Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 14:50

Mais c'est pas fini de me contredire ! Razz

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 14:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Cripure a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je suis d'accord avec ALberto.
Pire, je ne trouve pas en soi choquant qu'un poste soit profilé. Il faut prendre les histoires à leur début. On ne lance pas au hasard un étudiant sur un sujet de thèse (enfin dans le cas où le projet de thèse est élaboré à deux, avec le patron). Déjà là, pourrait-on dire, les inégalités commencent Razz
On n'invente pas dans ce cas un pseudo concours pour lequel le postulant doit engager des frais de déplacements, de reproduction de thèse et d'articles, tout ça pour un entretien qui est vicié à la base. Par ailleurs, le recrutement dans la fonction publique ne doit pas se faire ainsi. Que la fac en sorte, si elle veut recruter ainsi. Totalement.

Mais vous savez bien que les quelques abus qui ont eu lieu, qui ont lieu et qui malheureusement continueront à avoir lieu ne sont peut-être pas exceptionnels mais en tout cas minoritaires et le recrutement des enseignants-chercheurs reste essentiellement un concours méritocratique. Sinon, j´aimerais profiter pour vous demander, comment organiseriez-vous le recrutement des enseignants-chercheurs?
Dans les détails, je vous avouerai très sincèrement que je n'en sais rien. Il me semble qu'il pourrait y avoir d'abord confusion des postes mis au mouvement pour mutation et des postes de premier recrutement. C'est peut-être fait aujourd'hui, ce ne l'était pas il y a encore quelques années. Ensuite, je pense qu'il devrait y avoir un barème d'affectation reposant sur des critères quantifiables, par exemple le nombre de publications scientifiques depuis la thèse, le nombre de communications en colloque, le nombre d'années écoulées sans affectation depuis la soutenance de thèse si très honorable avec félicitations du jury, par exemple, enfin, ce genre de choses. Bien sûr, ce ne serait que quantitatif. Mais franchement, profiler à l'extrême un poste pour la fac X, ce qui fait que les étudiants de cette fac X ne travailleront dans une discipline donnée que sur cet aspect, je ne pense pas que ce soit géant pour la formation des étudiants avant le master. Et on en revient à la question de l'hyperspécialisation vs les classes prépas.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 14:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:donc en fait, de ta propre expérience (la tienne ou celle de ton entourage pro) tu ne sais pas vraiment si ce sont des poncifs ou pas, je comprends bien?
Le problème c'est que tu ne comprends pas qu'il ne s'agit pas tout à fait de népotisme...

Enfin, je réprouve la pratique courante qui consiste à faire miroiter à un étudiant des postes dont on sait pertinemment qu'il n'en verra que l'ombre.

Non mais... que crois-tu? Nous sommes responsables de notre sort. On sait très bien que l'on peut ne jamais accéder au poste espéré, il ne faut pas mettre tout sur le dos des enseignants chercheurs, non plus... Ils encouragent des étudiants brillants, après ils ne peuvent pas leur fournir un poste sur un plateau d'argent (et s'ils le faisaient, on crirait au scandale ici); il faut être un peu logique.
Si vous croyez sincèrement à votre dernier paragraphe, ML... Enfin, non, rien.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Aurore le Jeu 23 Fév 2012 - 14:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Je ne vous comprends pas. Aimeriez-vous qu´un élève de 9 ans vous dise que vos cours sont nuls ? Non, vous lui expliqueriez ou vous vous diriez qu´il n´a pas assez de connaissances pour juger de la qualité de vos cours.
De la même façon, il faut être un très grand spécialiste d´un domaine de recherche pour se permettre de juger de la qualité et de la portée des recherches d´un enseignant-chercheur.
ça tombe bien, nous ne sommes pas des élèves de 9 ans... Wink
Plus sérieusement, le titre - à lui tout seul - d'enseignant chercheur ne présume pas de la qualité de son enseignement et de ses recherches. Et dans ma discipline, la musique (avec le double système fac/conservatoires) le constat est parfois accablant...


Dernière édition par Aurore le Jeu 23 Fév 2012 - 15:04, édité 1 fois

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 14:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:concernant le régime d´inspections dans l´université, il existe déjà une inspection et même une évaluation des EC par leurs paires à travers un organisme démocratiquement élu (au moins partiellement), le CNU, et on essai d´imposer aussi l´évaluation par un organisme sans aucune légitimité, l´AERES. Néanmoins, aussi bien les membres du CNU que ceux de l´AERES sont des enseignants-chercheurs. Un corps d´inspecteurs non composé d´enseignants-chercheurs ne peut pas exister pour deux raisons :
a) Cela porterait atteinte aux libertés universitaires.
b) Cela impliquerait que les membres de ce corps auraient plus d´autorité scientifique que les enseignants-chercheurs, ce qui est impossible par définition. [/justify]
je vais laisser de côté la coquille qui ferait entrer la testostérone en lice Smile Pour le reste, je suis songeur. Un MCF ne peut être évalué que par ses pairs, sinon ça porte atteinte à sa liberté universitaire ? Mais dites-moi, parmi ces membres démocratiquement élus, il ne peut y avoir de collusion ? Untel qui sera l'an prochain dans le jury d'HDR ? ou dans la commission pour tel poste ? Ou ?......... Panier de crabes !

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Aurore le Jeu 23 Fév 2012 - 15:00

Cripure a écrit:profiler à l'extrême un poste pour la fac X, ce qui fait que les étudiants de cette fac X ne travailleront dans une discipline donnée que sur cet aspect, je ne pense pas que ce soit géant pour la formation des étudiants avant le master. Et on en revient à la question de l'hyperspécialisation vs les classes prépas.
Eh oui... topela veneration

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Condorcet le Jeu 23 Fév 2012 - 15:01

Cripure a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:donc en fait, de ta propre expérience (la tienne ou celle de ton entourage pro) tu ne sais pas vraiment si ce sont des poncifs ou pas, je comprends bien?
Le problème c'est que tu ne comprends pas qu'il ne s'agit pas tout à fait de népotisme...

Enfin, je réprouve la pratique courante qui consiste à faire miroiter à un étudiant des postes dont on sait pertinemment qu'il n'en verra que l'ombre.

Non mais... que crois-tu? Nous sommes responsables de notre sort. On sait très bien que l'on peut ne jamais accéder au poste espéré, il ne faut pas mettre tout sur le dos des enseignants chercheurs, non plus... Ils encouragent des étudiants brillants, après ils ne peuvent pas leur fournir un poste sur un plateau d'argent (et s'ils le faisaient, on crierait au scandale ici); il faut être un peu logique.
Si vous croyez sincèrement à votre dernier paragraphe, ML... Enfin, non, rien.

Quand on dirige plus de vingt étudiant(e)s en thèse, on ne peut consacrer valablement à chacun d'eux (ou chacune d'eux) le temps nécessaire non seulement pour la conduite de la thèse mais aussi pour la suite.
En tant qu'historien, j'ai du mal à admettre que "nous sommes responsables [entièrement] de notre sort".

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 15:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Cripure a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:donc en fait, de ta propre expérience (la tienne ou celle de ton entourage pro) tu ne sais pas vraiment si ce sont des poncifs ou pas, je comprends bien?
Le problème c'est que tu ne comprends pas qu'il ne s'agit pas tout à fait de népotisme...

Enfin, je réprouve la pratique courante qui consiste à faire miroiter à un étudiant des postes dont on sait pertinemment qu'il n'en verra que l'ombre.

Non mais... que crois-tu? Nous sommes responsables de notre sort. On sait très bien que l'on peut ne jamais accéder au poste espéré, il ne faut pas mettre tout sur le dos des enseignants chercheurs, non plus... Ils encouragent des étudiants brillants, après ils ne peuvent pas leur fournir un poste sur un plateau d'argent (et s'ils le faisaient, on crierait au scandale ici); il faut être un peu logique.
Si vous croyez sincèrement à votre dernier paragraphe, ML... Enfin, non, rien.

Quand on dirige plus de vingt étudiant(e)s en thèse, on ne peut consacrer valablement à chacun d'eux (ou chacune d'eux) le temps nécessaire non seulement pour la conduite de la thèse mais aussi pour la suite.
En tant qu'historien, j'ai du mal à admettre que "nous sommes responsables [entièrement] de notre sort".

et bien s'il y a quelque chose à changer, c'est le nombre maximal de thésard par professeur...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 15:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Cripure a écrit:profiler à l'extrême un poste pour la fac X, ce qui fait que les étudiants de cette fac X ne travailleront dans une discipline donnée que sur cet aspect, je ne pense pas que ce soit géant pour la formation des étudiants avant le master. Et on en revient à la question de l'hyperspécialisation vs les classes prépas.
Eh oui... topela veneration

euh... non. Être spécialiste de quelque chose ne signifie pas que l'on est incapable de faire un cours général... confused

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Le grincheux le Jeu 23 Fév 2012 - 15:07

Cripure a écrit:Ensuite, je pense qu'il devrait y avoir un barème d'affectation reposant sur des critères quantifiables, par exemple le nombre de publications scientifiques depuis la thèse,
Tiens, un serpent de mer... C'est le pire des critères qui puisse exister. Dans certains domaines, on bosse durant plusieurs années pour avoir un début de résultat et il est impossible de publier quelque chose avant. Dans d'autres, on peut presque publier à tour de bras.

Par ailleurs, pour être un ancien reviewer IEEE (Signal Processing, Antenna propagation et Information Theory), je puis t'assurer que les articles passent prioritairement pour des raisons de basse politique en fonction des signataires desdits articles. J'ai vu des papiers nullissimes co-signés par des grandes plumes se faire bouler avec une note RQ par le commité de relecture (anonyme) passer en moins de deux mois alors que des papiers intéressants à plus d'un titre mettaient plusieurs années avant de paraître (moyenne pour faire publier un excellent papier chez IEEE, dix-huit mois). Et j'ai même vu des papiers refusés et pillés par des reviewers pour les republier sous leur propre signature ou les refourguer à leurs thésards !
le nombre de communications en colloque, le nombre d'années écoulées
Idem. L'immense majorité des conférences, colloques et autres petites sauteries doivent boucher les trous. Ce n'est pas une garantie de qualité. Personnellement, lorsque j'avais un papier à protéger un peu mais qu'il n'était pas assez avancé pour être publié dans une revue, je trouvais toujours à le faire passer dans une conférence quelque part histoire de me protéger. Et personne ne trouvait à y redire. Tout le monde s'extasiait sur des résultats qui n'étaient la plupart du temps même pas encore démontrés !
sans affectation depuis la soutenance de thèse si très honorable avec félicitations du jury
Qu'on les supprime une bonne fois pour toute, les félicitations du jury. Là où j'ai soutenu ma thèse, il y a belle lurette qu'ils ne les donnaient plus pour des raisons parfaitement valables (dont une histoire de quotas qui faisait que selon la date de la soutenance dans l'année les chances d'obtenir les félicitations n'étaient pas les mêmes, et des guéguerres personnelles entre membres des juries). Les félicitations du jury ne sont rien comparées à la qualité du jury. Il vaut mieux avoir une thèse avec un jury international plutôt qu'une thèse sanctionnée par une mention très honorable et les félicitations d'un jury local (ne rigolez pas, j'en ai vues, mais là, je ne donnerai pas de nom).

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 15:09

Ensuite, je pense qu'il devrait y avoir un barème d'affectation reposant sur des critères quantifiables, par exemple le nombre de publications scientifiques depuis la thèse, le nombre de communications en colloque, le nombre d'années écoulées sans affectation depuis la soutenance de thèse si très honorable avec félicitations du jury, par exemple, enfin, ce genre de choses. Bien sûr, ce ne serait que quantitatif.

la quantité ne fait pas la qualité. Et pour avoir vu passer des CV, c'est vrai ! Et heureusement pour moi, d'ailleurs. Ce n'est vraiment pas un critère efficace, à mon sens.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Je ne vous comprends pas. Aimeriez-vous qu´un élève de 9 ans vous dise que vos cours sont nuls ? Non, vous lui expliqueriez ou vous vous diriez qu´il n´a pas assez de connaissances pour juger de la qualité de vos cours.
De la même façon, il faut être un très grand spécialiste d´un domaine de recherche pour se permettre de juger de la qualité et de la portée des recherches d´un enseignant-chercheur.
ça tombe bien, nous ne sommes pas des élèves de 9 ans... Wink

oui enfin, il s'agissait de savoir si un étudiant était légitime pour évaluer la pertinence du sujet de recherche d'enseignants-titulaires...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Condorcet le Jeu 23 Fév 2012 - 15:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Ensuite, je pense qu'il devrait y avoir un barème d'affectation reposant sur des critères quantifiables, par exemple le nombre de publications scientifiques depuis la thèse, le nombre de communications en colloque, le nombre d'années écoulées sans affectation depuis la soutenance de thèse si très honorable avec félicitations du jury, par exemple, enfin, ce genre de choses. Bien sûr, ce ne serait que quantitatif.

la quantité ne fait pas la qualité. Et pour avoir vu passer des CV, c'est vrai ! Et heureusement pour moi, d'ailleurs. Ce n'est vraiment pas un critère efficace, à mon sens.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Je ne vous comprends pas. Aimeriez-vous qu´un élève de 9 ans vous dise que vos cours sont nuls ? Non, vous lui expliqueriez ou vous vous diriez qu´il n´a pas assez de connaissances pour juger de la qualité de vos cours.
De la même façon, il faut être un très grand spécialiste d´un domaine de recherche pour se permettre de juger de la qualité et de la portée des recherches d´un enseignant-chercheur.
ça tombe bien, nous ne sommes pas des élèves de 9 ans... Wink

oui enfin, il s'agissait de savoir si un étudiant était légitime pour évaluer la pertinence du sujet de recherche d'enseignants-titulaires...

J'ai entendu l'année dernière en allant passer des auditions pour les rares postes de chargé de recherches au CNRS des propos très durs des étudiants de sciences-po (sans doute des thésards) sur la qualité de l'HDR d'un de leurs enseignants. Comme quoi l'acrimonie et la férocité n'attendent pas le nombre des années !

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Condorcet le Jeu 23 Fév 2012 - 15:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Ensuite, je pense qu'il devrait y avoir un barème d'affectation reposant sur des critères quantifiables, par exemple le nombre de publications scientifiques depuis la thèse, le nombre de communications en colloque, le nombre d'années écoulées sans affectation depuis la soutenance de thèse si très honorable avec félicitations du jury, par exemple, enfin, ce genre de choses. Bien sûr, ce ne serait que quantitatif.

la quantité ne fait pas la qualité. Et pour avoir vu passer des CV, c'est vrai ! Et heureusement pour moi, d'ailleurs. Ce n'est vraiment pas un critère efficace, à mon sens.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Je ne vous comprends pas. Aimeriez-vous qu´un élève de 9 ans vous dise que vos cours sont nuls ? Non, vous lui expliqueriez ou vous vous diriez qu´il n´a pas assez de connaissances pour juger de la qualité de vos cours.
De la même façon, il faut être un très grand spécialiste d´un domaine de recherche pour se permettre de juger de la qualité et de la portée des recherches d´un enseignant-chercheur.
ça tombe bien, nous ne sommes pas des élèves de 9 ans... Wink

oui enfin, il s'agissait de savoir si un étudiant était légitime pour évaluer la pertinence du sujet de recherche d'enseignants-titulaires...

+ 1000.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Condorcet le Jeu 23 Fév 2012 - 15:23

Le problème qui gangrène à mon sens l'université réside dans la distinction entre influence (réseau) et valeur (individuelle ou collective) - même si l'une et l'autre peuvent aller de pair -.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Aurore le Jeu 23 Fév 2012 - 15:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
oui enfin, il s'agissait de savoir si un étudiant était légitime pour évaluer la pertinence du sujet de recherche d'enseignants-titulaires...
Ce n'est pas une raison pour éluder le fond du débat, à savoir les turpitudes de la cooptation universitaire et les conséquences qui en résultent au niveau de certains EC ainsi recrutés. Pas besoin d'être une sommité pour s'en apercevoir : le nier reviendrait à botter en touche.
Et parfois il arrive effectivement que les étudiants soient plus compétents que leurs professeurs... Very Happy
Attention, je ne généralise pas, mais pense à des cas bien précis (mais pas si isolés que cela, semble-t-il). Voir notamment quelques "cas" en sciences de l'éduc... Rolling Eyes

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Ruthven le Jeu 23 Fév 2012 - 15:30

Ne pas pouvoir critique la production d'un tel ou d'un tel au nom de sa compétence institutionnellement reconnue, c'est finalement entériner une logique technocratique ; franchement, quand on lit un bouquin ou un autre, on voit si ce livre apporte du nouveau dans son champ, s'il n'est qu'une bonne synthèse ou s'il est médiocre ...

A ce compte, les compte-rendus de lecture ne devraient être fait que par des professeurs d'université, seuls aptes à évaluer la qualité de ce qu'ils lisent, les autres se contentant benoîtement d'approuver et d'apprendre ... Laughing

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 15:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ne pas pouvoir critique la production d'un tel ou d'un tel au nom de sa compétence institutionnellement reconnue, c'est finalement entériner une logique technocratique ; franchement, quand on lit un bouquin ou un autre, on voit si ce livre apporte du nouveau dans son champ, s'il n'est qu'une bonne synthèse ou s'il est médiocre ...

A ce compte, les compte-rendus de lecture ne devraient être fait que par des professeurs d'université, seuls aptes à évaluer la qualité de ce qu'ils lisent, les autres se contentant benoîtement d'approuver et d'apprendre ... Laughing

Ruthven, il s'agissait de dire si un sujet de recherche était valable ou non, pas si telle production était bonne ou mauvaise. Je te rassure, j'ai une opinion précise des ouvrages qui sont dans ma biblio de thèse. Maintenant, n'étant pas titulaire, je ne vais pas clamer qu'un tel (en donnant le nom) a honteusement plagié tel autre. Accessoirement, je n'ai pas envie d'un procès - même titulaire je ne m'y risquerais pas - j'ai autre chose à faire de mes journées...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par alberto79 le Jeu 23 Fév 2012 - 16:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ne pas pouvoir critique la production d'un tel ou d'un tel au nom de sa compétence institutionnellement reconnue, c'est finalement entériner une logique technocratique ; franchement, quand on lit un bouquin ou un autre, on voit si ce livre apporte du nouveau dans son champ, s'il n'est qu'une bonne synthèse ou s'il est médiocre ...

A ce compte, les compte-rendus de lecture ne devraient être fait que par des professeurs d'université, seuls aptes à évaluer la qualité de ce qu'ils lisent, les autres se contentant benoîtement d'approuver et d'apprendre ... Laughing

Mais ce qui compte ce n´est pas le statut de l´évaluateur mais ses connaissances du domaine. Or, au moins dans les sections que je connais (histoire et langues) il est très rare qu´un grand spécialiste ne soit pas un universitaire ou un chercheur au CNRS ou à l´EHESS. Sinon, vous avez raison, beaucoup de gens peuvent faire un compte rendu d´un ouvrage de vulgarisation. Cependant, je connais très peu de gens qui pourraient réellement juger un article scientifique spécialisé, au moins dans un bon nombre de domaines, dont le mien.

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par alberto79 le Jeu 23 Fév 2012 - 16:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit: la quantité ne fait pas la qualité.

Comment osez-vous? Vous êtes en train de contredire Joseph Stalin. Rien de moins ! Méfiez-vous, il y a encore beaucoup de stalinistes en France…

alberto79
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 16:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit: la quantité ne fait pas la qualité.

Comment osez-vous? Vous êtes en train de contredire Joseph Stalin. Rien de moins ! Méfiez-vous, il y a encore beaucoup de stalinistes en France…

Laughing en histoire il n'y en plus du tout (ou alors mes antennes sont en panne) vu que le schéma marxiste de l'histoire a laissé des historiens et parmi les plus éminents, sur le bord de la route jusqu'à ce qu'ils comprennent... Z'ont tous viré socialistes (pour les plus ardents, les autres...)
Mais à la réflexion, il y a peut-être quand même des crypto-stalinistes...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 17:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Cripure a écrit:profiler à l'extrême un poste pour la fac X, ce qui fait que les étudiants de cette fac X ne travailleront dans une discipline donnée que sur cet aspect, je ne pense pas que ce soit géant pour la formation des étudiants avant le master. Et on en revient à la question de l'hyperspécialisation vs les classes prépas.
Eh oui... topela veneration

euh... non. Être spécialiste de quelque chose ne signifie pas que l'on est incapable de faire un cours général... confused
Ah mais il ne s'agit pas de capacités.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 17:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Cripure a écrit:Ensuite, je pense qu'il devrait y avoir un barème d'affectation reposant sur des critères quantifiables, par exemple le nombre de publications scientifiques depuis la thèse,
Tiens, un serpent de mer... C'est le pire des critères qui puisse exister. Dans certains domaines, on bosse durant plusieurs années pour avoir un début de résultat et il est impossible de publier quelque chose avant. Dans d'autres, on peut presque publier à tour de bras.

Par ailleurs, pour être un ancien reviewer IEEE (Signal Processing, Antenna propagation et Information Theory), je puis t'assurer que les articles passent prioritairement pour des raisons de basse politique en fonction des signataires desdits articles. J'ai vu des papiers nullissimes co-signés par des grandes plumes se faire bouler avec une note RQ par le commité de relecture (anonyme) passer en moins de deux mois alors que des papiers intéressants à plus d'un titre mettaient plusieurs années avant de paraître (moyenne pour faire publier un excellent papier chez IEEE, dix-huit mois). Et j'ai même vu des papiers refusés et pillés par des reviewers pour les republier sous leur propre signature ou les refourguer à leurs thésards !
le nombre de communications en colloque, le nombre d'années écoulées
Idem. L'immense majorité des conférences, colloques et autres petites sauteries doivent boucher les trous. Ce n'est pas une garantie de qualité. Personnellement, lorsque j'avais un papier à protéger un peu mais qu'il n'était pas assez avancé pour être publié dans une revue, je trouvais toujours à le faire passer dans une conférence quelque part histoire de me protéger. Et personne ne trouvait à y redire. Tout le monde s'extasiait sur des résultats qui n'étaient la plupart du temps même pas encore démontrés !
sans affectation depuis la soutenance de thèse si très honorable avec félicitations du jury
Qu'on les supprime une bonne fois pour toute, les félicitations du jury. Là où j'ai soutenu ma thèse, il y a belle lurette qu'ils ne les donnaient plus pour des raisons parfaitement valables (dont une histoire de quotas qui faisait que selon la date de la soutenance dans l'année les chances d'obtenir les félicitations n'étaient pas les mêmes, et des guéguerres personnelles entre membres des juries). Les félicitations du jury ne sont rien comparées à la qualité du jury. Il vaut mieux avoir une thèse avec un jury international plutôt qu'une thèse sanctionnée par une mention très honorable et les félicitations d'un jury local (ne rigolez pas, j'en ai vues, mais là, je ne donnerai pas de nom).
OK. Mais on cherche un moyen de critériser Smile Et de centraliser quelque peu. Les recrutements locaux...

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 17:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit: la quantité ne fait pas la qualité.

Comment osez-vous? Vous êtes en train de contredire Joseph Stalin. Rien de moins ! Méfiez-vous, il y a encore beaucoup de stalinistes en France…
Vous savez, ce n'est pas en l'appelant Albert et en le dupliquant dans chaque fac de France que ça a changé le problème. Les mandarins tout puissants n'ont jamais disparu et l'absence de critère objectif n'a jamais été une garantie.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par User5899 le Jeu 23 Fév 2012 - 17:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit: la quantité ne fait pas la qualité.

Comment osez-vous? Vous êtes en train de contredire Joseph Stalin. Rien de moins ! Méfiez-vous, il y a encore beaucoup de stalinistes en France…

Laughing en histoire il n'y en plus du tout (ou alors mes antennes sont en panne) vu que le schéma marxiste de l'histoire a laissé des historiens et parmi les plus éminents, sur le bord de la route jusqu'à ce qu'ils comprennent... Z'ont tous viré socialistes (pour les plus ardents, les autres...)
Mais à la réflexion, il y a peut-être quand même des crypto-stalinistes...
J'ai un universitaire MCF d'histoire détaché dans mon lycée, cette année, j'apprends des choses très amusantes en le raccompagnant à la gare trois fois par semaine. Vous êtes très rigolote, ML Smile

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Aurore le Jeu 23 Fév 2012 - 17:51

Cripure a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Cripure a écrit:profiler à l'extrême un poste pour la fac X, ce qui fait que les étudiants de cette fac X ne travailleront dans une discipline donnée que sur cet aspect, je ne pense pas que ce soit géant pour la formation des étudiants avant le master. Et on en revient à la question de l'hyperspécialisation vs les classes prépas.
Eh oui... topela veneration

euh... non. Être spécialiste de quelque chose ne signifie pas que l'on est incapable de faire un cours général... confused
Ah mais il ne s'agit pas de capacités.
Si, si, parfois, je vous assure... Razz
NB : je n'ai jamais affirmé qu'un spécialiste était nécessairement dans l'incapacité de faire un cours généraliste. Mais que certaines personnes se spécialisaient trop précocément, et que certains cursus de fac encourageaient cette dérive. Ce qui n'est pas du tout la même chose.

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le recrutement des universitaires : l'édification par l'exemple

Message par Marie Laetitia le Jeu 23 Fév 2012 - 17:56

Cripure a écrit:Vous êtes très rigolote, ML Smile

oh mais j'espère bien. Il y a une formule avec une histoire de sot et d'imbécile, mais... elle ne me revient pas. Razz J'espère que vous ne vous offusquerez pas de ma pauvre mémoire...


_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum