Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
JPhMM
Demi-dieu

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par JPhMM le Lun 8 Oct 2018 - 23:35
Je ne parlais pas des activités, mais de la propension des adultes (en général, non tel adulte en particulier) à refuser de poser des limites aux gamins, leur propension à leur trouver toutes sortes d'excuses aux conneries qu'ils peuvent faire, à refuser de les élever, à refuser de leur donner les clés pour vivre dans le monde tel qu'il est, à les mener vers l'âge adulte, pour les enfermer dans l'âge de l'enfance. Autour de nous, dans la société, dans les institutions, il y a un mouvement général de sacralisation du monde de l'irresponsabilité (dans tous les sens du terme), une disparition de la saine posture qui nous enseignait à trouver en nous-mêmes en premier lieu les raisons de nos échecs et de nos manquements, au moins parce que c'est le seul levier sur lequel nous sommes certains de pouvoir agir. Aujourd'hui, quoiqu'il arrive, c'est toujours la faute des autres. L'individu n'est plus responsable de ses actes. Et il se donne le droit (à tout âge) de se comporter comme un enfant à qui rien ne devrait être refusé, parce que ce serait son droit de tout négocier, de tout contester, de tout soumettre à son désir, sans aucune considération pour autrui. La monarchie absolue de l'égo.
A ceci près que chaque égo est obligé de se confronter à tous les autres. Allez savoir comment cela finira. Une chose m'est certaine : les enfants élevés dans cette idéologie ne seront pas heureux, et auront bien du mal à trouver leur place dans la société, et dans le monde tel qu'il est.
avatar
Malaga
Modérateur

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Malaga le Mar 9 Oct 2018 - 6:31
@JPhMM a écrit:Je ne parlais pas des activités, mais de la propension des adultes (en général, non tel adulte en particulier) à refuser de poser des limites aux gamins, leur propension à leur trouver toutes sortes d'excuses aux conneries qu'ils peuvent faire, à refuser de les élever, à refuser de leur donner les clés pour vivre dans le monde tel qu'il est, à les mener vers l'âge adulte, pour les enfermer dans l'âge de l'enfance. Autour de nous, dans la société, dans les institutions, il y a un mouvement général de sacralisation du monde de l'irresponsabilité (dans tous les sens du terme), une disparition de la saine posture qui nous enseignait à trouver en nous-mêmes en premier lieu les raisons de nos échecs et de nos manquements, au moins parce que c'est le seul levier sur lequel nous sommes certains de pouvoir agir. Aujourd'hui, quoiqu'il arrive, c'est toujours la faute des autres. L'individu n'est plus responsable de ses actes. Et il se donne le droit (à tout âge) de se comporter comme un enfant à qui rien ne devrait être refusé, parce que ce serait son droit de tout négocier, de tout contester, de tout soumettre à son désir, sans aucune considération pour autrui. La monarchie absolue de l'égo.
A ceci près que chaque égo est obligé de se confronter à tous les autres. Allez savoir comment cela finira. Une chose m'est certaine : les enfants élevés dans cette idéologie ne seront pas heureux, et auront bien du mal à trouver leur place dans la société, et dans le monde tel qu'il est.

Je suis totalement d'accord avec cela et, pour moi, la multiplication des dépôts de plainte pour tout et n'importe quoi est assez symptomatique de cette tendance. Il faut un responsable pour tout et surtout ne pas se remettre en question soi-même. Ainsi, j'ai un collègue qui est accusée de s'acharner sur un élève parce qu'il a osé le punir pour un chewing-gum : plutôt que d'expliquer à leur enfant qu'il était en tort, les parents cherchent l'erreur de l'enseignant. C'est dramatique à mon sens.

_________________
     

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
avatar
Volubilys
Grand sage

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Volubilys le Mar 9 Oct 2018 - 10:27
@roxanne a écrit:Il y a aussi autant d’education que de parents et comme PE, tu vois un échantillon et encore tu ne vis pas avec les familles .
C'est marrant, comme les profs, ici, du moment que l'on parle parent d'élève dans le primaire se sentent immédiatement attaqué et pensent que leur modèle éducatif est la norme... Cet hyper investissement parental, avec le développement et l'épanouissement de l'enfant à tout prix avec sacrifice parentale, c'est loin, mais alors très loin d'être l'éducation la plus répandu...
Je passe 25h/semaines avec mes élèves, je vois et j'entends beaucoup plus que tu sembles vouloir le reconnaître (c'est beau les œillères), et le modèle de parentalité défendu par les mamans-profs ici n'est pas du tout la norme, même dans une école CSP+.
Je ne jette pas la pierre aux parents, je veux juste que l'on reconnaisse une réalité de l'éducation actuelle.
Mais bon, on a déjà parlé et reparlé de ça sur le forum, hein, je sais qu'il est parfaitement inutile d'essayer de vous faire comprendre que l'éducation donnée par les membre du forum n'est pas celle des la majorité des familles...

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
amethyste
Doyen

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par amethyste le Mar 9 Oct 2018 - 10:46
@Volubilys a écrit:
@roxanne a écrit:Il y a aussi autant d’education que de parents et comme PE, tu vois un échantillon et encore tu ne vis pas avec les familles .
C'est marrant, comme les profs, ici, du moment que l'on parle parent d'élève dans le primaire se sentent immédiatement attaqué et pensent que leur modèle éducatif est la norme... Cet hyper investissement parental, avec le développement et l'épanouissement de l'enfant à tout prix avec sacrifice parentale, c'est loin, mais alors très loin d'être l'éducation la plus répandu...
Je passe 25h/semaines avec mes élèves, je vois et j'entends beaucoup plus que tu sembles vouloir le reconnaître (c'est beau les œillères), et le modèle de parentalité défendu par les mamans-profs ici n'est pas du tout la norme, même dans une école CSP+.
Je ne jette pas la pierre aux parents, je veux juste que l'on reconnaisse une réalité de l'éducation actuelle.
Mais bon, on a déjà parlé et reparlé de ça sur le forum, hein, je sais qu'il est parfaitement inutile d'essayer de vous faire comprendre que l'éducation donnée par les membre du forum n'est pas celle des la majorité des familles...
Assez d'accord la-dessus. J'ai été scotchée l'année dernière quand j'ai discuté temps d'écran avec mes élèves de 4e. Quand je leur avais demandé combien de temps ils passaient sur un écran par semaine, ils me lançaient des 20, 22, 25h, avant qu'ils ne réalisent que cela comprenait AUSSI le week-end. Et là les chiffres montaient à 45, 50 voire 55h par semaine. Ben oui, le week-end, ils ne font RIEN à part être sur leurs écrans : ni promenade, si sport, ni sortie avec leurs parents. Même si à l'adolescence, c'est plus compliqué de trouver des activités qui plaisent, j'avais trouvé ça hallucinant.

_________________
- Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.
- L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves.
Einstein
avatar
amelien
Niveau 6

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par amelien le Mar 9 Oct 2018 - 10:57
L'année dernière, j'avais deux illettrés, l'un en classe de sixième et l'autre en classe de quatrième. C'est la première fois que j'avais de véritables illettrés dans mes classes. Des élèves en refus d'écriture, dont on pense qu'ils n'ont plus la capacité d'écrire. Impossible de les faire écrire. L'un d'eux me dit d'une manière très posée et d'un air assuré : "Monsieur, je suis illettré". La mère du sixième refuse l'évidence, elle pense que son fils a un blocage psychologique, donc refuse les solutions qui lui sont proposées (ULIS). Il en profite pour venir en classe sans cahier ni stylo. Le quatrième vient en classe quand cela lui chante et perturbe les cours et chaque année on le fait monter de niveau. Dans les deux cas, milieux très défavorisés.


Dernière édition par amelien le Mar 9 Oct 2018 - 18:27, édité 1 fois

_________________
Epuisé après sa longue marche, K. ne songe plus qu'à se reposer dans le petit village qu'il vient d'atteindre. Il lui faut toutefois une autorisation du château pour y passer la nuit. K. tente un coup de bluff en prétendant être un arpenteur recruté par le comte, et, à la surprise générale, l'administration du château confirme K. dans ses fonctions, et lui adjoint même deux aides pour l'assister dans sa tâche.
Au petit matin, K. tente d'éclaircir ce mystère, d'autant plus qu'on lui confirme rapidement qu'aucun travail d'arpentage n'est nécessaire dans le village. Mais tous ses efforts pour contacter l'administration se révèlent vains. On refuse de le recevoir, les fonctionnaires qu'il guette à la sortie de leur bureau préfèrent rester cloîtrés. Son comportement choque d'ailleurs les habitants du village, habitués à plus de respect pour cette prestigieuse organisation et incapables de comprendre autant d'obstination à déranger des personnalités respectables pour une requête aussi insignifiante.
— Franz Kafka
avatar
Lady Oscar
Niveau 6

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Lady Oscar le Mar 9 Oct 2018 - 11:38
@Ventre-Saint-Gris a écrit:

J'aimais bien faire lire Le Château de ma mère à mes troisièmes, dans mon petit collège de REP. Le premier bouquin m'ayant fait verser des larmes.
J'ai récemment capitulé. Ils sont désormais trop peu nombreux à être capable de le lire.

Il y a quinze ans, je faisais un tabac en cinquième avec Vendredi ou la vie sauvage, qui réconciliait de petits lecteurs avec la littérature. Je revois un de mes glandeurs me demander : "Y a une suite ?"
Ce même livre est devenu presque trop difficile pour mes élèves. Même pour des gamins volontaires. La mère d'une élève sérieuse qui avait peiné à en lire la moitié me disait, il y a deux ans : "Mais jusqu'à cette année, on ne leur a jamais demandé de lire un livre !"


Mon fils est en 5e cette année et lit actuellement Vendredi ou la vie sauvage qu'il adore et qu'il va bientôt étudier en classe. Actuellement, il écrit des poèmes en cours de français et s'éclate. L'an dernier, dans le même collège mais prof différente, il n'avait eu qu'un seul livre à lire (La Belle et la Bête). Cette année, la prof leur a donné une liste de lectures de 3 pages (avec parmi eux, des "ouvrages classiques destinés surtout aux bons lecteurs" et d'autres "généralement appréciés surtout par les filles") classées en plusieurs rubriques.

J'ai eu du mal en revanche à lui faire lire La Croix des Pauvres de Pierre Davy: je pensais que le sujet l'intéresserait mais il n'a pas aimé du tout, trouvant les scènes de bataille trop violentes. Je sais qu'il y a une suite mais il n'a pas voulu que je la lui achète. Il adore en revanche la série Merlin dont j'avais acheté le tome 1 en même temps que le Davy. Je n'ai pas lu donc je ne sais pas ce que ça vaut en terme de littérature.
J'ai prévu de lui faire lire les Pagnol car j'avais beaucoup aimé quand j'étais moi aussi en 5e, je lui en ai parlé et ça l'intéresse Wink .

Très régulièrement, je lui lis encore des histoires (il est fan de Calvin et Hobbes mais ne veut pas les lire lui-même en français, il préfère que je lui traduise les albums anglais). De lui-même, il est attiré surtout par les mangas et les BD.

Ma fille aînée qui est en 1ère n'a jamais trop demandé que je lui fasse la lecture et elle se moque parfois de son frère quand il me demande de lui lire les BD. Elle lit beaucoup de livres "pour ados" mais peu de littérature classique, je me souviens qu'il lui avait été difficile de lire Au Bonheur des Dames en 3e parce que cela ne l'intéressait pas du tout. Elle a adoré en revanche La ferme des Animaux en 2nde et La Vie devant Soi qu'elle a lu en première oeuvre cette année.

En dehors de ça, on ne va que très peu au musée, on va assez régulièrement au cinéma et ils passent beaucoup -trop- de temps sur les écrans également. Ils ont tous les deux un ou deux abonnements chacun à des magazines également.  Malgré tout, la lecture est toujours un second choix chez eux, quand je leur dis qu'il est temps de stopper les écrans.
avatar
roxanne
Devin

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par roxanne le Mar 9 Oct 2018 - 11:40
@Volubilys a écrit:
@roxanne a écrit:Il y a aussi autant d’education que de parents et comme PE, tu vois un échantillon et encore tu ne vis pas avec les familles .
C'est marrant, comme les profs, ici, du moment que l'on parle parent d'élève dans le primaire se sentent immédiatement attaqué et pensent que leur modèle éducatif est la norme... Cet hyper investissement parental, avec le développement et l'épanouissement de l'enfant à tout prix avec sacrifice parentale, c'est loin, mais alors très loin d'être l'éducation la plus répandu...
Je passe 25h/semaines avec mes élèves, je vois et j'entends beaucoup plus que tu sembles vouloir le reconnaître (c'est beau les œillères), et le modèle de parentalité défendu par les mamans-profs ici n'est pas du tout la norme, même dans une école CSP+.
Je ne jette pas la pierre aux parents, je veux juste que l'on reconnaisse une réalité de l'éducation actuelle.
Mais bon, on a déjà parlé et reparlé de ça sur le forum, hein, je sais qu'il est parfaitement inutile d'essayer de vous faire comprendre que l'éducation donnée par les membre du forum n'est pas celle des la majorité des familles...
Je ne me sens pas attaquée, et mon modèle parental n'est pas exemplaire hein. Je dis juste que l'entité "les parents" ça ne veut pas dire grand chose dans l'absolu. Tu as quoi 25 élèves? C'est autant d'histoires différentes, d'éducations différentes. Et puis ce qui se passe dans les familles, les portes fermées, on n'en sait rien finalement ou pas grand chose. Après, évidemment, on connait les défaillances, je ne vis pas dans une bulle, on fils est dans une école lambda, confronté aux autres (et il en a payé le prix a priori).
avatar
Lady Oscar
Niveau 6

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Lady Oscar le Mar 9 Oct 2018 - 11:45
@roxanne a écrit:Et puis ce qui se passe dans les familles, les portes fermées, on n'en sait rien finalement ou pas grand chose.

Dans le secondaire, certainement, mais moins vrai pour les maternelles/ primaires: les enfants parlent beaucoup de ce qui se passe à la maison aux Atsem, AVS, PE...ce que racontent des adultes qui travaillent avec les enfants dans ces établissements est souvent révélateur Wink
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par pseudo-intello le Mar 9 Oct 2018 - 12:47
Païkan a écrit:
@roxanne a écrit:Et puis ce qui se passe dans les familles, les portes fermées, on n'en sait rien finalement ou pas grand chose.

Dans le secondaire, certainement, mais moins vrai pour les maternelles/ primaires: les enfants parlent beaucoup de ce qui se passe à la maison aux Atsem, AVS, PE...ce que racontent des adultes qui travaillent avec les enfants dans ces établissements est souvent révélateur Wink

Je plussoie. Dans le secondaire, on ne se rend compte de certaines données (élève qui se couche à deux heures du mat) que si on demande expressément, alors qu'au primaire et en maternelle, les maîtres(ses) savent tout !

Par ailleurs, même dans mon établissement, je me rends bien compte que tous les collègues ne donnent pas la même éducation que moi (ça mériterait d'ailleurs une étude sociologique par matières ; parmi l'échantillon que je côtoie, i-e ma salle des profs, les parents en lettres sont particulièrement rabat-joie sur les écrans notamment). Very Happy
avatar
Lizdarcy
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Lizdarcy le Mar 9 Oct 2018 - 13:11
@amelien a écrit:L'année dernière, j'avais deux illettrés, l'un en classe de sixième et l'autre en classe de quatrième. C'est la première fois que j'avais de véritables illettrés dans mes classes. Des élèves en refus d'écriture, dont on pense qu'ils n'ont plus la capacité d'écrire. Impossible de les faire écrire. L'un d'eux me dit d'une manière très posée et d'un air assuré : "Monsieur, je suis illettré". La mère du sixième refuse l'évidence, elle pense que son fils a un blocage psychologique, donc refuse les solutions qui lui sont proposées (Ulysse). Il en profite pour venir en classe sans cahier ni stylo. Le quatrième vient en classe quand cela lui chante et perturbe les cours et chaque année on le fait monter de niveau. Dans les deux cas, milieux très défavorisés.
ULIS  sans doute. Wink
avatar
Volubilys
Grand sage

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Volubilys le Mar 9 Oct 2018 - 14:06
@roxanne a écrit:
@Volubilys a écrit:
@roxanne a écrit:Il y a aussi autant d’education que de parents et comme PE, tu vois un échantillon et encore tu ne vis pas avec les familles .
C'est marrant, comme les profs, ici, du moment que l'on parle parent d'élève dans le primaire se sentent immédiatement attaqué et pensent que leur modèle éducatif est la norme... Cet hyper investissement parental, avec le développement et l'épanouissement de l'enfant à tout prix avec sacrifice parentale, c'est loin, mais alors très loin d'être l'éducation la plus répandu...
Je passe 25h/semaines avec mes élèves, je vois et j'entends beaucoup plus que tu sembles vouloir le reconnaître (c'est beau les œillères), et le modèle de parentalité défendu par les mamans-profs ici n'est pas du tout la norme, même dans une école CSP+.
Je ne jette pas la pierre aux parents, je veux juste que l'on reconnaisse une réalité de l'éducation actuelle.
Mais bon, on a déjà parlé et reparlé de ça sur le forum, hein, je sais qu'il est parfaitement inutile d'essayer de vous faire comprendre que l'éducation donnée par les membre du forum n'est pas celle des la majorité des familles...
Je ne me sens pas attaquée, et mon modèle parental n'est pas exemplaire hein. Je dis juste que l'entité "les parents" ça ne veut pas dire grand chose dans l'absolu. Tu as quoi 25 élèves? C'est autant d'histoires différentes, d'éducations différentes. Et puis ce qui se passe dans les familles, les portes fermées, on n'en sait rien finalement ou pas grand chose. Après, évidemment, on connait les défaillances, je ne vis pas dans une bulle, on fils est dans une école lambda, confronté aux autres (et il en a payé le prix a priori).
Je suis désolée pour ton fils.

Après 15 ans d'enseignement, parfois sur des postes fractionnés et donc à cheval sur plusieurs classes, ou avec plusieurs remplacement par an, sachant que je ne suis pas enfermée dans ma bulle dans ma classe et qu'on voit aussi les élèves des autres classes et on en parle en équipe... j'ai vu un peu plus que 25 élèves... A l'école maternelle et primaire, nous faisons partie de la vie de l'enfant et on sait énormément de chose sur leur vie de famille (surtout que l'on voit très souvent les parents, parfois plusieurs fois par jour...)

Oui, chaque famille est unique, mais il y a des mouvements éducatifs communs, et le mouvement principal ce n'est pas celui qui surbook l'enfant d'activité montessorie/culturelle/sportive et font courir leur parents dans tous les sens...

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
JaneB
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par JaneB le Mar 9 Oct 2018 - 14:23
@JPhMM a écrit:Je ne parlais pas des activités, mais de la propension des adultes (en général, non tel adulte en particulier) à refuser de poser des limites aux gamins, leur propension à leur trouver toutes sortes d'excuses aux conneries qu'ils peuvent faire, à refuser de les élever, à refuser de leur donner les clés pour vivre dans le monde tel qu'il est, à les mener vers l'âge adulte, pour les enfermer dans l'âge de l'enfance. Autour de nous, dans la société, dans les institutions, il y a un mouvement général de sacralisation du monde de l'irresponsabilité (dans tous les sens du terme), une disparition de la saine posture qui nous enseignait à trouver en nous-mêmes en premier lieu les raisons de nos échecs et de nos manquements, au moins parce que c'est le seul levier sur lequel nous sommes certains de pouvoir agir. Aujourd'hui, quoiqu'il arrive, c'est toujours la faute des autres. L'individu n'est plus responsable de ses actes. Et il se donne le droit (à tout âge) de se comporter comme un enfant à qui rien ne devrait être refusé, parce que ce serait son droit de tout négocier, de tout contester, de tout soumettre à son désir, sans aucune considération pour autrui. La monarchie absolue de l'égo.
A ceci près que chaque égo est obligé de se confronter à tous les autres. Allez savoir comment cela finira. Une chose m'est certaine : les enfants élevés dans cette idéologie ne seront pas heureux, et auront bien du mal à trouver leur place dans la société, et dans le monde tel qu'il est.
C'est très vrai. Je rajouterai que ceux qui ne seront pas élevés dans cette idéologie ne seront pas tellement plus heureux non plus car ils se heurteront à cette " monarchie absolue de l'égo " à peu près partout!
avatar
roxanne
Devin

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par roxanne le Mar 9 Oct 2018 - 14:30
De toute façon, on fait avec les enfants qu'on a en face. Je suis d'accord avec Volubilys (oui, ça arrive ! Very Happy ), ici ce n'est pas représentatif des familles lambda . Je pensais d'ailleurs plus à certains secrets cachés même dans les familles en apparence idéales . La maltraitance, l'inceste, les disputes conjugales quotidiennes sans même parler de la maladie ou autres on le retrouve dans toutes les classes sociales et ça l'enfant n'en parle pas forcément.
pseudo-intello
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par pseudo-intello le Mar 9 Oct 2018 - 14:47
@JaneB a écrit:
@JPhMM a écrit:Je ne parlais pas des activités, mais de la propension des adultes (en général, non tel adulte en particulier) à refuser de poser des limites aux gamins, leur propension à leur trouver toutes sortes d'excuses aux conneries qu'ils peuvent faire, à refuser de les élever, à refuser de leur donner les clés pour vivre dans le monde tel qu'il est, à les mener vers l'âge adulte, pour les enfermer dans l'âge de l'enfance. Autour de nous, dans la société, dans les institutions, il y a un mouvement général de sacralisation du monde de l'irresponsabilité (dans tous les sens du terme), une disparition de la saine posture qui nous enseignait à trouver en nous-mêmes en premier lieu les raisons de nos échecs et de nos manquements, au moins parce que c'est le seul levier sur lequel nous sommes certains de pouvoir agir. Aujourd'hui, quoiqu'il arrive, c'est toujours la faute des autres. L'individu n'est plus responsable de ses actes. Et il se donne le droit (à tout âge) de se comporter comme un enfant à qui rien ne devrait être refusé, parce que ce serait son droit de tout négocier, de tout contester, de tout soumettre à son désir, sans aucune considération pour autrui. La monarchie absolue de l'égo.
A ceci près que chaque égo est obligé de se confronter à tous les autres. Allez savoir comment cela finira. Une chose m'est certaine : les enfants élevés dans cette idéologie ne seront pas heureux, et auront bien du mal à trouver leur place dans la société, et dans le monde tel qu'il est.
C'est très vrai. Je rajouterai que ceux qui ne seront pas élevés dans cette idéologie ne seront pas tellement plus heureux non plus car ils se heurteront à cette " monarchie absolue de l'égo " à peu près partout!

Mais ils seront en mesure de bâtir une relation de couple durable, des amitiés solides, et d'avoir des mômes point trop horripilants. C'est déjà quelque chose.
avatar
lene75
Empereur

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par lene75 le Mar 9 Oct 2018 - 16:20
C'est une illusion de croire qu'on sait ce qui se passe dans les familles parce qu'on voit beaucoup les parents ou que les enfants parlent. Sur le deuxième point particulièrement. C'est le fameux post qui tourne actuellement sur fb : « Cher parents, si vous cessez de croire tout ce que votre enfant raconte à propos de l'école, je vous promets de ne pas croire tout ce qu'il dit à propos de la maison ».

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
Inhumaine
Niveau 6

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Inhumaine le Mar 9 Oct 2018 - 18:14
J'ai une question naïve [je n'ai pas d'enfants] :

Souvent je lis, même ici : "Je freine mes enfants par rapport aux écrans, mais ils en font quand même trop".

Qu'est-ce qui empêche les parents convaincus des méfaits des écrans d'interdire à leurs enfants de trop les utiliser ? De ne pas leur acheter de smartphone ?

J'ai été ado entre 2005 et 2010, les portables, consoles et ordinateurs étaient déjà répandus (mais pas les tablettes). Mon père était fan d'informatique, dès les années 90 nous avons eu internet et plusieurs PC. Mes parents m'ont fourni un téléphone en 2de (pas smartphone), je n'ai jamais eu de console, et j'avais droit à 1h/semaine de PC au collège (pour jouer), et à quelques heures au lycée.
C'était un régime drastique qui a pu provoquer quelques disputes à la maison (d'autant que nous étions 5 enfants), mais qui a tenu tout de même, jusqu'à ma petite soeur (7 ans de moins, les parents ont changé de comportement avec elle). Aujourd'hui, j'en vois les bienfaits (sur les 4 premiers) et les quelques méfaits sur ma soeur.
avatar
capucine42
Érudit

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par capucine42 le Mar 9 Oct 2018 - 18:57
@Volubilys a écrit:
@roxanne a écrit:
@Volubilys a écrit:
@roxanne a écrit:Il y a aussi autant d’education que de parents et comme PE, tu vois un échantillon et encore tu ne vis pas avec les familles .
C'est marrant, comme les profs, ici, du moment que l'on parle parent d'élève dans le primaire se sentent immédiatement attaqué et pensent que leur modèle éducatif est la norme... Cet hyper investissement parental, avec le développement et l'épanouissement de l'enfant à tout prix avec sacrifice parentale, c'est loin, mais alors très loin d'être l'éducation la plus répandu...
Je passe 25h/semaines avec mes élèves, je vois et j'entends beaucoup plus que tu sembles vouloir le reconnaître (c'est beau les œillères), et le modèle de parentalité défendu par les mamans-profs ici n'est pas du tout la norme, même dans une école CSP+.
Je ne jette pas la pierre aux parents, je veux juste que l'on reconnaisse une réalité de l'éducation actuelle.
Mais bon, on a déjà parlé et reparlé de ça sur le forum, hein, je sais qu'il est parfaitement inutile d'essayer de vous faire comprendre que l'éducation donnée par les membre du forum n'est pas celle des la majorité des familles...
Je ne me sens pas attaquée, et mon modèle parental n'est pas exemplaire hein. Je dis juste que l'entité "les parents" ça ne veut pas dire grand chose dans l'absolu. Tu as quoi 25 élèves? C'est autant d'histoires différentes, d'éducations différentes. Et puis ce qui se passe dans les familles, les portes fermées, on n'en sait rien finalement ou pas grand chose. Après, évidemment, on connait les défaillances, je ne vis pas dans une bulle, on fils est dans une école lambda, confronté aux autres (et il en a payé le prix a priori).
Je suis désolée pour ton fils.

Après 15 ans d'enseignement, parfois sur des postes fractionnés et donc à cheval sur plusieurs classes, ou avec plusieurs remplacement par an, sachant que je ne suis pas enfermée dans ma bulle dans ma classe et qu'on voit aussi les élèves des autres classes et on en parle en équipe... j'ai vu un peu plus que 25 élèves... A l'école maternelle et primaire, nous faisons partie de la vie de l'enfant et on sait énormément de chose sur leur vie de famille (surtout que l'on voit très souvent les parents, parfois plusieurs fois par jour...)

Oui, chaque famille est unique, mais il y a des mouvements éducatifs communs, et le mouvement principal ce n'est pas celui qui surbook l'enfant d'activité montessorie/culturelle/sportive et font courir leur parents dans tous les sens...
Il faut aussi que tu acceptes le fait que des PE plus chevronnées que toi ne partagent pas ta vision extrêmement pessimiste de l'éducation parentale, ton point de vie est partial et subjuectif. Les PE autour de moi ne partagent pas ta vision. Bien sûr, un enseignant (pourquoi forcément un PE d'ailleurs?) envoyé dans une zone sensible se verra confronté à certaines carences, mais toi tu penses que les parents font mal en règle générale, et que les parents profs sont "pénibles" comme tu le dis sur un autre fil. Bof, c'est ton point de vue mais il n'est pas universel heureusement.

_________________
Age des enfants
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Caspar le Mar 9 Oct 2018 - 19:06
D'accord avec toi capucine42 au sujet des "parents profs": tout ceux que j'ai rencontrés étaient plutôt agréables et compréhensifs ("je sais ce que c'est").
avatar
lene75
Empereur

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par lene75 le Mar 9 Oct 2018 - 19:08
Je crois surtout que quand on constate ou croit constater un phénomène massif, nouveau, et qui concerne toutes les classes sociales (sur ce fil il est question de CSP+, pas de zone sensible), chercher des causes purement individuelles est vain. Si une grande partie d'une génération fait quelque chose, c'est forcément un phénomène collectif.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Aliceinwonderland le Mar 9 Oct 2018 - 20:41
@Inhumaine a écrit:J'ai une question naïve [je n'ai pas d'enfants] :

Souvent je lis, même ici : "Je freine mes enfants par rapport aux écrans, mais ils en font quand même trop".

Qu'est-ce qui empêche les parents convaincus des méfaits des écrans d'interdire à leurs enfants de trop les utiliser ? De ne pas leur acheter de smartphone ?

J'ai été ado entre 2005 et 2010, les portables, consoles et ordinateurs étaient déjà répandus (mais pas les tablettes). Mon père était fan d'informatique, dès les années 90 nous avons eu internet et plusieurs PC. Mes parents m'ont fourni un téléphone en 2de (pas smartphone), je n'ai jamais eu de console, et j'avais droit à 1h/semaine de PC au collège (pour jouer), et à quelques heures au lycée.
C'était un régime drastique qui a pu provoquer quelques disputes à la maison (d'autant que nous étions 5 enfants), mais qui a tenu tout de même, jusqu'à ma petite soeur (7 ans de moins, les parents ont changé de comportement avec elle). Aujourd'hui, j'en vois les bienfaits (sur les 4 premiers) et les quelques méfaits sur ma soeur.

Il y a deux ans j'avais changé le code et mis l'ordinateur dans le dressing (je trouvais que mon aîné en faisait trop en rentrant du lycée), je me suis aperçue au bout d'un certain temps qu'il avait craqué le code (et apparemment ça ne le gênait pas d'être assis par terre dans une pièce minuscule). Depuis j'ai acheté un meuble fermé à clef que je ferme parfois et laisse à certaines heures ou quand ils en ont besoin. Je mets parfois leurs téléphones dedans (même si ça fait un peu mère castratrice). Mon mari quand mon grand a eu son bac a acheté aux deux ados un iphone dernier cri. Je n'étais pas du tout pour, mais il l'a fait. Je les récupère le soir car sinon ils ont du mal à gérer, surtout le second (je trouve que le grand qui l'a eu plus tard gère mieux).

Récemment l'un de mes fils s'est pris une colle car il n'avait pas fait un devoir donné uniquement via école directe. Son frère qui a eu la même prof a confirmé que parfois cette prof rajoute des devoirs via école directe en se justifiant par le fait que "de toute façon, vous les ados êtes vissés à vos téléphones ou portables". Et désormais mon grand reçoit tout son programme de colles ou certains corrigés par le net, donc oui c'est compliqué de les déconnecter complètement. Ils ont aussi besoin de communiquer avec leurs potes (et le font assez intelligemment, ils communiquent pour s'organiser des JDR mais n'y passent pas des heures non plus).

Pourtant je trouve qu'on a globalement une utilisation assez raisonnable : on loue beaucoup de films très variés qu'on regarde ensemble, parfois je sais que quand je travaille ils font exprès de revoir leurs films favoris en VO non sous titrée, les écrans sont très limités et ils lisent énormément tous les deux (en terminale mon numéro 2 commence à dévorer plein de livres de philo que je n'ai jamais ouverts étant plutôt inculte dans ce domaine)...

Voilà, pour dire que même en étant vigilant c'est compliqué à gérer... et aussi que ça demande énormément d'énergie et d'attention donc je comprends que certains lâchent l'affaire.
avatar
Pat B
Habitué du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Pat B le Mar 9 Oct 2018 - 20:56
@Inhumaine a écrit:J'ai une question naïve [je n'ai pas d'enfants] :

Souvent je lis, même ici : "Je freine mes enfants par rapport aux écrans, mais ils en font quand même trop".

Qu'est-ce qui empêche les parents convaincus des méfaits des écrans d'interdire à leurs enfants de trop les utiliser ? De ne pas leur acheter de smartphone ?

J'ai été ado entre 2005 et 2010, les portables, consoles et ordinateurs étaient déjà répandus (mais pas les tablettes). Mon père était fan d'informatique, dès les années 90 nous avons eu internet et plusieurs PC. Mes parents m'ont fourni un téléphone en 2de (pas smartphone), je n'ai jamais eu de console, et j'avais droit à 1h/semaine de PC au collège (pour jouer), et à quelques heures au lycée.
C'était un régime drastique qui a pu provoquer quelques disputes à la maison (d'autant que nous étions 5 enfants), mais qui a tenu tout de même, jusqu'à ma petite soeur (7 ans de moins, les parents ont changé de comportement avec elle). Aujourd'hui, j'en vois les bienfaits (sur les 4 premiers) et les quelques méfaits sur ma soeur.

Je fais partie de ceux qui ont du mal à limiter et le regrettent....
Mais pour ma grande, mes raisons sont particulières : ma grande ne sait pas lire (retard mental léger), elle a bientôt 13 ans et s'ennuie ferme... et quand elle était petite, vu son hyperactivité, la laisser 2h devant un dessin animé était le seul moyen pour pouvoir bosser un peu (on ne voulait pas la faire garder à cause de son handicap et ses angoisses, et sa fatigabilité.... et mince, en ayant les mêmes horaires, on n'a pas envie de payer une nounou.). Bref, on a pris de mauvaises habitudes, pour cause de handicap. Ce qui ne m'empêche pas de tout couper au bout d'une heure et demie pour l'envoyer faire autre chose (les autres choses étant dans son cas trop limitées).
Pour la petite, le pli étant pris avec la grande, très difficile de lui accorder moins, c'est le genre de chose que les petites soeurs ne supportent pas (même si je peux encore jouer sur le critère "différence d'âge"... pas tant que ça). Elle est en CM1 et réclame un portable comme ses copines, ça me fait rager, elle attendra la quatrième... ou la seconde si j'y arrive.

Pour des enfants "ordinaires", comme je vois chez mes neveux et nièces ou les enfants de collègues, c'est difficile aussi : tous les copains ont un portable et s'échangent sans cesse des infos, dès le CM1. Quand ils n'en ont pas, ils se sentent exclus, s'en plaignent.... c'est une pression à laquelle il est difficile de résister. la fille d'un collègue s'est faite complètement rejeter, en CM2, car "toute la classe" (sans doute pas vraiment) était sur snapchat, elle a perdu ses meilleures copines qui ne restaient qu'avec les "modernes".

Bref, la pression sociale n'est pas simple à gérer pour nos gosses (ça dépend sûrement de leurs caractères). Elle était moins sensible quand la 'norme" était de ne pas avoir un téléphone trop jeune, mais quand les premiers ont commencé à faire des jaloux, que des parents se sont laissés convaincre.... c'est devenu dur pour la minorité quii résiste.
avatar
ProvençalLeGaulois
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par ProvençalLeGaulois le Mar 9 Oct 2018 - 21:11
@Inhumaine a écrit:J'ai une question naïve [je n'ai pas d'enfants] :

Souvent je lis, même ici : "Je freine mes enfants par rapport aux écrans, mais ils en font quand même trop".

Qu'est-ce qui empêche les parents convaincus des méfaits des écrans d'interdire à leurs enfants de trop les utiliser ? De ne pas leur acheter de smartphone ?

J'ai été ado entre 2005 et 2010, les portables, consoles et ordinateurs étaient déjà répandus (mais pas les tablettes). Mon père était fan d'informatique, dès les années 90 nous avons eu internet et plusieurs PC. Mes parents m'ont fourni un téléphone en 2de (pas smartphone), je n'ai jamais eu de console, et j'avais droit à 1h/semaine de PC au collège (pour jouer), et à quelques heures au lycée.
C'était un régime drastique qui a pu provoquer quelques disputes à la maison (d'autant que nous étions 5 enfants), mais qui a tenu tout de même, jusqu'à ma petite soeur (7 ans de moins, les parents ont changé de comportement avec elle). Aujourd'hui, j'en vois les bienfaits (sur les 4 premiers) et les quelques méfaits sur ma soeur.

Ma foi, peut-être parce que la perception de ce "trop d'écrans" diffère d'une personne à l'autre, et ce que certains trouvent déjà trop pour leurs enfants est en fait une utilisation très modérée (de l'ordre de quelques heures par semaine voire beaucoup moins) par rapport à la majorité actuelle des ados et de beaucoup d'adultes (qui est de l'ordre de plusieurs heures par jour).

Je ne suis guère un exemple de modération, je pense que mon temps passé devant écran par semaine (même sans compter le taf où je suis devant ordi quasi 100% du temps) ferait faire une syncope à la plupart des intervenants ici mais j'ai tendance à penser que le contrôle quasi militaire (tant de minutes par jour, etc) du temps passé devant écrans (qui semble assez répandu sur le forum) est presque aussi néfaste que de laisser ses mômes devant 24h/24. On a l'impression que c'est quasi obsessionnel.


_________________
N'empêche que je suis une légende.
Perceval
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par JPhMM le Mar 9 Oct 2018 - 21:12
@lene75 a écrit:Je crois surtout que quand on constate ou croit constater un phénomène massif, nouveau, et qui concerne toutes les classes sociales (sur ce fil il est question de CSP+, pas de zone sensible), chercher des causes purement individuelles est vain. Si une grande partie d'une génération fait quelque chose, c'est forcément un phénomène collectif.
C'est ça.
Le plus inquiétant, c'est qu'on n'est probablement qu'au tout début du phénomène.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
lene75
Empereur

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par lene75 le Mar 9 Oct 2018 - 21:16
Pour le côté école, c'est comme ça que mes neveux sont tombés dedans : devoirs donnés via l'ENT, il leur fallait une connexion (j'ai aussi une nièce qui s'est pris une heure de colle pour devoir donné uniquement via l'ENT non fait... elle était en 6e...), or avec un seul ordi pour toute la famille, ça n'était pas suffisant, les parents ont opté pour des téléphones portables avec internet, qui, contrairement aux tablettes, servent aussi à téléphoner en cas de problème de transport (ils sont dans le privé pas tout à côté de chez eux) et depuis c'est la cata. De ce que j'entends, c'est pareil chez les voisins : depuis l'an dernier, j'entends parler de tablette concernant leur grande qui était en 5e. La manière dont ça se passe généralement est la suivante : j'entends la jeune fille dire qu'elle ne peut pas faire ses devoirs parce que la tablette n'a plus de batterie. La gamine tourne donc en rond dans le jardin, désœuvrée le temps que sa tablette charge. Finalement elle rentre chez elle et au bout d'un certain temps (1h ?), j'entends les parents hurler qu'elle fait autre chose que ses devoir sur la tablette, puis leur fille se mettre à hurler également.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Aliceinwonderland le Mar 9 Oct 2018 - 21:22
Pareil, le mien le devoir n'avait été donné que via école directe. J'étais furaxe au début, surtout quand je repense que même pour insulte ou jet de projectiles moi-même je n'ai jamais pu donner une heure de colle ou alors je devais prendre sur mes propres heures de cours. Bon en même temps j'aurais été malade que mes enfants soient sur un établissement tel que le mien donc on ne peut pas tout avoir (colle samedi matin sur un week-end de 4 jours, particulièrement agréable).
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par JPhMM le Mar 9 Oct 2018 - 21:24
Résultat, en 6e ils ne marquent plus les devoirs, ne comprennent pas pourquoi ils devraient le faire, ne comprennent pas pourquoi on le leur demande, et haussent juste les épaules quand on leur prend leur carnet pour inscrire : "ne prend pas ses devoirs'.

On n'est pas rendus.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Contenu sponsorisé

Re: [lettres, lycée] Au secours ! Des élèves "CSP+" qui ne savent pas lire.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum