SOS Education : un remède pire que le mal ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 20:47

Oui? Vous avez une remarque à faire?

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 21:11

@egomet a écrit:Oui? Vous avez une remarque à faire?

Oui. Je n'osais pas vous demander pourquoi vous avez abandonné l'enseignement.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 21:14

Mon dernier message n'apparaît pas. J'ai dû faire une fausse manœuvre.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 21:21

J'ai abandonné parce que l'IPR n'était pas du tout d'accord avec ce que je faisais. Pendant l'entretien elle m'a dit: "On n'apprend pas par imitation". Et j'ai dit qu'il n'était pas nécessaire de poursuivre la discussion. Comme j'étais contractuel, elle a donné la consigne de ne pas me reprendre.

Je pourrais passer les concours. Mais outre le fait que certaines épreuves me demanderaient une dose d'hypocrisie dont je ne me sens pas capable, je crois que je serais de toute façon rattrapé par mon dossier au moment de la validation.

Par ailleurs, il faut bien admettre que je n'ai plus aucune illusion sur le système éducatif français. Il a été très bon autrefois, mais aujourd'hui la crise me parait sans issue. Je n'ai pas envie d'affronter la machine administrative pour être réintégré.

Je reprendrai peut-être l'enseignement ailleurs. J'ai eu une expérience excellente en Chine. Je retournerai peut-être en Afrique. Mais je n'enseignerai plus en France.

Pourquoi cette question?

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 21:31

@egomet a écrit:Effectivement.

C'est bien le sens de ses remarques.

Je préciserai d'ailleurs que cette impossibilité de faire payer le coût réel provient essentiellement de la concurrence du secteur public. Ce dernier est, dit-on, gratuit. En réalité, le coût est socialisé. Ce que l’État fournit gratuitement est payé par l'impôt.

Celui qui veut se passer du service public scolaire, pour avoir plus de liberté dans l'éducation de ses enfants, n'est pas dispensé pour autant de payer l'impôt. Il doit donc payer deux fois (en supposant qu'il soit dans une moyenne raisonnable, c'est à dire que son imposition couvre le service auquel il a droit).
L'avantage, c'est que les enfants ne souffrent pas de l'incapacité des parents à payer.

Le chèque éducation est le moyen le plus simple de concilier la liberté des écoles et une grande facilité d'accès pour les gamins. C'est un moyen terme raisonnable, il me semble. Si on attend la faillite complète de l'école publique, on risque de ne même plus avoir cette solidarité.

Bon, je retape mon message !

Vous avez sans doute raison, dans le contexte actuel, mais songez à ce que notre discussion aurait eu de surréaliste jusqu'aux années 80, contexte que je ne n'idéalise pas, mais dont je ne peux m'empêcher d'avoir la nostalgie.

La solution, selon moi, passe par le rétablissement d'une école primaire de qualité où l'on (ré)apprendrait à lire, à écrire, à compter, où l'on (re)ferait de la grammaire, de l'orthographe, où l'on (ré) apprendrait du vocabulaire et où l'on (re)transmettrait, de manière générale, des savoirs explicites (politiquement difficile, mais possible) et la fin du collège unique (politiquement et malheureusement impossible si l'on songe à ce que signifie concrètement la fin du collège unique, à savoir le retour aux orientations après la 5ème, le rétablissement des CPPN et des classes technologiques, etc.)

Je voulais aussi vous féliciter pour votre blog.


Dernière édition par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 21:33, édité 1 fois

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par Robin le Mar 11 Sep 2012 - 21:32

@egomet a écrit:J'ai abandonné parce que l'IPR n'était pas du tout d'accord avec ce que je faisais. Pendant l'entretien elle m'a dit: "On n'apprend pas par imitation". Et j'ai dit qu'il n'était pas nécessaire de poursuivre la discussion. Comme j'étais contractuel, elle a donné la consigne de ne pas me reprendre.

Je pourrais passer les concours. Mais outre le fait que certaines épreuves me demanderaient une dose d'hypocrisie dont je ne me sens pas capable, je crois que je serais de toute façon rattrapé par mon dossier au moment de la validation.

Par ailleurs, il faut bien admettre que je n'ai plus aucune illusion sur le système éducatif français. Il a été très bon autrefois, mais aujourd'hui la crise me parait sans issue. Je n'ai pas envie d'affronter la machine administrative pour être réintégré.

Je reprendrai peut-être l'enseignement ailleurs. J'ai eu une expérience excellente en Chine. Je retournerai peut-être en Afrique. Mais je n'enseignerai plus en France.

Pourquoi cette question?

Je pense que dans le contexte actuel (j'ai 62 ans), je ne passerais pas le CAPES comme je l'ai fait en 1990 pour entrer dans l'enseignement public et que j'irai vivre, moi aussi, à l'étranger, me sentant de plus en plus étranger dans mon propre pays, en particulier dans ce qu'est devenue son école.

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 21:40

@Robin a écrit:
@egomet a écrit:Effectivement.

C'est bien le sens de ses remarques.

Je préciserai d'ailleurs que cette impossibilité de faire payer le coût réel provient essentiellement de la concurrence du secteur public. Ce dernier est, dit-on, gratuit. En réalité, le coût est socialisé. Ce que l’État fournit gratuitement est payé par l'impôt.

Celui qui veut se passer du service public scolaire, pour avoir plus de liberté dans l'éducation de ses enfants, n'est pas dispensé pour autant de payer l'impôt. Il doit donc payer deux fois (en supposant qu'il soit dans une moyenne raisonnable, c'est à dire que son imposition couvre le service auquel il a droit).
L'avantage, c'est que les enfants ne souffrent pas de l'incapacité des parents à payer.

Le chèque éducation est le moyen le plus simple de concilier la liberté des écoles et une grande facilité d'accès pour les gamins. C'est un moyen terme raisonnable, il me semble. Si on attend la faillite complète de l'école publique, on risque de ne même plus avoir cette solidarité.

Bon, je retape mon message !

Vous avez sans doute raison, dans le contexte actuel, mais songez à ce que notre discussion aurait eu de surréaliste jusqu'aux années 80, contexte que je ne n'idéalise pas, mais dont je ne peux m'empêcher d'avoir la nostalgie.

La solution, selon moi, passe par le rétablissement d'une école primaire de qualité où l'on (ré)apprendrait à lire, à écrire, à compter, où l'on (re)ferait de la grammaire, de l'orthographe, où l'on (ré) apprendrait du vocabulaire et où l'on (re)transmettrait, de manière générale, des savoirs explicites (politiquement difficile, mais possible) et la fin du collège unique (politiquement et malheureusement impossible si l'on songe à ce que signifie concrètement la fin du collège unique, à savoir le retour aux orientations après la 5ème, le rétablissement des CPPN et des classes technologiques, etc.)

Je voulais aussi vous féliciter pour votre blog.

Merci.

Je suis bien d'accord avec la priorité que vous définissez ici. Tout ce que je dis sur le chèque éducation n'est au fond qu'un calcul d'opportunité politique, c'est à dire que ça me semble être la principale chance de parvenir, au moins partiellement à atteindre ces objectifs pédagogiques, en débloquant l'institution scolaire. Ce qui n'était probablement pas nécessaire il y a trente ans. Mais depuis, on a cassé un outil qui fonctionnait plutôt bien, pour atteindre des objectifs politiques illusoires.

Et moi aussi, je suis nostalgique de l'école des années 80, mais je n'y étais qu'élève. Imaginez ma surprise, le temps que je finisse mes études et le collège ne ressemblait plus à rien! J'ai commencé l'enseignement en 2001.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: SOS Education : un remède pire que le mal ?

Message par egomet le Mar 11 Sep 2012 - 21:46

@Robin a écrit:
@egomet a écrit:J'ai abandonné parce que l'IPR n'était pas du tout d'accord avec ce que je faisais. Pendant l'entretien elle m'a dit: "On n'apprend pas par imitation". Et j'ai dit qu'il n'était pas nécessaire de poursuivre la discussion. Comme j'étais contractuel, elle a donné la consigne de ne pas me reprendre.

Je pourrais passer les concours. Mais outre le fait que certaines épreuves me demanderaient une dose d'hypocrisie dont je ne me sens pas capable, je crois que je serais de toute façon rattrapé par mon dossier au moment de la validation.

Par ailleurs, il faut bien admettre que je n'ai plus aucune illusion sur le système éducatif français. Il a été très bon autrefois, mais aujourd'hui la crise me parait sans issue. Je n'ai pas envie d'affronter la machine administrative pour être réintégré.

Je reprendrai peut-être l'enseignement ailleurs. J'ai eu une expérience excellente en Chine. Je retournerai peut-être en Afrique. Mais je n'enseignerai plus en France.

Pourquoi cette question?

Je pense que dans le contexte actuel (j'ai 62 ans), je ne passerais pas le CAPES comme je l'ai fait en 1990 pour entrer dans l'enseignement public et que j'irai vivre, moi aussi, à l'étranger, me sentant de plus en plus étranger dans mon propre pays, en particulier dans ce qu'est devenue son école.

Pour en revenir à la question de la liberté dans l'enseignement, un paradoxe intéressant. C'est en Chine communiste que j'en ai eu le plus. Non pas d'ailleurs que la loi chinoise soit bien faite ou qu'on m'autorisait à faire ce que je voulais. Au contraire! Mon contrat indiquait explicitement que je devais m'abstenir de toute activité religieuse ou politique incompatible avec le statut d'expert. J'ai même été accueilli par le commissaire politique de l'université. Mais celui-ci parlait mal l'anglais et pas du tout le français. Il n'y avait pratiquement pas de contrôle. Le plus grand risque aurait été de me faire dénoncer par mes élèves. Mais j'avais plutôt une bonne relation avec eux.

Entre les déclarations et les faits, on peut avoir des surprises.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum