Eloge de la dictée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eloge de la dictée

Message par John le Lun 17 Juin 2013 - 21:53

Extrait :

Exercice complet, la dictée permet de travailler à la fois la qualité de son écriture manuscrite (calligraphie, formation des lettres), sa syntaxe, et bien sûr, son orthographe. Mais pas seulement, elle habitue l'oreille à entendre le langage dans sa forme pure, parfois dans sa forme la plus soutenue lorsqu'ils s'agit de dictées d'un niveau avancé (nous avons tous en tête les dictées de Pivot), mais ouvre également à la découverte ou la redécouverte d'auteurs, de textes, classiques ou éminents, qui contribuent à notre édification personnelle.

La dictée s'affranchit en outre du caractère culturel ou spécifique à l'âge depuis qu'elle se pratique par tous les adultes étrangers désireux d'étudier la langue française, et est inter-générationnelle depuis qu'elle se réalise comme un challenge. Et nous en revenons donc à la fameuse dictée de Bernard Pivot, qui a eu l'heur de la sortir des rangs de l'école pour la porter sur le petit écran comme un concours que l'on fait en famille, un exercice auquel l'on se plie par goût de la langue, et non pour son caractère obligatoire ou les bons points que l'on pourra en tirer, popularisant ainsi un exercice qui, lorsqu'il était pratiqué par amour de la langue, était exclusif aux salons littéraires du XIXe siècle.

L'article entier : http://www.monadministratif.com/p%C3%A9dagogie-de-la-dict%C3%A9e

La dictée s'affranchit en outre du caractère culturel ou spécifique à l'âge depuis qu'elle se pratique par tous les adultes étrangers désireux d'étudier la langue française, et est inter-générationnelle depuis qu'elle se réalise comme un challenge. Et nous en revenons donc à la fameuse dictée de Bernard Pivot, qui a eu l'heur de la sortir des rangs de l'école pour la porter sur le petit écran comme un concours que l'on fait en famille, un exercice auquel l'on se plie par goût de la langue, et non pour son caractère obligatoire ou les bons points que l'on pourra en tirer, popularisant ainsi un exercice qui, lorsqu'il était pratiqué par amour de la langue, était exclusif aux salons littéraires du XIXe siècle. - See more at: http://www.monadministratif.com/p%C3%A9dagogie-de-la-dict%C3%A9e#sthash.g4UzHhUy.dpuf
La dictée s'affranchit en outre du caractère culturel ou spécifique à l'âge depuis qu'elle se pratique par tous les adultes étrangers désireux d'étudier la langue française, et est inter-générationnelle depuis qu'elle se réalise comme un challenge. Et nous en revenons donc à la fameuse dictée de Bernard Pivot, qui a eu l'heur de la sortir des rangs de l'école pour la porter sur le petit écran comme un concours que l'on fait en famille, un exercice auquel l'on se plie par goût de la langue, et non pour son caractère obligatoire ou les bons points que l'on pourra en tirer, popularisant ainsi un exercice qui, lorsqu'il était pratiqué par amour de la langue, était exclusif aux salons littéraires du XIXe siècle. - See more at: http://www.monadministratif.com/p%C3%A9dagogie-de-la-dict%C3%A9e#sthash.g4UzHhUy.dpuf
Exercice complet, la dictée permet de travailler à la fois la qualité de son écriture manuscrite (calligraphie, formation des lettres), sa syntaxe, et bien sûr, son orthographe. Mais pas seulement, elle habitue l'oreille à entendre le langage dans sa forme pure, parfois dans sa forme la plus soutenue lorsqu'ils s'agit de dictées d'un niveau avancé (nous avons tous en tête les dictées de Pivot), mais ouvre également à la découverte ou la redécouverte d'auteurs, de textes, classiques ou éminents, qui contribuent à notre édification personnelle.
La dictée s'affranchit en outre du caractère culturel ou spécifique à l'âge depuis qu'elle se pratique par tous les adultes étrangers désireux d'étudier la langue française, et est inter-générationnelle depuis qu'elle se réalise comme un challenge. Et nous en revenons donc à la fameuse dictée de Bernard Pivot, qui a eu l'heur de la sortir des rangs de l'école pour la porter sur le petit écran comme un concours que l'on fait en famille, un exercice auquel l'on se plie par goût de la langue, et non pour son caractère obligatoire ou les bons points que l'on pourra en tirer, popularisant ainsi un exercice qui, lorsqu'il était pratiqué par amour de la langue, était exclusif aux salons littéraires du XIXe siècle.
- See more at: http://www.monadministratif.com/p%C3%A9dagogie-de-la-dict%C3%A9e#sthash.g4UzHhUy.dpuf
Exercice complet, la dictée permet de travailler à la fois la qualité de son écriture manuscrite (calligraphie, formation des lettres), sa syntaxe, et bien sûr, son orthographe. Mais pas seulement, elle habitue l'oreille à entendre le langage dans sa forme pure, parfois dans sa forme la plus soutenue lorsqu'ils s'agit de dictées d'un niveau avancé (nous avons tous en tête les dictées de Pivot), mais ouvre également à la découverte ou la redécouverte d'auteurs, de textes, classiques ou éminents, qui contribuent à notre édification personnelle.
La dictée s'affranchit en outre du caractère culturel ou spécifique à l'âge depuis qu'elle se pratique par tous les adultes étrangers désireux d'étudier la langue française, et est inter-générationnelle depuis qu'elle se réalise comme un challenge. Et nous en revenons donc à la fameuse dictée de Bernard Pivot, qui a eu l'heur de la sortir des rangs de l'école pour la porter sur le petit écran comme un concours que l'on fait en famille, un exercice auquel l'on se plie par goût de la langue, et non pour son caractère obligatoire ou les bons points que l'on pourra en tirer, popularisant ainsi un exercice qui, lorsqu'il était pratiqué par amour de la langue, était exclusif aux salons littéraires du XIXe siècle.
- See more at: http://www.monadministratif.com/p%C3%A9dagogie-de-la-dict%C3%A9e#sthash.g4UzHhUy.dpuf
Exercice complet, la dictée permet de travailler à la fois la qualité de son écriture manuscrite (calligraphie, formation des lettres), sa syntaxe, et bien sûr, son orthographe. Mais pas seulement, elle habitue l'oreille à entendre le langage dans sa forme pure, parfois dans sa forme la plus soutenue lorsqu'ils s'agit de dictées d'un niveau avancé (nous avons tous en tête les dictées de Pivot), mais ouvre également à la découverte ou la redécouverte d'auteurs, de textes, classiques ou éminents, qui contribuent à notre édification personnelle.
La dictée s'affranchit en outre du caractère culturel ou spécifique à l'âge depuis qu'elle se pratique par tous les adultes étrangers désireux d'étudier la langue française, et est inter-générationnelle depuis qu'elle se réalise comme un challenge. Et nous en revenons donc à la fameuse dictée de Bernard Pivot, qui a eu l'heur de la sortir des rangs de l'école pour la porter sur le petit écran comme un concours que l'on fait en famille, un exercice auquel l'on se plie par goût de la langue, et non pour son caractère obligatoire ou les bons points que l'on pourra en tirer, popularisant ainsi un exercice qui, lorsqu'il était pratiqué par amour de la langue, était exclusif aux salons littéraires du XIXe siècle.
- See more at: http://www.monadministratif.com/p%C3%A9dagogie-de-la-dict%C3%A9e#sthash.g4UzHhUy.dpuf

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par Serge le Lun 17 Juin 2013 - 21:54

On avait compris la première fois Razz

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par Lefteris le Lun 17 Juin 2013 - 21:55

N’insiste pas tant, nous n'en doutions point . Smile

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par Caspar Goodwood le Lun 17 Juin 2013 - 21:56

Quand je faisais des dictées au collège, cela me donnait souvent envie de lire le roman dont le texte de la dictée était extrait. Je me souviens en particulier d'avoir lu Le Mystère Frontenac de Mauriac, parce que j'avais été fasciné par le titre (j'ai depuis tout oublié du roman Embarassed)

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par harry james le Lun 17 Juin 2013 - 21:57

Bah voilà, je culpabilise encore plus de ne pas en faire autant que je voudrais...No

_________________
Merdre lachez tout! Partez sur les routes!


Out of sorrow entire worlds have been built
Out of longing great wonders have been willed
[...]
Outside my window, the world has gone to war
Are you the one that I've been waiting for?

harry james
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par philann le Mar 18 Juin 2013 - 8:30

Tu as raison de le marteler John!!!topela

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par Dinaaa le Mar 18 Juin 2013 - 8:35

Eh bien cet article (un peu insistant Razz) me donne une excellente idée : l'année prochaine, je vais réserver 2 points /10 à la graphie de la dictée, quitte à refaire 1 à 2 cours sur ce sujet à mes élèves les plus défaillants. Ma gamine de 5 ans forme mieux ses lettres que certains de mes élèves.

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par philann le Mar 18 Juin 2013 - 8:38

@Dinaaa a écrit:Eh bien cet article (un peu insistant Razz) me donne une excellente idée : l'année prochaine, je vais réserver 2 points /10 à la graphie de la dictée, quitte à refaire 1 à 2 cours sur ce sujet à mes élèves les plus défaillants. Ma gamine de 5 ans forme mieux ses lettres que certains de mes élèves.

et à mon avis beaucoup d'élèves de primaire écrivent mieux que les collégiens ( que les miens en tout cas!)

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par adelaideaugusta le Mar 18 Juin 2013 - 8:42

Éloge de la dictée
Par Claude Duneton, Le Figaro, 18-11-2010
La revue trimestrielle Défense de la langue française publiait dans son dernier numéro un « éloge de la dictée ». Tout ce que dit cet article chaleureux est entièrement juste, cependant il est un argument en faveur de cet exercice tant décrié, teinté de nostalgie, qui n’apparaît jamais : je veux parler du rôle incantatoire de la dictée classique. Je dis bien incantation, car le cérémonial de la dictée en français tenait aussi du chant… D’abord, la lecture scandée du maître prenait un air solennel, avec cette articulation forte et ¬précise, souvent caricaturée - les moutonsses de Pagnol - mais qui était de nature à provoquer la plus vive concentration dans une classe. Le morceau était « choisi » pour la sonorité et le beau balancement de ses phrases ; il s’agissait toujours d’un extrait littéraire dû à un grand prosateur. La voix du maître découpait ensuite le chant en phrases, puis en membres de phrases plusieurs fois répétés, insistants, martelés - et c’est cette répétition presque psalmodique qui impressionnait durablement les jeunes cerveaux. Il n’en va pas ainsi pour toutes les langues : en anglais, on dicte seulement mot après mot, sans lire préalablement la phrase. Bien sûr ! il n’existe aucun accord, inutile de relier les mots entre eux puisque chacun porte sa désinence oralement ; seule compte la graphie, assez anarchique d’ailleurs… En français, la difficulté - et le charme ! - vient des subtilités d’accords sibyllins non prononcés. « L’école qu’elle a fréquentée », ce n’est pas « The school she went to », proposition qui se détaille ainsi laconique¬ment : Zi, skoul, chi, ouènt, tou », sans aucune incantation possible !
À la fin d’une dictée bien conduite - disons bien psalmodiée -, le gamin normal connaissait le texte par cœur. Il en goûtait sans le savoir, intuitivement, le rythme et la beauté. Et c’est cet exercice quasi quotidien qui aidait puissamment à l’assimilation de la langue, par un « effet secondaire » non prévu et non analysé par les vieux pédagogues. Le chant clouait la langue dans l’inconscient des bambins, sans doute bien plus que l’orthographe elle-même. Je demeure persuadé que dans la période de francisation intensive par l’école, entre 1890 et 1940 en chiffres ronds, sans la dictée la langue française n’aurait pas pénétré aussi vite et aussi profondément dans les couches populaires dialectophones de notre pays.
La tare de l’éducation nouvelle est de ne tenir aucun compte de l’intuition, de l’impondérable, et de vouloir tout faire passer par le moule de l’intelligence abstraite et du raisonnement. Pour les langues, ça ne marche pas. La preuve !

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par Caspar Goodwood le Mar 18 Juin 2013 - 17:22

Aucune incantation possible en anglais? Euh...I beg to differ. Shocked

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par LadyC le Jeu 20 Juin 2013 - 19:52

I plussoie the differ-ment professeur
Franchement, l'anglais est très rythmique - certes, c'est la parole d'une simple amatrice -, cette idée de dictée mot à mot me laisse perplexe ; si cela se pratique, c'est un tort fait à la langue anglaise.

Par contre, l'idée de la psalmodie de la dictée est bonne, je la retiens.

Et merci Dinaaa pour l'idée (ce sera la seconde que je te "pique", la première - encadrement des verbes à relier au sujet, etc., au crayon à papier - a été un succès fleurs) de noter la graphie.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Un ami, des amis ; un souci, des soucis.
Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._
 Smile

LadyC
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eloge de la dictée

Message par Caspar Goodwood le Jeu 20 Juin 2013 - 20:41

De toute façon, je n'ai pas l'impression que la dictée soit un exercice très répandu dans les pays d'anglophone (sans doute en raison de la pauvreté morphologique de la langue anglaise) mais on y pratique le spelling bee: il faut savoir épeler des mots souvent rares, ça s'apparente plus au championnat de Scrabble qu'à autre chose.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum