L'appel de Bobigny concerne aussi le secondaire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'appel de Bobigny concerne aussi le secondaire !

Message par Duplay le Mar 3 Déc - 20:56


En relisant l'Appel de Bobigny, qui constitue la feuille de route suivie scrupuleusement par le ministre pour sa réforme du premier degré, mon attention a été attirée par certains passages qui concernent également le second degré, que ce soit de manière générale au même titre que le premier degré, ou de manière plus spécifique. Pour ceux que ça intéresse, en voici quelques morceaux choisis :



(…) nous appelons à la mobilisation de tous autour de l’éducation et de la formation, dès la petite enfance et tout au long de la vie.

Nous voulons et nous pouvons nous appuyer, pour le transformer, sur le service public laïque d’éducation de la maternelle à l’enseignement supérieur et sur ses personnels (…)

Nous pouvons nous appuyer sur des communes, des départements et des régions assumant la priorité à l’éducation et engagés dans des démarches de “territoires apprenants” ou de “villes éducatrices” (…)

Le 21e siècle sera celui de la combinaison de l’éducation formelle, informelle et non formelle.
heu scratch 


Le 21e siècle sera celui du développement durable et nous affirmons l’urgence de la mise en œuvre d’une éducation à l’environnement et au développement durable accessible à tous, permettant de s’impliquer dans la vie de son territoire et qui donne les moyens de prendre des initiatives et d’agir avec les autres.

Tout projet national pour l’éducation et la jeunesse devra intégrer ces données en partie nouvelles.

Définir un projet éducatif global ambitieux pour l’enfance et la jeunesse sur tous les temps et les espaces éducatifs et sociaux articulant éducation formelle, informelle et non formelle (…)

Mobiliser avec ce projet éducatif global toutes les ressources éducatives des territoires et de l’école, à travers l’articulation des objectifs nationaux avec les projets éducatifs des établissements d’enseignement et des institutions culturelles publiques, et ceux des territoires.
Pour le collège, entre autres :


Cela exige ensuite que l’école primaire et le collège permettent à chaque jeune de disposer à la fin du collège des éléments indispensables pour pouvoir choisir et construire son avenir et la poursuite de sa formation. En effet, le collège n’est pas une fin en soi. Et une place plus importante devra notamment être accordée à l’éducation artistique, l’éducation physique et sportive, l’éducation à la citoyenneté, l’enseignement des
langues et la maîtrise des outils informatiques et de communication et de leurs usages, qui contribuent à la réussite et l’épanouissement de tous les enfants et qui constituent une part importante de la culture des jeunes. Pour cela, le travail en équipe, des formations initiale et continue rénovées pour tous les professionnels de l’école et en particulier les enseignants, la construction de projets éducatifs globaux sur tous les temps et espaces éducatifs de l’enfant, le respect de ses rythmes de vie et d’apprentissage sont indispensables.
Pour les lycées :


Cela exige d’abord la démocratisation du lycée après la massification des trente dernières années. Cela exige la refondation du lycée avec la diversification des durées et formes des séquences et la mise en cohérence, le rééquilibrage de toutes les disciplines, un véritable dispositif d’aide et d’accompagnement individualisés pour prévenir l’échec et éclairer les choix de l’orientation, l’adaptation des locaux et des espaces, tant au travail en groupes et en ateliers qu’au travail personnel. Cela exige le respect des rythmes de vie et d’apprentissage des jeunes et d’une véritable pause méridienne. Cela exige le refus d’une hiérarchie des filières et des savoirs et une revalorisation des enseignements technologiques et professionnels, ainsi que des passerelles garanties entre les filières. Cela suppose aussi d’ouvrir chaque lycée sur son territoire et d’en faire en dehors des horaires scolaires une maison de la culture et de l’éducation informelle et non formelle. Cela pose enfin la question de l’allongement et de la diversification après 16 ans de la scolarité obligatoire comme obligation de moyens de l’État et comme formalisation des objectifs de 80% au bac et 0% de sortie sans qualification reconnue.
Rappelons que l'appel de Bobigny a été signé, entre autres, par :

CFDT, FCPE, FSU, SGEN-CFDT, Fédération UNSA-Education,, Ligue de l’enseignement, Réseau Français des Villes Educatrices, SE UNSA,, SNUipp, UNSA, CRAP, CGT, Fep-CFDT, GFEN, ICEM, UNSA éducation, SNEP, SNES, UNEF...

http://www.fsu.fr/Appel-de-Bobigny-Vers-un-grand.html

Duplay
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum