Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par William le Mar 15 Fév 2011 - 0:45

Depuis une semaine j'étais en train de ruminer une mise au point que je devais faire avec une classe un peu difficile, cela m'a pris la tête pdt 7 jours, j'y pensais dès que je me réveillais ne sachant trop comment cela allait se passer (ils sont pas méchants mais assez branleurs, j'avais peur d'être tourné en ridicule en fait). La mise au point a eu lieu cette aprèm(en milieu d'année c'est bien tard mais passons) et s'est, de mon point de vue bien passée. J'ai été clair, ferme et ai convoqué les deux délégués à la fin du cours afin qu'ils insistent bien auprès des autres sur le fait que les sanctions allaient commencer à tomber. Ils ont même acquiescé et on a pu parler des cours à venir, de ma nouvelle façon de faire pour qu'ils comprennent mieux. Un échange constructif et intéressant.
Bref, une pêche d'enfer toute l'aprèm, de nouveau la tête à mes concours. Yippiii
Pareil l'autre fois, un cours mal préparé avec une classe assez dure de 15 à 17h un vendredi me faisait craindre la gabegie et...ô miracle, un super cours bien mené avec des élèves dont on à l'impression que ça à l'air de frétiller un peu là-haut. 3 jours sur un p'tit nuage à me dire que ce job est fait pour moi etc...
Et de l'autre côté, un élève vous fait juste vaguement sentir que votre cours l'ennuie un peu et c'est parti pour 2 jours de doutes, de remise en cause, de prise de tête etc...

D'où la question de ce post. Pourquoi sommes-nous si sensibles au retour que nous envoie les gamins du métier ? N'est-ce pas un peu handicapant finalement de se prendre si rapidement la tête pour des choses somme toute, au regard de notre carrière et de la vie entière des élèves, souvent bien bien futiles ? Est-ce que ça se soigne docteur ? yesyes Est-ce qu'on parvient un jour, sans être un robot insensible, à mieux faire la part des choses et "faire le job" sans être trop accaparé par nos émotions et sentiments ? J'ai comme l'impression que non en fait, et c'est bien ça ce qui m'inquiète Suspect

William
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par loup des steppes le Mar 15 Fév 2011 - 0:58

Hélas, ou tant mieux, dans ce métier on est constamment remis en cause.. dans notre façon d'être et de faire.. faut vivre avec, mais finalement ça permet de ne pas se laisser aller à l'auto satisfaction et la routine aussi..
Il y en a néanmoins qui arrivent à ne plus être sensibles ni sensibilisés.. mais à mon avis ils sont "morts" depuis longtemps, et ont-ils jamais "ressenti" autre chose que leur amour propre, derrière lequel ils se sont retranchés un jour comme derrière une infranchissable forteresse, d'ailleurs? Bon courage pour l'aventure derrière tout ce remue-méninges.. la remise en cause c'est aussi et surtout le voyage de la découverte de soi dans ses rapports aux autres.. et c'est très enrichissant.

_________________
[i] "Là où sont mes pieds, je suis à ma place." prov. Amérindien
"Choose the words you use with care: they create the world around you"

loup des steppes
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Pseudo le Mar 15 Fév 2011 - 6:30

@loup des steppes a écrit:Hélas, ou tant mieux, dans ce métier on est constamment remis en cause.. dans notre façon d'être et de faire.. faut vivre avec, mais finalement ça permet de ne pas se laisser aller à l'auto satisfaction et la routine aussi..
Il y en a néanmoins qui arrivent à ne plus être sensibles ni sensibilisés.. mais à mon avis ils sont "morts" depuis longtemps, et ont-ils jamais "ressenti" autre chose que leur amour propre, derrière lequel ils se sont retranchés un jour comme derrière une infranchissable forteresse, d'ailleurs? Bon courage pour l'aventure derrière tout ce remue-méninges.. la remise en cause c'est aussi et surtout le voyage de la découverte de soi dans ses rapports aux autres.. et c'est très enrichissant.

Mais... Justement.... Derrière cette hyper sensibilité que décrit William n'y a-t-il pas beaucoup d'amour propre ? N'y a-t-il pas une grosse blessure d'ego qui a besoin de réparation ?

Pourquoi le jugement de l'autre (les élèves en l'espèce) a-t-il tant d'importance ? Et là où je ne te rejoins pas William, c'est quand tu dis "nous". TU es sensible au retour des élèves. Tous le monde ne l'est pas. Ou du moins pas autant que toi. Et certains savent prendre les bons retours et composer avec les mauvais. Mais il est certain qu'en étant autant en attente de leurs jugements, et en y étant si réactif, tu n'as pas fini de passer par des hauts et des bas. Les gamins savent fort bien jouer sur cette corde là !

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par moon le Mar 15 Fév 2011 - 6:36

Une collègue experimentée m' a dit un jour où je me retournais le cerveau : "tant que tu te poses des questions, tu avanceras. Même si c'est épuisant."...Pourquoi sommes-nous si sensibles? Sans doute parce que déjà nous n'avons que peu de retour, voire aucun sur notre pratique, de la part de nos pairs ou de nos supérieurs. Les parents, bof...donc il ne reste que les élèves que nous avons en face de nous pour nous "renvoyer" ce retour, même si souvent on s'en passerait bien! Il n y a pas une bonne façon de faire cours ; on travaille tous de manière différente, il suffit de discuter un peu les collègues pour s'en rendre compte. Du coup il n y a pas de réponse à la question " est-ce que je fais de bons cours?" parce quand on se compare aux autres, personne ne fait pareil...
Le fait est aussi qu'on travaille avec de l'humain, c'est-à-dire 25 individus, plus toi, pendant un moment donné, sachant que tout ce beau monde arrive avec son vécu du moment, ses soucis, ses préoccupations, etc. Ca fait une bien belle mayonnaise, et impossible de prévoir ce qui va se passer le plus souvent ; c'est peut-être pour cette raison qu'on est si sensible à ce qui se passe.
Partant de là, comme tu ne peux jamais prévoir ce que va se passer dans une journée, c'est normal que tu gamberges quand ça c'est mal passé, ou te félicite quand ça c'est bien passé. C'est juste une manière de mettre de l'eau à son moulin pour continuer à avancer...
Est-ce que ça se soigne docteur? Ben malheureusement non, ça se saurait. Mais par contre, ça se contrôle. Imagine, une classe infecte te pourris une heure. Tu ne vas pas en plus les laisser te pourrir ta soirée, non? Ca fait lourd de dommage collatéraux...J'ai des troisièmes imprévisibles, cette année. Capables du pire comme du meilleur, surtout du pire d'ailleurs, et toujours en dernière heure. Au début, je rentrais chez moi laminée tous les soirs. Et puis à un moment donné j'en ai eu marre de me faire du mouron tout le temps pour ça. J'en ai pas mal discuté avec des collègues histoire de me rendre compte que c'était pareil, et maintenant quand ça se passe mal, c'est 5 min maxi de réflexion au sujet. Ok, ils fait ci, ça, été comme ci, comme ça, et bien demain ce serai comme ça. Je fourbis mon plan d'attaque et ensuite je n'y pense plus. A l'inverse, quand ça se passe bien, je m'en félicite 5 minutes, pas plus, parce que de toute façon il faudra tout recommencer le lendemain.
Donc robot insensible, non tu peux oublier l'idée tout de suite! Par contre remettre à sa place notre ressenti, oui, ça se fait.

moon
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par moon le Mar 15 Fév 2011 - 6:39

Pseudo, on a posté en même temps...comme d'hab, je trouve ça très juste ce que tu écris!

moon
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Reine Margot le Mar 15 Fév 2011 - 8:17

En effet il s'agit aussi de se protéger, mais en même temps nous faisons de la transmission, donc forcément on examine le retour (ont-ils compris? retenu? apprécié le texte/le cours?). Le tout est de savoir le vivre sans se faire bouffer par ça, sinon on n'en sort pas.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par nuages le Mar 15 Fév 2011 - 8:43

@Pseudo a écrit: Derrière cette hyper sensibilité que décrit William n'y a-t-il pas beaucoup d'amour propre ? N'y a-t-il pas une grosse blessure d'ego qui a besoin de réparation ?
Pourquoi le jugement de l'autre (les élèves en l'espèce) a-t-il tant d'importance ? Et là où je ne te rejoins pas William, c'est quand tu dis "nous". TU es sensible au retour des élèves. Tous le monde ne l'est pas. Ou du moins pas autant que toi. Et certains savent prendre les bons retours et composer avec les mauvais. Mais il est certain qu'en étant autant en attente de leurs jugements, et en y étant si réactif, tu n'as pas fini de passer par des hauts et des bas.

Quand j'ai commencé à enseigner , j'étais très sensible au retour des élèves, j'attendais qu'ils apprécient mes cours, je m' investissais trop sur le plan affectif dans mes rapports avec eux, et mon moral en était fluctuant . Maintenant, sans être blasée, je partage l'avis de Pseudo et je trouve que ne pas trop s'investir avec sa sensibilité permet d'aborder le métier de façon plus stable , plus sereine et peut-être plus efficace. Les élèves passent et nous oublient vite . Notre vie affective n'est pas avec eux, même s'il est agréable de sentir qu'ils nous apprécient . Je pense qu'il faut se méfier de l' investissement par la sensibilité car il fragilise, et les enseignants d'aujourd'hui doivent être résistants!

nuages
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par thrasybule le Mar 15 Fév 2011 - 9:31

Je partage complètement l'avis de Pseudo et de Nuages... il y a beaucoup de désir etde narcissisme dans l'enseignement, et le fait que nous sommes en représentation joue énormément sur la mise en scène de notre propre ego; la question qu'il faut peut-être se poser: que cherche-t-on dans le regard des élèves lorsque nous sommes en classe, quelle reconnaissance? Quel transfert opérons-nous à notre insu? Quelle blessure narcissique voulons-nous soigner? Pour ma part, je fais maintenant bien la distinction entre ce que je suis( si tant est que je le sache, mais c'est un autre problème) et la persona de notre fonction

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par bellaciao le Mar 15 Fév 2011 - 10:11

William peut dire "nous" au vu des nombreux sujets postés dans cette partie, qui montrent bien que les professeurs sont sensibles, ont à coeur de bien faire leur métier et se désolent lorsque le retour semble négatif.
Lorsqu'on s'habille, on se regarde bien dans un miroir pour vérifier que tout est en place ; ce n'est pas forcément une preuve de narcissisme pathologique si on n'y passe pas son temps.
Le problème, c'est que le retour des élèves est un miroir déformant, fait lui-même des transferts des élèves (j'aime l'expression de Thrasybule). Il faut être vigilant sur ce fait et se trouver d'autres indicateurs de réussite.

bellaciao
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par William le Mar 15 Fév 2011 - 11:03

@thrasybule a écrit:Je partage complètement l'avis de Pseudo et de Nuages... il y a beaucoup de désir et de narcissisme dans l'enseignement, et le fait que nous sommes en représentation joue énormément sur la mise en scène de notre propre ego; la question qu'il faut peut-être se poser: que cherche-t-on dans le regard des élèves lorsque nous sommes en classe, quelle reconnaissance? Quel transfert opérons-nous à notre insu? Quelle blessure narcissique voulons-nous soigner? Pour ma part, je fais maintenant bien la distinction entre ce que je suis( si tant est que je le sache, mais c'est un autre problème) et la persona de notre fonction

Oui je suis assez proche aussi de cette analyse. Je ne sais si on cherche à transférer qque chose de notre ego sur la scène de l'estrade, mais ce qui est sûr, c'est qu'on est trop touché par les retours, les bons comme les mauvais, là où sans doute on devrait se contenter des résultats de nos élèves. Si ils sont bons, c'est qu'on est bon. Point barre (je raccourcis hein?). Le reste n'a que peu d'importance. Enfin je dis ça car c'est ce que je pense, mais ma liliputienne pratique me fait me rendre compte que je suis infiniment plus réceptif que ce que je ne pensais.

Et c'est vraiment plus fort que tout. Même si je sais intellectuellement que le cours parfait n'existe pas, le prof parfais encore moins, que les élèves ont bien d'autres chats à fouetter, que des éléments extérieurs à la classe (les états d'âme de chacun, les travaux dans la cour, la pluie) peuvent à tout moment perturber celle-ci, que demain est un autre jour etc...je ne peux m'empêcher de cogiter quand ça n'a pas fonctionné comme je l'entendais. Et là où ce n'est pas trop grave à 3 ou 5h/semaine, je flippe un peu pour l'an prochain à temps plein. Pas envie de gamberger pdt des heures, de me pourrir mon peu de temps libre, de ne pas arriver à dormir etc...

J'avais lu sur un super blog que la classe était une sorte de miroir déformant qui nous renvoyait sur nous même certaines choses de notre être que l'on pensait avoir enfoui définitivement. Gloups ! pale

William
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Fourseasons le Mar 15 Fév 2011 - 11:17

Je suis d'accord avec Pseudo, Nuage, Bellaciao et Thrasy.... ca en fait du monde ! Razz

Il faut bien entendu se remettre en question pour évoluer et prendre conscience de nos défauts et de nos qualités. Cependant, il faut surtout prendre de la distance pour durer dans ce métier. Aussi, les élèves profitent de nos faiblesses. Je crois que pour convaincre les élèves, il être convaincu soi-même. Et je pense aussi qu'avec les élèves les actes valent plus que les discours.

Effectivement, pas facile tout ca dans la mesure où c'est de l'humain, élèves et professeurs.


Dernière édition par Loise le Mar 15 Fév 2011 - 11:20, édité 1 fois

Fourseasons
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par William le Mar 15 Fév 2011 - 11:19

@Pseudo a écrit:
TU es sensible au retour des élèves. Tous le monde ne l'est pas. Ou du moins pas autant que toi. Et certains savent prendre les bons retours et composer avec les mauvais. Mais il est certain qu'en étant autant en attente de leurs jugements, et en y étant si réactif, tu n'as pas fini de passer par des hauts et des bas. Les gamins savent fort bien jouer sur cette corde là !

Mais je n'ai jamais dit que j'étais en attente de leur jugement ou que je voulais être apprécié à tous prix. Certains élèves ne m'apprécient ni moi ni mon cours pas et ça ne m'empêche absolument pas d'avancer. Ce que je dis c'est que je suis trop réceptif à la réaction de la classe dans son ensemble. C'est un perçu global qui, quand il ne s'est pas passé comme je le voulais, a tendance à me faire gamberger. J'aimerais les tirer vers le haut, leur faire découvrir l'intérêt qu'il peuvent avoir dans ma matière mais pfff...En fait je suis peut-être trop perfectionniste, et peut-être que passer l'agrèg en même temps n'est pas une bonne idée dans la mesure où je dois exercer dans deux domaines intellectuellement, disons, très opposés?( quand un terminale vous flanque le Pacifique au beau milieu de l'Antarctique et que l'heure d'après vous planchez sur le développement de la multimodalité dans les villes frontalières de l'Europe orientale heu...)

Enfin merci pour toutes vos réponses en tous cas, elles sont heureuses.

William
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Leclochard le Mar 15 Fév 2011 - 11:36

J'ai une question pour toi, William.
Préfères-tu qu'on dise que tu es le plus meilleur, alors que tu es le plus mauvais ou qu'on dise que tu es le plus mauvais, alors que tu es le meilleur ?
Ta réponse en dira beaucoup sur ton rapport aux autres.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par William le Mar 15 Fév 2011 - 11:55

Oula, je n'ai pas précisément posté pour faire une psychanalyse en ligne. lecteur

William
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par thrasybule le Mar 15 Fév 2011 - 11:58

@William a écrit:Oula, je n'ai pas précisément posté pour faire une psychanalyse en ligne. lecteur
Allonge-toi mon petit... Razz
C'est le divan de Sigmund

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Malaga le Mar 15 Fév 2011 - 11:59

Je rejoins un peu certaines réponses. La première année où j'ai enseigné, j'étais vraiment très sensible. J'avais le sentiment d'être en permanence jugée par les élèves. Je pouvais ressasser un cours raté pendant des heures.
Avec le temps, j'ai appris à me détacher un peu de tout ça, à me dire que lorsque je suis devant les élèves, je le suis en tant que prof et non en tant que "personne" (je ne sais pas si je suis très claire, là!). Surtout, j'essaye de prendre les évènements avec un maximum d'humour, à ne pas hésiter à tourner en dérision les comportements de mes élèves (même devant eux quand cela est possible), à désamorcer au maximum les situations afin qu'elles ne deviennent pas explosives.
Je n'y arrive pas tout le temps, loin de là, mais je progresse (et c'est le principal). Courage! Smile

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par bellaciao le Mar 15 Fév 2011 - 12:11

Soyons pragmatique aussi : quand cela se passe bien, on ne se torture pas l'esprit pour savoir comment cela s'est produit, et qu'est-ce qui a fait que... D'ailleurs, quand on sent que cela s'est bien passé, on a tendance à penser que c'est vrai et justifié. On devrait faire de même lorsqu'on a un mauvais ressenti. Sauf pour les questions techniques ("est-ce que j'ai attaqué le texte sous le bon angle ?", est-ce que j'ai bien géré le temps ?"...) qui permettent d'avancer.

bellaciao
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par William le Mar 15 Fév 2011 - 12:24

@Malaga a écrit: lorsque je suis devant les élèves, je le suis en tant que prof et non en tant que "personne" (je ne sais pas si je suis très claire, là!).

OUI, c'est peut-être ça le plus difficile, dissocier la personne de la fonction. Je suis enclin à penser que l'on a atteint un vrai stade de professionnalisme quand on arrive à dissocier les deux (et pas seulement en théorie). Pour ma part, mes meilleurs profs ont été ceux qui nous faisaient cours, le faisait bien, avec clarté et fermeté, sachant où ils voulaient nous mener et ne rentrant pas dans des considérations autres que celles liées au cours. C'est clairement avec eux que j'ai le plus appris, ce qui est quand même la fonction première de l'école. Mais bon, c'étaient tous des vieux d'la vieille (enfin j'étais au collège en même temps, peut-être qu'ils n'étaient pas si vieux que ça Wink
Enfin moi pour l'instant, jeune padawan, je n'arrive pas à ne pas m'investir émotionnellement dans mes cours. C'est plus fort que moi, et même si je reste distant au max (le vouvoiement est de mise, même avec mes élèves de 14 ans), je ne peux pour l'instant laisser la fonction se substituer entièrement à la personne. Mais bon j'y travaille, j'y travaille.

William
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Leclochard le Mar 15 Fév 2011 - 14:01

@William a écrit:Oula, je n'ai pas précisément posté pour faire une psychanalyse en ligne. lecteur

Pas de psychanalyse. Il se trouve que la réponse permet de savoir si tu accordes une grande importance à l'opinion qu'on a de toi.
Je me moque de ce que pensent les gens de moi, à moins qu'il ne s'agisse de rumeurs graves. On est en représentation. Mais je sais qu'il y a des collègues pour qui l'affection -je n'exagère pas- est fondamentale pour enseigner.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Invité14 le Mar 15 Fév 2011 - 14:18

moi je rêve qu'on trouve un jour un médicament qui "enlève cette sensibilté et ces ruminations".


Invité14
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par nuages le Mar 15 Fév 2011 - 14:29

chanig a écrit:moi je rêve qu'on trouve un jour un médicament qui "enlève cette sensibilté et ces ruminations".
En ce qui me concerne il est dans la vie que j'ai en dehors du lycée .

nuages
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par kensington le Mar 15 Fév 2011 - 14:41

@William a écrit:C'est plus fort que moi, et même si je reste distant au max (le vouvoiement est de mise, même avec mes élèves de 14 ans), je ne peux pour l'instant laisser la fonction se substituer entièrement à la personne. Mais bon j'y travaille, j'y travaille.

La personne habite la fonction, c'est normal que ça ne soit pas toujours facile. Et puis, il y a ce que l'on va projeter avec plus ou moins de distance entre les deux et il ya aussi ce que les élèves projettent sur nous et qu'il est moins facile de contrôler parfois.

kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Lornet le Mar 15 Fév 2011 - 18:24

J'ai pleuré, alors comme Cartmann, j'ai pensé : "Je vous emmerde et je rentre à ma maison."
Dont acte...

_________________
Ma nouvelle parue dans un recueil en faveur de Handicap International :  http://www.anywayeditions.com/boutique/decouverte-inclassable/je-tu-ils-nous-ebook/
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Mon roman à paraître le 3 juillet 2017 :
Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par pyramide le Mar 15 Fév 2011 - 18:37

Exactement pareil, quand un cours a bien marché, je suis sur un nuage, quand j'ai eu du bruit ou de l'insolence, je me sens une merde. Et ça fait quelques temps que j'enseigne.
Je ne vois pas cela comme du narcissisme ou la réparation d'une blessure mais comme une vision du temps fragmentée et instable.
Après tout, quand un cours s'est bien passé on devrait se dire : "ok, je pourrais le refaire à l'avenir, je suis capable d'intéresser les élèves". Or je ne vis que dans l'instant, comme si mon moi était justement en perpétuelle formation.

pyramide
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi sommes-nous si sensibles ?

Message par Carabas le Mar 15 Fév 2011 - 18:48

@pyramide a écrit:Exactement pareil, quand un cours a bien marché, je suis sur un nuage, quand j'ai eu du bruit ou de l'insolence, je me sens une merde. Et ça fait quelques temps que j'enseigne.
C'est comme ça que je fonctionnais.
Or, comme je n'ai quasiment eu que du bordel, je n'ai pas fait long feu.
Et là, je suis toujours dans le trip "je me sens nulle parce que j'ai été incapable de faire ce métier".

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum