"Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Employé oxymorique le Mer 6 Mar 2013 - 21:27

Ecole : pour en finir avec les notes !
Par Luc Le Vaillant

Il nous est venu une excellente idée pour faire voler en éclats le glacis de ce continent de plus en plus congelé dans ses conservatismes qu’est l’Education nationale. Notre recommandation à Vincent Peillon est simple : il faut qu’il supprime les notes… Cela devrait enfoncer plus encore le ministre de l’Education dans la panade où la réforme des rythmes scolaires l’a mis. Mais cela aurait une autre envergure, une autre gueule. Il se ferait enfin taper dessus pour une cause intéressante.

Car pourquoi se polariser sur ces quatre jours et demi ou sur la diminution des vacances d’été ? On a bien compris que les chronobiologistes et les pédagogues précautionneux voulaient que les temps d’apprentissage et les rythmes de repos alternent harmonieusement et que les enfants fassent dodo, l’enfant do, l’enfant dormira bientôt. De là à en faire l’alpha et l’oméga de l’école de demain, on est perplexe.

Il est vrai que Peillon s’est enferré dans cette histoire avec le soutien des syndicats qui l’ont lâché aussitôt que leurs troupes ont ravivé leurs corporatismes croquignolets.

Nos néo-hussards noirs de la démocratie sont pour les quatre jours et demi, mais pas question de travailler plus de quatre jours. Le sacro-saint intérêt de l’enfant a bon dos, qui n’est plus qu’un loup de carnaval masquant la légitime défense des acquis sociaux. On veut bien admettre que, dans l’élémentaire, les salaires moyens (2 000 euros mensuels net environ, instituteurs et professeurs des écoles mêlés) ont perdu en euros constants depuis une dizaine d’années. Mais quelle profession n’est pas logée à la même enseigne, garantie de l’emploi en moins ?

Le plus ennuyeux, c’est que Vincent Peillon remonte en cette matière horaire sur les vieux canassons chers à une Ségolène Royal qui bataillait contre l’heure d’hiver, au nom du respect des traditions campagnardes et de la préservation des horloges normandes.

Il faut admettre que l’école n’est plus le lieu unique du savoir dispensé. L’autorité des maîtres est définitivement sapée par l’accès instantané aux informations numériques. Sur la Toile, rien ne serait mis en perspective, l’esprit de synthèse manquerait ? Possible, mais cela ne va pas durer. Internet en sera bientôt à hiérarchiser les contenus, tout en s’empressant de mettre aux enchères les mots-clés du programme de révision.

Le temps passé au sein de l’école est moins déterminant que la recrédibilisation des maîtres via l’abandon de l’argument d’autorité et la suppression des évaluations stigmatisantes.

La notation rend chèvre éducateurs, élèves et parents. Les profs pinaillent au demi-point pour reproduire l’existant social. Les élèves stressent de cette dramaturgie ou décrochent en ricanant. Les parents, même les plus coulants, se noient dans l’exigence chiffrée, engueulant le rejeton faillible ou retournant leur hargne contre l’arbitre, bêtement pointilleux ou mou du commentaire. Au final, la France organise une compétition permanente au sein d’une nouvelle génération qu’elle feint de destiner à l’excellence mais qu’elle consigne au chômage des jeunes, aux CDD reconductibles et à la précarité compensée par l’aumône familiale infantilisante.

Vincent Peillon et l’Education nationale s’honoreraient d’inventer un monde sans notes ni classements. Il est ridicule de vouloir adapter la formation initiale aux besoins économiques inconnus d’une société de l’après-travail et de la mutation permanente. Il est idiot de vouloir segmenter les talents, surmultiplier les efforts, valoriser les conformismes quand il faudrait penser le partage du travail, la société des loisirs et la notion de revenu d’existence. Il s’agit de transmettre un sens critique, un goût d’apprendre, un plaisir des jeux de l’esprit, une sensibilité artistique, une jubilation du corps exercé.

En supprimant les notes et les classements, Peillon et l’Education nationale lanceraient la rupture avec la pensée commune. Cela serait un délice au piment doux de troubler ainsi la digestion des puissances libérales autoritaires. Ils rompraient avec l’étude Pisa qui mesure et standardise les acquis cognitifs et avec le classement de Shanghai qui liste les universités, dans une tentative de mondialisation de la norme éducative et d’augmentation des droits d’inscription.

Ils rompraient aussi avec les agences de notation qui sadisent les Etats pour les mettre à l’amende et pour qu’ils bradent leurs services publics que rachètent à l’encan les établissements financiers sauvés par ces mêmes Etats.

Ils rompraient avec la Star Ac, Top Chef et les notes données aux footballeurs - mais au moins Ibra, Beckham et autres chanteurs et cuistots sont-ils des classés volontaires. Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra.

Voilà, voilà... C'est ici : http://www.liberation.fr/societe/2013/03/04/ecole-pour-en-finir-avec-les-notes_886219
Je suggère : "Supprimons les classes ! Et après ?" ou encore "Supprimons les élèves ! Et après ?"


Dernière édition par Employé oxymorique le Jeu 7 Mar 2013 - 17:36, édité 1 fois

_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.

Employé oxymorique
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Cath le Mer 6 Mar 2013 - 21:56

Pfff.
Je me retiens.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Lefteris le Mer 6 Mar 2013 - 21:58

@Employé oxymorique a écrit:
Ecole : pour en finir avec les notes !
Par Luc Le Vaillant

Il nous est venu une excellente idée pour faire voler en éclats le glacis de ce continent de plus en plus congelé dans ses conservatismes qu’est l’Education nationale. Notre recommandation à Vincent Peillon est simple : il faut qu’il supprime les notes… Cela devrait enfoncer plus encore le ministre de l’Education dans la panade où la réforme des rythmes scolaires l’a mis. Mais cela aurait une autre envergure, une autre gueule. Il se ferait enfin taper dessus pour une cause intéressante.

Car pourquoi se polariser sur ces quatre jours et demi ou sur la diminution des vacances d’été ? On a bien compris que les chronobiologistes et les pédagogues précautionneux voulaient que les temps d’apprentissage et les rythmes de repos alternent harmonieusement et que les enfants fassent dodo, l’enfant do, l’enfant dormira bientôt. De là à en faire l’alpha et l’oméga de l’école de demain, on est perplexe.

Il est vrai que Peillon s’est enferré dans cette histoire avec le soutien des syndicats qui l’ont lâché aussitôt que leurs troupes ont ravivé leurs corporatismes croquignolets.

Nos néo-hussards noirs de la démocratie sont pour les quatre jours et demi, mais pas question de travailler plus de quatre jours. Le sacro-saint intérêt de l’enfant a bon dos, qui n’est plus qu’un loup de carnaval masquant la légitime défense des acquis sociaux. On veut bien admettre que, dans l’élémentaire, les salaires moyens (2 000 euros mensuels net environ, instituteurs et professeurs des écoles mêlés) ont perdu en euros constants depuis une dizaine d’années. Mais quelle profession n’est pas logée à la même enseigne, garantie de l’emploi en moins ?

Le plus ennuyeux, c’est que Vincent Peillon remonte en cette matière horaire sur les vieux canassons chers à une Ségolène Royal qui bataillait contre l’heure d’hiver, au nom du respect des traditions campagnardes et de la préservation des horloges normandes.

Il faut admettre que l’école n’est plus le lieu unique du savoir dispensé. L’autorité des maîtres est définitivement sapée par l’accès instantané aux informations numériques. Sur la Toile, rien ne serait mis en perspective, l’esprit de synthèse manquerait ? Possible, mais cela ne va pas durer. Internet en sera bientôt à hiérarchiser les contenus, tout en s’empressant de mettre aux enchères les mots-clés du programme de révision.

Le temps passé au sein de l’école est moins déterminant que la recrédibilisation des maîtres via l’abandon de l’argument d’autorité et la suppression des évaluations stigmatisantes.

La notation rend chèvre éducateurs, élèves et parents. Les profs pinaillent au demi-point pour reproduire l’existant social. Les élèves stressent de cette dramaturgie ou décrochent en ricanant. Les parents, même les plus coulants, se noient dans l’exigence chiffrée, engueulant le rejeton faillible ou retournant leur hargne contre l’arbitre, bêtement pointilleux ou mou du commentaire. Au final, la France organise une compétition permanente au sein d’une nouvelle génération qu’elle feint de destiner à l’excellence mais qu’elle consigne au chômage des jeunes, aux CDD reconductibles et à la précarité compensée par l’aumône familiale infantilisante.

Vincent Peillon et l’Education nationale s’honoreraient d’inventer un monde sans notes ni classements. Il est ridicule de vouloir adapter la formation initiale aux besoins économiques inconnus d’une société de l’après-travail et de la mutation permanente. Il est idiot de vouloir segmenter les talents, surmultiplier les efforts, valoriser les conformismes quand il faudrait penser le partage du travail, la société des loisirs et la notion de revenu d’existence. Il s’agit de transmettre un sens critique, un goût d’apprendre, un plaisir des jeux de l’esprit, une sensibilité artistique, une jubilation du corps exercé.

En supprimant les notes et les classements, Peillon et l’Education nationale lanceraient la rupture avec la pensée commune. Cela serait un délice au piment doux de troubler ainsi la digestion des puissances libérales autoritaires. Ils rompraient avec l’étude Pisa qui mesure et standardise les acquis cognitifs et avec le classement de Shanghai qui liste les universités, dans une tentative de mondialisation de la norme éducative et d’augmentation des droits d’inscription.

Ils rompraient aussi avec les agences de notation qui sadisent les Etats pour les mettre à l’amende et pour qu’ils bradent leurs services publics que rachètent à l’encan les établissements financiers sauvés par ces mêmes Etats.

Ils rompraient avec la Star Ac, Top Chef et les notes données aux footballeurs - mais au moins Ibra, Beckham et autres chanteurs et cuistots sont-ils des classés volontaires. Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra.

Voilà, voilà...
Je suggère : "Supprimons les classes ! Et après ?" ou encore "Supprimons les élèves ! Et après ?"

Supprimer les classes, ça a déjà été "pensé"... Rolling Eyes Quant aux élèves, ils le sont d'eux -mêmes de moins en moins.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Ronub le Mer 6 Mar 2013 - 22:03

@Employé oxymorique a écrit:Ecole : pour en finir avec les notes !
Par Luc Le Vaillant

Ils rompraient avec la Star Ac, Top Chef et les notes données aux footballeurs - mais au moins Ibra, Beckham et autres chanteurs et cuistots sont-ils des classés volontaires. Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra.
Le problème soulevé ici, c'est que les notes ça plait au djeun's yesyes

Ronub
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par John le Mer 6 Mar 2013 - 22:05

Et si on supprimait Libération ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Marcassin le Mer 6 Mar 2013 - 22:08

Supprimons le prix Albert-Londres pour les journalistes !

Spoiler:
Ah non... Luc Le Vaillant l'a obtenu en 1998. Laughing

_________________
"Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser." (Condillac)
"Je ne cherche pas à innover, je cherche à être efficace." (Provence)

Marcassin
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par John le Mer 6 Mar 2013 - 22:12

On veut bien admettre que, dans l’élémentaire, les salaires moyens (2 000 euros mensuels net environ, instituteurs et professeurs des écoles mêlés) ont perdu en euros constants depuis une dizaine d’années. Mais quelle profession n’est pas logée à la même enseigne, garantie de l’emploi en moins ?
Et Libération, un journal soi-disant de gauche, publie ça furieux
S'il y a encore des profs qui sont abonnés à ce torchon, j'espère bien qu'ils vont s'en désabonner au plus vite

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Mona Lisa Klaxon le Mer 6 Mar 2013 - 22:15

Ou "supprimons les profs"...
Spoiler:
Ah, on me dit dans l'oreillette que ce serait presque fait vu le peu d'inscrits aux concours...

Mona Lisa Klaxon
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par phi le Mer 6 Mar 2013 - 22:17

J'ai cru presque jusqu'au bout que l'article était ironique Shocked Embarassed

phi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Invité-B le Mer 6 Mar 2013 - 22:25

Mais que ce journal est nul...

Invité-B
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Mestelle51 le Mer 6 Mar 2013 - 22:27

Marre de l'écho qu'ont les libertaires dans la presse. Ces gens représentent la minorité d'une minorité, mais ce sont leurs idées qui reviennent sans arrêts dans les médias.

Ni les parents ni les enseignants ne souhaitent la fin de la notation. Ce débat est futile. Déjà que le reproche principal fait à l'EN est qu'on ne prépare pas assez les élèves aux réalités du monde actuel, ce n'est pas pour virer vers le bisounoursisme intégral.

Mestelle51
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par doublecasquette le Mer 6 Mar 2013 - 22:28

J'espère que son salaire baisse régulièrement, à lui aussi... Supprimons l'avancement et les augmentations !

Allez hop ! Pensons au revenu d'existence et au partage du travail pour le monsieur qui souhaite tant réformer les vieilles habitudes des gens. Un article par trimestre dans La Gazette des Journalistes Partageurs, ça devrait suffire pour ses nouilles et sa baguette Lidl par semaine, non ?

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par thrasybule le Mer 6 Mar 2013 - 22:39

Voici ce qu'est devenu un ancien journal maoïste.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Olympias le Mer 6 Mar 2013 - 23:04

@John a écrit:
On veut bien admettre que, dans l’élémentaire, les salaires moyens (2 000 euros mensuels net environ, instituteurs et professeurs des écoles mêlés) ont perdu en euros constants depuis une dizaine d’années. Mais quelle profession n’est pas logée à la même enseigne, garantie de l’emploi en moins ?
Et Libération, un journal soi-disant de gauche, publie ça furieux
S'il y a encore des profs qui sont abonnés à ce torchon, j'espère bien qu'ils vont s'en désabonner au plus vite

Décidément, ça dégringole sévèrement Libé...journal apôtre de la bienpensance politiquement correcte...C'est fatigant de lire des articles commis par des gens qui prônent tout ça ; quand on pense que Demorand est normalien.
Mais voilà, on a maintenant des normaliens honteux...supprimer tout effort à l'école (sauf pour leurs enfants naturellement...), c'est ça qui est honteux.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Olympias le Mer 6 Mar 2013 - 23:05

Après les cochonnailles confondues avec le littérature...pourquoi s'étonner ??

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Roumégueur Ier le Mer 6 Mar 2013 - 23:11

@phi a écrit:J'ai cru presque jusqu'au bout que l'article était ironique Shocked Embarassed

Pareil, j'ai aussi cru à un titre ironique... mais non, en fait, après avoir donné une bonne tribune à Thomas Piketty qui a dénoncé le corporatisme des PE, après un édito de Demorand pitoyable sur le même thème, voici une nouvelle tribune baroque contre les notes. Je vais arrêter d'acheter ce torchon.

J'ai épinglé certaines attaques dans le dernier paragraphe de cet article de blog, la liste est longue : http://laroumegue.over-blog.com/


Dernière édition par Roumégueur Ier le Mer 6 Mar 2013 - 23:13, édité 1 fois

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par User5899 le Mer 6 Mar 2013 - 23:12

@John a écrit:Et si on supprimait Libération ?
@John a écrit:
On veut bien admettre que, dans l’élémentaire, les salaires moyens (2 000 euros mensuels net environ, instituteurs et professeurs des écoles mêlés) ont perdu en euros constants depuis une dizaine d’années. Mais quelle profession n’est pas logée à la même enseigne, garantie de l’emploi en moins ?
Et Libération, un journal soi-disant de gauche, publie ça furieux
S'il y a encore des profs qui sont abonnés à ce torchon, j'espère bien qu'ils vont s'en désabonner au plus vite
C'est fait depuis le 2/7. A la lecture de cet "article", je ne peux que relayer le conseil...

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Misson le Mer 6 Mar 2013 - 23:58

Pour vivre au milieu des collègues, je trouve la phrase suivante très juste :

Nos néo-hussards noirs de la démocratie sont pour les quatre jours et demi, mais pas question de travailler plus de quatre jours.

Et pour vivre dans notre belle société, cette phrase bien réaliste :
Au final, la France organise une compétition permanente au sein d’une nouvelle génération qu’elle feint de destiner à l’excellence mais qu’elle consigne au chômage des jeunes, aux CDD reconductibles et à la précarité compensée par l’aumône familiale infantilisante.

Poser la question de la notation et de l'évaluation est loin d'être inintéressant. Cela renvoie aux fins de l'apprentissage. L'école est-elle là pour sélectionner ou pour développer l'intelligence ou les deux à la fois ? A-t-on besoin de notes pour sélectionner, si c'est le but assigné à l'école, a-t-on besoin de notes pour développer l'intelligence et pour créer de la motivation chez les élèves ?

Je vous sens droits dans vos bottes sur le sujet, c'est regrettable, car le drame de l'EN est là, une profession divisée en tenants de systèmes opposés qui se méprisent mutuellement. On n'avancera jamais tant que le clan "républicain" ne discutera pas avec le clan "pédagogue". Il y a des cons et des carriéristes des deux côtés, mais aussi des gens intelligents et honnêtes.
Si vous ne connaissez pas Nico Hirtt, allez traîner sur son site de l'Aped.

Je suis effaré de voir comment chacun pense détenir une vérité intangible et du haut de cette certitude juge sans questionnement ceux qui pensent le contraire.
Il y a mille chemins pour apprendre, heureusement.

Misson
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Abraxas le Jeu 7 Mar 2013 - 2:08

@thrasybule a écrit:Voici ce qu'est devenu un ancien journal maoïste.

Quand je pense que j'ai défendu Libé, barre de fer à la main, contre des attaques de fachos divers et d'été, quand ils étaient logés rue Cristiani, à Barbès — et que j'y ai croisé Sartre…
Sic transit…
Ah, c'est pas beau de vieillir…

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Iphigénie le Jeu 7 Mar 2013 - 7:14

L'école est-elle là pour sélectionner ou pour développer l'intelligence ou les deux à la fois
Remarquez bien qu'elle peut ne faire ni l'un, ni l'autre... Rolling Eyes

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Roumégueur Ier le Jeu 7 Mar 2013 - 7:45

@Misson a écrit:Pour vivre au milieu des collègues, je trouve la phrase suivante très juste :

Nos néo-hussards noirs de la démocratie sont pour les quatre jours et demi, mais pas question de travailler plus de quatre jours.

Et pour vivre dans notre belle société, cette phrase bien réaliste :
Au final, la France organise une compétition permanente au sein d’une nouvelle génération qu’elle feint de destiner à l’excellence mais qu’elle consigne au chômage des jeunes, aux CDD reconductibles et à la précarité compensée par l’aumône familiale infantilisante.

Poser la question de la notation et de l'évaluation est loin d'être inintéressant. Cela renvoie aux fins de l'apprentissage. L'école est-elle là pour sélectionner ou pour développer l'intelligence ou les deux à la fois ? A-t-on besoin de notes pour sélectionner, si c'est le but assigné à l'école, a-t-on besoin de notes pour développer l'intelligence et pour créer de la motivation chez les élèves ?

Je vous sens droits dans vos bottes sur le sujet, c'est regrettable, car le drame de l'EN est là, une profession divisée en tenants de systèmes opposés qui se méprisent mutuellement. On n'avancera jamais tant que le clan "républicain" ne discutera pas avec le clan "pédagogue". Il y a des cons et des carriéristes des deux côtés, mais aussi des gens intelligents et honnêtes.
Si vous ne connaissez pas Nico Hirtt, allez traîner sur son site de l'Aped.

Je suis effaré de voir comment chacun pense détenir une vérité intangible et du haut de cette certitude juge sans questionnement ceux qui pensent le contraire.
Il y a mille chemins pour apprendre, heureusement.

La docimologie pose problème, personne n'est dupe. Mais les systèmes proposés à la place des notes sont pires que celui qui existe. Alors, faute de mieux, je préfère garder les notes, bien cibler mes critères de notation et tenter d'être le plus objectif possible. Ainsi je me sens à peu près droit dans mes bottes, mais je ne vais pas culpabiliser toute ma vie parce que personne n'a encore trouvé le système idéal d'évaluation, qui peut à la fois récompenser le travail fourni à bon escient, sanctionner ceux qui ne font pas les efforts, sans pour autant discriminer et faire souffrir... A priori vous avez trouvé cette solution, merci de la faire partager aux ignorants et sadiques que nous sommes...

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Roumégueur Ier le Jeu 7 Mar 2013 - 7:57

Par contre, j'aime bien cet article de Nico Hirtt sur la mystification de l'approche par compétences :
http://www.skolo.org/spip.php?article1099

"Dans le présent dossier nous entendons approfondir cette critique et montrer que :

derrière l’approche par compétences se cachent essentiellement des objectifs économiques liés à l’évolution du marché du travail ;
l’approche par compétences constitue bel et bien, quoi qu’en disent ses défenseurs, un abandon des savoirs ;
l’approche par compétences ne peut en aucune façon se réclamer du constructivisme pédagogique ; il se situe en réalité à l’opposé des pédagogies progressistes ;
loin de favoriser l’innovation pédagogique, l’approche par compétences enferme les pratiques enseignantes dans une bureaucratie routinière ;
l’approche par compétences est un élément de dérégulation qui renforce l’inégalité (sociale) du système éducatif"

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par Luigi_B le Jeu 7 Mar 2013 - 10:26

Merci pour le lien Roumégueur Ier. C'est exactement ce que font les moocs, d'ailleurs (approche par compétence + adéquation aux besoins des entreprises qui deviennent partenaires et définissent même les programmes à étudier + monétisation du "marché" éducatif).

Je reproduis ici ma critique du papier de Luc Le Vaillant.

Ecole : pour en finir avec les notes !
Par LUC LE VAILLANT
Encore un article contre les enseignants et l'école sorti d'on ne sait où... Luc Le Vaillant, promo 1984 de l'école du journalisme, n'est pas particulièrement habitué aux questions de l'école puisqu'il fait les portraits d'inconnus dans "Libération depuis quinze ans. Alors, ressentiment personnel lié à sa propre expérience ou simple provocation gratuite : comment expliquer le papier fielleux de ce "dandy libertaire" ? scratch

Rappelons qu'en moins d'un mois les enseignants ont fais les frais des éditoriaux cinglants du "Monde" et de "Libération". Râler contre un gouvernement de droite, c'est bien, c'est même légitime, mais contre un gouvernement de gauche, c'est intolérable...

Il nous est venu une excellente idée pour faire voler en éclats le glacis de ce continent de plus en plus congelé dans ses conservatismes qu’est l’Education nationale.
Faire "voler en éclat", tout casser, quel beau projet pour l'école.

Au fait qui est ce "nous" qui a des idées si excellentes qu'elle existent depuis longtemps dans l'esprit de nos amis pédagogistes et qu'elles sont même déjà appliquées dans beaucoup d'école ?

Notre recommandation à Vincent Peillon est simple : il faut qu’il supprime les notes… Cela devrait enfoncer plus encore le ministre de l’Education dans la panade où la réforme des rythmes scolaires l’a mis. Mais cela aurait une autre envergure, une autre gueule. Il se ferait enfin taper dessus pour une cause intéressante.
En quoi serait-elle intéressante puisque "après, on verra" ?

Car pourquoi se polariser sur ces quatre jours et demi ou sur la diminution des vacances d’été ? On a bien compris que les chronobiologistes et les pédagogues précautionneux voulaient que les temps d’apprentissage et les rythmes de repos alternent harmonieusement et que les enfants fassent dodo, l’enfant do, l’enfant dormira bientôt. De là à en faire l’alpha et l’oméga de l’école de demain, on est perplexe.
Il faudrait poser la question à Nicolas Demorand.

Il est vrai que Peillon s’est enferré dans cette histoire avec le soutien des syndicats qui l’ont lâché aussitôt que leurs troupes ont ravivé leurs corporatismes croquignolets.
Première erreur journalistique : les syndicats ont désapprouvé cette réforme absurde, et une majorité écrasante, bien avant la mobilisation sur le terrain, le 8 janvier 2013.

Nos néo-hussards noirs de la démocratie sont pour les quatre jours et demi, mais pas question de travailler plus de quatre jours.
Heu non... de travailler plus de quatre jours dans les conditions ubuesques proposées par le Ministre, supposément dans l'intérêt de l'enfant.

Le sacro-saint intérêt de l’enfant a bon dos, qui n’est plus qu’un loup de carnaval masquant la légitime défense des acquis sociaux.
En l'occurrence les deux se superposent. Parent d'élève moi-même, j'aimerais bien savoir où est l'intérêt de l'enfant dans la réforme imposée. furieux

On veut bien admettre que, dans l’élémentaire, les salaires moyens (2 000 euros mensuels net environ, instituteurs et professeurs des écoles mêlés) ont perdu en euros constants depuis une dizaine d’années.
Rappelons que ces lignes sont écrites dans un journal de gauche.

"ont perdu en euros constants" : quel bel euphémisme pour désigner la paupérisation des enseignants depuis en réalité beaucoup plus que dix ans ! Pour être exact : "Entre 2000 et 2010, les salaires de base des enseignants français en milieu de carrière ont ainsi diminué d’environ 8 % en prix constants" (source). Et depuis 2010 l'indice de la fonction publique est gelé...

Au fait, pourquoi choisir dix ans ? Parce que ça correspond au règne de la droite ?

Mais quelle profession n’est pas logée à la même enseigne, garantie de l’emploi en moins ?
Le SMIC a augmenté de 4% en euros constants entre 2000 et 2013 (de 1083€ à 1430€). Deuxième erreur journalistique factuelle.

Le plus ennuyeux, c’est que Vincent Peillon remonte en cette matière horaire sur les vieux canassons chers à une Ségolène Royal qui bataillait contre l’heure d’hiver, au nom du respect des traditions campagnardes et de la préservation des horloges normandes.
scratch

Il faut admettre que l’école n’est plus le lieu unique du savoir dispensé.
Attention, digression hasardeuse...

L’autorité des maîtres est définitivement sapée par l’accès instantané aux informations numériques.
Ben voyons, "je google donc je sais" ! On voit comme ce discours d'une touchante naïveté s'insinue partout, enfin partout ailleurs que dans l'enseignement.

Sur la Toile, rien ne serait mis en perspective, l’esprit de synthèse manquerait ?
Quels conditionnels intéressants ! santa

Possible, mais cela ne va pas durer.
Un bon journaliste juge avec pertinence le présent mais aussi le futur. professeur

Internet en sera bientôt à hiérarchiser les contenus, tout en s’empressant de mettre aux enchères les mots-clés du programme de révision.
L'école sera sauvée ! cheers

Le temps passé au sein de l’école est moins déterminant que la recrédibilisation des maîtres...
Encore un journaliste qui confond "crédibilité" et "crédit". Avec ce présupposé merveilleux que l'école ne sert donc à rien puisque tout est sur Internet.

... via l’abandon de l’argument d’autorité...
Eh oui, la présomption de compétence de l'élève, comme dirait Michel Serres ! professeur

... et la suppression des évaluations stigmatisantes.
Ah... Le traumatisme des évaluations...

Mais au fait pourquoi seraient-elles "stigmatisantes" si l'enfant a conscience de sa supériorité sur l'adulte grâce à Internet ?

La notation rend chèvre éducateurs, élèves et parents.
Pas particulièrement. Ce serait plutôt l'échec scolaire dont elle est le symptôme.

Les profs pinaillent au demi-point pour reproduire l’existant social.
Allez, une petite couche de bourdieusisme mal digéré. Car les professeurs sont les serviteurs de la classe sociale dominante : c'est là qu'est la véritable vocation enseignante ! calimero

Les élèves stressent de cette dramaturgie ou décrochent en ricanant.
Car la note ne veut strictement rien dire, c'est bien connu.

Les parents, même les plus coulants, se noient dans l’exigence chiffrée, engueulant le rejeton faillible ou retournant leur hargne contre l’arbitre, bêtement pointilleux ou mou du commentaire.
Un vrai drame pour la France. Heureusement que M. Le Vaillant a compris où se situait les vrais problèmes.

Au final...
sorciere2 (mes élèves comprendront)

... la France organise une compétition permanente au sein d’une nouvelle génération qu’elle feint de destiner à l’excellence
Plutôt l'école des fans, en vérité. Quand 77,5% d'une génération obtient le bac, on se demande bien où est la compétition, en l'occurrence... scratch

... mais qu’elle consigne au chômage des jeunes, aux CDD reconductibles et à la précarité compensée par l’aumône familiale infantilisante.
Et tout ça, c'est la faute de l'école, bien sûr.

Vincent Peillon et l’Education nationale s’honoreraient d’inventer un monde sans notes ni classements.
Rien que ça ! idee

Il est ridicule de vouloir adapter la formation initiale aux besoins économiques inconnus d’une société de l’après-travail et de la mutation permanente.
Il faudrait donc renoncer à la "stratégie globale pour le numérique". Twisted Evil

Et depuis quand la "formation initiale" a-t-elle vocation à être adaptée aux "besoins économiques" ? scratch

Il est idiot de vouloir segmenter les talents...
Sens ? scratch

...surmultiplier les efforts, valoriser les conformismes quand il faudrait penser le partage du travail, la société des loisirs et la notion de revenu d’existence.
Ben voyons, quelle bonne idée de changer le monde comme ça : la "société du loisir" et le "revenu d'existence". On se demande bien pourquoi personne n'y avait songé avant.

Il s’agit de transmettre un sens critique, un goût d’apprendre...
Avec la facilité d'Internet, c'est gagné d'avance.

... un plaisir des jeux de l’esprit...
Le plaisir de l'apprentissage provient de la difficulté vaincue par l'effort et le travail.

... une sensibilité artistique, une jubilation du corps exercé.
Quel sens de la formule ! professeur

En supprimant les notes et les classements, Peillon et l’Education nationale lanceraient la rupture avec la pensée commune. Cela serait un délice au piment doux de troubler ainsi la digestion des puissances libérales autoritaires. Ils rompraient avec l’étude Pisa qui mesure et standardise les acquis cognitifs et avec le classement de Shanghai qui liste les universités, dans une tentative de mondialisation de la norme éducative et d’augmentation des droits d’inscription.
Allez on mélange tout gaiement...

Et je propose qu'on fixe par décret le nombre de lecteurs de "Libération" et qu'on tire au sort les médecins et les mécaniciens. Finissons-en avec toutes ces "normes éducatives" idiotes !

Ils rompraient aussi avec les agences de notation qui sadisent les Etats pour les mettre à l’amende et pour qu’ils bradent leurs services publics que rachètent à l’encan les établissements financiers sauvés par ces mêmes Etats.
Agences de notation et enseignants, même combat bien sûr.

La notation sadique, encore un sympathique jugement de valeur des enseignants, après "conservatisme" et "corporatisme".

Ils rompraient avec la Star Ac, Top Chef et les notes données aux footballeurs - mais au moins Ibra, Beckham et autres chanteurs et cuistots sont-ils des classés volontaires.
Allons plus loin : au nom de quoi Luc Le Vaillant, journaliste star de "Libé", dispose-t-il d'un travail privilégié, mieux rémunéré que la moyenne des français ?

Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra.
Quel jean-foutisme courageux et libertaire !

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par harry james le Jeu 7 Mar 2013 - 12:30

Je commence aussi sérieusement à fatiguer.
D'accord : supprimons les notes, évaluons par compétences, travaillons 35h dans l'établissement, abandonnons nos dernières exigences d'effort et de travail....
Après tout, c'est dans l'intérêt de l'enfant non?
Finalement, je m'en cogne de l'honnêteté, des principes, de la compétence professionnelle, de la culture.... Allons-y et puis....on verra.
Après tout, mes gosses s'en sortiront, comme ils disent, quel que soit le système éducatif, alors pourquoi me battrais-je pour les autres?
Allons-y !
La pointeuse à l'entrée des bahuts et des corrections plus simples parce que des tâches complexes.
Et si cela s'avère vraiment trop difficile moralement, il me restera la reconversion, les concours divers et variés....

Harry-plus-du-tout.

_________________
Merdre lachez tout! Partez sur les routes!


Out of sorrow entire worlds have been built
Out of longing great wonders have been willed
[...]
Outside my window, the world has gone to war
Are you the one that I've been waiting for?

harry james
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Supprimons les notes ! Et après ? Après, on verra" dans Libé.

Message par stanleymilgram le Jeu 7 Mar 2013 - 12:39

Toutes ces attaques , ce dénigrement constant , je les vis comme du harcèlement...

stanleymilgram
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum