Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Anne R.
Niveau 9

Je cherche des textes sur les arbres

par Anne R. le Dim 16 Déc 2012 - 12:03
Pour fêter le cinquantenaire du lycée, nous allons planter des arbres. A cette occasion, différentes manifestations vont être organisées et des élèves vont lire des textes (prose ou poésie) consacrés aux arbres. J'ai commencé à en rassembler quelques-uns (Giono, Jaccottet, Bonnefoy...), et j'en cherche de moins connus.
Auriez-vous des idées?
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par JPhMM le Dim 16 Déc 2012 - 12:10
Jouez la transdisciplinarité, comptez des arbres Razz

Le Problème, Marcel Aymé.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Philomèle
Niveau 9

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Philomèle le Dim 16 Déc 2012 - 12:12
Bonjour,

La Fontaine "L'écolier, le pédant et le maître d'un jardin" (livre IX, 4).
Pourquoi pas "Le vieillards et les trois jeunes hommes" (livre XI, 8).
"Le chêne et le roseau" (I, 22)
yphrog
Sage

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par yphrog le Dim 16 Déc 2012 - 12:14
@JPhMM a écrit:Jouez la transdisciplinarité

Shel Silverstein, The Giving Tree // L'arbre généreux

et je viens de voir ce livre de Margarita Engle bisous , pas sûr qu'il soit traduit encore : The Surrender Tree.




_________________
ok

avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Palombella Rossa le Dim 16 Déc 2012 - 13:46
Je l'ai retrouvé, le Neruda dont je te parlais ce matin !

L’arbre le voici dans la pierre pure,
dans l’évidence et la dure beauté
bâtie pour cent millions d’années.

Agate, cornaline et luminaire
ont remplacé les sèves et le bois
et un jour le tronc du géant
a rejeté l’humide pourriture
et fondu en lui parallèle une statue:
le feuillage vivant
s’est dispersé
et une fois tombée la verticalité,
et brûlée la forêt, la poussière de feu,
cendre céleste, l’a enveloppé
jusqu’au moment où temps et lave lui ont remis
un prix de pierre transparente.



avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Palombella Rossa le Dim 16 Déc 2012 - 13:51
Et le Prévert dont on parlait également tout à l'heure...

En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles
c’est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique
mais la langue verte des arbres est un argot bien plus ancien
Qui peut savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils parlent des humains
les arbres parlent arbre
comme les enfants parlent enfant

Quand un enfant de femme et d’homme
adresse la parole à un arbre
l’arbre répond
l’enfant entend
Plus tard l’enfant
parle arboriculture
avec ses maitres et ses parents

Il n’entend plus la voix des arbres
il n’entend plus leur chanson dans le vent
pourtant parfois une petite fille
pousse un cri de détresse
dans un square de ciment armé
d’herbe morne et de terre souillée

Est-ce oh est-ce
la tristesse d’être abandonnée
qui me fait crier au secours
ou la crainte que vous m’oubliiez
arbre de ma jeunesse
ma jeunesse pour de vrai

Dans l’oasis du souvenir
une source vient de jaillir
est-ce pour me faire pleurer
J’étais si heureuse dans la foule
la foule verte de la forêt
avec la crainte de me perdre
et la crainte de me retrouver

N’oubliez pas votre petite amie
arbres de ma forêt.


En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/4419995/jacques-prevert-arbres/#HSEyH5bYcQr55yCD.99
avatar
Nadejda
Monarque

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Nadejda le Dim 16 Déc 2012 - 13:54
Rire des sous-bois

Forêt que je connais, maison de fous pour arbres
Enfermés dans les bois. La clé chez le gardien.
Ils hurlent, s'arrachant les oiseaux de la tête,
Pendant l'orage, ils boivent le vin des éclairs.

Par leurs verts corridors, verts de l'éveil du cuivre,
Se promènent les jours. Ils viennent un par un
En chemise blanche et par les mêmes corridors
Disparaissent, taches bouillonnantes sur la blancheur.

Chaque arbre est prison en prison. Mais les racines
Courent avec le rire moussu des sous-bois,
Fouillant, cherchant, palpant des ossements, des crânes,
Pour que se vrille en eux la folie de la vie.

Avrom Sutzkever, 1978, trad. Charles Dobzinski
Yolatengo
Habitué du forum

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Yolatengo le Dim 16 Déc 2012 - 14:06
Beaux textes et photos magnifiques :
http://jeanbaptisteevette.free.fr/?cat=12&paged=2
avatar
Anne R.
Niveau 9

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Anne R. le Dim 16 Déc 2012 - 14:55
Merci à tous! Je fais de belles découvertes grâce à vous.
avatar
lamelimelo
Neoprof expérimenté

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par lamelimelo le Dim 16 Déc 2012 - 15:04
ilexiste un recueil "l'arbre en poésie" édité chez gallimard, Folio junior.
en vrac: aux arbres de Victor Hugo
Ô mes arbres de Jacques Chessex
la capitale des bouleaux de jean Giono
le pin des landes de Théophile Gautier
A Grasse de paul Valéry
Forët Flottée de Jean Mogin
elégie aux grands arbres du Morvan de Paul Fort
arbre de Alain Bosquet
etc...
avatar
Mama
Bon génie

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Mama le Dim 16 Déc 2012 - 21:43
Ca peut paraitre gnan-gnan, mais dans Mon bel oranger, l'extrait où Portuga présente son arbre à Zézé est beau, je trouve.
avatar
Violet
Esprit sacré

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Violet le Dim 16 Déc 2012 - 21:49
Wood ´stown d'Alphonse Daudet !
avatar
leyade
Bon génie

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par leyade le Dim 16 Déc 2012 - 22:57
Collégienne, j'ai pleuré en cours de musique avec ces paroles :



Je suis né dans le béton
Coincé entre deux maisons
Sans abri sans domicile
Comme un arbre dans la ville

Comme un arbre dans la ville
J'ai grandi loin des futaies
Où mes frères des forêts
Ont fondé une famille
Comme un arbre dans la ville

Entre béton et bitume
Pour pousser je me débats
Mais mes branches volent bas
Si près des autos qui fument
Entre béton et bitume

Comme un arbre dans la ville
J'ai la fumée des usines
Pour prison, et mes racines
On les recouvre de grilles
Comme un arbre dans la ville

Comme un arbre dans la ville
J'ai des chansons sur mes feuilles
Qui s'envoleront sous l'œil
De vos fenêtres serviles
Comme un arbre dans la ville

Entre béton et bitume
On m'arrachera des rues
Pour bâtir où j'ai vécu
Des parkings d'honneur posthume
Entre béton et bitume

Comme un arbre dans la ville
Ami, fais après ma mort
Barricades de mon corps
Et du feu de mes brindilles
Comme un arbre dans la ville

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.
avatar
dorémy
Esprit éclairé

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par dorémy le Dim 16 Déc 2012 - 23:28
Lemon Tree des Fool's Garden. Smile
Mon beau sapin. Laughing
Auprès de mon arbre Brassens. coeurs
elsalyon
Niveau 8

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par elsalyon le Lun 17 Déc 2012 - 8:10
Octavio paz, le figuier.
avatar
nuages
Doyen

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par nuages le Lun 17 Déc 2012 - 8:26
je sors du cadre de ta demande mais il y a de très beaux plans d'arbres dans les films de Kiarostami (le goût de la cerise, Au travers des oliviers...). L'arbre au cinéma , un beau sujet!
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Palombella Rossa le Lun 17 Déc 2012 - 8:30
avatar
labaroline
Niveau 10

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par labaroline le Lun 17 Déc 2012 - 8:39
Brassens, auprès de mon arbre
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Palombella Rossa le Lun 17 Déc 2012 - 8:43


Brassens, L'Amandier
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Palombella Rossa le Lun 17 Déc 2012 - 8:45
Marie Laforet, L'Amandier (chant folklorique bulgare)

avatar
Invité31
Grand sage

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Invité31 le Lun 17 Déc 2012 - 8:52
Rilke (un peu partout)
Bergounioux: de superbes phrases qui reviennent régulièrement dans son Carnet sur les arbres qu'il va respirer derrière sa maison, entre autres. Il faudrait en collecter plusieurs et cela constituerait une belle anthologie.
De belles descriptions me semble-t-il dans Le côté de Guermantes



Dernière édition par Melody Nelson le Lun 17 Déc 2012 - 20:59, édité 1 fois
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Palombella Rossa le Lun 17 Déc 2012 - 8:57


Proust, la haie d'aubépines, Du côté de chez Swann, « Combray »


" La haie formait comme une suite de chapelles qui disparaissaient sous la jonchée de leurs fleurs amoncelées en reposoir; au-dessous d'elles, le soleil posait à terre un quadrillage de clarté, comme s'il venait de traverser une verrière; leur parfum s'étendait aussi onctueux, aussi délimité en sa forme que si j'eusse été devant l'autel de la Vierge, et les fleurs, aussi parées, tenaient chacune d'un air distrait son étincelant bouquet d'étamines, fines et rayonnantes nervures de style flamboyant comme celles qui à l'église ajouraient la rampe du jubé ou les meneaux du vitrail et qui s'épanouissaient en blanche chair de fleur de fraisier. Combien naïves et paysannes en comparaison sembleraient les églantines qui, dans quelques semaines, monteraient elles aussi en plein soleil le même chemin rustique, en la soie unie de leur corsage rougissant qu'un souffle défait.

Mais j'avais beau rester devant les aubépines à respirer, à porter devant ma pensée qui ne savait ce qu'elle devait en faire, à perdre, à retrouver leur invisible et fixe odeur, à m'unir au rythme qui jetait leurs fleurs, ici et là, avec une allégresse juvénile et à des intervalles inattendus comme certains intervalles musicaux, elles m'offraient indéfiniment le même charme avec une profusion inépuisable, mais sans me le laisser approfondir davantage, comme ces mélodies qu'on rejoue cent fois de suite sans descendre plus avant dans leur secret. Je me détournais d'elles un moment, pour les aborder ensuite avec des forces plus fraîches. Je poursuivais jusque sur le talus qui, derrière la haie, montait en pente raide vers les champs, quelque coquelicot perdu, quelques bluets restés paresseusement en arrière, qui le décoraient çà et là de leurs fleurs comme la bordure d'une tapisserie où apparaît clairsemé le motif agreste qui triomphera sur le panneau; rares encore, espacés comme les maisons isolées qui annoncent déjà l'approche d'un village, ils m'annonçaient l'immense étendue où déferlent les blés, où moutonnent les nuages, et la vue d'un seul coquelicot hissant au bout de son cordage et faisant cingler au vent sa flamme rouge au-dessus de sa bouée graisseuse et noire, me faisait battre le coeur, comme au voyageur qui aperçoit sur une terre basse une première barque échouée que répare un calfat et s'écrie, avant de l'avoir encore vue : « La Mer ! » Puis je revenais devant les aubépines comme devant ces chefs-d'oeuvre dont on croit qu'on saura mieux les voir quand on a cessé un moment de les regarder, mais j'avais beau me faire un écran de mes mains pour n'avoir qu'elles sous les yeux, le sentiment qu'elles éveillaient en moi restait obscur et vague, cherchant en vain à se dégager, à venir adhérer à leurs fleurs. Elles ne m'aidaient pas à l'éclaircir, et je ne pouvais demander à d'autres fleurs de le satisfaire.

Alors me donnant cette joie que nous éprouvons quand nous voyons de notre peintre préféré une oeuvre qui diffère de celles que nous connaissions, ou bien si l'on nous mène devant un tableau dont nous n'avions vu jusque-là qu'une esquisse au crayon, si un morceau entendu seulement au piano nous apparaît ensuite revêtu des couleurs de l'orchestre, mon grand-père m'appelant et me désignant la haie de Tansonville, me dit : « Toi qui aimes les aubépines, regarde un peu cette épine rose; est-elle jolie ! » En effet c'était une épine, mais rose, plus belle encore que les blanches. Elle aussi avait une parure de tête - de ces seules vraies têtes que sont les têtes religieuses, puisqu'un caprice contingent ne les applique pas comme les têtes mondaines à un jour quelconque qui ne leur est pas spécialement destiné, qui n'a rien d'essentiellement férié - mais une parure plus riche encore, car les fleurs attachées sur la branche, les unes au-dessus des autres, de manière à ne laisser aucune place qui ne fût décorée, comme des pompons qui enguirlandent une houlette rococo, étaient « en couleur », par conséquent d'une qualité supérieure selon l'esthétique de Combray, si l'on en jugeait par l'échelle des prix dans le « magasin » de la Place, ou chez Camus où étaient plus chers ceux des biscuits qui étaient roses. Moi-même j'appréciais plus le fromage à la crème rose, celui où l'on m'avait permis d'écraser des fraises. Et justement ces fleurs avaient choisi une de ces teintes de chose mangeable, ou de tendre embellissement à une toilette pour une grande tête, qui, parce qu'elles leur présentent la raison de leur supériorité, sont celles qui semblent belles avec le plus d'évidence aux yeux des enfants, et à cause de cela, gardent toujours pour eux quelque chose de plus vif et de plus naturel que les autres teintes, même lorsqu'ils ont compris qu'elles ne promettaient rien à leur gourmandise et n'avaient pas été choisies par la couturière. Et certes, je l'avais tout de suite senti, comme devant les épines blanches mais avec plus d'émerveillement, que ce n'était pas facticement, par un artifice de fabrication humaine, qu'était traduite l'intention de festivité dans les fleurs, mais que c'était la nature qui spontanément, l'avait exprimée avec la naïveté d'une commerçante de village travaillant pour un reposoir, en surchargeant l'arbuste de ces rosettes d'un ton trop tendre et d'un pompadour provincial. Au haut des branches, comme autant de ces petits rosiers aux pots cachés dans des papiers en dentelles, dont aux grandes têtes on faisait rayonner sur l'autel les minces fusées, pullulaient mille petits boutons d'une teinte plus pâle qui, en s'entrouvrant, laissaient voir, comme au fond d'une coupe de marbre rose, de rouges sanguines et trahissaient plus encore que les fleurs, l'essence particulière, irrésistible, de l'épine, qui, partout où elle bourgeonnait, où elle allait fleurir, ne le pouvait qu'en rose. Intercalé dans la haie, mais aussi différent d'elle qu'une jeune fille en robe de tête au milieu de personnes en négligé qui resteront à la maison, tout prêt pour le mois de Marie, dont il semblait faire partie déjà, tel brillait en souriant dans sa fraîche toilette rose, l'arbuste catholique et délicieux.

La haie laissait voir à l'intérieur du parc une allée bordée de jasmins, de pensées et de verveines entre lesquelles des giroflées ouvraient leur bourse fraîche, du rose odorant et passé d'un cuir ancien de Cordoue, tandis que sur le gravier un long tuyau d'arrosage peint en vert, déroulant ses circuits, dressait, aux points où il était percé, au-dessus des fleurs dont il imbibait les parfums, l'éventail vertical et prismatique de ses gouttelettes multicolores."
avatar
retraitée
Vénérable

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par retraitée le Lun 17 Déc 2012 - 9:55
Paul Valéry
Charmes
Au platane


Au Platane.

A André Fontainas.


Tu penches, grand Platane, et te proposes nu,
Blanc comme un jeune Scythe,
Mais ta candeur est prise, et ton pied retenu
Par la force du site.

Ombre retentissante en qui le même azur
Qui t’emporte, s’apaise,
La noire mère astreint ce pied natal et pur
À qui la fange pèse.

De ton front voyageur les vents ne veulent pas;
La terre tendre et sombre,
Ô Platane, jamais ne laissera d’un pas
S’émerveiller ton ombre!

Ce front n’aura d´accès qu´aux degrés lumineux
Où la sève l’exalte;
Tu peux grandir, candeur, mais non rompre les noeuds
De l’éternelle halte!

Pressens autour de toi d´autres vivants liés
Par l’hydre vénérable;
Tes pareils sont nombreux, des pins aux peupliers,
De l’yeuse à l’érable,

Qui, par les morts saisis, les pieds échévelés
Dans la confuse cendre,
Sentent les fuir les fleurs, et leurs spermes ailés,
Le cours léger descendre.

Le tremble pur, le charme, et ce hêtre formé,
De quatre jeunes femmes,
Ne cessent point de battre un ciel toujours fermé,
Vêtus en vain de rames.

Ils vivent séparés, ils pleurent confondus
Dans une seule absence,
Et leurs membres d´argent sont vainement fendus
À leur douce naissance.

Quand l’âme lentement qu’ils expirent le soir
Vers l’Aphrodite monte,
La vierge doit dans l’ombre, en silence, s’asseoir,
Toute chaude de honte.

Elle se sent surprendre, et pâle, appartenir
À ce tendre présage
Qu’une présente chair tourne vers l’avenir
Par un jeune visage. . .

Mais toi, de bras plus purs que les bras animaux,
Toi qui dans l’or les plonges,
Toi qui formes au jour le fantôme des maux
Que le sommeil fait songes,

Haute profusion de feuilles, trouble fier
Quand l’âpre tramontane
Sonne, au comble de l’or, l’azur du jeune hiver
Sur tes harpes, Platane,

Ose gémir!. . . Il faut, ô souple chair du bois,
Te tordre, te détordre,
Te plaindre sans rompre, et rendre aux vents la voix
Qu’ils cherchent en désordre!

Flagelle-toi!. . . Parais l’impatient martyr
Qui soi-même s’écorche,
Et dispute à la flamme impuissante à partir
Ses retours vers la torche!

Afin que l’hymne monte aux oiseaux qui naîtront,
Et que le pur de l’âme
Fasse frémir d’espoir les feuillages d’un tronc
Qui rêve de la flamme,

Je t’ai choisi, puissant personnage d’un parc,
Ivre de ton tangage,
Puisque le ciel t’exerce, et te presse, ô grand arc,
De lui rendre un langage!

Ô qu’amoureusement des Dryades rival,
Le seul poète puisse
Flatter ton corps poli comme il fait du Cheval
L’ambitieuse cuisse!. . .

-Non, dit l’arbre. Il dit: Non! par l’étincellement
De sa tête superbe,
Que la tempête traite universellement
Comme elle fait une herbe!






avatar
Mama
Bon génie

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Mama le Lun 17 Déc 2012 - 10:28
J'adore ce topic bisous
avatar
Anne R.
Niveau 9

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Anne R. le Mer 19 Déc 2012 - 17:39
J'avais oublié certains de ces textes, vous m'en avez fait découvrir d'autres.
Un grand merci à tous!
Contenu sponsorisé

Re: Je cherche des textes sur les arbres

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum