Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Balthazaard
Grand sage

Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites - Page 6 Empty Re: Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites

par Balthazaard le Dim 29 Déc 2019 - 14:46
@mariemaths a écrit:Oui je pense que vous avez raison le pseudo-simulateur table sur une revalorisation de carrière de 1,3 % par an en plus de l'augmentation du point comblant l'inflation ….

Donc on peut rêver car:
      - pour l'instant l'inflation n'est plus comblée depuis des années ( cela à rapporté des milliards et des milliards à l'état en plus de nous paupériser)

      - déjà il faudrait que le gouvernement s'engage pour tous les fonctionnaires à combler l'inflation!.... et en plus à hauteur de 1,3% par an  pour toute l'éducation nationale pour revalorisation des carrières plus les primes en hausse

De toute façon il faudra aussi refaire les calculs en détails car je ne suis pas sure du résultat et avoir l'indice réel de Christelle et  toutes ces données manquantes.

Vu l'erreur d'interprétation que j'ai déjà signalé ailleurs dans ce blog pour le cas de David page 19 du rapport Delevoye on peut donc supposer un tas d'autres interprétations fausses dans l'exemple de Christelle.

Pour le déblocage du point, ça n'en prend pas le chemin....ils se foutent de nous.
ysabel
ysabel
Enchanteur

Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites - Page 6 Empty Re: Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites

par ysabel le Ven 3 Jan 2020 - 13:47
@VicomteDeValmont a écrit:
@mathmax a écrit:As-tu lu mon interprétation ? Le diable est peut-être dans cette histoire d'inflation. 1616 en 2019 correspond à 2200 en 2043 si inflation moyenne de 1,3%. On ne sait pas si les simulations officielles se font avec un point d'indice revalorisé ou gelé dans les estimations avec le système actuel.

Au contraire, la méthodologie des "cas types" indique:

- La croissance économique de long terme est de 1,3%. Pour la période 2020-2023, les prévisions du Gouvernement sont utilisées (1,3% en 2020 et 2021, 1,4% en 2022 et 2023).
- L’inflation est neutralisée dans l’ensemble des simulations (les pensions sont donc en euros constants 2019). En revanche, la croissance des revenus est
conservée.
- Dans la fonction publique, le point d’indice évolue au même rythme que l’inflation. La part de prime dans la rémunération des fonctionnaires augmente
chaque année de 0,23 point, conformément aux évolutions passées. Chaque profil reflète un déroulé de carrière type dans la catégorie.

https://reforme-retraite.gouv.fr/IMG/pdf/methodologie.pdf


Donc s'il n'y a pas une revalorisation de 1,3% du point d'indice en 2020, les simulations ne tiennent déjà plus…

Je vous rappelle que le point d'indice a déjà été gelé pour l'année 2020. Cela a été annoncé cet été.
https://www.marianne.net/economie/gel-du-point-d-indice-en-2020-55-millions-de-fonctionnaires-au-pain-sec

Donc ils font une simulation qu'ils savent fausse d'emblée.
Comment pourrait-on faire confiance à ces gens qui mentent comme des arracheurs de dents !

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Lorenzo37
Lorenzo37
Niveau 1

Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites - Page 6 Empty Re: Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites

par Lorenzo37 le Sam 4 Jan 2020 - 16:58
Toujours à propos des "calculs" du gouvernement:
La FNEC-FP-FO a écrit:Le gouvernement a mis en ligne des simulations censées nous convaincre du bien-fondé du régime universel par points. Plus personne n’y perdrait ! Miracle ou nouveau mensonge gouvernemental ?
La réponse est simple et est donnée par l’économiste Henri Sterdyniak : le gouvernement dans ses simulations sur le système par points intègre une évolution des rémunérations, alors que pour ses simulations sur le système actuel du Code des pensions, le gouvernement se contente de les indexer sur l’inflation.
Explication : pour Laurent, certifié, né en 1980 et commençant à travailler en 2002, et dont la rémunération augmenterait régulièrement de manière à compenser les pertes, le gouvernement prévoit un gain de 1 € à 4 € selon l’âge de départ.
Si ce collègue partait à 62 ans, il pourrait atteindre le 6ème échelon de la hors classe et pourrait partir à la retraite dans le système actuel avec 2 804 euros*. Or, dans ses simulations, le gouvernement indique que dans le système actuel le collègue n’aurait que 2 359 euros, ce qui lui permet de minimiser la perte due au régime universel par points. En effet, si l’inflation est d’environ 16 % durant sa carrière, ce collègue aura donc perdu sur sa pension 2 804 x 16 % = 448 euros, et ne percevra en euros constant que l’équivalent de 2 355 euros au lieu de 2 804 euros. Le gouvernement envisage donc dans ses simulations de baisser le niveau de vie des enseignants.
Par ailleurs, nos simulations (voir en fin de document) confirment la baisse drastique du montant des pensions qu’entraînerait le régime universel par points. Pour compenser, le gouvernement devrait considérablement augmenter les primes de ce collègue. Ainsi, si les primes et indemnités de Laurent représentaient 9 % de sa rémunération totale, comme actuellement, le retard accumulé tout au long de sa carrière serait, dans le régime universel par points, de 19 093 points, soit l’équivalent de 1 269 euros en moyenne par mois.
Le gouvernement promet une compensation en « revalorisant » les primes et indemnités, mais :
1°) Les 10 milliards sur 17 ans annoncés par Blanquer sont très loin de pouvoir compenser les pertes. D’ailleurs il se garde bien de parler d’augmenter la rémunération des fonctionnaires, ne serait-ce que pour compenser l’inflation. Il a donc bien l’intention de poursuivre sa politique de gel de la valeur du point d’indice inscrit dans le PPCR.
2°) Macron et Blanquer y voient une « occasion historique » de redéfinir le « métier » des enseignants : moins de congés, temps de travail annualisé, élargissement des missions, primes au mérite : les enseignants ne veulent pas de ce « métier du 21ème siècle ». Ils veulent le maintien de leurs statuts. Et le fait que le ministre prétende réserver ces dégradations aux plus jeunes est d’autant plus inacceptable. Comme les danseuses et les danseurs de l’Opéra de Paris, nous refusons d’être « la génération qui aura sacrifié les suivantes ».
3°) Qui peut croire à une promesse fumeuse de « revalorisation » sur 17 ans ?  Personne !
Grève jusqu’au retrait ! Maintien du Code des Pensions civiles et militaires !

Des simulations de la même fédération en pièce jointe
Fichiers joints
Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites - Page 6 Attachment
note FNEC FP-FO sur les trucages du gouvernement et la vérité des prix.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(337 Ko) Téléchargé 33 fois


Dernière édition par Lorenzo37 le Sam 4 Jan 2020 - 18:47, édité 1 fois
TFS
TFS
Niveau 9

Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites - Page 6 Empty Re: Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites

par TFS le Sam 4 Jan 2020 - 17:23
Très intéressant. Partagé !
mariemaths
mariemaths
Niveau 3

Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites - Page 6 Empty Re: Contrecarrer les simulations de la réforme des retraites

par mariemaths le Lun 13 Jan 2020 - 13:55
@Lorenzo37 a écrit:Toujours à propos des "calculs" du gouvernement:
La FNEC-FP-FO a écrit:Le gouvernement a mis en ligne des simulations censées nous convaincre du bien-fondé du régime universel par points. Plus personne n’y perdrait ! Miracle ou nouveau mensonge gouvernemental ?
La réponse est simple et est donnée par l’économiste Henri Sterdyniak : le gouvernement dans ses simulations sur le système par points intègre une évolution des rémunérations, alors que pour ses simulations sur le système actuel du Code des pensions, le gouvernement se contente de les indexer sur l’inflation.
Explication : pour Laurent, certifié, né en 1980 et commençant à travailler en 2002, et dont la rémunération augmenterait régulièrement de manière à compenser les pertes, le gouvernement prévoit un gain de 1 € à 4 € selon l’âge de départ.
Si ce collègue partait à 62 ans, il pourrait atteindre le 6ème échelon de la hors classe et pourrait partir à la retraite dans le système actuel avec 2 804 euros*. Or, dans ses simulations, le gouvernement indique que dans le système actuel le collègue n’aurait que 2 359 euros, ce qui lui permet de minimiser la perte due au régime universel par points. En effet, si l’inflation est d’environ 16 % durant sa carrière, ce collègue aura donc perdu sur sa pension 2 804 x 16 % = 448 euros, et ne percevra en euros constant que l’équivalent de 2 355 euros au lieu de 2 804 euros. Le gouvernement envisage donc dans ses simulations de baisser le niveau de vie des enseignants.
Par ailleurs, nos simulations (voir en fin de document) confirment la baisse drastique du montant des pensions qu’entraînerait le régime universel par points. Pour compenser, le gouvernement devrait considérablement augmenter les primes de ce collègue. Ainsi, si les primes et indemnités de Laurent représentaient 9 % de sa rémunération totale, comme actuellement, le retard accumulé tout au long de sa carrière serait, dans le régime universel par points, de 19 093 points, soit l’équivalent de 1 269 euros en moyenne par mois.
Le gouvernement promet une compensation en « revalorisant » les primes et indemnités, mais :
1°) Les 10 milliards sur 17 ans annoncés par Blanquer sont très loin de pouvoir compenser les pertes. D’ailleurs il se garde bien de parler d’augmenter la rémunération des fonctionnaires, ne serait-ce que pour compenser l’inflation. Il a donc bien l’intention de poursuivre sa politique de gel de la valeur du point d’indice inscrit dans le PPCR.
2°) Macron et Blanquer y voient une « occasion historique » de redéfinir le « métier » des enseignants : moins de congés, temps de travail annualisé, élargissement des missions, primes au mérite : les enseignants ne veulent pas de ce « métier du 21ème siècle ». Ils veulent le maintien de leurs statuts. Et le fait que le ministre prétende réserver ces dégradations aux plus jeunes est d’autant plus inacceptable. Comme les danseuses et les danseurs de l’Opéra de Paris, nous refusons d’être « la génération qui aura sacrifié les suivantes ».
3°) Qui peut croire à une promesse fumeuse de « revalorisation » sur 17 ans ?  Personne !
Grève jusqu’au retrait ! Maintien du Code des Pensions civiles et militaires !

Des simulations de la même fédération en pièce jointe

Bonjour,
je relance le débat aujourd'hui car des négociations s'ouvrent aujourd'hui et je pense que c'est en termes de POINTS de carrière complète qu'il faut négocier.
Si on part aujourd'hui à l'échelon 6 HClasse certifié alors on a 2804 x 12 = 33648 euros annuels de retraite valeur 2019

Cela correspond à 33648 : 0,55 = 61178 POINTS DE Carrière  pour carrière complète aujourd'hui

Donc il faut des calculs précis des points obtenus par exemple au bout de 43 ans avec le système de revalorisation qu'ils proposent.

Bien sur je vis dans un monde de rêve ou Edouard Philippe a dit ' je m'engage à ce que les enseignants gardent leur niveau actuel de retraite' et s'il voulait le faire effectivement ce sont des points qu'il garantirait et encore points valeurs 2019( points à faire évoluer cela dépend de la façon dont ils compensent l'inflation). Bien sur une telle négociation sera refusée dans le vrai monde !!!

Sinon en terme de points: pour les 10 milliards de revalorisation  cela donne au en ordre de grandeur 2,5 milliards de cotisations soit 250 000 000 points retraite à répartir entre 850 000 ??? enseignants soit moins de 300 points retraite par enseignant soit moins de 300 x 0,55 = 165 annuel brut ou moins de 14 euros mensuel brut d'augmentation de retraite donc rien à voir avec les pertes ???
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum