17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par agc le Lun 17 Fév 2014 - 20:37

@Arverne a écrit:Ce qui m'agace dans cette histoire, c'est la charge de travail qu'elle s'est imposée. Contrairement à ce qui a été dit, si, on a le choix et la possibilité de refuser. Ce n'est pas à nous de sauver des filières, de monter des projets de dingue qui nous font travailler 80 heures par semaine.
Il y a assez de collègues dans de profondes dépressions, qui ont aussi fait un burn-out du fait de conditions de travail insupportables, même avec 18 heures. Je pense qu'ils ont droit à plus de reconnaissance et de compassion que cette collègue qui a fait 80 h par semaine et qui cherche maintenant à comprendre comment elle en est arrivée là  Suspect J'ai en général beaucoup de mal avec les gens qui font beaucoup d'heures sup, tendant ainsi la perche à ceux qui nous accusent de ne pas en faire assez et donnant des idées à nos politiques, de droite comme de gauche pour nous "rentabiliser".

connaissez vous les exigences de l'enseignement en bac pro SPVL? Car moi oui et qu'une collègue investie et perfectionniste, sans doute, en arrive là ne m'étonne guère.....

agc
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Balthazaard le Lun 17 Fév 2014 - 21:45

"On peut ensuite effectivement se poser la question de la validité de ces motifs et de cet abandon dans le travail, mais c'est un autre sujet." je ne pense pas, pour moi c'est la clef de tout, ce genre de choses n'arrive pas par hasard

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Raoul Volfoni le Lun 17 Fév 2014 - 21:45

@atrium a écrit:La réalité, c'est qu'on peut tous se laisser avoir. La doc peut toujours être plus intéressante, le cours mieux construit, les exos plus pertinents, les rendez-vous avec les parents plus nombreux, les projets avec les collègues sympas plus porteurs pour les élèves, etc... Rien d'étonnant à ce que certains ne réussissent pas à se fixer des limites avant de s'effondrer.

A teacher's job is never done.

+1.
Je suis arrivée au burn-out aussi en enchaînant deux années difficiles. La première dans un lycée pro très dur (j'en ai pas mal parlé ici), puis un début d'année de stage en lycée général où j'ai beaucoup travaillé (pour pas grand-chose en plus). Je ne voulais absolument pas faire passer les autres pour des feignasses mais je suis perfectionniste et ça me rassurait de passer beaucoup de temps à bosser... Je passais des week-ends entiers à bosser, à tel point que cesser de travailler pour passer l'aspirateur me faisait l'effet d'une pause ! Je me mettais une pression invivable, alors que j'étais encore affaiblie par l'année précédente.
Je me suis parfois demandé si j'aurais des chances que mon burn-out et ma dépression auraient des chances d'être déclarés "imputables au service" mais je ne sais pas si j'aurais le courage d'entreprendre les démarches. Il faudrait pourtant d'autres décisions comme celle accordée à cette collègue, pour montrer que nos conditions de travail sont difficiles et potentiellement dangereuses.

_________________
"Les jolies filles en savent toujours trop !" (Raoul Volfoni, conseiller officiel de la ministre)

>>Quatre clics par jour pour aider les animaux abandonnés !<<

Raoul Volfoni
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par florestan le Lun 17 Fév 2014 - 21:49

Franchement je pense que nous sommes particulièrement menacés par le burn out car il n'y a aucune limite au temps de travail possible et chez une personne perfectionniste et sensible à la culpabilisation latente dans notre milieu, et bien, il est facile de plonger.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par User5899 le Lun 17 Fév 2014 - 21:49

@auléric a écrit:cripure ce que vous dites, je me le dis souvent (n'empêche que je dois me baffer pour m'interdire de culpabiliser de ne pas peaufiner plus ci ou çà , pas aidée d'ailleurs par une hiérarchie qui me dit que je n'en fait pas assez) . mais pour en arriver là , un petit burn out fut salutaire
Je vous le dis avec d'autant plus de sympathie que je pense en toute sérénité que je suis en train d'en démarrer un de derrière les fagots qui va me péter au nez d'ici peu.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par InvitéMA le Lun 17 Fév 2014 - 21:59

@florestan a écrit:chez une personne perfectionniste et sensible à la culpabilisation latente dans notre milieu, et bien, il est facile de plonger.
Notamment (mais pas seulement!) quand on nous fait croire que la survie de notre matière ne dépend que de nous, et que nous devons faire 1000 projets pour la faire vivre. On se comprend...

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Zenxya le Lun 17 Fév 2014 - 22:01

@Arverne a écrit:80 heures de travail par semaine ? On l'a attachée, menacée, ligotée pour qu'elle le fasse ? Désolée mais je ne la plains pas [modéré]. Encore une qui voulait faire passer les autres pour des feignasses, encore une qui donne de l'eau au moulin des réformateurs de l'EN qui veulent nous faire travailler plus d'heures parce que c'est bien connu, on ne fout pas grand chose, nous, les profs qui ne faisons que nos heures "légales".

Je te trouve très dure avec elle alors que sa souffrance est bien réelle. Si elle cite les heures (que son mari a calculé) c'est surtout pour montrer jusqu'où elle a pu aller dans l'exercice de son métier et expliquer pour quoi un matin elle n'a plus pu.


Dernière édition par Zenxya le Mar 18 Fév 2014 - 19:26, édité 1 fois

Zenxya
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Caspar Goodwood le Lun 17 Fév 2014 - 22:02

Cette collègue explique quand même précisément pourquoi elle travaillait autant: matière bien spécifique en LP, des contenus et des programmes qui changent tout le temps, pas de manuels... elle a peut-être trop tiré sur la corde ou elle ne savait pas dire non et sa situation n'est pas comparable à celle de tous les professeurs mais j'ai trouvé son témoignage intéressant.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par florestan le Lun 17 Fév 2014 - 22:04

MarieAnne a écrit:
@florestan a écrit:chez une personne perfectionniste et sensible à la culpabilisation latente dans notre milieu, et bien, il est facile de plonger.
Notamment (mais pas seulement!) quand on nous fait croire que la survie de notre matière ne dépend que de nous, et que nous devons faire 1000 projets pour la faire vivre. On se comprend...

Tu m'étonnes!!! Je suis professeur d'allemand et je me sens particulièrement concernée par cette problématique je dois dire.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Caspar Goodwood le Lun 17 Fév 2014 - 22:05

Comme disait une de mes collègues germanistes: "J'en ai marre de faire la p... pour ma matière."

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par florestan le Lun 17 Fév 2014 - 22:08

@Caspar Goodwood a écrit:Comme disait une de mes collègues germanistes: "J'en ai marre de faire la p... pour ma matière."

Si tu savais comme j'ai l'impression de tapiner à longueur de temps  cafe ça me déprime vraiment  calimero 

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par neo le Lun 17 Fév 2014 - 22:09

@florestan a écrit:
MarieAnne a écrit:
@florestan a écrit:chez une personne perfectionniste et sensible à la culpabilisation latente dans notre milieu, et bien, il est facile de plonger.
Notamment (mais pas seulement!) quand on nous fait croire que la survie de notre matière ne dépend que de nous, et que nous devons faire 1000 projets pour la faire vivre. On se comprend...

Tu m'étonnes!!! Je suis professeur d'allemand et je me sens particulièrement concernée par cette problématique je dois dire.
Voir l'article de L'Express et le fil ouvert il y a 15 jours :
http://www.neoprofs.org/t71221-l-expressfr-un-professeur-d-allemand-en-college-victime-d-un-burn-out-temoigne

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par atrium le Lun 17 Fév 2014 - 22:13

La culpabilisation marche très bien chez les PE. On râle, moi le premier, et souvent à juste titre, contre les IEN et les CPC, mais la pression, nous nous la mettons aussi très bien entre nous dans nos écoles avec les meilleures intentions du monde.

Une des premières choses qu'on devrait apprendre aux stagiaires, c'est de s'organiser pour se ménager.

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par neo le Lun 17 Fév 2014 - 22:14

@atrium a écrit:La culpabilisation marche très bien chez les PE. On râle, moi le premier, et souvent à juste titre, contre les IEN et les CPC, mais la pression, nous nous la mettons aussi très bien entre nous dans nos écoles avec les meilleures intentions du monde.
Hélas, je confirme... Jamais je ne pourrais être PE !

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par florestan le Lun 17 Fév 2014 - 22:19

@neo a écrit:
@florestan a écrit:
MarieAnne a écrit:
Notamment (mais pas seulement!) quand on nous fait croire que la survie de notre matière ne dépend que de nous, et que nous devons faire 1000 projets pour la faire vivre. On se comprend...

Tu m'étonnes!!! Je suis professeur d'allemand et je me sens particulièrement concernée par cette problématique je dois dire.
Voir l'article de L'Express et le fil ouvert il y a 15 jours :
http://www.neoprofs.org/t71221-l-expressfr-un-professeur-d-allemand-en-college-victime-d-un-burn-out-temoigne

Je connais cette collègue, elle cumule tous les facteurs de risque: perfectionnisme extrême, menace sur son poste, impression que tout dépend d'elle et........ prof d'allemand. Il est urgent de se préserver et de penser à soi d'abord!!!!

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par stanleymilgram le Lun 17 Fév 2014 - 22:20

@florestan a écrit:Franchement je pense que nous sommes particulièrement menacés par le burn out car il n'y a aucune limite au temps de travail possible et chez une personne perfectionniste et sensible à la culpabilisation latente dans notre milieu, et bien, il est facile de plonger.

tout à fait .

stanleymilgram
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Héliandre le Lun 17 Fév 2014 - 22:26

@Caspar Goodwood a écrit:Comme disait une de mes collègues germanistes: "J'en ai marre de faire la p... pour ma matière."
C'est l'expression utilisée par certains collègues LC aussi...

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Arverne le Mar 18 Fév 2014 - 6:12

@Edgar a écrit:
@linkus a écrit:Arverne, tu sais, elle peut travailler autant tout simplement pour autre chose que montrer aux autres que ce sont des fainéants.

Oui, penser que ceux qui travaillent beaucoup le font pour faire passer les autres pour des fainéants me semble une bien curieuse déformation de l'esprit, une sorte d'absurdité de la pensée digne de régimes bureaucratiques bolchéviques

Merci, ça fait plaisir de bon matin.
Je vous fais part de ma petite expérience actuelle. Dans ma salle des profs, il y a la collègue de français qui passe sa vie en salle des profs et qui passe son temps à dire et à essayer de prouver en restant travailler au collège que le français est une matière supérieure aux autres, j'ai la collègue d'anglais qui passe son temps à dire qu'elle ne se met jamais en arrêt maladie (alors qu'il y a une collègue qui a des soucis de santé cette année et qui est souvent arrêtée). Dans un autre style, il y a le collègue avec pourtant on s'entend très bien qui surnote ses élèves au brevet blanc.
Quelle est la motivation de tous ces collègues ?
Ne me dites pas que vous n'avez pas dans vos salles des profs des collègues qui sont toujours en train de l'ouvrir pour montrer qu'ils travaillent plus que les autres, qui font plein de projets pour être dans les petits papiers du PA et avoir les bonnes classe et le bon emploi du temps, qui viennent travailler en étant malade parce que "moi, tu comprends, je ne m'arrête jamais".
On a tous fait des semaines de fous quand on a commencé et qu'il fallait faire tous les cours, ou quand on change de programme. Mais faire 80 heures par semaine, je ne comprends pas. Déjà que physiquement, j'ai du mal à faire mes 18 heures et le reste (corrections et prép).
Mais bon, apparemment, je suis une bolchevique, je dois voir le mal partout ...

Arverne
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par linkus le Mar 18 Fév 2014 - 6:40

@Arverne a écrit:
@Edgar a écrit:
@linkus a écrit:Arverne, tu sais, elle peut travailler autant tout simplement pour autre chose que montrer aux autres que ce sont des fainéants.

Oui, penser que ceux qui travaillent beaucoup le font pour faire passer les autres pour des fainéants me semble une bien curieuse déformation de l'esprit, une sorte d'absurdité de la pensée digne de régimes bureaucratiques bolchéviques

Merci, ça fait plaisir de bon matin.
Je vous fais part de ma petite expérience actuelle. Dans ma salle des profs, il y a la collègue de français qui passe sa vie en salle des profs et qui passe son temps à dire et à essayer de prouver en restant travailler au collège que le français est une matière supérieure aux autres, j'ai la collègue d'anglais qui passe son temps à dire qu'elle ne se met jamais en arrêt maladie (alors qu'il y a une collègue qui a des soucis de santé cette année et qui est souvent arrêtée). Dans un autre style, il y a le collègue avec pourtant on s'entend très bien qui surnote ses élèves au brevet blanc.
Quelle est la motivation de tous ces collègues ?
Ne me dites pas que vous n'avez pas dans vos salles des profs des collègues qui sont toujours en train de l'ouvrir pour montrer qu'ils travaillent plus que les autres, qui font plein de projets pour être dans les petits papiers du PA et avoir les bonnes classe et le bon emploi du temps, qui viennent travailler en étant malade parce que "moi, tu comprends, je ne m'arrête jamais".
On a tous fait des semaines de fous quand on a commencé et qu'il fallait faire tous les cours, ou quand on change de programme. Mais faire 80 heures par semaine, je ne comprends pas. Déjà que physiquement, j'ai du mal à faire mes 18 heures et le reste (corrections et prép).
Mais bon, apparemment, je suis une bolchevique, je dois voir le mal partout ...

Ce n'est pas ça. Disons, c'est ta manière de généraliser qui me gène. En effet, j'en ai vu des collègues comme ça dont une tutrice qui ne s'arrête jamais et dit aux autres de s'arrêter....

_________________
J'entends souvent dire qu'avec l'agrégation, c'est travailler moins pour gagner plus. En réalité, avec le CAPES c'est travailler plus pour gagner moins. professeur

Avec un travail acharné, même un raté peut battre un génie. Rock Lee
Je ne suis pas gros, j'ai une ossature lourde!
Vous aimez Bomberman? Venez jouer à Bombermine. Very Happy

linkus
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par auléric le Mar 18 Fév 2014 - 9:49

Cripure a écrit:
@auléric a écrit:cripure ce que vous dites, je me le dis souvent (n'empêche que je dois me baffer pour m'interdire de culpabiliser de ne pas peaufiner plus ci ou çà , pas aidée d'ailleurs par une hiérarchie qui me dit que je n'en fait pas assez) . mais pour en arriver là , un petit burn out fut salutaire
Je vous le dis avec d'autant plus de sympathie que je pense en toute sérénité que je suis en train d'en démarrer un de derrière les fagots qui va me péter au nez d'ici peu.
alors essayez de vous préserver le plus possible. je le dis aussi avec toute ma sympathie  fleurs2 
@atrium a écrit:La culpabilisation marche très bien chez les PE. On râle, moi le premier, et souvent à juste titre, contre les IEN et les CPC, mais la pression, nous nous la mettons aussi très bien entre nous dans nos écoles avec les meilleures intentions du monde.

Une des premières choses qu'on devrait apprendre aux stagiaires, c'est de s'organiser pour se ménager.
ohhhh que oui.
je me souviens l'année de stage d'une formatrice (devenue cpc depuis , tiens donc) à qui j'avais dit que je ne pouvais humainement en faire plus , entre les heures de préparations/corrections/classe et ma famille (mari et 3 enfants) et un physiologique besoin de dormir entre 2h et 5h du mat quand même ... pour assurer ensuite devant ma classe bien remuante de zep . Sa réponse : "ce n'est pas recevable". (je vous censure ce que j'en ai pensé ...)

auléric
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par philann le Mar 18 Fév 2014 - 10:01

Cripure fleurs 
Faites attention à Vous
Un vrai burn out, quand ça vous explose à la figure, ça peut faire de vrais ravages. Deux de mes amis en ont fait un, les conséquences y compris physiques ont été  affraid 

Aucun métier ne vaut que l'on se "tue" à la tâche !

Auleric: le malheur de notre institution et particulièrement dans le primaire, c'est que l'on apprend pas aux encadrants (profs mais aussi formateurs, inspecteurs...) la bienveillance.
Et chez vous on est parfois pas loin des khmers (ie pression des chers collègues DANS l'école même ) fleurs


Dernière édition par philann le Mar 18 Fév 2014 - 10:50, édité 1 fois

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par auléric le Mar 18 Fév 2014 - 10:16

Et pourtant on exige que nous , nous soyons particulièrement bienveillants avec nos élèves (injonction paradoxale avec ce qu'on nous fait et cela est un facteur de stress supplémentaire)

auléric
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par philann le Mar 18 Fév 2014 - 10:50

C'est tout à fait mon avis!

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par almuixe le Mar 18 Fév 2014 - 11:12

@florestan a écrit:Franchement je pense que nous sommes particulièrement menacés par le burn out car il n'y a aucune limite au temps de travail possible et chez une personne perfectionniste et sensible à la culpabilisation latente dans notre milieu, et bien, il est facile de plonger.

Parfaitement juste, je rajouterais que les enseignants sont une population encore plus sensible au burn-out que les deux propriétés citées comme le favorisant sont fréquemment celles qui nous ont permis de devenir professeurs.
Un enseignant, c'est assez souvent un ancien bon élève, très respectueux des institutions et qui s'attache à bien faire. Une proie idéale au burn-out.
J'ai même des élèves avec ce profil qui en ont fait.

almuixe
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par InvitéMA le Mar 18 Fév 2014 - 12:24

@Caspar Goodwood a écrit:Comme disait une de mes collègues germanistes: "J'en ai marre de faire la p... pour ma matière."
ET de ne pas avoir forcément plus de clients. Une mauvaise p..., le comble non?

InvitéMA
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: 17 février 2014 : Témoignage d'une enseignante dont le burn out a été reconnu comme "maladie imputable au Service" (France Culture).

Message par Niel le Mar 18 Fév 2014 - 18:58

@auléric a écrit:Et pourtant on exige que nous , nous soyons particulièrement bienveillants avec nos élèves (injonction paradoxale avec ce qu'on nous fait et cela est un facteur de stress supplémentaire)

Je trouve cela particulièrement vrai!

Niel
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum