Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Page 1 sur 37 1, 2, 3 ... 19 ... 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Ponocrates le Jeu 26 Oct 2017 - 19:29

L'académie française a écrit:    « On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture — visuelle ou à voix haute — et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs. »

« Devant cette aberration “inclusive”, la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures », poursuivent-ils.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/10/26/l-academie-francaise-met-en-garde-contre-le-peril-mortel-de-l-ecriture-inclusive_5206492_3224.html#FKCK8s16oPyHl5Ff.99

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Ponocrates
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Caspar Goodwood le Jeu 26 Oct 2017 - 19:34

Pas fan de l'écriture inclusive mais il ne fait peut-être pas exagérer non plus.
avatar
Caspar Goodwood
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Touche pas à ma SEGPA le Jeu 26 Oct 2017 - 19:38

@Caspar Goodwood a écrit:Pas fan de l'écriture inclusive mais il ne fait peut-être pas exagérer non plus.



L'écriture inclusive serait un "péril mortel" pour la langue française mais pas la suppression d'heures de cours de langue française à tous les niveaux de l'enseignement français ?
Bravo aux journalistes ayant le sens de la mesure.



Laughing




conclusion : titanic
avatar
Touche pas à ma SEGPA
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Sylvain de Saint-Sylvain le Jeu 26 Oct 2017 - 19:43

M'est avis que les partisans de cette écriture prendront l'hyperbole comme un argument de plus.


Dernière édition par Sylvain de Saint-Sylvain le Jeu 26 Oct 2017 - 19:44, édité 1 fois
avatar
Sylvain de Saint-Sylvain
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Isis39 le Jeu 26 Oct 2017 - 19:44

Je n'aime pas cette écriture inclusive que je trouve illisible et problématique pour mes élèves. Mais de là à la considérer comme un "péril mortel"... Very Happy
avatar
Isis39
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Thalia de G le Jeu 26 Oct 2017 - 19:44

Je ne suis pas immortelle, donc je ne saurai si ce péril est mortel,
mais je suis en accord avec ceci :
L'Académie française a écrit:
Pour les immortels, l’écriture inclusive, promue notamment par des mouvements féministes, « aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité ».
Je suis une adulte sachant à peu près lire, j'ai parfois l'impression d'ânonner dans ma tête face à l'écriture inclusive. Ou alors, si je peine, seraient-ce les prémices de la sénilité ? J'en doute.


Dernière édition par Thalia de G le Jeu 26 Oct 2017 - 20:11, édité 2 fois

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
Et l'été un goût de cendres.
Amer automne.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Cath le Jeu 26 Oct 2017 - 19:49

Un péril mortel, rien que ça ?
Le ridicule ne tue pas, des fois, je trouve ça dommage...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Babarette le Jeu 26 Oct 2017 - 19:52

@Cath a écrit:Un péril mortel, rien que ça ?
Le ridicule ne tue pas, des fois, je trouve ça dommage...

avatar
Babarette
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par stench le Jeu 26 Oct 2017 - 19:53

@Cath a écrit:Un péril mortel, rien que ça ?
Le ridicule ne tue pas, des fois, je trouve ça dommage...

Ils ne risquent rien, ils sont immortels...

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Iphigénie le Jeu 26 Oct 2017 - 19:54

Les langues meurent aussi cela dit, pas forcement à  cause le l'écriture inclusive, mais à  force d'en ignorer leur 'histoire et leur sens, et d'en saccager la transmission, ce n'est pas impossible.
Mais bon, si ca résout les inégalités, comme il n'y a pas à  en douter...
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Dalva le Jeu 26 Oct 2017 - 20:32

L'écriture inclusive est matériellement illisible, ou plutôt indicible. On ne peut pas lire le texte à haute voix, donc la langue n'est plus qu'une langue écrite et non parlée. Donc, la langue rejoint ce qu'on appelle aujourd'hui les langues mortes.
Je ne vois là ni outrance, ni ridicule. Si une langue écrite ne peut plus être dite, c'est qu'elle est morte.

Comment lisez-vous ceci, trouvé tout à l'heure sur le forum : "Bonjour à tou.te.s" ?

Ne dites pas que vous le lisez "Bonjour à toutes et à tous", car si ce devait être lu ainsi, ce serait écrit ainsi.

Pour finir, ils me semble que si les académiciens se nomment les immortels, ils ne doivent pas parler de "péril mortel" sans que ça ait un rapport...
avatar
Dalva
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par fifi51 le Jeu 26 Oct 2017 - 20:39

Je confirme que c'est illisible. Si j'ai un document (souvent un tract syndical, mais j'ai déjà vu une étude écrite ainsi) qui comprend trop de termes en écriture inclusive, j'arrête de lire.
avatar
fifi51
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Celadon le Jeu 26 Oct 2017 - 20:41

Moi non plus je ne lis pas cette écriture cabalistique totalement idéologique et illisible qui ralentit considérablement la vitesse de lecture donc la compréhension. Stop à l'imbécillité.
Si cette stupidité s'étend, je ne lirai plus et basta.
Ou en anglais.
avatar
Celadon
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Babarette le Jeu 26 Oct 2017 - 20:42

@Dalva a écrit:L'écriture inclusive est matériellement illisible, ou plutôt indicible. On ne peut pas lire le texte à haute voix, donc la langue n'est plus qu'une langue écrite et non parlée. Donc, la langue rejoint ce qu'on appelle aujourd'hui les langues mortes.
Je ne vois là ni outrance, ni ridicule. Si une langue écrite ne peut plus être dite, c'est qu'elle est morte.

Comment lisez-vous ceci, trouvé tout à l'heure sur le forum : "Bonjour à tou.te.s" ?

Ne dites pas que vous le lisez "Bonjour à toutes et à tous", car si ce devait être lu ainsi, ce serait écrit ainsi.

Pour finir, ils me semble que si les académiciens se nomment les immortels, ils ne doivent pas parler de "péril mortel" sans que ça ait un rapport...

Oui c'est ça le problème. Il faut tout écrire. Mais j'apprécie le sens de la mesure de l'Académie Française.
avatar
Babarette
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Dalva le Jeu 26 Oct 2017 - 20:56

@Babarette a écrit:
@Dalva a écrit:L'écriture inclusive est matériellement illisible, ou plutôt indicible. On ne peut pas lire le texte à haute voix, donc la langue n'est plus qu'une langue écrite et non parlée. Donc, la langue rejoint ce qu'on appelle aujourd'hui les langues mortes.
Je ne vois là ni outrance, ni ridicule. Si une langue écrite ne peut plus être dite, c'est qu'elle est morte.

Comment lisez-vous ceci, trouvé tout à l'heure sur le forum : "Bonjour à tou.te.s" ?

Ne dites pas que vous le lisez "Bonjour à toutes et à tous", car si ce devait être lu ainsi, ce serait écrit ainsi.

Pour finir, ils me semble que si les académiciens se nomment les immortels, ils ne doivent pas parler de "péril mortel" sans que ça ait un rapport...

Oui c'est ça le problème. Il faut tout écrire. Mais j'apprécie le sens de la mesure de l'Académie Française.
N'ayant pas l'habitude de te lire, je ne comprends pas ce qu'il y a derrière tes phrases.
Signifies-tu que devoir tout écrire est un problème ? Si oui, le penses-tu ou le dis-tu par ironie ? Si non, veux-tu dire au contraire que oui, il y a là (dans ce que je remarque) un problème et que, par conséquent, il vaut mieux tout écrire ?

Ta remarque sur la mesure de l'académie est ironique, je pense l'avoir compris. D'après moi, il n'y a pas démesure mais constat d'une réalité. Comment s'y prend-on pour faire mourir une langue ? On interdit qu'elle soit employée. Comment fait-on pour empêcher qu'elle soit employée si on ne peut le faire par la loi ? On la rend inutilisable. Et voilà.
avatar
Dalva
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Dalva le Jeu 26 Oct 2017 - 20:59

Sinon, pour répondre au problème du "tout écrire", il y a une solution simple : utiliser le neutre, qui n'oublie personne, pas même ceux qui ne se sentent ni fille, ni garçon. Ça donne tout simplement : "Bonjour à tous."
avatar
Dalva
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par stench le Jeu 26 Oct 2017 - 21:01

@Dalva a écrit:Sinon, pour répondre au problème du "tout écrire", il y a une solution simple : utiliser le neutre, qui n'oublie personne, pas même ceux qui ne se sentent ni fille, ni garçon. Ça donne tout simplement : "Bonjour à tous."

Du coup, dire "bonjour à tous et à toutes", c'est un pléonasme ?

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Balthazaard le Jeu 26 Oct 2017 - 21:01

@Dalva a écrit:L'écriture inclusive est matériellement illisible, ou plutôt indicible. On ne peut pas lire le texte à haute voix, donc la langue n'est plus qu'une langue écrite et non parlée. Donc, la langue rejoint ce qu'on appelle aujourd'hui les langues mortes.
Je ne vois là ni outrance, ni ridicule. Si une langue écrite ne peut plus être dite, c'est qu'elle est morte.

Comment lisez-vous ceci, trouvé tout à l'heure sur le forum : "Bonjour à tou.te.s" ?

Ne dites pas que vous le lisez "Bonjour à toutes et à tous", car si ce devait être lu ainsi, ce serait écrit ainsi.

Pour finir, ils me semble que si les académiciens se nomment les immortels, ils ne doivent pas parler de "péril mortel" sans que ça ait un rapport...

Excellente analyse argumentée. A des années lumières des justifications des "incluseurs". Pardon "incluseur.e.s".


Dernière édition par Balthazaard le Jeu 26 Oct 2017 - 21:04, édité 1 fois
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Anaxagore le Jeu 26 Oct 2017 - 21:02

@Dalva a écrit:L'écriture inclusive est matériellement illisible, ou plutôt indicible. On ne peut pas lire le texte à haute voix, donc la langue n'est plus qu'une langue écrite et non parlée. Donc, la langue rejoint ce qu'on appelle aujourd'hui les langues mortes.
Je ne vois là ni outrance, ni ridicule. Si une langue écrite ne peut plus être dite, c'est qu'elle est morte.

Comment lisez-vous ceci, trouvé tout à l'heure sur le forum : "Bonjour à tou.te.s" ?

Ne dites pas que vous le lisez "Bonjour à toutes et à tous", car si ce devait être lu ainsi, ce serait écrit ainsi.

Pour finir, ils me semble que si les académiciens se nomment les immortels, ils ne doivent pas parler de "péril mortel" sans que ça ait un rapport...

Dans mes bras! cheers

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne
avatar
Anaxagore
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Dalva le Jeu 26 Oct 2017 - 21:06

@stench a écrit:
@Dalva a écrit:Sinon, pour répondre au problème du "tout écrire", il y a une solution simple : utiliser le neutre, qui n'oublie personne, pas même ceux qui ne se sentent ni fille, ni garçon. Ça donne tout simplement : "Bonjour à tous."

Du coup, dire "bonjour à tous et à toutes", c'est un pléonasme ?
Je suppose que non, mais je l'entends comme une insistance sur le fait que, bon, on fait venir les femmes, on les différencie des hommes, qu'on n'oublie surtout pas que ce n'est pas tout à fait pareil...
Si on ajoute le féminin, ce qui nous sert de neutre devient masculin par opposition.
On peut considérer qu'il nous manque un vrai neutre, mais dans ce cas on le cherche, on le crée et on se débrouille pour que ça fonctionne grammaticalement, c'est-à-dire qu'on y consacre sa vie.
avatar
Dalva
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Whypee le Jeu 26 Oct 2017 - 21:08

Du coup l'histoire du sot qui porte un seau avec un sceau dedans qui tombe tombe à l'eau ! Bah oui les s·ot·eau·ceau sont à terre. Pffff ! Une blague en moins pour le prochain mariage.

_________________
"Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."
____Albert Einstein____
avatar
Whypee
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Dalva le Jeu 26 Oct 2017 - 21:10

De toute façon, tout ça c'est de l'énergie perdue en vain. Arrive une génération qui a orthographiquement résolu le problème, et permettez-moi de vous dire que ce sont les filles qui ont gagné : tous mes élèves, filles et garçons, ont des "amies" (même quand ils se nomment David, Luc et Hakim) et sont "nées" tel jour.


Dernière édition par Dalva le Jeu 26 Oct 2017 - 21:10, édité 1 fois
avatar
Dalva
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par JPhMM le Jeu 26 Oct 2017 - 21:10


_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par Balthazaard le Jeu 26 Oct 2017 - 21:11

@Dalva a écrit:
@stench a écrit:
@Dalva a écrit:Sinon, pour répondre au problème du "tout écrire", il y a une solution simple : utiliser le neutre, qui n'oublie personne, pas même ceux qui ne se sentent ni fille, ni garçon. Ça donne tout simplement : "Bonjour à tous."

Du coup, dire "bonjour à tous et à toutes", c'est un pléonasme ?
Je suppose que non, mais je l'entends comme une insistance sur le fait que, bon, on fait venir les femmes, on les différencie des hommes, qu'on n'oublie surtout pas que ce n'est pas tout à fait pareil...
Si on ajoute le féminin, ce qui nous sert de neutre devient masculin par opposition.
On peut considérer qu'il nous manque un vrai neutre, mais dans ce cas on le cherche, on le crée et on se débrouille pour que ça fonctionne grammaticalement, c'est-à-dire qu'on y consacre sa vie.
Déjà la politesse serait de dire "bonjour à toutes et à tous"
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « péril mortel » de l’écriture inclusive

Message par stench le Jeu 26 Oct 2017 - 21:15

@Balthazaard a écrit:
@Dalva a écrit:
@stench a écrit:
@Dalva a écrit:Sinon, pour répondre au problème du "tout écrire", il y a une solution simple : utiliser le neutre, qui n'oublie personne, pas même ceux qui ne se sentent ni fille, ni garçon. Ça donne tout simplement : "Bonjour à tous."

Du coup, dire "bonjour à tous et à toutes", c'est un pléonasme ?
Je suppose que non, mais je l'entends comme une insistance sur le fait que, bon, on fait venir les femmes, on les différencie des hommes, qu'on n'oublie surtout pas que ce n'est pas tout à fait pareil...
Si on ajoute le féminin, ce qui nous sert de neutre devient masculin par opposition.
On peut considérer qu'il nous manque un vrai neutre, mais dans ce cas on le cherche, on le crée et on se débrouille pour que ça fonctionne grammaticalement, c'est-à-dire qu'on y consacre sa vie.
Déjà la politesse serait de dire "bonjour à toutes et à tous"

Pourquoi ?

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 37 1, 2, 3 ... 19 ... 37  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum