Instruction publique et libéralisme économique sont-ils conciliables ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Instruction publique et libéralisme économique sont-ils conciliables ?

Message par Aurore le Lun 26 Nov 2012 - 20:15

@Schéhérazade a écrit:
Là nous sommes confrontés à une idéologie (celle de Lisbonne, des 90 % d'ilotes)
Au fait, est-ce que quelqu'un aurait un lien sur ce point précis ?

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Instruction publique et libéralisme économique sont-ils conciliables ?

Message par doublecasquette le Lun 26 Nov 2012 - 20:26

Le lien entre école utilitaire et libéralisme me semble plus que sujet à débat. Il n'y a pas que les libéraux pour vouloir une école utilitaire ou c'est tout au moins un débat strictement français et je crois avoir compris que nous sommes tous d'accord, d'ailleurs, sur le fait que le libéralisme à la française n'est pas franchement ce qu'on peut appeler libéralisme.
Mon grand-père, né en 1904 (1904, hein ? C'est pas du tout neuf),( juif ) allemand d'origine,journaliste, militant du Front popu, socialiste SFIO et franc-maçon, avait de l'école une vision très pragmatique et pratique et l'intellectualisme de l'école à la française le faisait finement sourire. Il n'était pas homme à chercher conflits et querelles mais je sais que, par exemple, le fait que ses petits-enfants étudient le latin lui semblait une effroyable perte de temps et d'énergie à des fadaises inutiles.
Et pourtant, il s'agissait d'un homme totalement "intellectuel", inapte à toute forme de travail manuel, très convenablement diplômé pour sa génération (Abitur + 4 ou 5) et doté d'une belle culture générale.

Quant à mon frère aîné totalement américanisé (démocrate), il nie à présent l'importance de l'enseignement humaniste qu'il a reçu au Lycée et en prépa et pense qu'on aurait mieux fait de le concentrer sur math-physique-chimie-anglais pratique dès la Seconde en évitant de lui faire perdre du temps à des fadaises.

Je crois bien que dans une foultitude de pays, nos débats et inquiétudes seraient totalement incompréhensibles hors de quelques chaires universitaires où on maîtrise l'histoire de France.


DC véto vache vache

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Instruction publique et libéralisme économique sont-ils conciliables ?

Message par Aurore le Lun 26 Nov 2012 - 22:26

@doublecasquette a écrit: Le lien entre école utilitaire et libéralisme me semble plus que sujet à débat. Il n'y a pas que les libéraux pour vouloir une école utilitaire ou c'est tout au moins un débat strictement français et je crois avoir compris que nous sommes tous d'accord, d'ailleurs, sur le fait que le libéralisme à la française n'est pas franchement ce qu'on peut appeler libéralisme.
Donc si je vous suis bien, le très secondaire débat franco-français sur l'éducation serait mené dans un pays où le libéralisme ne s'appliquerait que très partiellement - trop peu aux yeux de certains. Tiens tiens, n'y aurait-il pas là un lien de cause à effet ? Wink
Certes, il n'y a pas que les libéraux actuels pour vouloir une école utilitaire : les Montagnards ou les bolcheviks étaient sur la même ligne, bien que pour des raisons différentes. Mais la subordination de l'individu - que ce soit à l'entreprise, à la société ou à la collectivité - a été et demeure la ligne d'horizon de l'ensemble des décideurs partisans de l'école utilitaire, gestionnaires libéraux et pédagos "de gauche" confondus (je ne parle pas de votre grand-père... Smile ). Pour leur part, Condorcet et ses héritiers poursuivaient un objectif diamétralement opposé, l'instruction étant la condition sine qua non de la réalisation pleine et entière de la liberté du sujet - celle-ci étant le but ultime. Il s'agit là d'émanciper des individus égaux sur un plan juridique en visant autant que possible la réalisation des dons et facultés de chacun, cette émancipation étant enfin la condition nécessaire pour l'établissement d'une démocratie.

@doublecasquette a écrit:Je crois bien que dans une foultitude de pays, nos débats et inquiétudes seraient totalement incompréhensibles hors de quelques chaires universitaires où on maîtrise l'histoire de France.
L'argument du nombre - "regardez ce que font tous nos voisins européens !", clament en choeur nos médias - me paraît inconsistant. Toutes les politiques économiques libérales de ces vingt dernières années tant encensées par les commentateurs autorisés (Royaume-Uni, Espagne, Italie, Portugal, ou le prétendu "dragon" irlandais Laughing) ont littéralement explosé en vol - et le niveau de vie des populations avec. Il en est de même pour le modèle de formation dominant, à savoir anglo-saxon... humhum Voyez ce qu'on demande actuellement aux jeunes Anglais ou Américains à la fin de leurs études secondaires, ou bien le mode de recrutement des étudiants des facs de l'Ivy League ou d'Oxford... Rolling Eyes
Non. Hannah Arendt n'était pas française, que je sache. Et n'oublions pas que l'enseignement humaniste à la française avait un rayonnement immense à une certaine époque, quand l'Europe parlait français, pour citer Marc Fumaroli. C'est aussi ce type d'enseignement qui a permis à de nombreux citoyens des pays de l'Est de dépasser et de neutraliser le formatage idéologique dont on les abreuvait continuellement.
@doublecasquette a écrit:Mon grand-père, né en 1904 (1904, hein ? C'est pas du tout neuf),( juif ) allemand d'origine,journaliste, militant du Front popu, socialiste SFIO et franc-maçon, avait de l'école une vision très pragmatique et pratique et l'intellectualisme de l'école à la française le faisait finement sourire. Il n'était pas homme à chercher conflits et querelles mais je sais que, par exemple, le fait que ses petits-enfants étudient le latin lui semblait une effroyable perte de temps et d'énergie à des fadaises inutiles.
Et pourtant, il s'agissait d'un homme totalement "intellectuel", inapte à toute forme de travail manuel, très convenablement diplômé pour sa génération (Abitur + 4 ou 5) et doté d'une belle culture générale.

Quant à mon frère aîné totalement américanisé (démocrate), il nie à présent l'importance de l'enseignement humaniste qu'il a reçu au Lycée et en prépa et pense qu'on aurait mieux fait de le concentrer sur math-physique-chimie-anglais pratique dès la Seconde en évitant de lui faire perdre du temps à des fadaises.
L'important n'est-il pas de pousser chacun - quelle que soit son origine sociale et son milieu d'origine - au plus haut de ses capacités, qu'elles soient plutôt intellectuelles ou pratiques ? Je doute que votre frère aîné, s'il réside aux États-Unis, puisse donner à ses enfants (s'il en a) une instruction du niveau de celle encore (mais de moins en moins) pratiquée en France, sauf au prix d'un effort financier colossal - et encore...
Condorcet disait à raison - je n'ai plus la citation sous la main - que la perte de la moindre parcelle du talent d'un individu était irréparable. veneration





Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum