le grand déballage

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avez-vous connu ça ?

27% 27% 
[ 23 ]
33% 33% 
[ 28 ]
27% 27% 
[ 23 ]
13% 13% 
[ 11 ]
 
Total des votes : 85

le grand déballage

Message par varia le Mer 5 Jan 2011 - 21:27

En lisant le message poignant de Patrichka, je me dis que c'est peut-être le moment de réunir nos expériences quant à ces situations où l'on n'arrive pas du tout à canaliser une classe, on se sent une m..., on a l'impression de se faire marcher sur la gu... tous les jours par des morveux et tutti quanti...
Alors je lance enfin ce sondage qui, je l'espère, permettra aux stagiaires et autres de relativiser en réalisant qu'ils ne sont pas tous seuls...
De mon côté, c'est oui plutôt 2 fois qu'une, mais je me suis quand même améliorée depuis la 1e année, ça dépend des classes et finalement celles avec lesquelles ça peut encore se passer comme ça sont celles qui sont odieuses aux dires de tous..
Ca ne m'empêche pas de vouloir me réorienter après 6 ans, mais je crois quand même que c'est spécifique à moi (les "enfants" - chez moi ça va de 2 à 20 ans - me seront toujours objets d'incompréhension, d'ailleurs je n'en aurai jamais!).
A vos claviers, et on essaye d'être le + objectifs possibles (même si finalement il y a + de choix 4 que de choix 1, ça fait partie du jeu) !
Bien sûr vous pouvez rajouter : voilà ce que j'ai fait pour m'en sortir... et ça a marché !

varia
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Nestya le Mer 5 Jan 2011 - 21:31

Euh...c'est quoi finalement la question à laquelle il faut répondre?: Est-ce qu'on s'est amélioré depuis la 1ère année, c'est ça?

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par lulucastagnette le Mer 5 Jan 2011 - 21:32

@Nestya a écrit:Euh...c'est quoi finalement la question à laquelle il faut répondre?: Est-ce qu'on s'est amélioré depuis la 1ère année, c'est ça?

A ce que j'ai compris, la question du sondage est : "avez-vous déjà été complètement débordé par une classe ?"

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par marie91270 le Mer 5 Jan 2011 - 21:33

J'étais stagiaire l'an dernier et je me reconnais tout à fait dans le message de Patrichka...
Cette année, j'ai pris un nouveau depart. Nouvelles classes, nouvel établissement, je m'y suis prise autrement dès le début, et ça se passe beaucoup mieux. Il y a quand même des hauts et des bas bien sur, ce n'est pas rose tous les jours, mais cette année, je réalise que j'AIME ce métier, ce dont je doutais vraiment l'an dernier...

Ce qui fait la différence, je pense, c'est que j'ai pris confiance en moi. Le fait d'être titularisée déjà, qui est un sacré poids en moins... Et puis, en un an, on apprend beaucoup de choses, même si ma gestion de classe n'est pas parfaite, loin de là, je trouve que je m'en sors bien mieux que l'année dernière!

Courage à tous ceux qui vivent cette situation!

marie91270
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Nestya le Mer 5 Jan 2011 - 21:34

@lulucastagnette a écrit:
@Nestya a écrit:Euh...c'est quoi finalement la question à laquelle il faut répondre?: Est-ce qu'on s'est amélioré depuis la 1ère année, c'est ça?

A ce que j'ai compris, la question du sondage est : "avez-vous déjà été complètement débordé par une classe ?"
Pfff! Je suis fatiguée, moi.

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Invité24 le Mer 5 Jan 2011 - 21:35

completement débordée non, et je pense que ça ne m'arrivera pas dans l'état actuel des choses. J'ai bcp de gueule, et je commence à avoir de la bouteille, ça aide.

Cela dit, il m'est déjà arrivé de ne pas être satisfaite de ma tenue de classe, notamment en 3°. Comme je suis peu "sévère" au sens traditionnel du terme, il m'est arrivé de me laisser embarquer dans le jeu de la "proximité".

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par varia le Mer 5 Jan 2011 - 21:42

La question est : avez-vous été complètement débordé par une classe, mais au point de vous sentir totalement nullle parce qu'en outre vous n'aviez pas la distance / la force / ce n'était pas la bonne période / vous étiez trop fragile / vous ne supportez pas les conflits / les gamins étaient vraiment trop odieux... pour prendre de la hauteur et relativiser(j'aime bien l'expression anglaise "feel miserable", qui me parle beaucoup)
J'édite pour compléter mon témoignage: de mon côté, je pense que j'ai aussi tout simplement gagné en indifférence (jespère que ne vais hérisser personne), et surtout, en ce qui me concerne, je pense qu'il fait s'appuyer sur les quelques-uns qui "vous aiment bien quand même", ne pas se mettre la classe à dos en étant capable qqfois de rire avec eux (certains rient des bêtises des autres mais ce n'est pas contre vous en réalité, et en restant bloquée ça risque de dégénérer), tout en recadrant régulièrement ceux qui dépassent les bornes - finalement ce sont tjs les mêmes et les élèves le savent ! Bref, se détendre améliore parfois les choses, en tout cas selon le profil de chacun (et parfois des classes, pour être juste).
Peronnellement je serais incapable d'être celle qui ne laisse absolument rien passer, punit au quart de tour et a sur une heure avec une classe difficile un silence de mort (je l'avoue).


Dernière édition par varia le Mer 5 Jan 2011 - 21:49, édité 1 fois

varia
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par lulucastagnette le Mer 5 Jan 2011 - 21:44

Rose a écrit:completement débordée non, et je pense que ça ne m'arrivera pas dans l'état actuel des choses. J'ai bcp de gueule, et je commence à avoir de la bouteille, ça aide.

Cela dit, il m'est déjà arrivé de ne pas être satisfaite de ma tenue de classe, notamment en 3°. Comme je suis peu "sévère" au sens traditionnel du terme, il m'est arrivé de me laisser embarquer dans le jeu de la "proximité".

Purée c'est dingue. J'aurais pu écrire ce message mot pour mot... Laughing topela
Je n'ai jamais connu le vrai bordel (ce que j'appelle bordel c'est les élèves qui parlent comme si je n'étais pas là, qui se lèvent, qui font un bruit terrible).
Mes premières années de boulot (après le stage en lycée qui se passa très bien), arrivant en collège et étant TZR, j'ai eu des classes parfois bavardes qu'il fallait recadrer sans cesse, mais c'est toujours resté raisonnable même s'il m'est arrivé de ne pas être satisfaite du cours.

Avec l'expérience, ça roule, on en apprend chaque année, en effet.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par lulucastagnette le Mer 5 Jan 2011 - 21:44

@varia a écrit:La question est : avez-vous été complètement débordé par une classe, mais au point de vous sentir totalement nullle parce qu'en outre vous n'aviez pas la distance / la force / ce n'était pas la bonne période / vous étiez trop fragile / vous ne supportez pas les conflits / les gamins étaient vraiment trop odieux... pour prendre de la hauteur et relativiser(j'aime bien l'expression anglaise "feel miserable", qui me parle beaucoup)

A cette question la réponse est non pour moi.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par liliepingouin le Mer 5 Jan 2011 - 21:44

J'ai déjà été complètement débordée, notamment lors de ma première année. Du coup j'ai coché la case 1.
Mais maintenant ce serait plutôt la 3, il y a des hauts et des bas. ET maintenant les classes qui me posent des soucis sont celles qui sont dures aussi pour les autres profs, donc ça me rassure.
J'ai une classe avec laquelle ça se passe bien, et lundi où je n'avais qu'un filet de voix ils ont été adorables I love you : silence toute l'heure (dernière heure de la matinée), juste quelques bavardages entre 11h55 et midi, ils sentaient approcher l'heure de la soupe.
Je pense que je fais encore beaucoup d'erreurs et que je vais continuer à m'améliorer avec le temps. (j'espère!) J'ai plus de mal avec deux autres classes, mais déjà savoir que j'y arrive avec les deux autres me rassure beaucoup.

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.

liliepingouin
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Frisouille le Mer 5 Jan 2011 - 21:53

@lulucastagnette a écrit:
@varia a écrit:La question est : avez-vous été complètement débordé par une classe, mais au point de vous sentir totalement nullle parce qu'en outre vous n'aviez pas la distance / la force / ce n'était pas la bonne période / vous étiez trop fragile / vous ne supportez pas les conflits / les gamins étaient vraiment trop odieux... pour prendre de la hauteur et relativiser(j'aime bien l'expression anglaise "feel miserable", qui me parle beaucoup)

A cette question la réponse est non pour moi.

Non plus.
1ère année de titulaire difficile avec les 3èmes en fin d'année, mais pas le bordel total non plus, simplement je trouvais mes cours en deçà de ce que j'étais censé leur transmettre et eux recevoir.

Mais je ne dirai pas "fontaine, je ne boirai plus de ton eau", car depuis deux ans, je n'ai pas de classe "à moi". Wink

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Nestya le Mer 5 Jan 2011 - 22:01

Complètement débordée oui, lors de mon année de stage. Puis tout c'est bien passé pendant 5 ans jusqu'à l'année dernière où j'ai eu une classe de 6e cauchemardesque. Cette année, ça va mieux, j'ai des classes "normales".
Mais je ne me suis jamais sentie nulle. La 1ère année, je savais que je débutais et qu'il me faudrait du temps (mon mémoire IUFM portait d'ailleurs sur la construction de mon identité professionnelle).
Quant à l'année dernière, c'était une classe avec 7-8 gros cas qui n'avaient rien à faire au collège. Donc non, je n'ai jamais culpabilisé.
Et puis surtout, je me suis inscrite sur Neoprofs le jour même où j'ai eu mon CAPES, j'avais donc conscience que je n'étais pas la seule qui avait ce genre de problèmes. Ce forum m'a fait beaucoup de bien, il m'a permis de prendre la distance nécessaire.


Dernière édition par Nestya le Mer 5 Jan 2011 - 22:02, édité 1 fois

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Angua le Mer 5 Jan 2011 - 22:02

Année de stage cauchemardesque, année suivante difficile aussi (TZR néotit en collège ET lycée... autant dire que le stress et la fatigue y furent pour beaucoup)
L'année suivante, ce n'était pas encore ça, mais ça allait un peu mieux.
Et il y a eu un basculement dans ma vie. Mon compagnon a eu un cancer. A près une longue période d'arrêt, j'ai repris alors qu'il était encore en soin. Avec une indifférence à peu près totale aux élèves, mon attitude et mon investissement en classe étaient complètement différents. Encore un peu mieux.
Encore mieux le début d'année suivante, et Paf, patafrac! une ZEP bien gratinée un an et demi... très dur, mais depuis que je suis sortie de là... ça va plutôt bien.
Je l'ai appris dans des circonstances que j'aurais aimé différentes, mais ce qui fait qu'aujourd'hui ça roule, c'est que j'ai pris beaucoup de distance, et que je dissocie totalement le cours que je suis en train de préparer de ce qui a bien pu se passer en classe (hors pédagogie bien sûr)... Ce n'est peut-être pas clair... disons que globalement:
- je suis plus zen (et chaque année davantage... le lycée où je suis est un total foutoir avec des surprises quotidiennes qui seraient scandaleuses ailleurs, j'apprends chaque fois à relativiser)
- ça va mieux en classe parce que je suis plus zen et que je sais quel genre de prof je suis (comprendre, "je sais quelle attitude me correspond", je n'essaie plus de jouer les méchantes, je reste ferme et souriante, je laisse couler davantage de choses avec certains gamins)
- quand je prépare un cours, je pense uniquement à ce cours et à là où ont sont mes élèves. Plus "machin va encore être pénible", "j'ai pas envie de bosser pour cette classe de *** où machin va encore tout pourrir"... du coup, mes cours sont aussi meilleurs même si perfectibles, je suis plus zen en arrivant car je sais exactement où je vais, les élèves aussi, et la boucle est bouclée.

Je pense toujours que je ne serai pas prof toute ma vie, mais plus parce que c'est difficile, maintenant c'est parce que je crains de m'ennuyer un jour, même en restant TZR.

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par pandora51 le Mer 5 Jan 2011 - 22:16

Je me souviens de ma première année dans mon collège, j'avais une classe type 4° techno. Des garçons, seulement 4 filles dont deux qui ne venaient jamais. Ils m'ont bien fait ch..... . Un jour, quatre d'entre eux sont venus en salle des profs me dire que maintenant il fallait que je me mêle de mes affaires. (j'avais confisqué un couteau suisse en classe)
Une autre fois, suite à un conseil de classe, ils se sont tous mis au fond de la classe et ne répondaient pas quand je posais une question. ça a duré une semaine.
Bref
Ils m'ont fait suer....je leur ai bien rendu! mais ça a été dur. Surtout qu'à côté, j'avais des classes pénibles. C'était une année de lutte. En tout cas, c'est comme cela que je me souviens.
Après huit ans dans le même bahut, tout cela me parait loin. La première année est très difficile, notamment dans les établissements sensibles, mais après ça se passe mieux. Il faut s'accrocher.

pandora51
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Invité5 le Mer 5 Jan 2011 - 22:33

Rose a écrit:completement débordée non, et je pense que ça ne m'arrivera pas dans l'état actuel des choses. J'ai bcp de gueule, et je commence à avoir de la bouteille, ça aide.

Cela dit, il m'est déjà arrivé de ne pas être satisfaite de ma tenue de classe, notamment en 3°. Comme je suis peu "sévère" au sens traditionnel du terme, il m'est arrivé de me laisser embarquer dans le jeu de la "proximité".

scratch je ne comprends pas ce que ça veut dire (ou j'ai du mal à imaginer)

Invité5
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par lulucastagnette le Mer 5 Jan 2011 - 22:35

@Tinkerbell a écrit:
Rose a écrit:completement débordée non, et je pense que ça ne m'arrivera pas dans l'état actuel des choses. J'ai bcp de gueule, et je commence à avoir de la bouteille, ça aide.

Cela dit, il m'est déjà arrivé de ne pas être satisfaite de ma tenue de classe, notamment en 3°. Comme je suis peu "sévère" au sens traditionnel du terme, il m'est arrivé de me laisser embarquer dans le jeu de la "proximité".

scratch je ne comprends pas ce que ça veut dire (ou j'ai du mal à imaginer)

J'imagine que ça dire qu'elle a parfois frôlé le copinage...

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par clochette le Mer 5 Jan 2011 - 22:37

@lulucastagnette a écrit:

Purée c'est dingue. J'aurais pu écrire ce message mot pour mot... Laughing topela
Je n'ai jamais connu le vrai bordel (ce que j'appelle bordel c'est les élèves qui parlent comme si je n'étais pas là, qui se lèvent, qui font un bruit terrible).
Mes premières années de boulot (après le stage en lycée qui se passa très bien), arrivant en collège et étant TZR, j'ai eu des classes parfois bavardes qu'il fallait recadrer sans cesse, mais c'est toujours resté raisonnable même s'il m'est arrivé de ne pas être satisfaite du cours.

Avec l'expérience, ça roule, on en apprend chaque année, en effet.

+1


_________________
"Sans grain de folie, il n'est point d'homme raisonnable"
La Rochefoucauld

http://clochette06.canalblog.com/

clochette
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Invité24 le Mer 5 Jan 2011 - 22:37

exactement. la démagogie quoi. et ça paye pas, c'est clair.....

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Invité5 le Mer 5 Jan 2011 - 22:47

D'accord merci !
J'ai coché " il y a des hauts et des bas "
Je n'ai pas de gros soucis de gestion de classe pour l'instant (je ne suis que T1).
Je suis très exigente en ce qui concerne le volume sonore ( c'est ce que m'a dit ma conseillère l'an dernier). J'essaie de mettre en place des choses pour ne pas avoir à batailler pour avoir le calme. Ça marche avec 4 classes sur 5. Il y a une classe que je dois recadrer souvent mais ce n'est pas le gros bazar (ou alors pas encore Razz)
Le plus gros soucis que j'ai eu, c'est les insultes en direct, mais c'est encore autre chose !
J'ai beaucoup appris de mon année de stage et j'ai réfléchis dès octobre 2009 à mon "plan d'attaque" pour ma gestion de classe 2010/2011.

Invité5
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par sand le Jeu 6 Jan 2011 - 6:25

Tutto va bene, mais personne n'est à l'abri je pense. Quand j'ai débuté, obtenir le silence était beaucoup plus facile qu'aujourd'hui, pourtant je suis toujours aussi pet'sec.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Crazy Cow le Jeu 6 Jan 2011 - 8:15

Moi je suis stagiaire en lycée et j'ai 1 ou 2 classes pénibles. Ils n'ont pas le niveau, bavardent et se la coulent douce. Et pas de chance, c'est toujours les classes que ma tutrice vient voir....

_________________
We should never allow our fears or the expectations of others to set the frontiers of our destiny.

Crazy Cow
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Sessi le Jeu 6 Jan 2011 - 8:19

J'ai coché la 1 parce que ça a été dur les 3 premières années. J'étais contractuelle à l'époque et sans formation. Dans chaque bahut où j'ai bossé à ce moment-là, il y avait au moins une classe qui me faisait suer. La deuxième année fut la pire je pense. Je rentrais tous les soirs avec la boule au ventre, l'envie de pleurer. En plus, j'étais dans un coin où je ne connaissais personne, c'était vraiment très dur.
Par la suite, j'ai appris à me composer un personnage, à être moins vulnérable. Au lieu de passer mon temps à crier, j'use beaucoup de l'humour par exemple. J'ai appris à ne pas leur laisser de temps mort surtout, à être tout le temps derrière eux, à ne rien lâcher. Mais en général, il y a toujours une classe plus chiante que les autres.

_________________
- Tout ce que nous pouvons faire est d'ajouter à la création, le plus que nous le pouvons, pendant que d'autres travaillent à la destruction. C'est ce long, patient et secret effort qui a fait avancer réellement les hommes depuis qu'ils ont une histoire.-
Albert Camus

Sessi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Reine Margot le Jeu 6 Jan 2011 - 8:27

j'ai mis la 1 même si en considérant l'ensemble de ma carrière c'est plutôt des hauts et des bas. J'ai un parcours atypique, une année de stage très dure, puis des années correctes: ce métier n'a jamais été fait pour moi mais j'ai résisté et masqué les choses pendant des années: résultat, une gestion de classe convenable (j'avais aussi les 1eres années des classes très gérables) sans être une prof infaillible. Puis, mon analyse a fait que je n'ai plus pu me cacher que je n'aimais pas ce métier, qu'être face aux élèves était pour moi un ennui au mieux, au pire une souffrance. j'ai eu le bordel l'an dernier, cette année quasiment rien et bilan mitigé avec mon dernier rempla: 4e horribles et 2ndes très bien. (mais il parait que bcp de tzr qui ont remplacé des stagiaires dans le coin ont eu le bazar car les élèves savaient que ça ne durait que 2 semaines)

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par roxanne le Jeu 6 Jan 2011 - 8:46

J'ai démarré comme vacataire puis contractuelle dans des lp , sans formation avec les classes qui restaient , vous imaginez lesquelles.J'ai connu le bordel , le vrai (ah ! les bep usinage le Vendredi soir de 16 h à 18 h après 6 heures d'atelier , un plaisir !.Mais même dans ces conditions là , j'avais toujours , au moins une classe où tout se passait bien, où j'avais plasir à enseigner , ce qui compensait .De mon passage en lp , j'ai aussi appris sur la gestion de classes.Je n'ai plus le "bordel" depuis mais des classes difficiles, bavardes , agitées , insolentes , comme je pense beaucoup d'entre nous .Cette année, je me "repose" avec des classes "normales", où hausser le ton une fois de temps en temps suffit.Mais je ne fais guère d'illusions, il y aura de nouveau des moments durs.Cependant , tant que le positif l'emporte sur le négatif, ça roule .

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: le grand déballage

Message par Nasopi le Jeu 6 Jan 2011 - 12:13

Moi j'ai galéré complètement pendant mes premières années... Maintenant ça va beaucoup mieux.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum