Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Mara-Jade
Niveau 7

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Mara-Jade le Jeu 25 Avr 2019 - 9:46
Moi aussi je me pose la question ! Si c'est un livre adapté en comédie musicale uniquement, je vous conseille de vérifier sur internet : il existe tant de comédies musicales, en particulier à Londres et Broadway qu’il est plus que probable qu'un des livres de votre pal ait eu son adaptation. Le portrait de Dorian Gray a par exemple été adapté en comédie musicale (en Corée du Sud !). En fouillant, j'avais découvert que Tess d'Urberville avait également eu le droit à sa comédie musicale. Après, j'avoue que j’aimerais que les adaptations en opéra soient acceptées également.
Valor
Valor
Niveau 8

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Valor le Jeu 25 Avr 2019 - 11:07
Merci les filles!
En poussant un peu les recherches, j'ai trouvé que La Dame aux camélias avait inspiré une comédie musicale. Ce sera peut-être mon choix car je n'ai jamais lu ce grand classique de la littérature, à ma grande honte.

Sinon, on peut mentionner les incontournables Misérables, Notre-Dame de Paris (tristement d'actualité), Dracula, Les Hauts de Hurlevent, Alice au pays des merveilles, Billy Elliot, Pygmalion, Roméo et Juliette, La Mégère apprivoisée, Le Magicien d'Oz, Don Quichotte... Liste non exhaustive, bien entendu.
Sphinx
Sphinx
Enchanteur

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Sphinx le Jeu 25 Avr 2019 - 11:24
https://en.wikipedia.org/wiki/Category:Musicals_based_on_novels

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather
"- Alors, Obélix, l'Helvétie c'est comment ? - Plat."


Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Livre11
Issonoukwa
Issonoukwa
Niveau 4

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Issonoukwa le Jeu 25 Avr 2019 - 16:32
46. Un livre qui évoque l'é- ou l'im-migration : La rose tatouée, Tennessee Williams

La seule comédie de Tennessee Williams. Elle se passe au sud des États-Unis dans une communauté de pêcheurs siciliens. Serafina est une femme passionnée, folle amoureuse de son mari. Quand il perd la vie, elle devient folle, tout court.
Comédie amusante. J'ai aimé retrouver l'univers de T. Williams sans la noirceur. Il y a beaucoup de dialogues ou de portions de dialogues en italien, ce qui doit être assez désagréable quand on ne le comprend pas au moins un peu.
miss sophie
miss sophie
Expert

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par miss sophie le Ven 26 Avr 2019 - 9:44
Pour les défis 30 (un livre écrit par un courtisan) et 37 (un livre dont l'histoire se déroule avant la naissance de l'auteur) : La Fontaine, une école buissonnière d’Erik Orsenna (2017).
Une courte biographie au ton léger. Au début, je trouvais qu’Orsenna s’écoutait un peu parler, s’amusant à faire des formules et des traits d’humour. Mais en fin de compte cela fonctionne ; plaisant à lire, c’est un ouvrage de vulgarisation qui permet à chacun d’avoir une vue d’ensemble de la vie du fabuliste, de son œuvre et de son siècle. Une première approche que l’on peut ensuite approfondir en allant piocher dans la bibliographie que donne l’auteur en fin de livre.
A l’appui du défi 30, voici ce qu'écrit Orsenna lui-même, faisant des parallèles avec sa propre expérience des cercles du pouvoir : « Ayant fort pratiqué la flatterie, aux temps mitterrandiens où j’étais courtisan (…) ».
Adren
Adren
Habitué du forum

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Adren le Ven 26 Avr 2019 - 11:08
Merci Miss Sophie, c'est exactement ce que je cherchais (je pensais à La Fontaine, et j'aime plutôt bien Orsenna). Pour ce défi je suis (j'étais ?) dans Le Courtisan de Castiglione, mais sans ferveur et je pensais justement que je lirais bien autre chose. J'espère le trouver à la médiathèque demain.
Edit : en consultant le catalogue en ligne des médiathèques, je vois qu'Orsenna a aussi "biographé" Le Nôtre et Louis Pasteur.
nicole 86
nicole 86
Fidèle du forum

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par nicole 86 le Ven 26 Avr 2019 - 11:46
Pour le défi 43, un roman grec : Loxandra de Maria Iordanidou. Le roman tourne autour du personnage de Loxandra, grecque de Constantinople avant 1914. Une personnalité pleine de vie, de truculence et de générosité dont la vie est toute entière tournée vers sa famille, la cuisine et la Vierge Marie. Un livre dépaysant par le vocabulaire, les multiples notations climatiques, culinaires et les allusions aux relations entre les différentes communautés et les conflits de l'époque. Cette chronique familiale écrite par la petite fille de Loxandra fournit une lecture agréable même si les 240 pages m'ont paru un tantinet longues.
L'action se déroule à la fin de l'empire ottoman donc ce livre peut convenir pour le défi 19 et comme la cuisine tient une grande place il peut valider le défi 15 (un des cinq sens).
Adren
Adren
Habitué du forum

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Adren le Sam 27 Avr 2019 - 18:45
Bonjour à tous,
pour le défi n°33 "un livre dont une partie se déroule dans un désert", Salina, les trois exils de Laurent Gaudé dont il a déjà été question ici. J'ai découvert par hasard qu'il existe une version théâtre de ce roman. A la fin de sa vie, Salina part avec son fils pour mourir dans un endroit inconnu. C'est alors la traversée d'un désert. Après la mort de sa mère, son fils doit raconter fidèlement son histoire pour que s'ouvrent les portes du cimetière. C'est un beau récit, poétique, émouvant, merci à ceux qui l'ont déjà lu de l'avoir mentionné.
J'ai plus de déboires pour la biographie de La Fontaine par Orsenna, indiqué disponible dans deux médiathèques, le livre est en fait manquant, probablement volé. J'ai pris la biographie de Pasteur en attendant pour me faire une idée.
nicole 86
nicole 86
Fidèle du forum

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par nicole 86 le Sam 27 Avr 2019 - 18:49
@Adren a écrit:Bonjour à tous,
pour le défi n°33 "un livre dont une partie se déroule dans un désert", Salina, les trois exils de Laurent Gaudé dont il a déjà été question ici. J'ai découvert par hasard qu'il existe une version théâtre de ce roman. A la fin de sa vie, Salina part avec son fils pour mourir dans un endroit inconnu. C'est alors la traversée d'un désert. Après la mort de sa mère, son fils doit raconter fidèlement son histoire pour que s'ouvrent les portes du cimetière. C'est un beau récit, poétique, émouvant, merci à ceux qui l'ont déjà lu de l'avoir mentionné.
J'ai plus de déboires pour la biographie de La Fontaine par Orsenna, indiqué disponible dans deux médiathèques, le livre est en fait manquant, probablement volé. J'ai pris la biographie de Pasteur en attendant pour me faire une idée.

J'ai lu sans déplaisir sa biographie de Le Nôtre et apprécié qu'il fasse allusion à son expérience personnelle de membre de l'entourage du pouvoir.
Valor
Valor
Niveau 8

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Valor le Sam 27 Avr 2019 - 21:48
@Adren a écrit:Bonjour à tous,
pour le défi n°33 "un livre dont une partie se déroule dans un désert", Salina, les trois exils de Laurent Gaudé dont il a déjà été question ici. J'ai découvert par hasard qu'il existe une version théâtre de ce roman. A la fin de sa vie, Salina part avec son fils pour mourir dans un endroit inconnu. C'est alors la traversée d'un désert. Après la mort de sa mère, son fils doit raconter fidèlement son histoire pour que s'ouvrent les portes du cimetière. C'est un beau récit, poétique, émouvant, merci à ceux qui l'ont déjà lu de l'avoir mentionné.
J'ai plus de déboires pour la biographie de La Fontaine par Orsenna, indiqué disponible dans deux médiathèques, le livre est en fait manquant, probablement volé. J'ai pris la biographie de Pasteur en attendant pour me faire une idée.

Je viens de terminer cette même lecture pour valider le même défi. Merci aux bons conseilleurs!
Malaga
Malaga
Modérateur

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Malaga le Dim 28 Avr 2019 - 10:54
Pour le défi 9. Un livre qui fait partie de la sélection des Incos ou du défi Babelio Junior/ado, j'ai lu Deux secondes en moins de Marie Colot et Nancy Guilbert. Il fait partie de la sélection 2019/2020 qui m'a plus inspirée que la sélection 2018/2018.

Le résumé : Igor, quinze ans, voit sa vie basculer lorsqu'un accident de voiture le défigure. Rhéa, quinze ans, voit sa vie basculer lorsque son petit ami, Alex, se jette sous un train. Ces deux adolescents cabossés sont aussi des pianistes qui vont reprendre goût à la vie grâce à leur professeur, Fred, au thé et à Schubert.

Mon avis : un roman de littérature jeunesse avec certains défauts comme une écriture assez relâchée et pas toujours agréable à lire. On sait à l'avance où ira le livre, il y a assez peu de surprises. Néanmoins, les personnages sont plutôt attachants, que ce soit les deux ados ou le professeur de piano.

_________________
Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Banana244   Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Banana244     Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Banana244

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
Ryuzaki
Ryuzaki
Niveau 8

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Ryuzaki le Dim 28 Avr 2019 - 11:14
Semaine 17, défi 17, Un livre dont l'un des mots du titre évoque la météo : The wind in the willows, Kenneth Grahame
Grahame a écrit:Never in his life had he seen a river before - this sleek, sinuous, full-bodied animal, chasing and chuckling, gripping things with a gurgle and leaving them with a laugh, to fling itself on fresh playmates that shook themselves free, and were caught and held again. All was a-shake and a-shiver - glints and gleams and sparkles, rustle and swirl, chatter and bubble.

Un beau jour, alors qu'il faisait son ménage de printemps, la Taupe décida d'aller explorer le monde et se rendit chez son ami le Rat. The wind in the willows raconte les aventures de quatre animaux, la Taupe, le Rat, le Blaireau et surtout, surtout Monsieur Crapaud, le grand Crapaud, le bon Crapaud, le généreux Crapaud, un incorrigible vantard qui s'attire toutes sortes d'ennuis et qui est clairement le personnage le plus intéressant.

Vous l'aurez deviné, il s'agit d'un livre plutôt destiné aux enfants. Ce qu'il y a de bien avec les livres pour enfants, c'est qu'on peut tout faire. Vous voulez mettre en scène des animaux ? Vous pouvez. Que ces animaux se comportent comme des humains, fassent du bateau, de la peinture, conduisent des bateaux et des voitures ? Pas de problème. Qu'ils interagissent avec des humains ? Ok. Bon, ça pose quelques problèmes de cohérence, comme les lapins qui sont tantôt des personnages avec qui on communique, tantôt de la nourriture.
Il y a de belles descriptions de la nature, avec un vocabulaire très riche. Il y a beaucoup d'humour aussi. Les personnages sont un peu simples, mais c'est le genre qui veut ça. En résumé, sans être le plus mémorable des livres pour la jeunesse, c'est une lecture agréable et divertissante, un bon moment à passer.

Verdict : sympathique
avatar
meevadeborah
Niveau 7

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par meevadeborah le Dim 28 Avr 2019 - 17:23
Comme une journée se déroule en 24 heures, je valide le défi 34. Un livre dont l'histoire se déroule sur 24 heures avec le livre D-Day : les soldats du débarquement de Giles Milton. En effet, il n'évoque que très rapidement l'avant et l'après D-Day.
Livre tellement intéressant que Jules a dû m’écouter régulièrement lui raconter ce que je venais de lire !

Giles Milton, historien anglais, s’appuie sur de nombreux témoignages. La cinquantaine de pages qui citent les références atteste de la richesse de celles-ci. Ces témoignages sont manuscrits ou dactylographiés, sous forme d’enregistrements audio ou de de transcriptions d’interviews, ainsi que de mémoires non publiés, de journaux intimes et de lettres.

Quelques extraits sont cités entre guillemets, mais ils sont insérés dans le récit de manière tout à fait naturelle et subtile, sans en alourdir le style.

Le débarquement est donc raconté ici dans l’ordre chronologique, selon le point de vue allié, mais aussi selon le point de vue allemand, un peu.

Le livre présente d’abord des cartes de la côte normande avec les lieux qui nous intéresseront en ce fameux jour, tout à fait bienvenues pour s’y retrouver un peu géographiquement.

Nous commençons le récit un peu avant le jour le plus long, par l’opération Tarbrush, le 17 mai 1944, qui visait à photographier de nouvelles mines sur les plages normandes. L’opération capote, Lane et Wooldridge qui appartiennent aux commandos parachutistes sont arrêtés et emmenés à La Roche-Guyon. Ce village de bord de Seine abrite un château, qui a la particularité d’avoir un donjon troglodyte. Il appartenait au duc de La Rochefoucauld et a servi de quartier général au maréchal Rommel en 1944. Je recommande d’ailleurs la visite de ce lieu et des alentours, le château est en effet un peu surnaturel et il y a de très belles promenades dans le coin, qui offrent un point de vue sur la vallée de la Seine magnifique. Bien plus agréable en temps de paix, pas la peine d’en avoir connu d’autres pour le deviner…

Nous nous attardons encore un peu dans cette première partie sur les transmissions radio à Fort Southwick le 3 juin et sur Guillaume Mercader, un cycliste résistant qui a participé aux sabotages qui étaient nécessaires pour accompagner le débarquement.

Nous sommes donc à deux jours du vrai jour, car il y a eu un départ de bateaux à ce moment-là. Faux départ. Il a fallu faire demi-tour, à cause du temps, gros temps, pour éviter un naufrage. Mais c’était reculer pour mieux sauter, et pas seulement en parachute.

Nous voici donc, dans la nuit du 5 au 6 juin, embarqués pour un naufrage. Un naufrage, dis-je, alors que vous pensiez que c’était une réussite ? J’y reviendrai…

Peu avant minuit, donc, c’est en planeurs que les premiers embarquent. Nous faisons connaissance avec Denis Edwards, John Howard et Wally Parr. Traîné par l’avion remorqueur, le planeur fait d’abord un grand bond en avant au moment où le câble de remorquage se tend. Puis il se soulève, retombe, se soulève à nouveau pour rester en l’air cette fois. Edwards se dit déjà « T’es foutu, mon vieux […]. Plus la peine de t’inquiéter. » Au bout d’une heure de vol, ils sont pris dans une tempête de tirs de la DCA, puis le planeur se détache du remorqueur. Edwards était assourdi par « le hurlement strident du vent qui sifflait à travers les fentes et les espaces de la toile légère tendue sur la structure en bois. » L’atterrissage est très violent, ils touchent terre à peine conscients. Les pilotes des autres planeurs sont éjectés lors de l’atterrissage. Le commando se bat pour le pont de Bénouville et les premières victimes des combats tombent. Lorsque les chars s’approchent, Wally Parr s’aperçoit que leur lance- grenades antichar a été tordu lors de l’atterrissage de leur planeur. Heureusement, ce n’est pas le cas de celui d’un autre planeur qui fonctionne et permet de repousser l’ennemi.

Je ne détaillerai pas toute la suite, bien sûr, mais chaque chapitre, précédé d’une photographie, nous raconte un « épisode », s’attache à une unité, tout en gardant un ordre chronologique global et en s’inscrivant dans des parties plus larges qui regroupent à peu près une partie de la journée (« minuit », « la nuit », « l’aube », « un pied dans la place »…)

Après les planeurs, nous suivons les premiers parachutistes, le célèbre dont la toile s’est accrochée sur le clocher de l’église de Sainte-mère l’église, mais aussi celui qui, aspiré par un feu, s’embrase et brûle, et tous ceux qui ont atterri dans des champs inondés et qui sont morts noyés, incapables de se dégager de l’aspiration du champ détrempé à cause de leur matériel extrêmement lourd.

Les premiers qui débarquent des péniches ? Pas mieux. Les chars amphibies qui devaient arriver à peu près en même temps qu’eux sont beaucoup plus lents à se déplacer dans l’eau que prévu et ils ne sont pas prêts quand il faudrait prêter main forte aux soldats sur les plages. La première vague d’hommes à débarquer est appelée la vague suicide et c’est un surnom tout à fait prédictif. Sur des centaines d’hommes, quelques-uns seulement survivent. Les autres s’écroulent dans l’eau ou sur les plages dans un carnage ahurissant : des cris, du sang et des horreurs.

Certains passages sont gores, mais c’est une réalité sur laquelle on ne veut plus faire l’impasse, à raison à mon avis.

Bien entendu, les choses s’améliorent un peu après, vous n’êtes pas sans ignorer que nous avons vaincu l’ennemi. Les gradés ont débarqués après la vague de massacres et si tout est rentré dans l’ordre, c’est quand même beaucoup une question de hasards et de mauvais choix faits par les allemands, parce que leur aviation avait été mobilisée pour une autre raison, parce que les deux divisions que Rommel souhaitait avoir en renfort était conservées ailleurs, pour contrer un éventuel autre débarquement sur les plages du nord. Les allemands ont pris trop de temps à se rendre compte que c’était bien là la grande invasion et à se rendre compte de l’ampleur de cette invasion. Et tant mieux finalement.

Parce que du côté allié, tout n’a pas marché comme prévu, loin s’en faut, et après la lecture, on se dit que la victoire a tenu au gigantisme du débarquement, comme quoi l’union fait la force comme on le dit.

Et puis ça a tenu à quelques hommes aussi, des héros on les appelle, mais en réalité des dingues, que je ne qualifierais pas du tout de doux, des couillus complètement barges, prêts à tout et qui n’avaient peur de rien. Il y avait aussi des hommes plus ordinaires, beaucoup, mais il fallait quand même des têtes brûlées pour certaines missions, comme la prise de la pointe du hoc, épisode que je vous laisserai découvrir… Je ne vous ai pas non plus parlé de Bill Millin le joueur de Cornemuse et lord Lovat, the mad bastard… Ni de l’entraînement à balles réelles…

Quelques passages aussi se portent sur Eisenhower, qui, s’il n’avait pas pu prévoir tous les détails de l’opération Overlord, l’avait tout de même assez bien pensée.

Nous retrouvons quelques-uns des personnages tout au long du livre, tant mieux, ils ne sont pas morts, mais on n’ignorait pas que les témoignages ont été laissés plus volontiers par les survivants que par les morts !

C’est un gros livre qui a beaucoup de choses à dire. Passionnant ! En cette année du 75ème anniversaire du débarquement, une bonne occasion d’en apprendre un peu plus sur cet épisode.
gregforever
gregforever
Neoprof expérimenté

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par gregforever le Dim 28 Avr 2019 - 17:25
je viens de finir La formule de Dieu de Dos Santos qui me permet de valider le défi 28 auteur portugais
ça mélange science et religion, avec vulgarisation et polar/thriller... ça m'a fait un peu penser au Da Vinci code...
Jenny
Jenny
Modérateur

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Jenny le Dim 28 Avr 2019 - 17:27
Défi 11, un livre d'un auteur déclaré fou - Virginia Woolf - Le quatuor à cordes
Bof, ça ne me laissera pas un souvenir impérissable.
Virginia Woolf se concentre sur des petits détails : une conversation dans une salle de spectacle, une marque sur le mur. J'ai bien aimé L joailler et la duchesse, moins les autres nouvelles du recueil.
Mara-Jade
Mara-Jade
Niveau 7

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Mara-Jade le Lun 29 Avr 2019 - 15:12
Pour le deuxième défi, une œuvre appartenant au théâtre de l'absurde ou au Nouveau Roman, j’ai lu Le Vice-Consul (1966) de Marguerite Duras, un livre de la solitude dans une atmosphère de mousson. Impossible à résumer, il est d’abord difficile à lire (la partie sur la mendiante, imaginée par l’écrivain Peter Morgan), puis à appréhender (avec le fameux vice-consul), donc à apprécier ; heureusement, une fois qu’on « suit » le trio Charles Rosset/Peter Morgan/Anne-Marie Stretter, on ne peut que s’incliner sous la moiteur de Calcutta.
J’ai eu du mal à le lire, je l’ai lâché une semaine entière, avant de le reprendre. J’ai quand même bien aimé, n'ayant rien contre les lectures exigeantes (heureusement). Mes extraits préférés :

« Le Vice-consul a un geste éloquent : la fatigue, il connaît, connaît. Il demande de quoi ils ont parlé et qui était là. Charles Rosset cite les noms, il dit qu’ils ont parlé de l’Inde.
- A-t-elle parlé de l’Inde, seulement, elle ? demande le Vice-consul, venez sur le balcon, il fait quand même meilleur, la chaleur reste dans les chambres.
- Seulement de l’Inde et très peu. »

***

« Il ne se passe plus rien entre eux. Un long silence, entrecoupé, dans le moment où Charles Rosset a la main sur la poignée de la porte, de quelques phrases gênées sur cette folle qui nage dans le Gange, elle intrigue, l’a-t-il vue ? demande Charles Rosset.
Non.
Savait-il que c’est elle qui chante la nuit ?
Non.
Qu’elle est dans les parages la plupart du temps, un peu plus loin, sur la rive du Gange, qu’elle va là où sont les Blancs, toujours, comme instinctivement, c’est curieux… sans les aborder…
- La mort, dans une vie en cours, dit enfin le vice-consul, mais qui ne vous rejoindrait jamais ? C’est ça ?
- C’est ça, peut-être, oui. »

***

« - Elle serait à Calcutta comme un… point au bout d’une longue ligne, de faits sans signification différenciée ? Il n’y aurait que… sommeils, faims, disparition des sentiments, et aussi du lien entre la cause et l’effet.
- Je crois que ce qu’il veut dire, dit Michael Richard, c’est plus encore, il voudrait ne lui donner d’existence que dans celui qui la regarderait vivre. Elle, elle ne ressent rien. »

_________________
"La véritable fonction de la littérature est de nous maintenir en vie dans un monde brutal."(Charles Dantzig).
Jenny
Jenny
Modérateur

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Jenny le Mar 30 Avr 2019 - 20:07
Je profite des vacances pour avancer.

51. Echanger un défi pour lequel on n'a vraiment aucune idée ni envie contre un livre inspiré par l'une des autres lectures du défi 2019. - Antoine de Baecque - La France gastronome, comment le restaurant est entré dans notre histoire
Je verrai après pour l'échange. Livre en lien avec le défi sur les cinq sens, pour lequel j'avais lu La papeterie Tsubaki d'Ogawa Ito qui évoquait le goût.
Livre intéressant sur l'apparition du restaurant à la fin du XVIIIe s et son évolution jusqu'au début du XXe s.
L'auteur fait le lien avec l'histoire politique, notamment la fin des corporations, l'émigration des nobles qui pousse leur personnel à se mettre à leur compte, la naissance d'une nouvelle clientèle avec les députés. Le livre est ponctué de recettes d'époque.

26. Un livre dont le narrateur est peu fiable. Alain Mabanckou - Petit piment
Petit Piment, abandonné par sa mère, vit à l'orphelinat de Loango avec son ami Bonaventure. L'orphelinat passe d'un établissement catholique à un creuset pour la révolution socialiste. L'arrivée des jumeaux terribles Songi-Songi et Tala-Tala bouleverse aussi son quotidien, Petit Piment gagne leur respect et se fait entraîner dans leurs bêtises et dans leur fuite vers Pointe-Noire. Le récit de ses aventures est souvent drôle, mais quelle est la part de vérité dans ses anecdotes truculentes ?
Laverdure
Laverdure
Modérateur

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Laverdure le Mer 1 Mai 2019 - 11:23
Une pièce de théâtre d'un auteur qui s'est illustré dans un autre genre (défi 20) : La tête des autres, Marcel Aymé. Une petite pièce de théâtre rigolote portant sur la justice. Un procureur rentre chez lui, un soir, tout fier : il vient d'obtenir la condamnation à mort (par guillotine) d'un homme accusé de meurtre. Ses amis présents (dont un collègue procureur) le félicitent chaleureusement et se réjouissent avec lui de cette performance. Problème : le condamné est innocent et, après s'être évadé, il se trouve chez le procureur pour demander justice. Il a un sérieux alibi, très embarrassant pour les deux procureurs. La pièce est drôle, se lit vite mais fait réfléchir sur l'idée de justice et ses rapports avec la vérité.

Le thème de la fidélité et de l'infidélité (en amour aussi bien que face à un idéal) est également au coeur de cette histoire : j'en profite donc pour valider le défi 29 Razz

_________________
Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 2320853811
Valor
Valor
Niveau 8

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Valor le Jeu 2 Mai 2019 - 14:36
J'ai effectué deux lectures qui se font écho :

Pour le défi n°13 (Un livre qui a obtenu le Goncourt des lycéens), j'ai lu Le quatrième mur de Sorj Chalandon dont j'avais beaucoup entendu parler. Non seulement je ne suis vraiment pas déçue mais je regrette même de ne pas l'avoir lu plus tôt. Pour des raisons personnelles, ce livre résonne en moi. L'écriture est nerveuse et rapide, mimant l'urgence à vivre ou à saisir quelques instants de bonheur ou d'amitié malgré l'omniprésence de la guerre (une partie du roman se déroule au Liban en 1982) qui, on s'en doute, aura le dernier mot. Comme dans la tragédie, comme dans Antigone qui devient la matrice du roman, les personnages ne peuvent échapper à leur destin, aussi grand soit-il. De beaux passages sur le pouvoir du théâtre mais aussi sur sa dimension illusoire, des personnages d'une grande dignité et générosité, des références littéraires à Hugo et Darwich notamment… bref, de la poésie au cœur de l'horreur. Des descriptions à la limite du supportable des massacres de Chatila qui laissent une impression amère. En somme, une lecture dont on sort différent. Lorsque j'ai refermé le livre, il m'a fallu deux bonnes heures pour le digérer et sortir d'un état de sidération rare. Des images, des bruits, des odeurs me reviennent sans cesse depuis. Le quatrième mur est une lecture marquante qui me donne vraiment envie d'approfondir la découverte de cet auteur.


Dans la foulée, j'ai donc relu Antigone d'Anouilh, ce qui me permet de valider le défi n°36 (Un livre qui rompt le 4ème mur).
Mara-Jade
Mara-Jade
Niveau 7

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Du Domaine des Murmures de Carole Martinez

par Mara-Jade le Jeu 2 Mai 2019 - 19:25
Pour le défi 13, un livre qui a obtenu le Goncourt des Lycéens, j’ai lu Le Domaine des Murmures de Carole Martinez. Un grand merci à tous ceux qui en ont parlé sur ce fil et m’ont donné envie de le lire. C’est un très beau roman. Je copie-colle le texte de la quatrième de couverture, qui est parfait je trouve :

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire "oui" : elle veut faire respecter son vœu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenêtre pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe...
Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.
Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d'une sensualité prenante.

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Du-domaine-des-murmures

C’est Esclarmonde qui nous conte son destin. A travers elle on découvre les épreuves d’une femme qui a décidé de vivre en recluse pour échapper à un mariage forcé. Je ne peux pas en dire trop sur l’histoire car, malgré sa retraite, Esclarmonde est loin de vivre à l’abri du monde. En quelques années, elle vit plusieurs vies. J’ai été surprise, émue, bouleversée. J’aime beaucoup lire, évidemment, mais j’ai toujours eu du mal à commencer une lecture et, au final, bien peu de livres me plaisent réellement. Du Domaine des Murmures fait, malgré des faiblesses, partie de ces raretés. Je pense le relire un jour. Carole Martinez parle extrêmement bien des femmes, qu’elles soient vierges, simples, mystiques, mères… Elle montre aussi comme la religion est dangereuse quand elle se mue en superstition. Mais je l’ai lu trop vite, j’aurais dû le faire durer un peu plus, me lover dans le style de l’auteur (il faut aimer, c’est peut-être un peu trop précieux par moments). J’ai vu qu’il existait une version audio par Isabelle Carré, j’imagine parfaitement la voix de cette comédienne porter celle d’Esclarmonde.

Un extrait :

Reste le monde. J’ai appris dans ma cellule à quel point il était vaste et sublime, j’ai appris qu’il y avait tant à parcourir sans en toucher le bout. Des voyageurs m’ont donné à voir les paysages fabuleux qu’ils avaient traversés en se contentant d’avancer les pieds. Quelle merveille pour l’emmurée de s’imaginer sillonnant un si vaste univers! Quelle ivresse ce doit être que de marcher aussi simplement sans rien pour arrêter l’œil et de sentir la terre battue sous ses talons, et de respirer l’haleine du monde à pleins poumons.

_________________
"La véritable fonction de la littérature est de nous maintenir en vie dans un monde brutal."(Charles Dantzig).
Jenny
Jenny
Modérateur

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Jenny le Jeu 2 Mai 2019 - 19:34
Oh, ça donne vraiment très envie ! Merci !
nicole 86
nicole 86
Fidèle du forum

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par nicole 86 le Ven 3 Mai 2019 - 19:21
Pour le défi 11, un livre d'un auteur déclaré fou : Mont-Oriol de Maupassant. De cet auteur je n'avais lu que des nouvelles, les trois Pléiade étaient disponibles à la médiathèque, j'ai commencé par picorer selon l'humeur des nouvelles puis je me suis dit qu'il était dommage de ne pas saisir l'occasion de lire un roman, j'ai retrouvé le même plaisir mais sur 250 pages et c'est délicieux !


Dernière édition par nicole 86 le Lun 6 Mai 2019 - 13:28, édité 1 fois
Oudemia
Oudemia
Esprit sacré

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Oudemia le Ven 3 Mai 2019 - 21:37
Ces derniers temps j'ai lu sans penser au défi ; je me dis que pour
15. Un livre évoquant un des cinq sens, je vais mettre Le lagon noir, d'Arnaldur Indridasson ; il y est question de raie faisandée, je me suis donc documentée sur la cuisine islandaise, qui est évoquée aussi dans Les nuits de Reykjavik, du même auteur, qui semble accorder beaucoup d'importance au goût.
Valor
Valor
Niveau 8

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Valor le Sam 4 Mai 2019 - 9:31
Pour le défi n°42 (Un livre d'un auteur sur lequel on a des a priori), j'ai lu Charlotte de David Foenkinos. J'ai été émue par le destin de l'artiste Charlotte Salomon, bien plus que par l'écriture et le style de l'auteur, aussi originaux soient-ils (phrases très courtes avec retour à la ligne à chaque fois, à la manière d'un poème en vers libre). Ce livre a le mérite de m'avoir appris l'existence de cette peintre, et je vais chercher à approfondir ma connaissance de ses œuvres.
nicole 86
nicole 86
Fidèle du forum

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par nicole 86 le Sam 4 Mai 2019 - 9:39
@Valor a écrit:Pour le défi n°42 (Un livre d'un auteur sur lequel on a des a priori), j'ai lu Charlotte de David Foenkinos. J'ai été émue par le destin de l'artiste Charlotte Salomon, bien plus que par l'écriture et le style de l'auteur, aussi originaux soient-ils (phrases très courtes avec retour à la ligne à chaque fois, à la manière d'un poème en vers libre). Ce livre a le mérite de m'avoir appris l'existence de cette peintre, et je vais chercher à approfondir ma connaissance de ses œuvres.

Je te recommande  : Vie ou théâtre
https://www.amazon.fr/Vie-Ou-th%C3%A9%C3%A2tre-Charlotte-Salomon/dp/2370550686

Achat inenvisageable pour moi mais il figure au catalogue de la médiathèque du village voisin où travaillent de Vrais Bibliothécaires que je remercie.


Dernière édition par nicole 86 le Sam 4 Mai 2019 - 9:55, édité 1 fois
Valor
Valor
Niveau 8

Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote ! - Page 39 Empty Re: Le Neo-défi lecture 2019 - Ici, on papote !

par Valor le Sam 4 Mai 2019 - 9:53
Merci Nicole! Il est vrai que l'ouvrage est onéreux. Je vais essayer de l'emprunter également. Sinon j'ai vu que Taschen avait publié une sélection de 450 gouaches. Peut-être une alternative? Quelqu'un a-t-il déjà feuilleté ce livre?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum