Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
lene75
Empereur

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par lene75 le Jeu 1 Mar 2018 - 19:04
@Laverdure a écrit:Vraie question (peut-être déjà posée, d'ailleurs) : a-t-on nécessairement besoin d'un ordinateur pour apprendre l'informatique ? Au moins au début ?

Encore une fois ça dépend ce qu'on appelle "informatique".
À la fac j'ai appris à coder sur papier... et passé les exams sur papier, mais c'était vraiment du pur codage.
avatar
Parenthèse
Érudit

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Parenthèse le Jeu 1 Mar 2018 - 19:14
En tant que prof doc, je donne des cours d’EMI au collège. En ce moment, je vois le fonctionnement d’Internet avec les 6e. Ils disent qu’ils sont toujours sur Internet et que du coup, ils gèrent... alors ils déchantent un peu quand je leur demande de me donner des exemples de navigateurs, de me donner le nom d’un moteur de recherche autre que Google...
slylan
Niveau 9

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par slylan le Jeu 1 Mar 2018 - 19:26
Il y a deux ans, avec une classe de cinquième, je voulais accéder à une animation en ligne pour la montrer aux élèves.
Je lance le navigateur, la page d'accueil ne s'affiche pas. Je vois tout de suite qu'il n'y a pas de connexion et je le dis aux élèves pour qu'ils patientent le temps que je règle le problème. Et là un élève s'écrie "monsieur, essayer avec chrome ça marche mieux". J'avais beau expliquer que quel que soit le navigateur, lorsqu'il n'y a pas de connexion internet, ça ne peut pas fonctionner, ils étaient cinq ou six à répéter, très sérieusement et sûrs d'eux, que je devais essayer chrome pour tenter d'accéder à internet.
avatar
Sphinx
Modérateur

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Sphinx le Jeu 1 Mar 2018 - 21:06
@lene75 a écrit:
@Laverdure a écrit:Je ferais une différence entre savoir utiliser un ordinateur et maîtriser l'informatique

Oui, c'est vrai. Mon argument était général : ceux de notre génération en étaient tous grosso modo au même point de nullité à l'âge du lycée, certains ont juste appris à se servir d'un ordinateur et d'autres sont devenus informaticiens.

Je ne suis pas complètement d'accord, tous les gens que je connais qui sont devenus informaticiens bidouillaient leur Amiga au collège. Moi pas, j'ai eu tardivement Windows 95 et on voit où j'en suis Laughing Je pense quand même que nos élèves sont handicapés par une chose, c'est qu'ils sont de plus en plus prisonniers de produits (comme les smartphones) qui ne les laissent pas bidouiller, justement. Je sais vaguement comment marche un ordinateur, je suis sous Linux et je sais trois bribes de html parce que j'ai appris un peu à sortir du "CLIQUEZ ICI" et à farfouiller par moi-même (mais je l'ai appris sur le tard et ne suis pas forcément allée très loin). Sur téléphone, c'est conçu de façon à être impossible. J'ai appris à peu près toute seule à me servir de Word parce que j'avais le réflexe d'ouvrir les menus et d'essayer toutes les fonctionnalités pour voir ce que ça faisait ; nos élèves, qui ne se servent d'un éditeur de texte que trois fois l'an quand on les traîne en salle info, n'ont pas du tout ce réflexe, je le constate à chaque fois.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par JPhMM le Jeu 1 Mar 2018 - 21:19
Voire les Amstrad
Et à l'époque, c'était Basic local ou Assembleur. Sans souris. Sans internet. Sans fenêtrage. Sans tutoriel. Au code pur, kilomètre après kilomètre, en vert clair sur fond vert foncé. Base hexadécimale et tout le tintouin. Ça forme la jeunesse. Laughing

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
verdurin
Habitué du forum

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par verdurin le Jeu 1 Mar 2018 - 22:00
C'était le mauvais vieux temps . . .
Mais on pouvait trouver des modes d'emploi où toutes les instructions, basic ou assembleur était données explicitement.
Ce qui facilitait les choses.

Et, un peu plus tard, quand tu achetais Word ou une calculette tu avais droit à un manuel papier ( mal fait pour les calculettes ).

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.
avatar
ben2510
Neoprof expérimenté

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par ben2510 le Jeu 1 Mar 2018 - 22:03
@JPhMM a écrit:Voire les Amstrad
Et à l'époque, c'était Basic local ou Assembleur. Sans souris. Sans internet. Sans fenêtrage. Sans tutoriel. Au code pur, kilomètre après kilomètre, en vert clair sur fond vert foncé. Base hexadécimale et tout le tintouin. Ça forme la jeunesse. Laughing
Jeunot. Mon Amstrad CPC 464 était mon troisième ordinateur.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold
avatar
Prezbo
Niveau 10

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Prezbo le Jeu 1 Mar 2018 - 22:15
@verdurin a écrit:C'était le mauvais vieux temps . . .
Mais on pouvait trouver des modes d'emploi où toutes les instructions, basic ou assembleur était données explicitement.
Ce qui facilitait les choses.

Et, un peu plus tard, quand tu achetais Word ou une calculette tu avais droit à un manuel papier ( mal fait pour les calculettes ).

Pas toujours...Ceux des HP étaient bien, de mémoire.

Je regrette aussi l'époque où les produits étaient fournis avec une vraie documentation bien complète. D'ailleurs, qui sait ce que signifie RTFM aujourd’hui ?


Dernière édition par Prezbo le Ven 2 Mar 2018 - 12:09, édité 1 fois
archeboc
Esprit éclairé

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par archeboc le Jeu 1 Mar 2018 - 22:59

Nous avons grandi avec l'ordinateur. Nous avons été obligé d'ouvrir le capot parce que le moteur réclamait souvent des réglages fins. La révolution numérique consiste à rendre internet disponible à ma grand-mère sans jamais un seul pépin. Plus besoin de se salir les mains, donc les jeunes n'acquièrent plus ces compétences-là.

Du temps de mes parents, la plupart des étudiants scientifiques savaient utiliser un fer à souder. A la génération suivante, c'était fini. Il n'est pas dit que la compétence technique de maîtrise du hardware et des première couches logiciels soit vitale pour nos élèves et nos étudiants de l'ère du docker.

@Prezbo a écrit:D'ailleurs, qui sait ce que signifie RTFM aujourd’hui ?

Mes élèves, j'espère.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Jenny
Modérateur

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Jenny le Jeu 1 Mar 2018 - 23:21
@Prezbo a écrit:D'ailleurs, qui sait ce que signifie RTFM aujourd’hui ?

cheers
avatar
Aiôn
Niveau 6

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Aiôn le Jeu 1 Mar 2018 - 23:54
@Wilfried12 a écrit:Je ne sais pas ce que vous pensez qu'on puisse apprendre en informatique, mais c'est très certainement pas du tout ça si vous pensez que les élèves le maitrise.

Mon père est un ancien maître de conf en informatique à la retraite. Il ne sait pas utiliser un smartphone mais sait programmer un compilateur C en assembleur. Contrairement à moi, dans ce domaine, ce n'est donc pas tout à fait un bras cassé : je le crois compétent en pédagogie de l'informatique. Or c'est lui qui m'a enseigné qu'il est aberrant d'apprendre à tous à coder, étant donné que ce serait prendre à rebrousse-poil toute l'évolution historique des outils informatiques destinés au grand public.
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Anaxagore le Ven 2 Mar 2018 - 0:33
Ce que nous devons enseigner, ce sont les connaissances de base qui sont les clefs du monde dans lequel nous évoluons. C'est-à-dire qu'il n'est pas seulement question d'action mais aussi de compréhension.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Balthazaard le Ven 2 Mar 2018 - 0:47
@Sphinx a écrit:
@lene75 a écrit:
@Laverdure a écrit:Je ferais une différence entre savoir utiliser un ordinateur et maîtriser l'informatique

Oui, c'est vrai. Mon argument était général : ceux de notre génération en étaient tous grosso modo au même point de nullité à l'âge du lycée, certains ont juste appris à se servir d'un ordinateur et d'autres sont devenus informaticiens.

Je ne suis pas complètement d'accord, tous les gens que je connais qui sont devenus informaticiens bidouillaient leur Amiga au collège. Moi pas, j'ai eu tardivement Windows 95 et on voit où j'en suis Laughing Je pense quand même que nos élèves sont handicapés par une chose, c'est qu'ils sont de plus en plus prisonniers de produits (comme les smartphones) qui ne les laissent pas bidouiller, justement. Je sais vaguement comment marche un ordinateur, je suis sous Linux et je sais trois bribes de html parce que j'ai appris un peu à sortir du "CLIQUEZ ICI" et à farfouiller par moi-même (mais je l'ai appris sur le tard et ne suis pas forcément allée très loin). Sur téléphone, c'est conçu de façon à être impossible. J'ai appris à peu près toute seule à me servir de Word parce que j'avais le réflexe d'ouvrir les menus et d'essayer toutes les fonctionnalités pour voir ce que ça faisait ; nos élèves, qui ne se servent d'un éditeur de texte que trois fois l'an quand on les traîne en salle info, n'ont pas du tout ce réflexe, je le constate à chaque fois.

Parce que tu crois qu'on ne peut pas bidouiller un smartphone....!
avatar
Sphinx
Modérateur

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Sphinx le Ven 2 Mar 2018 - 1:53
Ben ça reste très limité quand même... Et puis si tu veux vraiment bidouiller quelque chose efficacement il faut... le connecter à un ordi.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

avatar
Vididi
Niveau 5

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Vididi le Ven 2 Mar 2018 - 8:28
@Prezbo a écrit:
@Jenny a écrit:Pour utiliser des ordinateurs en classe de temps en temps, je peux confirmer. Quelques élèves sont très à l'aise, mais d'autres ne savent pas utiliser un traitement de texte ou faire une recherche sur internet.

Non seulement c'est vrai, mais j'ajouterai que savoir faire une recherche sur internet ou utiliser un traitement de texte n'est pas non plus "maîtriser l'informatique".

(Plus anecdotiquement, je ne sais pas non plus repriser une chaussette ni rempailler une chaise, mais qui le sait sur néoprof et est-ce encore des savoirs utiles aujourd'hui ? Chez moi, par exemple, je n'ai aucune chaise paillée.)

Pour le rempaillage, je passe mon tour. Par contre, je sais repriser des chaussettes. Si on enseigne la décroissance, je vais pouvoir passer la bivalence.
La phrase de Jenny était "maîtriser l'outil informatique", pas maitriser l'informatique. On a un gros pb sémantique quand on parle d'informatique. Comme quand on parle de "technologie" d'ailleurs. Je ne suis pas sûre que "humanités numériques" nous aide à sortir de l’ambiguïté.

@lene75 a écrit:Vous avez quand même très largement modifié mes propos. Je n'ai jamais dit que les jeunes étaient meilleurs que nous en informatique, à part 2-3 élèves de SI passionnés par la chose, j'ai juste dit qu'ils ne pouvaient pas être plus mauvais que nous à leur âge puisque nous, à leur âge, n'avions jamais touché un ordinateur (ou alors juste vaguement 3 fois dans notre vie avec un ordi pour 4 lors d'un cours de techno dont nous n'avons rien retenu).
Ce que je dis, c'est que nous non plus, à leur âge, ne savions pas le faire et que ça n'a visiblement pas empêché que nous puissions apprendre. Pourquoi ? parce que nous avons appris le français, les maths, la logique, etc.
L'ordinateur n'est qu'un outil, qui, qui plus est, se périme à une vitesse incroyable, la raison, elle, est l'outil à forger les outils : apprenons à nos élèves à raisonner. Inutile de mettre la charrue avant les boeufs, surtout pour des gens qui n'utiliseront plus ni charrue ni boeufs...

Là, je vois bien mon grand âge. Je n'ai jamais eu de cours de techno, moi, je faisais de l'EMT. Par contre, j'avais bien 1h d'informatique par semaine, assurée par des profs de maths, et on programmait nos TO7...
Ceci dit, je suis d'accord avec toi sur le fait qu'ils peuvent apprendre. Sauf que, la plupart des gens, voire des collègues (ceux qui utilisent peu l'informatique avec les élèves surtout), pensent qu'il est inutile de leur enseigner ce qu'ils savent déjà, parce qu'ils sont "nés avec".
Et le constat que je fais c'est que les collégiens actuels savent moins que ceux d'il y a 10 ans. Et je pense qu'il y a un lien entre les deux phrases précédentes.

@archeboc a écrit:


@Prezbo a écrit:D'ailleurs, qui sait ce que signifie RTFM aujourd’hui ?

Mes élèves, j'espère.

RTFM a longtemps été le mot de passe du PC de la maison. Choisi par l'homme de la maison. Administrateur réseau.
Mes enfants savent ce que ça veut dire, mais je ne crois pas avoir utilisé le terme une seule fois en classe. Je vais y songer.
avatar
micaschiste
Vénérable

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par micaschiste le Ven 2 Mar 2018 - 8:58
@Mcready1 a écrit:
@ben2510 a écrit:Classique et toujours pertinent (et très drôle) : https://nicolaslegland.wordpress.com/2013/08/15/les-enfants-ne-savent-pas-se-servir-dun-ordinateur/

Je m'apprétais à poster ce billet. ;-)

Et je plussoie : de ce que je vois avec mes collégiens ET lycéens, très peu de "digital natives" maîtrisent l'outil informatique.

« le problème est généralement dans l’interface entre la chaise et le clavier. »
J'adore !

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "
avatar
Ajupouet
Habitué du forum

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Ajupouet le Ven 2 Mar 2018 - 9:00
@Sulfolobus a écrit:
@Cincinnata a écrit:
Le B2i est obligatoire Rolling Eyes
Le niveau du B2i est insuffisant.

On va faire un bête questionnaire. Qui :
- est capable d'écrire un texte correct sur Word (ou tout autre éditeur de texte, perso je ne me sers que de LaTeX) en se servant des outils de mise en page automatique ?
- capable de faire une présentation PwP (ou tout autre logiciel) en se servant des outils de mise en page automatique ? Ceci inclut l'insertion d'images, de vidéos et pistes audios. Qui sait le faire marcher sur tous les ordinateurs ?
- sait ce servir d'un logiciel de bibliographie automatique (type Zotero, BibteX...) ;
- sait brancher un vidéoprojecteur dans tous les cas ?
- sait se servir au niveau de base d'un logiciel de feuilles de calcul : en particulier il sait faire ce qu'il faut pour faire des moyennes, calculs de base et des tableaux avec de logiciel ;
- sait ce que sont les métadonnées, comment les insérer, à quoi elles servent et leurs avantages et inconvénients ?
- capable de convertir n'importe quel type de document textes, présentation... en pdf et qui sait pourquoi il FAUT systématiquement le faire ?
- connait la différence entre un logiciel libre et un logiciel propriétaire et connait les avantages et les inconvénients des deux types ?
- sait programmer correctement un navigateur internet (paramètres de confidentialité, raccourcis, favoris, barre des tâches, gestion des flux RSS, page de démarrage du navigateur, des onglets...).
- sait choisir de manière éclairée le moteur de recherche qui lui convient ;
- sait où sont stockés ses mots de passe sur son ordinateur, choisir lesquels il veut stocker et revenir dessus si besoin ?
- sait programmer un gestionnaire de mails (Mails, Thunderbird, Outlook par exemple) correctement, en connait les avantages et les inconvénients, et sait le faire marcher quelque soit la situation ?
- sait faire marcher un Wifi tout le temps ?
- connait les différents types de sécurité mail et sait les utiliser à bon escient ?
- sait chiffrer son ordi, sa clé USB, son DD en totalité ou en partie, et connait les avantages, les inconvénients et sait déterminer s'il doit le faire ou non ?
- sait installer un antivirus et bien le choisir en fonction de ses besoins ?
- sait gérer l'antivirus ?
- sait gérer des flux RSS (et sait ce que c'est) ;
- connait les réseaux sociaux, leurs avantages et leurs inconvénients et sait donc choisir de manière éclairée de les utiliser ou non ;
- dans les cas où il les utilise, sait régler convenablement les paramètres de confidentialité ?
- sait configurer correctement une clé USB, un DD en fonction du/des OS utilisés ;
- sait se servir au moins au niveau de base d'un logiciel de dessin ;
- connait l'intérêt de faire des sauvegardes régulières de ses appareils et sait le faire ;
- sait restaurer un appareil en cas de crash ;
- sait configurer correctement un Wifi y compris dans le cas d'un proxy ?
- sait que faire les MaJ est important et sait le faire avec raison ?
- sait se servir d'un blog, en tant que lecteur bien sûr mais aussi en tant qu'écrivain.

Bon j'en ai probablement oublié mais déjà, si tout le monde pouvait répondre oui à ces questions...

Et je peux t'assurer que je connais beaucoup de diplômés de master actuels (en LSH, moins en sciences) qui répondent non à toutes ces questions.

Sulfulobus, je reviens sur ton message que je ne peux qu’approuver.
J’ai eu l’idée saugrenue de quitter l’EN pour me mettre à mon compte.
En 98, j’ai eu un diplôme d'ingénieur en informatique. Même si aujourd’hui je serais totalement dépassée comme ingénieur, je mesure ma chance et mon aisance avec tous les outils que tu as cités.
Voici le B.A.BA dont j’ai besoin au quotidien :
Déjà, se connecter au réseau en toutes circonstances et configurer le mail professionnel.
Résoudre les bugs quotidiens de type ( « pourquoi l’imprimante elle imprime pas ? »)
Gérer la sauvegarde efficace des données, et plus généralement la « sécurité ».
Gérer le Cloud et le partage desdites données.
Savoir utiliser traitement de texte, tableur (+++) et diaporamas (+++ aussi).
Savoir brancher l’ordinateur sur un rétroprojecteur quel que soit le type de branchement, filaire ou non, sous stress, avant conférence.
Savoir créer et maintenir mon site web, suivre les activités, les statistiques de fréquentation.
Savoir configurer et gérer un agenda en ligne accessible par mes élèves.
Savoir programmer un formulaire à remplir par mes élèves, avec récupération automatique des données et publipostage automatique pour création des dossiers élèves.
Savoir gérer l’espace disque et le poids des données (sur quelle résolution régler le scanner ou la caméra HD par exemple ?)
Savoir gérer les formats d’images et les résolutions pour les impressions professionnelles.
Savoir gérer les fichiers son.
Savoir changer les formats de fichiers pour plus de compatibilité.
Savoir gérer les polices de caractères, même les polices contextuelles.
Savoir configurer des périphériques.
Gérer l’accès des données depuis mon téléphone portable.
Savoir extraire des données ( ex : adresses de mes 500 derniers élèves, sexe, âge, classe) pour en déduire des informations et faire des stats ( distance de route moyenne, temps de trajet, âge moyen...)
Savoir utiliser un logiciel de compta

Bref, j’arrête-là, mais ce que j’en viens de lister, c’est mon quotidien.
On peut certainement faire sans pas mal de choses que j’ai citées, mais pas sans y passer beaucoup de temps, et dépenser beaucoup de sous chez le dépanneur.

On ne se rend compte de l’importance de savoir tout ça que lorsqu’on est confronté, seul, au problème.







_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
Clp
Niveau 1

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Clp le Ven 2 Mar 2018 - 13:36
@Aiôn a écrit:Mon père est un ancien maître de conf en informatique à la retraite. Il ne sait pas utiliser un smartphone mais sait programmer un compilateur C en assembleur. Contrairement à moi, dans ce domaine, ce n'est donc pas tout à fait un bras cassé : je le crois compétent en pédagogie de l'informatique. Or c'est lui qui m'a enseigné qu'il est aberrant d'apprendre à tous à coder, étant donné que ce serait prendre à rebrousse-poil toute l'évolution historique des outils informatiques destinés au grand public.

@Anaxagore a écrit:Ce que nous devons enseigner, ce sont les connaissances de base qui sont les clefs du monde dans lequel nous évoluons. C'est-à-dire qu'il n'est pas seulement question d'action mais aussi de compréhension.
Fichiers joints
lussato.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(2.3 Mo) Téléchargé 23 fois
avatar
Prezbo
Niveau 10

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Prezbo le Ven 2 Mar 2018 - 13:52
[quote="Vididi"]
@Prezbo a écrit:
La phrase de Jenny était "maîtriser l'outil informatique", pas maitriser l'informatique. On a un gros pb sémantique quand on parle d'informatique. Comme quand on parle de "technologie" d'ailleurs. Je ne suis pas sûre que "humanités numériques" nous aide à sortir de l’ambiguïté.

Je plussoie vigoureusement ce passage.

Le problème est que certains collègues me semblent être dans cette ambiguïté, sans même avoir confiance qu'ils y sont.

J'entends sans cesse des remarques du type "Ils ne savent pas faire des recherches sur Internet", "Ils ne savent pas utiliser Word", "Ils ne savent pas intégrer une video sous Powerpoint"...

Faire une recherche internet, utiliser Word ou Powerpoint, ce n'est pas maîtriser l'informatique, ni même un prérequis pour maîtriser l'informatique, ni même maîtriser l'outil informatique. C'est maîtriser des outils informatiques, dont l'usage peut être pertinent selon ses besoins ou non.

Au niveau collège-lycée, franchement, je pense qu'il y a la plupart du temps plus urgent et plus utile à faire.

J'ai l'impression que les humanités numériques risquent de se traduire par des réalités locales très...diverses. En tout cas, si ça se limite à "faites des recherches sur internet et faites un joli Powerpoint", ça risque de ne pas être exaltant.

@Ajupouet a écrit:
Sulfulobus, je reviens sur ton message que je ne peux qu’approuver.
J’ai eu l’idée saugrenue de quitter l’EN pour me mettre à mon compte.
En 98, j’ai eu un diplôme d'ingénieur en informatique. Même si aujourd’hui je serais totalement dépassée comme ingénieur, je mesure ma chance et mon aisance avec tous les outils que tu as cités.
Voici le B.A.BA dont j’ai besoin au quotidien :
Déjà, se connecter au réseau en toutes circonstances et configurer le mail professionnel.
Résoudre les bugs quotidiens de type ( « pourquoi l’imprimante elle imprime pas ? »)
Gérer la sauvegarde efficace des données, et plus généralement la « sécurité ».
Gérer le Cloud et le partage desdites données.
Savoir utiliser traitement de texte, tableur (+++) et diaporamas (+++ aussi).
Savoir brancher l’ordinateur sur un rétroprojecteur quel que soit le type de branchement, filaire ou non, sous stress, avant conférence.
Savoir créer et maintenir mon site web, suivre les activités, les statistiques de fréquentation.
Savoir configurer et gérer un agenda en ligne accessible par mes élèves.
Savoir programmer un formulaire à remplir par mes élèves, avec récupération automatique des données et publipostage automatique pour création des dossiers élèves.
Savoir gérer l’espace disque et le poids des données (sur quelle résolution régler le scanner ou la caméra HD par exemple ?)
Savoir gérer les formats d’images et les résolutions pour les impressions professionnelles.
Savoir gérer les fichiers son.
Savoir changer les formats de fichiers pour plus de compatibilité.
Savoir gérer les polices de caractères, même les polices contextuelles.
Savoir configurer des périphériques.
Gérer l’accès des données depuis mon téléphone portable.
Savoir extraire des données ( ex : adresses de mes 500 derniers élèves, sexe, âge, classe) pour en déduire des informations et faire des stats ( distance de route moyenne, temps de trajet, âge moyen...)
Savoir utiliser un logiciel de compta

Bref, j’arrête-là, mais ce que j’en viens de lister, c’est mon quotidien.
On peut certainement faire sans pas mal de choses que j’ai citées, mais pas sans y passer beaucoup de temps, et dépenser beaucoup de sous chez le dépanneur.

On ne se rend compte de l’importance de savoir tout ça que lorsqu’on est confronté, seul, au problème.



Franchement, je ne doute pas que ce soit votre quotidien, mais je trouve disproportionné de penser que ça doit être maîtrisé par tous. Ça pourrait même passer pour une affirmation très culpabilisante, même si c'est involontaire.

Il y a la moitié de ces truc à la louche que je ne sais pas faire, et qu'il ne m'intéresse pas d'apprendre parce que je n'en ai pas le besoin personnel ou professionnel au quotidien. Ce n'est pas que je ne pourrai pas : c'est que c'est terriblement chronophage, qu'on a une seule vie et que je hiérarchise mes priorité.
avatar
lene75
Empereur

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par lene75 le Ven 2 Mar 2018 - 15:03
@Prezbo a écrit:Il y a la moitié de ces truc à la louche que je ne sais pas faire, et qu'il ne m'intéresse pas d'apprendre parce que je n'en ai pas le besoin personnel ou professionnel au quotidien. Ce n'est pas que je ne pourrai pas : c'est que c'est terriblement chronophage, qu'on a une seule vie et que je hiérarchise mes priorité.

+1

C'est même pire que ça : il y a des trucs dans la liste que je savais faire quand j'en avais besoin (créer et maintenir un site internet, par exemple), mais que je ne sais plus faire faute d'en avoir l'usage.

Comme des tonnes de trucs qu'on apprend à l'école vous allez me dire (sauf que ça, je ne l'avais pas appris à l'école mais toute seule, en regardant sur internet au gré de mes besoins, capacité que j'ai parce que j'ai appris bien d'autres choses plus fondamentales - au sens littéral du terme - à l'école), sauf que là il s'agit de savoirs purement utilitaires et que ça me fait une bien belle jambe d'avoir appris à me servir de disquettes en cours de techno... Je ne suis pas sûre qu'il soit judicieux de remplacer un tronc commun de maths, par exemple, par ce truc, parce que c'est bien de ça dont il est question : d'enseigner ça plutôt qu'autre chose, et pas d'enseigner ça tout court.

Enfin rassurez-vous, si cet enseignement peut être confié à un prof de philo ou d'HG, comme c'est prévu, il y a fort à parier qu'on n'y apprendra rien de tout ça...

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Jenny le Ven 2 Mar 2018 - 15:08
@Prezbo a écrit:Faire une recherche internet, utiliser Word ou Powerpoint, ce n'est pas maîtriser l'informatique, ni même un prérequis pour maîtriser l'informatique, ni même maîtriser l'outil informatique. C'est maîtriser des outils informatiques, dont l'usage peut être pertinent selon ses besoins ou non.

Disons que quand je vois des élèves avoir des difficultés à s'identifier sur les ordis du collège faute de savoir comment on fait une majuscule ou un point avec un clavier, j'ai l'impression que ça pose problème pour maîtriser l'informatique.
avatar
freche
Expert spécialisé

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par freche le Ven 2 Mar 2018 - 15:37
On pourrait faire la même liste avec la voiture : qui sait faire l'appoint d'huile, la vidange, changer des essuie glace, un filtre à air, remplacer une durite, changer une ampoule...
ou avec l'alimentation : faire du beurre, du pain, des yaourts, faire pousser des légumes, élever des animaux, faire son cidre ou son vin...

Évidemment qu'on ne peut pas connaitre et savoir faire tout sur tout en détail. C'est aussi du choix de l'individu d'apprendre ou non. Je ne pense pas que ce soit le rôle de l'école. Si les élèves savaient utiliser les outils basiques et efficacement, ça me conviendrait bien. Le reste, ils peuvent approfondir par eux mêmes ou étudier dans le supérieur.
archeboc
Esprit éclairé

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par archeboc le Ven 2 Mar 2018 - 17:15

Ce que je trouve intéressant, c'est sur un autre fil de voir les enseignants de SES et d'HG se regarder en chien de faïence, à craindre que la corporation d'en face ne truste les cours de sciences politiques. Pour les humanités numériques, en revanche, les volontaires ne se bousculent pas au portillon.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Ajupouet
Habitué du forum

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Ajupouet le Ven 2 Mar 2018 - 19:52
@Prezbo a écrit:
@Vididi a écrit:
@Prezbo a écrit:
La phrase de Jenny était "maîtriser l'outil informatique", pas maitriser l'informatique. On a un gros pb sémantique quand on parle d'informatique. Comme quand on parle de "technologie" d'ailleurs. Je ne suis pas sûre que "humanités numériques" nous aide à sortir de l’ambiguïté.

Je plussoie vigoureusement ce passage.

Le problème est que certains collègues me semblent être dans cette ambiguïté, sans même avoir confiance qu'ils y sont.

J'entends sans cesse des remarques du type "Ils ne savent pas faire des recherches sur Internet", "Ils ne savent pas utiliser Word", "Ils ne savent pas intégrer une video sous Powerpoint"...

Faire une recherche internet, utiliser Word ou Powerpoint, ce n'est pas maîtriser l'informatique, ni même un prérequis pour maîtriser l'informatique, ni même maîtriser l'outil informatique. C'est maîtriser des outils informatiques, dont l'usage peut être pertinent selon ses besoins ou non.

Au niveau collège-lycée, franchement, je pense qu'il y a la plupart du temps plus urgent et plus utile à faire.

J'ai l'impression que les humanités numériques risquent de se traduire par des réalités locales très...diverses. En tout cas, si ça se limite à "faites des recherches sur internet et faites un joli Powerpoint", ça risque de ne pas être exaltant.

@Ajupouet a écrit:
Sulfulobus, je reviens sur ton message que je ne peux qu’approuver.
J’ai eu l’idée saugrenue de quitter l’EN pour me mettre à mon compte.
En 98, j’ai eu un diplôme d'ingénieur en informatique. Même si aujourd’hui je serais totalement dépassée comme ingénieur, je mesure ma chance et mon aisance avec tous les outils que tu as cités.
Voici le B.A.BA dont j’ai besoin au quotidien :
Déjà, se connecter au réseau en toutes circonstances et configurer le mail professionnel.
Résoudre les bugs quotidiens de type ( « pourquoi l’imprimante elle imprime pas ? »)
Gérer la sauvegarde efficace des données, et plus généralement la « sécurité ».
Gérer le Cloud et le partage desdites données.
Savoir utiliser traitement de texte, tableur (+++) et diaporamas (+++ aussi).
Savoir brancher l’ordinateur sur un rétroprojecteur quel que soit le type de branchement, filaire ou non, sous stress, avant conférence.
Savoir créer et maintenir mon site web, suivre les activités, les statistiques de fréquentation.
Savoir configurer et gérer un agenda en ligne accessible par mes élèves.
Savoir programmer un formulaire à remplir par mes élèves, avec récupération automatique des données et publipostage automatique pour création des dossiers élèves.
Savoir gérer l’espace disque et le poids des données (sur quelle résolution régler le scanner ou la caméra HD par exemple ?)
Savoir gérer les formats d’images et les résolutions pour les impressions professionnelles.
Savoir gérer les fichiers son.
Savoir changer les formats de fichiers pour plus de compatibilité.
Savoir gérer les polices de caractères, même les polices contextuelles.
Savoir configurer des périphériques.
Gérer l’accès des données depuis mon téléphone portable.
Savoir extraire des données ( ex : adresses de mes 500 derniers élèves, sexe, âge, classe) pour en déduire des informations et faire des stats ( distance de route moyenne, temps de trajet, âge moyen...)
Savoir utiliser un logiciel de compta

Bref, j’arrête-là, mais ce que j’en viens de lister, c’est mon quotidien.
On peut certainement faire sans pas mal de choses que j’ai citées, mais pas sans y passer beaucoup de temps, et dépenser beaucoup de sous chez le dépanneur.

On ne se rend compte de l’importance de savoir tout ça que lorsqu’on est confronté, seul, au problème.



Franchement, je ne doute pas que ce soit votre quotidien, mais je trouve disproportionné de penser que ça  doit être maîtrisé par tous. Ça pourrait même passer pour une affirmation très culpabilisante, même si c'est involontaire.

Il y a la moitié de ces truc à la louche que je ne sais pas faire, et qu'il ne m'intéresse pas d'apprendre parce que je n'en ai pas le besoin personnel ou professionnel au quotidien. Ce n'est pas que je ne pourrai pas : c'est que c'est terriblement chronophage, qu'on a une seule vie et que je hiérarchise mes priorité.

Je ne pense pas qu’il faille impérativement savoir tout ça, et l’apprendre à l’école. Je dis juste que, selon son métier, quand on s’en met à son compte, c’est indispensable.
Donc, certes, on peut prendre un comptable, le payer, ne rien connaître à la comptabilité et lui faire totalement confiance. On peut aussi avoir eu la chance d’avoir suivi et compris quelques cours de compta dans sa vie, et s’en tirer soi-même.
Mais si tu prends un comptable, un webmaster pour la création du site, un webmestre pour la gestion des modifs... et j’en oublie, à la fin du mois, il n’en te reste plus tant de sous que ça.

Bref : indispensable n’est pas la question. Mais il est à parier que les autoentrepreneurs qui sortent par le haut et développent leur entreprise et arrivent à en vivre fassent partie de «ceux qui maîtrisent l’outil informatique»

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.com   - Facebook
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Zagara le Ven 2 Mar 2018 - 20:09
http://www.gouvernement.fr/argumentaire/education-faire-du-bac-un-veritable-tremplin-vers-la-reussite
Le MEN a écrit:=> Un nouvel enseignement pour tous : les humanités numériques et scientifiques (code, intelligence artificielle, bioéthique, grands enjeux environnementaux).
Pardon si ce passage a déjà été pointé, mais il semble indiquer l'orientation concrète de cette "nouvelle discipline".
Enseignement de tronc commun qui allie informatique (code) et une sorte de EMC, si j'ai bien compris.
avatar
Pat B
Niveau 10

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Pat B le Jeu 8 Mar 2018 - 14:37
@Zagara a écrit:http://www.gouvernement.fr/argumentaire/education-faire-du-bac-un-veritable-tremplin-vers-la-reussite
Le MEN a écrit:=> Un nouvel enseignement pour tous : les humanités numériques et scientifiques (code, intelligence artificielle, bioéthique, grands enjeux environnementaux).
Pardon si ce passage a déjà été pointé, mais il semble indiquer l'orientation concrète de cette "nouvelle discipline".
Enseignement de tronc commun qui allie informatique (code) et une sorte de EMC, si j'ai bien compris.

Mais qui donc serait capable d'enseigner ce genre de truc ? Personne.... Ça ne correspond pas à nos disciplines, à aucun de nous. Ou alors ils mettront 1h de code ou d'IA, à un prof de maths formé (?) ou d'info (?), 1h de bioéthique à un prof de SVT, 1h de grands enjeux environnementaux à.... svt ou HG ? Bref, ils vont partager ça, en annualisant peut-être ?
Contenu sponsorisé

Re: Vers un baccalauréat «humanités numériques» ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum