Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Marie Laetitia
Bon génie

Re: Insultes

par Marie Laetitia le Dim 11 Fév 2018 - 19:26
@skindiver a écrit:
@lamorduedhistoire25 a écrit:Travailler en îlots ? Kesako ?? C'est quoi ?? J'ignore totalement ce que c'est ? Est-ce travailler en groupe ??

Sinon pour la plainte, je suis allée dans une gendarmerie.... Je n'ai pas du insister pour qu'ils prennent ma plainte, bien au contraire et le gendarme a été très professionnel, il a toute ma confiance.

Sinon quand tu dis "Les élèves pénibles vivent parfois violemment le face à face et sont généralement mieux apaisés quand ils sont bien triangulés par une autorité partagée et surtout par leur groupe", Où veux tu en venir ?? Faudrait-il les prendre en AP, franchement je ne suis pas très motivée de les prendre sur des heures supplémentaires, déjà qu'ils me pompent toute mon énergie... En plus je vis actuellement chez mes parents, c'est peut-être plus simple par certains aspects, mais sous d'autres bien moins. Mes parents sont méga stressés quand ils me voient partir.

Ma mère a la boule au ventre et a peur de me voir agressée par de tels olibrius, sent également que nerveusement je reviens hyper tendue et angoissée le soir et vidée, a peur aussi de me voir craquer comme ce fut le cas pour d'autres enseignants. N'ayant jamais eu d'enfants enseignants auparavant, ils ne s'attendaient pas du tout à ce que j'enseigne dans une telle atmosphère et avec de telles difficultés et surtout que je dois faire face à une insolence telle qu'eux-mêmes n'ont jamais connu. Ils me voient travailler aussi durant tout mon temps libre avec peu de pauses et constatent à leurs dépens que le métier d'enseignant est loin d'être un métier facile et de fainéant, contrairement à la doxa répandue...

C'est peut-être une bonne chose, mais parfois à la maison à cause de ces conditions pourries, ça peut aussi être tendu parce que je suis obligée par moments de vider mon sac sinon je ne tiens pas. J'ai même pensé à rencontrer un psychologue, ne serait-ce que pour avoir une écoute, pleurer ou crier si j'en ai envie sans être jugée et sans devoir répandre mes angoisses en famille. D'ailleurs ce matin j'ai craqué, le trop plein sans doutes. La direction me dit de relativiser, mais franchement par moment j'aimerais bien qu'ils prennent ma classe ne serait-ce qu'une heure pour qu'ils comprennent leur douleur....

La "cool attitude" certes, mais pas partout : en hôtellerie et pâtisserie je dis oui de suite parce qu'ils sont adorables, mais sûrement pas avec des phénomènes qui cherchent à tout prix à me faire démissionner dans les classes de commerce...

Si les élèves ressent le moindre mépris de ta part, ils vont t'en faire baver. Essaye même si c'est dur de les valoriser au maximum quand ils sont dans le positif.

Rolling Eyes Il y a aussi, surtout, beaucoup d'élèves qui en feront baver aux jeunes collègues et qui sont eux-mêmes méprisants, désagréables, irrespectueux. On doit garder une attitude professionnelle, mais ça, Lamordued'histoire n'a pas besoin de nous pour le savoir. On peut qualifier un individu d'olibrius sans le mépriser. C'est même gentil pour ce qu'ils font.
lamorduedhistoire25
Niveau 4

Re: Insultes

par lamorduedhistoire25 le Dim 11 Fév 2018 - 20:52
@Marie Laetitia a écrit:
@skindiver a écrit:
@lamorduedhistoire25 a écrit:Travailler en îlots ? Kesako ?? C'est quoi ?? J'ignore totalement ce que c'est ? Est-ce travailler en groupe ??

Sinon pour la plainte, je suis allée dans une gendarmerie.... Je n'ai pas du insister pour qu'ils prennent ma plainte, bien au contraire et le gendarme a été très professionnel, il a toute ma confiance.

Sinon quand tu dis "Les élèves pénibles vivent parfois violemment le face à face et sont généralement mieux apaisés quand ils sont bien triangulés par une autorité partagée et surtout par leur groupe", Où veux tu en venir ?? Faudrait-il les prendre en AP, franchement je ne suis pas très motivée de les prendre sur des heures supplémentaires, déjà qu'ils me pompent toute mon énergie... En plus je vis actuellement chez mes parents, c'est peut-être plus simple par certains aspects, mais sous d'autres bien moins. Mes parents sont méga stressés quand ils me voient partir.

Ma mère a la boule au ventre et a peur de me voir agressée par de tels olibrius, sent également que nerveusement je reviens hyper tendue et angoissée le soir et vidée, a peur aussi de me voir craquer comme ce fut le cas pour d'autres enseignants. N'ayant jamais eu d'enfants enseignants auparavant, ils ne s'attendaient pas du tout à ce que j'enseigne dans une telle atmosphère et avec de telles difficultés et surtout que je dois faire face à une insolence telle qu'eux-mêmes n'ont jamais connu. Ils me voient travailler aussi durant tout mon temps libre avec peu de pauses et constatent à leurs dépens que le métier d'enseignant est loin d'être un métier facile et de fainéant, contrairement à la doxa répandue...

C'est peut-être une bonne chose, mais parfois à la maison à cause de ces conditions pourries, ça peut aussi être tendu parce que je suis obligée par moments de vider mon sac sinon je ne tiens pas. J'ai même pensé à rencontrer un psychologue, ne serait-ce que pour avoir une écoute, pleurer ou crier si j'en ai envie sans être jugée et sans devoir répandre mes angoisses en famille. D'ailleurs ce matin j'ai craqué, le trop plein sans doutes. La direction me dit de relativiser, mais franchement par moment j'aimerais bien qu'ils prennent ma classe ne serait-ce qu'une heure pour qu'ils comprennent leur douleur....

La "cool attitude" certes, mais pas partout : en hôtellerie et pâtisserie je dis oui de suite parce qu'ils sont adorables, mais sûrement pas avec des phénomènes qui cherchent à tout prix à me faire démissionner dans les classes de commerce...

Si les élèves ressent le moindre mépris de ta part, ils vont t'en faire baver. Essaye même si c'est dur de les valoriser au maximum quand ils sont dans le positif.

Rolling Eyes Il y a aussi, surtout, beaucoup d'élèves qui en feront baver aux jeunes collègues et qui sont eux-mêmes méprisants, désagréables, irrespectueux. On doit garder une attitude professionnelle, mais ça, Lamordued'histoire n'a pas besoin de nous pour le savoir. On peut qualifier un individu d'olibrius sans le mépriser. C'est même gentil pour ce qu'ils font.

Je confirme, je suis bien loin de ce que je pense d'eux en réalité. Quand 4 élèves dans la classe veulent travailler et que parmi les autres, on trouve une majorité de caïds rétifs à toute discipline et qui se moquent éperdument du cours jusqu'à ne chercher que la confrontation bête et méchante avec l'enseignant, je devrais faire quoi ?? Faire de la "cool attitude" ??? Alors ça sûrement pas et je ne suis pas masochiste...

De la bienveillance, il y en a quand c'est donnons-donnons, ni plus, ni moins... Et je ne me suis jamais permise d'insulter un élève, je prends d'ailleurs la peine de les vouvoyer pour justement placer une distance de bon aloi et éviter ainsi les dérapages. Eux par contre......ne sont pas forcément sur la même longueur d'ondes.

En revanche, il semblerait selon eux que je ne les "aime" pas. Avec un comportement pareil je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. De plus, se faire aimer, ça c'est le rôle de leur mère et père et de leurs amis. Pas le mien d'autant plus que je ne les connais pas. Et je n'ai pas l'intention de me faire aimer par les élèves par démagogie pure et simple. Je pense au contraire que faire copain-copain c'est le meilleur moyen de déraper et ça je n'en veux surtout pas car je sais que cela se retournera forcément contre moi et ce n'est absolument pas rendre service aux élèves non plus. Je pense même au contraire que l'exigence et l'enseignement du goût de l'effort sont les meilleures marques de respect qu'un enseignant leur doit.

Ce que beaucoup d'entre eux d'ailleurs ne supportent absolument pas c'est plutôt d'être face à un adulte qui réplique fortement et leur pose de sacrés limites à leur impunité. L'autorité les insupporte, devrais-je pour autant tout laisser passer ?? Certes non, c'est éprouvant, usant et démotivant mais je ne lâche rien car sinon c'est l'anarchie assurée.... Quand ils auront enfin compris le message, peut être que je penserai à me détendre mais dans l'immédiat c'est peine perdue......
avatar
skindiver
Érudit

Re: Insultes

par skindiver le Mar 13 Fév 2018 - 8:10
Aller dans le frontal ne marche pas avec ce public. Il faut (c'est juste mon avis) tenter d'autres approches. (La bienveillance n'est pas le laxisme).
Il y aura forcément des moments où des élèves franchiront les limites et il faudra les recadrer fermement (a voir avec la vie scolaire les sanctions qui sont appliquées dans ton bahut).
archeboc
Expert spécialisé

Re: Insultes

par archeboc le Mar 13 Fév 2018 - 12:20
@skindiver a écrit:Aller dans le frontal ne marche pas avec ce public. Il faut (c'est juste mon avis) tenter d'autres approches. (La bienveillance n'est pas le laxisme).
Il y aura forcément des moments où des élèves franchiront les limites et il faudra les recadrer fermement (a voir avec la vie scolaire les sanctions qui sont appliquées dans ton bahut).

Soit je ne comprends pas "frontal", soit je ne comprends pas "recadrer fermement", mais je ne vois pas comment on peut avoir l'un sans avoir l'autre.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum