Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Marcel Khrouchtchev Dim 24 Nov 2013, 11:57
Mais je te trouve vraiment généralisateur, c'est ça que je conteste. Si tu relis mes messages, je montre toujours un très grand respect pour les enseignants de CPGE (même si malheureusement, pour des raisons sociales et financières, je n'ai pas pu aller en CPGE).
Je ne comprends pas bien ton acharnement à vouloir comparer les profs de CPGE et les enseignants-chercheurs, qui ne font pas le même métier, n'ont pas les mêmes étudiants, pas les mêmes contraintes et pas les mêmes objectifs.
Ça ne fissure rien du tout chez moi d'ailleurs (ni chez personne j'imagine), je n'ai pas la prétention d'être un enseignant aussi brillant ou dévoué qu'un enseignant de prépa. Je n'en ai ni le talent, ni le temps (encore une fois, donner des TD 2h par semaine devant des groupes de 50, ce n'est pas le même type d'enseignement que faire cours en CPGE, c'est certain).
Je trouve simplement ton discours simpliste, réducteur et inutilement provocateur (mais il va de toute façon dans le sens du vent, il est très facile de critiquer ces fainéants de profs de fac), alors même que cette polémique ne devrait pas avoir lieu d'être.


Dernière édition par Marcel Khrouchtchev le Dim 24 Nov 2013, 11:58, édité 1 fois
avatar
User17706
Bon génie

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par User17706 Dim 24 Nov 2013, 11:58
MUTIS, l'expression «les universitaires toujours imbus de leur supériorité» me fait sourire Smile

J'en ai pourtant connu pas mal, disons 200 ou 300, et je n'en suis pas un. Il m'est arrivé aussi de rencontrer des profs de khâgne, et des profs de lycée (agrégés, certifiés, maître-auxiliaires... ràv avec le diplôme, en fait), qui ne se mouchaient pas du pied. Very Happy
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Lefteris Dim 24 Nov 2013, 12:02
@Philomèle a écrit: N’est-ce tout de même pas hâtif d’établir une hiérarchie et une opposition entre ces deux formes d’enseignement et ces deux pratiques de l’enseignement ? Est-ce que l’on ne serait pas en train de mélanger les pommes et les poires ?
Je crois que la réponse est sans doute dans ta question . Bon, étant un reconverti tardif, surtout autodidacte, je n'ai pas été beaucoup à la fac, à saute-moutons disons, plus pour passer des examens...Et je n'ai jamais mis les pieds dans une classe prépa. Néanmoins je suis bien placé à Paris pour observer de l'extérieur des  différences fondamentales, liées non pas à la qualité des enseignants, mais bien à la structure du type d'études, au profil des élèves sélectionnés, à l'encadrement. Et j'ai un regard neutre, n'appartenant à aucune "chapelle"
Là où j'ai le plus vu d'enseignants en fac finalement, c'est lors des cours de prépa agreg interne, et je peux dire que globalement, j'ai vu des gens passionnés par leur domaine de spécialité, même des puits de science,  faisant découvrir des choses insoupçonnées dans des terrains arides, et ne ménageant pas leur peine , débordant sur les heures pur terminer, tapant des polycopiés , conscients des difficultés des candidats. Ca m'a remis le pied à l'étrier , et même si je l'ai ratée en interne, ça m'a sûrement beaucoup aidé pour l'externe. Evidemment, on peut toujours trouver le cas d'un enseignant qui visiblement est chargé d'un cours qui ne lui plaît pas , fait gratter des pages dont on s'aperçoit ensuite qu'on aurait pu les trouver facilement ailleurs , mais globalement , je les félicite. Je dois dire qu'il m'est même arrivé d'avoir honte par procuration de l'attitude parfois  dénigrante, consommatrice, exigeante , de certains collègues qui n'avaient pas l'air de se rendre compte que beaucoup faisaient tout ce qu'ils pouvaient et même plus.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
Ronin
Ronin
Monarque

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Ronin Dim 24 Nov 2013, 12:10
Ah mais tu ne connais pas les CPC du primaire, j'en ai vu des bien plus prétentieux que n'importe quel prof de fac ou de lycée. Paske tu vois, eux, ils ont le cafipemf, eux ils savent ce qu'est la pédagogie. D'ailleurs, certains vont jusqu'à avoir des connaissances en didactique !!!

Non mais franchement, prof de fac ou de cpge, c'est de la blague comparé à ces doctrinaires innovants, précieuses ridicules de l'intellect. Allez vous rhabiller agrégés, docteurs, et normaliens, le progrès arrive du primaire, tremblez savants poussiéreux qui ne s'intéressent même pas au sort social de leurs étudiants ( propos entendus en 2004 ) les caporaux du primaire sont en route, vers l'infini et au-delà, à travers l'espace-temps du triangle didactique, faisant fi des trous noirs réactionnaires des pseudo-enseignants obscurantistes du supérieur, ils arrivent pour des lendemains enchanteurs !

_________________
Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Keshik11
MUTIS
MUTIS
Expert

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par MUTIS Dim 24 Nov 2013, 12:11
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Mais je te trouve vraiment généralisateur, c'est ça que je conteste. Si tu relis mes messages, je montre toujours un très grand respect pour les enseignants de CPGE (même si malheureusement, pour des raisons sociales et financières, je n'ai pas pu aller en CPGE).
Je ne comprends pas bien ton acharnement à vouloir comparer les profs de CPGE et les enseignants-chercheurs, qui ne font pas le même métier, n'ont pas les mêmes étudiants, pas les mêmes contraintes et pas les mêmes objectifs.
Ça ne fissure rien du tout chez moi d'ailleurs (ni chez personne j'imagine), je n'ai pas la prétention d'être un enseignant aussi brillant ou dévoué qu'un enseignant de prépa. Je n'en ai ni le talent, ni le temps (encore une fois, donner des TD 2h par semaine devant des groupes de 50, ce n'est pas le même type d'enseignement que faire cours en CPGE, c'est certain).
Je trouve simplement ton discours simpliste, réducteur et inutilement provocateur (mais il va de toute façon dans le sens du vent, il est très facile de critiquer ces fainéants de profs de fac), alors même que cette polémique ne devrait pas avoir lieu d'être.
Il est vrai que mon expérience est assez tranchée.. Je veux bien croire que les universitaires sont aujourd'hui différents et que la comparaison n'a plus lieu d'être. Soit.
Ce qui va dans le sens du vent au passage, c'est la critique des profs de CPGE... Et mon premier message sur le fil initial avait pour but d'expliquer le rôle essentiel qu'il ont joué pour moi. Et la dérive personnelle qu'ont entraînée la fac et l'incurie de beaucoup de profs.
Car il faut aussi le mesurer : l'absence d'investissement, le désintérêt des profs et l'anonymat d'un système poussent beaucoup d'étudiants vers la sortie en fac...C'est un système impitoyable.
Relisez le message d'Amaliah : il est tout aussi cruel et sans doute plus suggestif que le mien.
Quant à PauvreYorick, vous avez tendance à retenir un mot pour éviter de réfléchir aux arguments et au fond. Si cela vous amuse, indignez-vous et drapez vous dans votre dignité d'universitaire exemplaire et bafoué... Cela ne m'impressionne pas vraiment, vous l'avez compris.

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)
" Que les dissemblables soient réunis et de leurs différences jaillira la plus belle harmonie ; rien ne se fait sans lutte." Héraclite
Marcel Khrouchtchev
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Marcel Khrouchtchev Dim 24 Nov 2013, 12:16
@MUTIS a écrit:
Ce qui va dans le sens du vent au passage, c'est la critique des profs de CPGE...
Oui, sans doute, mais si tu regardes bien d'où viennent les attaques, c'est rarement des enseignants universitaires. Mais comme il est admis depuis longtemps que ceux-ci sont des fainéants qui ne se préoccupent pas de leurs étudiants, ça ne mange pas de pain de leur en mettre un peu dans la tronche au passage.
Ta remarque à Pauvre Yorick montre bien que tu ne lis même pas les messages: il a précisé ne pas être lui-même universitaire, mais en avoir rencontré des centaines. Mais toi tu as le droit de généraliser à partir de tes souvenirs vieux de 30 ans, lui il n'a pas le droit à partir des gens qu'il a rencontrés ces 10 dernières années.
Bref, vu la qualité de tes "arguments", toi non plus tu n'impressionnes pas tellement.
Ronin
Ronin
Monarque

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Ronin Dim 24 Nov 2013, 12:19
Oui enfin bon, quand on ne s'intéresse pas au sort social des étudiants ...Twisted Evil Razz 

_________________
Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Keshik11
avatar
gilthoniel
Niveau 5

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par gilthoniel Dim 24 Nov 2013, 12:20
@MUTIS a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Mais je te trouve vraiment généralisateur, c'est ça que je conteste. Si tu relis mes messages, je montre toujours un très grand respect pour les enseignants de CPGE (même si malheureusement, pour des raisons sociales et financières, je n'ai pas pu aller en CPGE).
Je ne comprends pas bien ton acharnement à vouloir comparer les profs de CPGE et les enseignants-chercheurs, qui ne font pas le même métier, n'ont pas les mêmes étudiants, pas les mêmes contraintes et pas les mêmes objectifs.
Ça ne fissure rien du tout chez moi d'ailleurs (ni chez personne j'imagine), je n'ai pas la prétention d'être un enseignant aussi brillant ou dévoué qu'un enseignant de prépa. Je n'en ai ni le talent, ni le temps (encore une fois, donner des TD 2h par semaine devant des groupes de 50, ce n'est pas le même type d'enseignement que faire cours en CPGE, c'est certain).
Je trouve simplement ton discours simpliste, réducteur et inutilement provocateur (mais il va de toute façon dans le sens du vent, il est très facile de critiquer ces fainéants de profs de fac), alors même que cette polémique ne devrait pas avoir lieu d'être.
Il est vrai que mon expérience est assez tranchée.. Je veux bien croire que les universitaires sont aujourd'hui différents et que la comparaison n'a plus lieu d'être. Soit.
Ce qui va dans le sens du vent au passage, c'est la critique des profs de CPGE... Et mon premier message sur le fil initial avait pour but d'expliquer le rôle essentiel qu'il ont joué pour moi. Et la dérive personnelle qu'a entraînée la fac et l'incurie de beaucoup de profs.
Car il faut aussi le mesurer : l'absence d'investissement, le désintérêt des profs et l'anonymat d'un système poussent beaucoup d'étudiants vers la sortie en fac...C'est un système impitoyable.
Relisez le message d'Amaliah : il est tout aussi cruel et sans doute plus suggestif que le mien.
Quant à PauvreYorick, vous avez tendance à retenir un mot pour éviter de réfléchir aux arguments et au fond. Si cela vous amuse, indignez-vous et drapez vous dans votre dignité d'universitaire exemplaire et bafoué... Cela ne m'impressionne pas vraiment, vous l'avez compris.  
J'ai fait les deux prépa et fac, mais pas au même niveau, puisque j'ai fait ma prépa en sortie de lycée, et j'ai l'impression que c'était du gavage, on prend des élèves bons au départ et on en fait des bêtes de courses. On leur fait ingurgiter de la connaissance par cargos entiers. Puis j'ai fait une école d'ingénieur (encore un système particulier) et enfin un DEA et une thèse et là, j'étais dans un système où j'ai découvert des choses qui m'ont passionnées, une remise en cause systématique de ma façon de penser. Pour résumer, la prépa à fait de moi un champion et la fac un intellectuel.

Ceci-dit, les deux sont arrivés à deux moments de ma vie, et je ne rejette pas ce qu'a fait de moi la prépa, et je remercie mes profs de prépa.
Marcel Khrouchtchev
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Marcel Khrouchtchev Dim 24 Nov 2013, 12:22
@Ronin a écrit:Oui enfin bon, quand on ne s'intéresse pas au sort social des étudiants ...Twisted Evil Razz 
C'est vraiment le fond du problème. Qui va aujourd'hui en prépa? Ceux qui ont reçu de leur famille le capital culturel suffisant, celui-là même que l'école n'est plus capable de transmettre.
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Philomèle Dim 24 Nov 2013, 12:27
Bonjour,

Encore une fois, le temps me manque ce matin pour réagir en détail (des séances d'agreg à préparer et une brouette de dissertations de mi-semestre à corriger, entre autres choses). Tout ce qui se dit sur ce fil m'intéresse beaucoup.

J'ai ouvert ce fil en reprenant volontairement les termes de la polémique précédente : le pseudo Mutis alimente bien l'opposition qui m'intrigue.
En fait, plus que la mise en opposition des deux types d'enseignants et deux systèmes de formation, c'est la violence à l'encontre de l'enseignement en fac qui me surprend et me déconcerte.

C'est ce que j'aimerais comprendre : qu'est-ce qu'on (sur ce forum, "on" désigne des enseignants passés par ce système de formation, nécessairement, mais cela pourrait aussi être les familles, le public en général, la société) attend d'un professeur à l'université ? Pourquoi de tels reproches, l'expression d'un tel ressentiment (ou frustration, déception, dépit), comme si une attente avait été immensément déçue ?

Qu'est-ce que seraient un bon prof et une bonne formation à l'université ?

Je ne défends ni ma vertu ni celle de mes collègues.
J'essaie sur ce forum de réfléchir à mon boulot et "irl" de faire mon travail de façon à avoir la conscience tranquille. Quand j'ai un étudiant en L1 et que je le revois en master quelques années plus tard, je constate qu'il s'est formé, qu'il s'est transformé, et je me dis qu'on a quand même fait du bon travail, dans un contexte pas toujours facile.
En fait, je n'ai pas d'autre prétention que celle de faire mon métier honnêtement. Je sais que cela peut surprendre si l'on considère que l'intelligence devrait plutôt conduire à s'adapter, privilégier son intérêt personnel, bref à se comporter sans foi ni loi. Je ne prétends pas ruser avec le système. Je me fixe juste pour objectif de ne pas faire perdre de temps aux étudiants qui suivent mes cours, parce que je pense que notre société a besoin de gens bien formés et cultivés. Si les étudiants aiment la littérature et la défendent par la suite dans leur vie, je me dis que, somme toute, j'ai bien fait mon travail (et mes collègues aussi).


Dernière édition par Philomèle le Dim 24 Nov 2013, 12:30, édité 1 fois
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Lefteris Dim 24 Nov 2013, 12:28
@Ronin a écrit:Ah mais tu ne connais pas les CPC du primaire, j'en ai vu des bien plus prétentieux que n'importe quel prof de fac ou de lycée. Paske tu vois, eux, ils ont le cafipemf, eux ils savent ce qu'est la pédagogie. D'ailleurs, certains vont jusqu'à avoir des connaissances en didactique !!!

Non mais franchement, prof de fac ou de cpge, c'est de la blague comparé à ces doctrinaires innovants, précieuses ridicules de l'intellect. Allez vous rhabiller agrégés, docteurs, et normaliens, le progrès arrive du primaire, tremblez savants poussiéreux qui ne s'intéressent même pas au sort social de leurs étudiants ( propos entendus en 2004 ) les caporaux du primaire sont en route, vers l'infini et au-delà, à travers l'espace-temps du triangle didactique, faisant fi des trous noirs réactionnaires des pseudo-enseignants obscurantistes du supérieur, ils arrivent pour des lendemains enchanteurs !
Tu me l'enlèves : le primaire, je ne peux juger, mais j'ai vu des outres gonflées de vent à l'IUFM, dans des stages, "enseignant" des choses du même degré scientifique que la marc de café, les tarots,  ou l'haruspicine. Tandis que dans les amphis ou les cours de prépa donnés par des universitaires , j'ai vu surtout des gens centrés sur une matière maîtrisée et aimée, avec le double souci de faire partager un savoir tout en ne négligeant pas le côté efficacité pour le concours.

Evidemment, on trouvera toujours de manière isolée  un contre-exemple, qui lit un polycopié, ou qui pense faire le spectacle (j'en ai vu un étonnant à un cours, pas d'agreg d'ailleurs)  , mais de là à généraliser.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Philomèle Dim 24 Nov 2013, 12:34
@Ronin a écrit:Ah mais tu ne connais pas les CPC du primaire, j'en ai vu des bien plus prétentieux que n'importe quel prof de fac ou de lycée. Paske tu vois, eux, ils ont le cafipemf, eux ils savent ce qu'est la pédagogie. D'ailleurs, certains vont jusqu'à avoir des connaissances en didactique !!!

Non mais franchement, prof de fac ou de cpge, c'est de la blague comparé à ces doctrinaires innovants, précieuses ridicules de l'intellect. Allez vous rhabiller agrégés, docteurs, et normaliens, le progrès arrive du primaire, tremblez savants poussiéreux qui ne s'intéressent même pas au sort social de leurs étudiants ( propos entendus en 2004 ) les caporaux du primaire sont en route, vers l'infini et au-delà, à travers l'espace-temps du triangle didactique, faisant fi des trous noirs réactionnaires des pseudo-enseignants obscurantistes du supérieur, ils arrivent pour des lendemains enchanteurs !
En effet, je ne connaissais pas les "CPC du primaire" ! Et je ne regrette pas puisque cela nous vaut un magnifique rhabillage pour l'hiver !
Merci pour l'éclat de rire ! yesyes
Marphise
Marphise
Niveau 6

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Marphise Dim 24 Nov 2013, 12:36
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Mais comme il est admis depuis longtemps que ceux-ci sont des fainéants qui ne se préoccupent pas de leurs étudiants, ça ne mange pas de pain de leur en mettre un peu dans la tronche au passage.
C'est un discours que j'entends souvent et que je trouve profondément injuste. Mon expérience est sans doute biaisée, parce que les profs de fac que je connais et que je fréquente sont globalement jeunes, et sont passés par un système de sélection impitoyable ou sont encore précaires. Il n'en reste pas moins que je n'ai jamais rencontré des gens qui bossent autant (et j'ai dans mon entourage de très gros bosseurs, professions libérales, etc.), à tel point que je suis parfois inquiète pour la santé de certains d'entre eux.

Après, les généralisations sur les profs de fac sont exactement les mêmes que celles sur les profs en général: il ne travaillent que leurs heures d'enseignement, ils se fichent de leurs élèves, ils attendent que ça passe, rien que des privilégiés fainéants... Ca ne vous rappelle rien? Je crois qu'il est difficile de mettre dans le même sac, quelle que soit la profession et quel que soit le métier, celui qui est hyper-investi dans son établissement et celui qui attend la quille les doigts de pieds en éventail pour une raison x ou y.
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Lefteris Dim 24 Nov 2013, 12:40
C'est quoi CPC : "Conseillers Pédagogiques ... ? "

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
Ronin
Ronin
Monarque

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Ronin Dim 24 Nov 2013, 12:40
Bon, blague à part, ma modeste contribution. Je n'ai pas fait de prépa. Je n'ai fait qu'une modeste licence en province puis maîtrise à Paris IV ( pour le directeur de recherche). Je n'ai pas grand chose à reprocher à la fac et aux enseignants que j'ai eu, bien au contraire. Je n'ai eu qu'un seul prof, charmant au demeurant, mais véritable fumiste, ne venant pas à ses cours, ne les récupérant pas et s'étonnant que nous soyons en colère.

Pour le reste j'ai eu des enseignants passionnants, j'ai énormément appris, c'est à la fac que je me suis mis à lire sérieusement et à me cultiver ( un peu ) en dépassant les frontières de ma matière. Le système d'avoir peu d'heures de cours, beaucoup d'autonomie et de lectures et recherches personnelles me convenait à la perfection.

Je pense que les étudiants qui se plaignent de la fac sont souvent les gamins qui n'ont pas les bases, ni en connaissances, ni en méthodologie et qui n'auraient jamais dû rentrer dans le supérieur ( je suis pour une sélection minimum ). Il va de soi que dans certaines filières les enseignants récupèrent des mômes vraiment pas au niveau, et qu'ils ne peuvent rien y faire, le problème est à traiter en amont. Cependant, le fait de ne pas être contrôlé, entraîne sans doute quelques abus assez dégeulasses. Le professeur qui ne faisait rien dont j'ai parlé était connu comme le loup blanc était connu de tout le monde, sans que rien ne soit fait, ce qui a le don de mettre en rogne quand même.

_________________
Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Keshik11
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Philomèle Dim 24 Nov 2013, 12:45
Une idée qui n'est pas encore une hypothèse : est-ce que les insatisfactions à l'égard de la fac ne concernent pas surtout les usines du centre de Paris ? J'ai bien lu qu'Amaliah garde un mauvais souvenir de Toulouse, toutefois.
Il y a peut-être une distinction à faire : plus de satisfaction dans les facs de province ?
J'ai bien dit, c'est une idée, à mettre à l'épreuve, donc.

Pourrait-on d'ailleurs croiser avec les prépas ? Je garde un souvenir pour le moins mitigé d'une prépa de province, où la formation m'a paru abrutissante et sclérosante. Est-ce que les prépas épanouissantes ne sont pas plutôt parisiennes ?

Tout cela à prendre avec beaucoup de pincettes.
Ronin
Ronin
Monarque

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Ronin Dim 24 Nov 2013, 12:46
Oui, CPC ce sont les "conseillers pédagogiques de circonscription" adjoints de l'inspecteur dans le primaire. Pour la grande majorité ( j'en connais deux qui sont vraiment très très bien, les autres...) sélectionnés pour leur conformité au dogme de la loi de Jospin de 91, pétris de sciences de l'éduc, ne sachant rien d'autre mais croyant tout savoir, bras armés de l'inspection sur le terrain. Spécialement missionnés pour évangéliser les jeunes PE ou mettre au pas les vieux PE-réactionnaires assez fous pour apprendre quelque chose à leurs élèves. Il va de soi que ces missi dominici de la pédagogie ne portent pas dans leurs cœurs d'obsidienne ceux qui en savent plus qu'eux, ce qui fait quand même un paquet de monde. Leur devise "fort avec les faibles, faibles avec les forts". Leur modèle doctrinale : les commissaires politiques, le GPU, la NKVD et autres amis de la liberté.

C'est dire si les fiéffés réactionnaires poussiéreux, méprisants et savants, donc forcément anti-sociaux du supérieur leur donnent de l'urticaire.

_________________
Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Keshik11
Lefteris
Lefteris
Esprit sacré

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Lefteris Dim 24 Nov 2013, 12:49
@Ronin a écrit:Oui, CPC ce sont les "conseillers pédagogiques de circonscription" adjoints de l'inspecteur dans le primaire. Pour la grande majorité ( j'en connais deux qui sont vraiment très très bien, les autres...) sélectionnés pour leur conformité au dogme de la loi de Jospin de 91, pétris de sciences de l'éduc, ne sachant rien d'autre mais croyant tout savoir, bras armés de l'inspection sur le terrain. Spécialement missionnés pour évangéliser les jeunes PE ou mettre au pas les vieux PE-réactionnaires assez fous pour apprendre quelque chose à leurs élèves. Il va de soi que ces missi dominici de la pédagogie ne portent pas dans leurs cœurs d'obsidienne ceux qui en savent plus qu'eux, ce qui fait quand même un paquet de monde. Leur devise "fort avec les faibles, faibles avec les forts". Leur modèle doctrinale : les commissaires politiques, le GPU, la NKVD et autres amis de la liberté.

C'est dire si les fiéffés réactionnaires poussiéreux, méprisants et savants, donc forcément anti-sociaux du supérieur leur donnent de l'urticaire.
Joli portrait mdr 

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος (Kazantzakis).
trompettemarine
trompettemarine
Vénérable

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par trompettemarine Dim 24 Nov 2013, 12:54
@Philomèle a écrit:Une idée qui n'est pas encore une hypothèse : est-ce que les insatisfactions à l'égard de la fac ne concernent pas surtout les usines du centre de Paris ? J'ai bien lu qu'Amaliah garde un mauvais souvenir de Toulouse, toutefois.
Il y a peut-être une distinction à faire : plus de satisfaction dans les facs de province ?
J'ai bien dit, c'est une idée, à mettre à l'épreuve, donc.

Pourrait-on d'ailleurs croiser avec les prépas ? Je garde un souvenir pour le moins mitigé d'une prépa de province, où la formation m'a paru abrutissante et sclérosante. Est-ce que les prépas épanouissantes ne sont pas plutôt parisiennes ?

Tout cela à prendre avec beaucoup de pincettes.
La prépa en lettres Faidherbe à Lille quand j'y étais était super : j'ai beaucoup appris : des profs de lettres et des langues anciennes hors du commun, j'ai même compris les cours de philo.
A la fac, à mon époque, en latin et surtout en grec : c'était merveilleux : M. Meiller (et son épouse en prépa), M. Rousseau ;M. Judet de La Combe (au CNRS), M. Bollack (Même si, là, je ne comprenais pas tout) : c'était l'île de Phéacie.
J'avoue que je séchais allègrement le français sauf quelques cours (pleins à craquer à cause de l'excellence des cours ; les autres étaient vides pour la raison inverse)
avatar
User17706
Bon génie

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par User17706 Dim 24 Nov 2013, 12:55
@MUTIS a écrit: Quant à PauvreYorick, vous avez tendance à retenir un mot pour éviter de réfléchir aux arguments et au fond. Si cela vous amuse, indignez-vous et drapez vous dans votre dignité d'universitaire exemplaire et bafoué... Cela ne m'impressionne pas vraiment, vous l'avez compris.
Que voulez-vous, je fais ce que je peux. En revanche, si vous lisez ce que j'ai écrit, vous verrez que je ne suis ni universitaire, ni exemplaire, ni bafoué, ni impressionnant. Very Happy

Non, ma remarque visait juste à souligner ce que d'autres ont souligné, c'est-à-dire l'évidence: à savoir que l'expérience personnelle que vous avez pu avoir il y a 30 ans n'équivaut pas à une connaissance exhaustive de la situation actuelle. Maintenant, à vous de voir ce qu'il est pertinent d'appeler «éviter de réfléchir».
Nadejda
Nadejda
Grand sage

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Nadejda Dim 24 Nov 2013, 12:56
@Philomèle a écrit:Une idée qui n'est pas encore une hypothèse : est-ce que les insatisfactions à l'égard de la fac ne concernent pas surtout les usines du centre de Paris ? J'ai bien lu qu'Amaliah garde un mauvais souvenir de Toulouse, toutefois.
Il y a peut-être une distinction à faire : plus de satisfaction dans les facs de province ?
J'ai bien dit, c'est une idée, à mettre à l'épreuve, donc.

Pourrait-on d'ailleurs croiser avec les prépas ? Je garde un souvenir pour le moins mitigé d'une prépa de province, où la formation m'a paru abrutissante et sclérosante. Est-ce que les prépas épanouissantes ne sont pas plutôt parisiennes ?

Tout cela à prendre avec beaucoup de pincettes.
Beaucoup aimé ma licence dans une fac de province (promo à 25-30 étudiants, profs très présents à deux exceptions près, oraux type concours possibles, du temps pour lire). Détesté la prépa parisienne (la grande sur la montagne) : impression d'enchaîner des explications de texte sans jamais rien approfondir, grand ennui en cours de philo (alors que j'adorais mon prof de philo de 1ère année — en province)...
Je ne sais pas si séparer Paris de la province est si pertinent. On trouve aussi des prépas pour tous les niveaux à Paris.
Mais mon expérience ne me fera pas conclure que la fac c'est la paradis et la prépa le bagne qui ne fait que formater les esprits. La prépa peut permettre d'arriver à la fac armé d'une culture générale suffisamment solide et variée pour que l'étudiant puisse approfondir les cours avec efficacité et en autonomie. En master (recherche, à P8), j'ai vu beaucoup d'étudiants perdus parce qu'il leur manquait les repères de base (en philo et en histoire en particulier).
avatar
User17706
Bon génie

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par User17706 Dim 24 Nov 2013, 12:57
@Philomèle a écrit: Est-ce que les prépas épanouissantes ne sont pas plutôt parisiennes ?
Deux ans de prépa à Louis le Grand, très épanouissantes. Ça doit être là que j'ai appris à «éviter de réfléchir», comme dirait MUTIS.

Wink
MrBrightside
MrBrightside
Empereur

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par MrBrightside Dim 24 Nov 2013, 12:57
@Philomèle a écrit:Une idée qui n'est pas encore une hypothèse : est-ce que les insatisfactions à l'égard de la fac ne concernent pas surtout les usines du centre de Paris ? J'ai bien lu qu'Amaliah garde un mauvais souvenir de Toulouse, toutefois.
Il y a peut-être une distinction à faire : plus de satisfaction dans les facs de province ? 1
J'ai bien dit, c'est une idée, à mettre à l'épreuve, donc.

Pourrait-on d'ailleurs croiser avec les prépas ? Je garde un souvenir pour le moins mitigé d'une prépa de province, où la formation m'a paru abrutissante et sclérosante. Est-ce que les prépas épanouissantes ne sont pas plutôt parisiennes ? 2

Tout cela à prendre avec beaucoup de pincettes.
1) Non. J'ai fait ma licence + master dans une petit fac de banlieue.
-J'ai eu un prof de littérature qui, lors du CM, nous résumait l'oeuvre chapitre par chapitre.
-J'ai eu un chargé de TD visiblement thésard qui, en deuxième année de LLCE, nous assommait de son dédain: "Quoi ? Vous ne savez pas ce que c'est que l'ostranénie ? " "Comment, vous ne voyez pas le rapport entre Mort d'un Commis Voyageur et Thésée et le Minotaure ?" (perso, après avoir fait un master sur la pièce, je ne le vois toujours pas Very Happy)
-Je ne parle pas de mon directeur de mémoire qu'il fallait harceler de mail pour obtenir un rdv, et qui nous a laissé partir en soutenance avec des mémoire présentant des problèmes de méthode assez gênants ("Vous n'avez pas suffisamment défini les termes de votre sujet dans l'intro" "Ah, heu, ok, ben en fait le monsieur qu'est assis à côté de vous à lu mon mémoire 4 fois, ça aurait été cool qu'il me le dise à un moment..." )
(A côté de ça, j'ai aussi de bons profs, hein, je ne dis pas...)

2) Le souvenir d'une prépa me paraît un peu léger pour essayer d'en tirer un théorème. Dans la prépa de province ou j'enseigne, nous avons en ECE des classes de moins de 20 élèves. Chaque élève est suivi, mes colleurs sont des collègues du lycée que je croise chaque semaine en salle des profs pour discuter de mes élèves. Je croise souvent mes collègues et nous sommes en contact mail permanent; nous organisons en fin d'année une sortie parisienne pour emmener nos élèves voir une ou deux expos avec mes collègues de culture gé, et mes collègues de maths font même de l'AP. Si ça c'est abrutissant et sclérosant, alors on ne peut pas faire mieux :DCertes, nos élèves n'ont pas les meilleures école malgré tout cela, mais cela vient aussi du fait que, comme beaucoup de prépa hors-grande ville, nous ne sélections quasiment pas du tout et que certains de nos élèves ont des lacunes trop graves dans certaines matières qu'ils ne rattrapent jamais.
Le même encadrement serait-il possible avec 50 élève par classe ?
Nadejda
Nadejda
Grand sage

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Nadejda Dim 24 Nov 2013, 12:59
Mais certaines prépa sont très peuplées : jusqu'à 60 étudiants (l'effectif peut fondre en cours d'année mais pas tant que cela)...


Dernière édition par Nadejda le Dim 24 Nov 2013, 13:04, édité 1 fois
avatar
User17706
Bon génie

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par User17706 Dim 24 Nov 2013, 13:00
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@MUTIS a écrit:
Ce qui va dans le sens du vent au passage, c'est la critique des profs de CPGE...
Ta remarque à Pauvre Yorick montre bien que tu ne lis même pas les messages: il a précisé ne pas être lui-même universitaire, mais en avoir rencontré des centaines. Mais toi tu as le droit de généraliser à partir de tes souvenirs vieux de 30 ans, lui il n'a pas le droit à partir des gens qu'il a rencontrés ces 10 dernières années.
Pas dix, quinze. Oui, MK, mais tu oublies la différence essentielle: c'est qu'il a raison et que j'ai tort. Ça lui donne des droits auxquels je ne peux censément pas prétendre Wink

Zut, me voilà inopinément imbu de mon infériorité!
Philomèle
Philomèle
Niveau 9

Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ? - Page 2 Empty Re: Comparaison des enseignants et formations en fac et en prepa ?

par Philomèle Dim 24 Nov 2013, 13:10
@MrBrightside a écrit:

2) Le souvenir d'une prépa me paraît un peu léger pour essayer d'en tirer un théorème. /.../
Le même encadrement serait-il possible avec 50 élève par classe ?
Oui, je crois que je trolle mon propre fil Embarassed 
Par contre, "de mon temps", au milieu des années 90, on était 45 en khâgne.
Bien sûr, beaucoup d'exercices et corrections impeccables des copies. Excellent formatage. Quand j'ai été admissible, mes principaux enseignants m'ont aussi accueillie une demi-journée pour peaufiner la préparation à l'oral. Par contre, je n'ai pas eu l'impression d'être plus entourée intellectuellement ou, par la suite, suivie dans ma scolarité. En khâgne,je ne cherchais pas spécialement le contact personnel, je dois avouer. À y repenser, à la fin, ma professeur de latin m'a tendue des perches, que je n'ai pas saisies, sans doute parce que je ne me sentais pas à l'aise intellectuellement et humainement.
Je ne cherche pas à généraliser à partir de ma propre expérience. Plutôt de comprendre ce qui se passe, en parallèle ou après, à l'université.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum