Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Balthazaard le Sam 20 Mai 2017 - 11:48

Si tu as quelque chose qui le dit, autre que les spéculations du forum, poste le lien, je serai curieux de le lire.

Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Elyas le Sam 20 Mai 2017 - 11:50

@almuixe a écrit:
@Elyas a écrit:
@Zagara a écrit:

@Archeboc : Si il fait le recrutement autonome sur CV, je suis assurée de pouvoir choisir mon poste n'importe où.

Pourquoi ?

Si zagara ne sort pas de l' ens Paris,  c'est que l'école ne sait plus reconnaitre les personnes brillante  Wink.

Et dans le privé, est-il possible de se retrouver sans poste et sans salaire ?

En raison de la double-contractualisation, c'est possible (à vérifier).
avatar
Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par PabloPE le Sam 20 Mai 2017 - 12:05

@Balthazaard a écrit:Si tu as quelque chose qui le dit, autre que les spéculations du forum, poste le lien, je serai curieux de le lire.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/07112016Article636140851780439010.aspx

Et pour que cela soit possible il souhaite renforcer les pouvoirs des chefs d'établissement et des directeurs d'école, qui deviendraient les supérieurs hiérarchiques des enseignants. Les enseignants seraient recrutés sur profil et évalués par les seuls chefs d'établissement, à l'image de ce qu'avait institué le décret Chatel en 2012 (annulé ensuite par V Peillon).

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."
avatar
PabloPE
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:07

@Trinity a écrit:
@Iphigénie a écrit:
@Zagara a écrit:Si tu as un recrutement autonome avec roulement régulier, il est logique de penser que le CDE, ne pouvant pas connaître tous les enseignants de France, appliquera des méthodes de RH/recrutement équivalentes à celles du privé (entretien d'embauche, lecture du CV, etc).
Moi je me demande c'est comment avec un tel système, on évitera les "zones blanches"... Parce que bon, une prime de 3000 euros par an pour se payer des zep difficiles dans la Creuse ou le Pas-de-calais, suis pas sûre que ce soit attractif...Créteil, peut-être à cause de la proximité de Paris, sais pas...
Le CV, ce sera pour les grands lycées urbains sans doute; mais les petits lycées de province recruteront plus sur le bouche à-oreille et même surtout le bouche-trous...

D'autant que cette prime, en REP+, est déjà de 2400€. Je ne crois pas que 600€ annuels de plus vont faire accourir les foules.

Il annonçait 3 000 euros annuels en plus.

Mais, bon, si c'est en contrepartie de l'autonomie, de l'annualisation, des stages de remise à niveau l'été, et de la formation obligatoire en dehors du temps de service et via le "numérique", ça risque de ne pas peser lourd.
Surtout qu'il n'en a pas été question, on ne parle que des classes de CP à douze, ou plutôt à 24 pour deux enseignants.

Heureusement, y'a Bayrou woohoo

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Trinity le Sam 20 Mai 2017 - 12:09

@Rendash a écrit:
@Trinity a écrit:
@Iphigénie a écrit:
@Zagara a écrit:Si tu as un recrutement autonome avec roulement régulier, il est logique de penser que le CDE, ne pouvant pas connaître tous les enseignants de France, appliquera des méthodes de RH/recrutement équivalentes à celles du privé (entretien d'embauche, lecture du CV, etc).
Moi je me demande c'est comment avec un tel système, on évitera les "zones blanches"... Parce que bon, une prime de 3000 euros par an pour se payer des zep difficiles dans la Creuse ou le Pas-de-calais, suis pas sûre que ce soit attractif...Créteil, peut-être à cause de la proximité de Paris, sais pas...
Le CV, ce sera pour les grands lycées urbains sans doute; mais les petits lycées de province recruteront plus sur le bouche à-oreille et même surtout le bouche-trous...

D'autant que cette prime, en REP+, est déjà de 2400€. Je ne crois pas que 600€ annuels de plus vont faire accourir les foules.

Il annonçait 3 000 euros annuels en plus.

Mais, bon, si c'est en contrepartie de l'autonomie, de l'annualisation, des stages de remise à niveau l'été, et de la formation obligatoire en dehors du temps de service et via le "numérique", ça risque de ne pas peser lourd.
Surtout qu'il n'en a pas été question, on ne parle que des classes de CP à douze, ou plutôt à 24 pour deux enseignants.

Heureusement, y'a Bayrou woohoo

Je n'ai pas réussi à trouver où c'était dit. scratch

_________________
"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Albert Einstein

avatar
Trinity
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:10

@MUTIS a écrit:
@William Foster a écrit:
Bah surtout que ça ne sert à rien de se battre : y'a Bayrou (heureusement d'ailleurs !).
Et puis surtout vous savez bien que Macron ne sera jamais élu, c'est juste une bulle médiatique néo libérale sans propositions et sans programme qui va exploser au premier débat !

Et puis, bon, y'a Bayrou, il a forcément eu des garanties en béton sur l'école, rien d'aussi commun qu'une poignée de circonscriptions pour sauver son parti moribond et un maroquin d'importance.

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:11

@Trinity a écrit:
@Rendash a écrit:
@Trinity a écrit:
@Iphigénie a écrit:
Moi je me demande c'est comment avec un tel système, on évitera les "zones blanches"... Parce que bon, une prime de 3000 euros par an pour se payer des zep difficiles dans la Creuse ou le Pas-de-calais, suis pas sûre que ce soit attractif...Créteil, peut-être à cause de la proximité de Paris, sais pas...
Le CV, ce sera pour les grands lycées urbains sans doute; mais les petits lycées de province recruteront plus sur le bouche à-oreille et même surtout le bouche-trous...

D'autant que cette prime, en REP+, est déjà de 2400€. Je ne crois pas que 600€ annuels de plus vont faire accourir les foules.

Il annonçait 3 000 euros annuels en plus.

Mais, bon, si c'est en contrepartie de l'autonomie, de l'annualisation, des stages de remise à niveau l'été, et de la formation obligatoire en dehors du temps de service et via le "numérique", ça risque de ne pas peser lourd.
Surtout qu'il n'en a pas été question, on ne parle que des classes de CP à douze, ou plutôt à 24 pour deux enseignants.

Heureusement, y'a Bayrou woohoo

Je n'ai pas réussi à trouver où c'était dit. scratch



Il n’est plus acceptable que les territoires où la difficulté sociale et scolaire se concentre soient confrontés chaque année à l’impossibilité de recruter des enseignants : parce qu’il faut reconnaître cette difficulté et y répondre, les enseignants, du premier et du second degré, qui exercent en REP+ seront mieux accompagnés et recevront une prime annuelle supplémentaire de 3 000€ nets.

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/education

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Balthazaard le Sam 20 Mai 2017 - 12:16

@PabloPE a écrit:
@Balthazaard a écrit:Si tu as quelque chose qui le dit, autre que les spéculations du forum, poste le lien, je serai curieux de le lire.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/07112016Article636140851780439010.aspx

Et pour que cela soit possible il souhaite renforcer les pouvoirs des chefs d'établissement et des directeurs d'école, qui deviendraient les supérieurs hiérarchiques des enseignants. Les enseignants seraient recrutés sur profil et évalués par les seuls chefs d'établissement, à l'image de ce qu'avait institué le décret Chatel en 2012 (annulé ensuite par V Peillon).

C'est UNE interprétation à partir du livre de Blanquer à un moment où il n'était pas intégré à une équipe gouvernementale, si cela tient lieu d’engagement ou de programme, on peut jouer à ce petit jeu avec TOUS les hommes politiques (as tu déjà oublié "mon ennemi c'est la finance") entre ce qu'on dit , écrit et fait il y a un monde.

Il y a une interview dans le monde (réservé aux abonnés) où le moins qu'on puisse dire c'est que le discours est très modéré. A moins d'en être resté au cliché droite= menteur = méchant gauche = gentil = méchant sans faire exprès

De toute façon cette manière de voir est déjà en route, il n'y a qu'a voir pour les rythmes, on est contre mais si c'est le maire qui décide d'être contre alors on est pour, on serra contre quand ce sera nous qui déciderons...et puis si à droite à gauche on fait tout pareil c'est pas bien...on nous a imposé à tous c'était brutal et pas bien, si on "désimpose", il faut que ce soit à tous et pareils comme ça là se sera bien!!!

Des fois j'ai un peu envie de dire [modéré]
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Cath le Sam 20 Mai 2017 - 12:18

Dans les dernières secondes de l’interview sur France Inter, il dit clairement que le recrutement par les cde est indissociable de toutes les mesures qu'il prône.


Dernière édition par Cath le Sam 20 Mai 2017 - 12:24, édité 1 fois

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par VanGogh59 le Sam 20 Mai 2017 - 12:19

Cette histoire de recrutement sur le profil c'est quand même la voix ouverte à la simonie et à la caporalisation. Et puis, le chantage permanent dans le style "si vous ne faite pas ça, je vous vire mute l'an prochain". 
Le droit de cuissage va-t-il être rétabli ? 


Dernière édition par VanGogh59 le Sam 20 Mai 2017 - 12:19, édité 1 fois

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Moonchild le Sam 20 Mai 2017 - 12:19

@Balthazaard a écrit:Je dois avoir manqué quelque chose mais je n'ai vu nulle part dit ou écrit qu'il faudra que les profs démarchent les établissements...cela dit comme exercice de style on peut apprécier.
Le recrutement sur profil par le CdE implique tout de même que celui-ci examine des dossiers de candidature ; comment ces dossiers arriveront-ils sur son bureau sans aucune démarche de la part des profs ?

Je ne pense pas que ce procédé puisse, à brève échéance, être généralisé à l'ensemble des établissements, mais sa mise en place dans des zones pilotes aura pour effet que certains profs commenceront à démarcher certains établissements (ou pas, si c'est en REP...) et le dispositif pourra être progressivement étendu. Une politique des petits pas permettrait sur le long terme d'arriver à ce que ce type de recrutement devienne la norme, il suffirait chaque année de faire sortir quelques établissements du mouvement académique avec barème et, en 10 à 20 ans, on peut faire doucement basculer l'ensemble du système vers l'autonomie locale du recrutement.
Bien sûr, ce ne sont là que des spéculations, mais pourquoi notre nouveau ministre insisterait-il autant sur l'autonomie du recrutement s'il avait prévu de la cantonner à quelques expériences marginales ?

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Balthazaard le Sam 20 Mai 2017 - 12:21

@Rendash a écrit:
@MUTIS a écrit:
@William Foster a écrit:
Bah surtout que ça ne sert à rien de se battre : y'a Bayrou (heureusement d'ailleurs !).
Et puis surtout vous savez bien que Macron ne sera jamais élu, c'est juste une bulle médiatique néo libérale sans propositions et sans programme qui va exploser au premier débat !

Et puis, bon, y'a Bayrou, il a forcément eu des garanties en béton sur l'école, rien d'aussi commun qu'une poignée de circonscriptions pour sauver son parti moribond et un maroquin d'importance.

Je ne suis pas pour Bayrou mais cette façon de voir est puérile. Bayrou a un parti, il fait ce qu'il pense pour avoir vue au chapitre, je vois mal en quoi cela est condamnable, il n'a pas renié sa façon de voir, il s'est engagé pour Macron sans que ce soit gagné, risquant la disparition politique si Fillon avait été élu, il n'est pas anormal que son parti soit présent dans un gouvernement qualifié de droite par la gauche et de gauche par la droite, donc a sa vraie place au centre.
Je vois très mal votre conception de la politique...si pour vous toutes les alliances sont vues sous cette forme.
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:22

@Balthazaard a écrit:
@PabloPE a écrit:
@Balthazaard a écrit:Si tu as quelque chose qui le dit, autre que les spéculations du forum, poste le lien, je serai curieux de le lire.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/07112016Article636140851780439010.aspx

Et pour que cela soit possible il souhaite renforcer les pouvoirs des chefs d'établissement et des directeurs d'école, qui deviendraient les supérieurs hiérarchiques des enseignants. Les enseignants seraient recrutés sur profil et évalués par les seuls chefs d'établissement, à l'image de ce qu'avait institué le décret Chatel en 2012 (annulé ensuite par V Peillon).

C'est UNE interprétation à partir du livre de Blanquer à un moment où il n'était pas intégré à une équipe gouvernementale, si cela tient lieu d’engagement ou de programme, on peut jouer à ce petit jeu avec TOUS les hommes politiques (as tu déjà oublié "mon ennemi c'est la finance") entre ce qu'on dit , écrit et fait il y a un monde.

Il y a une interview dans le monde (réservé aux abonnés) où le moins qu'on puisse dire c'est que le discours est très modéré. A moins d'en être resté au cliché droite= menteur = méchant  gauche = gentil = méchant sans faire exprès

De toute façon cette manière de voir est déjà en route, il n'y a qu'a voir pour les rythmes, on est contre mais si c'est le maire qui décide d'être contre alors on est pour, on serra contre quand ce sera nous qui déciderons...et puis si à droite à gauche on fait tout pareil c'est pas bien...on nous a imposé à tous c'était brutal et pas bien, si on "désimpose", il faut que ce soit à tous et pareils comme ça là se sera bien!!!

Des fois j'ai un peu envie de dire [modéré]

Et donc, selon toi, le choix de l'ex-DGESCO de Sarkozy, artisan de la réforme Châtel, maître d'oeuvre d'une partie des 80 000 suppressions de postes, qui prône l'annualisation, l'autonomie, les stages de remise à niveau des élèves durant l'été, et choix numéro 1 de Fillon pour l'EN en février dernier, est tout à fait anodin ?


Ou c'est parce qu'il y a Bayrou, heureusement ?

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Zagara le Sam 20 Mai 2017 - 12:24

@Balthazaard a écrit:Je dois avoir manqué quelque chose mais je n'ai vu nulle part dit ou écrit qu'il faudra que les profs démarchent les établissements...cela dit comme exercice de style on peut apprécier.
Notre ministre en parlait. Il disait que parmi le paquet pour faire accepter la réforme aux enseignants, il fallait nous "expliquer" que nous pourrions "choisir nos établissements". Ce qui précise "l'autonomie des établissements" voulue par Macron (concept un peu flou tant qu'il n'est pas décrit) et entend bien un recrutement local, par établissement.

Il a aussi dit que sa méthode passerait par des expérimentations de l'ordre de 5 à 10% des établissements (et certainement en s'appuyant sur des structures de recrutement déjà existantes).
A court terme, on devrait donc voir apparaître une inflation des postes à profil, voire des "zones à profils". Une fois qu'il y aura eu un rapport positif sur cette expérimentation (il sera nécessairement positif, vu que toute l'UE, l'OCDE et le gouvernement poussent à la réalisation de l'autonomie des établissements), ce rapport servira de base pour étendre à 15% des établissements, puis 20%, etc. Tout cela sur la base du volontariat : je ne serais pas surprise qu'on propose aux CDE d'être volontaires pour devenir des "établissements libres".


Dernière édition par Zagara le Sam 20 Mai 2017 - 12:28, édité 2 fois
avatar
Zagara
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par William Foster le Sam 20 Mai 2017 - 12:25

@Balthazaard a écrit:Je ne suis pas pour Bayrou mais cette façon de voir est puérile. Bayrou a un parti, il fait ce qu'il pense pour avoir vue au chapitre, je vois mal en quoi cela est condamnable, il n'a pas renié sa façon de voir, il s'est engagé pour Macron sans que ce soit gagné, risquant la disparition politique si Fillon avait été élu, il n'est pas anormal que son parti soit présent dans un gouvernement qualifié de droite par la gauche et de gauche par la droite, donc a sa vraie place au centre.
Je vois très mal votre conception de la politique...si pour vous toutes les alliances sont vues sous cette forme.
Au royaume des aveugles.

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Il ne faut pas voir le mal partout où il est." Marie-Martine Schyns, ministre belge de l'enseignement obligatoire
avatar
William Foster
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Balthazaard le Sam 20 Mai 2017 - 12:28

@Moonchild a écrit:
@Balthazaard a écrit:Je dois avoir manqué quelque chose mais je n'ai vu nulle part dit ou écrit qu'il faudra que les profs démarchent les établissements...cela dit comme exercice de style on peut apprécier.
Le recrutement sur profil par le CdE implique tout de même que celui-ci examine des dossiers de candidature ; comment ces dossiers arriveront-ils sur son bureau sans aucune démarche de la part des profs ?

Je ne pense pas que ce procédé puisse, à brève échéance, être généralisé à l'ensemble des établissements, mais sa mise en place dans des zones pilotes aura pour effet que certains profs commenceront à démarcher certains établissements (ou pas, si c'est en REP...) et le dispositif pourra être progressivement étendu. Une politique des petits pas permettrait sur le long terme d'arriver à ce que ce type de recrutement devienne la norme, il suffirait chaque année de faire sortir quelques établissements du mouvement académique avec barème et, en 10 à 20 ans, on peut faire doucement basculer l'ensemble du système vers l'autonomie locale du recrutement.
Bien sûr, ce ne sont là que des spéculations, mais pourquoi notre nouveau ministre insisterait-il autant sur l'autonomie du recrutement (1) s'il avait prévu de la cantonner à quelques expériences marginales ?

Je te cite un exemple, chez nous un prof part à la retraite, il avait depuis longtemps une formation dans un domaine très spécifique même si sa matière est très courante. Personne n'est cahud pour la reprendre, faute de connaissances dans ce domaine, il est clair que si il est remplacé par un néo certifié ou un prof lambda, la formation (dans le collimateur du rectorat qui a déjà tenté de la supprimer par deux fois et échoué suite à mobilisation, pas seulement des profs) aura du plomb dans l'aile. Le poste est passé en poste à profil...est-ce vraiment un mal?

(1) parce qu'il a dit et redit depuis qu'il est ministre qu'il ne voulait pas de nouvelles lois et procéder par expérimentations...si cela ne suffit pas alors je ne vois pas à part dire "il est de droite donc quand il dit noir, cela veut dire blanc" ou alors porter plus de crédit à ce qu'il a écrit dans un bouquin que personne n'a lu mis à part extraits hors contexte.

Je ne suis pas de droite, je n'ai pas de sympathie pour Blanquer, mais pour le moment il y a longtemps que je n'ai pas vu de déclarations aussi raisonnables de la part d'un ministre...pour la suite , contrairement à beaucoup ici je ne suis pas madame Irma
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Zagara le Sam 20 Mai 2017 - 12:30

Personne ne dit que ce serait un "mal", on décrit seulement un processus probable.
Ensuite, chacun peut le qualifier selon ses opinions.
avatar
Zagara
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Trinity le Sam 20 Mai 2017 - 12:30

@Rendash a écrit:
Il n’est plus acceptable que les territoires où la difficulté sociale et scolaire se concentre soient confrontés chaque année à l’impossibilité de recruter des enseignants : parce qu’il faut reconnaître cette difficulté et y répondre, les enseignants, du premier et du second degré, qui exercent en REP+ seront mieux accompagnés et recevront une prime annuelle supplémentaire de 3 000€ nets.

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/education

Merci.

_________________
"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Albert Einstein

avatar
Trinity
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:32

@Balthazaard a écrit:
@Rendash a écrit:
@MUTIS a écrit:
@William Foster a écrit:
Bah surtout que ça ne sert à rien de se battre : y'a Bayrou (heureusement d'ailleurs !).
Et puis surtout vous savez bien que Macron ne sera jamais élu, c'est juste une bulle médiatique néo libérale sans propositions et sans programme qui va exploser au premier débat !

Et puis, bon, y'a Bayrou, il a forcément eu des garanties en béton sur l'école, rien d'aussi commun qu'une poignée de circonscriptions pour sauver son parti moribond et un maroquin d'importance.

Je ne suis pas pour Bayrou mais cette façon de voir est puérile. Bayrou a un parti, il fait ce qu'il pense pour avoir vue au chapitre, je vois mal en quoi cela est condamnable, il n'a pas renié sa façon de voir, il s'est engagé pour Macron sans que ce soit gagné, risquant la disparition politique si Fillon avait été élu, il n'est pas anormal que son parti soit présent dans un gouvernement qualifié de droite par la gauche et de gauche par la droite, donc a sa vraie place au centre.
Je vois très mal votre conception de la politique...si pour vous toutes les alliances sont vues sous cette forme.

Non, ce qui est puéril c'est de dire amen à tout au motif qu'il y a Bayrou (heureusement aai ) et qu'il va avoir une quelconque influence sur la politique éducative.
D'une part, Bayrou ne pèse plus grand chose politiquement depuis le siphonnage du MoDem. A la limite, on peut espérer qu'il porte une certaine conception de la politique (la même que Macron, sans aucun doute, dans la mesure où le second a réussi là où le premier avait échoué en 2007 et 2012) ; mais Bayrou a menti lorsqu'il a affirmé que son ralliement n'était pas monnayé par des circonscriptions, et ça, c'est mauvais signe. Il est là, le problème, pas dans le monnayage lui-même mais dans le mensonge.
D'autre part, je trouve particulièrement naïf de croire que Bayrou se mettra en porte-à-faux si la politique éducative ne lui convient pas : sans Macron, il n'est plus rien, aujourd'hui. Il tente un coup de poker et fait le pari que la dynamique des présidentielles permettra au MoDem de décrocher quelques sièges à l'Assemblée et lui redonnera un poids politique ; c'est malin, mais s'il n'a pas de quoi constituer un groupe, il est cuit, et n'aura plus de quoi peser de quelque manière que ce soit. Surtout qu'un éventuel limogeage de Bayrou ferait très plaisir à la droite sans gêner la gauche, si d'aventure il s'opposait à une politique éducative.

Tous ceux qui sautent de joie parce qu'il y a Bayrou (heureusement yesyes ) réagissent exactement comme ceux qui voyaient en Peillon le Messie, et ont dit amen à tout jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus s'asseoir. Plus naïvement encore peut-être, parce que Bayrou est Garde des Sceaux et non Ministre de l'Education Nationale.
Il a servi à rassurer sur la solidité de la candidature de Macron, beaucoup d'enseignants notamment ; mais c'est un coup de com', pas une garantie, et c'est ça mon point de vue.

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Balthazaard le Sam 20 Mai 2017 - 12:34

@Rendash a écrit:
@Balthazaard a écrit:
@PabloPE a écrit:
@Balthazaard a écrit:Si tu as quelque chose qui le dit, autre que les spéculations du forum, poste le lien, je serai curieux de le lire.

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/07112016Article636140851780439010.aspx

Et pour que cela soit possible il souhaite renforcer les pouvoirs des chefs d'établissement et des directeurs d'école, qui deviendraient les supérieurs hiérarchiques des enseignants. Les enseignants seraient recrutés sur profil et évalués par les seuls chefs d'établissement, à l'image de ce qu'avait institué le décret Chatel en 2012 (annulé ensuite par V Peillon).

C'est UNE interprétation à partir du livre de Blanquer à un moment où il n'était pas intégré à une équipe gouvernementale, si cela tient lieu d’engagement ou de programme, on peut jouer à ce petit jeu avec TOUS les hommes politiques (as tu déjà oublié "mon ennemi c'est la finance") entre ce qu'on dit , écrit et fait il y a un monde.

Il y a une interview dans le monde (réservé aux abonnés) où le moins qu'on puisse dire c'est que le discours est très modéré. A moins d'en être resté au cliché droite= menteur = méchant  gauche = gentil = méchant sans faire exprès

De toute façon cette manière de voir est déjà en route, il n'y a qu'a voir pour les rythmes, on est contre mais si c'est le maire qui décide d'être contre alors on est pour, on serra contre quand ce sera nous qui déciderons...et puis si à droite à gauche on fait tout pareil c'est pas bien...on nous a imposé à tous c'était brutal et pas bien, si on "désimpose", il faut que ce soit à tous et pareils comme ça là se sera bien!!!

Des fois j'ai un peu envie de dire [modéré]

Et donc, selon toi, le choix de l'ex-DGESCO de Sarkozy, artisan de la réforme Châtel, maître d'oeuvre d'une partie des 80 000 suppressions de postes, qui prône l'annualisation, l'autonomie, les stages de remise à niveau des élèves durant l'été, et choix numéro 1 de Fillon pour l'EN en février dernier, est tout à fait anodin ?


Ou c'est parce qu'il y a Bayrou, heureusement ?

Curieuse conception de l'exercice du pouvoir, mais très répandue. Blanquer était haut fonctionnaire, si on dit à une de ces personnes de faire ci ou ça, elle le fait car, semble t-il c'est son rôle.Qu'il pense que c'est bien ou mal, je n'en sais rien, la seule chose dont je suis sur c'est qu'il a appliqué ce que demandaient Sarkozy et Chatel.
Maintenant tu peux aussi croire "les politiques ne décident rien, ce sont les hauts fonctionnaires qui mènent le Pays", c'est une vision qui a beaucoup de succès comme s'en prendre à l'ENA, c'est à la mode.
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Balthazaard le Sam 20 Mai 2017 - 12:39

Je note seulement que personne ici n'a vanté la présence de Bayrou comme garde fou (pas moi...et j'ai peine à trouver un post où cela figure) par contre que son nom revient comme un mantra dans les messages à contrario comme si cela pouvait compenser le manque d'argumentation sur des déclarations objectives.
Maintenant vous pouvez continuer, je me contrefiche de Bayrou et j'ai la faiblesse de m'en tenir aux déclarations.
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Zagara le Sam 20 Mai 2017 - 12:39

Je trouve étonnant que des gens aussi versés dans les mécaniques du privé ne réfléchissent pas en terme d'attractivité des établissements et de la profession.

Il me semble qu'une des questions n°1 si on veut améliorer l'école aujourd'hui peut être : "comment attirer des travailleurs plus compétents et comment rendre les zones les plus difficiles attractives ?"

Vu que les concours du CAPES ne font plus le plein depuis des années, et que certains postes sont déjà vacants, ce n'est pas juste une prime supplémentaire en REP qui va améliorer l'attractivité du métier et de ces zones difficiles. Si ?
avatar
Zagara
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:40

@Balthazaard a écrit:

Curieuse conception de l'exercice du pouvoir, mais très répandue. Blanquer était haut fonctionnaire, si on dit à une de ces personnes de faire ci ou ça, elle le fait car, semble t-il c'est son rôle.Qu'il pense que c'est bien ou mal, je n'en sais rien, la seule chose dont je suis sur c'est qu'il a appliqué ce que demandaient Sarkozy et Chatel.
Maintenant tu peux aussi croire "les politiques ne décident rien, ce sont les hauts fonctionnaires qui mènent le Pays", c'est une vision qui a beaucoup de succès comme s'en prendre à l'ENA, c'est à la mode.

Je t'ai connu plus honnête dans le débat, ça ne te ressemble pas de déguiser mes propos pour me faire dire autre chose que ce que j'avance. Ou peut-être as-tu lu trop vite ?
Le fait est que Macron a choisi quelqu'un pour diriger l'EN, et c'est ce choix que je discute. Pas plus que Sarkozy ou Hollande, Macron ne va décider lui-même de toutes les mesures concernant l'EN, ça n'est pas son rôle d'une part, ni sa tasse de thé d'autre part. Il a des grandes lignes, celles de son programme (singulièrement vide en la matière, d'ailleurs) ; il choisit quelqu'un pour les mettre en oeuvre, et ce choix est révélateur d'une façon de voir les choses : on ne peut pas croire une seule seconde que Blanquer a été choisi pour faire tout autre chose que ce qu'il prône depuis des années. Et quand bien même il ne ferait pas tout (en cinq ans, ce serait difficile), chacune des orientations qu'il appelle de ses vœux est un clou supplémentaire dans notre cercueil.

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par pogonophile le Sam 20 Mai 2017 - 12:40

Je n'arrive pas à me représenter cette idée de recrutement des enseignants par les CE. Les enseignants sont recrutés par l'Etat sur concours, donc de toutes façons ils le sont déjà.
Si on parle des affectations, le problème est le même : il faut bien tous les affecter quelque part. Donc à moins de considérer qu'il ne s'agirait que de quelques postes à profil, je ne vois pas.

pogonophile
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par Rendash le Sam 20 Mai 2017 - 12:42

@Balthazaard a écrit:Je note seulement que personne ici n'a vanté la présence de Bayrou comme garde fou (pas moi...et j'ai peine à trouver un post où cela figure) par contre que son nom revient comme un mantra dans les messages à contrario comme si cela pouvait compenser le manque d'argumentation sur des déclarations objectives.
Maintenant vous pouvez continuer, je me contrefiche de Bayrou et j'ai la faiblesse de m'en tenir aux déclarations.

Si par "ici", tu entends "sur ce topic", c'est possible, et je pense que c'est parce que cette idée a été mise à mal par le choix de Blanquer à l'EN et la nomination de Bayrou à la Justice.
Si par "ici" tu entends "les participants à cette discussion", je t'invite à jeter un oeil aux propos qu'ils ont pu tenir : parce que c'est un fait que la présence de Bayrou a été présentée par certains comme une garantie qu'il ne sera pas fait n'importe quo à l'EN au nom de l'austérité budgétaire. Et c'est cette naïveté que je dénonce avec mon mantra "heureusement y'a Bayrou ( yesyes ).

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mille ambiguïtés éducatives de M. Macron

Message par VanGogh59 le Sam 20 Mai 2017 - 12:42

@Balthazaard a écrit:

Je ne suis pas pour Bayrou mais cette façon de voir est puérile. Bayrou a un parti, il fait ce qu'il pense pour avoir vue au chapitre, je vois mal en quoi cela est condamnable, il n'a pas renié sa façon de voir, il s'est engagé pour Macron sans que ce soit gagné, risquant la disparition politique si Fillon avait été élu, il n'est pas anormal que son parti soit présent dans un gouvernement qualifié de droite par la gauche et de gauche par la droite, donc a sa vraie place au centre.
Je vois très mal votre conception de la politique...si pour vous toutes les alliances sont vues sous cette forme.
Et pour Besson avec Sarkozy en 2007, tu as tenu le même raisonnement ?
La question qui est posée ici n'est pas le choix du centre ou cette espèce de ni droite-ni gauche utilisé ici de façon machiavélique par Macron pour mieux phagocyter les LR et le PS pour ne pouvoir garder que les extrêmes croyant naïvement qu'il va réussir à lui tout seul un clivage vieux de plus de 2 siècles.
La question est celle de l'idéologie. Bayrou se rallie à un libéral décomplexé qui veut déréguler le code du travail à la méthode Schröder pour obtenir un résultat visible (la baisse du taux de chômage) en feignant d'en ignorer les conséquences (la plus grave d'entre elle la précarisation du marché du travail qui fera exploser la pauvreté dans le pays)
Bayrou déclarait en 2001 : 
bayrou a écrit:Le modèle libéral est un modèle matérialiste. C’est un modèle qui accepte et même qui recherche et qui justifie la marchandisation de la vie humaine, de la conception jusqu’à la mort. […] Pour nous, pour la France et pour l’Europe, nous n’acceptons pas ce modèle matérialiste. 
Bon 2001, c'est loin... Mais virer sa vision à 180° en 16 ans, c'est fort quand même...

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum