Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
MelanieSLB
Doyen

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par MelanieSLB le Dim 25 Juin 2017 - 19:58
@mathmax a écrit:
@MelanieSLB a écrit:

Je crois que je comprends d'un coup pourquoi on n'a pas tous la même vision du boulot de PP de seconde! Chez nous, notre chef siège en commission d'appel, ainsi que notre CPE, et Dieu merci, ils ont tous les deux les pieds sur terre (nouveau chef l'an prochain, on verra).

Le pire qu'on doit faire, c'est 9.8/10 dans les matières coefficientées pour le bac général, et on doit descendre à 6.5/7 pour les filières techno, mais on double toujours en-dessous de 7 (voire 7.5) par un vœu en voie pro. Et on attend la décision d'Affelnet.

C'est la famille qui doit mettre un vœu en voie pro. L'établissement ne peut l'imposer.

Ça demande effectivement un dialogue soutenu (et assez tôt dans l'année) mais on y arrive tous.
almuixe
Niveau 10

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par almuixe le Dim 25 Juin 2017 - 20:51
Petite contribution anecdotique au débat.
Le commentaire sur le contexte qui va avec  
L'élève est redoublant et il a demandé uniquement 1S. Et du coup le débat était 1S ou rien du tout. Donc le chef prend la décision de l'envoyer en 1S plutôt que de le laisser sortir du système scolaire.

avatar
Rendash
Bon génie

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Rendash le Dim 25 Juin 2017 - 21:08
N'en est-il pas déjà sorti ? Rolling Eyes
avatar
Paul Dedalus
Érudit

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Paul Dedalus le Dim 25 Juin 2017 - 21:51
@KrilinXV3 a écrit:
@Paul Dedalus a écrit:Oui, si le délire peut être considéré comme légitime à cause de l'attitude particulièrement stupide de certains profs du collège parce qu'excuse moi mais pour ma part "la bienveillance à tout prix" et "le passage automatique dans la classe supérieure" je ne les ai pas trop vus pendant ma scolarité, plutôt le contraire...

Il n'est pas impossible que les choses aient changées depuis.

C'est sûr...c'est ce que je me disais en lisant vos réponses et ça fait prendre un coup de vieux! Wink

Ce qui n'a certes pas changé en revanche, c'est l'absence d'efficacité patent sur le système d'orientation.


Dernière édition par Paul Dedalus le Dim 25 Juin 2017 - 21:53, édité 1 fois

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
avatar
gauvain31
Monarque

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par gauvain31 le Dim 25 Juin 2017 - 21:53
@LetoIV a écrit:L'an passé, en commission d'appel, un élève de mon établissement est passé en première STMG avec 6 de moyenne générale...

Dans mon lycée, le proviseur a fait passer un élève de 2nd qui n'avait pas son DNB en 1ère STMG avec 6 de moyenne générale.... et sans demander l'avis des enseignants...
avatar
gauvain31
Monarque

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par gauvain31 le Dim 25 Juin 2017 - 21:54
@Rendash a écrit:N'en est-il pas déjà sorti ? Rolling Eyes

+1000

Le proviseur aurait dû faire un signalement aux services sociaux
avatar
Marcelle Duchamp
Fidèle du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Marcelle Duchamp le Dim 25 Juin 2017 - 22:12
@Rendash a écrit:N'en est-il pas déjà sorti ? Rolling Eyes

J'aurais pas dit mieux!!
avatar
JaneB
Fidèle du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par JaneB le Dim 25 Juin 2017 - 22:18
@Paul Dedalus a écrit:Une question : vous savez depuis le berceau ce que vous voulez faire ou bien...?

Moi c'est la lecture de beaucoup de ces interventions qui m'épate : comme si il pouvait y avoir un chemin tracé. J'invoque un "droit à l'errance" et même le fait qu'il puisse y avoir une rigueur plus grande dans l'errance que dans la rectitude d'une voie toute tracée. Tout ce que l'on se propose d'atteindre trop directement relève d'une naïveté faisant qu'on ne l'atteint pas.

Le témoignage de cet élève ne me choque absolument pas. On ne trouve pas sa voix dans des catalogues d'orientation, des bureaux de conseiller/e d'orientation mais par le vécu, ses joies et ses blessures et ses surprises. Bref, par l'imprévu. A la limite, toute prévision court-circuite la recherche authentique d'une voie à suivre.


On ne prend pas les choses dans le bon ordre.

J'ai dit cela (en substance) à mon prof principal quand j'étais en troisième (un idiot fini qui prétendait être prof de français mais n'avait rien compris à la littérature), il m'a envoyé en CAP.

Il faut bien admettre que parfois l'orientation nous est imposée de force et résulte de l'orgueil mal placée de certains "professeurs"...

Mais bon, je sais qu'il faudrait leur lécher les chaussures et leur dire à longueur de journée pour avoir le droit d'entrer en seconde générale. C'est aberrant.
Je souscris à ton " droit à l'errance " qui peut d'ailleurs frapper à tout âge. Combien d'entre nous se surprend à avoir des envies de reconversion? Il n'y a effectivement pas de chemin tout tracé ...
En ce qui concerne ton erreur d'orientation, je veux bien croire que ce fut le cas à une époque mais les choses ont bien changé depuis et tu en serais le premier surpris!
avatar
ycombe
Modérateur

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par ycombe le Dim 25 Juin 2017 - 22:26
@Paul Dedalus a écrit:
@KrilinXV3 a écrit:
@Paul Dedalus a écrit:Oui, si le délire peut être considéré comme légitime à cause de l'attitude particulièrement stupide de certains profs du collège parce qu'excuse moi mais pour ma part "la bienveillance à tout prix" et "le passage automatique dans la classe supérieure" je ne les ai pas trop vus pendant ma scolarité, plutôt le contraire...

Il n'est pas impossible que les choses aient changées depuis.

C'est sûr...c'est ce que je me disais en lisant vos réponses et ça fait prendre un coup de vieux! Wink

Ce qui n'a certes pas changé en revanche, c'est l'absence d'efficacité patent sur le système d'orientation.
Système d'Orientation Efficace. Les élèves passent des tests psycho-machins au chronomètre tous en même temps, des résultats de ces tests dépendent (en partie) ton orientation.

Heureusement, on en est un peu revenus.





_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
slynop
Niveau 10

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par slynop le Dim 25 Juin 2017 - 22:51
J'adore "le droit à l'errance" quand celui qui le propose a comme pseudo dedalus.

Mis à part cette remarque de fan, je suis d'accord avec l'idée de se tromper, de prendre son temps pour choisir la direction dans laquelle on souhaite aller. Mais il faut aussi s'en donner les moyens, et ne rien faire, comme l'élève d'almuixe, c'est se fermer toutes les portes. On peut prendre une année sabbatique ou deux pour faire le point, pour voyager, pour s'essayer à différents petits jobs etc. Mais dans de nombreux cas, ces jeunes-là ont au moins, me semble-t-il, des bases assez solides.

_________________
"C'est pas moi qu'explique mal, c'est les autres qui sont cons !", Perceval dans Kaamelot.
avatar
Paul Dedalus
Érudit

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Paul Dedalus le Dim 25 Juin 2017 - 23:00
A mon époque, on passait les heures de "vie de classe" en "îlots" (oui ça existait déjà au début des années 2000) à taper sur internet les professions qui nous passaient par la tête.

Je ne me suis pas gêné pour dire au PP que je trouvais ça complètement débile, c'est sans doute pour ça qu'il m'a envoyé en CAP. Rolling Eyes

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
hln
Niveau 4

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par hln le Dim 25 Juin 2017 - 23:39
@Paul Dedalus a écrit:[b]Une question : vous savez depuis le berceau ce que vous voulez faire ou bien...?

Moi c'est la lecture de beaucoup de ces interventions qui m'épate : comme si il pouvait y avoir un chemin tracé. J'invoque un "droit à l'errance" et même le fait qu'il puisse y avoir une rigueur plus grande dans l'errance que dans la rectitude d'une voie toute tracée. Tout ce que l'on se propose d'atteindre trop directement relève d'une naïveté faisant qu'on ne l'atteint pas.

Le témoignage de cet élève ne me choque absolument pas. On ne trouve pas sa voix dans des catalogues d'orientation, des bureaux de conseiller/e d'orientation mais par le vécu, ses joies et ses blessures et ses surprises. Bref, par l'imprévu. A la limite, toute prévision court-circuite la recherche authentique d'une voie à suivre.

On ne prend pas les choses dans le bon ordre.

J'ai dit cela (en substance) à mon prof principal quand j'étais en troisième (un idiot fini qui prétendait être prof de français mais n'avait rien compris à la littérature), il m'a envoyé en CAP.

Il faut bien admettre que parfois l'orientation nous est imposée de force et résulte de l'orgueil mal placée de certains "professeurs"...

Mais bon, je sais qu'il faudrait leur lécher les chaussures et leur dire à longueur de journée pour avoir le droit d'entrer en seconde générale. C'est aberrant. 
Ce n'est pas le fait de ne pas savoir quoi faire qui me dérange à titre personnel. Je suis tout à fait pour faciliter les reconversions, pouvoir mener 10, 15 ou 30 carrières différentes dans une vie si l'on a le temps/l'argent/l'intérêt pour, recommencer des études à l'infini si l'on en a les capacités et la patience. Si demain quelqu'un veut quitter son boulot pour élever des lamas au Pérou, grand bien lui fasse! Qui suis-je pour juger une envie?
En revanche, le manque de curiosité et de connaissances sur les débouchés me désole. Dire que la fac d'histoire ne permet que d'être prof ou documentaliste, ça montre un cruel manque de recherches. Je veux bien que le lycée apporte peu (voire pas du tout) les réponses à ces questions par contre, une recherche sur Google, montre les débouchés possibles et avec un peu de curiosité, on peut même se bâtir un plan A, B, C voire Z pour ne pas se retrouver le bec dans l'eau et justement ne pas se sentir (trop) dévalorisé.

Ramanujan974
Niveau 10

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Ramanujan974 le Lun 26 Juin 2017 - 3:12
@hln a écrit:
En revanche, le manque de curiosité et de connaissances sur les débouchés me désole. Dire que la fac d'histoire ne permet que d'être prof ou documentaliste, ça montre un cruel manque de recherches. Je veux bien que le lycée apporte peu (voire pas du tout) les réponses à ces questions par contre, une recherche sur Google, montre les débouchés possibles et avec un peu de curiosité, on peut même se bâtir un plan A, B, C voire Z pour ne pas se retrouver le bec dans l'eau et justement ne pas se sentir (trop) dévalorisé.

Il y a les brochures de l'Onisep : "que faire avec un bac L/ES/S/..."
Depuis toutes les filières, on peut faire des études brillantes, à condition de se remuer le luc.
Il y a des classes prépas pour toutes les filières GT. Chaque année, 15 personnes rentrent à HEC en sortant de prépa ECT. Ca veut dire que 15 types rentrent à HEC, la plus grande école de commerce de France, avec un bac STMG !
Le parcours Bac Pro - BTS - Licence Pro - Master ou Ecole d'ingé est tout à fait possible.
avatar
Finrod
Expert

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Finrod le Lun 26 Juin 2017 - 7:23
@Ramanujan974 a écrit:
@hln a écrit:
En revanche, le manque de curiosité et de connaissances sur les débouchés me désole. Dire que la fac d'histoire ne permet que d'être prof ou documentaliste, ça montre un cruel manque de recherches. Je veux bien que le lycée apporte peu (voire pas du tout) les réponses à ces questions par contre, une recherche sur Google, montre les débouchés possibles et avec un peu de curiosité, on peut même se bâtir un plan A, B, C voire Z pour ne pas se retrouver le bec dans l'eau et justement ne pas se sentir (trop) dévalorisé.

Il y a les brochures de l'Onisep : "que faire avec un bac L/ES/S/..."
Depuis toutes les filières, on peut faire des études brillantes, à condition de se remuer le luc.
Il y a des classes prépas pour toutes les filières GT. Chaque année, 15 personnes rentrent à HEC en sortant de prépa ECT. Ca veut dire que 15 types rentrent à HEC, la plus grande école de commerce de France, avec un bac STMG !
Le parcours Bac Pro - BTS - Licence Pro - Master ou Ecole d'ingé est tout à fait possible.

A creuser, il y a un petit souci de "triche" avec la série ECT en CPGE car un ou deux lycées recrutent dans cette prépa des élèves formés sur un BACS (Un lycée privé français - à moins que celui là recrutent des S en série E,  et un lycée marocain).
avatar
Lord Steven
Habitué du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Lord Steven le Lun 26 Juin 2017 - 8:53
Pour en revenir à l'article initial je ne vois pas ce que la situation à de nouveau.... j'ai eu le bac avec mention dans les années 80 en ne fichait strictement rien: je ne prenais aucun cours en philo, je sèchais la plupart des cours de gym, impasse totale sur le programme de géo et quasi totale sur celui d'histoire etc. J'ai passé les épreuves avec ma culture perso et ça à largement suffi. Aujourd'hui je réalise que je ne faisais pas le quart de ce que j'exige de mes élèves de terminales et franchement j'ai le sentiment que le bac était bien plus simple à décrocher il y a 30 ans où on se contentait de venir les mains dans les poches où aujourd'hui où il faut se farcir des TPE, des dossiers and so on.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
Marcelle Duchamp
Fidèle du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Marcelle Duchamp le Lun 26 Juin 2017 - 8:58
J'ai lu vos commentaires. Ce que j'ai ressenti et qui m'a gênée dans le texte de ce garçon, c'est qu'il n'a pas de gniak. J'imagine totalement le profil de celui qui ne se bat pas, attend que ça arrive tout cuit dans sa bouche, est attentiste... Rien que des pseudos révisions de bac et sa façon de baisser les bras, parce que regarder une série c'est mieux, ça m'a agacée!
Pour moi, il représente le profil type de l'ado qui croit que nous les profs, sommes là pour l'embêter dans son quotidien et qui découvre à la fac que finalement, il faut un peu se réveiller et grandir. (Mes copains de fac qui pensaient pareil me blasaient a l'époque.)
On n'a rien sans rien...
Lui clairement, s'il ne se bouge pas, n'aura pas grand chose!
avatar
Lord Steven
Habitué du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Lord Steven le Lun 26 Juin 2017 - 9:08
@Marcelle Duchamp a écrit:J'ai lu vos commentaires. Ce que j'ai ressenti et qui m'a gênée dans le texte de ce garçon, c'est qu'il n'a pas de gniak. J'imagine totalement le profil de celui qui ne se bat pas, attend que ça arrive tout cuit dans sa bouche, est attentiste... Rien que des pseudos révisions de bac et sa façon de baisser les bras, parce que regarder une série c'est mieux, ça m'a agacée!
Pour moi, il représente le profil type de l'ado qui croit que nous les profs, sommes là pour l'embêter dans son quotidien et qui découvre à la fac que finalement, il faut un peu se réveiller et grandir. (Mes copains de fac qui pensaient pareil me blasaient a l'époque.)
On n'a rien sans rien...
Lui clairement, s'il ne se bouge pas, n'aura pas grand chose!

Je vais vous contredire Marcelle mais je ne suis pas d'accord. Tout comme ce garçon je considérais que les profs étaient là pour nous enquiquiner. La seule chose qui me branchait était la littérature et j'étais en conflit permanent avec mon prof de lettres dont je trouvais que les cours n'apportaient rien. Ne parlons pas de l'histoire géo, ça ne me serait jamais venu à l'idée d'apprendre les productions de ceci ou cela comme nous étions supposés le faire. Bref j'étais sans doute une caricature d'élève, du genre peut-être de celui de l'article, ceux qui n'ont pas besoin de travailler pour réussir. Même en fac, la seule année où j'ai eu l'impression de me donner à fond est l'année de l'agreg. Donc oui on peut réussir sans travailler scolairement et ce n'est pas nouveau, je ne comprends pas qu'on puisse penser qu'il s'agit d'une tendance actuelle.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
Finrod
Expert

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Finrod le Lun 26 Juin 2017 - 9:11
LordSteven a écrit:Pour en revenir à l'article initial je ne vois pas ce que la situation à de nouveau.... j'ai eu le bac avec mention dans les années 80 en ne fichait strictement rien: je ne prenais aucun cours en philo, je sèchais la plupart des cours de gym,  impasse totale sur le programme de géo et quasi totale sur celui d'histoire etc. J'ai passé les épreuves avec ma culture perso et ça à largement suffi. Aujourd'hui je réalise que je ne faisais pas le quart de ce que j'exige de mes élèves de terminales et franchement j'ai le sentiment que le bac était bien plus simple à décrocher il y a 30 ans où on se contentait de venir les mains dans les poches où aujourd'hui où il faut se farcir des TPE, des dossiers and so on.

Il y a 30 ans, 15% des meilleurs élèves pouvaient jouer aux touristes. Aujourd'hui on est plus sur 70% des élèves... Même des élèves très faibles qui écrivent mal, calculent mal obtiennent le BAC en touriste.
avatar
Lord Steven
Habitué du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Lord Steven le Lun 26 Juin 2017 - 9:16
@Finrod a écrit:
LordSteven a écrit:Pour en revenir à l'article initial je ne vois pas ce que la situation à de nouveau.... j'ai eu le bac avec mention dans les années 80 en ne fichait strictement rien: je ne prenais aucun cours en philo, je sèchais la plupart des cours de gym,  impasse totale sur le programme de géo et quasi totale sur celui d'histoire etc. J'ai passé les épreuves avec ma culture perso et ça à largement suffi. Aujourd'hui je réalise que je ne faisais pas le quart de ce que j'exige de mes élèves de terminales et franchement j'ai le sentiment que le bac était bien plus simple à décrocher il y a 30 ans où on se contentait de venir les mains dans les poches où aujourd'hui où il faut se farcir des TPE, des dossiers and so on.

Il y a 30 ans,  15% des meilleurs élèves pouvaient jouer aux touristes.  Aujourd'hui on est plus sur 70% des élèves...   Même des élèves très faibles qui écrivent mal, calculent mal obtiennent le BAC en touriste.

Eh bien.... Je devais être dans un lycée option tourisme, je ne pense pas avoir vu qui que de soit bosser dans ma classe de term (dans mon clan du moins c'est une certitude) tout le monde a eu le bac, certains certes au rattrapage, c'est même la seule différence sensible avec la situation actuelle, il y avait beaucoup plus de candidats au rattrapage.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
Finrod
Expert

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Finrod le Lun 26 Juin 2017 - 9:27
LordSteven a écrit:

Eh bien.... Je devais être dans un lycée option tourisme, je ne pense pas avoir vu qui que de soit bosser dans ma classe de term (dans mon clan du moins c'est une certitude) tout le monde a eu le bac, certains certes au rattrapage, c'est même la seule différence sensible avec la situation actuelle, il y avait beaucoup plus de candidats au rattrapage.

"La seule différence"...

Rien qu'entre l'an 2000 et aujourd'hui le taux de mention TB est passé de 3% à plus de 15%, et je ne parle pas du taux de mention B ou du % de réussite passé de 65% (avant 1980) à 75-80% (an 2000) puis à + de 90% (aujourd'hui), le tout avec un public scolaire recruté de manière beaucoup plus large, donc sur un niveau moins assuré qu'avant.
avatar
Paul Dedalus
Érudit

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Paul Dedalus le Lun 26 Juin 2017 - 9:29
@Isis39 a écrit:
@Paul Dedalus a écrit:Une question : vous savez depuis le berceau ce que vous voulez faire ou bien...?

Moi c'est la lecture de beaucoup de ces interventions qui m'épate : comme si il pouvait y avoir un chemin tracé. J'invoque un "droit à l'errance" et même le fait qu'il puisse y avoir une rigueur plus grande dans l'errance que dans la rectitude d'une voie toute tracée. Tout ce que l'on se propose d'atteindre trop directement relève d'une naïveté faisant qu'on ne l'atteint pas.

Le témoignage de cet élève ne me choque absolument pas. On ne trouve pas sa voix dans des catalogues d'orientation, des bureaux de conseiller/e d'orientation mais par le vécu, ses joies et ses blessures et ses surprises. Bref, par l'imprévu. A la limite, toute prévision court-circuite la recherche authentique d'une voie à suivre.

On ne prend pas les choses dans le bon ordre.

J'ai dit cela (en substance) à mon prof principal quand j'étais en troisième (un idiot fini qui prétendait être prof de français mais n'avait rien compris à la littérature), il m'a envoyé en CAP.

Il faut bien admettre que parfois l'orientation nous est imposée de force et résulte de l'orgueil mal placée de certains "professeurs"...


Mais bon, je sais qu'il faudrait leur lécher les chaussures et leur dire à longueur de journée pour avoir le droit d'entrer en seconde générale. C'est aberrant.

Très étonnant.
- Aucun prof seul n'envoie un élève dans une voie ou une autre
- les parents ont aussi leur mot à dire.

En même temps, le collège a été une époque où j'ai été complètement abandonné par mes parents qui ne s'occupaient pas du tout de moi et encore moins de ma scolarité.

J'étais fugueur, je faisais des "conneries" (mais que faire d'autre quand on est abandonné?), j'étais trimballé de collège en collège (après avoir fugué des internats comme je ne pouvais pas rentrer chez moi), catalogué "enfant à problème" donc pas le top pour avoir une orientation convenable puisque les profs avaient déjà une idée toute faite...

Bref, j'ai dû m'opposer seul à ce prof de troisième et il n'a rien voulu entendre. "Non" a-t-il dit avec un petit sourire méprisant.

_________________
«Primus ego in patriam mecum, modo uita supersit. »

Virgile  Georgiques.

« Ma science ne peut être qu’une science de pointillés. Je n’ai ni le temps ni les moyens de tracer une ligne continue. »

Marcel Jousse
avatar
Lord Steven
Habitué du forum

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Lord Steven le Lun 26 Juin 2017 - 9:32
@Finrod a écrit:
LordSteven a écrit:

Eh bien.... Je devais être dans un lycée option tourisme, je ne pense pas avoir vu qui que de soit bosser dans ma classe de term (dans mon clan du moins c'est une certitude) tout le monde a eu le bac, certains certes au rattrapage, c'est même la seule différence sensible avec la situation actuelle, il y avait beaucoup plus de candidats au rattrapage.

"La seule différence"...

Rien qu'entre l'an 2000 et aujourd'hui le taux de mention TB est passé de 3% à plus de 15%, et je ne parle pas du taux de mention B ou du % de réussite passé de 65% (avant 1980) à 75-80% (an 2000) puis à + de 90% (aujourd'hui), le tout avec un public scolaire recruté de manière beaucoup plus large, donc sur un niveau moins assuré qu'avant.

Vous pensez donc que le bac aujourd'hui est bradé. Je ne parle pas du recrutement des candidats. Je voulais juste vous dire qu'il y'a bien longtemps qu'on n'a plus le bac au mérite ni au travail. Il est vraisemblable que mes profs de l'époque tenaient déjà un discours similaire sur le manque d'implication des lycéens et sur le fait que n'importe qui pouvait avoir son bac.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch
avatar
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Yazilikaya le Lun 26 Juin 2017 - 9:33
Quelques courbes statistiques
https://www.orientation-education.com/article/l-evolution-du-taux-de-reussite-au-bac-et-des-mentions-dans-le-temps

J'ai passé le bac en 94. Ceux qui ont eu la mention (5 sur une classe de 30, mention assez bien au max ont beaucoup bossé). Il me semble qu'un élève ayant des facilités peut réussir au bac sans se fouler plus facilement aujourd'hui qu'avant.
avatar
Slinky75
Niveau 9

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Slinky75 le Lun 26 Juin 2017 - 9:38
Je maintiens quand même que pour obtenir le baccalauréat, il faut travailler un minimum. Tout le monde n'a pas son bac. Pour les mentions qui explosent, les élèves ont désormais accès à un tas de ressources qui n'existaient pas forcément à l'époque et les parents sont plus soucieux de voir leurs enfants réussir qu'avant.

_________________
Her steps--slow, deliberate, and challenging, the set of her sleek head and her slender shoulders, the swing of her straight body, the slight swaying of her hips, are more deadly than all the leopard skins and languors of the old-time vampire. Here is Slinky!
avatar
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Yazilikaya le Lun 26 Juin 2017 - 9:42
@Slinky75 a écrit:Je maintiens quand même que pour obtenir le baccalauréat, il faut travailler un minimum. Tout le monde n'a pas son bac. Pour les mentions qui explosent, les élèves ont désormais accès à un tas de ressources qui n'existaient pas forcément à l'époque et les parents sont plus soucieux de voir leurs enfants réussir qu'avant.

Ah mais je le pense aussi mais qu'est-ce qui te fait dire que les parents sont plus soucieux de la réussite de leurs enfants?
avatar
Rendash
Bon génie

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Rendash le Lun 26 Juin 2017 - 10:04
@Paul Dedalus a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Paul Dedalus a écrit:Une question : vous savez depuis le berceau ce que vous voulez faire ou bien...?

Moi c'est la lecture de beaucoup de ces interventions qui m'épate : comme si il pouvait y avoir un chemin tracé. J'invoque un "droit à l'errance" et même le fait qu'il puisse y avoir une rigueur plus grande dans l'errance que dans la rectitude d'une voie toute tracée. Tout ce que l'on se propose d'atteindre trop directement relève d'une naïveté faisant qu'on ne l'atteint pas.

Le témoignage de cet élève ne me choque absolument pas. On ne trouve pas sa voix dans des catalogues d'orientation, des bureaux de conseiller/e d'orientation mais par le vécu, ses joies et ses blessures et ses surprises. Bref, par l'imprévu. A la limite, toute prévision court-circuite la recherche authentique d'une voie à suivre.

On ne prend pas les choses dans le bon ordre.

J'ai dit cela (en substance) à mon prof principal quand j'étais en troisième (un idiot fini qui prétendait être prof de français mais n'avait rien compris à la littérature), il m'a envoyé en CAP.

Il faut bien admettre que parfois l'orientation nous est imposée de force et résulte de l'orgueil mal placée de certains "professeurs"...


Mais bon, je sais qu'il faudrait leur lécher les chaussures et leur dire à longueur de journée pour avoir le droit d'entrer en seconde générale. C'est aberrant.

Très étonnant.
- Aucun prof seul n'envoie un élève dans une voie ou une autre
- les parents ont aussi leur mot à dire.

En même temps, le collège a été une époque où j'ai été complètement abandonné par mes parents qui ne s'occupaient pas du tout de moi et encore moins de ma scolarité.

J'étais fugueur, je faisais des "conneries" (mais que faire d'autre quand on est abandonné?), j'étais trimballé de collège en collège (après avoir fugué des internats comme je ne pouvais pas rentrer chez moi), catalogué "enfant à problème" donc pas le top pour avoir une orientation convenable puisque les profs avaient déjà une idée toute faite...

Bref, j'ai dû m'opposer seul à ce prof de troisième et il n'a rien voulu entendre. "Non" a-t-il dit avec un petit sourire méprisant.

Sur la base de quels résultats scolaires ? Parce que le professeur évalue un travail et se fonde sur des résultats, pas sur un supposé potentiel qu'on ne peut pas détecter, et certainement pas sur de supposées sympathies ou antipathies que seul un nombriliste patenté pourrait envisager. Résultats moyens ou mauvais + tendance à l'insolence (préfiguration des MP d'insultes ? Laughing ) => orientation potentiellement problématique, certes. Et ce CAP ne t'a pas empêché de suivre des études supérieures ni d'être admissible à l'agrégation et au CAPES de philosophie, elle n'était donc certainement pas une condamnation.
Contenu sponsorisé

Re: Le Nouvel Obs : Un an après mon bac, je me sens un peu paumé.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum