"Interpréter" un texte ?

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Palombella Rossa le Dim 30 Oct 2011 - 12:01

@Celeborn a écrit: Le fait de mettre l'héroïsme féminin individuel sur le même plan que celui des hommes au XIXe siècle est en soi féministe, non ?

Pas spécialement.
L'héroïsme féminin remonte, comme disent mes étudiants, à la plus haute Antiquité : voir par exemple l'histoire de Clélie dans Tite-Live.
Pendant la guerre contre Porsenna, Clélie, prise en otage par les Étrusques, s'évade en traversant le Tibre à la nage. Elle ne reste pas longtemps à Rome car Porsenna la demande, et les Romains acceptent, pour ne pas rompre la trêve. Elle est donc renvoyée, mais le roi, plein d'admiration pour son exploit, la congédie, lui offre un cheval de bataille et lui permet de prendre avec elle tous les otages qu'elle veut. Elle choisit les enfants et les femmes. Elle est acclamée pour son courage extraordinaire — «nova virtus », càd un courage nouveau chez une femme — et une statue équestre lui est érigée sur la Voie Sacrée.
Wikipédia note très justement que la mythologie comparée (Dumézil) amène à comprendre que Clélie, sauveuse des Romains, " incarne les trois fonctions indo-européennes : la fonction sacrée, par la fascination qu'elle exerce envers Porsenna — non seulement pour son courage, mais aussi pour son corps, auquel le roi étrusque refuse que les Tarquin s'attaquent —, la fonction guerrière, par son exploit viril et les récompenses viriles qu'elle reçoit, notamment le cheval — et la fonction reproductrice, lorsqu'elle sauve les femmes et les enfants. Donc, aucun féminisme là-dedans.
Chez Stendhal, les femmes ont de la virtù (la Gina, oeuf corse), tout comme Doña Sol, et chez Balzac, elles sont parfois viriles (entre autres Ève Séchard, héroïne aussi masculine que ce que son frère Lucien est féminin). Emma Bovary, selon Baudelaire, est un homme. Mais il n'y a rien de féministe dans ces images de la femme, puisque ce qui en fait des héroïnes c'est précisément leur virilité.
Bref, ne raisonnons pas en termes anachroniques.
L'héroïsme féminin, de toute façon, me semble, mythologiquement et littérairement parlant, quasiment à inventer. Quand une femme devient héroïque au sens strict, elle revêt, le plus souvent, les attributs du masculin de la fonction guerrière : la Kahena, Jeanne d'Arc, etc.
Une figure féministe de l'héroïsme féminin , c'est la Sorcière de Michelet (texte génial, et commentaire épatant de Barthes), inventant un modèle de femme héroïque qui n'entre pas dans les critères du masculin.

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Hannibal le Dim 30 Oct 2011 - 12:12

Non. Les modèles d'héroïsme féminin, ça n'a jamais manqué à aucune époque, et on s'est toujours très bien accommodé, grâce à eux plutôt que malgré eux, du conservatisme néanmoins.

D'ailleurs, il reste souvent du masculin dans l'imaginaire de l'héroïsme. Voir Jeanne d'Arc etc.

EDIT : Miracle : on s'est rejoints, Palombella topela



Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par MrBrightside le Dim 30 Oct 2011 - 12:20

@nlm76 a écrit:
En quoi le féminisme (par exemple) est-il une "approche théorique" ? Une approche de quoi ? Des textes ?
Etre "féministe", c'est une caractéristique personnelle qui peut influencer votre lecture des textes. Mais quel intérêt ? "Whaouh, ce texte, il est vachtement bien, parce qu'il est féministe, au fond ! Whaouh, ce texte, il trop génial parce qu'il révèle le machisme sous-jacent de l'auteur, de son milieu socio-culturel !..."
Rien à cirer. Ce qui m'intéresse dans un texte, c'est ce qu'il me dit, par exemple de la féminité, du désir, de l'amour. Par exemple.

Et on en revient à "le texte dit"...

Les théories féministes ne se limitent pas à la mise en évidence du machisme de divers auteurs.
Je suis par exemple beaucoup plus intéressé par l'utilisation subversive que va faire Dickinson des formes poétiques rigides et religieuses de l'hymne pour par exemple ré-écrire la religion sur une base féminine; ou sur la manière dont les Brontë vont utiliser les formes romanesque pour dynamiter le modèle victorien de l'héroine-godiche. Ou alors d'envisager comment un auteur masculin décide de représenter son héroïne féminine (il comment à y avoir un corpus assez conséquent d'études féministes de Shakespeare par exemple.)
Alors oui, on s'intéresse toujours à ce que nous dit le texte. Sauf que toutes ces questions ne se sont pas toujours posées naturellement et les féministes ont quand même pas mal déblayé le terrain de l'écriture féminine ou de la représentation du féminin.

Enfin bon, y a un moment il va falloir se résoudre à ne pas être d'accord. Pour avoir mené ce débat des dizaines de fois, je sais qu'il est stérile et ne mène pas à grand chose. Pour ma part, je m'adapte à mon public: je peux au besoin invoquer les foutaises théoriques et je sais aussi bêtement compter les vers et cataloguer les figures de style et leurs effets.

_________________

MrBrightside
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par User5899 le Dim 30 Oct 2011 - 13:20

@Palombella Rossa a écrit:L'héroïsme féminin remonte, comme disent mes étudiants, à la plus haute Antiquité
Seraient-ils de fins lecteurs d'Alexandre Vialatte ? yesyes

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Iphigénie le Dim 30 Oct 2011 - 15:26


D'ailleurs, il reste souvent du masculin dans l'imaginaire de l'héroïsme
à moins que l'héroïsme ne soit un concept typiquement masculin, justement.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Hannibal le Dim 30 Oct 2011 - 15:34

Vous êtes mieux placée que moi pour en juger, Iphigénie. Wink

_________________
"Quand la pierre tombe sur l'oeuf, malheur à l'oeuf.
Quand l'oeuf tombe sur la pierre, malheur à l'oeuf." (proverbe)

Hannibal
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Dim 30 Oct 2011 - 16:59

@Abraxas a écrit:Sidérant.
Un texte est toujours pluriel. Le biographique ne peut être écarté (ou alors, c'est que vous n'avez pas écrit vous-mêmes — on n'écrit qu'avec soi, à propos de soi), ni les contextes (il y avait une excellente collection de Littérature / lycées qui s'appelait Textes & Contextes — chez Magnard…), ni même les interprétations les plus diverses, contresens compris (Borgès expliquait ainsi que l'on pourrait parler de l'influence de Kafka sur la poésie romantique, puisque nous avons lu Kafka…). Et l'ensemble fait le Texte — relire Barthes sur le sujet.
Faire un cours de littérature, c'est mettre tout cela en miroirs simultanés.

Abraxas, quoique non-littéraire, je souscris entièrement à ce que vous écrivez ici. veneration

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par User5899 le Dim 30 Oct 2011 - 18:44

@iphigénie a écrit:
D'ailleurs, il reste souvent du masculin dans l'imaginaire de l'héroïsme
à moins que l'héroïsme ne soit un concept typiquement masculin, justement.
Mais oui, c'est juste un truc pour se faire remarquer... C'est comme la béhèm.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Dim 30 Oct 2011 - 18:47

Cripure a écrit:
@iphigénie a écrit:
D'ailleurs, il reste souvent du masculin dans l'imaginaire de l'héroïsme
à moins que l'héroïsme ne soit un concept typiquement masculin, justement.
Mais oui, c'est juste un truc pour se faire remarquer... C'est comme la béhèm.

Comme celle-ci ?
http://www.automobile-sportive.com/guide/bmw/2002tii.php

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Iphigénie le Dim 30 Oct 2011 - 18:52

tiens un historien Laughing
étymologiquement, vous en voyez des "héroïnes"? Ils me semblent que les divin(e)s n'engendrent que des garçons avec les terrien(ne)s, je me trompe?Là comme ça, je n'arrive pas à en trouver dans la mythologie greco-romaine?

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Thalia de G le Dim 30 Oct 2011 - 18:56

@iphigénie a écrit:tiens un historien Laughing
étymologiquement, vous en voyez des "héroïnes"? Ils me semblent que les divin(e)s n'engendrent que des garçons avec les terrien(ne)s, je me trompe ? Là comme ça, je n'arrive pas à en trouver dans la mythologie greco-romaine ?
Moi non plus. Même Harmonie, fille d'Arès et d'Aphrodite n'est pas considérée comme une "demi-déesse" ou une héroïne. Non plus qu'Hélène, ta célèbre tante Very Happy

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Celeborn le Dim 30 Oct 2011 - 18:58

J'étais sur Hélène de Troie (hem…), et effectivement, j'avais du mal à en faire une héroïne ^^

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Palombella Rossa le Dim 30 Oct 2011 - 19:06

@iphigénie a écrit: Il me semble que les divin(e)s n'engendrent que des garçons avec les terrien(ne)s, je me trompe ?


Hélène et Clytemnestre sont filles de Zeus et de Léda, comme les Dioscures Castor et Pollux, mais ce ne sont pas des "héroïnes" au sens strict de "héros féminin", si j'ose dire.

Voir http://classes.bnf.fr/heros/arret/index.htm

Palombella Rossa
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Celeborn le Dim 30 Oct 2011 - 19:22

La seule héroïne qui me vient à l'esprit — mais elle n'est pas de divin lignage — c'est Atalante.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par nlm76 le Dim 30 Oct 2011 - 22:07

@MrBrightside a écrit:
Enfin bon, y a un moment il va falloir se résoudre à ne pas être d'accord.
D'accord avec ça.
Un jour, peut-être nous discuterons de la possibilité de sortir de l'alternative féminisme/...isme/... contre relevé de figures de style.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par doctor who le Dim 30 Oct 2011 - 22:56

Attention, je parlais de proto-féminisme chez Beaumarchais et Hugo, et j'avais tort. Parler ainsi reviendrait à placer leurs deux oeuvres dans la perspective de l’avènement du féminisme, ce qui est objectivement faux, et même absurde.

EN revanche, je pense qu'ils vont au-delà d'une simple reprise de l'héroïsme féminin. Il y a dans ces deux oeuvres une réflexion sur les rapports entre hommes et femmes, où l'attitude des femmes est opposée à celle des hommes.

C'est l'alliance de la Comtesse et de Suzanne qui parvient à compromettre le Comte à l'acte V du Mariage. Elles reprennent le relais de Figaro, qui pendant 3 actes a fanfaronné en prétendant tout régler par son génie de l'intrigue. Dans son monologue, le valet, désarçonné par la trahison de sa récente épousée, ne parvient pas à se remettre en cause et préfère rejouer la confrontation virile avec le Comte et la société. Il est à contretemps de la pièce qui a explicitement remplacé le conflit social par un conflit des sexes.

Dona Sol est une héroïne, certes, mais dans la mesure où Hernani n'est pas un héros. Les hommes de la pièce jouent les coqs à se provoquer en duel et à se poursuivre l'un l'autre pour se venger, tandis que Dona Sol sert de victime sacrificielle. Hernani ne parvient pas à rentrer dans la logique de l'amour, celle des femmes, et ne parlent que d'hommes (son père, le roi, Don Ruy Gomez), alors même que DS est devant lui. Elle va au bout de l'amour, du besoin de l'autre pour vivre, et de l'acceptation de la mort.

EN cela (il faudrait développer longuement, naturellement), ces deux pièces montrent les limites de l'orgueil masculin, chacune à leur manière.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Lun 31 Oct 2011 - 1:31

@Ruthven a écrit:
@MrBrightside a écrit:
@Ruthven a écrit:Qu'est ce que le "nouvel-historicisme" ?

Traduction maison du "New-Historicism" de Stephen Greenblatt. En gros, l'étude de l'oeuvre littéraire dans son contexte historique, culturel et intellectuel.

En quoi est-ce nouveau comme approche du texte littéraire ?
A-t-il été traduit en français ?

Si j'ai bien compris, il s'agit d'appréhender les interactions entre l'oeuvre et le contexte (comment l'oeuvre est-elle reçue et reconnue ou non comme telle ? Comment cette appréciation varie selon les aires culturelles et les périodes ? Comment l'oeuvre infléchit la période qui la reçoit et dans quelle mesure ?). Greenblatt tente ainsi de montrer qu'une oeuvre ne développe pas des vérités intangibles : son relativisme certain a fortement déplu aux historiens lorsque le linguistic turn, avatar du new historicism, a considéré qu'après tout, l'histoire était un genre littéraire comme un autre (donc soumis aux même errances...). Comme Foucault, Greenblatt tente d'appréhender "l'archéologie du savoir" (en quelque sorte, l'oeuvre littéraire n'a plus une valeur intrinsèque mais une valeur relative au temps, à l'aire culturelle, au lecteur).

Selon Luca Rodler dans I termini fondamentali della critica letteraria (Milano, Bruno Mondadori, 2004, p.75-76; traduction personnelle) : "contre les méthodes de lecture "intrinsèque" proposées par le structuralisme et la nouvelle critique et l'interprétation créative de la déconstruction, le new historicism a mis en évidence l'échange réciproque entre le texte et le contexte : le premier ne peut être ni isolé du second ni comme un miroir, mais va être considéré comme un événement social, un objet historique qui constitue le réseau historique de chaque époque. En ce sens, le théâtre de Shakespeare ne remplit pas une fonction différente de celle des récits de voyage et des autres écrits de la vie quotidienne. Reprenant les théories foucaldiennes sur les rapports de pouvoir et l'anthropologie de Clifford Geertz, les tenants du new historicism ont considéré la nature littéraire et fictive de chaque langage, de l'histoire analysée par Hayden White à l'art étudiée par Svetlana Alpers en passant par la culture dont s'occupait Greenblatt. En l'absence d'une vérité documentaire, avec l'histoire et la littérature réduites à des représentations du pouvoirs, les tenants du new historicism se sont limités à la description de situations complexes sans y ajouter des jugements socio-politiques valables aujourd'hui."
En un sens, le new historicism s'est montré, comme le relève la notice Wikipédia très attentif à "l’extrême altérité et l’étrangeté du passé".

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par User5899 le Lun 31 Oct 2011 - 2:02

@condorcet a écrit:
Cripure a écrit:
@iphigénie a écrit:
D'ailleurs, il reste souvent du masculin dans l'imaginaire de l'héroïsme
à moins que l'héroïsme ne soit un concept typiquement masculin, justement.
Mais oui, c'est juste un truc pour se faire remarquer... C'est comme la béhèm.

Comme celle-ci ?
http://www.automobile-sportive.com/guide/bmw/2002tii.php
Condorcet, vous êtes tout simplement génial topela alatienne alatienne

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par User5899 le Lun 31 Oct 2011 - 2:03

@Celeborn a écrit:J'étais sur Hélène de Troie (hem…), et effectivement, j'avais du mal à en faire une héroïne ^^
C'est que vous ne sûtes point y faire, voilà tout.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par User5899 le Lun 31 Oct 2011 - 2:05

@condorcet a écrit:
@Ruthven a écrit:
@MrBrightside a écrit:
@Ruthven a écrit:Qu'est ce que le "nouvel-historicisme" ?

Traduction maison du "New-Historicism" de Stephen Greenblatt. En gros, l'étude de l'oeuvre littéraire dans son contexte historique, culturel et intellectuel.

En quoi est-ce nouveau comme approche du texte littéraire ?
A-t-il été traduit en français ?

Si j'ai bien compris, il s'agit d'appréhender les interactions entre l'oeuvre et le contexte (comment l'oeuvre est-elle reçue et reconnue ou non comme telle ? Comment cette appréciation varie selon les aires culturelles et les périodes ? Comment l'oeuvre infléchit la période qui la reçoit et dans quelle mesure ?). Greenblatt tente ainsi de montrer qu'une oeuvre ne développe pas des vérités intangibles : son relativisme certain a fortement déplu aux historiens lorsque le linguistic turn, avatar du new historicism, a considéré qu'après tout, l'histoire était un genre littéraire comme un autre (donc soumis aux même errances...). Comme Foucault, Greenblatt tente d'appréhender "l'archéologie du savoir" (en quelque sorte, l'oeuvre littéraire n'a plus une valeur intrinsèque mais une valeur relative au temps, à l'aire culturelle, au lecteur).

Selon Luca Rodler dans I termini fondamentali della critica letteraria (Milano, Bruno Mondadori, 2004, p.75-76; traduction personnelle) : "contre les méthodes de lecture "intrinsèque" proposées par le structuralisme et la nouvelle critique et l'interprétation créative de la déconstruction, le new historicism a mis en évidence l'échange réciproque entre le texte et le contexte : le premier ne peut être ni isolé du second ni comme un miroir, mais va être considéré comme un événement social, un objet historique qui constitue le réseau historique de chaque époque. En ce sens, le théâtre de Shakespeare ne remplit pas une fonction différente de celle des récits de voyage et des autres écrits de la vie quotidienne. Reprenant les théories foucaldiennes sur les rapports de pouvoir et l'anthropologie de Clifford Geertz, les tenants du new historicism ont considéré la nature littéraire et fictive de chaque langage, de l'histoire analysée par Hayden White à l'art étudiée par Svetlana Alpers en passant par la culture dont s'occupait Greenblatt. En l'absence d'une vérité documentaire, avec l'histoire et la littérature réduites à des représentations du pouvoirs, les tenants du new historicism se sont limités à la description de situations complexes sans y ajouter des jugements socio-politiques valables aujourd'hui."
En un sens, le new historicism s'est montré, comme le relève la notice Wikipédia très attentif à "l’extrême altérité et l’étrangeté du passé".
Ah ben tiens, je cherchais un truc pour mes secondes, jeudi, merci beaucoup yesyes

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Lun 31 Oct 2011 - 2:20

@Hannibal a écrit:Y a-t-il une distinction entre new-historicism et sociocritique?

Sinon moi c'est le féminisme et le post-colonialisme qui me laissent coi : je ne vois que très confusément ce que ça peut bien venir faire là, et a priori je suis sceptique. Mais je veux bien qu'on m'explique quand même.

Selon le Dictionnaire de critique littéraire (Joëlle Gardes-Tamine et Marie-Claude Hubert, Armand Colin, 2002, p.198), la sociocritique (ou sociologie de la littérature) est "une méthode de critique littéraire née au cours des années soixante, issue de la sociologie, elle apparaît comme une tentative pour expliquer la production, la structure et le fonctionnement du texte littéraire par le contexte historico-social. Elle a en Taine (Philosophie de l'art, 1865) et en Lanson (critique du début du XXe siècle) deux lointains précurseurs. Le premier, centrant ses travaux sur l'émetteur montre comment le milieu social de l'auteur conditionne l'oeuvre, le deuxième, les centrant sur le récepteur, insiste sur le rôle du lecteur dans l'évolution de la littérature. Le concept de sociocritique, difficile à définir, recourt à des approches théoriques disparates [...] Goldmann [qui se réclame de Hegel] cherche [ainsi] à dégager une structure qui rende compte de la totalité de l'oeuvre et qui soit elle-même explicable par un rapport à une structure englobante : la vision du monde d'un groupe social. Ainsi explique-t-il la vision des Pensées de Pascal et des tragédies de Racine par leur référence commune à la pensée janséniste et à la position précaire de la noblesse de robe à l'époque de l'absolutisme".
Il me semble que la différence essentielle entre le nouvel historicisme et la sociocritique réside dans l'approche du texte que le premier considère comme une source parmi d'autres au sein d'un corpus qui doit être analysé sans avoir recours à des critères de jugement socio-politiques ou socio-culturels contemporains de l'analyste mais non du corpus alors que le deuxième prend le texte comme objet principal et l'envisage à la lumière du contexte qui l'a vu éclore (ce à quoi se refuse le premier qui ne saurait dissocier texte et contexte).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Lun 31 Oct 2011 - 2:25

L'aspect positif de cette incursion entre nouvel historicisme et sociocritique est triple : je suis moins bête en me couchant que ce matin (enfin, je l'espère car j'ai appris quelque chose, ce qui est toujours appréciable Razz lol! ) ensuite, avantage collatéral non négligeable, ma fièvre a diminué en rédigeant ces quelques notules Shocked woohoo vache chirolp iei , enfin, demain, je sais que les littéraires du forum vont s'écharper à coup de Greenblatt et de Duchet !!! darkvador lol! pingouin


Dernière édition par condorcet le Lun 31 Oct 2011 - 2:31, édité 2 fois

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Lun 31 Oct 2011 - 2:30

Cripure a écrit:
@condorcet a écrit:
@Ruthven a écrit:
@MrBrightside a écrit:
@Ruthven a écrit:Qu'est ce que le "nouvel-historicisme" ?

Traduction maison du "New-Historicism" de Stephen Greenblatt. En gros, l'étude de l'oeuvre littéraire dans son contexte historique, culturel et intellectuel.

En quoi est-ce nouveau comme approche du texte littéraire ?
A-t-il été traduit en français ?

Si j'ai bien compris, il s'agit d'appréhender les interactions entre l'oeuvre et le contexte (comment l'oeuvre est-elle reçue et reconnue ou non comme telle ? Comment cette appréciation varie selon les aires culturelles et les périodes ? Comment l'oeuvre infléchit la période qui la reçoit et dans quelle mesure ?). Greenblatt tente ainsi de montrer qu'une oeuvre ne développe pas des vérités intangibles : son relativisme certain a fortement déplu aux historiens lorsque le linguistic turn, avatar du new historicism, a considéré qu'après tout, l'histoire était un genre littéraire comme un autre (donc soumis aux même errances...). Comme Foucault, Greenblatt tente d'appréhender "l'archéologie du savoir" (en quelque sorte, l'oeuvre littéraire n'a plus une valeur intrinsèque mais une valeur relative au temps, à l'aire culturelle, au lecteur).

Selon Luca Rodler dans I termini fondamentali della critica letteraria (Milano, Bruno Mondadori, 2004, p.75-76; traduction personnelle) : "contre les méthodes de lecture "intrinsèque" proposées par le structuralisme et la nouvelle critique et l'interprétation créative de la déconstruction, le new historicism a mis en évidence l'échange réciproque entre le texte et le contexte : le premier ne peut être ni isolé du second ni comme un miroir, mais va être considéré comme un événement social, un objet historique qui constitue le réseau historique de chaque époque. En ce sens, le théâtre de Shakespeare ne remplit pas une fonction différente de celle des récits de voyage et des autres écrits de la vie quotidienne. Reprenant les théories foucaldiennes sur les rapports de pouvoir et l'anthropologie de Clifford Geertz, les tenants du new historicism ont considéré la nature littéraire et fictive de chaque langage, de l'histoire analysée par Hayden White à l'art étudiée par Svetlana Alpers en passant par la culture dont s'occupait Greenblatt. En l'absence d'une vérité documentaire, avec l'histoire et la littérature réduites à des représentations du pouvoirs, les tenants du new historicism se sont limités à la description de situations complexes sans y ajouter des jugements socio-politiques valables aujourd'hui."
En un sens, le new historicism s'est montré, comme le relève la notice Wikipédia très attentif à "l’extrême altérité et l’étrangeté du passé".
Ah ben tiens, je cherchais un truc pour mes secondes, jeudi, merci beaucoup yesyes

topela

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Ruthven le Lun 31 Oct 2011 - 17:31

Merci Condorcet !

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Condorcet le Lun 31 Oct 2011 - 17:32

Embarassed topela

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Interpréter" un texte ?

Message par Nita le Jeu 3 Nov 2011 - 2:04

Cripure a écrit:
@Celeborn a écrit:J'étais sur Hélène de Troie (hem…), et effectivement, j'avais du mal à en faire une héroïne ^^
C'est que vous ne sûtes point y faire, voilà tout.


lol!

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum