Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par John le Sam 25 Oct 2014 - 18:09
«Mme le président » : l'Académie persiste et signe… mollement»

Qu'ils aient ou non appelé l'Académie française à leur secours, le député Julien Aubert et les 140 signataires de la pétition soutenant ses incivilités ont dû être bien déçus à la lecture de la « mise au point » publiée le 10 octobre par les Quarante. Celle-ci commence en effet par une déclaration de bienveillance envers les nouveaux termes féminins, et elle se termine par une absolution générale : que chacun-e fasse à sa guise, respecte l'autre et aille en paix… Entre les deux, pourtant, l’Académie réaffirme ses dogmes – et redonne vie à des arguments aujourd'hui connus pour n'avoir aucun fondement.
Cette affaire, et la collection de perles qu’elle nous vaut depuis quelques semaines, appellent quelques commentaires.

Des origines de l’Académie, de ses compétences et de ses lenteurs
L’assemblée aime à rappeler les « missions » qui lui ont été confiées en 1634, à l’initiative de Richelieu : « donner des règles certaines à notre langue […] la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » Précisons que le cardinal-ministre cédait alors à la demande d’un groupe de lettrés réfléchissant depuis plusieurs décennies à la langue française. Et ajoutons qu’il y avait parmi eux une femme : Marie de Gournay, autrice (entre autres) de traités sur la langue, évidemment écartée lors de la fondation de l’Académie. On sait qu’elle attendra 347 ans avant d’accueillir la première, Marguerite Yourcenar.
On sait moins qu’à l’heure actuelle, l’Académie ne compte aucun-e linguiste, aucun-e agrégé de grammaire, aucun-e historien-ne de la langue. Si elle voulait à nouveau être prise au sérieux, elle devrait commencer par se donner les moyens de remplir correctement la mission dont elle est si fière – même si cette mission pourrait être remplie, à moindres frais, par n’importe quelle commission d’universitaires spécialisés habillé-es normalement. Elle devrait aussi éviter de se dire « gardienne » de la langue, ce pour quoi personne ne l’a missionnée.
Passons au fond. L’Académie se fait une gloire d’accueillir régulièrement de nouveaux noms de métiers féminins. Elle se félicite ainsi d’avoir enregistré avocate en 1935 ; le mot était pourtant couramment employé sous l’Ancien Régime, y compris par nos meilleurs poètes. Elle s’insurge contre les désinences féminines introduites depuis 30 ou 40 ans, comme « professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation ». Rien de plus juste. Mais si l’assemblée avait rempli sa mission, elle aurait signifié en temps et en heure qu’une partie de ces mots avaient des féminins depuis des lustres (autrice, procureuse, professeuse, chercheuse). Qu’une autre partie était facilement déclinable au féminin dans le respect des règles de dérivation (rectrice). Et que les terminaisons en eure sont parfaitement acceptables lorsque rien de plus ordinaire ne se propose, vu qu’elles sont attestées dans des centaines de documents notariés ou historiques de l’ancienne France (seigneure, possesseure…). Quant à sapeuse-pompière, on ne voit pas bien au nom de quoi ces messieurs-dames s’y opposent.

Le masculin peut-il être neutre ?
L’Académie s’avérant incapable de faire son travail, elle répète donc la plaisanterie du « masculin à valeur générique ou non marqué », pour les cas où des noms s’avèreraient « rebelles à la féminisation » ; cas que, dans sa grande bonté, elle veut bien dire rares. Les grammairiens masculinistes ont pourtant longtemps recopié des listes entières de mots ne devant pas être déclinés au féminin. « Il faut dire cette femme est poète, est philosophe, est médecin, est auteur, est peintre ; et non poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse, etc. », écrivait ainsi Andry de Boisregard (Réflexions sur l’usage présent de la langue françoise, 1689). Preuve, évidemment, qu’on utilisait ces mots autour d’eux. Rappelons surtout qu’aucun mot n’est rebelle à la féminisation, parce que les mots dérivent d’une racine et non d’une forme masculine à laquelle il faudrait couper ou ajouter quelque chose. À partir de n’importe quelle racine, le français est apte à faire des substantifs des deux genres, des formes verbales, des adjectifs, des adverbes. Enfin, il faut le répéter : le masculin est le masculin, qu’on le veuille ou non. De la même manière, on a longtemps essayé de nous faire croire que la masculinité de la représentation nationale n’était pas grave, que les députés représentaient la nation toute entière.
Du reste, les affirmations péremptoires et les arguments d’autorité surgissent dès que cette « thèse » est défendue, en lieu et place des arguments scientifiques. Comme il n’y a pas de neutre en français, soutient l’Académie (avec raison), « pour désigner les qualités communes aux deux sexes, il a donc fallu qu’à l’un des deux genres soit conférée une valeur générique afin qu’il puisse neutraliser la différence entre les sexes. » Mais pourquoi aurait-on besoin de le faire ? Le général de Gaulle aurait-il eu tort de commencer ses discours par « Françaises, Français » ? Et comment se fait-il, si tant est qu’il faille choisir entre le masculin et le féminin, que le sort tombe toujours sur le masculin ? Les linguistes qui ont œuvré pour que ce soit le cas étaient plus francs que ceux d’aujourd’hui : parce que « le genre masculin, étant le plus noble, doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble », stipulait Vaugelas en 1647 (Remarques sur la langue françoise…,). Peut-on être plus clair ?
Quant aux arguments d’autorité : « L’héritage latin a opté pour le masculin », dit la coquine, qui n’ose pas dire que « le latin avait opté pour le masculin » (quelques-uns de ses membres doivent savoir qu’il n’en est rien). De qui parle-t-elle, alors ? Il faut le dire à sa place : des grammairiens qui, à partir des années 1630, ont décidé que le français devait être réformé, c’est-à-dire masculinisé. Et qui ont parfois eux aussi fait semblant d’agir au nom du latin (quand cela les arrangeait).
Autre poudre aux yeux : les « professeurs Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss, à qui la Compagnie avait confié la rédaction de [sa Déclaration de 1984] », ont produit un texte si magnifique qu’il a été « adopté à l’unanimité. » Belles preuves ! On ne sache pas que Dumézil et Lévi-Strauss aient été des spécialistes de la langue française. Qu’ils aient été applaudis n’a rien d’étonnant, mais rien de concluant non plus.
Enfin, l’Académie cherche à effrayer : « Des changements, faits de propos délibéré dans un secteur, peuvent avoir sur les autres des répercussions insoupçonnées. Ils risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l’usage… » Certes. Mais ce ne sont pas les féministes qui, du XVIIe au XXe siècle, ont cherché à introduire dans la langue française, des changements faits de propos délibéré. Ce sont des lettrés partisans de la domination masculine, qui voulaient la voir régner jusque dans la langue. Ce sont eux qui ont répété qu’il fallait oublier les anciens usages. Ce sont eux qui ont rendu possibles des énoncés comme « le président est enceinte ».

La vraie règle
Venons-en pour finir au cœur de l’affaire en cours. Faut-il dire « Madame le » ? On attend en vain la réponse. Vrai barbarisme, pourtant. Faute de se prononcer sur ce point, l’Académie reprend son habituel couplet sur les noms de fonction qui seraient « neutres », et, comme il n’y a pas de neutre en français, masculins.
Il faut ici rappeler la vraie règle, énoncée en 1607 par Charles Maupas : « Tout nom concernant office d’homme est de genre masculin, et tout nom concernant la femme est féminin. » (Grammaire françoise, contenant reigles très certaines…) Règle répétée par Antoine Oudin en 1632 : « Tous les noms de dignités et d'offices appartenants à l'homme sont masculins : pape, évêque, empereur, roi, comte, conseiller, avocat, procureur, licencié, marchand, etc. » De même, sont féminins les noms « d'offices et conditions appartenantes aux femmes : reine, comtesse, duchesse, abbesse, nonne, conseillère, barbière » (Grammaire françoise rapportée au langage du temps). Voilà donc quel était l’usage avant les interventions des masculinistes. On remarquera au passage que les participes présents s’accordaient aussi, à cette époque, et que la règle du « genre le plus noble » n’avait pas encore été inventée (appartenants s’accorde avec offices, appartenantes avec conditions).
L’affirmation selon laquelle « il convient […] de distinguer des noms de métiers les termes désignant des fonctions officielles et les titres correspondants » ne repose donc sur rien. La différence faite ici entre métiers et fonctions est d’ailleurs récente ; au XIXe siècle encore, c’est bien sur les noms de métiers que les masculinistes campaient. C’est ainsi que Bescherelle stipulait en 1834 : « Quoiqu’il y ait un grand nombre de femmes qui professent, qui gravent, qui composent, qui traduisent, etc. on ne dit pas professeuse, graveuse, compositrice, traductrice, etc. mais bien professeur, graveur, compositeur, traducteur, etc., par la raison que ces mots n’ont été inventés que pour les hommes qui exercent ces professions. »
Obligés de céder sur les noms de métiers, les masculinistes s’accrochent donc désormais désespérément aux noms de fonctions – surtout celles qui se sont ouvertes aux femmes en 1945, et qui constituaient leurs derniers monopoles. Mais ont-ils songé que si l’on doit dire « Mme le président » à Sandrine Mazetier, alors il faut le dire à toute cheffe d’État ? Et « Mme le roi » à la reine d’Angleterre ? et « Mme le chancelier » à Mme Merkel ? et « Mme le baron » à la baronne de Rotschild ? On les attend de pied ferme.
Ils vont donc devoir céder là aussi, quel que soit leur dépit de voir se multiplier les députées, les sénatrices, les présidentes, les conseillères, les générales, les colonelles, les lieutenantes… sans parler des officières et des chevalières de la Légion d’honneur, qui ont aussi tendance à se multiplier depuis quelque temps ; voire les immortelles. Faudra-t-il encore attendre un siècle ou deux pour que tout cela paraisse normal aux Quarante ?
Et aux hommes politiques, qui se jettent sur cette polémique comme s’ils n’avaient rien de mieux à faire ?

ELIANE VIENNOT

Dernier livre paru: "Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française". Éditions iXe, 2014.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Oudemia
Empereur

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par Oudemia le Lun 27 Oct 2014 - 18:12
 Mais ont-ils songé que si l’on doit dire « Mme le président » à Sandrine Mazetier, alors il faut le dire à toute cheffe d’État ? Et « Mme le roi » à la reine d’Angleterre ? et « Mme le chancelier » à Mme Merkel ? et « Mme le baron » à la baronne de Rotschild ? On les attend de pied ferme.
Ils vont donc devoir céder là aussi, quel que soit leur dépit de voir se multiplier les députées, les sénatrices, les présidentes, les conseillères, les générales, les colonelles, les lieutenantes… sans parler des officières et des chevalières de la Légion d’honneur, qui ont aussi tendance à se multiplier depuis quelque temps ; voire les immortelles. Faudra-t-il encore attendre un siècle ou deux pour que tout cela paraisse normal aux Quarante ?
Et aux hommes politiques, qui se jettent sur cette polémique comme s’ils n’avaient rien de mieux à faire ?

ELIANE VIENNOT

Dernier livre paru: "Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française". Éditions iXe, 2014.
Ridicule !  furieux

Mais Mme le chancelier pour Merkel , oui, bien sûr et Mme le président, aucun problème !
Quand à Mme de Rotschild elle n'est baronne que parce que son mari l'est, tout comme Mme de Tourvel est présidente Razz



ELIANE VIENNOT

Dernier livre paru: "Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française". Éditions iXe, 2014.
Tout irait mieux si on avait dit "le masculin embrasse le féminin" ! Very Happy
User19866
Expert spécialisé

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par User19866 le Lun 27 Oct 2014 - 18:16
En attendant, son bouquin est très bien. J'en avais suggéré la lecture sur l'autre fil,"Julien Machin est soutenu par 139 députés". D'ailleurs, sur cette question de féminisation des noms de métiers, tout avait été dit sur cet autre fil justement, non ?
avatar
Oudemia
Empereur

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par Oudemia le Lun 27 Oct 2014 - 18:22
Oui, mieux vaut ne pas continuer, ça va devenir un sujet thermomix Razz
Mais la stupidité de son exemple m'a No Evil or Very Mad humhum :shock: furieux
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par JPhMM le Lun 27 Oct 2014 - 18:24
Philosophesse, médecine, autrice, peintresse... ce serait violent tout de même.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
User19866
Expert spécialisé

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par User19866 le Lun 27 Oct 2014 - 18:27
@JPhMM a écrit:Philosophesse, médecine, autrice, peintresse... ce serait violent tout de même.
Rolling Eyes
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par JPhMM le Lun 27 Oct 2014 - 18:28
Dalathée2 a écrit:
@JPhMM a écrit:Philosophesse, médecine, autrice, peintresse... ce serait violent tout de même.
Rolling Eyes
Sincèrement, dis-moi, préfèrerais-tu que l'on te dise philosophe ou philosophesse ?

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par Celeborn le Lun 27 Oct 2014 - 18:30
@Oudemia a écrit:Oui, mieux vaut ne pas continuer, ça va devenir un sujet thermomix Razz
Mais la stupidité de son exemple m'a No Evil or Very Mad humhum :shock: furieux

Celui sur la reine d'Angleterre est meilleur, néanmoins ,non ?

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Oudemia
Empereur

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par Oudemia le Lun 27 Oct 2014 - 18:32
@Celeborn a écrit:
@Oudemia a écrit:Oui, mieux vaut ne pas continuer, ça va devenir un sujet thermomix Razz
Mais la stupidité de son exemple m'a No Evil or Very Mad humhum :shock: furieux

Celui sur la reine d'Angleterre est meilleur, néanmoins ,non ?
C'est à celui-là que je pensais, j'aurais dû mettre un pluriel "ses exemples".
User19866
Expert spécialisé

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par User19866 le Lun 27 Oct 2014 - 18:36
@JPhMM a écrit:
Dalathée2 a écrit:
@JPhMM a écrit:Philosophesse, médecine, autrice, peintresse... ce serait violent tout de même.
Rolling Eyes
Sincèrement, dis-moi, préfèrerais-tu que l'on te dise philosophe ou philosophesse ?
Pour moi, la question ne se posera jamais, donc c'est réglé. Razz

Plus sérieusement, je te renvoie à tout ce que j'ai écrit là : http://www.neoprofs.org/t82576-madame-le-president-julien-aubert-soutenu-par-139-deputes La perspective de lutter à nouveau pied à pied contre les mêmes arguments, pour dire la même chose, ne m'enthousiasme guère.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par JPhMM le Lun 27 Oct 2014 - 18:43
En fait, qu'en est-il quand ces noms-là sont utilisés comme adjectifs ? Dans cet usage, le féminin de philosophe est-il aussi philosophe, ou bien n'y a-t-il tout simplement pas de féminin dans le cas où un nom est utilisé comme adjectif ?

Édit : entendu, pardon, je vais regarder.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
nitescence
Érudit

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par nitescence le Lun 27 Oct 2014 - 19:31
Sa tribune comporte plusieurs inexactitudes factuelles. Elle affirme ainsi que « l’Académie ne compte aucun-e linguiste, aucun-e agrégé de grammaire, aucun-e historien-ne de la langue ». C’est faux : si aucun académicien ne l’est, en revanche l’Académie s’est adjoint les services d’un ou deux agrégés, qui préparent notamment les séances du dictionnaire et conseillent aussi les académiciens.
De plus, Elianne Viennot prétend que l’Académie porte un regard masculin sur la grammaire : faut-il lui rappeler que son Secrétaire perpétuel est une femme en la personne d’Hélène Carrère d’Encausse ? Quelle est l’institution la plus progressiste : celle qui a à sa tête une femme qui se fait appeler « le Secrétaire perpétuel » ou bien l’Assemblée nationale où l’on se fait certes appeler « la vice-présidente » mais qui n’a encore jamais eu de femme à sa tête ? Le bastion de l’oppression masculine n’est peut-être pas là où on l’imagine...
Sur le fond, on croit rêver quand Elianne Viennot affirme sans ciller que le mot « avocate » était employé « couramment » (sic) sous l’Ancien régime. Je ne sache pas qu’il y ait eu tant de femmes avocates à l’époque pour que le terme y eût été employé « couramment » : il n’y a qu’à voir la stupéfaction et les réactions qu’entraîne l’emploi de ce mot par Mme Sorbin dans la pièce de Marivaux intitulée La colonie (qui date de 1729).
De la même manière, elle appelle à tort à la rescousse Andry de Boisregard qui affirme dans ses Réflexions sur l’usage présent de la langue françoise qu’il : « faut dire cette femme est poète, est philosophe, est médecin, est auteur, est peintre ; et non poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse, etc. » Elianne Viennot y voit la preuve qu’on utilisait ces termes autour d’eux, s’il l’on a éprouvé le besoin de les interdire. Je doute fort qu’on ait pu parler de « médecine » au risque de confondre la femme et la chose... De plus, je ne connais aucune femme qui ait pu revendiquer le statut de « philosophesse », puisqu’à l’époque la philosophie était considérée comme une affaire sérieuse, donc une affaire d’hommes ! Enfin, même pour Louise Labbé, on n’a jamais employé à ma connaissance le terme de « poétesse ».
Quant à remettre en cause l’autorité de Dumézil et Lévi-Strauss au prétexte qu’ils n’étaient pas des spécialistes de la langue française, cela ne manque pas de sel venant de la part... d’une historienne ! Du reste, l’Académie n’a jamais eu une ambition savante ou prétendu être une assemblée d’experts (elle n’accueille d’ailleurs pas que des écrivains et des auteurs), mais plutôt un cénacle d’honnêtes gens veillant à définir un usage standard de la langue qu’on appelle bon usage. Ce que l’Académie combat ce n’est donc pas l’évolution naturelle de l’usage mais son caractère imposé, pour de mauvaises raisons, selon elle.
Car Elianne Viennot se garde bien d’affronter l’argument cardinal de l’Académie fondée par Richelieu, à savoir qu’il n’y a pas d’équivalence entre le genre grammatical et le genre biologique : ne dit-on pas « une sentinelle », « une recrue », « une ordonnance », « une vedette », « une altesse », « sa majesté », « la virilité », « la masculinité », « une bite », « une verge » ou « une queue » ? À l’inverse, ne dit-on pas « un sein », « un vagin », « un utérus » ou « un con » ? Parler de féminin et de masculin est une vieille terminologie héritée de la grammaire de Port Royal, terminologie certes commode mais qui ne reflète aucune réalité.
Comme il n’y a pas de neutre en français, il a fallu conférer une valeur générique à l’un des deux genres afin de neutraliser la différence entre les sexes, convient-elle, avant de s’étonner : « Mais pourquoi aurait-on besoin de le faire ? » Rappelons donc que les féministes du début du XXe siècle qui luttaient contre l’oppression masculine, loin de vouloir marquer une quelconque féminité dans leurs titres universitaires emportés de haute lutte, exigeaient au contraire d’être appelées « professeur » ou « docteur », comme leurs collègues masculins, estimant qu’il n’y avait pas lieu de faire de différence entre elles et eux.
Finalement, c’est là le noeud du problème : pour Elianne Viennot les femmes doivent faire valoir leur droit à la différence, tandis que pour toute une autre partie des féministes elles ont le droit à l’indifférence. Le point de vue d’Elianne Viennot n’est donc pas si objectif qu’il y paraît, oserai-je dire si... neutre que cela !

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
User19866
Expert spécialisé

Re: Féminisation des noms de métiers et de fonctions : la tribune d'Eliane Viennot.

par User19866 le Lun 27 Oct 2014 - 19:44
@nitescence a écrit:Car Elianne Viennot se garde bien d’affronter l’argument cardinal de l’Académie fondée par Richelieu, à savoir qu’il n’y a pas d’équivalence entre le genre grammatical et le genre biologique : ne dit-on pas « une sentinelle », « une recrue », « une ordonnance », « une vedette », « une altesse », « sa majesté », « la virilité », « la masculinité », « une bite », « une verge » ou « une queue » ? À l’inverse, ne dit-on pas « un sein », « un vagin », « un utérus » ou « un con » ? Parler de féminin et de masculin est une vieille terminologie héritée de la grammaire de Port Royal, terminologie certes commode mais qui ne reflète aucune réalité.
Comme il n’y a pas de neutre en français, il a fallu conférer une valeur générique à l’un des deux genres afin de neutraliser la différence entre les sexes, convient-elle, avant de s’étonner : « Mais pourquoi aurait-on besoin de le faire ? » Rappelons donc que les féministes du début du XXe siècle qui luttaient contre l’oppression masculine, loin de vouloir marquer une quelconque féminité dans leurs titres universitaires emportés de haute lutte, exigeaient au contraire d’être appelées « professeur » ou « docteur », comme leurs collègues masculins, estimant qu’il n’y avait pas lieu de faire de différence entre elles et eux.
Finalement, c’est là le noeud du problème : pour Elianne Viennot les femmes doivent faire valoir leur droit à la différence, tandis que pour toute une autre partie des féministes elles ont le droit à l’indifférence. Le point de vue d’Elianne Viennot n’est donc pas si objectif qu’il y paraît, oserai-je dire si... neutre que cela !
J'ai répondu point par point à tout cela (et je ne suis pas la seule), et tu le sais très bien. On peut refaire l'intégralité de la discussion, si tu veux, mais c'est un peu lassant.

D'ailleurs, c'est tellement lassant que cette discussion-ci aura lieu sans moi. Je te laisse toute latitude pour répéter ici ce que tu as dit là, cette fois sans contradicteur. Mais la répétition n'a jamais rendu un argument plus solide, hein. Rolling Eyes
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum