Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Paratge le Sam 22 Nov 2014 - 11:36

@Dinosaura a écrit:
J'en peux plus de toutes ces bonnes âmes nous exhortant à la "bienveillance" avec les in-intégrables (pardon pour le non politiquement correct) mais j'ai dans mon établissement un bon paquet d'exemples et pourtant il ne leur arrive jamais rien de grave, ils sont toujours là à pourrir les classes et emmerder les profs et ont droit à l'éternelle seconde chance, mais comme c'est le monde à l'envers c'est le prof "qui n'a pas su adapter son enseignement" qui est montré du doigt. Et les comportements relevant du psychiatrique ou de gros manquements sociaux en viennent aussi à relativiser les "incivilités" plus ordinaires qui auraient dû pourtant être sanctionnées (insolence, irrespect...).

Et je confirme pour les racailles embauchées pour être animateurs en TAP. Il y en a au moins 1, qui n'a pas l'air méchant au demeurant mais avec ses codes de la cité, qui intervient dans l'école maternelle de mes filles... La première fois que je l'ai vu, il était en train de crier à l'intérieur de l'école, et j'ai cru que c'était un grand frère qui s'était perdu...
Il est très curieux de remarquer que les emmerdeurs ont souvent la faveur de l'administration, des CPE en particulier !
C'est le syndrome de Stockholm ? Ou bien comme dans les pénitenciers où les caïds remplacent les gardiens, ils servent de supplétifs à cette même administration ?
C'est la thèse du grand sociologue E. Goffman.

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Normandyx le Sam 22 Nov 2014 - 11:45

en tout cas, j'ai connu en ZEP un élève gentil en CP et que j'ai gardé 2 ans pour qu'il lise et parle le français qui a été laissé à la dérive pour finir dans une bande au collège avec vols de scoots, arrachage de sacs dont un débouchant sur une invalidité permanente ce qui l'a conduit en centre fermé et qui depuis a été recruté comme "grand frère".... je suis pour la deuxième chance, mais pas à n'importe quel prix ni n'importe où.
avatar
Normandyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par User5899 le Dim 23 Nov 2014 - 1:46

@John a écrit:
Qu'est-ce qu'on en a à fiche qu'il y ait des décrocheurs ?
Humainement, économiquement, socialement... c'est un vrai problème, pour la personne en soi comme pour toute la société.
Je pense que ta sollicitude contribue à ce qu'on méprise les voies alternatives aux études générales, qu'on massacre pour les maintenir ouvertes à ceux qui n'en veulent pas ou ne peuvent les suivre. Les ambisinistromanuels comme moi ne suscitent aucune inquiétude, mon décrochage du travail manuel n'inquiète pas la société, "oh ben le petit Cripure, il passera bien une agreg de lettres". Mais celui qui veut très tôt sortir du système et apprendre des gestes techniques pour en faire un métier, on tente de le retenir pour lui faire faire des études dont on ruine le contenu pour qu'il puisse suivre. Je pense que c'est très mauvais.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Seifer le Dim 23 Nov 2014 - 2:28

Cripure, on a de plus en plus de points communs qui ressortent. En plus d'être chauve à la vingtaine, j'ai maintenant les mêmes capacités manuelles que vous. Incroyable. cheers (et en passant, la même analyse)

_________________
Pour les rêves qu'on a faits, et pour ceux qu'on fera.
Pour le poing qu'on a levé, pour celui qu'on lèvera.
Pour un idéal, pour une utopie.
Allons marchons ensemble enfants de la Patrie.
avatar
Seifer
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par John le Dim 23 Nov 2014 - 2:45

Cripure a écrit:
@John a écrit:
Qu'est-ce qu'on en a à fiche qu'il y ait des décrocheurs ?
Humainement, économiquement, socialement... c'est un vrai problème, pour la personne en soi comme pour toute la société.
Je pense que ta sollicitude contribue à ce qu'on méprise les voies alternatives aux études générales, qu'on massacre pour les maintenir ouvertes à ceux qui n'en veulent pas ou ne peuvent les suivre. Les ambisinistromanuels comme moi ne suscitent aucune inquiétude, mon décrochage du travail manuel n'inquiète pas la société, "oh ben le petit Cripure, il passera bien une agreg de lettres". Mais celui qui veut très tôt sortir du système et apprendre des gestes techniques pour en faire un métier, on tente de le retenir pour lui faire faire des études dont on ruine le contenu pour qu'il puisse suivre. Je pense que c'est très mauvais.
Ah non non, moi aussi je suis contre l'idée qu'on ne peut réussir qu'en suivant un cursus général, généraliste et orienté vers l'abstrait.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par User5899 le Dim 23 Nov 2014 - 3:27

@John a écrit:
Cripure a écrit:
@John a écrit:
Humainement, économiquement, socialement... c'est un vrai problème, pour la personne en soi comme pour toute la société.
Je pense que ta sollicitude contribue à ce qu'on méprise les voies alternatives aux études générales, qu'on massacre pour les maintenir ouvertes à ceux qui n'en veulent pas ou ne peuvent les suivre. Les ambisinistromanuels comme moi ne suscitent aucune inquiétude, mon décrochage du travail manuel n'inquiète pas la société, "oh ben le petit Cripure, il passera bien une agreg de lettres". Mais celui qui veut très tôt sortir du système et apprendre des gestes techniques pour en faire un métier, on tente de le retenir pour lui faire faire des études dont on ruine le contenu pour qu'il puisse suivre. Je pense que c'est très mauvais.
Ah non non, moi aussi je suis contre l'idée qu'on ne peut réussir qu'en suivant un cursus général, généraliste et orienté vers l'abstrait.
Bon. Alors tu as été heurté par ma petite provoc. Mais on est d'accord sur le fond.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par User21714 le Dim 23 Nov 2014 - 7:34

Les décrocheurs, les vrais, cela existe, bien entendu...
Des élèves qui ont tenté de s'accrocher, et qui ont fini par lâcher prise sous le poids des difficultés, ceux-là, il faut les aider, c'est notre devoir.

Mais l'exemple pris dans ce fil, ce n'est pas ça du tout: il s'agit d'une élève qui a toujours refusé un minimum de contraintes, qui a foutu le bordel bazar partout où elle est passée, pire, qui s'est montrée dangereuse pour ses camarades de classe!

Ras-le-bol de ce misérabilisme! Tu ne veux pas des obligations scolaires, tu perturbes les cours, menaces les autres, ok, c'est ton choix... va bosser, va te confronter à la vraie vie, celle où tu dois corver pour bouffer!

Des enfants qui ne sortent jamais du stade de la toute puissance, voilà ce que nous avons fabriqué depuis 30 ans... furieux

User21714
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Annabel Lee le Dim 23 Nov 2014 - 9:13

républicain a écrit:Les décrocheurs, les vrais, cela existe, bien entendu...
Des élèves qui ont tenté de s'accrocher, et qui ont fini par lâcher prise sous le poids des difficultés, ceux-là, il faut les aider, c'est notre devoir.

Mais l'exemple pris dans ce fil, ce n'est pas ça du tout: il s'agit d'une élève qui a toujours refusé un minimum de contraintes, qui a foutu le bordel bazar partout où elle est passée, pire, qui s'est montrée dangereuse pour ses camarades de classe!

Ras-le-bol de ce misérabilisme! Tu ne veux pas des obligations scolaires, tu perturbes les cours, menaces les autres, ok, c'est ton choix... va bosser, va te confronter à la vraie vie, celle où tu dois corver pour bouffer!

Des enfants qui ne sortent jamais du stade de la toute puissance, voilà ce que nous avons fabriqué depuis 30 ans... furieux

Tu as tout résumé. topela
Marre de mettre de l'argent là-dedans !
avatar
Annabel Lee
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par egomet le Dim 23 Nov 2014 - 9:53

républicain a écrit:Les décrocheurs, les vrais, cela existe, bien entendu...
Des élèves qui ont tenté de s'accrocher, et qui ont fini par lâcher prise sous le poids des difficultés, ceux-là, il faut les aider, c'est notre devoir.

Mais l'exemple pris dans ce fil, ce n'est pas ça du tout: il s'agit d'une élève qui a toujours refusé un minimum de contraintes, qui a foutu le bordel bazar partout où elle est passée, pire, qui s'est montrée dangereuse pour ses camarades de classe!

Ras-le-bol de ce misérabilisme! Tu ne veux pas des obligations scolaires, tu perturbes les cours, menaces les autres, ok, c'est ton choix... va bosser, va te confronter à la vraie vie, celle où tu dois corver pour bouffer!

Des enfants qui ne sortent jamais du stade de la toute puissance, voilà ce que nous avons fabriqué depuis 30 ans... furieux

Ras-le-bol aussi, mais dans la "vraie" vie aussi ce misérabilisme est à l'oeuvre.  Elle va s'inscrire dans une agence d'intérim,  on va la convoquer à l'usine, elle va jeter un coup d'oeil et elle va se casser sans prévenir avant midi. Puis elle va pointer à pôle emploi. C'est réglé comme du papier à musique.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Daphné le Dim 23 Nov 2014 - 10:45

Cripure a écrit:
@John a écrit:
Qu'est-ce qu'on en a à fiche qu'il y ait des décrocheurs ?
Humainement, économiquement, socialement... c'est un vrai problème, pour la personne en soi comme pour toute la société.
Je pense que ta sollicitude contribue à ce qu'on méprise les voies alternatives aux études générales, qu'on massacre pour les maintenir ouvertes à ceux qui n'en veulent pas ou ne peuvent les suivre. Les ambisinistromanuels comme moi ne suscitent aucune inquiétude, mon décrochage du travail manuel n'inquiète pas la société, "oh ben le petit Cripure, il passera bien une agreg de lettres". Mais celui qui veut très tôt sortir du système et apprendre des gestes techniques pour en faire un métier, on tente de le retenir pour lui faire faire des études dont on ruine le contenu pour qu'il puisse suivre. Je pense que c'est très mauvais.

Cela fait des lustres qu'on le dit !!
Il faut quand même se rendre à l'évidence : tout le monde ne souhaite pas forcément passer une agrégation de lettres ou de philosophie, et une société a besoin de tous les corps de métiers pour fonctionner.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par User21714 le Dim 23 Nov 2014 - 10:58

@egomet a écrit:
républicain a écrit:Les décrocheurs, les vrais, cela existe, bien entendu...
Des élèves qui ont tenté de s'accrocher, et qui ont fini par lâcher prise sous le poids des difficultés, ceux-là, il faut les aider, c'est notre devoir.

Mais l'exemple pris dans ce fil, ce n'est pas ça du tout: il s'agit d'une élève qui a toujours refusé un minimum de contraintes, qui a foutu le bordel bazar partout où elle est passée, pire, qui s'est montrée dangereuse pour ses camarades de classe!

Ras-le-bol de ce misérabilisme! Tu ne veux pas des obligations scolaires, tu perturbes les cours, menaces les autres, ok, c'est ton choix... va bosser, va te confronter à la vraie vie, celle où tu dois corver pour bouffer!

Des enfants qui ne sortent jamais du stade de la toute puissance, voilà ce que nous avons fabriqué depuis 30 ans... furieux

Ras-le-bol aussi, mais dans la "vraie" vie aussi ce misérabilisme est à l'oeuvre.  Elle va s'inscrire dans une agence d'intérim,  on va la convoquer à l'usine, elle va jeter un coup d'oeil et elle va se casser sans prévenir avant midi. Puis elle va pointer à pôle emploi. C'est réglé comme du papier à musique.

C'est malheureusement ce qui va lui arriver: respecter des horaires, d'autres gens, éventuellement des supérieurs... No

User21714
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Invité le Dim 23 Nov 2014 - 22:25

Introduire les cours de Nail Art au collège.
Avec des ronds verts, des ronds orange et des ronds rouges.

Ils vont accrocher, on leur donnera leur bac et ils iront pointer à l'ANPE.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Olympias le Dim 23 Nov 2014 - 22:57

Désolée mais j'en ai ras-le-bol de lire des articles de ce type, où on essaie de faire pleurer Margot à propos du sort d'élèves qui ne veulent rien faire. Sleep Sleep Sleep
avatar
Olympias
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par nicolin le Dim 23 Nov 2014 - 23:36

Comment faire cours avec ces élèves, comment leur redonner un peu le goût d'être en classe, c'est une question qui se pose et se repose. Pour moi, lorsque je n'arrive pas à renouer avec un élève qui refuse l'école, et ce que je propose (et ça arrive très régulièrement) c'est quand même difficile car je le vis comme un échec : je n'arrive pas à améliorer ce donné, qu'est-ce que je ne fais pas, ne sais pas faire, ne pense pas à faire ? C'est ce qui m'intéresse.
avatar
nicolin
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Invité le Dim 23 Nov 2014 - 23:41

Dans le même temps : http://www.liberation.fr/societe/2014/10/07/les-universites-tentees-par-le-tri-selectif_1116980

Donc ce qui se profile :
des élèves qui ne redoubleront plus, qui auront tous leur bac, et on limitera les décrochages afin que tous aient le bac à 18 ans...
mais cet examen ne leur permettra plus d'entrer à la fac.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Handsome Devil le Lun 24 Nov 2014 - 1:25

Le lycée devrait préparer les élèves à des épreuves destinées à sanctionner :
- soit un niveau de fin d'études (pour ceux qui veulent se lancer dans la vie active) pour le LP,
- soit un niveau d'admissibilité dans le supérieur pour la voie générale.

Dans le second cas, ne serait-il pas logique que ce soit les universités qui fixent le niveau attendu ? Après tout, le bac est supposé être le premier grade universitaire, non ?
A la place, on se retrouve avec un fossé béant entre le lycée et le supérieur, dans lequel tombe une multitude de jeunes pris par surprise par des exigences nouvelles.
avatar
Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par egomet le Lun 24 Nov 2014 - 7:37

@Handsome Devil a écrit:Le lycée devrait préparer les élèves à des épreuves destinées à sanctionner :
- soit un niveau de fin d'études (pour ceux qui veulent se lancer dans la vie active) pour le LP,
- soit un niveau d'admissibilité dans le supérieur pour la voie générale.

Dans le second cas, ne serait-il pas logique que ce soit les universités qui fixent le niveau attendu ? Après tout, le bac est supposé être le premier grade universitaire, non ?
A la place, on se retrouve avec un fossé béant entre le lycée et le supérieur, dans lequel tombe une multitude de jeunes pris par surprise par des exigences nouvelles.
C'est toute l'ambiguïté du bac.
Il y a quelque chose de malsain à mesurer la réussite scolaire par le seul diplôme, parce que c'est un système du tout ou rien et parce que l'institution scolaire se juge elle-même dans l'affaire. 
J'ai développé la question ici:
 http://www.contrepoints.org/2014/06/24/169991-les-degres-et-les-nuances-de-la-reussite-la-querelle-des-evaluations-scolaires

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Handsome Devil le Lun 24 Nov 2014 - 16:15

Bon article.
Contre le système du tout ou rien, il existe en effet toujours l'alternative de la sélectivité modulable, comme le SAT Score aux USA ou les A levels au Royaume Uni. Chaque université fixe un score minimal d'admissibilité ou un niveau requis pour certaines matières selon les spécialités choisies.

La séparation des rôles serait également logique, le supérieur fixant le ou les seuils minimaux pour continuer et organisant les épreuves, le lycée se chargeant de la préparation. Cela permettrait de tirer tout le monde vers le haut et d'éviter ces effets de juge et partie, auxquels s'ajoutent aujourd'hui des objectifs politiques et idéologiques encore moins avouables.
avatar
Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Clarianz le Mer 26 Nov 2014 - 9:06

@dandelion a écrit:Soyons rassurés, elle va avoir son BAFA et pourra s'occuper de jeunes enfants affraid
Elle a quand même bénéficié d'un sacré dispositif. Cela confirme ce que je disais sur un autre fil: le problème, là, n'est pas scolaire, mais social et psy. Le décrochage scolaire c'est le symptôme, pas la maladie.


Exactement!

Et moi je n'ai pas envie que des enfants sans histoire soient mêlés à des sociopathes tels que cette jeune fille.

Pour être parfaitement claire, ce n'est pas à l'école de résoudre tous les problèmes, elle n'avait rien à faire à l'école, ce n'est pas une "décrocheuse" -ce mot me fatigue, les décrocheurs, nouvel euphémisme pour les petits voyous livrés à eux-mêmes- c'est une délinquante. Sécher pour fumer du shit à 11 ans, mais ils réalisent vraiment les journaleux?


J'ajoute parce que je n'en peux plus que les pénibles attirent toutes les attentions, au détriment de ceux qui travaillent, qu'entendre les collègues qui ont nos enfants en classe dire qu'ils ne trouvent pas normal qu'on soit derrière eux pour les devoirs m'insupporte! L'échec est devenu la norme, faire de son mieux, c'est louche: il y a forcément un truc pas sain. furieux

_________________
Mama's Rock
avatar
Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par nicolin le Mer 26 Nov 2014 - 10:33

@Clarianz a écrit:
@dandelion a écrit:Soyons rassurés, elle va avoir son BAFA et pourra s'occuper de jeunes enfants affraid
Elle a quand même bénéficié d'un sacré dispositif. Cela confirme ce que je disais sur un autre fil: le problème, là, n'est pas scolaire, mais social et psy. Le décrochage scolaire c'est le symptôme, pas la maladie.


Exactement!

Et moi je n'ai pas envie que des enfants sans histoire soient mêlés à des sociopathes tels que cette jeune fille.

Pour être parfaitement claire, ce n'est pas à l'école de résoudre tous les problèmes, elle n'avait rien à faire à l'école, ce n'est pas une "décrocheuse" -ce mot me fatigue, les décrocheurs, nouvel euphémisme pour les petits voyous livrés à eux-mêmes- c'est une délinquante. Sécher pour fumer du shit à 11 ans, mais ils réalisent vraiment les journaleux?


J'ajoute parce que je n'en peux plus que les pénibles attirent toutes les attentions, au détriment de ceux qui travaillent, qu'entendre les collègues qui ont nos enfants en classe dire qu'ils ne trouvent pas normal qu'on soit derrière eux pour les devoirs m'insupporte! L'échec est devenu la norme, faire de son mieux, c'est louche: il y a forcément un truc pas sain. furieux

Je comprends ton point de vue, mais en ce qui me concerne, je pense exactement le contraire. je souhaiterais avoir plus de temps pour ne pas avoir à rejeter des enfants qui vraisemblablement ont besoin de tout sauf de ça. Je ne suis pas tout à fait d'accord quand tu dis "elle n'avait rien à faire à l'école". Les bénéfices d'une scolarité aussi complète que possible me paraissent d'autant plus nécessaires à des élèves qui n'ont pas reçu la culture nécessaire à une insertion correcte en héritage ("on n'a pas tous les mêmes cartes" : c'est ce que tu dis quand tu opposes "enfants sans histoire" [ou plutôt enfants dont on ne sait pas / ou qui ne savent pas eux-mêmes qu'ils ont une histoire] à "sociopathes"). Que cela nécessite des aménagements, c'est certain. Considérer que les professeurs, ou l'institution, ne doivent avoir qu'un but (à savoir l'excellence d'un certain nombre), c'est ignorer que les professeurs sont eux aussi différents et qu'ils n'ont pas tous les mêmes motivations.


Dernière édition par nicolin le Mer 26 Nov 2014 - 11:39, édité 3 fois
avatar
nicolin
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par JPhMM le Mer 26 Nov 2014 - 10:37

Pour aider les élèves qui, comme elle, n'en peuvent plus de l'école dès 14 ans, l'EN propose de prolonger la scolarité jusqu'à 18 ans.

On avance.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Ronin le Mer 26 Nov 2014 - 10:46

Elle aura bientôt son master 2 comme tout le monde, célégalité.

_________________
avatar
Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par 79 airlines le Mer 26 Nov 2014 - 11:23

le plus urgent c'est d'introduire des cours de communication transactionnelle dès l'école primaire : si Manon ne s'était pas fait traiter de boudin, on n'en serait pas là.
"chaque individu est la somme des messages qu'il a reçus" disait le regretté Albert Jacquard.
Traiter 100 fois une personne de con, ça laisse des traces.
Dire 100 fois "je t'aime" aussi, mais des traces différentes...

79 airlines
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Rendash le Mer 26 Nov 2014 - 13:28

@79 airlines a écrit:
Dire 100 fois "je t'aime" aussi, mais des traces différentes...

Je cherchais une manière élégante de vous faire partager les pensées qui me sont venues à l'esprit en lisant cette phrase.
Je cherche encore.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Iphigénie le Mer 26 Nov 2014 - 13:37

Les bénéfices d'une scolarité aussi complète que possible me paraissent d'autant plus nécessaires à des élèves qui n'ont pas reçu la culture nécessaire à une insertion correcte en héritage
reste à voir si l'acharnement pédagogique a un sens après un certain temps et à partir d'un certain niveau (ou absence de niveau).
Et s'il n'est pas nuisible à l'insertion dans le monde du travail manuel: est-ce qu'après 18 ans d'errance scolaire, de bienveillance en remédiation en passant par l'absentéisme et les parcours divers, on va trouver sa place dans les réalités concrètes d'un chantier ou dans un atelier?
Pour le dire autrement, on a un vrai problème en France avec le mépris du travail manuel.
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Décrochage - Dans l'Obs, Caroline Brizard titre : "Manon, 19 ans : "L'école, c'était une perte de temps".

Message par Rendash le Mer 26 Nov 2014 - 13:40

@Iphigénie a écrit:
Pour le dire autrement, on a un vrai problème en France avec le mépris du travail manuel.

+1.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum