Les 6e de la mort qui tue.

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Kak le Sam 9 Juin 2012 - 9:09

Je n'ai pas tout lu mais
1. je ne supporte plus mes troisièmes furieux
2. il y a des sixièmes qui sont comme des troisièmes pale
3. les premières ce n'est pas mieux No

conclusion: dois-je faire un saut dans la rubrique "reconversion" scratch

Courage à tous, pensons aux vacances et à l'enthousiasme du mois de septembre....

Kak
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Hermiony le Sam 9 Juin 2012 - 9:24

J'ai une 6è choupi cette année mais il y a parmi eux 2 spécimens durs à cuirs comme rarement j'en ai vu jusqu'à présent...
"Terrorisés" à l'idée de passer 2 minutes devant la classe pour un exposé, ils ont séché...et sont allés se planquer derrière un buisson dans la cour.
Je n'ose imaginer leur air fin.

Je les tiens (effet PP), mais certains collègues plus du tout. C'est simple, dans cette classe, j'en ai 4 qui ont entre 3 et 4 de moyenne en français affraid! Jamais vu, alors que j'en ai eu des gamins en difficulté...
Non, là, c'est des "mini-4è" comme ceux que j'ai eu l'an dernier : pas de cahier, copies blanches ou non rendues, gobent les mouches et ricanent quand on leur fait une remarque...

Le pire, c'est qu'il y a 2 classes de 6è où ces spécimens ne sont pas 3/4...mais 10.

Je ne sais pas pourquoi, mais des 5è l'an prochain, comment dire...je pourrai fort bien m'en passer!

Allez Véro, fighting power, c'est bientôt la fin de l'année!!!

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Nestya le Sam 9 Juin 2012 - 9:29

On dirait mes 6e!!!! ça fait 2 ans que les 6e qui nous arrivent sont affraid . Je ne sais pas si je dois être rassurée de voir qu'il n'y a pas que chez moi qu'ils sont comme ça.

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par MUTIS le Sam 9 Juin 2012 - 9:31

Trois conseils Véronique :
- Changez de collège si possible : c'est tellement agréable de travailler avec des enfants qui écoutent et qui sont réceptifs. La vie change...
- Ne vous fixez pas d'objectif trop ambitieux avec des élèves de ce niveau.
- Trouvez des sujets plus accessibles et humoristiques : du genre Ulysse revient aujourd'hui et découvre une galerie commerciale (pour plaire aux poufs !) ou Ulysse rencontre un chevalier médiéval à la poursuite d'un dragon (si vous avez travaillé sur le roman médiéval) ou une c.... dans ce genre !
Et les vacances arrivent, la vie continue, les enfants grandissent, la vie est ailleurs...

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Invité21 le Sam 9 Juin 2012 - 9:36

@Ava a écrit:Si ça peut vous rassurer, ou pas d'ailleurs, j'ai des Première de la mort qui tue... Même profil que tes Sixième Véronique mais avec quelques années de plus.
Le bac est dans quelques jours, ils s'en cognent joyeusement. Au dernier bac blanc, ils ont eu 6 de moyenne. Seuls 4 élèves dans la classe avaient au dessus de 10... Et, bien sûr, ils sont insupportables. Cette aprèm, il a fallu que j'en sépare deux qui étaient sur le point de se taper dessus...


Hélas, idem. Ici leur dernier exploit: actionner un extincteur dans le couloir, pour se désennuyer de l'attente de leurs oraux blancs. Certains ne savent pas écrire, je me demande s'ils sont allés à l'école auparavant.

Invité21
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Thalia de G le Sam 9 Juin 2012 - 9:38

Véronique, quand je lis ton témoignage, je me mets à regarder avec indulgence ma 6e pas choupi : certains s'évertuent à prendre le contre-pied des consignes, voire ne lisent pas le sujet, et plusieurs sont incapables d'écouter en même temps que le autres et surtout d'attendre la fin d'une phrase pour commenter ce que je dis.
Et je vais en retrouver en 5e.

En attendant, camarades, et plus particulièrement Véro auteur du topic aal

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par V.Marchais le Sam 9 Juin 2012 - 10:42

Honnêtement, le sujet humoristique, je crois qu'avec ce type d'élèves, c'est la fausse bonne idée. Leur problème n'est pas un problème de motivation mais un problème de rapport à l'effort ou de maîtrise de la langue. Certains petits rigolos ont d'ailleurs tenté de traiter le sujet de façon comique. Le résultat est pitoyable. On ne distingue plus les incohérences réelles et les effets soi-disant comiques recherchés. Et ce n'est pas parce que le sujet se veut plus amusant que l'incapacité de certains à ponctuer une phrase ou à exprimer clairement une idée simple se trouve levée. Le résultat, une fois encore, est illisible et sans intérêt. Au moins, quand je leur impose quelque chose de très classique, je peux fournir les éléments lexicaux et syntaxiques qui permettront de réussir. D'ailleurs, ceux qui ont scrupuleusement suivi les consignes s'en sont tous bien sortis, même des élèves très faibles.

Par contre, je trouve justement que l'ambition est souvent un excellent moteur, du moment que nous nous efforçons de rendre accessibles les textes ambitieux. Un élève qui refuse le travail le refuse tout aussi bien sur Oui-Oui à la plage que sur L’Odyssée. Le problème est ailleurs.

Ce que je constate, c'est que, contre l'absence totale de travail, on ne peut pas grand chose. Notre métier a ses limites. J'ai collé les élèves qui n'avaient rien fichu de l'heure, gribouillant vaguement quelques lignes. Ben ils ont vaguement gribouillé quelques lignes en colle. J'ai alerté leurs parents. Maintenant, c'est à eux de réagir ou pas. J'ai envie de dire qu'à ce stade, c'est plus mon problème. Moi, j'ai fait mon boulot, j'ai fait tout ce que je pouvais humainement faire dans ce cadre. Ce sont leurs enfants, pas les miens. S'ils ne sont pas capables d'exiger d'eux qu'ils fassent leur travail en classe, viennent avec leurs affaires, se tiennent correctement, apprennent le minimum, il y a un problème qui nous dépasse. Et ce n'est plus ma responsabilité.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Dinaaa le Sam 9 Juin 2012 - 10:45

Triste constat quand il s'applique à 1/3 d'une classe d'enfants de 11 ans !

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par marininha le Sam 9 Juin 2012 - 10:50

Ca me rappelle mes propres 6e alias "6e de l'apocalypse" : 10 cas ingérables sur tous les plans : comportement exécrable, compétences intellectuelles proches du néant (si si, quand, en lecture à voix haute, on me demande "ça veut dire quoi madame "sssèèèèpteuh ?" et que le mot, c'est tout simplement "sept", je craque)... J'ai eu le courage de leur donner 2 rédacs cette année. depuis, je bosse des petits points et m'acharne à avoir déjà des phrases complètes pour répondre à une question et un minimum de politesse (objectif qui se rapproche : une de mes 6e redoublante a enfin réussi, au mois de juin, à demander correctement l'autorisation d'ouvrir la fenêtre...).

Courage, nous vaincrons !

marininha
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par marininha le Sam 9 Juin 2012 - 10:51

J'ajoute que les 12 autres de la classe ne sont pas des génies, juste des bavards moins catastrophiques que les 10 petits démons ...

marininha
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par littlemary le Sam 9 Juin 2012 - 10:55

Même constat par ici : je n'ai jamais vu de 6ème comme ça affraid
Nous l'avons trouvé le bug de 2000...

littlemary
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par zigotine le Sam 9 Juin 2012 - 11:56

Chez nous personne ne veut de 5° l'année prochaine Sad

zigotine
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par sand le Sam 9 Juin 2012 - 12:34

@Dinaaa a écrit:Triste constat quand il s'applique à 1/3 d'une classe d'enfants de 11 ans !
C'est pour ça que quand on nous parle du mal-être des élèves français, terrorisés par les notes, j'ai des doutes.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par doublecasquette le Sam 9 Juin 2012 - 12:45

@sand a écrit:
@Dinaaa a écrit:Triste constat quand il s'applique à 1/3 d'une classe d'enfants de 11 ans !
C'est pour ça que quand on nous parle du mal-être des élèves français, terrorisés par les notes, j'ai des doutes.

Une anecdote à ce sujet. L'un de mes CE1-catastrophes, sans doute petit frère des 6° de l'apocalypse, a trouvé une parade infaillible aux travaux forcés que je leur impose chaque jour.

Sur les exercices que je corrige au fur et à mesure, gomme à la main, il arrive quand même vaille que vaille à fournir ce qui pourrait s'appeler un effort.
Recommencer huit fois de suite la même chose parce que la maîtresse s'acharne à vouloir uniquement des résultats justes, des mots correctement orthographiés, des réponses ayant un rapport clair avec la question posée, ça, ça le stresse, le pauvre canard et il s'investit suffisamment pour éviter ce genre de désagrément.

En revanche, s'il sait qu'un exercice va être posé sur mon bureau où il ne sera corrigé que le soir, il écrit n'importe quoi ! Mais alors réellement n'importe quoi... Hier, à la question "Que fit confectionner la reine à Tom Pouce ?", il a quand même réussi à répondre : La reine fit confectionner à Tom Pouce totalement rassuré !

Alors, j'ai trouvé la parade : comme il reste à la garderie périscolaire (parce qu'il aime bien jouer au foot dans la cour de l'école, le pauvre, alors sa mamie vient le chercher un peu plus tard pour qu'il en profite), au lieu du 0/10 dont il se fiche royalement, je vais le rechercher en pleine partie de ballon et lui fait recommencer son travail ! Bizarrement, le 0 se transforme en 8, 9 ou même 10, dans le quart d'heure qui suit !
Traumatisé peut-être, mais pas par la mauvaise note, le pépère !

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par belodet le Sam 9 Juin 2012 - 13:41

Moi qui trouve mes 6e casse-bonbons, je relativise...
Courage Véronique, la fin d'année est proche!

belodet
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par LM le Sam 9 Juin 2012 - 13:46

Véro, je compatis, j'ai deux classes de 6e et j'en ai 1 1/2 qui est comme ça.
J'ai tout fait, tenté, aucune réaction, mon cours est un atelier de bricolage, ils font même de la gouache en classe pour certains! Je n'en peux plus, les parents ne font rien, on dirait qu'ils n'existent pas chez eux.
L'an prochain, toujours à 80%, je vais avoir quasiment tous les niveaux.
Finalement, ça sera peut-être aussi bien!

LM
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Presse-purée le Sam 9 Juin 2012 - 13:53

Splendide boulot que tu as fourni pour ta rédaction. Et il a profité à des élèves de la classe. C'est cela que tu dois garder en tête.
Courage!

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Jane le Sam 9 Juin 2012 - 13:57

ils me font penser à mes 6° armageddon ! l'année dernière fut terrible ! certains me demandaient si je ne m'étais pas trompée en écrivant tel ou tel mot, car vu qu'ils ne l'écrivaient pas pareil, ça leur semblait improbable (bonjour la confiance), perdaient leurs brouillons et m'accusaient, soutenus par leurs adorables parents, de les avoir perdus moi-même pale J'ai même eu des parents d'élèves qui pointaient les absences de profs, se plaignaient auprès du CDE, et qui demandaient à leurs gamins de se plaindre auprès des délégués qui bien sûr faisaient la remarque en conseil... J'ai même été accusée d'abandon de poste (alors que je faisais passer des oraux) par l'hystérique de la FCPE qui avait son de fiston dans la classe

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par JaneB le Sam 9 Juin 2012 - 14:16

@V.Marchais a écrit:

Ce que je constate, c'est que, contre l'absence totale de travail, on ne peut pas grand chose. Notre métier a ses limites. J'ai collé les élèves qui n'avaient rien fichu de l'heure, gribouillant vaguement quelques lignes. Ben ils ont vaguement gribouillé quelques lignes en colle. J'ai alerté leurs parents. Maintenant, c'est à eux de réagir ou pas. J'ai envie de dire qu'à ce stade, c'est plus mon problème. Moi, j'ai fait mon boulot, j'ai fait tout ce que je pouvais humainement faire dans ce cadre. Ce sont leurs enfants, pas les miens. S'ils ne sont pas capables d'exiger d'eux qu'ils fassent leur travail en classe, viennent avec leurs affaires, se tiennent correctement, apprennent le minimum, il y a un problème qui nous dépasse. Et ce n'est plus ma responsabilité.

C'est tellement vrai! C'est dur à vivre en tant que prof car ça renvoie à un échec malgré tous les efforts déployés...mais je crois bien qu'il faut relativiser et se rendre compte que tout n'est pas de notre ressort!

JaneB
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par alprechac2 le Sam 9 Juin 2012 - 15:08

J'ai les mêmes ! Et le vendredi, je les ai trois heures, dont de 15h à 17h (si, si ... pale).

Un exemple hier sur l'accord du participe passé avec "avoir". On récite la règle ensemble, j'interroge A. qui gribouille tout en rêvant :
"Alors, A., avec quoi le pp s'accorde-t-il avec l'auxiliaire avoir ?
- avec le sujet
- "

Essai n° 2 avec le même A. 3 phrases plus loin, après avoir répété à chaque phrase la règle. Réponse d'A. : "avec le verbe" - moi :
Essai n° 3 l'après-midi, toujours avec A. : "avec le nom" - moi, re
Et comme je suis maso, dernier essai toujours avec A., au détour d'un texte, en dernière heure. Réponse : "euh ... je sais pas ..."
Tout ça tout en gérant D. qui tape sur F., son voisin ; L. qui bavarde ; M. qui fait des bruits de pets pendant que je parle ; T. qui n'a toujours pas sorti sa feuille et ne sait pas où on en est ... au bout de 20 min de cours ; C. qui se peint les ongles au stylo mauve ... affraid

Et dire que je suis dans un collège pépère ...

alprechac2
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Magister le Sam 9 Juin 2012 - 16:58

Guidé par l'infaillible instinct de l'aventurier, j'avais demandé cette année à avoir des 6ème pour la première fois.

Dégât corollaire du baby-bada-boom de la génération 2000/2001 : il n'y a pas assez de livres pour tous, donc le budget "manuels" sert à racheter 20 bouquins périmés pour chaque matière au lieu de renouveler les 200 manuels d'une matière qui change de programme en 3ème.

Magister
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Cath le Sam 9 Juin 2012 - 17:49

Et tout se petit monde se retrouve qq années plus tard dans ma 2° pro... pale

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par tournicoton le Sam 9 Juin 2012 - 18:29

Quand je vois les CM2 de la mort qui tue que j'envoie au collège cette année, je plains les profs.
2 qui ne savent toujours écrire dans le bon sens de la feuille, 5 qui gémissent " J'ai pas compris!!!"avant même de finir la lecture de la consigne. Ah j' oublie les 10 qui dorment ( Le soldat Ryan c'était tellement bien : Sleep )et les 2 filles qui se crèpent le chignon par le regard. ( en attendant,difficilement, de le faire pour de vrai à la récré ) Sans compter tous les "dys machin chose" dont le diagnostic est avancé par les parents." vous comprenez c'est pour ça qu'il écrit si mal, il ne faut pas le brusquer!"
Bref les 6 ne vont pas s'arranger Shocked

tournicoton
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par Clarianz le Sam 9 Juin 2012 - 18:33

@JaneB a écrit:
@V.Marchais a écrit:

Ce que je constate, c'est que, contre l'absence totale de travail, on ne peut pas grand chose. Notre métier a ses limites. J'ai collé les élèves qui n'avaient rien fichu de l'heure, gribouillant vaguement quelques lignes. Ben ils ont vaguement gribouillé quelques lignes en colle. J'ai alerté leurs parents. Maintenant, c'est à eux de réagir ou pas. J'ai envie de dire qu'à ce stade, c'est plus mon problème. Moi, j'ai fait mon boulot, j'ai fait tout ce que je pouvais humainement faire dans ce cadre. Ce sont leurs enfants, pas les miens. S'ils ne sont pas capables d'exiger d'eux qu'ils fassent leur travail en classe, viennent avec leurs affaires, se tiennent correctement, apprennent le minimum, il y a un problème qui nous dépasse. Et ce n'est plus ma responsabilité.

C'est tellement vrai! C'est dur à vivre en tant que prof car ça renvoie à un échec malgré tous les efforts déployés...mais je crois bien qu'il faut relativiser et se rendre compte que tout n'est pas de notre ressort!


et c'est une grande chance de s'en apercevoir qu'aujourd'hui! Rolling Eyes

_________________
Mama's Rock

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par malo21 le Sam 9 Juin 2012 - 21:10

Et bien en 20 ans de carrière je n'ai jamais rencontré d'élèves comme vous les décrivez. J'ai eu des cas quelques années mais tous très différents et pas cette ambiance de classe. et pourtant j'ai fait quelques bahuts....
Vmarchais bravo pour tout ce que tu as mis en oeuvre, j'admire, je ne suis pas capable de faire tout cela et surtout je n'aurai pas la patience

malo21
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 6e de la mort qui tue.

Message par La Jabotte le Sam 9 Juin 2012 - 21:23

Véronique, c'est pour cela que certaines années, j'ai carrément baissé les bras. J'appelais ces classes "la 6e de fous", mais ça revient au même. Les rédactions surtout sont devenues mon cauchemar et plus je les accompagnais, moins ils en faisaient. Je crois que ça relevait de ce que doublecasquette a observé (la peur de l'effort).
Mais en ce qui te concerne, je suis presque sûre que si tu les avais eus depuis le début de l'année, tes 6e de la mort qui tue, ils auraient été moins terribles au mois de mars, parce qu'ils auraient dès le début pris l'habitude de ta façon de faire et de tes attentes. Reprendre en cours d'année, avec ce genre de classe, c'est l'horreur.

J'espère que tenir jusqu'à la fin de l'année ne va pas être trop dur. Mille pensées de courage !
C'est ton travail qui nous aide, nous, ailleurs, à faire mieux avec nos élèves !

@MUTIS a écrit:Trois conseils Véronique :
- Changez de collège si possible : c'est tellement agréable de travailler avec des enfants qui écoutent et qui sont réceptifs. La vie change...
- Ne vous fixez pas d'objectif trop ambitieux avec des élèves de ce niveau.
- Trouvez des sujets plus accessibles et humoristiques : du genre Ulysse revient aujourd'hui et découvre une galerie commerciale (pour plaire aux poufs !) ou Ulysse rencontre un chevalier médiéval à la poursuite d'un dragon (si vous avez travaillé sur le roman médiéval) ou une c.... dans ce genre !
Et les vacances arrivent, la vie continue, les enfants grandissent, la vie est ailleurs...

Je n'arrive pas à savoir si c'est sérieux ou si c'est de l'ironie.

@Magister a écrit:Guidé par l'infaillible instinct de l'aventurier, j'avais demandé cette année à avoir des 6ème pour la première fois.

C'est la seule remarque de ce fil qui m'a fait mourir de rire ! Merci Magister !
Le reste est juste... déprimant.

Quand je pense que ma fille est née en 2000...

La Jabotte
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum