Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par User5899 le Sam 22 Fév 2014 - 15:03
Un étudiant qui ne veutplus devenir professeur a écrit:les élèves d’Henri-IV et Louis-le-Grand perfectionneront encore leur latin dans quinze ans alors que « les pauvres de banlieue » seront réduits à organiser des « itinéraires de découverte » sur le « vivre-ensemble » et la sécurité routière.
Pourquoi ce futur ? Suspect
Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.


Dernière édition par Cripure le Sam 22 Fév 2014 - 15:07, édité 1 fois
User17706
Enchanteur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par User17706 le Sam 22 Fév 2014 - 15:06
Le libéralisme est difficilement dissociable d'un certain concept d'égalité. Il est vrai que ce qu'on nomme couramment «égalitarisme» relève d'un autre concept de l'égalité.

@Cripure: la même chose m'embête. Cela dit, d'une part je crois volontiers que l'auteur de cette lettre n'est pas nécessairement ce qu'il dit être, d'autre part la fuite des non-fâcheux, probablement déjà bien amorcée, n'est pas un phénomène qu'un appel au civisme suffira à endiguer.

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
avatar
Al
Expert spécialisé

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Al le Sam 22 Fév 2014 - 15:30
Sur l'émission, ça me fait marrer de les entendre se battre sur l'efficacité de leur cours magistral... en terminale dans un bon lycée privé et en fac  lol! c'est sûr, c'est représentatif des conditions de travail de tous les profs  Laughing et l'autre qui déduit que LE cours magistral en général est à jeter parce que ses L1 ont pas été f... de prendre ce qu'il disait en notes...  Rolling Eyes

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Lefteris le Sam 22 Fév 2014 - 16:00
Cripure a écrit:
Un étudiant qui ne veutplus devenir professeur a écrit:les élèves d’Henri-IV et Louis-le-Grand perfectionneront encore leur latin dans quinze ans alors que « les pauvres de banlieue » seront réduits à organiser des « itinéraires de découverte » sur le « vivre-ensemble » et la sécurité routière.
Pourquoi ce futur ? Suspect
Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
C'est vrai, mais quelqu'un qui a encore le choix doit-il gâcher sa vie ?  C'est aux gens en place, prisonniers du système de toute manière, de s'exprimer, de lutter à leur modeste niveau ,  pour retarder la chute, qui paraît inéluctable cependant, et voulue.


Dernière édition par Lefteris le Sam 22 Fév 2014 - 16:10, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Gryphe
Médiateur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Gryphe le Sam 22 Fév 2014 - 16:08
Cripure a écrit:Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
Même avis.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Lefteris le Sam 22 Fév 2014 - 16:25
@Gryphe a écrit:
Cripure a écrit:Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
Même avis.
Enfin ce jeune homme, ou toute personne pouvant lui ressembler, ne démissionne pas, il évite tout simplement un métier dénaturé, qui n'est pas celui qu'il aurait choisi s'il en avait eu la possibilité. Personne ne peut le lui reprocher.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
nuages
Doyen

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par nuages le Sam 22 Fév 2014 - 16:34
http://www.causeur.fr/vincent-peillon-ecole-lettre-ouverte,26331
je souhaite devenir enseignant par amour des lettres, de la littérature, de notre langue et de la culture en général. [/quote]

Quel candide!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par User5899 le Sam 22 Fév 2014 - 16:59
@Lefteris a écrit:
@Gryphe a écrit:
Cripure a écrit:Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
Même avis.
Enfin ce jeune homme, ou toute personne pouvant lui ressembler, ne démissionne pas, il évite tout simplement un métier  dénaturé, qui n'est pas celui qu'il aurait choisi s'il en avait eu la possibilité. Personne ne peut le lui reprocher.
On a besoin de lui, ne serait-ce que parce que nous sommes quelques uns qui vieillissons et ne serons pas toujours là.
User17706
Enchanteur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par User17706 le Sam 22 Fév 2014 - 17:01
Il faudrait songer à monter en grade, alors, si «Demi-Dieu» ne garantit pas ça Razz

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par User5899 le Sam 22 Fév 2014 - 17:07
PauvreYorick a écrit:Il faudrait songer à monter en grade, alors, si «Demi-Dieu» ne garantit pas ça Razz
Il faudrait surtout songer à rétrograder si "demi-dieu" le garantit Razz
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Lefteris le Sam 22 Fév 2014 - 17:20
Cripure a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Gryphe a écrit:
Même avis.
Enfin ce jeune homme, ou toute personne pouvant lui ressembler, ne démissionne pas, il évite tout simplement un métier  dénaturé, qui n'est pas celui qu'il aurait choisi s'il en avait eu la possibilité. Personne ne peut le lui reprocher.
On a besoin de lui, ne serait-ce que parce que nous sommes quelques uns qui vieillissons et ne serons pas toujours là.
Oui, mais il en prend pour 40 ans , à faire des projets transversaux et citoyens parsemés d'activités ludiques auto-constructrices de savoirs. Ca fait long, faut le comprendre...  Rolling Eyes 

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
egomet
Grand sage

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par egomet le Sam 22 Fév 2014 - 17:44
PauvreYorick a écrit:Le libéralisme est difficilement dissociable d'un certain concept d'égalité. Il est vrai que ce qu'on nomme couramment «égalitarisme» relève d'un autre concept de l'égalité.


Précisément.
Reconnaître aux autres toutes les libertés que je revendique pour moi-même, mais pas chercher à corriger les inégalités constatées par des mesures coercitives. Pour faire simple, Le libéralisme rejette toute mesure de discrimination, même positive. Il demande l'égalité sous sa seule définition juridique, en considérant que les inégalités de richesse relèvent essentiellement de la responsabilité individuelle, pour autant qu'un minimum de règles d'équités aient été respectées au moment de la constitution du capital (ni fraude, ni violence, ni privilèges de naissance de type Ancien Régime).
La politique de Peillon est égalitariste, mais certainement pas libérale.

Si on ne définit pas, on arrive à n'importe quoi. Après tout, même les pires tyrans se prétendent défenseurs de la liberté et de l'égalité. Le système soviétique prétendait défendre la liberté des ouvriers contre l'aliénation capitaliste. Même les fascistes défendent la liberté... du peuple pris comme un tout, par rapport aux autres peuples, et ils méprisent la liberté individuelle. Même les systèmes racistes peuvent s'appuyer sur une certaine notion d'égalité, au sein de la race des seigneurs. C'est fort malhonnête évidemment, mais c'est la vision du Sud des États-Unis avant la guerre civile ou d'Athènes au cinquième siècle, ce brillant modèle de démocratie.
En politique on tord les concepts jusqu'à l'absurde, et la vérité est la première des pertes.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
the educator
Fidèle du forum

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par the educator le Mer 26 Fév 2014 - 10:34
Pourquoi ce futur ? Suspect
Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
On peut aussi œuvrer pour "un monde meilleur" ailleurs que dans l'éducation nationale, hein, rompre le combat, c'est loin d'être un aveu d'échec si on pense en terme de guérilla. Ah, c'est sur, c'est un peu plus rock n roll que "je suis passionné par la littérature, donnez moi une place", mais les possibles peuvent se réaliser dans les replis de la carte. jsuis new age, un peu, là, mais je le pense vraiment, plutôt que de perdre une énergie vite dissipée par l'inertie du mammouth (tm), autant tourner le dos et passer à l'action ailleurs. Résister, c'est créer?
avatar
Dwarf
Grand Maître

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Dwarf le Mer 26 Fév 2014 - 11:25
@the educator a écrit:
Pourquoi ce futur ? Suspect
Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
On peut aussi œuvrer pour "un monde meilleur" ailleurs que dans l'éducation nationale, hein, rompre le combat, c'est loin d'être un aveu d'échec si on pense en terme de guérilla. Ah, c'est sur, c'est un peu plus rock n roll que "je suis passionné par la littérature, donnez moi une place", mais les possibles peuvent se réaliser dans les replis de la carte. jsuis new age, un peu, là, mais je le pense vraiment, plutôt que de perdre une énergie vite dissipée par l'inertie du mammouth (tm), autant tourner le dos et passer à l'action ailleurs. Résister, c'est créer?
Raison pour laquelle je resterai au sein de cette institution tant que je ne serai pas concrètement empêché de pouvoir effectuer cette résistance, tant qu'on ne m'aura pas privé de la possibilité d'y créer, comme tu le dis.

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
the educator
Fidèle du forum

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par the educator le Mer 26 Fév 2014 - 19:49
Voilà, c'est important de se sentir utile, et capable d'agir. Dans le job de prof, ou ailleurs. Mais il ne faut pas, pour moi, aller se planter dans le mur par plaisir.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Lefteris le Mer 26 Fév 2014 - 21:50
@Dwarf a écrit:
@the educator a écrit:
Pourquoi ce futur ? Suspect
Ce qui m'embête avec la démission, comme avec la politique de la chaise vide, c'est qu'on laisse les fâcheux pérorer en paix.
On peut aussi œuvrer pour "un monde meilleur" ailleurs que dans l'éducation nationale, hein, rompre le combat, c'est loin d'être un aveu d'échec si on pense en terme de guérilla. Ah, c'est sur, c'est un peu plus rock n roll que "je suis passionné par la littérature, donnez moi une place", mais les possibles peuvent se réaliser dans les replis de la carte. jsuis new age, un peu, là, mais je le pense vraiment, plutôt que de perdre une énergie vite dissipée par l'inertie du mammouth (tm), autant tourner le dos et passer à l'action ailleurs. Résister, c'est créer?
Raison pour laquelle je resterai au sein de cette institution tant que je ne serai pas concrètement empêché de pouvoir effectuer cette résistance, tant qu'on ne m'aura pas privé de la possibilité d'y créer, comme tu le dis.
Pour l'instant, nous le pouvons, surtout ceux qui ont une certaine ancienneté.Mais la pression que subissent les jeunes me paraît considérable, si j'en juge par ce que j'observe de près (stagiaires, ESPE...) . D'où le désespoir de beaucoup - visible sur ce forum - et les démissions.
La suite est prévisible : on sera bientôt obligé de prendre tout ce qui se présentera pour être enseignant, ceux qui n'auront vraiment rien pu faire d'autre après avoir tout tenté (qui va de projet délibéré s'engager 5 ou 6 ans pour toucher un traitement d'agent de constatation des douanes ou de surveillant pénitentiaire ? ), et la pression sera intense sur ces gens qui seront là faute de choix...J'aimerais me tromper, mais le constat quotidien et les menaces sans cesse agitées (35 heures, fin du statut, vacances rognées, aucun espoiur de remise à niveau du traitement...) vont hélas dans le sens de cette vision .

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
the educator
Fidèle du forum

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par the educator le Mer 26 Fév 2014 - 22:09
La suite est prévisible : on sera bientôt obligé de prendre tout ce qui se présentera pour être enseignant
si tu savais...
avatar
stanleymilgram
Niveau 10

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par stanleymilgram le Ven 7 Mar 2014 - 8:44
Peillon sur C+ (Hier soir au grand journal)
Je vous laisse reconstituer: "enseignants/pas pour l'argent/vocation"
avatar
Dwarf
Grand Maître

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Dwarf le Ven 7 Mar 2014 - 19:25
@stanleymilgram a écrit:Peillon sur C+ (Hier soir au grand journal)
Je vous laisse reconstituer: "enseignants/pas pour l'argent/vocation"
Dommage, vocation ET argent, nous ne dirions pas non...  Rolling Eyes 

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Lefteris le Ven 7 Mar 2014 - 19:46
@stanleymilgram a écrit:Peillon sur C+ (Hier soir au grand journal)
Je vous laisse reconstituer: "enseignants/pas pour l'argent/vocation"
Il faudrait quand même qu'il voie -et les journalistes qui le gobent-  le quotidien de la plupart des enseignants et qu'il entende sous les sceau de l'anonymat que la vocation ne meut plus grand monde, que les plus motivés sont  même les plus déçus, et que pour ne pas être déçus la plupart se détournent.  Pour avoir la vocation face à certaines classes ou élèves, c'est une vocation de martyre qu'il faudrait avoir, ou alors de surveillant de zoo. Very Happy 
Ah oui !  il ne sait pas que les enseignants paient aussi dans les commerces ,  chez les bailleurs...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Olympias
Prophète

Re: Lettre ouverte d'un étudiant de lettres à Vincent Peillon dans Causeur : "Pourquoi je ne souhaite plus devenir enseignant".

par Olympias le Ven 7 Mar 2014 - 19:48
Et après on se demande pourquoi sa cote de popularité est faible... Twisted Evil 
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum