Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Will.T
Will.T
Prophète

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Will.T le Mer 27 Mar 2019 - 20:36
Le parisien a écrit:
Face à la colère des parents d’élèves et des enseignants mobilisés contre son projet de loi, le ministre de l’Education nationale assure, dans une interview au Parisien, que les regroupements écoles-collège ne seront pas imposés.

Alors que son texte fait l’objet d’un appel à manifestation samedi, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, défend son projet de loi, premier grand texte du quinquennat sur l’école.
▪ lien ▪
ar_angar
ar_angar
Niveau 8

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par ar_angar le Mer 27 Mar 2019 - 20:46
@JMB a écrit:. La Seine-Saint-Denis est le premier département bénéficiaire de cette mesure. Mais c’est aussi l’un des très rares cas où nous avons un problème pratique — un manque de locaux —, pour arriver à diviser les classes, et un manque de ressources humaines de qualité indispensable pour y parvenir.

Heureusement, sinon certaines matières seraient tendues en terme de noimbre de profs.... Heureusement qu'il est là !

_________________
C'est en forgeant qu'on devient forgeron.. Vous allez rire, j'ai un marteau !
verdurin
verdurin
Habitué du forum

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par verdurin le Jeu 28 Mar 2019 - 22:21
Je me souviens de Georges Perec.
Je me souviens d'un excellent mathématicien qui, devenu vieux, voulu se lancer dans la pédagogie. Au second cours il n'y avait plus personne.

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Pourquoi 3,14159 le Ven 29 Mar 2019 - 17:52
Mais non en fin de compte : Mail reçu ce jour…
Mesdames et messieurs les professeurs,
 
La confiance est un état d’esprit indispensable si nous voulons transmettre à nos enfants l’essentiel, la confiance en leur réussite et en leur avenir. Or, nous devons avoir à l’esprit que notre École ne réduit pas encore suffisamment les inégalités sociales. 20 % des élèves à l’école primaire ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux, 22 % des jeunes de 20 à 24 ans sont ni en emploi, ni en enseignement, ni en formation.
 
Changer cette situation dépend de notre capacité à nous unir autour d’objectifs clairs et ambitieux : tous les élèves doivent maîtriser les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter et respecter autrui). Pour cela, nous investissons massivement dans l’école primaire avec plus de 2 300 postes supplémentaires dans un contexte de baisse démographique. Nous dédoublons les CP et les CE1 en Rep et Rep+, ce qui va permettre d’offrir à 300 000 élèves un suivi renforcé. J’ai aussi pris l’engagement d’une amélioration du taux d’encadrement à l’école primaire dans chaque département de France et à chaque rentrée de 2017 à 2022.
 
Comme vous le savez, le projet de loi pour une École de la confiance est actuellement en discussion au Parlement. Il a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 19 février 2019 et sera examiné par le Sénat à partir de la mi-mai. Comme je l’ai indiqué, il s’agit de donner plusieurs leviers nouveaux à notre action collective au service de l’élévation du niveau général et de la justice sociale.
 
Ainsi, grâce à ce projet de loi, nous approfondissons notre action en abaissant l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans afin de renforcer l’école maternelle. C’est en effet entre 3 et 6 ans qu’il est possible de lutter efficacement contre la première des inégalités et la plus prédictive de l’échec scolaire, l’inégale maîtrise du langage. La loi consacre l’obligation de formation pour tous les jeunes de 16 à 18 ans. Nous aurons donc désormais, de 3 à 18 ans, le cadre pour offrir à nos élèves des parcours scolaires à la fois émancipateurs et adaptés à la diversité de leurs talents.
 
Une réponse pédagogique plus personnalisée est une des clés de la réussite de tous. Nous avons mis à votre disposition des outils d’évaluation nourris du meilleur de nos connaissances pédagogiques et vous offrant des points de repères nationaux. Je veux vous remercier pour votre engagement dans leur mise en œuvre. Nous continuerons à les améliorer grâce à vos contributions comme nous avons déjà commencé à le faire.
 
L’un des défis de cette meilleure personnalisation passe par le renforcement de l’École inclusive inscrite dans le projet de loi. L’émergence d’un service public du handicap à l’École va nous permettre de réaliser l’objectif d’une École pleinement inclusive en septembre 2019 avec des accompagnants mieux formés et mieux considérés.
 
Vous êtes les premiers acteurs des politiques scolaires qui se situent à l’avant-garde du progrès social. À ce titre, tous les Français vous doivent gratitude et respect. L’article 1er du projet de loi, qui ne crée aucune obligation nouvelle pour les professeurs, je tiens à le préciser, rappelle ce principe sur lequel je ne transigerai pas : le respect par les parents et les élèves de l’institution scolaire et de ses personnels.
 
Cette confiance dans les professeurs se traduira concrètement par le renforcement de votre formation initiale et continue et par votre droit à l’expérimentation pédagogique. Vous en usez déjà pour développer des projets innovants, par exemple ceux dont le but est de garantir aux élèves un continuum pédagogique du CP à la 3e. Nous avons souhaité donner un cadre juridique plus solide à ces expérimentations en offrant la possibilité de créer un établissement public local d’enseignement des savoirs fondamentaux.
 
La création de cet établissement repose sur l’accord de tous les acteurs locaux, c’est-à-dire de la communauté éducative et des élus. Il représente une liberté nouvelle et non une obligation. En aucun cas, il n’a vocation à faire disparaître des écoles et encore moins leurs directeurs, contrairement à ce qui peut être écrit ici ou là. C’est tout l’inverse. Avec ces nouvelles dispositions, les directeurs seront davantage encore les acteurs locaux de l’école.
 
La politique menée depuis deux ans, approfondie par ce projet de loi, va nous permettre de mieux accompagner les élèves entre 3 et 18 ans. Durant cette première étape de la vie, il est en effet important de transmettre des connaissances et des valeurs, de susciter de l’envie et de l’engagement, et de donner à tous nos élèves cette confiance en eux-mêmes qui leur permettra d’être pleinement acteurs de leur vie.
 
Je sais que je peux compter sur votre engagement et sur cette conviction commune que notre École, à la fois exigeante et bienveillante, est le levier principal du progrès individuel et collectif dans notre pays. 
 
Avec toute ma confiance,
 
Jean-Michel BLANQUER
Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse
gauvain31
gauvain31
Guide spirituel

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par gauvain31 le Ven 29 Mar 2019 - 17:55
J'ai vite lu à la fin ; j'ai compris

"Ayez confiaaaaance"


Pardon
Ajonc35
Ajonc35
Niveau 9

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Ajonc35 le Ven 29 Mar 2019 - 18:25
"La création de cet établissement repose sur l’accord de tous les acteurs locaux, c’est-à-dire de la communauté éducative et des élus. Il représente une liberté nouvelle et non une obligation. En aucun cas, il n’a vocation à faire disparaître des écoles et encore moins leurs directeurs, contrairement à ce qui peut être écrit ici ou là. C’est tout l’inverse. Avec ces nouvelles dispositions, les directeurs seront davantage encore les acteurs locaux de l’école."
Je me répète, mais cela et l'ensemble du courriel me fait penser au bac pro 3 ans où on ferait mieux que le bac pro 4 ans. On voit le résultat.
De la comm, ce qui est en gras. Non bien sûr Jean Michel ne va pas nous dire qu'il y aura moins de directeurs, mais dans les faits c'est bien ce qui se passera et les préoccupations d'une directeur d'école élémentaire ne sont pas les mêmes que celle d'un directeur de collège, donc on peut y voir une dégradation du système dans la mesure où il y aura moins de proximité et de relationnel. Petite-ajonc est en CP et elle regarde son Directeur comme si c'était un Héros. Il y a dans sa petite école une certaine proximité avec les élèves. Et il y a deux ou trois ans lors des fêtes de fin d'année j'ai pu voir les CM2 dire un au-revoir extrêmement ému à leur Directrice, élèves et Directrice en larmes. C'était émouvant. On se souvient tous d'un directeur d'école pour son attachement à son métier, aux jeunes qu'il voit passer, à son souci de les faire réussir et ce n'est pas de la flagornerie. De la même façon on voit disparaitre les petites communes, enfin tout ce qui est petit pour ceux qui voient grand.
Donc ce qui est souligné me fait plutôt peur pour mes petits bouts.
Je me répète encore, je l'ai écouté sur France Inter non pas parce que j'en avais envie, mais plus par conscience professionnelle: un mensonge par phrase ou presque. Cette lettre est de la même veine. Je suis toujours Triste


Dernière édition par Ajonc35 le Dim 31 Mar 2019 - 17:45, édité 1 fois
sifi
sifi
Neoprof expérimenté

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par sifi le Ven 29 Mar 2019 - 18:31
Ce type de discours me rappelle une certaine Belkacem il n'y a pas si longtemps qui nous jurait qu'en fait, si, si, le latin et le grec allaient même être renforcés, qu'on n'avait rien compris. En fait, la stratégie de communication des gouvernements consiste à affirmer des choses en se disant que ça passera.
Lédissé
Lédissé
Empereur

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Lédissé le Sam 30 Mar 2019 - 12:12
Croit-il vraiment que nous sommes dupes ? heu

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer...Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Vieille etc._  Smile
Celadon
Celadon
Demi-dieu

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Celadon le Sam 30 Mar 2019 - 13:26
Tu sais quoi ? Il s'en moque.
gauvain31
gauvain31
Guide spirituel

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par gauvain31 le Sam 30 Mar 2019 - 13:28
LadyC a écrit:Croit-il vraiment que nous sommes dupes ? heu

No, il s'adresse en fait au grand public parents et futur parents pour éteindre la grogne qui commence à s'amplifier
VanGogh59
VanGogh59
Érudit

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par VanGogh59 le Sam 30 Mar 2019 - 13:43
Il me fait penser à ces charlatans dans Lucky Luke qui font croire aux gens qu'ils vendent la potion miracle contre tous les maux. Visiblement, il y a encore des gogos dans notre bon pays pour le croire. Pour ma part, je pense qu'il serait temps que l'on commence à sortir le goudron et les plumes... Twisted Evil

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
avatar
XIII
Neoprof expérimenté

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par XIII le Sam 30 Mar 2019 - 18:51
Ces gens là nous ont mis sciemment dans la merde et viennent maintenant nous vendre des pseudos potions pour nous en sortir. Des champions!
Ananké
Ananké
Niveau 5

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Ananké le Sam 30 Mar 2019 - 18:58
En lisant sa lettre j'ai lu "démagogique" à la place de "pédagogique" ... on se refait pas ! L'inconscient persiste (même s'il disparait du programme de philo de terminale).
Kimberlite
Kimberlite
Neoprof expérimenté

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Kimberlite le Dim 31 Mar 2019 - 1:13
La confiance est un état d’esprit indispensable si nous voulons transmettre à nos enfants l’essentiel, la confiance en leur réussite et en leur avenir.
De quelle confiance parle-t-on? Peut-on parler d'"état d'esprit" en ce qui concerne une chose comme la confiance?
Vous remarquerez la répétition de "confiance" dans "confiance en leur réussite". Est-ce vraiment l'essentiel, que les enfants aient "confiance en leur réussite et leur avenir"? Personnellement, je dirais que l'essentiel n'est point la confiance, mais l'envie, la volonté, et d'avoir des bases solides. Ensuite, oui, les enfants pourront avoir confiance.

Or, nous devons avoir à l’esprit que notre École ne réduit pas encore suffisamment les inégalités sociales. 20 % des élèves à l’école primaire ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux, 22 % des jeunes de 20 à 24 ans sont ni en emploi, ni en enseignement, ni en formation.
On peut aussi remarquer la baisse du niveau dans la communication ministérielle. Perte du "ne", expression "en enseignement"...
Je trouve aussi malhonnête le glissement "inégalités sociales"/non maîtrise des savoirs (même s'il y a une corrélation).

Changer cette situation dépend de notre capacité à nous unir autour d’objectifs clairs et ambitieux : tous les élèves doivent maîtriser les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter et respecter autrui).
C'est bien, mais est-ce ceci qui donnera du travail à tous? Ceci règle certainement le second problème de la liste de problème énoncée (de façon tautologique, puisque faire maîtriser à tous les savoirs fondamentaux permettra de faire disparaître ces 20% ne les maîtrisant pas), mais certainement pas le premier (là, je ne pense pas que le gouvernement actuel soit sur la bonne voie), ni le problème de l'emploi et des formations...

Pour cela, nous investissons massivement dans l’école primaire avec plus de 2 300 postes supplémentaires dans un contexte de baisse démographique.

Je lis cette phrase comme une manipulation: bien faire sentir les dangers pesant sur la profession pour faire comprendre aux enseignants qu'ils sont sur la sellette, et qu'ils feraient mieux de se tenir tranquilles, car si on voulait...

La loi consacre l’obligation de formation pour tous les jeunes de 16 à 18 ans. Nous aurons donc désormais, de 3 à 18 ans, le cadre pour offrir à nos élèves des parcours scolaires à la fois émancipateurs et adaptés à la diversité de leurs talents.
C'est magique, ça fait rêver (et ça va probablement permettre de faire artificiellement sortir des statistiques des élèves paumés, qui le seront toujours autant, mais iront peut-être pourrir la formation d'autres élèves).
La fin de ce paragraphe, c'est... comment dire, je ne trouve pas de qualificatif tellement c'est ridicule ce "à la fois émancipateurs et adaptés à la diversité de leurs talents".

Une réponse pédagogique plus personnalisée est une des clés de la réussite de tous. Nous avons mis à votre disposition des outils d’évaluation nourris du meilleur de nos connaissances pédagogiques et vous offrant des points de repères nationaux. Je veux vous remercier pour votre engagement dans leur mise en œuvre. Nous continuerons à les améliorer grâce à vos contributions comme nous avons déjà commencé à le faire.
Comment commencer par une phrase qui est une évidence, mais sous-entend des moyens pour mieux individualiser, pour renforcer les acquis des plus faibles, dédoubler... et enchaîner sur des outils qui n'ont absolument rien à voir. Enfin si, ça signifie bien à l'enseignant qu'il n'est pas foutu de voir que le petit Evan ne sait pas déchiffrer les mots, et qu'heureusement on a pensé à lui en inventant une fantastique machine à gaz un superbe outil de diagnostic qui lui montrera où sont les vrais problèmes. Sous-entendu aussi "nous avons les connaissances pédagogiques, et pas vous".

L’un des défis de cette meilleure personnalisation passe par le renforcement de l’École inclusive inscrite dans le projet de loi. L’émergence d’un service public du handicap à l’École va nous permettre de réaliser l’objectif d’une École pleinement inclusive en septembre 2019 avec des accompagnants mieux formés et mieux considérés.
Si on lit entre les lignes, on comprend que tous les enfants à handicap, quel qu'il soit, devront aller à l'école. Youpi, c'est super, et en 2019 il y aura certainement tout un tas d'AVS super bien formés et mieux payés considérés (grâce à la confiance, parce que pour le salaire, faut pas déconner... d'ailleurs, les contrat seront-ils plus pérennes?). Aie confiance, qu'on vous dit.


Vous êtes les premiers acteurs des politiques scolaires qui se situent à l’avant-garde du progrès social. À ce titre, tous les Français vous doivent gratitude et respect. L’article 1er du projet de loi, qui ne crée aucune obligation nouvelle pour les professeurs, je tiens à le préciser, rappelle ce principe sur lequel je ne transigerai pas : le respect par les parents et les élèves de l’institution scolaire et de ses personnels.
Avec quels moyens va-t-on s'assurer de ça? Parce que les paroles, paroles, paroles, on connaît, mais la protection par la hiérarchie, euh...
C'est gentil de parler de principe, mais on aimerait aussi qu'il soit question de pratique.


Cette confiance dans les professeurs se traduira concrètement par le renforcement de votre formation initiale et continue et par votre droit à l’expérimentation pédagogique. Vous en usez déjà pour développer des projets innovants, par exemple ceux dont le but est de garantir aux élèves un continuum pédagogique du CP à la 3e. Nous avons souhaité donner un cadre juridique plus solide à ces expérimentations en offrant la possibilité de créer un établissement public local d’enseignement des savoirs fondamentaux.
Je me disais bien que ça n'augurait rien de bon ce paragraphe sur la gratitude et le respect. Ben oui, on vous aime et on vous respecte, c'est pour ça que vous devez être mieux formés (logique implacable, évidemment). Ah, on a aussi des droits. Celui d'être respecté (pour aller plus loin que le principe)? Mais noooooon, le droit de faire de l'expérimentation pédagogique (je sens les rêves de savant fous qui s'éveillent en certains de vous: enfin, on pourra expérimenter sur les élèves, c'est trop génial! Comme si les générations précédentes n'avaient pas subit assez d'expérimentations. Tout ceci n'allait pas assez loin, il faut le croire).
Ah ben voyons, les continuum pédagogique du CP à la 3ème... avec les réformes, les "programmes spiralaires" (super pour les élèves qui déménagent), c'est certain qu'il est fantastiquement assuré.
"un établissement public local d'enseignement des savoirs":: la vache, rien que cette formulation, ça me file des frissons...

La création de cet établissement repose sur l’accord de tous les acteurs locaux, c’est-à-dire de la communauté éducative et des élus. Il représente une liberté nouvelle et non une obligation. En aucun cas, il n’a vocation à faire disparaître des écoles et encore moins leurs directeurs, contrairement à ce qui peut être écrit ici ou là. C’est tout l’inverse. Avec ces nouvelles dispositions, les directeurs seront davantage encore les acteurs locaux de l’école.
"Tous les acteurs locaux": si un enseignant s'oppose, ça foire? Non, franchement, on se fout encore de notre gueule en faisant croire qu'on aura notre mot à dire, ou je vois encore le mal partout?
Ah, on sait combien les "libertés nouvelles" se changement parfois en enfer obligatoire. Ici encore, chat échaudé...
"davantage encore les acteurs locaux de l'école": là je n'arrive pas à déterminer exactement ce qui me chagrine dans cette formulation, mais y a un truc qui sonne bizarrement. Peut-être ce "local" avec le "davantage": en gros, les directeurs auront plus à se concentrer sur les relations directes (et emmerdantes) avec les parents, et les décisions plus générales viendront d'en haut?

La politique menée depuis deux ans, approfondie par ce projet de loi, va nous permettre de mieux accompagner les élèves entre 3 et 18 ans.
Depuis deux ans, il s'est concrètement passé quoi, qui permette de mieux accompagner les élèves? Pour ma part, entre la réforme du collège, la baisse de salaire, la menace de perte de notre SEGPA (on a déjà perduune classe), non, je ne vois pas...

Durant cette première étape de la vie, il est en effet important de transmettre des connaissances et des valeurs, de susciter de l’envie et de l’engagement, et de donner à tous nos élèves cette confiance en eux-mêmes qui leur permettra d’être pleinement acteurs de leur vie.
Tiens, il parle de connaissances en premier...
Ah, ben y a encore le mot confiance (mais cette fois pas en premier... c'est le truc le plus important alors, ou pas?).
Ah, la belle formule de fin "pleinement acteurs de leur vie"... c'est pour résonner avec le pédagogique "acteur de son apprentissage"?


Je sais que je peux compter sur votre engagement et sur cette conviction commune que notre École, à la fois exigeante et bienveillante, est le levier principal du progrès individuel et collectif dans notre pays.
Exigeante? Ah bon?
Et bienveillante? C'est de la bienveillance de traiter les élèves en difficulté comme on le fait: mensonge sur leurs capacités, passage d'année en année, tant pis s'ils accumulent les lacunes, blocage des élèves avec un projet sur les bancs d'une écoles dont ils ne veulent plus? Non, franchement, faut oser.

Bizarrement, après cette lecture, j'ai encore moins confiance. Je doit être trop méfiante, moi.
K

PS: Tiens, cette histoire m'amène à me poser une question: quid des écoles primaires du privé sous contrat? Il y a pensé, notre Blanquer adoré?
(Mon fils, par un concours de circonstances, est dans une petite école privée. Finalement, on est ravis...)

_________________
Spoiler:
Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école 2657c714168f3529c89f9703ec00c658
Jacq
Jacq
Grand Maître

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Jacq le Dim 31 Mar 2019 - 1:50
@Kimberlite a écrit:

Une réponse pédagogique plus personnalisée est une des clés de la réussite de tous. Nous avons mis à votre disposition des outils d’évaluation nourris du meilleur de nos connaissances pédagogiques et vous offrant des points de repères nationaux. Je veux vous remercier pour votre engagement dans leur mise en œuvre. Nous continuerons à les améliorer grâce à vos contributions comme nous avons déjà commencé à le faire.

Comment commencer par une phrase qui est une évidence, mais sous-entend des moyens pour mieux individualiser, pour renforcer les acquis des plus faibles, dédoubler... et enchaîner sur des outils qui n'ont absolument rien à voir. Enfin si, ça signifie bien à l'enseignant qu'il n'est pas foutu de voir que le petit Evan ne sait pas déchiffrer les mots, et qu'heureusement on a pensé à lui en inventant une fantastique machine à gaz un superbe outil de diagnostic qui lui montrera où sont les vrais problèmes. Sous-entendu aussi "nous avons les connaissances pédagogiques, et pas vous".

Oui, entrée en seconde, test de positionnement car l'évaluation par compétences, au collège, ne sert visiblement à rien (bon en même temps, elle est tellement truquée qu'on peut le comprendre). Enfin les test de positionnement en seconde sont tellement illisibles et inutiles que le gouvernement a sorti tout un vadémécum pour le décrypter et faire finalement des test en classe qui permettent de lire correctement ces tests illisibles. On ne perdrait pas un peu de temps et de finances là, par hasard ? Et la réponse pédagogique personnalisée revient, avec la réforme du bac pro, à donner des cours personnalisés où les élèves seront plus nombreux que lorsqu'ils sont en disciplinaires. Par exemple en matières pro les élèves sont quasiment tout le temps dédoublés, mais en AP ils seront en classe entière. Cherchez la logique (outre le fait de supprimer des postes dans le secondaire et en faisant passer cela pour un rééquilibrage en direction du primaire).
ar_angar
ar_angar
Niveau 8

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par ar_angar le Dim 31 Mar 2019 - 10:17
Ah, si seulement on avait un outils de diagnostique qui permettait de faire le tri avant l'entrée en 2nde, pour savoir qui peut aller au lycée parcequ'il a le niveau. J'imagine un truc national, avec des choses du type lire, écrire, compter, un peu de connaissances générale avec de l'histoire géo, par exemple. Et on pourrait faire ça en juin avecl es 3emes, tous en même temps, avec les même consignes. Je vous propose d'appeler ça le "brevet des collèges".

Elle est pas bonne mon idée d'expérimentation ?

Plus sérieusement, j'aimerai bien avoir un retour de la dichotomie entre le brevet et les tests de positionnement en 2nde. Parce que si on a offert le brevet aux 20% des gamins dont on fait mine de découvrir l'année suivante qu'ils ne savent pas lire, ca la ferait assez mal !

_________________
C'est en forgeant qu'on devient forgeron.. Vous allez rire, j'ai un marteau !
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Pourquoi 3,14159 le Dim 31 Mar 2019 - 10:33
Comme au relais, l'élève est le témoin du professeur, le but est de le refiler le plus vite possible au suivant.

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Jacq
Jacq
Grand Maître

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Jacq le Dim 31 Mar 2019 - 10:37
@ar_angar a écrit:Ah, si seulement on avait un outils de diagnostique qui permettait de faire le tri avant l'entrée en 2nde, pour savoir qui peut aller au lycée parcequ'il a le niveau. J'imagine un truc national, avec des choses du type lire, écrire, compter, un peu de connaissances générale avec de l'histoire géo, par exemple. Et on pourrait faire ça en juin avecl es 3emes, tous en même temps, avec  les même consignes.  Je vous propose d'appeler ça le "brevet des collèges".

Elle est pas bonne mon idée d'expérimentation ?

Plus sérieusement, j'aimerai bien avoir un retour de la dichotomie entre le brevet et les tests de positionnement en 2nde. Parce que si on a offert le brevet aux 20% des gamins dont on fait mine de découvrir l'année suivante qu'ils ne savent pas lire, ca la ferait assez mal !

Ah si seulement nous n'avions pas des consignes non officielles obligeant à faire passer en seconde générale des gamins qui vont s'y casser la gueule et se trouver le bec dans l'eau à la fin de l'année, sans possibilité alors de se réorienter vers le LP... Mais nous risquerions peut-être d'avoir moins d'élèves en lycée général, donc de ne plus masquer la baisse généralisée du niveau, nous risquerions même d'avoir un bac général avec un véritable niveau et un peu plus d'élèves en bac professionnel qui y réussiraient parfaitement. Nous pourrions avoir une véritable orientation donc sans AFFLNET. Mais non, c'est trop demander dans l'Ecole du mensonge.
avatar
Cath
Bon génie

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Cath le Dim 31 Mar 2019 - 10:51
Enfin Jacq, il a tellement confiance en nous qu'il sait qu'on va pouvoir faire le même boulot (et même plus !) en divisant nos horaires par deux, peu près après avoir supprimé 1/4 de la formation !
Nenyim
Nenyim
Niveau 3

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Nenyim le Dim 31 Mar 2019 - 12:33
@ar_angar a écrit:
Plus sérieusement, j'aimerai bien avoir un retour de la dichotomie entre le brevet et les tests de positionnement en 2nde. Parce que si on a offert le brevet aux 20% des gamins dont on fait mine de découvrir l'année suivante qu'ils ne savent pas lire, ca la ferait assez mal !

Il y a une dichotomie entre les deux chez vous? Car pour les miens, des élèves qui peinent à faire une moyenne et qui arrivent une fois sur deux à résoudre des équations très simples du premier degré ont quand même des résultats satisfaisants aux tests de positionnements. Il suffit de voir la question sur le calcul de puissance, ils ont rentré toutes les réponses sur la calculatrice et donc maîtrise parfaitement la compétence, par contre le jour où on leur demande de faire le moindre calcul à la main il n'y aura plus personne.

Je trouve que les tests n'évaluent en rien ni ce qu'ils doivent connaître en fin de collège ni les attendus de seconde.
ar_angar
ar_angar
Niveau 8

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par ar_angar le Dim 31 Mar 2019 - 17:39
@Nenyim a écrit:
@ar_angar a écrit:
Plus sérieusement, j'aimerai bien avoir un retour de la dichotomie entre le brevet et les tests de positionnement en 2nde. Parce que si on a offert le brevet aux 20% des gamins dont on fait mine de découvrir l'année suivante qu'ils ne savent pas lire, ca la ferait assez mal !

Il y a une dichotomie entre les deux chez vous? Car pour les miens, des élèves qui peinent à faire une moyenne et qui arrivent une fois sur deux à résoudre des équations très simples du premier degré ont quand même des résultats satisfaisants aux tests de positionnements. Il suffit de voir la question sur le calcul de puissance, ils ont rentré toutes les réponses sur la calculatrice et donc maîtrise parfaitement la compétence, par contre le jour où on leur demande de faire le moindre calcul à la main il n'y aura plus personne.

Je trouve que les tests n'évaluent en rien ni ce qu'ils doivent connaître en fin de collège ni les attendus de seconde.

Je n'ai pas eu à faire les fumeux tests, donc je ne sais pas trop ce que ça a donné (surtout que je ne suis pas souvent au lycée), mais du coup, j'aime bien savoir si il y a une différence, et si oui, laquelle. Après, la suite logique est de regarder des resultats types PISA. Ayant vu un 2nde en devoir commun de math me demander comment il pouvait faire une puissance 2 sur sa calculatrice (pour calculer le carré de racine de 5...)

_________________
C'est en forgeant qu'on devient forgeron.. Vous allez rire, j'ai un marteau !
avatar
XIII
Neoprof expérimenté

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par XIII le Dim 31 Mar 2019 - 18:40
@Jacq a écrit:
@ar_angar a écrit:Ah, si seulement on avait un outils de diagnostique qui permettait de faire le tri avant l'entrée en 2nde, pour savoir qui peut aller au lycée parcequ'il a le niveau. J'imagine un truc national, avec des choses du type lire, écrire, compter, un peu de connaissances générale avec de l'histoire géo, par exemple. Et on pourrait faire ça en juin avecl es 3emes, tous en même temps, avec  les même consignes.  Je vous propose d'appeler ça le "brevet des collèges".

Elle est pas bonne mon idée d'expérimentation ?

Plus sérieusement, j'aimerai bien avoir un retour de la dichotomie entre le brevet et les tests de positionnement en 2nde. Parce que si on a offert le brevet aux 20% des gamins dont on fait mine de découvrir l'année suivante qu'ils ne savent pas lire, ca la ferait assez mal !

Ah si seulement nous n'avions pas des consignes non officielles obligeant à faire passer en seconde générale des gamins qui vont s'y casser la gueule et se trouver le bec dans l'eau à la fin de l'année, sans possibilité alors de se réorienter vers le LP... Mais nous risquerions peut-être d'avoir moins d'élèves en lycée général, donc de ne plus masquer la baisse généralisée du niveau, nous risquerions même d'avoir un bac général avec un véritable niveau et un peu plus d'élèves en bac professionnel qui y réussiraient parfaitement. Nous pourrions avoir une véritable orientation donc sans AFFLNET. Mais non, c'est trop demander dans l'Ecole du mensonge.

Effectivement "l'école du mensonge"!

Par chez moi le collège va expérimenter le nouveau dispositif PIAL (Pôle d'Inclusif d'Accompagnement Localisé).

«Dans le cadre de cette expérimentation, le focus de la compensation est déplacé vers celui de l’organisation pédagogique» "Il y a trop AESH dans les écoles!" dixit l'IEN...

Voilà l'avenir de l'inclusion...
gauvain31
gauvain31
Guide spirituel

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par gauvain31 le Dim 31 Mar 2019 - 19:58
Pourquoi "trop" ? Trop cher ?
Kimberlite
Kimberlite
Neoprof expérimenté

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Kimberlite le Lun 1 Avr 2019 - 1:00
@XIII a écrit:

Par chez moi le collège va expérimenter le nouveau dispositif PIAL (Pôle d'Inclusif d'Accompagnement Localisé).

«Dans le cadre de cette expérimentation, le focus de la compensation est déplacé vers celui de l’organisation pédagogique» "Il y a trop AESH dans les écoles!" dixit l'IEN...

Voilà l'avenir de l'inclusion...
Qu'en langage fleuri cela est exprimé (entre les lignes, ça signifie "il va falloir vous démerder tous seuls, feignasses d'enseignants").
Déjà, une phrase avec les mots "expérimentation" "compensation" et "organisation pédagogique" ça sent le roussi...

EDIT: oh purée, je viens de regarder des infos sur PIAL. SI c'est ça l'avenir, il s'annonce pire que ce que je pensais (du moins dans l'avenir proche, à long terme je ne me faisais pas d'illusions).
http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page810.htm
"une démarche d'assurance qualité fondée sur l'amélioration continue.": on parle bien d'enseignement?
Ce projet, c'est la généralisation des AVS partagées (plus juste que "mutualisées"), sauf notification très exceptionnelle de la MDPH, et qui plus est AVS partagés et temps d'affectation décidé par le directeur, lequel devra lui-même négocier âprement avec l'académie pour tenter d'obtenir une dotation "suffisante" de temps global d'AVS.

_________________
Spoiler:
Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école 2657c714168f3529c89f9703ec00c658
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école Empty Re: Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école

par Verdurette le Lun 1 Avr 2019 - 6:00
J'ai décidé d'abandonner le niveau CM l'an prochain car le dispositif lourd et fumeux de liaison CM2-sixième me gave, j'espère ne jamais me trouver dans un PIAL qui va m'imposer ça dès le CP... Jean-Michel Blanquer : «Je suis prêt à amender mon projet de loi» sur l’école 2950807625
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum