Mon collège ubuesque

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon collège ubuesque

Message par V.Marchais le Ven 15 Juin 2012 - 21:39

Certains savent ici que nous avons dans notre joyeux établissement, depuis maintenant 3 ans, une direction défaillante qui laisse tout aller à vau-l'eau. Démagogie, incohérence, fumisterie : on a droit à la totale. Vous vous souvenez, l'an passé, l'élève qui avait levé la main sur moi sans passer en conseil de disc - on me l'aurait même remise dans ma classe si je n'avais fait un scandale. Tout est à l'avenant. Je passe les détails.
Bref, cette année, c'est pire. Évidemment, les élèves ont pris la mesure de l'incurie générale et de ce que cela leur permet. Mais avec la fin de l'année, c'est le pompon. Et pour couronner le tout, notre CDE adoré est aux abonnés absents. En gros, ça fait un mois qu'il est en vacances. Il a été 15 jours en arrêt maladie - et il est revenu tout bronzé. No comment. Maintenant, c'est sa copine, une CDE d'une autre ville, qui est en arrêt maladie... dans notre collège (sic - faut dire que notre infirmière est top). On pourrait penser que ça nous fait deux chefs pour le prix d'un. Ben non, le chef est devenu introuvable. Bureau toujours fermé. Personne nulle part. L'adjoint se cogne toutes les réunions de fin d'année et n'est jamais là. On peut passer des jours sans voir personne, à tout gérer tout seuls comme on peut (nous en sommes même à fixer les dates de réunion de préparation de rentrée... Shocked).
Sauf que là, on ne gère plus rien. Les élèves sont devenus incontrôlables. Mes Sixième-de-la-mort-qui-tue (voir fil sur le sujet), je les ai tenus jusque là à la force du poignet, à grand renfort de punitions, de devoirs supplémentaires notés, d'heures de colle que j'assurais moi-même, d'exclusions de cours de temps à autre. Hier, j'ai passé une journée cauchemardesque (2 heures avec mes vedettes). Arrêt des notes, ils se lâchent, c'est plus une classe, c'est le zoo. J'ai voulu en virer trois. La CPE me les a remontés en disant : "Là, je peux plus". Je précise tout de suite que notre CPE est extra, que si notre établissement ZEP n'est pas encore complètement à feu et à sang, c'est grâce au travail qu'elle fait toute seule, sans soutien, et que si elle dit qu'elle peut plus c'est qu'elle peut plus. Comme moi. À n'importe qui d'autre, j'aurais dit : "M'en cogne, je l'ai marqué viré sur Pronote, il n'est plus sous ma responsabilité, pour moi, il peut aller au diable mais il ne remet plus les pieds dans la classe" mais pas à elle. J'ai repris mes 3 loustics, j'en ai confié un à une de mes collègues avec de la copie à faire, j'en ai mis un dans le couloir, l'autre au fond de ma salle avec copie aussi, rattrapage du cours ainsi manqué avec moi lundi matin, heure doublée s'il mouftait encore. J'ai eu à peu près la paix.
Ce matin, c'en étaient six complètement déchaînés. Je sais pour avoir discuté avec elle que la CPE est au bord du burn-out. J'envoie un élève prévenir la direction qu'il faut qu'elle prenne en charge ces élèves et leur explique la reconquête du mois de juin, parce que c'est pas gagné. Bien sûr, personne. Je serre les dents en me disant que je ne peux pas enfoncer la CPE. Je colle chacun des gamins concernés qui surenchérissent dans les provocations, se foutant ouvertement de mes heures de colle qu'ils n'ont pas l'intention de faire - ils se sentent quittes, l'année est finie pensent-ils, et la direction, par son absence tonitruante, leur donne raison. Les autres (mes 6e bien immatures) ricanent. J'arrête le cours. Puisqu'ils n'ont pas besoin de cours, contrôle directement. Même si les notes sont finies, m'en fous, j'enverrai directement leur copie (notée) à leurs parents avec rapport circonstancié. Les reste de la classe se calme, pâlit tout de même, sort une feuille, fait le contrôle improvisé. Pas les six loulous qui refusent de faire le travail et continuent de s'interpeller, se lancer des vannes à travers la classe, se traiter eux-même de "bande de blédards" et le revendiquer, hilares... Voilà comment nous avons fini l'heure. Ce soir, j'ai appelé quelques parents en sachant que cela ne donnera pas grand chose (ceci expliquant cela. J'ai même la mère d'un élève du lot qui conteste les mots - nombreux - des professeurs et dispense son fils des punitions, et comme la direction ne réagit pas, ça passe).
J'ai discuté à midi avec mes collègues qui sont dans le même cas. Ils me disent : "Avec les 3e, ça fait longtemps qu'on ne fait plus cours." affraid Je leur ai proposé un débrayage collectif mais ils semblent complètement lobotomisés par la situation, fatalistes : ils attendent que ça se passe. Je ne comprends pas. Moi, je ne peux pas accepter une telle situation et attendre comme ça jusqu'au 5 juillet (eh oui ! nous sommes censés faire cours jusqu'à cette date : le chef ne fout rien mais nous prend pour des feignasses qu'il faut mettre au pas), c'est juste pas possible.

J'ai décidé d'aller voir la direction et de prévenir que, sans soutien de leur part, c'est-à-dire que, très concrètement, s'ils ne soulagent pas la classe de ces 6 Jean-foutres, je refuse de continuer une mascarade qui ruine l'autorité de l'adulte et rend de toute façon impossible l'exercice de ma mission : je file voir mon médecin et ils ne me revoient plus jusqu'au mois de septembre. Je n'ai pas envie d'en arriver là, mais là, je ne peux plus y arriver seule, j'ai besoin de leur soutien, à eux qui sont les seuls désormais à pouvoir exercer des sanctions. Soit lundi matin ces 6 loulous étaient dans le bureau du chef, soit moi, je rentrais chez moi. Décision ferme et irrévocable.

Sauf que, pour le dire, il faut encore les voir, les chef. J'y suis allée 5 fois : le matin, le midi, l'après-midi. Personne. Nous vivons seuls, je vous dis.

Mais *** c'est légal, ça, un établissement scolaire sans personne aux commandes pendant des jours et des jours ? Je sais bien que la CPE est assimilée personnel de direction, mais tout de même ! Et puis elle craque, notre CPE. Ça vire à tour de bras et elle ne sait plus quoi faire de tous ces élèves décidés à ne plus rien respecter. Moi, je trouve qu'on devrait invoquer notre droit de retrait. Mais mes collègues, pour des raisons qui m'échappent totalement, ne suivent pas. Ils subissent.

Lundi, s'il n'y a toujours personne, je fais quoi, moi ? Je l'aime bien, la CPE, mais moi aussi j'ai mes limites. Je veux que quelqu'un d'autre que la CPE puisse prendre en charge les élèves si on les vire. C'est-à-dire un chef, un vrai. Ça veut dire que s'il n'y a personne, une fois de plus, je fais quoi :
- je fais valoir toute seule mon droit de retrait ?
- je fais demi-tour et je rentre chez moi ?
- je m'assois au milieu de la cour et je pleure ?

J'ai toujours bossé en ZEP, y compris dans le 9-3, mais je n'ai jamais vu un établissement ainsi laissé à l'abandon par la direction. J'hallucine. En l'absence de réaction collective, la seule qui me paraîtrait adaptée, je ne sais plus quoi faire.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par roxanne le Ven 15 Juin 2012 - 21:42

mais vous ne pouvez pas tout arrêter, appeler l'inspection et refuser de repreendre les cours tant qu'il n'y a pas quelqu'un ?

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par arcenciel le Ven 15 Juin 2012 - 21:44

Et taper à la porte plus haut, Véronique?
Vous ne pouvez pas continuer comme ça ds votre bahut!

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par Séréna le Ven 15 Juin 2012 - 21:47

Oui, j'allais dire, faire remonter au rectorat, à l'inspection... Contacter des syndicats...

Bon courage. fleurs

Séréna
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par sand le Ven 15 Juin 2012 - 21:48

C'est si vite détruit, un établissement !
Le droit de retrait a été plusieurs fois exercé par des collègues vivant des situations violentes et ils se sont retrouvés privés de quelques jours de salaire. On a jugé qu'ils n'étaient pas en danger, rien ne les empêchait de faire cours.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par Docteur OX le Ven 15 Juin 2012 - 21:56

Arrrrrrrrrrgh, j'ai bossé en ZEP et là je suis dans un collège banlieue IDF sympa...; et ben c'est (un tout petit peu) comme chez toi: le bordel institutionnalisé à cause d'une direction défaillante, lâche et franchement dégueulasse.

Chez nous, on a du attendre une agression au cutter sur un AE pour (enfin !!!) faire front commun et jouer la solidarité. Résultat: droit de retrait, convoc des parents d'élèves, mot aux parents, courrier au rectorat, contact et dialogue avec la mairie. Le chef était vert. Mais on a eu 1/2 poste d'AE. Pas grand chose mais une victoire quand même.

En fin d'année, ce sera + dur pour toi et tes collègues de commencer une action. Désolé, mais pense à toi d'abord. Devant un tél mépris et un tel abandon, il faut que tu te protèges.... A un moment donné, devant un tel foutage de gueule, il faut dire stop. Sinon on s'énerve, on fait des conneries ou on risque gros sans personne pour nous soutenir.

NB: je suis de + en + inquiet de ces "fins d'année", les mômes se lâchent de plus en plus sans aucune retenue et dans l'impunité totale. (Chez nous, déjà une vitre cassée) Un copain flic m'a dit que ça commençait à chauffer pas mal dans certains bahuts à Paris.

Bon allez courage ! sorciere2



Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par A Tuin le Ven 15 Juin 2012 - 22:01

Oh, je découvre humhum

La situation ne doit vraiment pas être évidente. Peut-être prévenir l'inspection de ces absences et de leur impact sur l'attitude des élèves envers les adultes ?

Bon courage pour cette fin d'année. Like a Star @ heaven

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par V.Marchais le Ven 15 Juin 2012 - 22:07

Merci à vous de votre soutien. C'est déjà ça.

Je suis peut-être trop négative parce que trop fatiguée ce soir, mais le problème que je vois, dans vos réponses, c'est le "vous". "Vous devriez arrêter", appeler le rectorat. Il n'y a pas de "vous". Je suis toute seule à bouloir réagir.
Pourtant, mes collègues sont sympas, solidaires en cas de coup dur, j'en ai déjà eu la preuve. Mais là, ils s'habituent à l'inacceptable. Peut-être parce que, comme ils disent, ils vivent ça plus ou moins (là, avec la fin de l'année, c'est plus) depuis septembre, alors que je suis arrivée en mars. Pour eux, c'est juste trois semaine de plus dans une année cauchemardesque. Pour moi, c'est du jamais vu, de l'impensable, de l'inacceptable.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par harry james le Ven 15 Juin 2012 - 22:12

Effectivement, à part frapper à la porte du dessus, si vous n'êtes pas tous d'accord pour débrayer, je ne vois pas ce que vous pouvez faire.

Chez nous aussi, aujourd'hui, encore un collègue en pleurs en salle des profs....
C'est au moins un/une par semaine en ce moment....
Et pourtant nous ne sommes pas en ZEP...

j'oubliais : nous avons le même genre de chef...

_________________
Merdre lachez tout! Partez sur les routes!


Out of sorrow entire worlds have been built
Out of longing great wonders have been willed
[...]
Outside my window, the world has gone to war
Are you the one that I've been waiting for?

harry james
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par fanette le Ven 15 Juin 2012 - 22:17

Tu es vraiment toute seule ? Si tu prends l'initiative, n'y a-t-il pas 2 ou 3 collègues qui accepteraient de demander avec toi un rdv (au moins téléphonique) avec l'inspecteur d'académie (ou l'inspecteur de vie scolaire, qui gère les CDE et les CPE). Insister sur la mise en danger des élèves (seule chose qui les inquiète) puisque la direction est absente, et ne pas hésiter à laisser entendre que les médias sont déjà sur le coup (ça, ils détestent !).
En tout cas, bon courage ! fleurs

_________________
affraid Les légendes japonaises relatent que les samouraïs ingurgitaient une rasade de bile d’ours avant de partir au combat pour s’assurer de leur quasi invincibilité Very Happy diable  ... Sad

fanette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par val09 le Ven 15 Juin 2012 - 22:18

@V.Marchais a écrit:
Tout d'abord, je compatis vraiment ! Il faut avoir les nerfs bien accrochés.


J'ai repris mes 3 loustics, j'en ai confié un à une de mes collègues avec de la copie à faire, j'en ai mis un dans le couloir, l'autre au fond de ma salle avec copie aussi, rattrapage du cours ainsi manqué avec moi lundi matin, heure doublée s'il mouftait encore. J'ai eu à peu près la paix.
Je fais pareil, parce que chez nous, les exclusions sont interdites affraid alors c'est ... le système D (couloir, chez ma collègue...)


J'ai discuté à midi avec mes collègues qui sont dans le même cas. Ils me disent : "Avec les 3e, ça fait longtemps qu'on ne fait plus cours." affraid Je leur ai proposé un débrayage collectif mais ils semblent complètement lobotomisés par la situation, fatalistes : ils attendent que ça se passe. Je ne comprends pas. Moi, je ne peux pas accepter une telle situation et attendre comme ça jusqu'au 5 juillet (eh oui ! nous sommes censés faire cours jusqu'à cette date : le chef ne fout rien mais nous prend pour des feignasses qu'il faut mettre au pas), c'est juste pas possible.
Enfin, je suis outrée par la réaction de tes collègues. Je ne sais pas si ça peut te rassurer mais "j'ai les mêmes à la maison" (allez, c'est pour te détendre, un peu Very Happy ). Des collègues qui ne cessent de se plaindre des agissements, des absences répétées de la CDE pour convenance perso alors qu'avec nous, elle est intransigeante ! Tous les profs la haissent, la critiquent MAIS quand il faut agir, il n'y a personne !!!! Ou pire, les collègues qui seraient prêts à t'envoyer au casse-pipe pour que tu ailles, toi, dire les 4 vérités à la CDE !

Alors voici ce que je te conseillerais (et c'est ce que j'ai fait dans une situation proche de la tienne), fais intervenir les syndicats, explique-leur tout ce que tu nous as expliqué, ils ne resteront pas sans rien faire.
Chez nous, ils ont fait intervenir un inspecteur vie scolaire.
Avec le soutien de tes collègues, tu aurais pu écrire directement un courrier collectif au Recteur ou à l'Inspection mais seule, ce n'est pas la peine.

Et puis, si vraiment tu es à bout, que tu crois avoir tout essayé, ne culpabilise pas : fais-toi arrêter !

Tiens-nous au courant de l'évolution de la situatio
n.


_________________
Plus vraiment "néo" Wink : prof de LM depuis 2001

val09
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par val09 le Ven 15 Juin 2012 - 22:19

Véronique, je t'envoie un MP

_________________
Plus vraiment "néo" Wink : prof de LM depuis 2001

val09
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par V.Marchais le Ven 15 Juin 2012 - 22:21

Franchement, je n'y crois plus. Ils en ont tellement bavé toute l'année, les collègues, qu'ils ont l'impression que maintenant qu'ils ont tenu bon jusque là, ça ne vaut plus la peine d'appeler à l'aide. Je le perçois comme ça. Au point où ils en sont, ils attendent la fin. Ils sont à bout, en fait.
Et moi je n'ai plus d'énergie non plus. J'ai tout donné dans mes classes.
En plus, je ne me sens aucune légitimité pour agir seule. Un seul prof qui appelle l'IA, ça a l'air de quoi ? De rien, on est d'accord ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par V.Marchais le Ven 15 Juin 2012 - 22:27

Voilà, Val, je pense exactement comme toi : seule, ce n'est pas la peine.

L'idée du syndicat me paraît plus réaliste, hormis la question du calendrier : le temps qu'ils interviennent, l'année sera (enfin) finie.

Pfff ! Je sens que lundi, ça va être le va-tout : soit j'arrive enfin à voir les chefs, soit je me colle en arrêt. Ras-le-bol. Sinon, c'est moi qui vais avoir des problèmes parce que je vais mettre à Kévinou la gifle qu'il mérite.

Lundi, c'est justement le conseil de ma Sixième-chérie-d'amour. Si le chef n'y est pas, je rends mon tablier. Remarque, il serait capable. Je vous tiendrai au courant.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par moon le Ven 15 Juin 2012 - 22:35

Véronique, tu ne vas pas pouvoir tenir comme cela, ce n'est pas
possible. Et la CPE non plus. Parce que derrière, c'est l'année
prochaine qui se prépare. Si les gamins sont sans prises maintenant,
ils vont recommencer pire dès septembre....bon je te dis ça, mais je suis en zep aussi, et parfois j'en viens à souhaiter qu'un des nombreux gamins qui sèchent en toute impunité chez nous ait un jour un accident pas grave sur la voie public, pour qu'on voie l'incurie de notre propre vie scolaire...et je te passe les multiples horreurs qu'on a vues en un an

Si j'étais à ta place, je tenterais le tout pour le tout avec les six zozos, soit :
- prier pour tomber sur un jour où le principal a montré le bout de son nez, appeler un surveillant pour surveiller le reste de la classe et descendre en mains propres les zoulous dans le bureaux de ceux qui ne veulent pas s'en occuper à savoir tes chefs. A eux de gérer.
- passer outre les chefs puisqu'ils ne sont pas là et faire appeler la famille par la CPE pour que les parents viennent immédiatement chercher leurs enfants qui perturbent gravement la sécurité du collège. On l'a déjà fait chez nous. Plusieurs fois.
Tu penses que ce serait jouable?

moon
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par jilucorg le Ven 15 Juin 2012 - 22:35

Et ton IPR ? C'est la seule instance que tu peux contacter officiellement (mail, téléphone) sans passer par la voie hiérarchique. Décrire la situation (en pointant avant tout la carence de la direction) et demander quoi faire, c'est ce que je tenterais en l'absence de possibilité d'action collective. S'il/elle est convaincu/e, il a les moyens de faire bouger les choses.
Sinon, la pétition au Rectorat (voie hiérarchique indispensable, sous peine de faute : le CDE est obligé de transmettre) a déjà souvent montré son efficacité dans ce genre de situation.

En tout cas, attention à ne pas se mettre à la faute (comme court-circuiter les voies normales = faute professionnelle) quand on est comme ça sur les nerfs et désespéré à force de n'arriver à rien.


Dernière édition par jilucorg le Ven 15 Juin 2012 - 22:36, édité 1 fois

jilucorg
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par JaneB le Ven 15 Juin 2012 - 22:36

Mon collège n'est pas dans le 93 mais à la campagne et moi, qui suis restée pas mal d'années dans le 93 justement, je m'attendais à tomber dans un collège tranquille ...grande est ma désillusion!
Notre CDE semble être toujours parti en réunion ...et quand il est là, de toutes façons, il ne fait rien! Il peut lire un rapport d'incident au sujet d'un élève qui bouscule un enseignant et le traite "d'***é" sans sourciller ...il a fallu agir collectivement pour obtenir une sanction pour cet élève ...plusieurs jours après le fait!
Aucun conseil de discipline cette année et pourtant il y en a eu des faits graves!! Ce même élève a balancé une chaise à une prof remplaçante...personne pour s'en émouvoir!!
La situation dégénère sérieusement mais comme toi, je déplore que l'ensemble des profs ne soient pas plus indignés et plus solidaires que çà!


Dernière édition par JaneB le Ven 15 Juin 2012 - 22:38, édité 1 fois

JaneB
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par Derborence le Ven 15 Juin 2012 - 22:38

Véronique, si tu es seule, cela va être compliqué. Je crois que si tu n'arrives pas à voir les chefs lundi matin, tu n'as plus qu'à aller chez le médecin. humhum

_________________
"La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne."
Proverbe chinois

"Derborence, le mot chante triste et doux dans la tête pendant qu’on se penche sur le vide, où il n’y a plus rien, et on voit qu’il n’y a plus rien."
Charles-Ferdinand Ramuz, Derborence

Derborence
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par val09 le Ven 15 Juin 2012 - 22:42

@V.Marchais a écrit:Si le chef n'y est pas, je rends mon tablier. Remarque, il serait capable. Je vous tiendrai au courant.

Et si le chef lui-même n'y est pas, qui vous oblige à être présents ? Vous expliquez aux parents que le conseil n'aura lieu que lorsque vous aurez retrouvé le CDE. Vous allez voir comme il va rappliquer ! Y a des délais à respecter pour les conseils de classe ! Notre CDE nous fait signé une feuille d'émargement mais s'il n'est pas là ...

Quant aux syndicats, si tu les appelles lundi, ils peuvent intervenir assez vite. Ce serait, à mon avis, mieux que rien, non ?


Dernière édition par val09 le Ven 15 Juin 2012 - 22:47, édité 1 fois

_________________
Plus vraiment "néo" Wink : prof de LM depuis 2001

val09
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par val09 le Ven 15 Juin 2012 - 22:45

@jilucorg a écrit:
Sinon, la pétition au Rectorat (voie hiérarchique indispensable, sous peine de faute : le CDE est obligé de transmettre) a déjà souvent montré son efficacité dans ce genre de situation.

Oui mais ce n'est pas faisable si ses collègues ne la soutiennent pas ! Neutral

_________________
Plus vraiment "néo" Wink : prof de LM depuis 2001

val09
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par Scarabee15 le Ven 15 Juin 2012 - 22:52

Mais il n'y a pas une secrétaire ou un adjoint qui sait où le joindre ce protal ? Il n'a pas un portable, une adresse mail ? de nos jours il est impossible de prétendre être injoignable. Il habite sur place ? il reçoit son courrier ?

A ta place je lancerais plutôt un gag-réaliste, auprès de du rectorat : vous appelez car vous êtes extrêment inquiets, votre principal a disparu de l'établissement depuis x temps et vous voulez savoir s'il faut appeler les flics... tu brodes un peu, je t'assures qu'au rectorat radio-moquette ne fera qu'un tour et que cela deviendra rapidement la légende urbaine des lieux sorciere2

Scarabee15
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par val09 le Ven 15 Juin 2012 - 22:53

@Scarabee15 a écrit:

A ta place je lancerais plutôt un gag-réaliste, auprès de du rectorat : vous appelez car vous êtes extrêment inquiets, votre principal a disparu de l'établissement depuis x temps et vous voulez savoir s'il faut appeler les flics... tu brodes un peu, je t'assures qu'au rectorat radio-moquette ne fera qu'un tour et que cela deviendra rapidement la légende urbaine des lieux sorciere2

Pas mal comme idée !
La presse, c'est bien aussi : en général, ça fait réagir tout le monde !

_________________
Plus vraiment "néo" Wink : prof de LM depuis 2001

val09
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par Finrod le Ven 15 Juin 2012 - 22:57

Alors premièrement :



Chapeau vraiment...

Il faut passer au dessus de la hiérarchie, taper un grand coup de poing sur la table, prendre une décision, contacter des S1, S2 ou S3, le recotorat ne peut pas laisser faire ça.
Menacer les d'appeler la presse pour un titre bien racoleur "chaos au collège", ils vont se bouger c'est pas possible.

Mais dans quel monde on vit...

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par Celeborn le Ven 15 Juin 2012 - 23:00

Je vote pour le médecin. Tu n'as pas à t'imposer une situation qui est dangereuse pour ta santé mentale.

Après toi, le déluge. Si tes collègues ont envie de supporter ça, tant pis pour ça.

edit : mais bon, ça n'empêche pas de demander à un syndicat d'intervenir. Envoie-moi un PM si besoin en me reprécisant ton académie, qu'on en discute.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon collège ubuesque

Message par jilucorg le Ven 15 Juin 2012 - 23:03

@val09 a écrit:
@jilucorg a écrit:
Sinon, la pétition au Rectorat (voie hiérarchique indispensable, sous peine de faute : le CDE est obligé de transmettre) a déjà souvent montré son efficacité dans ce genre de situation.
Oui mais ce n'est pas faisable si ses collègues ne la soutiennent pas ! Neutral
"Sinon, la pétition" une pétition, c'est dans le cas où on est plusieurs

D'accord aussi pour l'arrêt-maladie (si tu es prête à perdre un jour de carence...) : se préserver avant tout.

jilucorg
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum