sait que du porno éthique ou féministe existe, ça pose plein de questions sur les bonnes manières de faire de l'éducation sexuelle à destination des ados (encore une fois je n'ai pas de réponse à ces questions, mais c'est intéressant d'y réfléchir).
Une fois accepté qu'interdire était une attitude inefficace, voire délétère (ce qui est interdit devient subversif, et donc attractif pour des ados), on peut commencer à se poser la question qui compte, à mon sens : comment aborder le porno dans l'éducation à la sexualité ? (de manière un peu plus constructive que dire "le porno c'est caca" aux jeunes)

Si on veut. La question était surtout : parler du porno éthique, que je n'ai personnellement jamais visionné, a-t-il un intérêt dans la discussion en cours ? La réponse est "non".

La différence entre l'accès au porno des enfants et adolescents aujourd'hui et il y a 30 ans est phénoménale ! Je le sais très bien, j'ai eu accès au porno à ... 8 ans ! Et ma petite sœur à 6 ans. Ben oui, vous comprenez, gardés par les voisins ados, enfants de gendarmes comme nous... Donc, en effet, ce n'est pas nouveau. Ce qui change, c'est l'ampleur du phénomène, la fréquence, et la violence des images et des stéréotypes véhiculés. Franchement, @Zagara, tu sembles assez naïves sur la question. Quand on est enfant, mais aussi adolescent, surtout au collège, on est influençable, on se cherche, voire, quand on est enfant, on ne se cherche pas, on nous impose des images hard-core (même quand on parle du porno de "papa"). Je n'ai pas du tout été affectée par ce que j'ai vu, mais j'en ai été fortement influencée (je l'ai bien vécu, mais bon...) ; par contre ma petite sœur, pas du tout !

Idem à l'adolescence. Certains seront capables de faire la part des choses, surtout s'ils sont entourés de parents aimants, dans un foyer stable, et encore... Aujourd'hui, quand on voit la pression qui peut s'exercer sur certains, notamment sur les filles... La sodomie, par exemple, que Zagara semble trouver sympa, est une pratique extrêmement violente si les partenaires (et notamment le "sodomiseur", pour ne pas dire autre chose ... Very Happy ) n'y vont pas progressivement. Combien d'ado, généralement incapables de se contrôler, seront capables de proposer une introduction à la sodomie en douceur ? Ce n'est pas une pratique que je conseillerais à des ados !

Quant aux contenus auxquels les ados ont accès aujourd'hui, il est à mille lieues de ce qu'on trouvait à mon époque. Je m'étais déjà fait la réflexion il y a 10 ans (j'ai 40 ans), mais c'est encore plus vrai aujourd'hui. Entre les trop nombreuses vidéos de femmes soumises (j'ai eu de la chance, les quelques fois où j'ai vu des vidéos quand j'étais enfant et jeune ado, les femmes étaient pleinement consentantes) et les vidéos carrément tordues (zoophilie, inceste, je ne cite pas le reste car c'est encore plus à gerber), les jeunes peuvent avoir accès à des contenus dégradants pour les femmes, et pour l'espèce humaine en général. On peut avoir du recul quand on est adulte, mais penser que les ados et, a fortiori, les enfants, sont capables du même discernement que les adultes, c'est mal connaître la psychologie humaine. C'est même aberrant de lire ce genre de discours sous la plume d'un prof, car c'est un discours qu'on retrouve chez certains parents ("mon enfant est mûr pour son âge") alors que les enfants et ados sont des adultes en devenir, leur développement n'est pas terminé.

PS : par contre, les branlettes entre potes devant un porno, ça a toujours existé ! Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 437980826 Il faut savoir raison garder ; malgré tout, la possibilité d'accès illimité à des vidéos trash qu'offre Internet doit faire l'objet d'un contrôle parental car les ados (et enfants - merci les frères, sœurs et cousins) n'ont pas nécessairement la capacité de prendre du recul.

Si au moins les vidéos montraient systématiquement des femmes et des hommes forts, maîtres de leurs pulsions et de leur corps, respectueux des autres, alors là, oui, le porno sur Internet ne poserait pas problème. Si la sexualité n'était pas aussi tabou, même en France, alors les vidéos ne poseraient pas problème. Mais ce n'est pas le cas. Et les enfants et ado n'ont pas nécessairement les capacités pour s'en préserver.
avatar
pseudo-intello
Érudit

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par pseudo-intello le Ven 11 Oct 2019 - 23:58
Chacun se mêle de son fondement, et c'est très bien comme ça, sauf qu'on est tous d'accord, je pense, pour partir du principe qu'il y a un âge en-dessous duquel, même "consentant" (je mets des guillemets, parce que le prétendu consentement des ados est souvent, en réalité, simplement par la peur de paraître coincé ou l'envie de paraître cool aux yeux des autres), on est trop petit pour le sexe (et le porno). La question est de savoir quel est l'âge limite, et les réponses vont largement varier, mais en l'occurrence, la loi fixe un âge de majorité sexuelle qui est de 15 ans et qui me paraît honnête, si on part du principe que peu d'ados ont la maturité nécessaire pour être pleinement consentants auparavant, et que celui qui n'est pas près à 16 ans a tout le temps de le devenir plus tard.

En ce qui concerne le porno, même si je me réjouis de la survenue du porno éthique, il est encore confidentiel, et je gage que ce n’est pas lui qui sera visionné (ni qui attirera ?) nos ados.... et j'ai envie de dire : et quand même même ? Si le porno est visible par tous, il l'est aussi par des mêmes de 7 ans, qui ont parfois une tablette connectée, ou ont des grands frères / cousins / enfants d'amis des parents un poil plus grands.

Les états savent très bien bloquer le net quand ça les arrange, et concrètement, il doit être possible de limiter l'accès à ces sites. Aucun blocus ne fonctionne à tous les coups, mais ça filtre. Comme la vente d'alcool ou de clopes : le mineur qui veut vraiment s'en procurer se débrouille toujours, mais ça filtre, et c'est déjà ça de pris pour la santé publique.

Quant à penser que le porno attire d'autant plus qu'il est interdit, voire ; je côtoie assez de collégiens pour constater que la facilité, c'est un critère important chez eux, et j'ai l'impression, au contraire que le côté "on y accède facile" banalise vraiment le truc ; "si c'est visible facilement pour nous ados, c’est que ça doit pas être bien problématique qu'on regarde".

Et partant du principe que c'est pas demain que les ados regarderont du porno éthique en cours de SVT avec le/la prof qui démystifie les scènes ("non les enfants, dans la vraie vie, le monsieur il est généralement pas monté comme ça", "non les enfants, dans la vraie vie, les gens mettent souvent un peu plus de temps à démarrer" / "non les enfants..."), pour les ados, surtout pour les filles (au vu de ce qu'on entend remonter ici ou là), et surtout pour les enfants, puisque c'était quand même le sujet de départ, il vaut mieux éviter la surexposition à ce truc-là.
amalricu
amalricu
Fidèle du forum

Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant - Page 2 Empty Re: Documentaire : La pornographie, un jeu d'enfant

par amalricu le Sam 12 Oct 2019 - 3:10
Bon, pour un gamin, ça doit être oppressant pour un jeunot puceau cette surexposition à du sexe performatif et outrancier, si facile d'apparence et si disponible 24/24. Dans la vraie vie, c'est plus subtil et moins automatique. Ce culte de la performance dans le domaine de l'intime a de quoi inhiber du genre : "je suis nul, je serai jamais au niveau, je ferai jamais pareil".

Autre effet pervers et contraire : la stimulation précoce de jeunes gens. Une infirmière a déjà croisé des gamines de 15 ans qui font la "complète" comme dans les films au grand plaisir de leurs nombreux camarades. A 35 ans, que restera -t-il à ces jeunes femmes qui ont tout fait ?

Je pense que des ados font la part des choses, mais les plus vulnérables encaissant ces images peuvent être fragilisés davantage sans compter le risque d'addiction qui entrave un réel développement affectif et sexuel personnel.

Une fois j'ai eu un choc en 6ème : en plaisantant, après un exercice, je prononce sans penser à mal, la phrase : "on dit merci " et une gamine me répond "Jacquie et Michel" (site porno français)....je me suis senti décontenancé. J'ai préféré ne pas détailler de peur de trop dévoiler en espérant qu'il s'agissait de sa part d'une phrase mal venue.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum