Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
gauvain31
Empereur

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 3 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par gauvain31 le Dim 22 Déc 2019 - 13:46
@gluche a écrit:
@gauvain31 a écrit:
Ce ne serait pas du tout étonnant : il y a la volonté de recruter un max de contractuels et de pousser vers la sortie le plus de titulaires possibles : pour cela, il faut dégoûter les plus anciens. Je vois personnellement une forte volonté de renouveler rapidement la population enseignante : serviable, moins formée, précaire . Sauf pour les fils et filles de l'oligarchie. Il faut garder quand même un minimum de qualité , mais le puzzle "France Telecom" est presque en place .
alors même qu'au procès France Télécom, la stratégie de l'entreprise voient d'être condamnée

Oui exactement c'est pour cela , que moi-même je ne comprends pas cette stratégie (je dirais même cet entêtement) des technocrates de le rue de Grenelle, sauf à considérer que le verdict a été très clément.... Le MEN a perdu la raison depuis un bon moment

@Volo : oui mais ce n'est pas récent hélas. Les débuts de carrière ont toujours été très compliqués, mais effectivement avec le changement d'entrée (en M2) on leur complique encore plus la tâche
HORA
HORA
Niveau 9

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 3 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par HORA le Dim 22 Déc 2019 - 13:53
@gauvain31 a écrit:
@ZeSandman a écrit:Quel discours hypocrite du Ministère quand même !

Il se targue d'avoir fait le choix de ne pas supprimer des postes qui auraient dû disparaître en raison d'une baisse ponctuelle du nombre d'élèves, alors qu'en réalité il y a un max de postes non pourvus, les concours font moins que jamais le plein, on galère souvent pour trouver même des contractuels, auxquels on prévoit pourtant de recourir massivement avec Cap22.

Il continue de plus de considérer que les heures supp sont une amélioration de la rémunération des enseignants, alors qu'il prépare les nouvelles ORS de l'enseignant du XXIe siècle, en portant le service à une durée entre 22h et 24h, d'après un document de travail tombé par accident sous les yeux d'un collègue syndicaliste (information à prendre avec toute la mesure qu'il se doit, genre un pote m'a dit que son pote a vu...).

Ce ne serait pas du tout étonnant : il y a la volonté de recruter un max de contractuels et de pousser vers la sortie le plus de titulaires possibles : pour cela, il faut dégoûter les plus anciens. Je vois personnellement une forte volonté de renouveler rapidement la population enseignante : serviable, moins formée, précaire . Sauf pour les fils et filles de l'oligarchie. Il faut garder quand même un minimum de qualité , mais le puzzle "France Telecom" est presque en place .

La France le paiera très cher...

Ce que j'ai mis en gras dans ton post, j'ai l'impression que ça confine au mantra chez les CDE. A croire que l'Esen, pardon l'IH2EF, leur bourre le mou là-dessus. Sauf qu'à nouveau, il suffit d'un peu de temps sur le terrain pour s'apercevoir que, nouveaux profs ou pas, il va falloir gérer une pétaudière qui te flingue une motivation et des espoirs en quelques mois.
Marxou
Marxou
Niveau 7

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 3 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Marxou le Dim 22 Déc 2019 - 14:02
Apparemment, les CDE craquent aussi: extrait d'une lettre ouverte au recteur dans l'académie de Lyon:

"Comme vous le savez, le SNPDEN-UNSAest un syndicat réformiste et de dialogue. Le sujet des retraites ne relève pas d'un niveau académique. Ce sujet fait partie des préoccupations des personnels de direction pour l'avenir, notamment au regard de la préservation de leur niveau de pension, mais il ne constitue qu'un élément anxiogène de plus dans le contexte actuel particulièrement sensible. A ce jour, nous sommes davantage inquiets sur les risques encourus par les collègues, exposés aux grilles de leur établissement pour contenir les mouvements sociaux, que nous ne le sommes pour notre hypothétique retraite future.Nous n'avons eu de cesse, Monsieur le Recteur, de vous alerter sur le degré critique d'exaspération du corps des personnels de direction et ce sur de multiples sujets, certains relevant de l'échelon national, d'autres purement académiques.Citons, entre autres :•L'opacité des décisions de mutation, renforcée en 2020 par la fin du paritarisme;•L'absence de reconnaissance par notre hiérarchie quant au travail accompli et aux objectifs atteints ou dépassés (évaluation au rabais, nombre de promotions insuffisant, manque de considération, remises en cause des personnels de direction...);•L'augmentation croissante de notre charge de travail et de nos responsabilités sans compensation (PIAL, E3C, télé-services, PIX, applications informatiques inadaptées, messagerie devenue ingérable...);•L'absence de prise en compte des nouvelles missions sur le plan indemnitaire (têtes de PIAL, gestion des E3C, ...). Les 500 € accordés ne compensent d’ailleurs pas la perte substantielle de l’indemnité de baccalauréat, et les Principaux de Collège sont une nouvelle fois oubliés au sujet de l’organisation du DNB;•Le sentiment de déclassement de l'ensemble des personnels de direction, de plus en plus réduits à de simples exécutants à qui l'on conteste les fonctions de cadres;•L'exigence toujours plus grande d'une disponibilité et d'une polyvalence à toute épreuve pour remplacer tous les personnels manquants ou défaillants de nos établissements (secrétaires, CPE, adjoints-gestionnaires, DDFPT, AED, infirmier(e), Psy-EN...);"
Daphné
Daphné
Dieu de l'Olympe

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 3 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Daphné le Dim 22 Déc 2019 - 14:10
@Ramanujan974 a écrit:
@Caspar a écrit:Je ne leur jette pas forcément la pierre non plus: je ne connais rien au fonctionnement d'un hôpital, d'un tribunal ou d'un commissariat...

Sauf que ta réaction par défaut lorsqu'on te parle de ces 3 endroits, ce n'est peut-être pas de dire que ceux qui y travaillent sont tous des feignants trop payés et que la France se porterait mieux s'ils avaient moins de vacances.

Tu m'ôtes les mots du clavier là ! [France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 3 2252222100
N'y connaissant rien je n'en parle pas et ne critique pas.

Et d'ailleurs d'après ma fille médecin, d'après mon père magistrat aujourd'hui décédé, d'après mon mari et des amis occupant diverses professions, les journalistes disent autant de con... concernant les autres métiers que le nôtre vu qu'ils n'y connaissent RIEN non plus !
Caspar
Caspar
Bon génie

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 3 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Caspar le Dim 22 Déc 2019 - 14:36
@Ramanujan974 a écrit:
@Caspar a écrit:Je ne leur jette pas forcément la pierre non plus: je ne connais rien au fonctionnement d'un hôpital, d'un tribunal ou d'un commissariat...

Sauf que ta réaction par défaut lorsqu'on te parle de ces 3 endroits, ce n'est peut-être pas de dire que ceux qui y travaillent sont tous des feignants trop payés et que la France se porterait mieux s'ils avaient moins de vacances.

C'est vrai, je pensais plutôt au côté organisation des établissements, conditions de travail, pas à la vision plus large et souvent négative du métier. Essayer d'expliquer à des personnes extérieure à l'EN en quoi consiste la réforme du lycée et plus généralement le fonctionnement quotidien d'un établissement scolaire ce n'est pas évident.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum