je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par profesvt le Mer 20 Juin 2012 - 23:37

@Dinosaura a écrit:Echange de bons procédés alors Smile
moi aussi ! moi aussi ! moi aussi j'ai appris un mot qui m'a ravie aujourd'hui : procrastination yesyes

profesvt
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Invité12 le Mer 20 Juin 2012 - 23:39

Merci pour ces conseils Bruno. Un des mille points avec lesquels je n'étais pas à cent pour cent certaine de ce que je devais faire était justement les disputes entre élèves. C'est bien beau de dire "c'est interdit !" mais si je ne suis pas certaine de ce qui est juste pour réagir et, ou, sanctionner, c'est mort.

J'en profite pour décrire un autre cas de figure qui peut me dépasser. Zouave Numéro 1 a une influence néfaste sur le reste de la classe. Comme la plupart des Zouaves, son aura repose sur un mélange de charme et d'autorité. Le genre à dire une vacherie bien vache sur un camarade que je ne peux pas laisser passer (HORS DE QUESTION ça me rend dingue ça) mais que tout le monde applaudit, même le camarade en question, et même si Minette s'est faite traiter de p*** (pffff, c'est hallucinant les rapports de pouvoir au collège) ! Bref Z fait une connerie, je réagis, et là c'est toute la classe qui affirme mordicus que Z n'a rien fait du tout. Evidemment simplement dire "j'ai puni Z pour une raison qui ne regarde que lui et moi et vous n'avez pas à vous en mêler" ne suffit pas. Et paf, bazar et un cours difficile à rattraper. Je précise que ce problème ne s'est posé qu'avec Z.

Bref, je me rends compte qu'au fond la question est : comment faire pour que Z. ne soit pas le chef dans ma classe alors qu'il est mille fois plus calé que moi pour gérer une classe ? Laughing Le smiley rit jaune, hein.

Invité12
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Fesseur Pro le Mer 20 Juin 2012 - 23:45

Il faut persévérer et punir Z et punir également ceux qui contestent la punition en premier en leur expliquant vite fait que s'il n'avait pas de public pour ses aneries il se calmerait de lui même et que c'est bête de se faire punir alors qu'on n'a rien fait.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Invité12 le Mer 20 Juin 2012 - 23:45

Je précise que lorsque j'ai chopé Z. en train de balancer des horreurs sur un tel ou un tel, ma colère est si vraie et terrible que je l'ai fait rentrer dans son trou, malgré le manque de soutien de Minette traitée de p*** ou de Zouve Numéro 2 traité de handicapé qui devrait voir un psy (ah il sait où faire mal le coco, il était en plein dans le problème rencontré par ce gamin). Mais visiblement ma vraie colère est différente de ma colère plus institutionnelle. D'où mon besoin de cadre (j'en ai besoin autant que les élèves).

Invité12
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Invité12 le Mer 20 Juin 2012 - 23:49

Merci Fesseur, mais ça, ce n'est pas évident. Z. est de toutes manières puni, mais l'ensemble de la classe, c'est plus difficile à gérer car c'est un bloc, avec des sages qui ne disent rien, des moins sages, des prises à parti, bref... J'ai réussi un temps à isoler Z. en expliquant aux autres que ce n'était pas lui rendre service que de lui répondre et que je punirai le premier qui réagirait à ses provocations. Ca a fonctionné, mais pas sur la durée. Comment punir quand le groupe est groupe ?

Je précise que le même problème se pose pour moi pour les bavardages de groupe. J'arrive à gérer la plupart de mes heures avec cette classe, sauf les deux heures terribles du soir, celles qui se suivent quand ils sont crevés. Je ne sais pas comment agir car ils arrivent déjà excités, je n'ai pas affaire à quelques cas repérables de bavardages, mais à un bloc qui s'arrête et recommence en bloc. Comment faire ?

Invité12
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par bruno09 le Jeu 21 Juin 2012 - 0:29

Si j'ai bien compris, tu as laissé un espace à Z. et comme la nature a horreur du vide, il l'a occupé. Il ne te reste plus qu'à faire comme avec les cleps: il faut le faire chuter de sa position de mâle dominant pour qu'il redevienne un brave petit toutou. Manifestement ta gueulante a porté et l'animal n'est pas si solide que ça.
Règle de conduite à tenir: "quand on me prend pour un con j'ai horreur de décevoir. "

Dès qu'il se moque d'un de ses camarades, tu le punis à ta convenance et tu exige des excuses publiques. Si la victime l’absout d'avance, tu monte sur tes grands chevaux: "quoi? tu acceptes que l'on te parle comme ça? Et si quelqu'un parlait comme ça à ton frère ou à ta sœur, tu Tl’accepterais?Hein? non hein!"
Z fait des excuses: c'est fini, il est mort, il a perdu la face.
Il essaie de prendre la chose à la rigolade: tu n'acceptes pas les excuses. Il doit recommencer. Sérieusement, avec sincérité et contrition. S'il pète un câble c'est encore meilleur: rapport officiel et tout le toutim. C'est du billard: tu es blanche comme neige et lui il a tout faux.
Il refuse! Tu fustiges son manque de courage. "Ah c'est facile de se moquer de ses camarades, mais quand il faut prendre des responsabilités d'adulte, on fait moins le malin. Pour qui tu te prends? Ton comportement me déçois Z." Ne pas crier. Etre froid(e). Fonctionnaire exRDA.
Les esprits chagrins vont m'accuser de violence symbolique et tout le tintouin. Mais
1° C'est pour leur bien. Z compris.
2° C'est lui qu'a commencé (pour le coup)
3° C'est de la manipulation? Et alors qu'est ce que l'on fait 18 heures par semaine?
4° C'est juste. Il a voulu profiter de la faiblesse des autres et il a trouvé plus fort que lui.

Allez encore une fois " quand on me prend pour un con j'ai horreur de décevoir"
Au fait, mes premiers troisièmes fumaient en cours... alors...

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par bruno09 le Jeu 21 Juin 2012 - 0:56

Ponette a écrit:
Je précise que le même problème se pose pour moi pour les bavardages de groupe. J'arrive à gérer la plupart de mes heures avec cette classe, sauf les deux heures terribles du soir, celles qui se suivent quand ils sont crevés. Je ne sais pas comment agir car ils arrivent déjà excités, je n'ai pas affaire à quelques cas repérables de bavardages, mais à un bloc qui s'arrête et recommence en bloc. Comment faire ?

Alors là c'est technique:
1° Soit c'est le silence total, soit c'est le souk. Au premier bavardage, on s'arrête. Ne jamais parler par dessus un bruit de fond. (Je sais, ça paraît facile comme ça, mais il faut s'y tenir sur la durée)
2° On n’engueule jamais un groupe. Ca leur passe au dessus de la tête et s'en foutent. Il faut en morigéner un en particulier et mettre la dose. Réponse classique: Yavaitpasquemoi! Riposte immédiate: Ah tiens donc, et ça t'autorise à bavarder? T'inquiète pas, t'es pas le dernier. (pas de punition, c'est vrai qu'il n'était pas le seul...)
3° Ne pas rater le ou la gentil(le). Dis donc Anne Sophie! tu te crois où là? Pas d'impunité. La semaine dernière j'ai fais le coup à ma meilleure élève. Handicapée par dessus le marché. On ne bavarde pas, personne ne bavarde, c'est interdit.
4° Organiser la semaine en fonction de la séquence maudite. Il sont énervés, excités. Parfait, devoir sur table.
5° Un bon truc à faire pour l'an prochain: le mariage républicain. Tu fais rentrer les filles au premier cours et tu les installe une par table. Ensuite tu fais rentrer les garçons: Messieurs, choisissez vos cavalières! Les garçons et les filles ne font pas les andouilles de la même façon et il y a souvent un écart de maturité. Tu as préparé un plan de classe et pendant que tu prends contact avec la classe tu fais circuler la feuille où ils doivent mettre leur nom au bon endroit. "Ben on peut pas choisir notre place? Non je fais ce que je veux. Ambiance.

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par bruno09 le Jeu 21 Juin 2012 - 1:24

Dernier truc de vieux con avant d'aller dormir. Quand on débute, on focalise souvent sur les pénibles. En fait c'est pas eux le problème. Il faut faire taire les 27 autres. Disons à la louche 7 gentils et 20 suiveurs. Les gentils c'est gagné sauf que si ça tourne vraiment mal, il finiront par bavarder comme les autres. Il faut dès le départ s’appesantir sur les suiveurs et les décourager rapidement de se laisser aller. Une fois que c'est fait, on va se farcir les pénibles jusqu'au bout mais a un prof contre trois gamins, ce n'est plus la même histoire.
Alors comment faire? Simple: tolérance zéro contre le petit bruit de fond qui paraît si inoffensif mais qui finit par pourrir le cours.

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Malaga le Jeu 21 Juin 2012 - 5:53

Bruno09, je trouve tes conseils très justes et pertinents (et en plus plein d'humour). Merci! Smile

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Fesseur Pro le Jeu 21 Juin 2012 - 8:13

Ponette a écrit: Comment punir quand le groupe est groupe ?
C'est bien sûr le plus compliqué.
Si on a le groupe contre nous, on est cuits.
C'est pour ça que je disais les premiers qui réagissent et il ne faut pas hésiter à punir dès l'entrée voire dès le couloir.
C'est fastidieux mais indispensable.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Dinosaura le Jeu 21 Juin 2012 - 8:24

Merci encore à tous !

@ Bruno09, as-tu songé à sortir un DVD "tenue de classe" avec les deux doigts ? Razz

_________________
"Le plus esclave est celui qui ignore ses chaînes."

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Lama Blanc le Jeu 21 Juin 2012 - 12:24

@ Bruno09
Autant des fois, je vois des conseils intéressants mais je me dis qu'avec ma personnalité ça ne marcherai pas...autant tes conseils sont si pertinents que tout à chacun peux se les approprier !

Je te remercie infiniment veneration , et en tant que débutant je suis pressé de les tester sur le terrain yesyes


J'en profite pour glisser une question Smile Dans le cas malheureux où l'on s'est fait bordélisé et/ou l'on a commis des injustices malgré nous par omission de punition, comment tacher de "rattraper" le coup plutôt que d'attendre le prochain poste ? comment regagner de la crédibilité ?


_________________
tout n'est qu'illusion...

Lama Blanc
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Invité12 le Jeu 21 Juin 2012 - 19:25

Merci Bruno pour ces conseils aussi précis que judicieux ! Demander des excuses publiques m'apparaît comme une évidence en cette situation.

Polonia, j'ai relu ton message initial et deux choses m'ont interpellée : le mot "handicape" et ta phrase "c'est ma personnalité, je ne peux pas me refaire".

J'ai beaucoup réfléchi sur mon travail et ma manière de l'exercer. Lorsque je fais le bilan, j'estime que cette première année n'était pas catastrophique. Malgré tout, je me suis fait beaucoup de soucis et j'ai pris deux décisions quant à l'année prochaine :

1) rejoindre un groupe de travail, d'analyse de pratique ou que sais-je, mais en tout cas, rejoindre des collègues. Je prends mon travail à coeur, je vis très mal le manque de formation. Cela m'aidera à progresser, à relativiser et à avoir une ligne professionnelle qui soit aussi solide que possible pour ne pas être affaiblie par des enjeux affectifs.

2) prendre rv avec un psy. J'ai remarqué depuis quelques temps que mon rapport à l'autorité est biaisé et qu'il m'arrive de me demander "ne suis-je pas en train de faire comme ma mère faisait avec moi ?". Petite phrase de vieux démons qui resurgissent alors que je croyais les avoir terrassés et qui n'ont RIEN à faire dans MA salle de classe. Pour moi c'est un véritable handicape. Peut-être que notre personnalité nous rend ceci ou cela, mais je pense qu'il est possible pour tout le monde de réfléchir dessus, non pas pour changer, mais pour se demander pourquoi on agit comme cela afin d'agir non plus en subissant notre personnalité et nos handicapes, mais selon notre volonté (c'est évidemment un avis très personnel et sans doute autocentré, mais c'est ton post qui m'a aidé à le formuler, donc j'en fais part).

Je pense que ces deux décisions m'aideront à gagner du temps, à travailler sur mes "handicapes" pour qu'ils n'en soient plus, à relativiser et à éviter de compter uniquement sur mon conjoint ou mes amis pour me prêter oreille en cas de lamentations. Ce n'est pas leur rôle et même si leur présence m'est précieuse, ils ne peuvent m'aider autant qu'une démarche active de ma part.

Invité12
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par maLapsker le Jeu 21 Juin 2012 - 19:29

Bruno, si ma tutrice m'avait donné ces conseils en début d'année, je suis persuadée que mon année de stage aurait été beaucoup moins stressante et déprimante. Merci pour ces conseils très clairs veneration

maLapsker
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Réponse à Ponette

Message par polonia82 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:27

Bonsoir Ponette. Merci pour ces conseils ( et merci à tous d'ailleurs pour tous ces conseils et encouragements)
C'est sûr, ce n'est pas très constructif de dire " je suis comme ça, je peux pas me refaire"
je suis d'accord qu'il faut essayer d'évoluer et de s'améliorer. Mais comme je le disais ça fait bientôt dix ans que j'essaie de m'améliorer. Alors sois je suis très lente, soit je partais vraiment de loin....
Je suis déjà allée voir un psy ( pendant deux ans et demi) et c'est vrai que ça m'a aidée. Je me suis adressée au rectorat et j'ai participé au dispositif Parade ( je sais pas si ça existe partout, c'est de l'aide aux profs en difficulté). J'ai fait des stages orientés gestion de classe, et confiance en soi... Bref j'essaye d'agir.
J'ai l'impression de faire de mon mieux et de souvent galérer alors que ça semble beaucoup plus simple pour les autres. Tu parlais de vieux démons, c'est un peu pareil, j'ai une histoire un peu compliquée derrière moi, sans doute une certaine fragilité. Et face aux élèves tu n'as pas le droit d'être fragile!!
Et j'ai du mal à donner des explications rationnelles à tout ça ; j'ai l'impression de faire mon boulot prof, de crier, de punir, de ne pas être si différente des collègues, mais au final ça marche beaucoup moins bien chez moi. J'ai l'impression d'une alchimie mystérieuse qui ne fonctionne pas bien avec moi.
Sans doute avez-vous raison : c'est une accumulation de petits rituels, de petites règles, de petits détails qui vont venir avec le temps..... C'est dans mon comportement habituel d'éviter les conflits, mes phrases favorites à la maison c'est "comme tu veux" et "c'est pas grave" ( ça énerve mon mari d'ailleurs) mais c'est sûr que des flottements de ce genre avec une classe, ça ne passe pas. Il faut savoir ce que l'on veut et tenir ses décisions. Mais ça me demande beaucoup d'efforts, alors que je pense que c'est plus naturel pour d'autres....
Voilà j'arrête de raconter ma vie . Bon courage pour les derniers jours ( ce sont les pires!)

polonia82
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par bruno09 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:32

@Lama Blanc a écrit:@ Bruno09
Autant des fois, je vois des conseils intéressants mais je me dis qu'avec ma personnalité ça ne marcherai pas...autant tes conseils sont si pertinents que tout à chacun peux se les approprier !

Je te remercie infiniment veneration , et en tant que débutant je suis pressé de les tester sur le terrain yesyes


J'en profite pour glisser une question Smile Dans le cas malheureux où l'on s'est fait bordélisé et/ou l'on a commis des injustices malgré nous par omission de punition, comment tacher de "rattraper" le coup plutôt que d'attendre le prochain poste ? comment regagner de la crédibilité ?


Quand j'ai commencé dans le métier je n'osais pas demander un bouquin à la documentaliste, alors, la personnalité...
C'est un métier de représentation. De Funes était un type triste dans la vie. On est des acteurs. C'est la foire aux fous.
Tous les démonstrateurs d'aspirateurs te le diront, les timides font les meilleurs vendeurs. Eux se sont astreints à apprendre leur métier. Les grandes gueules font n'importe quoi.
J'ai appris mon métier avec les élèves et avec des anciens qui m'ont pris sous leur aile.
Je suis de la première promotion d'IUFM que j'ai intégré en interne en 1990 après avoir enseigné 6 ans en tant que MA. L'IUFM ne m'a rien appris, à part me culpabiliser en prônant des pratiques bidon ou en me tenant des discours insensés. J'ai mis des année à m'en remettre.

Maintenant ta question.
Bon t'es mal, c'est évident.
La mauvaise idée c'est de devenir brusquement un fasciste après avoir été trop cool. Ca c'est ma première année de cours (1985-86). Les gamins vont te haïr et ça va finir très mal.
Je préconise plutôt d'y aller par petit coup, comme quand on veut ébouillanter une grenouille. D'abord on se concentre sur le fait de lever le doigt, par exemple. Ensuite on baisse le ton de la voix, ce qui rend le bavardage plus audible et plus punissable et ainsi de suite...
L'idéal est de profiter d'un retour de vacances pour mettre un bon tour de vis.
Maintenant on est fin juin, c'est fini, laisse couler et cherche à éviter les grosses conneries (C'est le moment généralement choisi pour péter un câble et coller une baffe à un gamin).

L'idéal bien sûr c'est de bien commencer l'année. Ce qui est curieux avec les gamins, c'est qu'ils acceptent très bien que l'on installe une idéologie située à la droite de Gengis Khan pourvu que ce soit dès le début et appliqué à tous. Ce qu'ils n'aiment pas c'est quand c'est inconstant, incohérent, incompréhensible, bizarre. Alors quand tout roule on peu (un peu) se détendre. Parfois c'est le grand amour. "Finalement, il est gentil machin. Mais bon, faut pas le gonfler"

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Invité14 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:39

@polonia82 a écrit:Bonsoir Ponette. Merci pour ces conseils ( et merci à tous d'ailleurs pour tous ces conseils et encouragements)
C'est sûr, ce n'est pas très constructif de dire " je suis comme ça, je peux pas me refaire"
je suis d'accord qu'il faut essayer d'évoluer et de s'améliorer. Mais comme je le disais ça fait bientôt dix ans que j'essaie de m'améliorer. Alors sois je suis très lente, soit je partais vraiment de loin....
Je suis déjà allée voir un psy ( pendant deux ans et demi) et c'est vrai que ça m'a aidée. Je me suis adressée au rectorat et j'ai participé au dispositif Parade ( je sais pas si ça existe partout, c'est de l'aide aux profs en difficulté). J'ai fait des stages orientés gestion de classe, et confiance en soi... Bref j'essaye d'agir.
J'ai l'impression de faire de mon mieux et de souvent galérer alors que ça semble beaucoup plus simple pour les autres. Tu parlais de vieux démons, c'est un peu pareil, j'ai une histoire un peu compliquée derrière moi, sans doute une certaine fragilité. Et face aux élèves tu n'as pas le droit d'être fragile!!
Et j'ai du mal à donner des explications rationnelles à tout ça ; j'ai l'impression de faire mon boulot prof, de crier, de punir, de ne pas être si différente des collègues, mais au final ça marche beaucoup moins bien chez moi. J'ai l'impression d'une alchimie mystérieuse qui ne fonctionne pas bien avec moi.
Sans doute avez-vous raison : c'est une accumulation de petits rituels, de petites règles, de petits détails qui vont venir avec le temps..... C'est dans mon comportement habituel d'éviter les conflits, mes phrases favorites à la maison c'est "comme tu veux" et "c'est pas grave" ( ça énerve mon mari d'ailleurs) mais c'est sûr que des flottements de ce genre avec une classe, ça ne passe pas. Il faut savoir ce que l'on veut et tenir ses décisions. Mais ça me demande beaucoup d'efforts, alors que je pense que c'est plus naturel pour d'autres....
Voilà j'arrête de raconter ma vie . Bon courage pour les derniers jours ( ce sont les pires!)

tout pareil que toi !

J'ai aussi fait il y a 11 ans, une année de stage "prof en difficulté"
J'ai fait une dizaine de stage sur l'autorité, gestion de classe...
J'ai lu une dizaine de livres à ce sujet

Mais j'ai du mal à mettre cela en pratique.

Invité14
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par polonia82 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:45

Pour reprendre le message précédent ( je ne maîtrise pas encore toutes les fonctions du forum " truc a dit")

Ce qu'il n'aiment pas c'est quand c'est inconstant, incohérent, incompréhensible , bizarre.

Oui , il doit y avoir de ça. Je me laisse influencer par leur remarques et j 'hésite, je me contredis sans doute parfois. J'essaye un truc puis un autre. Ca doit m'arriver de varier les sanctions d'une fois sur l'autre sans faire exprès. Il faut que ça soit clair dans ma tête.

polonia82
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par sombra le Jeu 21 Juin 2012 - 23:30

Très interessant ce fil. Pendant mes 4 mois de stage (je suis en congé depuis janvier) je me suis aussi sentie handicapée par ma personnalité. Maintenant que j'ai eu le temps d'y réfléchir, je suis dans un tout autre état d'esprit, le fait d'avoir été rabaissée par le tuteur et le CDE me donne envie de me battre pour prouver le contraire. Merci à tous pour les conseils pleins de bon sens mais auxquels on ne pense pas forcément.

sombra
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par neomath le Ven 22 Juin 2012 - 0:07

@bruno09 a écrit:"Finalement, il est gentil machin. Mais bon, faut pas le gonfler"
Voilà c'est pile poil ça, mon but tous les ans. Obtenir ce jugement de la part des élèves.
Bravo pour tous ces conseils, Bruno.

_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par bruno09 le Ven 22 Juin 2012 - 1:23

@sombra a écrit:je me suis aussi sentie handicapée par ma personnalité.

Ca ça m'interpelle. Franchement.
Je crois (je dis bien "je crois" et pas plus) que tu prends l'affaire par le mauvais bout.
Et si on renversait l'affaire? Les gamins sont tous différents. Ils ont tous leur personnalité. Doit on la changer? Non, simplement chaque gamin doit rentrer pour un temps dans la peau d'un élève. L'élève n'est pas un gamin. L'élève est ponctuel, a ses affaires, écoute lève le doigt pour demander la parole et sinon se tait. C'est un rôle qu'il joue plus ou moins bien.
Nous aussi nous jouons un rôle. Le rôle "prof". Vous êtes pareil qu'en cours avec vos conjoints, vos enfants? Super ambiance!
La personnalité reste en grande partie au placard quand je rentre en cours. C'est peut-être pour ça que j'affectionne les costards. C'est ma tenue de travail. Un collègue de math a une blouse genre marchand de couleurs. Lui aussi rentre dans le personnage. Il est manifestement craint, apprécié et respecté. Au naturel il est d'une douceur et d'une discrétion remarquable.
On ne peut pas changer de personnalité comme ça. C'est impossible. tu te mets une pression incroyable. C'est un boulot! Faut le faire du mieux possible mais c'est juste un boulot! On va pas changer le monde (Si un peu quand même mais par tout petit bouts).

Allez on y va! Rééducation politique, comme dans les camps vietcongs:
Tout se résout par la pédagogie. Si vous échouez c'est que vous êtes mauvais. C'est pas vrai, tenir une classe s'apprend et l'élève qui ne veut rien apprendre quoi qu'il arrive existe: je l'ai rencontré. C'est triste mais c'est comme ça. La pauvreté existe, la guerre c'est mal. On peut combattre tout ça ailleurs mais en cours on est là pour apprendre.

Vous n'êtes pas le patron, mais un passeur. Archifaux. Dans votre cours, vous êtes le despote éclairé. D'ailleurs si ça va mal, il n'y aura qu'un responsable montré du doigt: vous. Si on est responsable, c'est qu'on est le patron.

L'innovation est le secret. Si c'était vrai, ces joyeux innovateurs vivraient heureux dans leurs classes au lieu de faire les guignols. Ca fait des années que l'on sait comment faire. Seulement on ne le fait pas (plus). J'ai trouvé un manuel qui donne les mêmes conseils que l'on m'a donné et que je transmet. De mémoire, il date de l'immédiat après guerre.

Les élèves ne sont plus les mêmes qu'avant. Ben oui, forcément, si ils ne foutent rien c'est que c'est pas intéressant et si on les punit c'est de la violence symbolique! Les verbes irréguliers en Anglais c'est pas intéressant. Ca ne le sera jamais. Un cours dans le bordel ne donnera jamais rien. Jamais. Si on les conforte dans la médiocrité, ils ne risquent pas de s'améliorer! En fait ils sont pareils que moi à l'époque. Je rêvait des mercredis et des week end et je voulais en faire le moins possible. Seulement pas le choix, fallait bosser. Il m'arrive d'entrer en classe et de dire: aujourd'hui ça va pas être drôle! Vous écrivez le titre "Martin Luther et la Réforme". En fait, c'est pas si pénible que ça...

Si vous souscrivez au moindre des points précédents, vous êtes de droite. Allez donc demander à Mélanchon si ses profs étaient des guignols? Vu ses discours, ça m'étonnerait. Vous croyez qu'Hollande a appris le Français avec la méthode globale? Ségolène vous fait l'effet de sortir d'une communauté de l'école émancipée? Ce que l'on enseigne est éminemment politique, par contre enseigner est une technique, ou un art comme tu voudras. La politique n'a rien a voir là dedans. Certains essaient d'en faire une science. Vu les résultats, c'est pas gagné.

Ahh ça fait du bien! En conclusion: tu es le prof, tu es légitime (demandes toi bien qui au juste a pu te persuader que tu ne l'étais pas) et les élèves doivent obéir. C'est pas négociable. Si tu te colles ça bien profond dans la tête, ça devrait aller mieux. Si tu en es bien convaincu, je te garantis que les élèves vont le sentir. Je me souviens très bien du sentiment que j'ai eu à mon premier cours: je suis pas un vrai prof, il vont s'en rendre compte! Vous trouvez ça très naturel, vous, de se donner en spectacle devant 30 pré-pubères? Non ça ne l'est pas. Ça prends un peu de temps. Courage!

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Yazilikaya le Ven 22 Juin 2012 - 8:05

Bruno reprend ce qui est écrit dans le bouquin que j'ai acheté hier: "Gestion de classes et d'élèves difficiles"

Non pas que cette année, ma classe de CE2 soit difficile, mais je me laisse trop facilement dépasser par les bavardages, les prises de paroles intempestives. En fait, je m'aperçois que je reprends, que je sermonne mais que je ne sanctionne pas. (et ça fait 11 ans que ça dure). Alors même si ça ne cause pas de gros problèmes, ça reste désagréable.
Par contre, cette année, j'officiais 1 heure par semaine dans une horrible classe de CM2, horrible de l'avis de tous les instits. Et j'ai échoué. Je me laisse déborder par mes émotions et mardi dernier, j'ai vraiment gueulé comme un putois.

Le bouquin que je lis donc en ce moment donne des conseils vraiment concrets mais faut il avoir le courage de les appliquer sur la durée. De même que pour d'autres sur ce forum, faut que j'arrive à travailler sur ma personnalité (rester zen en toutes circonstances)

En tout cas, ce fil est vraiment intéressant.
Le me souviens à l'iufm, une étudiante demandant ce qu'on pouvait envisager au niveau des punitions.
Elle se fit sèchement rabrouer au prétexte que si les cours étaient intéressants, les élèves ne penseraient pas à mettre le boxon et donc il n'y avait pas lieu de parler de punition

Yazilikaya
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par sombra le Ven 22 Juin 2012 - 9:24

@bruno09 a écrit:
@sombra a écrit:je me suis aussi sentie handicapée par ma personnalité.

Ca ça m'interpelle. Franchement.
Je crois (je dis bien "je crois" et pas plus) que tu prends l'affaire par le mauvais bout.
Et si on renversait l'affaire? Les gamins sont tous différents. Ils ont tous leur personnalité. Doit on la changer? Non, simplement chaque gamin doit rentrer pour un temps dans la peau d'un élève. L'élève n'est pas un gamin. L'élève est ponctuel, a ses affaires, écoute lève le doigt pour demander la parole et sinon se tait. C'est un rôle qu'il joue plus ou moins bien.
Nous aussi nous jouons un rôle. Le rôle "prof". Vous êtes pareil qu'en cours avec vos conjoints, vos enfants? Super ambiance!
La personnalité reste en grande partie au placard quand je rentre en cours. C'est peut-être pour ça que j'affectionne les costards. C'est ma tenue de travail. Un collègue de math a une blouse genre marchand de couleurs. Lui aussi rentre dans le personnage. Il est manifestement craint, apprécié et respecté. Au naturel il est d'une douceur et d'une discrétion remarquable.
On ne peut pas changer de personnalité comme ça. C'est impossible. tu te mets une pression incroyable. C'est un boulot! Faut le faire du mieux possible mais c'est juste un boulot! On va pas changer le monde (Si un peu quand même mais par tout petit bouts).

Allez on y va! Rééducation politique, comme dans les camps vietcongs:
Tout se résout par la pédagogie. Si vous échouez c'est que vous êtes mauvais. C'est pas vrai, tenir une classe s'apprend et l'élève qui ne veut rien apprendre quoi qu'il arrive existe: je l'ai rencontré. C'est triste mais c'est comme ça. La pauvreté existe, la guerre c'est mal. On peut combattre tout ça ailleurs mais en cours on est là pour apprendre.

Vous n'êtes pas le patron, mais un passeur. Archifaux. Dans votre cours, vous êtes le despote éclairé. D'ailleurs si ça va mal, il n'y aura qu'un responsable montré du doigt: vous. Si on est responsable, c'est qu'on est le patron.

L'innovation est le secret. Si c'était vrai, ces joyeux innovateurs vivraient heureux dans leurs classes au lieu de faire les guignols. Ca fait des années que l'on sait comment faire. Seulement on ne le fait pas (plus). J'ai trouvé un manuel qui donne les mêmes conseils que l'on m'a donné et que je transmet. De mémoire, il date de l'immédiat après guerre.

Les élèves ne sont plus les mêmes qu'avant. Ben oui, forcément, si ils ne foutent rien c'est que c'est pas intéressant et si on les punit c'est de la violence symbolique! Les verbes irréguliers en Anglais c'est pas intéressant. Ca ne le sera jamais. Un cours dans le bordel ne donnera jamais rien. Jamais. Si on les conforte dans la médiocrité, ils ne risquent pas de s'améliorer! En fait ils sont pareils que moi à l'époque. Je rêvait des mercredis et des week end et je voulais en faire le moins possible. Seulement pas le choix, fallait bosser. Il m'arrive d'entrer en classe et de dire: aujourd'hui ça va pas être drôle! Vous écrivez le titre "Martin Luther et la Réforme". En fait, c'est pas si pénible que ça...

Si vous souscrivez au moindre des points précédents, vous êtes de droite. Allez donc demander à Mélanchon si ses profs étaient des guignols? Vu ses discours, ça m'étonnerait. Vous croyez qu'Hollande a appris le Français avec la méthode globale? Ségolène vous fait l'effet de sortir d'une communauté de l'école émancipée? Ce que l'on enseigne est éminemment politique, par contre enseigner est une technique, ou un art comme tu voudras. La politique n'a rien a voir là dedans. Certains essaient d'en faire une science. Vu les résultats, c'est pas gagné.

Ahh ça fait du bien! En conclusion: tu es le prof, tu es légitime (demandes toi bien qui au juste a pu te persuader que tu ne l'étais pas) et les élèves doivent obéir. C'est pas négociable. Si tu te colles ça bien profond dans la tête, ça devrait aller mieux. Si tu en es bien convaincu, je te garantis que les élèves vont le sentir. Je me souviens très bien du sentiment que j'ai eu à mon premier cours: je suis pas un vrai prof, il vont s'en rendre compte! Vous trouvez ça très naturel, vous, de se donner en spectacle devant 30 pré-pubères? Non ça ne l'est pas. Ça prends un peu de temps. Courage!

Je suis d'accord, j'ai d'ailleurs mis ma phrase au passé. Maintenant c'est la rage qui va (peut -être) me permettre de réussir, ou au moins de mieux faire, à présent je me sens plus capable de jouer le rôle "prof", mais quand on débute comme stagiaire à temps plein sans expérience et qu'on a la tête sous l'eau, on n'a pas le temps de penser à tout ça (et on nous fait tellement comprendre qu'on n'y arrive pas parce qu'on est mauvais, que pourtant on n'est pas dans le pire établissement possible... qu'avec le peu d'énergie qu'il nous reste, on en arrive à ne plus pouvoir remettre ça en question et donc à le croire, et ce même sans être de droite). En effet, tenir une classe s'apprend, je suis bien d'accord... C'est grâce à mon congé que j'ai pu prendre le temps de tout mettre à plat. Et merci vraiment pour tes conseils qui confirment ce que je pense et qui ne me semblent pas impossible à mettre en place.

sombra
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Dinosaura le Ven 22 Juin 2012 - 9:46

@sombra a écrit:
@bruno09 a écrit:
@sombra a écrit:je me suis aussi sentie handicapée par ma personnalité.

Ca ça m'interpelle. Franchement.
Je crois (je dis bien "je crois" et pas plus) que tu prends l'affaire par le mauvais bout.
Et si on renversait l'affaire? Les gamins sont tous différents. Ils ont tous leur personnalité. Doit on la changer? Non, simplement chaque gamin doit rentrer pour un temps dans la peau d'un élève. L'élève n'est pas un gamin. L'élève est ponctuel, a ses affaires, écoute lève le doigt pour demander la parole et sinon se tait. C'est un rôle qu'il joue plus ou moins bien.
Nous aussi nous jouons un rôle. Le rôle "prof". Vous êtes pareil qu'en cours avec vos conjoints, vos enfants? Super ambiance!
La personnalité reste en grande partie au placard quand je rentre en cours. C'est peut-être pour ça que j'affectionne les costards. C'est ma tenue de travail. Un collègue de math a une blouse genre marchand de couleurs. Lui aussi rentre dans le personnage. Il est manifestement craint, apprécié et respecté. Au naturel il est d'une douceur et d'une discrétion remarquable.
On ne peut pas changer de personnalité comme ça. C'est impossible. tu te mets une pression incroyable. C'est un boulot! Faut le faire du mieux possible mais c'est juste un boulot! On va pas changer le monde (Si un peu quand même mais par tout petit bouts).

Allez on y va! Rééducation politique, comme dans les camps vietcongs:
Tout se résout par la pédagogie. Si vous échouez c'est que vous êtes mauvais. C'est pas vrai, tenir une classe s'apprend et l'élève qui ne veut rien apprendre quoi qu'il arrive existe: je l'ai rencontré. C'est triste mais c'est comme ça. La pauvreté existe, la guerre c'est mal. On peut combattre tout ça ailleurs mais en cours on est là pour apprendre.

Vous n'êtes pas le patron, mais un passeur. Archifaux. Dans votre cours, vous êtes le despote éclairé. D'ailleurs si ça va mal, il n'y aura qu'un responsable montré du doigt: vous. Si on est responsable, c'est qu'on est le patron.

L'innovation est le secret. Si c'était vrai, ces joyeux innovateurs vivraient heureux dans leurs classes au lieu de faire les guignols. Ca fait des années que l'on sait comment faire. Seulement on ne le fait pas (plus). J'ai trouvé un manuel qui donne les mêmes conseils que l'on m'a donné et que je transmet. De mémoire, il date de l'immédiat après guerre.

Les élèves ne sont plus les mêmes qu'avant. Ben oui, forcément, si ils ne foutent rien c'est que c'est pas intéressant et si on les punit c'est de la violence symbolique! Les verbes irréguliers en Anglais c'est pas intéressant. Ca ne le sera jamais. Un cours dans le bordel ne donnera jamais rien. Jamais. Si on les conforte dans la médiocrité, ils ne risquent pas de s'améliorer! En fait ils sont pareils que moi à l'époque. Je rêvait des mercredis et des week end et je voulais en faire le moins possible. Seulement pas le choix, fallait bosser. Il m'arrive d'entrer en classe et de dire: aujourd'hui ça va pas être drôle! Vous écrivez le titre "Martin Luther et la Réforme". En fait, c'est pas si pénible que ça...

Si vous souscrivez au moindre des points précédents, vous êtes de droite. Allez donc demander à Mélanchon si ses profs étaient des guignols? Vu ses discours, ça m'étonnerait. Vous croyez qu'Hollande a appris le Français avec la méthode globale? Ségolène vous fait l'effet de sortir d'une communauté de l'école émancipée? Ce que l'on enseigne est éminemment politique, par contre enseigner est une technique, ou un art comme tu voudras. La politique n'a rien a voir là dedans. Certains essaient d'en faire une science. Vu les résultats, c'est pas gagné.

Ahh ça fait du bien! En conclusion: tu es le prof, tu es légitime (demandes toi bien qui au juste a pu te persuader que tu ne l'étais pas) et les élèves doivent obéir. C'est pas négociable. Si tu te colles ça bien profond dans la tête, ça devrait aller mieux. Si tu en es bien convaincu, je te garantis que les élèves vont le sentir. Je me souviens très bien du sentiment que j'ai eu à mon premier cours: je suis pas un vrai prof, il vont s'en rendre compte! Vous trouvez ça très naturel, vous, de se donner en spectacle devant 30 pré-pubères? Non ça ne l'est pas. Ça prends un peu de temps. Courage!

Je suis d'accord, j'ai d'ailleurs mis ma phrase au passé. Maintenant c'est la rage qui va (peut -être) me permettre de réussir, ou au moins de mieux faire, à présent je me sens plus capable de jouer le rôle "prof", mais quand on débute comme stagiaire à temps plein sans expérience et qu'on a la tête sous l'eau, on n'a pas le temps de penser à tout ça (et on nous fait tellement comprendre qu'on n'y arrive pas parce qu'on est mauvais, que pourtant on n'est pas dans le pire établissement possible... qu'avec le peu d'énergie qu'il nous reste, on en arrive à ne plus pouvoir remettre ça en question et donc à le croire, et ce même sans être de droite). En effet, tenir une classe s'apprend, je suis bien d'accord... C'est grâce à mon congé que j'ai pu prendre le temps de tout mettre à plat. Et merci vraiment pour tes conseils qui confirment ce que je pense et qui ne me semblent pas impossible à mettre en place.

Un des problèmes des profs est l'environnement bisounours-culpabilisateur qui l'entoure (la pression plus ou moins insidieuse des directions, des grands doctes de l'IUFM etc) qui cherche à nous faire comprendre que "mais Madame Machin elle y arrive elle...", "Mais c'est un établissement sans problème...".

Mon objectif maintenant que j'ai pris conscience de cela, c'est de me fiche de leur avis et de leur moyen de pression (mauvaise notation ?... m'en fous, je passerai à l'ancienneté... mauvais emploi du temps ? j'en ficherai pas une ramée cette année-là, etc), d'essayer de m'absoudre aussi des opinions/racontards des collègues éventuellement mal intentionnés, au contraire d'aller chercher le soutien et les conseils des collègues avisés et bienveillants etc.
Bref, on nous parle beaucoup de travail d'équipe, mais au final c'est un boulot très individualiste (avec des très bons et des très mauvais côtés), très darwiniste-social, reposant sur la culpabilisation individuelle à laquelle il faut apprendre à dire non, car nombre des défaillances de l'école sont structurelles, institutionnelles, en particulier le rapport à l'éducation dans la société, l'immixtion indélicate de nombre de parents dans le travail des profs, la crise de l'autorité en général dans la société, et institutionnellement la démission de l'Etat dans l'appui de ses fonctionnaires (nous donc), relayé sur le terrain par des CDE de plus en plus laxistes et lâches... Facile après de nous accuser de ne pas savoir tenir nos classes quand tout système de sanction véritable nous a été retiré, qu'on a instauré dans les établissements (même ceux dits faciles) un climat généralisé d'impunité et de culte de l'éternelle deuxième chance que les gamins ont très bien compris. D'ailleurs, ils ont en général tout compris, car ils s'attaquent toujours à celui qui est perçu comme le faible, le non légitime, le mal installé dans l'établissement : pas par nature irrémédiable, mais parce qu'ils devinent que c'est le petit stagiaire, le TZR, le nouveau, que l'ambiance entre collègues est pourrie, que le CDE étouffe les affaires et a peur des parents, du qu'en-dira-t'on...
En fait, ce que l'on ne nous dit pas quand on débute, mais que j'ai découvert, c'est que l'on doit devenir le patron en classe oui, mais aussi apprendre à "se positionner" fermement par rapport à nos soi-disant alliés (parents, direction surtout, et même parfois collègues).


Dernière édition par Dinosaura le Ven 22 Juin 2012 - 9:49, édité 1 fois (Raison : coquilles)

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par polonia82 le Ven 22 Juin 2012 - 11:16

Oui, ça a été mon gros problème pendant longtemps, oui , je culpabilisais de tout. pas seulement professionnellement mais aussi à la maison. C'est là que le psy a pu aider. Maintenant, j'essaye de prendre du recul et de ne pas tout me mettre sur le dos. C'est sûr que la société, l"époque ne nous aide pas.
Ceci dit les élèves on ne peut pas les changer, et la société non plus. Et il y a des collègues qui y arrivent ( mais comment font-ils?)

Je pense avoir ciblé le problème quand-même au fil des discussions.J'ai fait des remplacements pendant 8 ans ( 17 établissements différents)et à chaque fois, il fallait s'adapter. Il faut s'adapter au manuel utilisé, si ils ont un cahier ou un classeur, etc...
J'ai trop cherché à m'adapter au niveau gestion de classe aussi je pense ; je venais sans règles précises en tête, en "prenant la température", en attendant de voir, comment étaient les gamins et comment fonctionnait l'établissement, comment faisait le collègue que je remplaçais. . Je ne laissais pas tout faire, mais je réagissais au jour le jour selon ce qui se passait.Sauf que au bout de trois semaines ou un mois ,c'est déjà trop tard pour fixer les règles. Comme a dit je ne sais plus trop qui, il faut faire de la prévention.

La prochaine rentrée, je suis pour la première fois dans le même établissement 2 ans de suite, je n'ai pas besoin de "prendre la température". Je prépare bien ficelé un petit "règlement intérieur du cours de français" comme font certains, où j'essaye de bien prévoir tous les cas de figure. Dés la première heure.Et j'applique. Bon je donnais déjà des règles en début d'année, mais sans doute trop floues, et encore trop floues dans ma tête aussi.

Je vais préparer quelques Power Point aussi pour projeter et pas trop tourner le dos au moins au début. Plein de trucs sympas pour les vacances!!

Allez motivée et pleine d'enthousiasme pour la prochaine rentrée....

Là je n'essaye même plus de faire semblant de travailler et de faire le chef. Je laisse aller. Les troisièmes parlent de leurs petites fêtes de fin d'année en cours, de saucisses, de chips et de coca...

polonia82
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: je me sens handicapée par ma personnalité pour être prof + nouvelles de la rentrée 2012 en page 8.

Message par Invité12 le Ven 22 Juin 2012 - 16:03

pompom pompom pompom pompom pompom pompom pompom
POLONIA CHEF DE SA CLASSE ! POLONIA CHEF DE SA CLASSE !

Invité12
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum