PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par philann le Sam 11 Jan 2014 - 12:20

Je rejoins la critique sur les énormités dites sur le privé et aussi sur le fait qu'il y ait des situations beaucoup plus pénibles, voire dramatiques....

Mais c'est une partie du problème de notre profession, sous prétexte qu'il y a des situations bien pires il faudrait trouver normal d'avoir ce que l'on a et ce serait indécent de demander plus!

Bah non! Personnellement je suis en début de carrière et touche pas grand chose, mais je comprends très bien qu'en fin de carrière on soit embêté de ne plus avoir de marge de progression. Je n'ai pas particulièrement une âme de dame patronnesse et quand je fais du bénévolat c'est que j'ai décidé d'en faire.

Par ailleurs, et c'est aussi l'un de nos problèmes, on réagit comme si donner plus à Pierre allait retirer quoique ce soit à Paul. Mais à ma connaissance le jeune prof n'est pas mieux payé quand le vieux prof n'est pas plus augmenté.

Bref, nous ne sommes pas obligés de jouer le jeu des avantages des uns contre les avantages des autres!

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Cath le Sam 11 Jan 2014 - 12:24

Exactement. Pourquoi faudrait-il se réjouir d'avoir encore 15 ans à travailler sans aucune augmentation ?

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Le grincheux le Sam 11 Jan 2014 - 12:25

@Oonnay a écrit:
@Le grincheux a écrit:Et cela n'enlève pas les énormités qui ont été racontées par l'OP sur différents avantages (en nature) du privé. Bizarrement, depuis que Le Clochard et moi lui avons mis le nez dans le problème, il n'y est pas revenu.

Ce que vit ma femme ne sont pas des énormités mais la réalité. A priori j'ai la Chance avec moi, ainsi que tous ceux qui m'entourent.

Je ne cherche en aucun cas à vous convaincre puisque vous avez la connaissance absolue.


Sans commentaire. Les 1000%, c'est bien entendu la réalité. Comme le fait que tu n'aies pas droit aux restaurants d'entreprise. Je me désabonne de ce fil tant ton discours est énorme.

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr/
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/

Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Leclochard le Sam 11 Jan 2014 - 13:17

@Cath a écrit:Exactement. Pourquoi faudrait-il se réjouir d'avoir encore 15 ans à travailler sans aucune augmentation ?
C'est vrai : S'il avait progressé plus lentement, il aurait eu une autre perspective et n'aurait pas eu à venir se plaindre de sa situation.   Rolling Eyes 
Il se trouve qu'à un moment donné un fonctionnaire n'est plus augmenté par passage d'échelon car il est arrivé au maximum de sa grille. C'est ainsi. Je crois que ce monsieur s'est trompé de profession sans le savoir. La preuve, c'est qu'il se compare avec le privé où d'autres perspectives sont possibles, du moins si on prend le cas non-représentatif de sa femme...
Ce qui est surréaliste dans cette discussion, c'est qu'on en vient à compatir à la peine de quelqu'un qui a fait une belle carrière et gagne bien sa vie.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par celitian le Sam 11 Jan 2014 - 13:26

@Leclochard a écrit: La preuve, c'est qu'il se compare avec le privé où d'autres perspectives sont possibles, du moins si on prend le cas non-représentatif de sa femme...
Ce qui est surréaliste dans cette discussion, c'est qu'on en vient à compatir à la peine de quelqu'un qui a fait une belle carrière et gagne bien sa vie.

Ce qui est également surréaliste, c'est cette vision systématiquement misérabiliste du secteur privé, je dois, comme Onnay, avoir une famille très chanceuse et, je ne parle pas de mon mari car c'est le seul à être dans la panade, et j'ai une très grande famille en prenant de nos deux côtés et avec des professions libérales,des dirigeants, des cadres, des employés, des ouvriers...






celitian
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par lisette83 le Sam 11 Jan 2014 - 13:31

+1

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Leclochard le Sam 11 Jan 2014 - 13:51

ecogest a écrit:
@Leclochard a écrit: La preuve, c'est qu'il se compare avec le privé où d'autres perspectives sont possibles, du moins si on prend le cas non-représentatif de sa femme...
Ce qui est surréaliste dans cette discussion, c'est qu'on en vient à compatir à la peine de quelqu'un qui a fait une belle carrière et gagne bien sa vie.

Ce qui est également surréaliste, c'est cette vision systématiquement misérabiliste du secteur privé, je dois, comme Onnay, avoir une famille très chanceuse et, je ne parle pas de mon mari car c'est le seul à être dans la panade, et j'ai une très grande famille en prenant de nos deux côtés et avec des professions libérales,des dirigeants, des cadres, des employés, des ouvriers...


Mon propos n'a jamais porté sur ce point. Car prendre un cas pour généraliser, c'est... Ridicule. Je ne ferai qu'une remarque: la carrière de sa femme n'est pas finie (contrairement à la sienne, ce qu'il regrette). Je ne lui souhaite pas évidemment mais si elle était licenciée pour une raison ou une autre, garderait-il le même discours plaintif et comparatif ?
Quand on veut comparer, il faut le faire avec tous les paramètres et celui du chômage est bien souvent négligé. En tant que fonctionnaire, on a tendance à l'oublier sur ce forum.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Cath le Sam 11 Jan 2014 - 13:53

Mais il ne s’agit as de comparer, juste de constater qu'il est regrettable de savoir qu'on doit encore travailler 15 ans sans la moindre perspective d'augmentation.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par celitian le Sam 11 Jan 2014 - 14:03

@Leclochard a écrit:Mon propos n'a jamais porté sur ce point. Car prendre un cas pour généraliser, c'est... Ridicule. Je ne ferai qu'une remarque: la carrière de sa femme n'est pas finie (contrairement à la sienne, ce qu'il regrette). Je ne lui souhaite pas évidemment mais si elle était licenciée pour une raison ou une autre, garderait-il le même discours plaintif et comparatif ?Quand on veut comparer, il faut le faire avec tous les paramètres et celui du chômage est bien souvent négligé. En tant que fonctionnaire, on a tendance à l'oublier sur ce forum.

Mais tous les salariés du privé ne finissent pas au chômage et ce n'est pas parce que ce risque existe, je suis bien placée pour le savoir avec mon mari, qu'il supprime les avantages qui peuvent exister dans le privé.

Et, c'est avec ce type de raisonnement que l'on nous fait accepter tout et n'importe quoi :" tu comprends, tu as la sécurité de l'emploi donc te plains pas".

Ce qui est bizarre, c'est qu'il n'y a toujours pas plus de candidats pour être profs.


celitian
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par lisette83 le Sam 11 Jan 2014 - 14:05

Tout à fait d'accord également !

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Leclochard le Sam 11 Jan 2014 - 14:27

@Cath a écrit:Mais il ne s’agit pas de comparer, juste de constater...

Si le tableau de notre ami avec ses oui/non n'était pas une façon de comparer, il faut vite m'expliquer ce que tu appelles un comparaison.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par A Tuin le Sam 11 Jan 2014 - 14:29

@philann a écrit:Je rejoins la critique sur les énormités dites sur le privé et aussi sur le fait qu'il y ait des situations beaucoup plus pénibles, voire dramatiques....

Mais c'est une partie du problème de notre profession, sous prétexte qu'il y a des situations bien pires il faudrait trouver normal d'avoir ce que l'on a et ce serait indécent de demander plus!

Non, non, je suis désolée, je trouve que le salaire maximal qui est perçu en fin de carrière est honorable. Ma foi, je dis tant mieux a la personne qui peut toucher ce salaire plus vite avec le grand choix que celle qui passe à l'ancienneté ou qui a eu son concours sur le tard, mais il n'y a rien d'autre à dire. Dire que le salaire de fin de carrière est vilain et insuffisant, je ne trouve pas cela correct.
Si la personne "veut" plus, elle a la possibilité des primes, ou être formateur à l'IUFM ou autre si elle a la compétence idoine et les capacités d'en faire bénéficier quelqu'un d'une façon positive. Si cela se trouve c'est juste sur ce point que la personne dit "n'être pas assez bien vue" de son administration. Devenir formateur c'est souvent par cooptation, il faut être en effet considéré par l'inspection, ou d'autres collègues déjà formateurs qui vont vous suggérer pour le poste, ou alors on va se manifester par une lettre de candidature mais pour être choisi c'est souvent aussi que celui qui choisit vous connaît, etc. C'est le fonctionnement qui prévaut dans certaines académies, peut-être que c'est le cas dans celle où il œuvre.


Dernière édition par A Tuin le Sam 11 Jan 2014 - 14:34, édité 1 fois

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Osmie le Sam 11 Jan 2014 - 14:31

@chartoine a écrit:
@Oonnay a écrit:Elle, comme moi, ne croit pas à la chance. Le sérieux et le travail fait plus que la chance. On en reparle dans dix ans....



Heu elle a qd mm de la chance...bcp sont sérieux et bossent et n'ont pas ce genre de carrière malgré tous leurs efforts....

Pfff, mais bien sûr...  cafe C'est exactement le cas dans l'EN aussi...les plus sérieux et travailleurs s'en sortent bien mieux que les autres : mieux notés, etc. Rolling Eyes

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par A Tuin le Sam 11 Jan 2014 - 14:33

@Leclochard a écrit:c'est qu'on en vient à compatir à la peine de quelqu'un qui a fait une belle carrière et gagne bien sa vie.

Mais non, je ne compatis pas ! On en arrive parfois à une bien-pensance qui est hallucinante là.
Tant mieux, pour la carrière et la paye, personne ne le lui plaint. C'est à se demander par contre si ce n'est pas un fil de troll parce que là il y a des raisonnements qui me dépassent !
Sur ce, bonne journée et bon week-end.

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Osmie le Sam 11 Jan 2014 - 14:36

@Oonnay a écrit:
@Pseudo a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:

Pourtant, tu es au dernier échelon de la hors classe à 52 ans.

Oui, tout de même !

J'ai commencé à 19 ans avec mon bac+2, rien d'exceptionnel.

Ce qui me gène le plus c'est que nous sommes souvent enviés par ceux qui n'y connaissent rien à notre profession, à part les vacances  Evil or Very Mad 

Je compare toujours avec l'emploi de ma femme :




Aujourd'hui, tu commencerais à 23/24 ans au mieux, avec un bac+5, à la condition d'arriver à te payer les 5 ans pour le master, de le décrocher et de ne pas avoir besoin d'un job alimentaire à côté.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par John le Sam 11 Jan 2014 - 14:39

ecogest a écrit:Ce qui est également surréaliste, c'est cette vision systématiquement misérabiliste du secteur privé
Oui, les gens que je connais et qui gagnent très bien leur vie dans le privé n'ont volé ni leur salaire, ni leurs conditions de travail, mais ils rigolent quand je leur parle des conditions d'accès au métier de prof, du salaire et des conditions de travail. A l'inverse, leur désavantage par rapport à nous, c'est qu'ils ont moins de vacances, et qu'ils sont amenés à changer de boîte assez souvent s'ils veulent évoluer.
Mais ceux qui encensent le privé comme si c'était la voie de salut obligatoire, ou ceux qui y voient le purgatoire, ont à mon avis aussi tort les uns que les autres.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Osmie le Sam 11 Jan 2014 - 14:40

@Leclochard a écrit:
@Oonnay a écrit:
@Leclochard a écrit:

Vous êtes pathétiques.

Je n'ai jamais dit que j'avais progressé tout au GC, car ce n'est pas vrai.

J'ai commencé à 19 ans il m'a fallu 24 années pour arriver au 11ème échelon et je suis passé au 5eme HC au bout de deux ans puis le déroulement normal jusqu'au 7 HC.

En tout cas vos pseudo vous vont bien.

Salutations définitives.

Une carrière entièrement au grand choix se fait en 23 ans. Bon, tu as été retardé d'un an. C'est terrible. Peut-être que tu as déplu au chef une fois en critiquant le goût du café sorti de la machine.
15 % seulement des collègues rejoignent la hors-classe. Qui espères-tu émouvoir ?
A moins qu'il ne s'agisse d'une forme d'humour particulière ?  idee

C'est en 20 ans.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par A Tuin le Sam 11 Jan 2014 - 14:44

Lol, aussi il faudra expliquer comment il passe de son salaire brut au salaire net, sur le tableau pourrave qui a été fourni ci-dessus.
Je n'irai pas pleurer un type qui gagne plus de 3000 euros par mois et qui se plaint de sa condition. Rien ne correspond comme il faut, n'est détaillé, tout est orienté de façon à servir le message initial ! Et les primes, ce sont des primes, ça se comptabilise à part. Je ne me rendais pas compte avant d'en avoir mais rien que deux heures supp et prof prinicipal ça fait un différentiel de près de 400 euros de plus sur une paie, ça se comptabilise, à ce titre.
A ce moment là il faut comptabiliser les primes de profs aussi, chaque fois qu'il est prof principal, chaque fois qu'il a des heures supp, chaque fois qu'il a des indemnités, la ou les fois où il a eu droit à l'indemnité de changement de résidence, s'il a l'indemnité pour le nombre de gamins, les jours payés pour enfant malade qui n'existent pas forcément dans le privé, les jours de carence inexistants le premier jour d'arrêt maladie, etc. et j'en passe.

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par A Tuin le Sam 11 Jan 2014 - 14:52

@Marie Laetitia a écrit:

2100 euros de retraite, et 1900 euros. Fort bien. Vous serez bien heureux. Avec un peu de chance, vous trouverez le temps d'aider dans des associations caritatives ceux qui n'auront pas eu votre chance.


Ben non ils iront faire des voyages aux states, acheter une bicoque en Thaïlande pour passer les vieux jours et faire tourner le commerce en achetant de grosses voitures neuves. Et après ils viendront passer aux infos locales de France 3 pour se déplorer que leur pouvoir d'achat a bien baissé ces dernières années. Very Happy 

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Leclochard le Sam 11 Jan 2014 - 14:56

ecogest a écrit:
@Leclochard a écrit:Mon propos n'a jamais porté sur ce point. Car prendre un cas pour généraliser, c'est... Ridicule. Je ne ferai qu'une remarque: la carrière de sa femme n'est pas finie (contrairement à la sienne, ce qu'il regrette). Je ne lui souhaite pas évidemment mais si elle était licenciée pour une raison ou une autre, garderait-il le même discours plaintif et comparatif ?Quand on veut comparer, il faut le faire avec tous les paramètres et celui du chômage est bien souvent négligé. En tant que fonctionnaire, on a tendance à l'oublier sur ce forum.

Mais tous les salariés du privé ne finissent pas au chômage et ce n'est pas parce que ce risque existe, je suis bien placée pour le savoir avec mon mari, qu'il supprime les avantages qui peuvent exister dans le privé.

Et, c'est avec ce type de raisonnement que l'on nous fait accepter tout et n'importe quoi :" tu comprends, tu as la sécurité de l'emploi donc te plains pas".

Ce qui est bizarre, c'est qu'il n'y a toujours pas plus de candidats pour être profs.


Tu dérives. Tu tombes dans le hors-sujet. Il ne s'agit de faire accepter n'importe quoi.
La question est : est-il normal qu'on ne soit plus augmenté quand on a atteint le denier échelon de sa grille quand on est fonctionnaire ?
Pour Oonay, la réponse est non car il lui reste plusieurs d'années d'attente avant la retraite, que sa femme qui est dans le privé continue de progresser et qu'elle bénéficie de divers avantages. Certains approuvent cette façon de voir.
Pour moi et d'autres, c'est oui. En tant que fonctionnaire, on sait que notre carrière est bornée. On la parcourt plus ou moins vite. Si on veut plus, il faut changer de métier.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par philann le Sam 11 Jan 2014 - 15:01

@John a écrit:
Mais ceux qui encensent le privé comme si c'était la voie de salut obligatoire, ou ceux qui y voient le purgatoire, ont à mon avis aussi tort les uns que les autres.

+ 1000 !
Ce d'autant que les conditions de travail dans le privé, cela ne veut rien dire: les conditions sont très différentes si l'on est ouvrier, employé ou cadre sup', si l'on est dans une très petite PME ou dans une très grande entreprise (avec le CE qui va avec!!), si l'on vit dans une région sinistrée ou qui au contraire décolle...

Pour moi comparer le public et le privé n'a pas beaucoup de sens. Et je n'ai jamais plaint l'auteur de ce poste personnellement. En revanche, je continue à dire qu'il n'y a rien d'indécent à vouloir avoir de meilleures perspectives professionnelles et/ou un meilleur salaire et de ce point de vue (même en comparaison d'autres fonctions publiques) le boulot de prof n'a rien d'exceptionnel.


Dernière édition par philann le Sam 11 Jan 2014 - 16:17, édité 1 fois

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Lefteris le Sam 11 Jan 2014 - 15:02

Il  ne faut pas idéaliser le privé, notamment parce qu'il faut savoir courber l'échine, et ça, ça ne se compte pas en argent. Il faut néanmoins reconnaître que par rapport au niveau de recrutement , on peut avoir  des salaires très élevés ,  et sans passer de concours. Mais les circonstances sont si variées, qu'il est difficile d'en tirer des règles générales.

Pur répondre en partie à Ecogest , qui cosntate qu'on ne réussit plus à recruter, il y a des faits tangibles : un diplômé qui veut une certaine qualité de vie peut tout aussi bien passer un concours dans la fonction publique d'Etat, avec des exigences moindres en nombre d'années d'études (ça devient de la folie, 5 ans pur le capes  6 ans minimum  pour l'agreg  pour gagner moins qu'un attaché ou équivalent, même dans le second cas ...)  et gagner beaucoup plus tout en ayant pratiquement autant de vacances, sans copies. Je sais de quoi je parle, j'y étais...

Tiens  au fait , voilà un des inconvénients de la Fonction Publique par rapport au privé  :  on perd son ancien métier . Je serais bien retourné d'où je venais, une fois certains problèmes aplanis, mais quand on titularisé, on  est rayé des cadres , c'est fini , sans retour...Du blabla, le discours sur la "mobilité" dans la FP , ça fait mode , discours ambiant, mais une fois de plus, du vent...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par John le Sam 11 Jan 2014 - 15:24

D'ailleurs, pour répondre à Oonay : il peut gagner plus en devenant IEN ou CdE, ou en faisant des heures dans des centres pour adultes, dans des unités publiques ou privées d'enseignement professionnel ou technique près de chez lui, etc.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par Gryphe le Sam 11 Jan 2014 - 15:42

@John a écrit:D'ailleurs, pour répondre à Oonay : il peut gagner plus en devenant IEN ou CdE, ou en faisant des heures dans des centres pour adultes
Sans changer de job, ce qui peut être intéressant, c'est de donner des cours en plus en GRETA.
Le souci d'IEN ou CDE, c'est que ça consiste quand même à ne plus enseigner : ce n'est pas une promotion (même si...), c'est un changement de métier, or Oonay expliquait au début, je crois, qu'il voulait continuer à enseigner et même à enseigner en lycée pro.

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par celitian le Sam 11 Jan 2014 - 15:46

@John a écrit:Mais ceux qui encensent le privé comme si c'était la voie de salut obligatoire, ou ceux qui y voient le purgatoire, ont à mon avis aussi tort les uns que les autres.

Ah mais moi je suis tout à fait d'accord avec toi et, ce qui m'énerve c'est le discours qui consiste à dire qu'on ne peut pas "se plaindre" parce que dans le privé c'est toujours pire que chez nous.

celitian
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: PLP : 52 ans, hors classe dernier échelon, et après ?

Message par A Tuin le Sam 11 Jan 2014 - 16:17

@John a écrit:D'ailleurs, pour répondre à Oonay : il peut gagner plus en devenant IEN ou CdE, ou en faisant des heures dans des centres pour adultes, dans des unités publiques ou privées d'enseignement professionnel ou technique près de chez lui, etc.

Bah non c'est pas fun dis, après il va devoir aller dans une région qui n'est pas la sienne pour bosser, ou se tenir dans la ville préfecture où se trouvera son siège d'IEN, et transporter la femme dans ses affaires pour qu'elle trouve un autre poste ailleurs avec des prérogatives identiques à celles actuelles.

A Tuin
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum