Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Ha@_x
Esprit éclairé

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Ha@_x Jeu 3 Aoû 2023 - 14:11
epekeina.tes.ousias a écrit:Je ne pense pas avoir nié ton droit en la matière : à mon avis, ne pas être totalement d'accord avec quelqu'un ce n'est pas lui interdire quoi que ce soit. Je me contente de voir plus d'inconvénients que d'avantages à ce que tu recommandes.

Ce n'est pas à toi que j'écrivais @ETO. Tu ne m'opposes pas liberté sans arguments. Contrairement à d'autres.
Jenny
Jenny
Médiateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Jenny Jeu 3 Aoû 2023 - 14:12
Czar a écrit:Le sujet  d'agression sexuelles. Ces dernières sont punies par la loi. A ma connaissance une seule plainte en cours (en 2020)  concernant l’ancien préfet d’internat des classes prépas. Ce cadre, par ailleurs professeur de musique, avait été licencié en 2018 pour consultation d’images pédopornographiques.

L'article évoque plusieurs affaires.
Par exemple :
A peine les Frères de Saint-Jean partis, en 2000, une deuxième affaire se déroule à bas bruit derrière les murs de l’établissement catholique.Il faudra attendre vingt-trois ans et les révélations du Monde et du magazine catholique Golias, le 23 juin 2023, pour que le scandale éclate. A la rentrée scolaire de septembre 2000, un tandem composé de l’abbé Guillaume Seguin et du père Antoine de Romanet prend possession de l’aumônerie de Stanislas. Le premier, connu pour être l’un des conseillers spirituels du milliardaire breton Vincent Bolloré, a fini par être condamné, en septembre 2020, par l’Eglise pour des agressions sexuelles, dont l’une au moins a été commise à Stan.
Interrogé par Le Monde sur l’affaire Seguin et la lettre de Loïc lors d’un échange d’e-mails, Frédéric Gautier répond de manière formelle : « Si j’avais reçu un tel courrier concernant l’abbé Seguin, je l’aurais sans doute transmis à notre avocat et à la direction diocésaine, surtout pour des faits qui se seraient déroulés en 2000, époque à laquelle je n’étais pas en fonctions à Stanislas. Ils me confirment n’avoir rien reçu de ma part concernant l’abbé Seguin. » A le lire, la missive se serait donc perdue. Un troisième dossier mérite l’attention. Il concerne Daniel Chapellier, qui fut directeur de Stanislas entre 2002 et 2015. Cette fois, la justice civile s’en est mêlée.Comme pour l’affaire Guillaume Seguin, de longues années ont passé avant que les faits n’éclatent au grand jour.

Quant aux réactions des parents, je ne serais pas aussi optimiste que toi... notamment dans des milieux très traditionalistes.
Proton
Proton
Expert

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Proton Jeu 3 Aoû 2023 - 14:20
*


Dernière édition par Proton le Ven 4 Aoû 2023 - 9:10, édité 3 fois
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 14:20
Jenny a écrit:ETO : Oui, mais tu ne sembles pas dire qu'il l'est moins. C'est pour ça que je trouve que l'argument d'un enseignement privé financé par l'Etat, mais qui serait plus contrôlé en contrepartie ne tient pas. Wink C'est bien avant tout ce financement public qui me pose problème.

L'argument n'est pas que l'enseignement privé sous contrat (financé) serait plus contrôlé en contrepartie : il est que, quoique privé et financé, il est contrôlé par l'État — et juridiquement contrôlé sur plus de points lorsqu'il est sous contrat que lorsqu'il ne l'est pas (quand il ne l'est pas, en cas d'abus — mais encore faudrait-il en avoir connaissance — on ferme l'école et, si j'ose dire, la messe est dite.
Mais l'argument du refus de financement passe, me semble-t-il, à côté de l'essentiel : avec ou sans contrat, privé ou public, tout lieu scolaire est toujours susceptible de voir paraître des abus; ce n'est donc pas en supprimant certains établissements (ainsi que les possibilités juridiques plus larges de contrôle qui vont avec) que l'on remédiera aux exactions, mais bien en effectuant les contrôles. Dans l'autre cas, comme on n'assumera pas plus la part de contrôle et d'application des normes (mais c'est que cela coûte un pognon de dingue), on se retrouvera avec les mêmes abus, et des libertés en moins, sans plus de justice.

Pour le présent problème, quoique ces contrôles soient prévus justement à cet effet (les normes juridiques prévoient des sanctions et des contrôles parce que l'on sait pertinemment qu'il y a toujours des abus, et que le droit ne pas les éliminer absolument), ces derniers sont si peu mis en œuvre que cela fait douter de la loi elle-même — alors que, ces règles prévoyant un contrôle, c'est de l'autorité de tutelle que l'on devrait douter (mais douter du pouvoir en place semble sans doute moins séduisant que de douter et du droit et de l'État).
Le bénéfice le plus évident pour le pouvoir en place lorsqu'il n'assume pas ses obligations de contrôle, c'est de finir par remplacer le contrôle de droit au bénéfice des libertés par la répression — et inutile de dire, que celle-ci ne s'exercera probablement pas le plus là où l'on s'imagine qu'elle le devrait être…

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Proton
Proton
Expert

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Proton Jeu 3 Aoû 2023 - 14:24
*


Dernière édition par Proton le Ven 4 Aoû 2023 - 9:10, édité 2 fois
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 14:29
Ha@_x a écrit:
epekeina.tes.ousias a écrit:Je ne pense pas avoir nié ton droit en la matière : à mon avis, ne pas être totalement d'accord avec quelqu'un ce n'est pas lui interdire quoi que ce soit. Je me contente de voir plus d'inconvénients que d'avantages à ce que tu recommandes.

Ce n'est pas à toi que j'écrivais @ETO. Tu ne m'opposes pas liberté sans arguments. Contrairement à d'autres.

Je m'en serais voulu si tu avais eu cette impression.

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Proton
Proton
Expert

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Proton Jeu 3 Aoû 2023 - 14:32
*


Dernière édition par Proton le Ven 4 Aoû 2023 - 9:10, édité 2 fois
Jenny
Jenny
Médiateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Jenny Jeu 3 Aoû 2023 - 14:41
ETO : ça ne répond pas forcément à mon incompréhension : qu’est ce qui justifie ce financement de l’Etat et des collectivités locales ? Tu me dis que ce n’est pas un meilleur contrôle. Très bien, quelle est la raison ?
Ça m’a toujours semblé étrange même en l’absence de dérives.
Baldred
Baldred
Expert spécialisé

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Baldred Jeu 3 Aoû 2023 - 14:47
Czar a écrit:N'étant pas abonné au Monde, je n'ai pas accès à l'article, je suis donc bien en peine de réagir concernant la partie payante.

Attention cependant à ne pas confondre 2 choses :

-Le sujet  d'agression sexuelles. Ces dernières sont punies par la loi. A ma connaissance une seule plainte en cours (en 2020)  concernant l’ancien préfet d’internat des classes prépas. Ce cadre, par ailleurs professeur de musique, avait été licencié en 2018 pour consultation d’images pédopornographiques.Source. L'établissement à donc agit concernant recadre avant même le dépôt d'une plainte. Quand aux rumeurs présentes par exemple dans les établissements publics des environs, soyons sérieux.  En cas d'agression sexuelles "cachées"dans l'établissement  les parents de l'élite, toujours bien informés déposeraient plainte / n'y mettraient pas leurs enfants.

-Le style d'enseignement. Le lycée Stanislas de Paris  est un établissement catholique sous contrat avec un haut niveau d'exigence et des valeurs catholiques. Tout le monde le sait sauf visiblement Cécile, 24 ans, citée dans l'article. Quand à vouloir interdire / arrêter de subventionner les établissements un peu trop ceci ou pas assez cela selon son ressenti personnel je trouve que c'est une pente dangereuse.

Il y a eu au moins une autre, concernant J.Y Amoros dont je donne le lien dans le premier message. En ce qui concerne les prêtres, l'article cite d'autres affaires liées à la fraternité Saint Jean, et à deux aumôniers qui ont suivi. Tu n'ignores pas que l'église, et la société, ont été remarquablement aveugles et que peu "d'affaires " ont été rendues publiques et judiaciarisées au regard du nombre de victimes déclarées ou probables. Les agressions sexuelles, en particulier par une personne représentant l'autorité, sur des enfants ou de jeunes ados, tu ne l'ignores sans doute pas, sont tues par les victimes culpabilisées et restent le plus souvent secrètes, élite ou pas. J'ajouterai qu'à mon époque en tout cas, il régnait un climat plutôt onctueux en paroles et très dur en réalité. On s'aimait les uns les autres, on tendait la joue gauche, on était de bons camarades. Beaucoup ont pu traverser leur scolarité à Stan sans avoir conscience du reste que je résumerai par un vae victis généralisé. Malheur aux faibles ou considérés comme tels. Tout ce système masculin fonctionnait ainsi, et les parents n'en savaient rien, ou reprochaient à leurs enfants leurs faiblesses.

Non, Stan n'est pas fondé sur des valeurs catholiques, mais sur une certaine idée de ces valeurs, et ce n'est pas la même chose. J'ai rencontré des prêtres remarquables chez les scouts unitaires injustement moqués dans l'article qui demanderait  plus de nuance dans la caricature ( la fleur de lys dans la croix potencée, vient des Scouts de France), mais peu chez les aumoniers de Stan, une jolie collection de cinglés à mon époque. Crois-moi, les valeurs catholiques sont heureusement très éloignés de la vision  finalement très pétainiste qui fondent les vraies valeurs de Stan.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 15:28
Jenny a écrit:ETO : ça ne répond pas forcément à mon incompréhension : qu’est ce qui justifie ce financement de l’Etat et des collectivités locales ? Tu me dis que ce n’est pas un meilleur contrôle. Très bien, quelle est la raison ?
Ça m’a toujours semblé étrange même en l’absence de dérives.

La raison juridique en est que l'État peut fort bien financer telle ou telle institution, non dans sa part de pratique confessionnelle, mais à proportion de l'intérêt public auquel elle participe. Et ça ne date ni de 1951, ni de 1959.

Par ex., dès les années 30, lors de l'apparition de Radio Paris (devenue ultérieurement Radio France), dans un premier temps les émissions religieuses en furent proscrites, avant d'y être intégrées (comme elles le sont encore), parce qu'elles contribuent à satisfaire un intérêt public, celui du libre accès de chacun aux différentes écoles de pensées (ce que l'on a fini par appeler pluralisme, et qui se trouve intimement lié à la liberté de conscience) — y compris lorsque l'on ne peut pas sortir de chez soi (par ex.). Il en va de même des aumôneries dans les institutions publiques, et de pas mal d'autres cas. Le fait du contrôle vient s'ajouter au fondement le plus prioritaire : ce que les institutions publiques incluent, elles le contrôlent d'autant mieux (l'argument du donnant-donnant a beaucoup été utilisé en ce sens). Le Code général des collectivités territoriales, qui permet de financer les parties culturelles des édifices cultuels, ou encore de passer des baux emphytéotiques pour faciliter la construction d'édifices cultuels, se réclame du même principe de l'intérêt public (qui est reconduit, pour aller vite, au moins depuis les années 1900, avec quelques exceptions regrettables au cours du XXè siècle, et font donc partie du “bloc de constitutionnalité).

Donc on peut fort bien à titre personnel déplorer les financements en question (pour ma part, j'y suis plutôt indifférent), mais il n'en reste pas moins que ça n'a rien à voir avec les exactions commises dans ce type d'établissement, que l'idée de “punir” l'établissement en cessant de le financer au lieu de sanctionner les délits et les crimes me paraît absurde, et que celle de restreindre une liberté au prétexte que cela permettrait plus de sanction alors même que les abus ont lieu très souvent par défaut de contrôle (et qu'il y en aura toujours quoi qu'il en soit) me paraît imprudente. D'autre part, l'ordre public (établi par la loi — ce qui ne se confond pas avec le calme dans la rue imposé par la répression, sauf chez les adversaires du droit quand ils sont au pouvoir) ne peut valoir que pour tous : pas seulement pour moi, mais aussi pour ceux qui ont des convictions qui me paraissent aussi étranges qu'une brosse à dent à une poule. L'intérêt public signifie donc aussi ménager les libertés de tous les groupes de pensée — donc également la liberté des enseignements religieux. La contractualisation a du moins cet intérêt qu'elle impose clairement l'exigence d'une instruction entièrement laïcisée dans ses contenus et obligatoires avec un enseignement religieux optionnel (ce qui ne fait que répéter l'un des alinéas de l'un des articles de la loi de 1882). Mais le principe de fond, c'est celui de l'intérêt public.

Pour en revenir au cas de Stanislas : c'est un établissement ancien, qui a toujours été conservateur, voire réactionnaire (il a été fondé dans cette intention, qui n'était pas spécialement héritière de la Révolution française) — mais surtout, c'est un établissement dans lequel (à moins de ne pas croire un mot des multiples témoignages et plaintes à ce propos) il y a des abus et des délits (voire plus, sait-on jamais). Il est absolument inadmissible à mes yeux que cet établissement ne fasse pas l'objet d'une inspection générale en règle, avec rapport et préconisations (lesquelles sont à transformer en obligations par le pouvoir exécutif) — et ce, bien évidemment, sans préjudice des poursuites pénales éventuelles et enquête judiciaire en bonne et due forme.

Vis-à-vis de cela, j'en suis désolé, dire qu'il faudrait lui couper les crédits, c'est à côté de la plaque — et même, je crains fort que cela ne puisse servir qu'à détourner l'attention en faisant croire qu'il ne s'agirait que d'un conflit “contre une religion”, alors que religion ou pas religion, le sexisme, l'homophobie, ainsi que les agressions sexuelles et les viols sont les unes des délits, les autres des crimes. Si l'établissement est coupable, ce n'est pas les crédits qu'il faut lui couper : c'est le droit d'ouverture. D'ailleurs, si l'on regarde de plus près en allant écouter ce qui se dit “de l'autre côté”, passer cela à l'arrière plan en faisant passer au premier plan une “guéguerre” contre telle ou telle religion, c'est une belle stratégie, coutumière d'ailleurs dans ce genre de cas, pour noyer le poisson. Alors que sanctionner judiciairement un religieux qui commet une agression sexuelle ou un viol, et administrativement une institution qui le couvre, ce n'est pas agresser une religion, laquelle n'a pas grand-chose à voir là-dedans : c'est sanctionner des délits et des crimes ainsi que des complicités.

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Taillevent
Taillevent
Habitué du forum

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Taillevent Jeu 3 Aoû 2023 - 15:55
Jenny a écrit:
epekeina.tes.ousias a écrit:En ce cas, que fais-tu des libertés fondamentales (tant sur le plan français que sur le plan européen et sur le plan international : ce qui, pour le dire en passant, rendrait ladite suppression problématique) ?
Il me semble que la Finlande l’a fait.
Sauf erreur de ma part, la Finlande n'interdit pas l'enseignement privé.
Leur approche est plus subtile et pourtant diablement efficace : les écoles privées sont très régulées. Elles doivent respecter tous les programmes officiels, elles ne peuvent demander aucun écolage (et ne peuvent faire aucun bénéfice) et ne peuvent pratiquer aucune sélection. En pratique, cela élimine la recherche de profit ou d'entre-soi, qui sont les principales motivations de l'enseignement privé.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 16:06
Mais en France, les écoles et établissement sans contrat comme sous contrat simple ou sous contrat d'association doivent respecter le droit à l'instruction le droit à l'éducation et le droit à la scolarisation (donc à l'acquisition du socle). L'ouverture ne peut être, au point de départ que hors contrat, avec déclaration aux autorités (qui ont trois mois pour s'y opposer après avoir vérifié, selon l'autorité concernée, les conditions de sécurité, d'hygiène et d'accessibilité, les conditions de titres et de moralité du chef d'établissement et des enseignants — et un contrôle annuel leur est imposé (et non refusable) avec obligation faite aux autorités de l'EN qui contrôlent de signalement au procureur en cas de transgression. Le passage sous contrat (après, je crois, cinq ans d'exercice) n'implique pas non plus la cessation de ces obligations et du contrôle, y compris pédagogique — donc respect intégral des programmes et des préconisations ministérielles et inspection des enseignants par le corps d'inspection correspondant, et le tout s'accompagne d'un droit de fermeture administrative de la part de l'autorité publique.

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Matteo
Matteo
Niveau 10

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Matteo Jeu 3 Aoû 2023 - 16:30
Taillevent a écrit:
Jenny a écrit:
epekeina.tes.ousias a écrit:En ce cas, que fais-tu des libertés fondamentales (tant sur le plan français que sur le plan européen et sur le plan international : ce qui, pour le dire en passant, rendrait ladite suppression problématique) ?
Il me semble que la Finlande l’a fait.
Sauf erreur de ma part, la Finlande n'interdit pas l'enseignement privé.
Leur approche est plus subtile et pourtant diablement efficace : les écoles privées sont très régulées. Elles doivent respecter tous les programmes officiels, elles ne peuvent demander aucun écolage (et ne peuvent faire aucun bénéfice) et ne peuvent pratiquer aucune sélection. En pratique, cela élimine la recherche de profit ou d'entre-soi, qui sont les principales motivations de l'enseignement privé.

C'est une logique de chèque scolaire non ? Pas sur que cela réduire réellement les inégalités, simplement c'est purement du capital culturel.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 16:34
En quoi, puisque c'est la question posée ici, cela permet-il mieux de contrôler les abus, infractions, délits et crimes ?

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Laotzi
Laotzi
Esprit éclairé

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Laotzi Jeu 3 Aoû 2023 - 17:03
J'ai une position proche de Jenny et Ha@_x.
Il y a aussi une autre possibilité : l'Etat et les collectivités locales continuent, comme actuellement, de subventionner à 100 % le privé sous contrat dans ses dépenses de fonctionnement relevant de la scolarisation obligatoire, mais à à la condition que ces établissements intègrent la carte scolaire, ne peuvent donc choisir leurs élèves, et doivent proposer la gratuité pour les boursiers (voire au delà si l'élève s'en tient aux enseignements obligatoires).
Mais on sait très bien que les établissements privés veulent le beurre (les subventions au même niveau que le public, comme aujourd'hui) et l'argent du beurre (la liberté de recrutement).

_________________
"Trouvez donc bon qu'au lieu de vous dire aussi, adieu comme autrefois, je vous dise, adieu comme à présent."
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 17:06
On a vu à quel point nos gouvernants y tenaient il y a à peine quelques mois : ça n'avait pas l'air de les passionner énormément.
Mais, encore une fois, le rapport entre cela et les cas d'exactions à Stanislas m'échappe quelque peu…

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Vieux_Mongol
Vieux_Mongol
Fidèle du forum

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Vieux_Mongol Jeu 3 Aoû 2023 - 17:19
Mais le port d'un même uniforme pour le public et le privé ne pourrait-il pas contribuer grandement à résoudre le problème ?
Jenny
Jenny
Médiateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Jenny Jeu 3 Aoû 2023 - 17:20
Merci pour l'explication détaillée, ETO.

Je ne suis pas d'accord sur tout... en particulier parce que j'estime que ça creuse les inégalités, que ça favorise une religion en particulier en raison d'un grand déséquilibre...Mais c'est un autre sujet, à cette nuance près que j'estime que les contribuables ont un "droit de regard" sur ces établissements auxquels l'Etat et surtout les collectivités locales donnent parfois beaucoup. En gros, j'aimerais bien que ma présidente de région arrête de faire n'importe quoi avec l'argent public de surcroît quand une enquête de ce type est ouverte.  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 1665347707 Elle aurait vraiment pu s'abstenir là.

Je te rejoins sur la fin...
epekeina.tes.ousias a écrit:Pour en revenir au cas de Stanislas : c'est un établissement ancien, qui a toujours été conservateur, voire réactionnaire (il a été fondé dans cette intention, qui n'était pas spécialement héritière de la Révolution française) — mais surtout, c'est un établissement dans lequel (à moins de ne pas croire un mot des multiples témoignages et plaintes à ce propos) il y a des abus et des délits (voire plus, sait-on jamais). Il est absolument inadmissible à mes yeux que cet établissement ne fasse pas l'objet d'une inspection générale en règle, avec rapport et préconisations (lesquelles sont à transformer en obligations par le pouvoir exécutif) — et ce, bien évidemment, sans préjudice des poursuites pénales éventuelles et enquête judiciaire en bonne et due forme.

Vis-à-vis de cela, j'en suis désolé, dire qu'il faudrait lui couper les crédits, c'est à côté de la plaque — et même, je crains fort que cela ne puisse servir qu'à détourner l'attention en faisant croire qu'il ne s'agirait que d'un conflit “contre une religion”, alors que religion ou pas religion, le sexisme, l'homophobie, ainsi que les agressions sexuelles et les viols sont les unes des délits, les autres des crimes. Si l'établissement est coupable, ce n'est pas les crédits qu'il faut lui couper : c'est le droit d'ouverture. D'ailleurs, si l'on regarde de plus près en allant écouter ce qui se dit “de l'autre côté”, passer cela à l'arrière plan en faisant passer au premier plan une “guéguerre” contre telle ou telle religion, c'est une belle stratégie, coutumière d'ailleurs dans ce genre de cas, pour noyer le poisson. Alors que sanctionner judiciairement un religieux qui commet une agression sexuelle ou un viol, et administrativement une institution qui le couvre, ce n'est pas agresser une religion, laquelle n'a pas grand-chose à voir là-dedans : c'est sanctionner des délits et des crimes ainsi que des complicités.

Si tout est avéré, cet établissement n'a aucune raison de rester ouvert... sous contrat ou non ou alors avec un sacré renouvellement du personnel.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 17:43
Vieux_Mongol a écrit:Mais le port d'un même uniforme pour le public et le privé ne pourrait-il pas contribuer grandement à résoudre le problème ?

Exactement, et je le répète : comme dit le président de la République, l'uniforme et l'autorité sauveront l'éducation, donc la nation.
Je ne sais pas si ça marchera et j'ai des doutes, d'autant que je trouve qu'il vaudrait mieux préserver la démocratie et améliorer l'État providence — mais je ris toujours autant quand j'entends parler Michel Debré Emmanuel Macron…

Jenny a écrit:Merci pour l'explication détaillée, ETO.
Je ne suis pas d'accord sur tout... en particulier parce que j'estime que ça creuse les inégalités, que ça favorise une religion en particulier en raison d'un grand déséquilibre...Mais c'est un autre sujet, à cette nuance près que j'estime que les contribuables ont un "droit de regard" sur ces établissements auxquels l'Etat et surtout les collectivités locales donnent parfois beaucoup. En gros, j'aimerais bien que ma présidente de région arrête de faire n'importe quoi avec l'argent public de surcroît quand une enquête de ce type est ouverte.  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 1665347707 Elle aurait vraiment pu s'abstenir là.

Ben, c'est-à-dire que c'est aussi fait pour cela : s'il n'y avait pas Stanislas, l'École Alsacienne, Saint Dominique, Mont Saint-Jean, Saint-Louis de Gonzague, etc., les riches seraient obligés de mettre leurs enfants dans des écoles de gueux, ou pire encore, de s'en occuper eux-mêmes…
Mais cela existe aussi dans le public : qui peut mettre ses gosses à Henri IV, à Louis le Grand ou à Hélène Boucher ? Pas tout le monde… De ce point de vue, il y a plutôt un très très large consensus transpartisan (comme on dit pour s'extasier) sur la nécessité absolue de bien séparer les populations, de mettre le plus de crédits possibles là où les populations sont les plus riches, et le moins possible, là où elles sont les plus pauvres : à tous les niveaux et dans le public comme dans le privé.
Donc VP est dans le vent… Razz

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Ha@_x
Ha@_x
Esprit éclairé

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Ha@_x Jeu 3 Aoû 2023 - 18:00
epekeina.tes.ousias a écrit:Ben, c'est-à-dire que c'est aussi fait pour cela : s'il n'y avait pas Stanislas, l'École Alsacienne, Saint Dominique, Mont Saint-Jean, Saint-Louis de Gonzague, etc., les riches seraient obligés de mettre leurs enfants dans des écoles de gueux, ou pire encore, de s'en occuper eux-mêmes…
Mais cela existe aussi dans le public : qui peut mettre ses gosses à Henri IV, à Louis le Grand ou à Hélène Boucher ? Pas tout le monde… De ce point de vue, il y a plutôt un très très large consensus transpartisan (comme on dit pour s'extasier) sur la nécessité absolue de bien séparer les populations, de mettre le plus de crédits possibles là où les populations sont les plus riches, et le moins possible, là où elles sont les plus pauvres : à tous les niveaux et dans le public comme dans le privé.
Donc VP est dans le vent…

1- Très bien le préceptorat !  professeur Ces gens là vivent déjà en séparatisme complet, et en plus on leur fournit des établissements privés sélectifs sur fonds public...il est temps de couper le cordon.

2- Boucher au même niveau qu'H4 et LLG ?  affraid  affraid  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 890557982 On ne mélange pas les torchons avec les serviettes enfin !  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 4105177660

Alors théoriquement, un gosse de pauvre, peut entrer sans payer aux lycées H4 et LLG.
Spoiler:
Ni à Stan' ni à St Louis de Gonzague, encore moins à l'Alsacienne. On va passer sur HBoucher hein....déjà qu'il est littéralement dans un arrondissement de gueux...

Spoiler:

Ceci dit et blaque(s) à part, savoir que le CR d'IDF décide de donner 500 000 balles à Stan, c'est parfaitement scandaleux.


Dernière édition par Ha@_x le Jeu 3 Aoû 2023 - 18:03, édité 1 fois

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Modérateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par epekeina.tes.ousias Jeu 3 Aoû 2023 - 18:02
Ha@_x a écrit:
2- Boucher au même niveau qu'H4 et LLG ?  affraid  affraid  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 890557982 On ne mélange pas les torchons avec les serviettes enfin !  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 4105177660

Alors théoriquement, un gosse de pauvre, peut entrer sans payer aux lycées H4 et LLG. Ni à Stan' ni à St Louis de Gonzague, encore moins à l'Alsacienne. On va passer sur HBoucher hein....déjà qu'il est littéralement dans un arrondissement de gueux...

Tout dépend à quelle distance on regarde ces choses là. Si on est assez loin, c'est pareil.

_________________
Si tu vales valeo. Wink
Ha@_x
Ha@_x
Esprit éclairé

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Ha@_x Jeu 3 Aoû 2023 - 18:09
T'as raison, c'est bien la distance, ça permet de contempler la perpétuation des inégalités avec....distance....

Sinon être proche du terrain c'est pas mal aussi. On disserte sur Stan' depuis quelques pages. Mais il y aurait beaucoup de choses à écrire sur la carte scolaire et son évitement dans le 93 par exemple (ou même dans le 19e arrondissement de Paris ).

L'Île de France est la région la plus riche de France, la plus peuplée, et aussi celle où les inégalités socio-scolaires et socio-spatiales sont les pires.

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
Jenny
Jenny
Médiateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Jenny Jeu 3 Aoû 2023 - 18:12
epekeina.tes.ousias a écrit:
Ben, c'est-à-dire que c'est aussi fait pour cela : s'il n'y avait pas Stanislas, l'École Alsacienne, Saint Dominique, Mont Saint-Jean, Saint-Louis de Gonzague, etc., les riches seraient obligés de mettre leurs enfants dans des écoles de gueux, ou pire encore, de s'en occuper eux-mêmes…

Suis-je bête ? Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 999940070

Je nuancerais pour les établissements publics parisiens. Un élève de REP qui entre au lycée à HIV ou LLG, notamment par le biais des cordées, ce n'est pas rare. Ce n'est pas le cas à Stanislas. Hélène Boucher, je ne pense pas que ça soit un lycée de l'élite, c'est un bon lycée, oui. Quelques bons lycées très demandés sont extrêmement mixtes socialement, des lycées CSP+ ont un petit niveau, les choses sont plus complexes que ce qu'on pourrait penser.
A Paris, les problèmes ce sont l'absence de classes moyennes (mais elles sont chassés des logements de la capitale) et les établissements très difficiles qui peuvent être massivement évités. Globalement, les élèves viennent de plusieurs arrondissements aux profils bien différents.
Jenny
Jenny
Médiateur

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Jenny Jeu 3 Aoû 2023 - 18:13
Ha@_x a écrit:
Ceci dit et blaque(s) à part, savoir que le CR d'IDF décide de donner 500 000 balles à Stan, c'est parfaitement scandaleux.

Et aux alentours d'un million d'euros à Ginette. cafe Sacré budget.
EdithW
EdithW
Sage

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par EdithW Jeu 3 Aoû 2023 - 18:13
Taillevent a écrit:
Jenny a écrit:Je ne comprends pas que cet établissement soit sous contrat. Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 3795679266 heu Ca ne semble pourtant pas difficile de montrer que les programmes scolaires et les valeurs de la République n'y sont pas respectées.  Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 1665347707 Sans parler des dérives qui relèvent d'un traitement judiciaire.
Je suis largement d'accord avec toi. Il y a plusieurs problèmes ici et ils dépassent largement la question de l'enseignement sous contrat.

J'aimerais aussi poser une question à propos d'un élément de l'article :
Frédéric Gautier réfute tout enseignement sexiste. Et précise que les seules classes non mixtes concernent les élèves scolarisés entre la 6e et la 3e. « Nous avons cinq classes de garçons, trois classes de filles et deux classes mixtes, ce qui permet aux familles de choisir ce qu’elles préfèrent », détaille le directeur.
Ces faits me posent une question vu les chiffres évoqués. Est-ce à dire que les classes mixtes ne sont composées que de filles ? Ou alors y a-t-il plus garçons inscrits ?

Jusqu’à 1995 (?) je pense, c’était non mixte… uniquement des garçons. Ça doit expliquer la différence de nombre. L’idée (en grande partie fausse) étant probablement que les garçons sont perturbés par les filles et non le contraire.
Eliette
Eliette
Niveau 9

Aux frontières du réel : le collège Stanislas - Page 4 Empty Re: Aux frontières du réel : le collège Stanislas

par Eliette Jeu 3 Aoû 2023 - 18:16
Est-ce que les familles tradi n’investiraient pas plus dans les études des rejetons mâles que dans celles des filles, qu’il suffit après tout de bien marier ?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum