Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Marcassin
Habitué du forum

Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 10:32
Exaspéré dans mes corrections de copie, je veux crier ma colère sur ce forum : les Fables de La Fontaine ne visent pas à contourner la censure !

Mais qui enseigne une telle ineptie à des générations d'élèves ? furieux

Pire : le sujet du bac 2012 leur donne raison, puisque la fable "La Génisse, la Chèvre et la Brebis, en société avec le Lion" est présentée comme "satirique". Les élèves cherchent, en toute bonne foi, quelles sont les cibles désignées par ces animaux dans la société du XVIIème siècle de La Fontaine. Le Lion, c'est donc Louis XIV et les autres animaux, alternativement la Cour, les différentes classes sociales, ou encore les paysans, le Peuple, ce qui donne des lectures révolutionnaires, voire marxisantes de fables politiques qui dénoncent déjà les inégalités sociales.

A l'évidence, ni Louis XIV ni ses conseillers n'avaient la perspicacité pénétrante des élèves du XXIème siècle. Preuve, s'il en faut, que le niveau monte. araignée

Le texte :
La génisse, la chèvre et leur sœur la brebis,
Avec un fier lion, seigneur du voisinage,
Firent société, dit-on, au temps jadis,
Et mirent en commun le gain et le dommage.
Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris.
Vers ses associés aussitôt elle envoie.
Eux venus, le lion par ses ongles compta,
Et dit: "Nous sommes quatre à partager la proie".
Puis, en autant de parts le cerf il dépeça;
Prit pour lui la première en qualité de sire:
"Elle doit être à moi, dit-il, et la raison,
C'est que je m'appelle lion :
A cela l'on n'a rien à dire.
La seconde, par droit, me doit échoir encor:
Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.
Comme le plus vaillant, je prétends la troisième.
Si quelqu'une de vous touche à la quatrième,
Je l'étranglerai tout d'abord.

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Les fables de La Censure

par User5899 le Mer 4 Juil 2012 - 11:59
De toutes façons, c'est la seule réponse que vous entendiez pour les fables, les contes philosophiques, le bain moussant, l'omelette norvégienne... La censure ! La censure, vous dis-je !
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Les fables de La Censure

par Iphigénie le Mer 4 Juil 2012 - 12:25
Bon, on est au moins trois que ça horripile, c'est déjà ça Very Happy

Et après l'anaphore du "poumon", de "la censure", l'anaphore du "à bas les corpus"! Razz


D'ailleurs à propos de censure, je trouve qu'on ne rend pas assez hommage au rôle de Malesherbes lorsqu'on parle du XVIIIe
avatar
Lovizôle
Niveau 8

Re: Les fables de La Censure

par Lovizôle le Mer 4 Juil 2012 - 12:48
@Marcassin a écrit: Les élèves cherchent, en toute bonne foi, quelles sont les cibles désignées par ces animaux dans la société du XVIIème siècle de La Fontaine. Le Lion, c'est donc Louis XIV et les autres animaux, alternativement la Cour, les différentes classes sociales, ou encore les paysans, le Peuple, ce qui donne des lectures révolutionnaires, voire marxisantes de fables politiques qui dénoncent déjà les inégalités sociales.

Ah... Et c'est faux ? Embarassed
Aucune critique de l'absolutisme dans les Fables ? Pourtant, La Fontaine a connu la censure (pour ses contes), il pouvait légitimement la craindre.
Diable, j'en apprends tous les jours.
avatar
Hannibal
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Hannibal le Mer 4 Juil 2012 - 12:53
Un éminent spécialiste a écrit:"La nécessité d'adapter un texte argumentatif en écriture poétique est surtout ressentie dans les Fables de La Fontaine, où la censure obligeait les auteurs à faire passer un message autrement que par l'argumentation directe."
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Les fables de La Censure

par Iphigénie le Mer 4 Juil 2012 - 13:31
@Hannibal a écrit:
Un éminent spécialiste a écrit:"La nécessité d'adapter un texte argumentatif en écriture poétique est surtout ressentie dans les Fables de La Fontaine, où la censure obligeait les auteurs à faire passer un message autrement que par l'argumentation directe."
:

D Very Happy ça c'est un expert qui a passé l'EAF Laughing Laughing
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 13:36
@Hannibal : Des noms ! Des noms !

Pour répondre à Lovizôle, prenons l'exemple de la fable en question. Qui précisément est désigné par la Génisse, la Chèvre et la Brebis ? Et Louis XIV, avec qui a-t-il fait "société" et mis "en commun le gain et le dommage" ?

Cette fable est universelle : elle peut aussi bien s'appliquer aux alliances diplomatiques de Rome ou de Staline qu'aux alliances politiques du PS, ou que sais-je encore.

Cette fable n'est pas satirique, mais morale. Elle ne dénonce pas la société de son temps, mais dépeint une vérité intemporelle.


_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Les fables de La Censure

par Iphigénie le Mer 4 Juil 2012 - 13:45
Lovizôle, ce n'est pas que le jeu avec la censure soit absent, bien sûr : au contraire, mais justement, il fait partie de cette écriture de "biais" que sont les fables: c'est un jeu de plaisir avant d'être une vulgaire ruse.Le livre 7 est dédicacé au Dauphin d'ailleurs. C'est un jeu très subtil.

(Mais il arrive à La Fontaine de parler de front: "je définis la cour"(les obsèques de la lionne)- mais pas du roi, oeuf corse.)

Bref, dit comme le dit l'expert, ça fait caricature Very Happy
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 14:02
L'obsession de la censure est telle que le poème "La fonction du poète" ("Le poète en des jours impies/Vient préparer des jours meilleurs.") in Les Rayons et les ombres (1840) de Victor Hugo a été interprétée par un candidat à l'oral comme une critique masquée pour éviter la censure de... Napoléon III. Suspect

Je crois surtout que cette obsession révèle quelque chose d'important pour l'enseignement actuel des lettres : la poésie, quelle que soit son époque, est si peu accessible aux élèves d'aujourd'hui qu'ils ne la voient plus que comme un code à déchiffrer. Un peu comme l'ironie cachée dans le sonnet de Verlaine, et que le lecteur doit... deviner.

Je pense souvent à cette collègue de lettres aujourd'hui retraitée qui, quand on lui demandait ce qu'elle enseignait, répondait dans ses dernières années : français langue étrangère. araignée

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Invité21
Fidèle du forum

Re: Les fables de La Censure

par Invité21 le Mer 4 Juil 2012 - 14:15
Oui, c'est juste. La littérature, ça sert à rien, ou à éviter la censure. Voilà tout!

D'ailleurs, la cryptographie ou les codes secrets, ça marche aussi bien...Pourquoi n'écrivait-il pas en morse, La Fontaine?

_________________
L'Engénu s'est déniaisé. Mais ne change pas!
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 14:16
C'est vrai que c'est plus joli :

·−·· ·− −−· ··−·· −· ·· ··· ··· · −−··−− ·−·· ·− −·−· ···· ·−··− ···− ·−· · · − ·−·· · ··− ·−· ··· −−− · ··− ·−· ·−·· ·− −··· ·−· · −··· ·· ··· −−··−−
·− ···− · −·−· ··− −· ··−· ·· · ·−· ·−·· ·· −−− −· −−··−− ··· · ·· −−· −· · ··− ·−· −·· ··− ···− −−− ·· ··· ·· −· ·− −−· · −−··−−
··−· ·· ·−· · −· − ··· −−− −·−· ·· ··−·· − ··−·· −−··−− −·· ·· − −····− −−− −· −−··−− ·− ··− − · −− ·−−· ··· ·−−− ·− −·· ·· ··· −−··−−
· − −− ·· ·−· · −· − · −· −·−· −−− −− −− ··− −· ·−·· · −−· ·− ·· −· · − ·−·· · −·· −−− −− −− ·− −−· · ·−·−·−
−·· ·− −· ··· ·−·· · ··· ·−·· ·− −·−· ··· −·· · ·−·· ·− −·−· ···· ·−··− ···− ·−· · ··− −· −·−· · ·−· ··−· ··· · − ·−· −−− ··− ···− ·− ·−−· ·−· ·· ··· ·−·−·−
···− · ·−· ··· ··· · ··· ·− ··· ··· −−− −·−· ·· ··−·· ··· ·− ··− ··· ··· ·· − −−− − · ·−·· ·−·· · · −· ···− −−− ·· · ·−·−·−
· ··− −··− ···− · −· ··− ··· −−··−− ·−·· · ·−·· ·· −−− −· ·−−· ·− ·−· ··· · ··· −−− −· −−· ·−·· · ··· −·−· −−− −− ·−−· − ·− −−··−−
· − −·· ·· − −−−··· ·−··−· −· −−− ··− ··· ··· −−− −− −− · ··· −−·− ··− ·− − ·−· · ·−−·− ·−−· ·− ·−· − ·− −−· · ·−· ·−·· ·− ·−−· ·−· −−− ·· · ·−··−· ·−·−·−
·−−· ··− ·· ··· −−··−− · −· ·− ··− − ·− −· − −·· · ·−−· ·− ·−· − ··· ·−·· · −·−· · ·−· ··−· ·· ·−·· −·· ··−·· ·−−· · −·−·· ·− −·−·−·
·−−· ·−· ·· − ·−−· −−− ··− ·−· ·−·· ··− ·· ·−·· ·− ·−−· ·−· · −− ·· ·−··− ·−· · · −· −−·− ··− ·− ·−·· ·· − ··−·· −·· · ··· ·· ·−· · −−−···
·−··−· · ·−·· ·−·· · −·· −−− ·· − · − ·−· · ·−−·− −− −−− ·· −−··−− −·· ·· − −····− ·· ·−·· −−··−− · − ·−·· ·− ·−· ·− ·· ··· −−− −· −−··−−
−·−· ·−−−−· · ··· − −−·− ··− · ·−−− · −− ·−−−−· ·− ·−−· ·−−· · ·−·· ·−·· · ·−·· ·· −−− −· −−−···
·− −·−· · ·−·· ·− ·−·· ·−−−−· −−− −· −· ·−−−−· ·− ·−· ·· · −· ·−−·− −·· ·· ·−· · ·−·−·−
·−·· ·− ··· · −·−· −−− −· −·· · −−··−− ·−−· ·− ·−· −·· ·−· −−− ·· − −−··−− −− · −·· −−− ·· − ··−·· −·−· ···· −−− ·· ·−· · −· −·−· −−− ·−· −−−···
−·−· · −·· ·−· −−− ·· − −−··−− ···− −−− ··− ··· ·−·· · ··· ·− ···− · −−·· −−··−− −·−· ·−−−−· · ··· − ·−·· · −·· ·−· −−− ·· − −·· ··− ·−−· ·−·· ··− ··· ··−· −−− ·−· − ·−·−·−
−·−· −−− −− −− · ·−·· · ·−−· ·−·· ··− ··· ···− ·− ·· ·−·· ·−·· ·− −· − −−··−− ·−−− · ·−−· ·−· ··−·· − · −· −·· ··· ·−·· ·− − ·−· −−− ·· ··· ·· ·−··− −− · ·−·−·−
··· ·· −−·− ··− · ·−·· −−·− ··− ·−−−−· ··− −· · −·· · ···− −−− ··− ··· − −−− ··− −·−· ···· · ·−−·− ·−·· ·− −−·− ··− ·− − ·−· ·· ·−··− −− · −−··−−
·−−− · ·−·· ·−−−−· ··−·· − ·−· ·− −· −−· ·−·· · ·−· ·− ·· − −−− ··− − −·· ·−−−−· ·− −··· −−− ·−· −·· ·−·−·−

Source : http://www.lexilogos.com/clavier/morse.htm

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 14:19
Dans le genre d'idioties, les personnages sont imaginaires dans Candide pour contourner la censure...

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Les fables de La Censure

par Iphigénie le Mer 4 Juil 2012 - 14:19
mais voyons les codes du classicisme sont bien plus opaques que votre morse Razz

ps je ne réponds pas à Candide, là Laughing Razz
avatar
Invité21
Fidèle du forum

Re: Les fables de La Censure

par Invité21 le Mer 4 Juil 2012 - 14:30
@Marcassin a écrit:Dans le genre d'idioties, les personnages sont imaginaires dans Candide pour contourner la censure...

J'aime court-circuiter les élèves en leur demandant, quand l'invariable thème de la censure apparait dans leurs propos: "Mais au fait, la censure au XVIIe siècle, c'est qui? C'est quoi?" Et là c'est en grand moment, en général:"Ben, c'est des curés. Autour d'une table. J'sais pas moi..."...
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 14:38
Pour Candide, moi je réponds : en toute logique, pourquoi contourner la censure quand on fait paraître un ouvrage anonymement ? Laughing

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 14:40
Pour revenir à La Fontaine, je cite quand même les "éléments d'aide à la correction" :

Les textes A et B dénoncent les relations hypocrites ou cyniques qui sont en usage à la cour entre les courtisans et le roi
D'accord avec le cynisme. Mais les courtisans ? :shock:

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Hannibal
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Hannibal le Mer 4 Juil 2012 - 14:49
@iphigénie a écrit:
@Hannibal a écrit:
Un éminent spécialiste a écrit:"La nécessité d'adapter un texte argumentatif en écriture poétique est surtout ressentie dans les Fables de La Fontaine, où la censure obligeait les auteurs à faire passer un message autrement que par l'argumentation directe."
:

Very Happy ça c'est un expert qui a passé l'EAF Laughing Laughing

Voilà.
L'EAF étant chaque année l'occasion pour les enseignants du secondaire de se tenir au courant des tout derniers progrès de la recherche et de remettre à jour leurs connaissances, parfois un peu datées.
Je parie que vous ignoriez par exemple cet éclairage sur la génétique des Fables, qui révèle qu'au départ, celles-ci étaient conçues comme de violents pamphlets contre Louis XIV (même qu'on y raillait son anatomie et qu'on y révélait des choses peu glorieuses sur sa mère, mais passons). Ce n'est que dans un second temps que La Fontaine passait de la prose à la poésie, et de l'argumentation directe à la fable, ceci à regret d'ailleurs, car il trouvait très réussis et pleins de verves les beaux traits qui lui venaient spontanément sous la plume et qui faisaient tellement rire Monsieur le Surintendant - même que les détails les plus salaces faisaient bien rire aussi Mme de Montespan, qui expliquait qu'elle reconnaissait à tel ou tel détail son royal amant... mais enfin le grand écrivain trouva à se consoler de ne pouvoir publier tels quels ces beaux opuscules, quand il comprit qu'en les enrubannant de trucs et de machins poétiques personne n'y verrait que du feu, surtout que Louis XIV était un benêt entouré d'imbéciles.
Ainsi, se sachant plus malin que tout le monde, il lui arriva plus d'une fois de rire dans sa barbe en voyant ce gros imbécile de roi s'amuser aux Fables sans se rendre compte qu'il y était couvert d'injures et de railleries, tout ça parce qu'il y avait des rimes et que le Roi n'était pas plus que vous ou moi du genre à se figurer qu'on pût écrire des saletés en vers, surtout qu'en plus des rimes il y avait - suprême ingéniosité - des animaux, et que le Roi, quand bien même il eût perçu l'injure sous les jolies rimes, se fût immanquablement rassuré en s'avisant que c'est de ce gros abr.uti de lion qu'on se moquait et de personne d'autre, le roi n'étant pas plus que vous ou moi du genre à se figurer qu'on pût s'en prendre à lui en se servant de bêtes animaux - et d'ailleurs La Fontaine décidément malin, avait pris la précaution de pourvoir la ménagerie royale de toutes ces bestioles dont il parlait, bestioles qu'il envoyait acheter aux quatre coins du Royaume, afin que tout le monde à la Cour s'imaginât qu'il ne parlait de rien d'autre que de la vie des animaux - tout le monde sauf Monsieur le Surintendant et Madame de Montespan, qui étaient, eux, dans le secret et qui pouffaient avec lui à chaque fois qu'on lisait une fable devant le Roi. Bref, La Fontaine était si malin qu'aujourd'hui encore, à première lecture, on ne comprend pas tout de suite qu'en fait il ne parle pas tant que ça d'animaux, mais qu'il agonit méchamment le Roi qui était un tyran, mais qui heureusement n'était pas assez malin pour comprendre ce qui faisait tellement rire Monsieur le Surintendant dans les Fables.
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 15:01
On veut la source ! Twisted Evil

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Les fables de La Censure

par Iphigénie le Mer 4 Juil 2012 - 16:07
On cherchait les clés chez La Bruyère alors que ,c'est ballot, elles étaient donc discrètement dissimulées chez La Fontaine....
Louis XIV aurait dû se nourrir de Phèdre et Esope, il aurait connu la tradition de la fable et des vieux singes de cour ... Laughing


Sérieux, Hannibal, c'est de qui cette analyse fulgurante?
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 16:34
Bref, La Fontaine était si malin qu'aujourd'hui encore, à première lecture, on ne comprend pas tout de suite qu'en fait il ne parle pas tant que ça d'animaux
Mince... Moi qui croyais qu'il s'agissait de vrais animaux ! pale

Je me disais aussi : c'est bizarre, ils parlent.


Dernière édition par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 16:37, édité 1 fois

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Lovizôle
Niveau 8

Re: Les fables de La Censure

par Lovizôle le Mer 4 Juil 2012 - 16:36
D'Hannibal himself ?

Bon, je suis déçue, moi. J'aimais bien lire quelques fables de La Fontaine comme une critique du pouvoir en place.
Tant pis.


_________________
Quand les gens sont de mon avis, j'ai toujours le sentiment de m'être trompé. Oscar Wilde.

Pour être costaud, faut manger des épinards. Pour se lever tôt, il faut pas se coucher tard. Joe Dassin
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 16:46
Une critique de l'absolutisme, pourquoi pas dans certaines fables.

Mais dans la fable qui nous intéresse, je ne vois pas d'absolutisme dans une "société" entre des "associés" qui mettent "en commun le gain et le dommage". L'enseignement à en tirer est moral : crédulité des uns et cynisme des autres.

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Les fables de La Censure

par Iphigénie le Mer 4 Juil 2012 - 16:52
Ne tombons pas d'un extrême dans l'autre: enre dire que La Fontaine ne "cache pas ses messages" dans les fables "pour éviter la censure" et dire qu'il ne critique pas l'absolutisme, il y a la place de la nuance.
Sur la fable en question, je suis d'accord avec Marcassin.Il ne s'agit pas du Roi.Dans les obsèques de la lionne, oui. Encore que comme toujours ce sont plutot les courtisans qui sont visés.
une des plus directement critiques contre le système mis en place à Versailles, c'est peut-être encore le corbeau et le renard:
"tout flatteur vit au dépens de celui qui l'écoute".
Marcassin
Habitué du forum

Re: Les fables de La Censure

par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 17:22
La dimension intemporelle des Fables de La Fontaine peut aussi bien s'appliquer à son siècle, bien sûr. Mais pourquoi vouloir à tout prix voir en elle une simple poésie de circonstance ? N'est-ce pas le travers permanent de notre prisme citoyen qui ne valorise qu'une littérature engagée (dans son temps) avec des enseignements d'exploration du genre "Littérature et société" ?

Réduire les animaux des Fables à un vulgaire procédé de contournement de la censure (dont on peut douter de l'efficacité par ailleurs Laughing ), c'est surtout oublier leur dimension universelle et intemporelle, leur valeur littéraire à proprement parler.

A ce compte-là, quelle censure a bien pu vouloir éviter George Orwell avec La Ferme des animaux ?

Les animaux parlent, parce que les animaux sont parlants. Wink



Dernière édition par Marcassin le Mer 4 Juil 2012 - 17:39, édité 1 fois

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Les fables de La Censure

par User5899 le Mer 4 Juil 2012 - 17:27
@Lovizôle a écrit:
@Marcassin a écrit: Les élèves cherchent, en toute bonne foi, quelles sont les cibles désignées par ces animaux dans la société du XVIIème siècle de La Fontaine. Le Lion, c'est donc Louis XIV et les autres animaux, alternativement la Cour, les différentes classes sociales, ou encore les paysans, le Peuple, ce qui donne des lectures révolutionnaires, voire marxisantes de fables politiques qui dénoncent déjà les inégalités sociales.

Ah... Et c'est faux ? Embarassed
Aucune critique de l'absolutisme dans les Fables ? Pourtant, La Fontaine a connu la censure (pour ses contes), il pouvait légitimement la craindre.
Diable, j'en apprends tous les jours.
Ce qui est risible, Lovizôle, c'est d'imaginer les victimes des "critiques" et autres "dénonciations" * incapables de lire une fable ou un conte entre les lignes...

* Z'avez remarqué aussi ? Il n'y a qu'en Lettres qu'il est beau et noble de "dénoncer" !
Contenu sponsorisé

Re: Les fables de La Censure

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum