Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar - 18:11

Je comprends très bien cette lassitude, je pense qu'enseigner est un métier très très difficile, sans doute parce que l'échec est intolérable ET inévitable parfois.
Et je comprends aussi la sensation d'essayer d'écoper l'océan avec une petite cuillère. J'ai souvent la même en association, quand on voit quelqu'un avancer enfin et pof un autre qui s'écroule encore un peu plus ou un nouveau dans une situation encore pire alors qu'on ne croyait même pas ça possible.
Et oui la société est de plus en plus inégale et l'école seule ne pourra pas tout résoudre. Peut-être même qu'elle ne peut rien résoudre.
A vrai dire je ne me bats pas pour que l'école résolve les inégalités (je crois que tant qu'on n'aura pas changé le regard de la société sur les gens pauvres, on aura du mal à vraiment avancer) mais juste pour qu'elle ne les aggrave plus.

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Mufab le Ven 30 Mar - 18:19

Merci pour ton message, Lilie. Je suis d'accord sur plein de choses.
On me dit que j'enseigne comme par le passé ? Comme j'ai appris ? Mais qu'en sait-on ?
(Et puis même. Pourquoi ce serait forcément mal ? Faut-il tout jeter de ce qui s'est fait avant ?)
Je dirais que j'enseigne comme je peux.

Et que ma communication avec les parents, je la mène comme je peux aussi.

Oui, les enseignants sont des êtres humains : ils disent des inepties, ça leur arrive, ils font des bourdes, il y a des jours où ils sont crevés, ou de moins bonne humeur, ou malades, ou ont des soucis personnels... (Ils rigolent aussi, hein, prennent des pauses et disent alors encore plus d'inepties défoulatoires)...
Bon, tout ça pour dire que je ne suis toujours à 100 % au top, qu'il y a des soirs où, après 6 heures et des brouettes de classe et les corrections, j'ai juste envie de rentrer chez moi, de faire un petit break, oublier un peu les soucis de la journée pour repartir lundi la fleur au cartable (tu vois aujourd'hui j'ai décollé à 19h. Et je n'ai pas mes prép' au point pour lundi), et que je n'aurais pas été ce soir super apte à la communication si j'avais eu des rendez-vous.

Voilà. Je me sens supérieure, hein ?

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par lilith888 le Ven 30 Mar - 18:41

@thaliane a écrit:Je comprends très bien cette lassitude, je pense qu'enseigner est un métier très très difficile, sans doute parce que l'échec est intolérable ET inévitable parfois.

Si tu lis bien les messages plus haut la lassitude ne vient pas de l'échec, bien souvent, nous tenons encore pour et grâce aux gamins. Ce qui nous lasse le plus c'est cette intrusion permanente de tout un chacun se permettant de mettre les pieds dans notre professionnalisme (ce que tu es en train de faire).

Tu nous as expliqué plus haut avoir vu, à cause d'un manque de communication, des parents porter plainte. Tu crois, naïvement, qu'un simple rendez-vous parents profs aurait pu régler le souci ? Désolée mais j'en doute fort. Quand on en arrive à de tels abus, c'est que les parents sont sacrément idiots pour aller aussi loin.

Parfois, même avec communication, rien ne s'arrange. La "communication" ne fait pas toujours des miracles. Suite à 30 minutes de "communication" avec des parents d'élèves, puisque je ne voulais pas ôter une sanction que j'estimais juste, le père m'a dit sur un ton furieux "puisque c'est comme ça ma fille n'assistera plus à vos cours". J'ai répondu calmement "C'est très dommage pour elle"

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar - 18:43

Mufab, je t'assure qu'une enseignante qui m'accueille en rendez-vous en me disant "je vous préviens, je suis désolée, là je suis un peu naze à la fin de la semaine, c'est peut-être pareil pour vous, on essaye de se le faire court ?", ben je me dis que c'est un entretien qui est en train de démarrer super bien. Pour de vrai. Et je pense que j’enchaîne en demandant "et alors le mien, il fait partie de ceux qui vous ont un peu fatiguée ou beaucoup fatiguée ?"

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par lilith888 le Ven 30 Mar - 18:44

@thaliane a écrit:
Or ce n'est pas comme ça partout : il y a des écoles, y compris dans des quartiers très difficiles, où les parents entrent et parlent avec les enseignants tous les jours (et pas seulement en maternelle) et dans ces écoles, il y a moins de violence et de meilleurs résultats.

Moi, c'est ça qui me fait peur, très peur même.
Personnellement, j'ai 4 classes de 32 élèves. Tout est dit je crois. L'école, ce n'est pas le collège.

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par lilith888 le Ven 30 Mar - 18:50

@thaliane a écrit:Je suis inquiète quand je comprends que certains ne veulent surtout pas parler avec les parents parce que j'ai peur qu'on n'y arrive pas. Je n'ai pas peur pour mes enfants non. J'ai peur pour les 150.000 décrocheurs par an. Peut-être parce que j'ai en tête des petits loups que je connais depuis la maternelle et qui, si rien ne change, risquent bien d'être les statistiques...

C'est qui "certains". Tu en as vu des exemples ici même ?

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar - 18:50

Oui, sur l'histoire de la plainte, pour l'avoir suivi de A à Z (et je précise que j'ai témoigné en faveur de la directrice et l'enseignante), ça aurait pu être éviter avec plus de dialogue ou un dialogue mieux démarré (parce qu'effectivement communiquer, ce n'est pas simplement se parler, c'est difficile de s'écouter vraiment, on n'est pas formés pour en général).
Et non, les parents ne sont pas idiots, ils se sont sentis humiliés, blessés, ils n'ont pas compris ce qui se passait, ils ont peur pour leur enfant. Ils ont eu tort. Ca ne veut pas dire qu'ils ont été idiots. Quand un dialogue tourne mal, ce n'est pas la faute d'un seul des protagonistes mais de tous et, en l'occurrence, je m'inclus parce que je n'ai pas réussi à rétablir correctement le dialogue entre les parents et l'équipe, ça a été un gros échec, douloureux de voir ce môme quitter ses copains - parce que, bien sûr, il a changé d'école -, douloureux de voir les parents dans une telle colère et telle méfiance vis à vis de l'institution école, douloureux de voir une directrice et une enseignante très abattues par un dépôt de plainte. Tout le monde a perdu, c'est la situation qui est crétine.

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar - 18:55

"Les mots sont des fenêtres. Ou ils peuvent être des murs" (Rosenberg)

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par lene75 le Ven 30 Mar - 19:24

Lilie je te rejoins sur beaucoup de points, et en particulier sur le fait que je me pose souvent la question de quitter le navire et que seuls les élèves me font tenir.

Ce dont les parents ne se rendent absolument pas compte, c'est que discuter, c'est bien beau, mais quand on a 150 élèves, on est bien obligé de faire des choix, on ne peut pas voir tout le monde, surtout quand un RV signifie plusieurs heures d'attente au lycée, soit autant d'heures de perdues pour le travail qu'on consacre à tous les autres élèves. Parce que oui, aussi étrange que cela puisse paraître, les profs bossent eux aussi.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par MelanieSLB le Ven 30 Mar - 19:33

@John a écrit:
Je ne suis pas en colère contre les enseignants, je suis triste du manque de dialogue entre enseignants et parents, de sa difficulté, de la méfiance.
Tu sais, quand on voit déjà la haine qu'il y a de la part de certains enseignants envers d'autres enseignants, on se dit que le dialogue ne risque pas d'avoir lieu tout de suite...

Moi, j'aimerais déjà que les parents qui viennent n'aient pas à l'esprit que je ne suis qu'une grosse fainéasse monstrueuse qui aime torturer les élèves. Ça irait déjà mieux. (Et ma communication avec les parents ne doit pas être si mauvaise, ils repartent souvent avec une autre image: ils le disent eux-mêmes, mais ça serait plus simple si cette 1e image n'était pas là).

@liliepingouin a écrit:Je crois qu'il y a chez pas mal d'enseignants un effet de lassitude. Il y a de très bons enseignants, des bons, des moyens, et quelques très mauvais, ça existe aussi. (Mais même les très très bons ne sont jamais très très bons pour tous les élèves, malgré nos efforts c'est impossible.) . Beaucoup d'enseignants sont consciencieux en tout cas. Et ils font en sorte d'exercer leur métier le mieux possible.
Il y a des défauts dans leur enseignement, des points à améliorer, et, d'année en année, ils essaient de trouver des solutions. Mais nous travaillons avec de l'humain, et, les solutions, nous ne les avons pas clés en main. (Et personnellement, je n'ai pas vraiment eu l'impression d'avoir eu de formation mais peut-être en attendais-je trop: il n'y a pas de solution toute faite).

Bref, ce que je veux dire, c'est que la réflexion est permanente, la recherche de solutions aussi, et que nous cherchons à faire le mieux possible. Mais qu'est-ce qu'on entend à longueur de journée dans les médias ? Que l'école crée de l'échec, qu'elle ne prend pas assez en compte ceci ou cela, qu'il faut redéfinir le métier, qu'il faut ceci, qu'il faut cela, avec plein de personnes qui proposent plein de solutions, voire qui les imposent (et je précise, pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés, que parmi ces personnes qui veulent imposer leur avis ou tout remettre en cause, on trouve des fédérations de parents, mais aussi beaucoup d'enseignants eux-mêmes, et ce fil en est d'ailleurs une excellente preuve, puisqu'il en contient un exemple représentatif Very Happy ) Et c'est pesant, mais pesant, à un point qu'on en aurait envie de démissionner. Je n'ai pas besoin que quelqu'un me dise de réfléchir à mon enseignement, je le fais toute seule tous les jours en préparant mes cours, et de temps en temps j'échange avec mes collègues pour voir s'ils n'ont pas de bonnes idées, je demande des formations, etc.
Alors qu'on revienne à la charge en permanence, je n'en peux plus. Et j'ai envie de dire "laissez-moi tranquille. Je fais ce que je peux, mais là, vous en demandez trop. Je n'y arrive plus, et si ça continue, je vais partir" (mais en fait il y a encore des élèves qui me donnent envie de rester Very Happy )
On peut discuter sur les devoirs. Il y a des devoirs trop difficiles, pas adaptés qui sont donnés, plein de choses à repenser. Mais j'en ai assez qu'on donne la parole à toute la population (il suffit d'écouter certaines radios) : tout le monde y va de son avis, et, effectivement, on voit beaucoup plus rarement un tel déferlement d'avis sur une autre profession (quoique j'ai l'impression que ce soit de plus en plus le cas pour les médecins).
Néo est la preuve que les enseignants n'ont attendu personne pour mutualiser leur travail, demander l'avis des autres, réfléchir ensemble.

Mais toutes les nouvelles mesures que nous sortent tout un tas de gens, j'en ai assez, parce que trop souvent, le discours c'est "la solution c'est ça mais les enseignants sont des conservateurs qui refusent de l'appliquer parce qu'ils veulent enseigner comme eux-mêmes ont appris, qu'ils ne veulent pas modifier leurs habitudes, et ils délivrent un enseignement passéiste qui ne prend pas en compte les évolutions et la modernité de la société actuelle". Les enseignants rétifs au changement, conservateurs, qui reproduisent des schémas, combien de fois entendons-nous ces propos dans les émissions consacrées à l'enseignement? Ces remarques sont blessantes, mais je crois qu'elles ne blessent que les enseignants consciencieux. Les mauvais, ils s'en fichent.
Comme si les enseignants ne voulaient pas le meilleur pour leurs élèves! Pourquoi avons-nous choisi ce métier, sinon parce que nous voulons faire réussir des élèves?
Et je précise, pour que ce soit clair, que ces discours nous sont servis également par des professeurs eux-mêmes, qui attaquent leurs collègues avec virulence, et les accusent autant, et même certainement plus que les autres, d'être de vieux réacs méprisants.

Seulement, nous ne sommes pas des magiciens qui pouvons résoudre tous les problèmes: un même cours, fait avec deux classes différentes, n'obtient pas du tout le même résultat. Et même, au sein d'une seule classe, n'est pas du tout perçu de la même manière. Je me souviens d'élèves de bac pro (donc pas les élèves ayant le meilleur niveau) venus assister à un de mes cours de BTS : ils ont dit à une collègue qu'ils avaient beaucoup aimé. Et pourtant, une grosse partie de mes BTS n'avait rien écouté et faisait autre chose. Le problème ne venait pas de mon cours: le retour des bac pro montrait qu'il était intéressant et accessible à tous. Que pouvais-je faire pour les autres?
Je ne pouvais rien faire, et j'ai arrêté de me torturer le cerveau. Le problème me dépassait.
Et je crois qu'on ne peut pas demander à l'école de combler les inégalités, parce qu'elle n'a pas ce pouvoir. L'école fait ce qu'elle peut, mais si elle n'y arrive pas toujours, pourquoi serait-ce forcément sa faute? Est-ce que c'est vraiment l'école qui est à réformer une énième fois? N'est-ce pas autre chose ?

Je n'ai pas attendu qu'on me le dise pour essayer de valoriser mes élèves (ce qui ne signifie certainement pas les surnoter), je sais combien c'est éprouvant, alors qu'on fait tout ce qu'on peut, de ne pas avoir beaucoup de retour positif. Je veux bien que de temps en temps on me donne son avis, gentiment. Mais je veux surtout qu'on me laisse faire comme je le sens en classe, et qu'on me fasse confiance. Qu'on me laisse juge. Et le travail des élèves, c'est la classe, ET les devoirs (je suis en lycée, âge auquel les élèves n'ont besoin de rien ni personne pour travailler)

Une étudiante de la classe de BTS évoquée plus haut, l'année suivante, m'a écrit un petit mot pour me remercier de tout ce que je lui avais appris cette année. Sait-elle à quel point cela m'a touchée? Elle m'a redonné confiance, là où je croyais avoir échoué. Comme il nous arrive, parfois de redonner confiance à certains élèves. Et c'est pour elle, pour eux, que je veux faire ce métier, en ignorant, autant que faire se peut, tous ceux qui veulent me faire tout changer en ignorant que je suis toujours en train de chercher à m'améliorer. Mais ce qui est très important, c'est que je garde suffisamment de confiance en moi pour croire à ce que je fais. Si je crois en moi, il y a une chance que j'arrive à instruire mes élèves. Si je ne sais plus comment faire parce qu'on me décourage, je vais laisser tomber.

Liliepingouin, merci. Je te re-cite en entier parce que ce que tu écris le mérite. Merci encore de ta précision et de ta clarté. fleurs

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par thaliane le Ven 30 Mar - 19:43

Si si je me rends compte qu'au collège c'est très problématique (déjà que c'est pas simple à l'élémentaire...). Et j'avoue que, personnellement, je redoute beaucoup le collège (pas que pour les difficultés de communication). Mais c'est un autre sujet.

Mais la rupture de dialogue se fait dès l'élémentaire. Et je comprends mal : en maternelle, ça ne pose aucun problème que les parents rentrent dans l'école, discutent 1 min avec l'instit le matin ou le soir. Et d'un coup d'un seul, parce que l'enfant rentre au CP, une grille se ferme sous notre nez. Je comprends qu'il y a les programmes à tenir mais 5 minutes le matin, j'ai l'impression qu'il y aurait tant à y gagner.
Au UK par exemple, dans l'équivalent du CP, les parents qui le peuvent sont invités à rester la première demi-heure pour lire aux enfants. Dans les faits, les mères restent en général 5 minutes et une ou deux reste un peu plus longtemps faire la lecture. Je ne dis pas que le UK est un exemple en tout (loin de là, puisque c'est notamment un des pays où la ségrégation scolaire est la plus forte) mais, pour l'avoir vu à l'oeuvre, dans une école publique très mixte, ça crée une ambiance très chaleureuse entre parents et enseignants et entre parents. Evidemment, plus les enfants grandissent et moins les parents restent : dès 8 ans, les enfants virent gentiment leurs parents "no Daddy thanks but I'm going alone to my classroom" et c'est très bien comme ça.

Sur l'image des enseignants, je sais qu'elle est très dévalorisée (autant sinon plus que celle des parents auprès des enseignants Twisted Evil ). Et ça moi je crois que c'est organisé "en haut" : c'est très très commode pour un gouvernement que les parents méprisent ou craignent les enseignants et vice versa. Parce que ça garantit qu'on ne se parle pas. Et si on ne se parle pas, on ne risque pas de descendre dans la rue ensemble pour exiger des choses. Or ça ne bouge que lorsqu'enseignants et parents se mobilisent ensemble : les écoles qui obtiennent que les classes à fermer ne le soient pas, c'est toujours que la mobilisation était commune. C'est notre intérêt commun de lever les a prioris des 2 côtés (et oui, il y en a des 2 côtés, je vous promets que je m'énerve autant sinon plus avec des parents, y compris des parents pauvres, à leur dire "non, ce n'est pas vrai, tous les profs ne te regardent pas comme une abrutie, ça c'est souvent dans ta tête et si tu vas leur parler, tu verras que non, ils n'en ont pas rien à faire de ton gamin ! Et quand tu vas leur parler, ne commence pas par les engueuler, ça n'aidera pas")

thaliane
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Mufab le Ven 30 Mar - 19:59

@thaliane a écrit:
Evidemment, plus les enfants grandissent et moins les parents restent : dès 8 ans, les enfants virent gentiment leurs parents "no Daddy thanks but I'm going alone to my classroom" et c'est très bien comme ça.

Ben voilà.
8 ans ce sont des Ce2 au début de l'année. Ils ont besoin d'être un peu lâchés et d'exister par eux-mêmes.

Et pour répondre à notre "indisponibilité" à l'élémentaire, je te raconte :
J'arrive à 8 heures, grosso modo. J'ai quelques photocopies à faire, et je bois un café en salle des maîtres. Je pourrais arriver à 8h29, la classe commençant à 30.
Deux collègues sont de "service" (et ça tourne sur la semaine) à 8h20, pour surveiller la cour : 190 élèves arrivant progressivement.
L'un, en général, est au portail, dit bonjour aux enfants, recueille les messages des parents, et, pendant ces 10 minutes, un adulte ne rentrera dans l'école qu'avec l'autorisation de l'instit' de service et un motif (aller voir un collègue, par exemple).
Serais-tu rassurée si, toi absente parce que ton enfant vient de la garderie, tous les adultes entraient et sortaient à leur guise et envahissaient la cour ?
Le portail est fermé à clé à 8h30 (allez 32). C'est réglementaire : l'école n'a pas à être ouverte à toute intrusion.
Serais-tu rassurée dans le cas contraire ?

A 11h30, je raccompagne les enfants qui mangent chez eux. A 11h35, j'ai soutien.

A 16h15, je raccompagne toute la classe (moins garderie) au portail, et je dis au revoir aux élèves. C'est à ce moment là que se déroulent les rencontres informelles ou non.
Ensuite je suis dans ma classe. On peut venir me trouver. Ou pas si je suis en réunion ou partie.

Voilà comment ça se passe. Que proposes-tu d'autres ?
Et franchement, je ne me vois pas accueillir les parents dans ma classe (où l'on est déjà bien à l'étroit) tous les matins... et prendre sur le temps de classe... Pour quoi faire ?

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")

Mufab
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par midjie le Ven 30 Mar - 20:00

@thaliane a écrit:Si si je me rends compte qu'au collège c'est très problématique (déjà que c'est pas simple à l'élémentaire...). Et j'avoue que, personnellement, je redoute beaucoup le collège (pas que pour les difficultés de communication). Mais c'est un autre sujet.

Mais la rupture de dialogue se fait dès l'élémentaire. Et je comprends mal : en maternelle, ça ne pose aucun problème que les parents rentrent dans l'école, discutent 1 min avec l'instit le matin ou le soir. Et d'un coup d'un seul, parce que l'enfant rentre au CP, une grille se ferme sous notre nez. Je comprends qu'il y a les programmes à tenir mais 5 minutes le matin, j'ai l'impression qu'il y aurait tant à y gagner.
Au UK par exemple, dans l'équivalent du CP, les parents qui le peuvent sont invités à rester la première demi-heure pour lire aux enfants. Dans les faits, les mères restent en général 5 minutes et une ou deux reste un peu plus longtemps faire la lecture. Je ne dis pas que le UK est un exemple en tout (loin de là, puisque c'est notamment un des pays où la ségrégation scolaire est la plus forte) mais, pour l'avoir vu à l'oeuvre, dans une école publique très mixte, ça crée une ambiance très chaleureuse entre parents et enseignants et entre parents. Evidemment, plus les enfants grandissent et moins les parents restent : dès 8 ans, les enfants virent gentiment leurs parents "no Daddy thanks but I'm going alone to my classroom" et c'est très bien comme ça.

Sur l'image des enseignants, je sais qu'elle est très dévalorisée (autant sinon plus que celle des parents auprès des enseignants Twisted Evil ). Et ça moi je crois que c'est organisé "en haut" : c'est très très commode pour un gouvernement que les parents méprisent ou craignent les enseignants et vice versa. Parce que ça garantit qu'on ne se parle pas. Et si on ne se parle pas, on ne risque pas de descendre dans la rue ensemble pour exiger des choses. Or ça ne bouge que lorsqu'enseignants et parents se mobilisent ensemble : les écoles qui obtiennent que les classes à fermer ne le soient pas, c'est toujours que la mobilisation était commune. C'est notre intérêt commun de lever les a prioris des 2 côtés (et oui, il y en a des 2 côtés, je vous promets que je m'énerve autant sinon plus avec des parents, y compris des parents pauvres, à leur dire "non, ce n'est pas vrai, tous les profs ne te regardent pas comme une abrutie, ça c'est souvent dans ta tête et si tu vas leur parler, tu verras que non, ils n'en ont pas rien à faire de ton gamin ! Et quand tu vas leur parler, ne commence pas par les engueuler, ça n'aidera pas")
Personnellement, ça m'agace très fortement, de voir des parents vouloir discuter à mon arrivée le matin, alors que j'ai du boulot, des photocopies à faire, ma classe à organiser... Je les écoute poliment, mais je trouve parfois cette attitude à la limite de l'impolitesse. Jamais, on ne me demande si je suis occupée ou si je suis disponible... Ils débarquent et me font perdre mon temps pour des broutilles.
Autant le soir, je discute ou je fais un bilan rapide aux parents que je croise même parfois dans le quartier, autant le matin, je trouve ça inapproprié..
En maternelle, les collègues ont 10 minutes d'accueil dans la classe... Ce n'est pas le cas en élémentaire où les enseignants se retrouvent de surveillance dans la cour.
Et je partage la lassitude des collègues... Je prépare activement ma reconversion... Plus envie de me tuer à la tâche pour les enfants des autres...

_________________
Beautiful.....Your mind, body and soul, so perfectly designed for you.....
Beautiful.... I don't wanna let you go until I tell you that I love you...
S.MAHY

midjie
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par lilith888 le Ven 30 Mar - 20:06

@thaliane a écrit: à leur dire "non, ce n'est pas vrai, tous les profs ne te regardent pas comme une abrutie, ça c'est souvent dans ta tête et si tu vas leur parler, tu verras que non, ils n'en ont pas rien à faire de ton gamin ! Et quand tu vas leur parler, ne commence pas par les engueuler, ça n'aidera pas")

Certes. Ce qui me semble aberrant c'est que vous ayez besoin de le leur rappeler. Vous ne trouvez pas qu'il y a un gros problème ici à ce que ce simple fait ne soit pas une évidence ?

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Provence le Ven 30 Mar - 20:11

@midjie a écrit:
Personnellement, ça m'agace très fortement, de voir des parents vouloir discuter à mon arrivée le matin, alors que j'ai du boulot, des photocopies à faire, ma classe à organiser... Je les écoute poliment, mais je trouve parfois cette attitude à la limite de l'impolitesse. Jamais, on ne me demande si je suis occupée ou si je suis disponible... Ils débarquent et me font perdre mon temps pour des broutilles.


Comme le rappelait récemment la CPE de mon collège: "Nous sommes disponibles mais nous ne sommes pas à la disposition des parents".

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par MelanieSLB le Ven 30 Mar - 20:55

J'aime la CPE de ton collège, Provence!

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Invité5 le Ven 30 Mar - 21:08

@thaliane a écrit:Si si je me rends compte qu'au collège c'est très problématique (déjà que c'est pas simple à l'élémentaire...). Et j'avoue que, personnellement, je redoute beaucoup le collège (pas que pour les difficultés de communication). Mais c'est un autre sujet.

Mais la rupture de dialogue se fait dès l'élémentaire. Et je comprends mal : en maternelle, ça ne pose aucun problème que les parents rentrent dans l'école, discutent 1 min avec l'instit le matin ou le soir. Et d'un coup d'un seul, parce que l'enfant rentre au CP, une grille se ferme sous notre nez. Je comprends qu'il y a les programmes à tenir mais 5 minutes le matin, j'ai l'impression qu'il y aurait tant à y gagner.
Au UK par exemple, dans l'équivalent du CP, les parents qui le peuvent sont invités à rester la première demi-heure pour lire aux enfants. Dans les faits, les mères restent en général 5 minutes et une ou deux reste un peu plus longtemps faire la lecture. Je ne dis pas que le UK est un exemple en tout (loin de là, puisque c'est notamment un des pays où la ségrégation scolaire est la plus forte) mais, pour l'avoir vu à l'oeuvre, dans une école publique très mixte, ça crée une ambiance très chaleureuse entre parents et enseignants et entre parents. Evidemment, plus les enfants grandissent et moins les parents restent : dès 8 ans, les enfants virent gentiment leurs parents "no Daddy thanks but I'm going alone to my classroom" et c'est très bien comme ça.

Sur l'image des enseignants, je sais qu'elle est très dévalorisée (autant sinon plus que celle des parents auprès des enseignants Twisted Evil ). Et ça moi je crois que c'est organisé "en haut" : c'est très très commode pour un gouvernement que les parents méprisent ou craignent les enseignants et vice versa. Parce que ça garantit qu'on ne se parle pas. Et si on ne se parle pas, on ne risque pas de descendre dans la rue ensemble pour exiger des choses. Or ça ne bouge que lorsqu'enseignants et parents se mobilisent ensemble : les écoles qui obtiennent que les classes à fermer ne le soient pas, c'est toujours que la mobilisation était commune. C'est notre intérêt commun de lever les a prioris des 2 côtés (et oui, il y en a des 2 côtés, je vous promets que je m'énerve autant sinon plus avec des parents, y compris des parents pauvres, à leur dire "non, ce n'est pas vrai, tous les profs ne te regardent pas comme une abrutie, ça c'est souvent dans ta tête et si tu vas leur parler, tu verras que non, ils n'en ont pas rien à faire de ton gamin ! Et quand tu vas leur parler, ne commence pas par les engueuler, ça n'aidera pas")


J'hallucine un peu. Le jour où votre enfant se fait opérer, vous demanderez au chirurgien d'entrer dans le bloc les 5 premières minutes ?
Vous imaginez 20 enfants et 20 parents dans une salle de classe ? Et que faites vous des enfants qui ne peuvent pas avoir leurs parents près d'eux pour tout un tas de raisons ?

Thaliane, si vous êtes vraiment passionnée par la problématique éducative, si vous voulez vraiment entrer dans une école, passez les concours et devenez enseignante !

EDIT : qu'entendez-vous par "les parents pauvres" ?

Invité5
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Ergo le Ven 30 Mar - 21:14

Oui puis bon, ça ne se pratique pas non plus dans toutes les écoles primaires anglaises. Rolling Eyes

Et n'allons pas parler du système scolaire britannique, hein...

On tourne en rond.

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Celeborn le Ven 30 Mar - 21:15

Bon, moi je n'ai pas à supporter l'essentiel grâce à la fonction « ignorer », mais je maintiens que cette dame ne devrait pas se trouver sur ce forum.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Nita le Ven 30 Mar - 21:27

La communication, y a que ça de vrai.

Jeudi soir, je suis retournée au collège parce que j'avais deux RV avec des parents. L'un n'est pas venu (pas de mot d'explication ou d'excuse dans le carnet ce matin), l'autre m'a dit textuellement "Non, je ne regarde pas ce qu'il fait en français, il me dit que ça va bien, bon, les notes sont nulles, mais puisqu'il dit que ça marche".

J'en suis restée coite.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Duplay le Ven 30 Mar - 22:16

@thaliane a écrit:
Mais la rupture de dialogue se fait dès l'élémentaire. Et je comprends mal : en maternelle, ça ne pose aucun problème que les parents rentrent dans l'école, discutent 1 min avec l'instit le matin ou le soir. Et d'un coup d'un seul, parce que l'enfant rentre au CP, une grille se ferme sous notre nez. Je comprends qu'il y a les programmes à tenir mais 5 minutes le matin, j'ai l'impression qu'il y aurait tant à y gagner.
Au UK par exemple, dans l'équivalent du CP, les parents qui le peuvent sont invités à rester la première demi-heure pour lire aux enfants. Dans les faits, les mères restent en général 5 minutes et une ou deux reste un peu plus longtemps faire la lecture. Je ne dis pas que le UK est un exemple en tout (loin de là, puisque c'est notamment un des pays où la ségrégation scolaire est la plus forte) mais, pour l'avoir vu à l'oeuvre, dans une école publique très mixte, ça crée une ambiance très chaleureuse entre parents et enseignants et entre parents. Evidemment, plus les enfants grandissent et moins les parents restent : dès 8 ans, les enfants virent gentiment leurs parents "no Daddy thanks but I'm going alone to my classroom" et c'est très bien comme ça.

Alors, pour ce qui concerne les 5 minutes de discussion avec les parents à l'entrée du matin, comme l'ont déjà dit les collègues, ce n'est vraiment pas le bon moment.

Soit on est de service dans la cour et, dans ce cas, on n'est pas disponible pour discuter (s'il advient d'ailleurs le moindre incident sur ce temps-là, le fait d'être en train de discuter au lieu d'exercer une surveillance active peut être considéré comme une faute par notre hiérarchie). Soit on n'est pas de service et, dans cet autre cas, on règle de menus détails de dernière minute (installation de matériel, formulaire à demander ou à rendre, échange rapide avec la directrice/le directeur sur tel ou tel point, information de dernière minute pour une question de cantine/étude/absence, briefing de dernière minute avec un collègue pour un échange de service, une activité commune, un échange de salle info ou bcd ou gymnase, briefing de dernière minute avec un intervenant...).

Par ailleurs, pour ce qui me concerne, c'est aussi le moment où je me prépare à accueillir mes élèves et à attaquer cette nouvelle journée : je repense rapidement au programme que j'ai prévu, aux plans B que j'ai sous le coude pour le cas où, à telle chose que je dois dire à X et telle autre chose à Y, à tel point sur lequel j'ai prévu d'être particulièrement attentive avec Z aujourd'hui (par exemple, effets du nouveau dosage de Ritaline ou Concerta ou Risperdal testé par son pédo-psy), à la sacoche PAI de W et K qu'il ne faudra pas oublier pour aller à la piscine, à observer l'interaction entre M et N en prévision du prochain changement du plan de classe... et on pourrait continuer la liste pendant un bon moment encore. D'autres jours, il s'agit tout au contraire de se vider complètement l'esprit et de s'isoler pendant quelques minutes en soi-même.

Bref, j'ai la réputation auprès des parents d'être d'un abord plutôt facile et de ne pas compter mon temps pour les recevoir, mais ils savent que ce n'est pas la peine d'essayer le matin. De même que je ne fonctionne pas avec des échanges à la sauvette, à la cantonade, devant des témoins (élèves ou autres parents) qui ne sont nullement concernés par les informations que nous pouvons avoir à échanger. A plus forte raison s'il s'agit de "problèmes" : c'est le moindre des respects envers mes élèves. Si nous avons à nous parler, même 5 minutes, c'est sur rendez-vous, dans ma classe, à l'abri des oreilles et regards indiscrets et à un moment où je serai réellement disponible.

Quant à commencer la journée de classe avec les parents par une lecture "offerte", c'est très clairement exclus pour ce qui me concerne. D'une part parce que je ne commence pas la journée par un temps de lecture et que je fais le choix, au CP en particulier, d'attaquer d'emblée par un apprentissage costaud. La lecture "offerte", je la place à d'autres moments, que j'estime plus adaptés. D'autre part, parce qu'à 8h30, c'est l'heure des copains et de la maîtresse, pas l'heure des mamans. Sans compter que, si cela peut être agréable à certains enfants, cela peut poser de sérieux problèmes à d'autres (celui dont la mère est en phase terminale à l'hôpital, celui dont la mère est en prison parce qu'elle a tué le père, celui dont la mère court toute la journée pour accumuler deux heures de ménage à gauche et trois à droite, celui dont la mère est shootée aux antidépresseurs...). Bref, il y a des moments de plaisir à partager avec les parents à l'école, lors de différentes fêtes et manifestations, mais ça ne me semble pas une idée très heureuse sur le temps de classe.

_________________
                                                                                                                  
elephantrose                    elephantrose                   elephantrose                                                           
                                                                                                                      

Duplay
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par LaraDeL'est le Ven 30 Mar - 22:20

Je viens d'une famille peu aisée, mon père était ouvrier, je n'avais pas de chambre à moi, encore moins un bureau, nous n'avions que peu de livres à la maison, mes parents nous parlaient l'alsacien... Selon Thaliane de très mauvaises conditions pour un apprentissage scolaire. Et pourtant ! Mes parents valorisaient l'école, ne disaient jamais de mal des maîtres (mais doublaient parfois mes punitions pour bavardage), nous obligeaient à faire nos devoirs. Grâce à cette attitude intelligente autant que ferme, j'ai pu faire des études et mon père, pauvre ouvrier parlant mal le français, a pleuré de joie lorsque j'ai réussi le bac. Heureusement pour moi, à cette époque il n'y avait pas de FCPE pour demander l'interdiction des devoirs, sinon je ne crois pas que je serais sur ce forum à témoigner de mon métier de prof.

LaraDeL'est
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par frankenstein le Ven 30 Mar - 22:49

@Celeborn a écrit:Bon, moi je n'ai pas à supporter l'essentiel grâce à la fonction « ignorer », mais je maintiens que cette dame ne devrait pas se trouver sur ce forum.
C'est vraiment long à lire ce qu'elle raconte et c'est vrai que ça en devient lourd et inintéressant. J'ai lu qq passages et propositions, par courtoisie, mais ils ne correspondent pas du tout à la réalité quotidienne.
A ce jeu là, on pourrait s'amuser à conseiller les associations...(et il y a de quoi dire ! Laughing )

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par frankenstein le Ven 30 Mar - 22:54

Si si je me rends compte qu'au collège c'est très problématique (déjà que c'est pas simple à l'élémentaire...). Et j'avoue que, personnellement, je redoute beaucoup le collège (pas que pour les difficultés de communication). Mais c'est un autre sujet.

Mais la rupture de dialogue se fait dès l'élémentaire. Et je comprends mal : en maternelle, ça ne pose aucun problème que les parents rentrent dans l'école, discutent 1 min avec l'instit le matin ou le soir. Et d'un coup d'un seul, parce que l'enfant rentre au CP, une grille se ferme sous notre nez. Je comprends qu'il y a les programmes à tenir mais 5 minutes le matin, j'ai l'impression qu'il y aurait tant à y gagner.
Au UK par exemple, dans l'équivalent du CP, les parents qui le peuvent sont invités à rester la première demi-heure pour lire aux enfants. Dans les faits, les mères restent en général 5 minutes et une ou deux reste un peu plus longtemps faire la lecture. Je ne dis pas que le UK est un exemple en tout (loin de là, puisque c'est notamment un des pays où la ségrégation scolaire est la plus forte) mais, pour l'avoir vu à l'oeuvre, dans une école publique très mixte, ça crée une ambiance très chaleureuse entre parents et enseignants et entre parents. Evidemment, plus les enfants grandissent et moins les parents restent : dès 8 ans, les enfants virent gentiment leurs parents "no Daddy thanks but I'm going alone to my classroom" et c'est très bien comme ça.

Sur l'image des enseignants, je sais qu'elle est très dévalorisée (autant sinon plus que celle des parents auprès des enseignants ). Et ça moi je crois que c'est organisé "en haut" : c'est très très commode pour un gouvernement que les parents méprisent ou craignent les enseignants et vice versa. Parce que ça garantit qu'on ne se parle pas. Et si on ne se parle pas, on ne risque pas de descendre dans la rue ensemble pour exiger des choses. Or ça ne bouge que lorsqu'enseignants et parents se mobilisent ensemble : les écoles qui obtiennent que les classes à fermer ne le soient pas, c'est toujours que la mobilisation était commune. C'est notre intérêt commun de lever les a prioris des 2 côtés (et oui, il y en a des 2 côtés, je vous promets que je m'énerve autant sinon plus avec des parents, y compris des parents pauvres, à leur dire "non, ce n'est pas vrai, tous les profs ne te regardent pas comme une abrutie, ça c'est souvent dans ta tête et si tu vas leur parler, tu verras que non, ils n'en ont pas rien à faire de ton gamin ! Et quand tu vas leur parler, ne commence pas par les engueuler, ça n'aidera pas")
Sleep

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par arcenciel le Sam 31 Mar - 7:27

@LaraDeL'est a écrit:Je viens d'une famille peu aisée, mon père était ouvrier, je n'avais pas de chambre à moi, encore moins un bureau, nous n'avions que peu de livres à la maison, mes parents nous parlaient l'alsacien... Selon Thaliane de très mauvaises conditions pour un apprentissage scolaire. Et pourtant ! Mes parents valorisaient l'école, ne disaient jamais de mal des maîtres (mais doublaient parfois mes punitions pour bavardage), nous obligeaient à faire nos devoirs. Grâce à cette attitude intelligente autant que ferme, j'ai pu faire des études et mon père, pauvre ouvrier parlant mal le français, a pleuré de joie lorsque j'ai réussi le bac. Heureusement pour moi, à cette époque il n'y avait pas de FCPE pour demander l'interdiction des devoirs, sinon je ne crois pas que je serais sur ce forum à témoigner de mon métier de prof.
Merci pour ton témoignage.

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Du 26 mars au 09 avril, la FCPE organise "la quinzaine sans devoirs"

Message par Hermiony le Sam 31 Mar - 7:51

@liliepingouin a écrit:Je crois qu'il y a chez pas mal d'enseignants un effet de lassitude. Il y a de très bons enseignants, des bons, des moyens, et quelques très mauvais, ça existe aussi. (Mais même les très très bons ne sont jamais très très bons pour tous les élèves, malgré nos efforts c'est impossible.) . Beaucoup d'enseignants sont consciencieux en tout cas. Et ils font en sorte d'exercer leur métier le mieux possible.
Il y a des défauts dans leur enseignement, des points à améliorer, et, d'année en année, ils essaient de trouver des solutions. Mais nous travaillons avec de l'humain, et, les solutions, nous ne les avons pas clés en main. (Et personnellement, je n'ai pas vraiment eu l'impression d'avoir eu de formation mais peut-être en attendais-je trop: il n'y a pas de solution toute faite).

Bref, ce que je veux dire, c'est que la réflexion est permanente, la recherche de solutions aussi, et que nous cherchons à faire le mieux possible. Mais qu'est-ce qu'on entend à longueur de journée dans les médias ? Que l'école crée de l'échec, qu'elle ne prend pas assez en compte ceci ou cela, qu'il faut redéfinir le métier, qu'il faut ceci, qu'il faut cela, avec plein de personnes qui proposent plein de solutions, voire qui les imposent (et je précise, pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés, que parmi ces personnes qui veulent imposer leur avis ou tout remettre en cause, on trouve des fédérations de parents, mais aussi beaucoup d'enseignants eux-mêmes, et ce fil en est d'ailleurs une excellente preuve, puisqu'il en contient un exemple représentatif Very Happy ) Et c'est pesant, mais pesant, à un point qu'on en aurait envie de démissionner. Je n'ai pas besoin que quelqu'un me dise de réfléchir à mon enseignement, je le fais toute seule tous les jours en préparant mes cours, et de temps en temps j'échange avec mes collègues pour voir s'ils n'ont pas de bonnes idées, je demande des formations, etc.
Alors qu'on revienne à la charge en permanence, je n'en peux plus. Et j'ai envie de dire "laissez-moi tranquille. Je fais ce que je peux, mais là, vous en demandez trop. Je n'y arrive plus, et si ça continue, je vais partir" (mais en fait il y a encore des élèves qui me donnent envie de rester Very Happy )
On peut discuter sur les devoirs. Il y a des devoirs trop difficiles, pas adaptés qui sont donnés, plein de choses à repenser. Mais j'en ai assez qu'on donne la parole à toute la population (il suffit d'écouter certaines radios) : tout le monde y va de son avis, et, effectivement, on voit beaucoup plus rarement un tel déferlement d'avis sur une autre profession (quoique j'ai l'impression que ce soit de plus en plus le cas pour les médecins).
Néo est la preuve que les enseignants n'ont attendu personne pour mutualiser leur travail, demander l'avis des autres, réfléchir ensemble.

Mais toutes les nouvelles mesures que nous sortent tout un tas de gens, j'en ai assez, parce que trop souvent, le discours c'est "la solution c'est ça mais les enseignants sont des conservateurs qui refusent de l'appliquer parce qu'ils veulent enseigner comme eux-mêmes ont appris, qu'ils ne veulent pas modifier leurs habitudes, et ils délivrent un enseignement passéiste qui ne prend pas en compte les évolutions et la modernité de la société actuelle". Les enseignants rétifs au changement, conservateurs, qui reproduisent des schémas, combien de fois entendons-nous ces propos dans les émissions consacrées à l'enseignement? Ces remarques sont blessantes, mais je crois qu'elles ne blessent que les enseignants consciencieux. Les mauvais, ils s'en fichent.
Comme si les enseignants ne voulaient pas le meilleur pour leurs élèves! Pourquoi avons-nous choisi ce métier, sinon parce que nous voulons faire réussir des élèves?
Et je précise, pour que ce soit clair, que ces discours nous sont servis également par des professeurs eux-mêmes, qui attaquent leurs collègues avec virulence, et les accusent autant, et même certainement plus que les autres, d'être de vieux réacs méprisants.

Seulement, nous ne sommes pas des magiciens qui pouvons résoudre tous les problèmes: un même cours, fait avec deux classes différentes, n'obtient pas du tout le même résultat. Et même, au sein d'une seule classe, n'est pas du tout perçu de la même manière.
Et je crois qu'on ne peut pas demander à l'école de combler les inégalités, parce qu'elle n'a pas ce pouvoir. L'école fait ce qu'elle peut, mais si elle n'y arrive pas toujours, pourquoi serait-ce forcément sa faute? Est-ce que c'est vraiment l'école qui est à réformer une énième fois? N'est-ce pas autre chose ?

Je n'ai pas attendu qu'on me le dise pour essayer de valoriser mes élèves (ce qui ne signifie certainement pas les surnoter), je sais combien c'est éprouvant, alors qu'on fait tout ce qu'on peut, de ne pas avoir beaucoup de retour positif. Je veux bien que de temps en temps on me donne son avis, gentiment. Mais je veux surtout qu'on me laisse faire comme je le sens en classe, et qu'on me fasse confiance. Qu'on me laisse juge. Et le travail des élèves, c'est la classe, ET les devoirs (je suis en lycée, âge auquel les élèves n'ont besoin de rien ni personne pour travailler)

Et c'est pour elle, pour eux, que je veux faire ce métier, en ignorant, autant que faire se peut, tous ceux qui veulent me faire tout changer en ignorant que je suis toujours en train de chercher à m'améliorer. Mais ce qui est très important, c'est que je garde suffisamment de confiance en moi pour croire à ce que je fais. Si je crois en moi, il y a une chance que j'arrive à instruire mes élèves. Si je ne sais plus comment faire parce qu'on me décourage, je vais laisser tomber.


+1000
Comme toi, ce sont les élèves qui me font tenir (mais pour combien de temps encore ? J'avoue qu'en ce moment, je n'en peux plus et j'ai envie de tout lâcher) et parfois, aussi, des parents qui me disent que je fais bien mon boulot, que leur enfant progresse et qu'ils aimeraient que je l'aie l'année d'après...Tout cela, ça vaut plus que les discours d'un IPR et ça me donne du courage pour continuer.

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum