Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par Provence le Lun 23 Mar 2015 - 21:22

@V.Marchais a écrit:En cours, sans hésitation.
La question en suspens, pour moi, c'est le reste. Peut-il encore exister un TDL dans un cadre aussi inepte ? Bon, c'est pas le lieu pour en parler. Je voulais juste dire que je suis obligée de me poser la question d'une possibilité de s'emparer intelligemment d'un merdier pareil. À l'envers, peut-être ?

Je comprends. Réfléchir à une nouvelle paire de chaussures de course quand on nous impose de courir les deux jambes liées ensemble, ce n'est guère utile ni engageant. Après, il y aura toujours des collègues pour faire semblant de s'attacher les jambes...

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par henriette le Mar 24 Mar 2015 - 0:00

@Provence a écrit:
Cripure a écrit:
@Li-Li a écrit: Je vois bien Médée dans "Vivre ensemble" Smile
Laughing

Une thématique "Bonheurs familiaux, bonheurs du foyer" lol!

Vous parvenez à me faire rire alors que j'ai surtout envie de pleurer.
Provence : fleurs2

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par MUTIS le Mar 24 Mar 2015 - 5:29

@V.Marchais a écrit:En cours, sans hésitation.
La question en suspens, pour moi, c'est le reste. Peut-il encore exister un TDL dans un cadre aussi inepte ? Bon, c'est pas le lieu pour en parler. Je voulais juste dire que je suis obligée de me poser la question d'une possibilité de s'emparer intelligemment d'un merdier pareil. À l'envers, peut-être ?

Il serait peut-être judicieux alors de proposer un anti-manuel qui offre une présentation complètement différente. Un anti-manuel conçu comme une sorte de viatique pour les collégiens... Un peu à la manière de l'anti-manuel de philosophie d'Onfray. Mais évidemment, ce ne serait pas un manuel scolaire.
Ceci dit, je me demande s'ils ne souhaitent pas au Miniistère, avec ce genre de programme, voir disparaître les manuels et proposer une base simpliste et numérisée... Vous voyez d'ici les économies...
Cela suppose deux préalables :
1° que les établissements soient équipés (on progresse de ce côté-là)
2° que l'on démontre que les manuels (qui posent des questions et proposent des exercices sur les textes) ne servent à rien. C'est en cours avec les nouvelles formations proposées ! Twisted Evil


Dernière édition par MUTIS le Mar 24 Mar 2015 - 15:06, édité 1 fois

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par nlm76 le Mar 24 Mar 2015 - 9:55

Cripure a écrit:Puisqu'on cite Monsieur LAUDET, autant le lire un peu, non ?
Voici le début. Les grands lecteurs que j'ai face à moi sauront exploiter la suite...

Oui, finalement, il mérite d'être lu, ce texte. Vraiment lu Laughing

En effet. S'il comporte beaucoup de propos justes et de bon sens, et que sa tonalité générale est assez roborative, il n'est en aucune façon pour moi parole d'évangile : trop souvent bavard, en particulier quand il se pique de psychanalyse ou de Ricœur.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 24 Mar 2015 - 10:09

F. Lemoine a écrit:A l'envers ?

J'imagine un TDL très 2016 en apparence, mais qui quand on le retourne nous révèle un autre manuel autrement intéressant. :p

Sylvain de Saint-Sylvain
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par doctor who le Mer 25 Mar 2015 - 16:58

Pour les fans, le compte twitter de Patrick Laudet .
Inactif, mais on peut le réveiller, non ?

https://twitter.com/patricklaudet

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par Berlingot le Mer 25 Mar 2015 - 22:31

Merci pour ces échanges vraiment enrichissants...Je suis inspectée mercredi et une formatrice de l’IUFM m’avait autrefois reproché (ce qui me paraissait pourtant inconciliable) de faire trop participer les élèves ET d’être trop dans une démarche « magistrale ». J’avais tendu l’oreille, enregistré, dit « Oui, madame » et avais continué mon petit bonhomme de chemin. On m’a conseillé de préparer une séance de lecture analytique pour cette inspection. J’ai pu revoir le déroulement de mon cours à la lumière de quelques témoignages faits ici (et j’ai énormément apprécié les longues remarques d’un certain nombre, notamment Mutis, Véronique et Lemoine).

Berlingot
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par User5899 le Mer 25 Mar 2015 - 23:06

@nlm76 a écrit:
Cripure a écrit:Puisqu'on cite Monsieur LAUDET, autant le lire un peu, non ?
Voici le début. Les grands lecteurs que j'ai face à moi sauront exploiter la suite...

Oui, finalement, il mérite d'être lu, ce texte. Vraiment lu Laughing

En effet. S'il comporte beaucoup de propos justes et de bon sens, et que sa tonalité générale est assez roborative, il n'est en aucune façon pour moi parole d'évangile : trop souvent bavard, en particulier quand il se pique de psychanalyse ou de Ricœur.
C'est précisément là qu'il me semble intéressant et, surtout, en pleine phase avec l'enseignement des lettres. Mais bon, il existe plusieurs chemins pour atteindre la maison du seigneur...

L'idée d'un anti-manuel n'est pas neuve et on a déjà eu un très bon livre de ce genre, celui de Claude Duneton, avec de savoureux passages sur les questionnaires préalables et leurs dégâts. Ca date d'il y a trente ans

http://livre.fnac.com/a107554/Claude-Duneton-Anti-manuel-de-francais

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par Sylvain de Saint-Sylvain le Mer 25 Mar 2015 - 23:16

Voilà bien le livre qu'il me faut depuis longtemps ! Merci pour la référence. Smile

Sylvain de Saint-Sylvain
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par angelusia le Mer 25 Mar 2015 - 23:33

Berlingot,

J'ai participé à une formation sur la lecture analytique lundi. C'était vraiment bien, enrichissant. Je suis repartie avec plein d'idées, mais ma tutrice me conseille de la jouer plutôt "classique" pour une inspection (moi je vais être inspectée mardi prochain).
Donc fais comme à ton habitude, écoute tes habitudes. Si tu changes ta manière de faire, tes élèves le verront, et l'inspecteur aussi. Fais-toi confiance.

Pour répondre à ta question, ça dépend de ton niveau, du texte que tu as choisi... Mais tu peux entrer dans un texte par l'image, ou par l'écriture... A toi de voir.

L'expérience me manquant, j'ai toujours eu un formateur en face de moi me disant "vous auriez pu faire ça" etc. et je me suis dit 'mais oui ! et l'idée est bonne ! pourquoi je ne l'ai pas eue ?'. Parce que c'est le début voilà tout.

Bon courage à toi !

angelusia
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par MUTIS le Jeu 26 Mar 2015 - 7:05

Cripure a écrit:

L'idée d'un anti-manuel n'est pas neuve et on a déjà eu un très bon livre de ce genre, celui de Claude Duneton, avec de savoureux passages sur les questionnaires préalables et leurs dégâts. Ca date d'il y a trente ans

Il y aurait donc eu des livres depuis ma Bible en 1965 (Nouvelle Critique ou Nouvelle Imposture, Picard) et personne ne m'aurait rien dit ! Je me renseigne ! Suspect heu

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par MUTIS le Jeu 26 Mar 2015 - 7:08

@angelusia a écrit:

J'ai participé à une formation sur la lecture analytique lundi.

C'est fou comme ces formations se multiplient ces derniers temps... juste avant la parution des nouveaux programmes. Evidemment, ça doit être un hasard... Evil or Very Mad

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par Iphigénie le Jeu 26 Mar 2015 - 7:26

@MUTIS a écrit:
Cripure a écrit:

L'idée d'un anti-manuel n'est pas neuve et on a déjà eu un très bon livre de ce genre, celui de Claude Duneton, avec de savoureux passages sur les questionnaires préalables et leurs dégâts. Ca date d'il y a trente ans

Il y aurait donc eu des livres depuis ma Bible en 1965 (Nouvelle Critique ou Nouvelle Imposture, Picard) et personne ne m'aurait rien dit ! Je me renseigne ! Suspect heu
L'anti-manuel de Duneton, c'est un classique, Mutis Razz Very Happy Very Happy

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par V.Marchais le Jeu 26 Mar 2015 - 8:21

Je ne connaissais pas moi non plus. Je pense que je vais jeter un oeil.
Je m'étais beaucoup amusée avec le Jourde et Nollaud, parodie de Lagarde et Michard faisait l'étude des auteurs contemporains aussi creux que médiatiques, à la mode IUFM.
À vrai dire, la première fois que j'ai lu les nouveaux programmes, ceux qui nous arrivent, j'ai pensé : il est impossible de faire un manuel correct avec ça, je vais faire une parodie, moi aussi. Et puis je me suis dit que des tas de collègues ne se rendraient vraisemblablement pas compte qu'une séquence sur le vivre-ensemble avec Gudule, Yannick Noah ("aux arbres citoyens") et la fresque réalisée par les élèves de petite section de l'école Jules Ferry dans le cadre du téléthon, c'est une grosse blague, et j'ai préféré m'abstenir...

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par nlm76 le Jeu 26 Mar 2015 - 8:37

Au fait, on les trouve où ces nouveaux programmes ?

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par F.Lemoine le Jeu 26 Mar 2015 - 23:03

@nlm76 a écrit:Au fait, on les trouve où ces nouveaux programmes ?

Pour l'instant, nulle part. Ils semble que quelques privilégiés aient eu accès aux textes, mais motus.

F.Lemoine
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par User5899 le Jeu 26 Mar 2015 - 23:07

@MUTIS a écrit:
Cripure a écrit:

L'idée d'un anti-manuel n'est pas neuve et on a déjà eu un très bon livre de ce genre, celui de Claude Duneton, avec de savoureux passages sur les questionnaires préalables et leurs dégâts. Ca date d'il y a trente ans

Il y aurait donc eu des livres depuis ma Bible en 1965 (Nouvelle Critique ou Nouvelle Imposture, Picard) et personne ne m'aurait rien dit ! Je me renseigne ! Suspect heu
Oh, vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas éprouvé, vers la fin des années 70, un émoi presque érotique à la parution du fameux Assez décodé du valeureux Pommier, qui aurait mieux fait de s'appeler Chêne vu les fruits de son livre...

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par Sullien le Ven 27 Mar 2015 - 0:25

Cripure a écrit:
@MUTIS a écrit:
Cripure a écrit:

L'idée d'un anti-manuel n'est pas neuve et on a déjà eu un très bon livre de ce genre, celui de Claude Duneton, avec de savoureux passages sur les questionnaires préalables et leurs dégâts. Ca date d'il y a trente ans

Il y aurait donc eu des livres depuis ma Bible en 1965 (Nouvelle Critique ou Nouvelle Imposture, Picard) et personne ne m'aurait rien dit ! Je me renseigne ! Suspect heu
Oh, vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas éprouvé, vers la fin des années 70, un émoi presque érotique à la parution du fameux Assez décodé du valeureux Pommier, qui aurait mieux fait de s'appeler Chêne vu les fruits de son livre...

Pourriez-vous, s'il vous plaît, Cripure, expliciter ou éclairer ce qui vous déplaît dans l'approche de R. Pommier, qu'on pourrait qualifier d'"archéologique" ?

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par User5899 le Ven 27 Mar 2015 - 1:49

@Sullien a écrit:
Cripure a écrit:
@MUTIS a écrit:

Il y aurait donc eu des livres depuis ma Bible en 1965 (Nouvelle Critique ou Nouvelle Imposture, Picard) et personne ne m'aurait rien dit ! Je me renseigne ! Suspect heu
Oh, vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas éprouvé, vers la fin des années 70, un émoi presque érotique à la parution du fameux Assez décodé du valeureux Pommier, qui aurait mieux fait de s'appeler Chêne vu les fruits de son livre...

Pourriez-vous, s'il vous plaît, Cripure, expliciter ou éclairer ce qui vous déplaît dans l'approche de R. Pommier, qu'on pourrait qualifier d'"archéologique" ?
L'idée que la langue est claire, limpide, qu'un mot a un sens, sur lequel avec un peu de bonne volonté tout le monde peut se mettre d'accord, et que le lecteur doit tendre à cette perfection de tout dire de ce que l'auteur a pensé. En bref, je lui reproche d'avoir, par simple volonté polémique de ridiculiser le vieil adversaire de Picard, voulu doucher de ridicule une pourtant difficilement niable évidence : qu'un texte n'a jamais fini de signifier selon le regard qu'on lui porte, que c'est ce qui en fait sa richesse (alors que la richesse des amphores, en archéologie, dépend en effet d'elles-mêmes) et que le "décodage" (paronyme dans le titre d'une insulte adressée aux tenants de l'importance du lecteur) est bel et bien l'opération à laquelle nous nous livrons, en sachant très bien que nous sommes légitimes de trouver dans un texte ce que l'auteur ne sait peut-être même pas qu'il l'y a mis (Eco écrit de bien belles pages là-dessus, que ce soit dans les ouvrages savants comme Lector in fabula, ou dans de petites réflexions plus accessibles comme l'Apostille au Nom de la rose). Le XXe siècle, en redécouvrant les baroques, nous a donné l'exemple de textes morts de ce qu'aucun regard ne se posait plus sur eux, et cette renaissance interroge sur la revivification que nos regards de l'après-guerre ont opérée. C'est un exemple qui me vient à l'esprit, on en trouvera d'autres, je pense.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par F.Lemoine le Ven 27 Mar 2015 - 6:30

Cripure a écrit:
@Sullien a écrit:
Cripure a écrit:
Oh, vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas éprouvé, vers la fin des années 70, un émoi presque érotique à la parution du fameux Assez décodé du valeureux Pommier, qui aurait mieux fait de s'appeler Chêne vu les fruits de son livre...

Pourriez-vous, s'il vous plaît, Cripure, expliciter ou éclairer ce qui vous déplaît dans l'approche de R. Pommier, qu'on pourrait qualifier d'"archéologique" ?
L'idée que la langue est claire, limpide, qu'un mot a un sens, sur lequel avec un peu de bonne volonté tout le monde peut se mettre d'accord, et que le lecteur doit tendre à cette perfection de tout dire de ce que l'auteur a pensé. En bref, je lui reproche d'avoir, par simple volonté polémique de ridiculiser le vieil adversaire de Picard, voulu doucher de ridicule une pourtant difficilement niable évidence : qu'un texte n'a jamais fini de signifier selon le regard qu'on lui porte, que c'est ce qui en fait sa richesse (alors que la richesse des amphores, en archéologie, dépend en effet d'elles-mêmes) et que le "décodage" (paronyme dans le titre d'une insulte adressée aux tenants de l'importance du lecteur) est bel et bien l'opération à laquelle nous nous livrons, en sachant très bien que nous sommes légitimes de trouver dans un texte ce que l'auteur ne sait peut-être même pas qu'il l'y a mis (Eco écrit de bien belles pages là-dessus, que ce soit dans les ouvrages savants comme Lector in fabula, ou dans de petites réflexions plus accessibles comme l'Apostille au Nom de la rose). Le XXe siècle, en redécouvrant les baroques, nous a donné l'exemple de textes morts de ce qu'aucun regard ne se posait plus sur eux, et cette renaissance interroge sur la revivification que nos regards de l'après-guerre ont opérée. C'est un exemple qui me vient à l'esprit, on en trouvera d'autres, je pense.

+ 1000.
Voir aussi les "théories de la réception" (Jauss, Iser, etc.).

F.Lemoine
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par MUTIS le Ven 27 Mar 2015 - 6:57

Cripure a écrit:
@Sullien a écrit:
Cripure a écrit:
Oh, vous ne me ferez pas croire que vous n'avez pas éprouvé, vers la fin des années 70, un émoi presque érotique à la parution du fameux Assez décodé du valeureux Pommier, qui aurait mieux fait de s'appeler Chêne vu les fruits de son livre...

Pourriez-vous, s'il vous plaît, Cripure, expliciter ou éclairer ce qui vous déplaît dans l'approche de R. Pommier, qu'on pourrait qualifier d'"archéologique" ?
L'idée que la langue est claire, limpide, qu'un mot a un sens, sur lequel avec un peu de bonne volonté tout le monde peut se mettre d'accord, et que le lecteur doit tendre à cette perfection de tout dire de ce que l'auteur a pensé. En bref, je lui reproche d'avoir, par simple volonté polémique de ridiculiser le vieil adversaire de Picard, voulu doucher de ridicule une pourtant difficilement niable évidence : qu'un texte n'a jamais fini de signifier selon le regard qu'on lui porte, que c'est ce qui en fait sa richesse (alors que la richesse des amphores, en archéologie, dépend en effet d'elles-mêmes) et que le "décodage" (paronyme dans le titre d'une insulte adressée aux tenants de l'importance du lecteur) est bel et bien l'opération à laquelle nous nous livrons, en sachant très bien que nous sommes légitimes de trouver dans un texte ce que l'auteur ne sait peut-être même pas qu'il l'y a mis (Eco écrit de bien belles pages là-dessus, que ce soit dans les ouvrages savants comme Lector in fabula, ou dans de petites réflexions plus accessibles comme l'Apostille au Nom de la rose). Le XXe siècle, en redécouvrant les baroques, nous a donné l'exemple de textes morts de ce qu'aucun regard ne se posait plus sur eux, et cette renaissance interroge sur la revivification que nos regards de l'après-guerre ont opérée. C'est un exemple qui me vient à l'esprit, on en trouvera d'autres, je pense.

Intéressant.
Allons un petit peu plus loin que cet évangile eco-barthésien et sans polémique excessive.
Pensez-vous que pour interpréter un texte on doive faire abstraction de l'auteur, de son univers, de son imaginaire, du contexte historique, et surtout d'une certaine intentionnalité ? Et comment expliquer alors des phénomènes comme la parodie, la satire, l'ironie ? Doit-on faire abstraction de ce que Sartre appelle le "projet originel" pour comprendre l'oeuvre d'un Flaubert par exemple ?
En fait la lecture n'est elle pas un mouvement dialectique plutôt entre certaines données objectives du texte et un sens que l'on peut affiner en faisant un véritable travail sur l'imaginaire à l'oeuvre chez l'écrivain (la critique thématique, psychanalytique ou psychanalytico-anthropologique du Sur Racine de Barthes) sur la mise en perspective contextuelle (la critique sociologique, biographique, historiciste...) et les significations, d'autre part, qui renvoient effectivement au regard du lecteur et à une mise en résonance subjective, empathique et sensible ?
Un texte n'a jamais fini de signifier non seulement parce que le regard du lecteur évolue (ce que j'appellerais le domaine des significations et des interprétations) mais aussi parce que l'approche et la connaissance de l'auteur, du contexte historique, de son imaginaire ou de ses paradigmes s'approfondit (ce que j'appellerais le domaine de la compréhension et l'exploration des sens du texte). Et à mon avis, ce qui fait aussi la richesse d'une lecture c'est la dialectique entre ces deux niveaux qui supposent une complémentarité et un balancement perpétiuel savoir-sensibilité, approche objective et résonance subjective.
La question pour moi n'est pas d'évacuer l'auteur au nom du lecteur ou d'évacuer le lecteur au nom de l'auteur mais plutôt d'explorer les sens possible (du côté du projet littéraire et d'une approche "intentionnelle") et les significations actuelles (qui passent par l'exploration du texte actualisé par un lecteur), d'envisager les deux si possible.
D'autre part comment comprenez-vous la critique d'un Michel Onfray qui considère que le texte est le produit d'un corps et d'une histoire humaine et que l'interprétation doit toujours passer par une exploration de l'homme qui a produit l'oeuvre ? Serait-il un affreux réactionnaire ? Ou a-t-il pointé aussi les dérives d'une certaine déconstruction post moderne et anti-humaniste qui nous aurait fait perdre le rapport à l'homme ? Car on peut concevoir aussi la littérature comme un projet humain qui suppose aussi une exploration de ce projet originel d'un homme avec un corps, une histoire, une sensibilité, un imaginaire. Autrement dit la littérature nous parle de l'homme mais l'homme qui est à son principe (à l'origine du projet littéraire) n'est pas inintéressant et il peut faire partie de cette exploration de l'humain. Je pense par exemple que la correspondance de Flaubert m'a aidé à mieux comprendre ses romans et le bonhomme est fort intéressant. Pour comprendre "le projet originel" aussi et accéder à une meilleure compréhension du texte.

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment commencez-vous une séance de lecture analytique?

Message par F.Lemoine le Sam 28 Mar 2015 - 21:47

C'est marrant, on dirait un débat d'anciens combattants Very Happy. Tout le monde est d'accord, mais chacun veut avoir raison...

_________________
"La vie est mêlée de traverses. Il est bon de s'y tenir sans cesse préparé." (Molière, Les Fourberies de Scapin).

F.Lemoine
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum