Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Serge le Mar 16 Oct 2012 - 20:00

Bonjour, pourrions-nous mettre en synthèse ici les étapes successives marquant les ruptures progressives avec les formes de la poésie classique ?
(La création du vers libres, du poèmes en prose, de l'abandon de la ponctuation, le calligramme, les jeux d'Oulipo, etc.

Peut-on considérer, par exemple, que le goût de verlaine pour les vers impairs entre dans une forme de rupture avec la tradition ou pas ?

Voyez-vous d'autres choses à ne pas oublier de mentionner ?


_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par User5899 le Mar 16 Oct 2012 - 22:57

Moi je dirais oui. Quand on lit Les Fleurs du Mal puis Poèmes saturniens, ce qui frappe, il me semble, c'est l'armature rhétorique de l'alexandrin carré, pour causer Totor, et Verlaine travaille sur cela, comme Rimbaud d'ailleurs (Le bateau ivre est encore corseté au possible). Dès les Fêtes galantes, il y a un changement de ton prodigieux, dû en grande partie au mètre, pas nécessairement impair, d'ailleurs. Mais Verlaine est aussi en rupture, pour moi, par son écriture suggestive : souvent, il ne dit pas. Et cela, Apollinaire s'en souvient très bien.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Mareuil le Mar 16 Oct 2012 - 23:39

Cripure a écrit:Moi je dirais oui. Quand on lit Les Fleurs du Mal puis Poèmes saturniens, ce qui frappe, il me semble, c'est l'armature rhétorique de l'alexandrin carré, pour causer Totor, et Verlaine travaille sur cela, comme Rimbaud d'ailleurs (Le bateau ivre est encore corseté au possible). Dès les Fêtes galantes, il y a un changement de ton prodigieux, dû en grande partie au mètre, pas nécessairement impair, d'ailleurs. Mais Verlaine est aussi en rupture, pour moi, par son écriture suggestive : souvent, il ne dit pas. Et cela, Apollinaire s'en souvient très bien.

Sur ce sujet, lire La vieillesse d'Alexandre de Jacques Roubaud.

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Celeborn le Mer 17 Oct 2012 - 0:48

Rappelons que Totor présente déjà une rupture avec l'alexandrin classique : rejets audacieux, trimètre romantique. Ça me paraît indispensable d'en parler dans le processus.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par User5899 le Mer 17 Oct 2012 - 0:54

@Celeborn a écrit:Rappelons que Totor présente déjà une rupture avec l'alexandrin classique : rejets audacieux, trimètre romantique. Ça me paraît indispensable d'en parler dans le processus.
Oui, c'est vrai, bien sûr. Mais il est moins en rupture avec le "dire" franc et net, non ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Celeborn le Mer 17 Oct 2012 - 0:56

Cripure a écrit:
@Celeborn a écrit:Rappelons que Totor présente déjà une rupture avec l'alexandrin classique : rejets audacieux, trimètre romantique. Ça me paraît indispensable d'en parler dans le processus.
Oui, c'est vrai, bien sûr. Mais il est moins en rupture avec le "dire" franc et net, non ?

Tout à fait. C'est le début d'un processus qui ira bien plus loin, et chez Hugo, c'est surtout formel, je trouve. Mais il fallait oser !

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Nadejda le Mer 17 Oct 2012 - 1:00

C'est plus anecdotique mais je pense aussi à Corbière, grand défaiseur du vers, et à Jean-Paul Toulet, inventeur de la contrerime.

Nadejda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par moon le Mer 17 Oct 2012 - 10:45

Cripure a écrit: Dès les Fêtes galantes, il y a un changement de ton prodigieux, dû en grande partie au mètre, pas nécessairement impair, d'ailleurs. Mais Verlaine est aussi en rupture, pour moi, par son écriture suggestive : souvent, il ne dit pas. Et cela, Apollinaire s'en souvient très bien.

C'est Verlaine qui a été je crois le plus attentif à l'adéquation entre le mètre et le propos. Toute sa poésie repose là-dessus, ainsi que sur la musique et la peinture.

Autre rupture : le surréalisme et la fin de la poésie signifiante ?

moon
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Celeborn le Mer 17 Oct 2012 - 11:54

@moon a écrit:[
C'est Verlaine qui a été je crois le plus attentif à l'adéquation entre le mètre et le propos.

Ahem...

La Fontaine, quelqu'un ? L'hétérométrie adaptée au propos, c'est une des bases de la poétique lafontainienne. Vers impairs compris.

Il ne s'agit pas de dire que La Fontaine et Verlaine partageraient une même vision de la modernité poétique. Mais quelques textes de La Fontaine, ça peut remettre en perspective certaines "innovations" de la "modernité".


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Poésie : les ruptures avec la tradition et le renouvellement progressif du genre

Message par Mareuil le Mer 17 Oct 2012 - 11:56

@Celeborn a écrit:
@moon a écrit:[
C'est Verlaine qui a été je crois le plus attentif à l'adéquation entre le mètre et le propos.

Ahem...

La Fontaine, quelqu'un ? L'hétérométrie adaptée au propos, c'est une des bases de la poétique lafontainienne. Vers impairs compris.

Il ne s'agit pas de dire que La Fontaine et Verlaine partageraient une même vision de la modernité poétique. Mais quelques textes de La Fontaine, ça peut remettre en perspective certaines "innovations" de la "modernité".

+1

Mareuil
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum