Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Mahogany
Mahogany
Niveau 1

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Mahogany Lun 17 Oct - 13:45
Bonjour,

Je suis stagiaire en lycée dans un établissement plutôt difficile (qui frise le REP mais n'a pas la labellisation). Je rencontre beaucoup de difficultés avec une classe de première techno. En effet, malgré un plan de classe, des avertissements + heure de colle avec travail à rendre noté (en moyenne 2/ cours), de la valorisation (entretien en fin de cours avec un élève, parler du potentiel global de la classe), rien ne marche. C'est la classe en général qui est problématique et pas simplement que quelques éléments. Résultat: je suis dans une classe inaudible où j'avance péniblement et où je sais que je ne suis pas écoutée. Je continue quand même parce que rester planté à les fusiller du regard ne marche pas (déjà testé). J'ai pas de technique, la dernière en date (aujourd'hui) je tente l'appel aux parents. Je l'ai fait avec une élève qui avait déjà eu une heure de colle et je verrai si ça a fonctionné ou pas dans la semaine. La mère s'est montrée à l'écoute et a dit qu'elle ferait une mise au point avec elle ce soir.

Je suis désespérée. Les collègues ne sont pas d'une grande aide, à part me dire que je suis la cheffe, capitaine ça ne m'aide pas des masses. Pire, j'ai l'impression que je suis nulle, que j'ai toutes les clés en main mais que je n'arrive pas à avancer. Ca me culpabilise. Pareil le CPE me dit de faire des cours de mnémotechnie (les faire dessiner pour qu'ils apprennent le cours) ou pratiquer l'humour. Sauf qu'ils me prennent déjà pour une bille donc c'est à double tranchant. Je ferais de l'humour si j'étais respectée mais là c'est pas le cas.

Des pistes pour m'aider à débloquer la situation?

PS: Je passe aussi pour la gentille de service. Effectivement, je n'ai pas un caractère très affirmé ça doit jouer aussi. Est-ce qu'il y'a des profs introvertis? Comment faites-vous?

Merci beaucoup
scot69
scot69
Modérateur

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par scot69 Lun 17 Oct - 14:13
Tu es gentille?

Très bien, c'est une belle et noble qualité.

Essaie justement de réfléchir à cette problématique: "en quoi ma gentillesse peut-elle être à mon service pour tenir ma classe?". C'est un travail sur soi très enrichissant et très efficace. (ça l'a été pour moi)

surtout ne change pas, inutile de te forcer à faire la méchante ou la sorcière si ce n'est pas dans ta nature, les gamins sentent les failles et tu es encore moins crédible, c'est en étant authentique et fidèle à soi-même que l'on dégage de l'authenticité, donc de l'autorité.

courage en tous cas!
zigmag17
zigmag17
Grand Maître

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par zigmag17 Lun 17 Oct - 14:22
Mahogany a écrit:Bonjour,

Je suis stagiaire en lycée dans un établissement plutôt difficile (qui frise le REP mais n'a pas la labellisation). Je rencontre beaucoup de difficultés avec une classe de première techno. En effet, malgré un plan de classe, des avertissements + heure de colle avec travail à rendre noté (en moyenne 2/ cours), de la valorisation (entretien en fin de cours avec un élève, parler du potentiel global de la classe), rien ne marche. C'est la classe en général qui est problématique et pas simplement que quelques éléments. Résultat: je suis dans une classe inaudible où j'avance péniblement et où je sais que je ne suis pas écoutée. Je continue quand même parce que rester planté à les fusiller du regard ne marche pas (déjà testé). J'ai pas de technique, la dernière en date (aujourd'hui) je tente l'appel aux parents. Je l'ai fait avec une élève qui avait déjà eu une heure de colle et je verrai si ça a fonctionné ou pas dans la semaine. La mère s'est montrée à l'écoute et a dit qu'elle ferait une mise au point avec elle ce soir.

Je suis désespérée. Les collègues ne sont pas d'une grande aide, à part me dire que je suis la cheffe, capitaine ça ne m'aide pas des masses. Pire, j'ai l'impression que je suis nulle, que j'ai toutes les clés en main mais que je n'arrive pas à avancer. Ca me culpabilise. Pareil le CPE me dit de faire des cours de mnémotechnie (les faire dessiner pour qu'ils apprennent le cours) ou pratiquer l'humour. Sauf qu'ils me prennent déjà pour une bille donc c'est à double tranchant. Je ferais de l'humour si j'étais respectée mais là c'est pas le cas.

Des pistes pour m'aider à débloquer la situation?

PS: Je passe aussi pour la gentille de service. Effectivement, je n'ai pas un caractère très affirmé ça doit jouer aussi. Est-ce qu'il y'a des profs introvertis? Comment faites-vous?

Merci beaucoup

J'ai beaucoup beaucoup beaucoup souffert de ça en début de carrière avec un public difficile ( LP), des classes gratinées et un réel qui a sauté à la figure de la timide, contemplative, rêveuse et idéaliste que j'étais. J'ai failli démissionner.  Ce qui m'a sauvée et retenue , sans doute ( certainement ) c'est mon goût pour les blagues et le cabotinage, et je dois dire qu'en ce domaine ce public y est réceptif la plupart du temps. On ne change pas fondamentalement sa nature mais il existe des moyens d'affirmer son autorité face à une classe. Je ne sais pas si ça peut fonctionner avec la classe dont tu parles mais je crois beaucoup en deux choses: d'abord, tu dois être persuadée de ta légitimité totale à être devant eux, et du bon côté du bureau. Ensuite, tu peux tenter de sortir de la posture "descendante" ( tu es la prof, ils sont les élèves, ils sont là pour suivre le cours et ce cours doit avoir lieu coûte que coûte même dans le bruit) pour pendant 5, 10, 30 minutes... le temps qu'il faut, parler avec eux de leur attitude qui te déplaît et ne favorise pas les apprentissages; je veux dire, tout mettre à plat et leur parler vraiment: ce qui ne te convient pas, ce que tu attends d'eux, ce que tu veux qu'ils apprennent avec toi cette année... Les élèves sont sensibles à ces discours qui leur montrent qu'on est dans le même bateau qu'eux ( on vise la réussite) et pas des ennemis à abattre. Aborder un cours de cette façon va certainement les désarçonner, tu auras certainement de l'écoute de leur part, car ce faisant tu les sors de leur posture d'élèves pénibles pour leur montrer clés en main les moyens pour eux d'avancer correctement cette année dans ta matière.
Mais comme rien n'est simple, certains recommenceront leur petit jeu. Tu pourras sévir, ils auront été prévenus.
Cette année comme ça j'ai déjà fait au moins trois mises au point collectives avec une classe de seconde pro: on pose les stylos, on m'écoute et on essaie d'intégrer ce que je dis. Je suis hyper calme, mais froide. Puis avec le sourire, on reprend le travail. Ce n'est pas du temps perdu.
Par ailleurs j'ai reçu individuellement 3 élèves pour discuter de leur comportement.  Ils ont fait des efforts mais ont repris leurs mauvaises habitudes au bout de 15 jours. L'un des trois a été reçu par le CdE avec le PP car il pose des problèmes dans tous les cours.
C'est ça qui est usant dans ce métier : toujours tout recommencer. Mais le dialogue à ses vertus qu'il serait dommage d'occulter.
Et puis: ce n'est pas un défaut d'être gentil, au contraire. Il faut essayer d'être ferme surtout.
Les élèves qui pensent que gentillesse égale faiblesse se leurrent complètement.
Maju
Maju
Niveau 8

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Maju Lun 17 Oct - 15:34
Zigmag a raison: être gentil, ce n'est pas un défaut, c'est même une force. Il faut juste que tes élèves comprennent que ce n'est pas une faiblesse de ta part.
Prends le temps de faire le point sur tes exigences, et sois clairement convaincue de leur légitimité, et surtout de leur objectif, et dis-le à tes élèves: tes demandes ne sont pas juste une volonté d'affirmer un quelconque pouvoir, elles ont pour objectif de leur permettre, à eux, de progresser. Tu es là pour les faire avancer, et les exigences que tu poses sont dans leur intérêt.
Essaie aussi de voir avec tes collègues comment ils se comportent dans les autres matières, histoire de savoir si le problème est plus général.
Et tiens bon: manifestement tu réfléchis et tu cherches des solutions, c'est le meilleur moyen d'avancer, tu vas finir par trouver ce qui marche avec eux, mais aussi pour toi, sans pour autant changer ta nature.
Bon courage, et tiens nous au courant.
Ananké
Ananké
Niveau 8

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Ananké Lun 17 Oct - 15:55
Bonjour Mahogany,

Je vois très bien la situation, j'ai déjà eu deux terminales STMG infectes. J'ai du mal à croire que si c'est la classe en entier qui est ingérable, elle ne le soit que dans ta classe. Quand j'avais été en difficulté, je n'étais pas la seule, c'est collectivement que l'on peut faire qqch. Si l'équipe ne se défile pas, on peut mettre en place des choses comme une fiche de suivi de la classe : des cases "tenue correcte de l'élève", "attitude en classe", "bavardage" etc. On cochait les cases et en fin de semaine la CPE faisait le point : plus de 3 cases cochées sur la semaine et c'était la retenue noire l'exclusion temporaire en fonction des cases cochées. Ca a plutôt bien fonctionné au début, quand tous les collègues la remplissait régulièrement, le temps passant, on la rendait moins régulièrement mais le fait de sortir la fiche était dissuasif en classe pour certains. Après c'est épuisant et c'est une charge mentale de plus, mais bon, si on peut gagner quelques moins de pseudo calme on le prend.
Si les collègues se désolidarisent du genre "ah non, avec moi pas de problème", ce qui a été le cas pour une de mes STMG, après un incident j'ai décidé de ne pas faire cours et d'arrêter de leur faire cours tant qu'ils ne changeaient pas d'attitude. Je l'ai fait dans les règles si on peut dire : je suis allée voir le proviseur, les CPE. Comme ils se rejetaient la balle, je n'ai pas fait cours un moment, ça a permis de marquer les esprits, de reprendre à zéro. C'était pas non plus la panacée, mais au moins j'ai réussir à sortir de ce cauchemar de cours impossibles à faire.
pseudo-intello
pseudo-intello
Sage

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par pseudo-intello Lun 17 Oct - 16:28
Mahogany a écrit:
PS: Je passe aussi pour la gentille de service. Effectivement, je n'ai pas un caractère très affirmé ça doit jouer aussi. Est-ce qu'il y'a des profs introvertis? Comment faites-vous?

Merci beaucoup

Nous avons éduqués à être gentils, parce qu'entre gens intelligents, c'est en étant gentils que les choses se passent le mieux.
Dans une société saine et normale, être gentil n'implique pas de ne plus être respecté. Hors du collège, être souple, débonnaire, coulant, arrangeant, ce sont plutôt des qualités.

Mais une classe, ce n'est pas la vie quotidienne, et la boulangerie où tu cherches ton pain en échangeant des sourires avec la vendeuse.

Dans un établissement scolaire, on a des classes d'adolescents souvent adorables individuellement mais dont l'effet de groupe amoindrit l'empathie, ou rend tatillon sur sa propre image (ne pas passer pour e lèche-bottes rabat-joie). Les élèves sont à la fois entre mis (le sentiment de force provoqué par le groupe) et contraints à s'installer et rester une heure dans un lieu qu'ils n'ont pas choisi, et à travailler et faire des efforts (aïe !), ce qui est moins drôle et sympa que leurs loisirs habituels, et sans doute me^me le seule lieu, pour certains, où ils sont confrontés à leurs faiblesses et leurs manquements, ce qui est difficile.
Nous essayons, bien sûr, d’œuvrer pour que les choses se passent au mieux, mais c'est ainsi.

Bref, nos élèves ne sont pas, ou pas exactement, en classe, les enfants qu'ils sont au-dehors.
De la même manière, nous ne sommes pas , ou pas exactement les mêmes quand nous sommes en classe ou en civil.

En classe, en effet, l'empathie dont nous pouvons faire preuve au quotidien, la tentation de laisser une dernière chance, la tentation d'être souple pour l'élève qui était absent et n'a pas rattrapé son devoir, etc, peuvent nous coûter cher en termes d'autorité, de respect, de crédibilité.

C'est parfois dur de tenir ce qu'on dit, de donner la punition promise à l'élève qui déborde, surtout s'il s'agit d'un mignon gentil sage, qui, pas de bol, dérape un peu au dernier moment ; on a envie de le gracier, mais si on a promis de punir, il faut punir. Il faut savoir mettre quelques états d'âme de côté. Oui, quand on est intransigeant, au début, les élèves nous culpabilisent, tentent de nous faire passer pour le grand méchant, et, au moment où ils le font, certains sont presque sincères, précisément s'ils ont peu l'habitude d'assumer leurs actes. Mais c'est mieux ainsi, pour toi, et, à moyen et long terme, pour eux.

On ne te demande pas d'être gentille, ni agréable, ni aimée des élèves. On ne te l'interdit pas spécifiquement non plus, mais ce n'est pas pour ça que tu es embauchée, pas sur ces compétences ou ces qualités. On te demande d'être rigoureuse, efficace, professionnelle. Par le passé, il m'est arrivé d'être très cerbère jusqu'à la Toussaint, puis beaucopu plus agréable par la suite, une fois que tout était très bien calé (ce qui n'est pas possible avec toutes les classes).

Courage, le métier est très difficile, et il faut du temps (et de l'énergie !) pour redresser les choses une fois que l'autorité est amochée. Les vacances arrivent, tu vas souffler.
Si tu arrives à prendre sur toi pour te montrer plus intransigeante en classe, ça risque de te faire du bien à toi aussi, même en dehors de ta vie professionnelle !


Dernière édition par pseudo-intello le Lun 17 Oct - 17:45, édité 1 fois

_________________
Publicité:
Maju
Maju
Niveau 8

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Maju Lun 17 Oct - 16:35
Pseudo-Intello a écrit:En classe, en effet, l'empathie dont nous pouvons faire preuve au quotidien, la tentation de laisser une dernière chance, la tentation d'être souple pour l'élève qui était absent et n'a pas rattrapé son devoir, etc, peuvent nous coûter cher en termes d'autorité, de respect, de crédibilité.

C'est parfois dur de tenir ce qu'on dit, de donner la punition promise à l'élève qui déborde, surtout s'il s'agit d'un mignon gentil sage, qui, pas de bol, dérape un peu au dernier moment ; on a envie de le gracier, mais si on a promis de punir, il faut punir. Il faut savoir mettre quelques états d'âme de côté. Oui, quand on est intransigeant, au début, les élèves nous culpabilisent, tentent de nous faire passer pour le grand méchant, et, au moment où ils le font, certains sont presque sincères, précisément s'ils ont peu l'habitude d'assumer leurs actes. Mais c'est mieux ainsi, pour toi, et, à moyen et long terme, pour eux.
Je suis tout à fait d'accord avec cela. C'est pour cela que je parlais de la nécessité d'être convaincue de la légitimité de nos exigences: c'est en m'appuyant sur la conviction que ma fermeté était dans l'intérêt de mes élèves que j'ai réussi à mieux tenir ce que je leur annonçais sans avoir l'impression d'être "méchante", ou contre eux.
zigmag17
zigmag17
Grand Maître

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par zigmag17 Lun 17 Oct - 16:46
pseudo-intello a écrit:
Mahogany a écrit:
PS: Je passe aussi pour la gentille de service. Effectivement, je n'ai pas un caractère très affirmé ça doit jouer aussi. Est-ce qu'il y'a des profs introvertis? Comment faites-vous?

Merci beaucoup

Nous avons éduqués à être gentils, parce qu'entre gens intelligents, c'est en étang gentils que les choses se passent le mieux.
Dans une société saine et normale, être gentil n'implique pas de ne plus être respecté. Hors du collège, être souple, débonnaire, coulant, arrangeant, ce sont plutôt des qualités.

Mais une classe, ce n'est pas la vie quotidienne, et la boulangerie où tu cherches ton pain en échangeant des sourires avec la vendeuse.

Dans un établissement scolaire, on a des classes d'adolescents souvent adorables individuellement mais dont l'effet de groupe amoindrit l'empathie, ou rend tatillon sur sa propre image (ne pas passer pour e lèche-bottes rabat-joie). Les élèves sont à la fois entre mis (le sentiment de force provoqué par le groupe) et contraints à s'installer et rester une heure dans un lieu qu'ils n'ont pas choisi, et à travailler et faire des efforts (aïe !), ce qui est moins drôle et sympa que leurs loisirs habituels, et sans doute me^me le seule lieu, pour certains, où ils sont confrontés à leurs faiblesses et leurs manquements, ce qui est difficile.
Nous essayons, bien sûr, d’œuvrer pour que les choses se passent au mieux, mais c'est ainsi.

Bref, nos élèves ne sont pas, ou pas exactement, en classe, les enfants qu'ils sont au-dehors.
De la même manière, nous ne sommes pas , ou pas exactement les mêmes quand nous sommes en classe ou en civil.

En classe, en effet, l'empathie dont nous pouvons faire preuve au quotidien, la tentation de laisser une dernière chance, la tentation d'être souple pour l'élève qui était absent et n'a pas rattrapé son devoir, etc, peuvent nous coûter cher en termes d'autorité, de respect, de crédibilité.

C'est parfois dur de tenir ce qu'on dit, de donner la punition promise à l'élève qui déborde, surtout s'il s'agit d'un mignon gentil sage, qui, pas de bol, dérape un peu au dernier moment ; on a envie de le gracier, mais si on a promis de punir, il faut punir. Il faut savoir mettre quelques états d'âme de côté. Oui, quand on est intransigeant, au début, les élèves nous culpabilisent, tentent de nous faire passer pour le grand méchant, et, au moment où ils le font, certains sont presque sincères, précisément s'ils ont peu l'habitude d'assumer leurs actes. Mais c'est mieux ainsi, pour toi, et, à moyen et long terme, pour eux.

On ne te demande pas d'être gentille, ni agréable, ni aimée des élèves. On ne te l'interdit pas spécifiquement non plus, mais ce n'est pas pour ça que tu es embauchée, pas sur ces compétences ou ces qualités. On te demande d'être rigoureuse, efficace, professionnelle. Par le passé, il m'est arrivé d'être très cerbère jusqu'à la Toussaint, puis beaucopu plus agréable par la suite, une fois que tout était très bien calé (ce qui n'est pas possible avec toutes les classes).

Courage, le métier est très difficile, et il faut du temps (et de l'énergie !) pour redresser les choses une fois que l'autorité est amochée. Les vacances arrivent, tu vas souffler.
Si tu arrives à prendre sur toi pour te montrer plus intransigeante en classe, ça risque de te faire du bien à toi aussi, même en dehors de ta vie professionnelle !

Tu as raison mais ( il y a un mais) : nous avons tous des caractères différents et si, être gentil ou non fait partie du caractère. Et crois-moi, je côtoie des collègues qui ne sont pas "gentils" par nature et comme par hasard, ils ont moins de problèmes de discipline à priori. Ce qui ne signifie pas qu'ils sont davantage respectés par leurs élèves, ils sont juste davantage craints, ce qui n'a rien à voir. Quand on est plutôt gentil de nature, il faut se forcer pour ne pas l'être en classe quand les circonstances demandent de faire preuve d'autorité voire d'autoritarisme, ce qui demande donc de se faire violence.
Alors certes, on ne nous demande pas d'être "gentil " ou "pas gentil", simplement d'être des professionnels, mais on ne peut pas occulter le fait qu'une grande partie de sa personnalité est engagée dans ce boulot .
Et il reste légitime de s'interroger sur les moyens de tenir une classe difficile sans trop perdre de soi-même non plus.
Mahogany
Mahogany
Niveau 1

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Mahogany Lun 17 Oct - 17:27
Scot: Pour l'instant, clairement ma gentillesse n'est pas un atout. C'est plutôt un défaut puisque les élèves sentent que je ne suis pas méchante, donc que la punition ne va pas aller de soi pour moi et que je mettrai peut-être plus de temps à la mettre en place (ce qui est faux puisque les colles c'est à tout les cours). Mais c'est peut-être pour ça que les heures de colle n'ont pas d'effet parce que ça fait méchant alors qu'ils savent que c'est pas mon tempérament? J'en sais trop rien.

Toi, personnellement, comment as-tu renversé les choses? Comment as-tu fait pour transformer ta gentillesse en outil de gestion de classe, en une ressource?

Zigmag: Mais concrètement, comment tu fais, rien que pour prendre la parole pour mettre les choses à plat ? Je veux dire tu fais comment pour capter leur attention et faire ce point? Parce qu'on a beau faire une activité, dicter ça parle comme au café. Je me sens démunie en permanence avec eux. Je veux bien faire un point, ça me paraît judicieux, mais comment avoir du calme à ce moment là ?

Maju: Merci beaucoup pour tes précisions. Reste plus qu'à trouver un temps mort pour que je prenne la parole pour leur expliquer tout ça :c

Ananké: On a pas vraiment de fiche collective, non. Chacun fait un peu dans son coin, et après fait remonter. Pour le CDE, étant donné que je suis stagiaire, je me sens pas trop à l'aise. Sachant que je vais avoir un accompagnement renforcé (rien que le nom, ça sent pas bon), et que mon tuteur m'a déjà signalé à la proviseure pour ces questions de gestion de classe, c'est délicat à gérer. Par ailleurs, concernant le CPE, il est très dans les neurosciences, dans la pédagogie ludique (faire des jeux, apprendre à dessiner), ça ne me correspond pas pour l'instant. Moi, je cherche à avoir un cadre, à pouvoir être respectée et me sentir écouteé, sans avoir l'impression de faire partie des murs, après tout ce qui est pédagogie ludique (travail de groupe etc) je pourrais le mettre en place après. C'est vital de trouver un cadre, pas de partir sur les points particuliers du CPE. C'est pour ça que je viens chercher des pistes ici et du soutien parce que je ne me sens pas aidée par ma hiérarchie.

Pseudo-intello: En fait, j'ai l'impression que l'intransigeance que j'essaie de mettre en place (heure de colle etc) ne fonctionne pas. C'est bien le problème, c'est que mes tentatives pour avoir une gestion de classe à peu près potables sont vaines. Et je me sens démunie. PArce que l'intransigeance ne va pas de soi chez moi mais quand je la mets en place elle ne fonctionne pas.
gregforever
gregforever
Sage

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par gregforever Lun 17 Oct - 17:35
Je vais aller dans le sens de ta dernière intervention: mettre des heures de colle à tous les cours ça ne fonctionne pas; sans compter qu'à force tu seras peut-être lâchée par la vie sco qui n'arrivera pas à suivre.
zigmag17
zigmag17
Grand Maître

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par zigmag17 Lun 17 Oct - 17:43
Mahogany a écrit:Scot: Pour l'instant, clairement ma gentillesse n'est pas un atout. C'est plutôt un défaut puisque les élèves sentent que je ne suis pas méchante, donc que la punition ne va pas aller de soi pour moi et que je mettrai peut-être plus de temps à la mettre en place (ce qui est faux puisque les colles c'est à tout les cours). Mais c'est peut-être pour ça que les heures de colle n'ont pas d'effet parce que ça fait méchant alors qu'ils savent que c'est pas mon tempérament? J'en sais trop rien.

Toi, personnellement, comment as-tu renversé les choses? Comment as-tu fait pour transformer ta gentillesse en outil de gestion de classe, en une ressource?

Zigmag: Mais concrètement, comment tu fais, rien que pour prendre la parole pour mettre les choses à plat ? Je veux dire tu fais comment pour capter leur attention et faire ce point? Parce qu'on a beau faire une activité, dicter ça parle comme au café. Je me sens démunie en permanence avec eux. Je veux bien faire un point, ça me paraît judicieux, mais comment avoir du calme à ce moment là ?

Maju: Merci beaucoup pour tes précisions. Reste plus qu'à trouver un temps mort pour que je prenne la parole pour leur expliquer tout ça :c

Ananké: On a pas vraiment de fiche collective, non. Chacun fait un peu dans son coin, et après fait remonter.  Pour le CDE, étant donné que je suis stagiaire, je me sens pas trop à l'aise. Sachant que je vais avoir un accompagnement renforcé (rien que le nom, ça sent pas bon), et que mon tuteur m'a déjà signalé à la proviseure pour ces questions de gestion de classe, c'est délicat à gérer. Par ailleurs, concernant le CPE, il est très dans les neurosciences, dans la pédagogie ludique (faire des jeux, apprendre à dessiner), ça ne me correspond pas pour l'instant. Moi, je cherche à avoir un cadre, à pouvoir être respectée et me sentir écouteé, sans avoir l'impression de faire partie des murs, après tout ce qui est pédagogie ludique (travail de groupe etc) je pourrais le mettre en place après. C'est vital de trouver un cadre, pas de partir sur les points particuliers du CPE. C'est pour ça que je viens chercher des pistes ici et du soutien parce que je ne me sens pas aidée par ma hiérarchie.

Pseudo-intello: En fait, j'ai l'impression que l'intransigeance que j'essaie de mettre en place (heure de colle etc) ne fonctionne pas. C'est bien le problème, c'est que mes tentatives pour avoir une gestion de classe à peu près potables sont vaines. Et je me sens démunie. PArce que l'intransigeance ne va pas de soi chez moi mais quand je la mets en place elle ne fonctionne pas.  

Voici comment je procède : je fais entrer les eleveswen classe. Je les laisse sortir leurs affaires. Ca peut partir en brouhaha directement, parfois ça ne bronche pas trop. Dans tous les cas je les regarde directement, plus rien ne compte. Je ne m'occupe pas de faire l'appel, rien, pas de distraction, l' esprit doit être tourné vers une seule chose: la leçon de morale. Je prends une mine fermée et un ton froid et je leur dis que je veux le silence et qu'ils vont m'écouter. Ils doivent poser leurs stylos et ne faire aucun bruit. Ta voix doit porter, déterminée, limite désincarnée : aucune émotion, que du factuel ( et crois-moi, si tu es convaincue que le bruit est insupportable, tu les convaincras. Peut-etre que ça ne fonctionnera que pendant les 15 minutes suivantes, ou l'heure, tant pis s'il faut recommencer). Et tu leur dis: "Nous allons redéfinir la manière de travailler dans cette classe. Cela ne me satisfait pas parce que... C'est inadmissible parce que... J'observe que... Mon rôle est de... Votre rôle est de... A partir de maintenant voici comment nous allons fonctionner..."
Alors ça marche bien avec des classes qui acceptent de t'écouter un minimum. La seule fois où ça n'a pas fonctionné, et pourtant j'avais de la bouteille, j'en ai eu ma claque au bout de 6 mois, j'ai pris mes affaires et je les ai plantés là pour aller dans le bureau du CdE et lui dire que c'était eux ou moi. Bon tu es stagiaire, c'est interdit. Mais je pense que si tes élèves ne sont pas trop rétifs tu vas y arriver: si tu arrives à faire passer ton message ce sera gagné, si tu te forces trop à être dans la répression alors que profondément ce n'est pas ton truc, ça va être dur. Avec des circonvolutions parfois ca fonctionne mieux.
pseudo-intello
pseudo-intello
Sage

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par pseudo-intello Lun 17 Oct - 17:53
zigmag17 a écrit:Tu as raison mais ( il y a un mais) : nous avons tous des caractères différents et si, être gentil ou non fait partie du caractère. Et crois-moi, je côtoie des collègues qui ne sont pas "gentils" par nature et comme par hasard, ils ont moins de problèmes de discipline à priori. Ce qui ne signifie pas qu'ils sont davantage respectés par leurs élèves, ils sont juste davantage craints, ce qui n'a rien à voir. Quand on est plutôt gentil de nature, il faut se forcer pour ne pas l'être en classe quand les circonstances demandent de faire preuve d'autorité voire d'autoritarisme, ce qui demande donc de se faire violence.
Alors certes, on ne nous demande pas d'être "gentil " ou "pas gentil", simplement d'être des professionnels, mais on ne peut pas occulter le fait qu'une grande partie de sa personnalité est engagée dans ce boulot .
Et il reste légitime de s'interroger sur les moyens de tenir une classe difficile sans trop perdre de soi-même non plus.

Ah, je sais, hélas. Moi, je suis une lymphatique devant l'éternel, donc je dois, au moins dans un premier temps, faire semblant d'être un peu moins molle du genou que je ne le suis.
Après, une fois que les choses se sont mises en place (si et seulement si je parviens à les mettre en place), je peux redescendre un peu vers mes deux de tension naturels.
Si la classe est vraiment relou, ce n'est pas possible, et je dois mettre mon masque toute l'année.


Quand les choses sont vraiment mal engagées, et c'était le cas avec l'une de mes classes l'an dernier, je rappelais aux élèves que j'étais là pour les faire travailler. A partir de là, soit on travaillait normalement et comme prévu, soit ils travaillaient sur feuille et c'était noté. Parfois, j'ai dû les faire travailler sur feuille plusieurs fois de suite, et ça m'allongeait mon temps de travail, mais c'était meilleur pour ma santé mentale.

_________________
Publicité:
Mitcindy
Mitcindy
Niveau 9

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Mitcindy Mar 18 Oct - 11:33
Mahogany a écrit:Bonjour,

Je suis stagiaire en lycée dans un établissement plutôt difficile (qui frise le REP mais n'a pas la labellisation). Je rencontre beaucoup de difficultés avec une classe de première techno. En effet, malgré un plan de classe, des avertissements + heure de colle avec travail à rendre noté (en moyenne 2/ cours), de la valorisation (entretien en fin de cours avec un élève, parler du potentiel global de la classe), rien ne marche. C'est la classe en général qui est problématique et pas simplement que quelques éléments. Résultat: je suis dans une classe inaudible où j'avance péniblement et où je sais que je ne suis pas écoutée. Je continue quand même parce que rester planté à les fusiller du regard ne marche pas (déjà testé). J'ai pas de technique, la dernière en date (aujourd'hui) je tente l'appel aux parents. Je l'ai fait avec une élève qui avait déjà eu une heure de colle et je verrai si ça a fonctionné ou pas dans la semaine. La mère s'est montrée à l'écoute et a dit qu'elle ferait une mise au point avec elle ce soir.

Je suis désespérée. Les collègues ne sont pas d'une grande aide, à part me dire que je suis la cheffe, capitaine ça ne m'aide pas des masses. Pire, j'ai l'impression que je suis nulle, que j'ai toutes les clés en main mais que je n'arrive pas à avancer. Ca me culpabilise. Pareil le CPE me dit de faire des cours de mnémotechnie (les faire dessiner pour qu'ils apprennent le cours) ou pratiquer l'humour. Sauf qu'ils me prennent déjà pour une bille donc c'est à double tranchant. Je ferais de l'humour si j'étais respectée mais là c'est pas le cas.

Des pistes pour m'aider à débloquer la situation?

PS: Je passe aussi pour la gentille de service. Effectivement, je n'ai pas un caractère très affirmé ça doit jouer aussi. Est-ce qu'il y'a des profs introvertis? Comment faites-vous?

Merci beaucoup

La gentillesse n'est pas une faiblesse, comme le disent les collègues plus hauts.
Ce qu'il faut, c'est que les élèves connaissent tes limites.
On peut être très gentil et en même temps punir sans pitié les dérapages.
Si tu es timide, il faut prendre le masque de la réserve, voire d'une légère froideur. Cela tient généralement en respect.
scot69
scot69
Modérateur

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par scot69 Mar 18 Oct - 11:47
Mahogany a écrit:Scot: Pour l'instant, clairement ma gentillesse n'est pas un atout. C'est plutôt un défaut puisque les élèves sentent que je ne suis pas méchante, donc que la punition ne va pas aller de soi pour moi et que je mettrai peut-être plus de temps à la mettre en place (ce qui est faux puisque les colles c'est à tout les cours). Mais c'est peut-être pour ça que les heures de colle n'ont pas d'effet parce que ça fait méchant alors qu'ils savent que c'est pas mon tempérament? J'en sais trop rien.

Toi, personnellement, comment as-tu renversé les choses? Comment as-tu fait pour transformer ta gentillesse en outil de gestion de classe, en une ressource?
 

J'ai fait une formation de PNL, qui a été un outil extra pour moi.

Le but est de chercher quelles sont tes qualités que tu peux exploiter, utiliser et mettre à profit pour mieux gérer les situations.

Essaie peut être de penser à des situations (pas forcément au travail) dans lesquelles grâce à ta gentillesse, tu as réussi à gérer, à t'affirmer et réfléchis à comment cette bonne gestion sera transférable dans le contexte scolaire.

Tu peux aussi observer un peu les autres (je parle vraiment d'observer ce que tu vois, pas d'écouter leurs exploits) et voir si certaines réactions te parlent et te semblent réutilisables.

Après, il faut aussi être très rigoureux et organisé, cela évite les moments de flottement chahutogènes.

Mitcindy
Mitcindy
Niveau 9

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Mitcindy Mar 18 Oct - 12:11
zigmag17 a écrit:
Mahogany a écrit:Scot: Pour l'instant, clairement ma gentillesse n'est pas un atout. C'est plutôt un défaut puisque les élèves sentent que je ne suis pas méchante, donc que la punition ne va pas aller de soi pour moi et que je mettrai peut-être plus de temps à la mettre en place (ce qui est faux puisque les colles c'est à tout les cours). Mais c'est peut-être pour ça que les heures de colle n'ont pas d'effet parce que ça fait méchant alors qu'ils savent que c'est pas mon tempérament? J'en sais trop rien.

Toi, personnellement, comment as-tu renversé les choses? Comment as-tu fait pour transformer ta gentillesse en outil de gestion de classe, en une ressource?

Zigmag: Mais concrètement, comment tu fais, rien que pour prendre la parole pour mettre les choses à plat ? Je veux dire tu fais comment pour capter leur attention et faire ce point? Parce qu'on a beau faire une activité, dicter ça parle comme au café. Je me sens démunie en permanence avec eux. Je veux bien faire un point, ça me paraît judicieux, mais comment avoir du calme à ce moment là ?

Maju: Merci beaucoup pour tes précisions. Reste plus qu'à trouver un temps mort pour que je prenne la parole pour leur expliquer tout ça :c

Ananké: On a pas vraiment de fiche collective, non. Chacun fait un peu dans son coin, et après fait remonter.  Pour le CDE, étant donné que je suis stagiaire, je me sens pas trop à l'aise. Sachant que je vais avoir un accompagnement renforcé (rien que le nom, ça sent pas bon), et que mon tuteur m'a déjà signalé à la proviseure pour ces questions de gestion de classe, c'est délicat à gérer. Par ailleurs, concernant le CPE, il est très dans les neurosciences, dans la pédagogie ludique (faire des jeux, apprendre à dessiner), ça ne me correspond pas pour l'instant. Moi, je cherche à avoir un cadre, à pouvoir être respectée et me sentir écouteé, sans avoir l'impression de faire partie des murs, après tout ce qui est pédagogie ludique (travail de groupe etc) je pourrais le mettre en place après. C'est vital de trouver un cadre, pas de partir sur les points particuliers du CPE. C'est pour ça que je viens chercher des pistes ici et du soutien parce que je ne me sens pas aidée par ma hiérarchie.

Pseudo-intello: En fait, j'ai l'impression que l'intransigeance que j'essaie de mettre en place (heure de colle etc) ne fonctionne pas. C'est bien le problème, c'est que mes tentatives pour avoir une gestion de classe à peu près potables sont vaines. Et je me sens démunie. PArce que l'intransigeance ne va pas de soi chez moi mais quand je la mets en place elle ne fonctionne pas.  

Voici comment je procède : je fais entrer les eleveswen classe. Je les laisse sortir leurs affaires. Ca peut partir en brouhaha directement, parfois ça ne bronche pas trop. Dans tous les cas je les regarde directement, plus rien ne compte. Je ne m'occupe pas de faire l'appel, rien, pas de distraction, l' esprit doit être tourné vers une seule chose: la leçon de morale. Je prends une mine fermée et un ton froid et je leur dis que je veux le silence et qu'ils vont m'écouter.  Ils doivent poser leurs stylos et ne faire aucun bruit. Ta voix doit porter, déterminée, limite désincarnée : aucune émotion, que du factuel ( et crois-moi, si tu es convaincue que le bruit est insupportable, tu les convaincras. Peut-etre que ça ne fonctionnera que pendant les 15 minutes suivantes, ou l'heure, tant pis s'il faut recommencer). Et tu leur dis: "Nous allons redéfinir la manière de travailler dans cette classe. Cela ne me satisfait pas parce que... C'est inadmissible  parce que... J'observe que... Mon rôle est de... Votre rôle est de... A partir de maintenant voici comment nous allons fonctionner..."
Alors ça marche bien avec des classes qui acceptent de t'écouter un minimum. La seule fois où ça n'a pas fonctionné, et pourtant j'avais de la bouteille, j'en ai eu ma claque au bout de 6 mois, j'ai pris mes affaires et je les ai plantés là pour aller dans le bureau du CdE et lui dire que c'était eux ou moi. Bon tu es stagiaire, c'est interdit. Mais je pense que si tes élèves ne sont pas trop rétifs tu vas y arriver: si tu arrives à faire passer ton message ce sera gagné, si tu te forces trop à être dans la répression alors que profondément ce n'est pas ton truc, ça va être dur. Avec des circonvolutions parfois ca fonctionne mieux.

Je plussoie avec ce qui est écrit ici.
Pas d'émotion, être hyper déterminé et factuel et aussi très organisé.
Quand tu donnes un ordre (pardon, une consigne), ne même pas imaginer un seul instant qu'il ne sera pas exécuté.
Parler à l'impératif, d'un ton sûr de soi mais poli. Un ton ferme suivi d'un merci = un ordre exécuté (le plus souvent).
Ne jamais se justifier non plus.
menerve
menerve
Prophète

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par menerve Mar 18 Oct - 13:05
On peut être gentil tout en étant très ferme. Il faut trouver un juste milieu et ce n'est pas facile.
pseudo-intello
pseudo-intello
Sage

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par pseudo-intello Mar 18 Oct - 14:51
menerve a écrit:On peut être gentil tout en étant très ferme. Il faut trouver un juste milieu et ce n'est pas facile.

Je pense que par "gentille", la collègue voulait parler d'un phénomène qui nous est probablement arrivé à tous : on prévoit d'être ferme, et on se prend à l'être moins que prévu, parce que notre empathie, notre caractère conciliant, notre tendance à arrondir les angles, a pris le dessus sur notre fermeté.

_________________
Publicité:
floflo1010
floflo1010
Niveau 5

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par floflo1010 Mar 18 Oct - 15:43
Tout d'abord la gestion de classe est ce qui est plus difficile selon moi. J'ai un caractère gentil aussi du coup j'ai mis presque une dizaine d'année pour trouver un fonctionnement qui me convient. Donc sur les premières années, tu vas tatonner... Et même des fois encore ça dérape, c'est normal.

Je te donne quelques points que je donne aux stagiaires quand j'en ai : Fais ce que tu dis, ne te donne pas 100 000 points à corriger au début : repère ce qui te gêne le plus et à quel moment dans le cours cela te gêne le plus. Ce sera ton premier levier d'action.
Suivant ta matière, tu as une tutrice que tu peux aller voir mais tu peux aussi voir un prof de ta matière une fois dans une autre classe. Tu peux peut-être demander aussi à voir ta classe dans une heure d'un autre prof mais il faut bien y réfléchir cela peut être à double tranchant.... .

Un exemple, perso, je ne suis jamais arrivé à avoir un silence absolu toute l'heure même maintenant, donc tu peux te fixer à un moment dans l'heure silence au point le plus important et tu t' y tiens. Dans les autres s temps, tu peux tolérer du bruit mais sans leur dire sans que ce soit le bordel . Tu peux t'aider en leur faisant copier ou dicter quelque chose avant. Ensuite, j 'ai élargi au calcul mental... Maintenant ma règle, si quelqu'un s' exprime dans la classe pour expliquer, silence absolu.
Attends la rentrée pour mettre cela en place, les élèves ont de grandes capacités d'oublis en quinze jours.
Liste toi sur une feuille ce que tu ne tolereras plus mais reste modeste au début le temps de vraiment maîtriser Exemple : ne pas se lever sans autorisation...

Après suivant l'heure où tu as les petits anges, cela peut tout changer... Le vendredi à 16h40 tu ne peux pas avoir les mêmes exigences que le lundi à 8 h.
Courage pour ces derniers jours... Et prend de la distance pendant les vacances.

lene75
lene75
Enchanteur

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par lene75 Mar 18 Oct - 16:19
Je ne vais pas t'aider, mais juste, quand je lis technos dans un lycée difficile + stagiaire, bah déjà, ce n'est pas de ta faute. On ne laisse pas des classes technos à un stagiaire, même dans un lycée pas difficile. Ce sont des STMG ? Cette année quand on a appris qu'on aurait une TZR néotitulaire, je lui ai repris une STMG pour qu'elle ne craque pas... et je ne m'en sors pas alors que j'ai 12 ans d'expérience des STMG. Ce sont des classes qui regroupent les élèves à problèmes, et c’est un public très particulier, qui fonctionne beaucoup à l'affect et avec lequel les punitions peuvent se retourner contre nous si ça les braque. Je n'ai pas de solution à te proposer puisque je ne m'en sors pas. Simplement on essaie de faire front en équipe.

Édit : une astuce possible pour les travaux écrits notés. Ne pas tous les ramasser mais en tirer 5 au sort. Ça fait moins de corrections. Ça fonctionne avec ma classe de cette année, parce que c'est une classe difficile mais "gentille" malgré tout. J'ai été plus d'une fois confrontée à des STMG qui n'ont strictement rien à faire de leurs notes et refusent collectivement de faire le travail. Donc il faut un peu sonder avant de se lancer, parce qu'on est bien mal quand ils refusent de faire l'exercice.
Mitcindy
Mitcindy
Niveau 9

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Mitcindy Mar 18 Oct - 16:56
lene75 a écrit:Je ne vais pas t'aider, mais juste, quand je lis technos dans un lycée difficile + stagiaire, bah déjà, ce n'est pas de ta faute. On ne laisse pas des classes technos à un stagiaire, même dans un lycée pas difficile. Ce sont des STMG ? Cette année quand on a appris qu'on aurait une TZR néotitulaire, je lui ai repris une STMG pour qu'elle ne craque pas... et je ne m'en sors pas alors que j'ai 12 ans d'expérience des STMG. Ce sont des classes qui regroupent les élèves à problèmes, et c’est un public très particulier, qui fonctionne beaucoup à l'affect et avec lequel les punitions peuvent se retourner contre nous si ça les braque. Je n'ai pas de solution à te proposer puisque je ne m'en sors pas. Simplement on essaie de faire front en équipe.

Édit : une astuce possible pour les travaux écrits notés. Ne pas tous les ramasser mais en tirer 5 au sort. Ça fait moins de corrections. Ça fonctionne avec ma classe de cette année, parce que c'est une classe difficile mais "gentille" malgré tout. J'ai été plus d'une fois confrontée à des STMG qui n'ont strictement rien à faire de leurs notes et refusent collectivement de faire le travail. Donc il faut un peu sonder avant de se lancer, parce qu'on est bien mal quand ils refusent de faire l'exercice.


C'est sûr que quand on a une classe qui n'en a rien à faire des notes, c'est dur. C'est quand même rare... Enfin, moi,en six ans, je ne suis jamais tombée sur un élève totalement hermétique à une mauvaise note.

Il faut être souple pour survivre dans le métier. Dans certaines classes, il est inconcevable d'avoir le silence absolu pendant 1 heure. On peut en revanche le réclamer pendant certaines activités. En arrivant, quand ils sont tous debout (pour se mettre en posture d'élève), pendant l'appel, pendant une explication, pendant une interrogation... Pendant les exercices, on peut être plus ou moins tolérants selon le public qu'on a en face. Une règle d'or : on ne prend pas la parole sans lever le doigt et y être autorisé par moi. Les remarques intempestives peuvent être pénibles, après j'en tolère parfois, ça dépend vraiment des élèves, tant que cela ne dérape pas. Cette année, j'ai une classe de 4ème où on entend les mouches voler. Les élèves sont hyper faciles et le moindre mot dans le carnet les fait pleurer (dixit la prof principale). J'ai une autre classe qui est beaucoup plus dynamique et  "spontanée". Ils ont tendance à réagir à beaucoup de choses. Tant que ce n'est pas méchant et qu'ils bossent, je tolère car je sens que je peux pas trop exiger d'eux niveau silence permanent.
Il faut se fixer quelques règles et des limites personnelles. Pas évident au début, on marche aussi à l'instinct. Un truc gêne ou met mal à l'aise ? Y Réagir et surtout ne pas faire semblant de ne pas avoir entendu. Avec l'expérience, les mêmes choses reviennent souvent et la répartie est prête.
Aed2022
Aed2022
Niveau 7

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Aed2022 Mar 18 Oct - 17:05
lene75 a écrit:Je ne vais pas t'aider, mais juste, quand je lis technos dans un lycée difficile + stagiaire, bah déjà, ce n'est pas de ta faute. On ne laisse pas des classes technos à un stagiaire, même dans un lycée pas difficile. Ce sont des STMG ? Cette année quand on a appris qu'on aurait une TZR néotitulaire, je lui ai repris une STMG pour qu'elle ne craque pas... et je ne m'en sors pas alors que j'ai 12 ans d'expérience des STMG. Ce sont des classes qui regroupent les élèves à problèmes, et c’est un public très particulier, qui fonctionne beaucoup à l'affect et avec lequel les punitions peuvent se retourner contre nous si ça les braque. Je n'ai pas de solution à te proposer puisque je ne m'en sors pas. Simplement on essaie de faire front en équipe.

Édit : une astuce possible pour les travaux écrits notés. Ne pas tous les ramasser mais en tirer 5 au sort. Ça fait moins de corrections. Ça fonctionne avec ma classe de cette année, parce que c'est une classe difficile mais "gentille" malgré tout. J'ai été plus d'une fois confrontée à des STMG qui n'ont strictement rien à faire de leurs notes et refusent collectivement de faire le travail. Donc il faut un peu sonder avant de se lancer, parce qu'on est bien mal quand ils refusent de faire l'exercice.

Bonjour, première STMG ou première général ça ne change rien au fait que ce sont des ados. Certains respectueux qui aimeraient travailler et d’autres qui foutent le bordel soit car ils ont des problèmes extérieurs et veulent se faire remarquer soit tout simplement car ce sont des petits cons (oui, ça arrive aussi). Et puis à partir de la 1ère on est pas obligé d’être à l’école, je sais que mes professeurs en terminale se cassaient plus la tête un élève refusait tout travail en classe, il était viré tout simplement.

En tout cas c’est sûr que prof stagiaire dans un lycée difficile je comprendrais jamais !
lene75
lene75
Enchanteur

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par lene75 Mar 18 Oct - 17:19
Une classe générale, même difficile, et une STMG, ce sont vraiment deux mondes différents. Ça ne se gère pas du tout de la même façon. En tout cas dans mon lycée c'est sans commune mesure. Le problème en STMG, c'est le nombre. Ce n'est pas un élève qui ne veut pas travailler et vient pour s'amuser, c'est 90%. Ça ne peut pas se gérer comme quand c'est 10%. C'est le problème de Mahogany, qui signale que c'est la classe en général qui pose problème, et pas quelques éléments perturbateurs facilement repérables.
zigmag17
zigmag17
Grand Maître

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par zigmag17 Mar 18 Oct - 17:37
Entièrement d'accord avec lene75. Bien sûr que non, 35 STMG n'ont pas la même tenue en cours que 35 élèves de LG. On ne peut pas appliquer les mêmes méthodes avec tous les profils de classes. Avec certains élèves malheureusement nous sommes pieds et poings liés parce que si l'on résume, rien n'est permis au prof alors qu'à l'élève de nombreux manquements sont tolérés avant que l'on propose des solutions efficaces.
Je suis adepte du dialogue mais force est de reconnaître que cela ne fonctionne pas à tous les coups. Quitter sa classe sidère tellement les élèves qu'ensuite ça marche du tonnerre; hélas, c'est interdit (je l'ai fait une fois, je n'ai plus rien à perdre, c'est passé), ensuite ça ne peut se produire qu'une fois, enfin il faut que cette sidération elle-même soit l'occasion pour les élèves de comprendre qu'ils ont franchi la limite et qu'à l'avenir ils se tiendront correctement (et cela n'est pas garanti non plus).
Quand je travaillais dans un grand lycée polyvalent les STMG étaient pires que les bac pro pourtant déjà bien gratinés dans leur genre.
Non franchement, comparons ce qui est comparable.
Aed2022
Aed2022
Niveau 7

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par Aed2022 Mar 18 Oct - 18:13
Dans mes souvenirs, ceux qui étaient là uniquement pour mettre le bazar étaient virés fin de seconde si ils avaient 16ans. Et ce autant dans le lycée privé (stricte) que dans le lycée de secteur (assez laxiste).
La STMG, c’était pour les élèves en difficulté mais qui ne souhaitaient pas (ou leurs parents hum hum) allez en professionnel, qui étaient motivés d’apprendre et découvrir de nouvelles matières.
Cela doit dépendre des lycées également, celui où j’étais élève la classe la plus difficile était bien souvent des 1ère S-SVT.
Après peut-être que depuis la réforme du bac, la STMG a augmenté sa capacité d’élèves difficiles.
Bon courage à la collègue en tout cas !
lene75
lene75
Enchanteur

Classe difficile et prof "trop gentille" (sic) Empty Re: Classe difficile et prof "trop gentille" (sic)

par lene75 Mar 18 Oct - 18:51
Bah euh, on ne "vire" pas un élève comme ça, il faut y aller, quand même, avant d'être exclu, et un élève "viré" d'un établissement est rescolarisé dans un autre, même quand il a plus de 16 ans. Donc il ne disparaît pas de la circulation. Il se retrouve ailleurs. Et son lycée d'origine a toutes les chances d'en récupérer un autre par un échange de bons procédés.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum