[France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Page 17 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par artemis71 le Dim 6 Nov 2016 - 15:26

Non, j'avais envie de dire que le concours produit des lauréats plus ou moins compétents dont certains peuvent s'avérer incompétents.

artemis71
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par frdm le Dim 6 Nov 2016 - 15:27

@artemis71 a écrit:Non, j'avais envie de dire que le concours produit des lauréats plus ou moins compétents dont certains peuvent s'avérer incompétents.

Cela revient au même que de dire que la réussite du concours ne garantit pas la compétence...J'arrête là, parce que cela pollue le fil.


Dernière édition par frdm le Dim 6 Nov 2016 - 15:29, édité 1 fois

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par PauvreYorick le Dim 6 Nov 2016 - 15:28

Peut-être qu'artemis75 s'estime incompétente, frdm professeur

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par frdm le Dim 6 Nov 2016 - 15:30

@PauvreYorick a écrit:Peut-être qu'artemis75 s'estime incompétente, frdm professeur

Et le logicien remet une pièce dans la machine Laughing !

frdm
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Fires of Pompeii le Dim 6 Nov 2016 - 15:31

@artemis71 a écrit:Oui, l'institution décide, mais bon....
Pour réussir un concours, il faut un certain niveau, mais il faut aussi avoir les moyens logistiques pour réussir, c'est-à-dire avoir la possibilité de vivre pendant une année ou plus sans travailler ou en travaillant le moins possible pour préparer le concours ce qui n'est pas possible pour tout le monde dont des personnes à fort potentiel. Ce n'est pas l'institution, qui même si elle vit une crise de recrutement, nourrit les candidats et paient leurs factures pendant qu'ils se préparent. Je pense que cet aspect financier, parmi d'autres facteurs, élimine des personnes qui pourraient être de bons profs ou essayer de l'être. Il faut que la personne décide de se présenter au concours, donc s'auto-évaluer en se disant qu'elle a le niveau et que son projet est réalisable et cette décision de se présenter au concours est souvent nourrie d'encouragements par l'entourage, les profs de fac..... Il faut aussi en grande partie de la "chance" pour réussir en plus des connaissances.
Cela dit, je doute que le niveau de beaucoup de certifiés ou d'agrégés soit le même 10 ans ou plus après leur admission au concours. Par exemple dans ma matière, j'ai déjà croisé des agrégés qui aiment "rouler la mécanique" devant les collègues qui n'ont pas un niveau d'anglais si impressionnant que ça. Et ça m'a toujours un peu étonné aussi dans les bahuts où j'ai enseigné de voir des profs d'EPS au milieu de leur carrière qui n'ont pas du tout ou plus du tout une allure sportive.

Pour la première chose que j'ai mise en gras : non... la "chance", ça se provoque.

Pour la seconde idée, je suis absolument d'accord. Mais le problème ne vient pas du concours lui-même là, mais plutôt du fait que peu d'enseignants ont la volonté de se mettre à jour et de continuer à réfléchir.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Chocolat le Dim 6 Nov 2016 - 15:41

J'ai un peu perdu le fil mais les salaires annoncés (faux, même en brut) et issus des données de l'OCDE me chiffonnent un brin.

Qui a compris le calcul fait pour arriver à 2 246 € brut/mois en début de carrière ? scratch

Qui trouve normal qu'en milieu de carrière le brut/mois soit de 2 540 € et qu'il n'y ait donc que 294 € de différence (en brut !!) en termes de valorisation salariale après une bonne dizaine (quinzaine ?!) d'années d'enseignement ?

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par amour le Dim 6 Nov 2016 - 15:45

@Fires of Pompeii a écrit:
@artemis71 a écrit:Oui, l'institution décide, mais bon....
Pour réussir un concours, il faut un certain niveau, mais il faut aussi avoir les moyens logistiques pour réussir, c'est-à-dire avoir la possibilité de vivre pendant une année ou plus sans travailler ou en travaillant le moins possible pour préparer le concours ce qui n'est pas possible pour tout le monde dont des personnes à fort potentiel. Ce n'est pas l'institution, qui même si elle vit une crise de recrutement, nourrit les candidats et paient leurs factures pendant qu'ils se préparent. Je pense que cet aspect financier, parmi d'autres facteurs, élimine des personnes qui pourraient être de bons profs ou essayer de l'être. Il faut que la personne décide de se présenter au concours, donc s'auto-évaluer en se disant qu'elle a le niveau et que son projet est réalisable et cette décision de se présenter au concours est souvent nourrie d'encouragements par l'entourage, les profs de fac..... Il faut aussi en grande partie de la "chance" pour réussir en plus des connaissances.
Cela dit, je doute que le niveau de beaucoup de certifiés ou d'agrégés soit le même 10 ans ou plus après leur admission au concours. Par exemple dans ma matière, j'ai déjà croisé des agrégés qui aiment "rouler la mécanique" devant les collègues qui n'ont pas un niveau d'anglais si impressionnant que ça. Et ça m'a toujours un peu étonné aussi dans les bahuts où j'ai enseigné de voir des profs d'EPS au milieu de leur carrière qui n'ont pas du tout ou plus du tout une allure sportive.

Pour la première chose que j'ai mise en gras : non... la "chance", ça se provoque.

Pour la seconde idée, je suis absolument d'accord. Mais le problème ne vient pas du concours lui-même là, mais plutôt du fait que peu d'enseignants ont la volonté de se mettre à jour et de continuer à réfléchir.
D'accord sur le début la chance, ça se provoque. Et c'est pareil pour d'autres vocations ou choix de carrière.
Pour le reste,ce que je vois de mes collègues, ce sont des gens qui se forment constamment; et puis ce qui est vrai pour un certifié ou un agrégé en exercice l'est aussi pour un contractuel, un médecin, un coiffeur. Pour les profs d'EPS plus trop sportifs, c'est un peu comme pour l'étudiant désargenté dont tu parles: il y a peut-être des raisons qui font qu'il ne peut pas s'entrainer, quant aux agrégés qui roulent des mécaniques, bof, il y en a aussi qui en ayant assez de devoir répondre au caractère envieux de leurs collègues certifiés, les ignorent ou leur répondent "je ne sais pas", connaissant pourtant la réponse, quand ils se voient interrogés sur un point précis, pour leur donner une petite minute de satisfaction. C'est pire. Mais ça existe.

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par vyneil le Dim 6 Nov 2016 - 15:54

Décidément, avec les comportements dénoncés dans le reportage, on commence à se faire une belle réputation :


vyneil
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Whypee le Dim 6 Nov 2016 - 16:30

@vyneil a écrit:Décidément, avec les comportements dénoncés dans le reportage, on commence à se faire une belle réputation :

Ces jeunes ont passé plus de temps dans la rue que sur le banc d'une classe.

_________________
"Il y a deux types de personnes qui vous diront que vous ne pouvez pas faire une différence dans ce monde : ceux qui ont peur d’essayer et ceux qui ont peur que vous réussissiez."
____Ray Goforth____

Whypee
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par zouz le Dim 6 Nov 2016 - 16:39

Pour illustrer son propos lors d'une formation sur l'évaluation, l'IPR disait que parfois les membres d'un jury attribuaient ces notes au même candidat: 4 / 11 / 16....

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par gauvain31 le Dim 6 Nov 2016 - 16:47

@zouz a écrit:Pour illustrer son propos lors d'une formation sur l'évaluation, l'IPR disait que parfois les membres d'un jury attribuaient ces notes au même candidat: 4 / 11 / 16....  

C'est donc évidemment la fautes des profs, pas celle des IPR qui ont conçu la grille de correction....

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Himpy le Dim 6 Nov 2016 - 16:49

Oui ce sont les aléas d'un concours... C'est pareil pour le nombre de reçus qui dépend aussi du nombre de postes disponibles...
Certaines années être 200ème permet la réussite et d'autres années non... Ce sont aussi les aléas d'un concours...

Himpy
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Leclochard le Dim 6 Nov 2016 - 18:03

@lisette83 a écrit:Pour relativiser le reportage, je pense que, lors des recrutements, toutes les entreprises ne vérifient pas les diplômes et l'entretien d'embauche ne comporte pas de test en mathématiques pour les ingénieurs !
Il faut quand même se dire que ceux qui jouent le recrutement au culot dans l'EN ou ailleurs ne vont pas tenir longtemps, s'ils n'ont pas un minimum de compétences associées au poste.
C'est ce qui est finalement "rassurant" dans ce reportage : les élèves n'ont pas été dupes et le journaliste s'est rendu compte et a rendu compte de la difficulté du métier.

Oui. Il y a quelques années, un type qui n'avait pas les qualifications avait assumé le poste de directeur d'aéroport sans éveiller les soupçons. Il s'est fait licencier car mentir sur ses diplômes ou son expérience est un motif de renvoi.
Dans l'EN, ce n'est pas forcément un problème car on embauche de toute façon des contractuels qui n'ont pas le niveau.


http://www.leparisien.fr/faits-divers/limoges-l-incroyable-parcours-du-faux-directeur-d-aeroport-12-02-2012-1857446.php

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Leclochard le Dim 6 Nov 2016 - 18:13

@Chocolat a écrit:J'ai un peu perdu le fil mais les salaires annoncés (faux, même en brut) et issus des données de l'OCDE me chiffonnent un brin.

Qui a compris le calcul fait pour arriver à 2 246 € brut/mois en début de carrière ? scratch

Qui trouve normal qu'en milieu de carrière le brut/mois soit de 2 540 € et qu'il n'y ait donc que 294 € de différence (en brut !!) en termes de valorisation salariale après une bonne dizaine (quinzaine ?!) d'années d'enseignement ?

Le problème de notre profession, c'est avant tout qu'on démarre très bas et qu'il faut attendre longtemps ou faire un paquet d'hsa pour gagner correctement sa vie.
Je préfèrerais débuter à 3000 euros nets et ne plus être augmenté. Bon, c'est une idée presque révolutionnaire car les gens -ainsi que notre employeur - chérissent cette idée que le salaire progresse.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Ergo le Dim 6 Nov 2016 - 18:23

@Whypee a écrit:
@vyneil a écrit:Décidément, avec les comportements dénoncés dans le reportage, on commence à se faire une belle réputation :

Ces jeunes ont passé plus de temps dans la rue que sur le banc d'une classe.
C'est un détournement...

http://jeunes.npa2009.org/spip.php?article572


_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Jacq le Dim 6 Nov 2016 - 18:26

Le NPA existe encore ?
Heureux d'avoir de ses nouvelles.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Chamil le Dim 6 Nov 2016 - 18:32

@Leclochard a écrit:
@Chocolat a écrit:J'ai un peu perdu le fil mais les salaires annoncés (faux, même en brut) et issus des données de l'OCDE me chiffonnent un brin.

Qui a compris le calcul fait pour arriver à 2 246 € brut/mois en début de carrière ? scratch

Qui trouve normal qu'en milieu de carrière le brut/mois soit de 2 540 € et qu'il n'y ait donc que 294 € de différence (en brut !!) en termes de valorisation salariale après une bonne dizaine (quinzaine ?!) d'années d'enseignement ?

Le problème de notre profession, c'est avant tout qu'on démarre très bas et qu'il faut attendre longtemps ou faire un paquet d'hsa pour gagner correctement sa vie.
Je préfèrerais débuter à 3000 euros nets et ne plus être augmenté. Bon, c'est une idée presque révolutionnaire car les gens -ainsi que notre employeur - chérissent cette idée que le salaire progresse.  

Il me semble que cela a longtemps été le cas des professeurs de conservatoire.

Chamil
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Chamil le Dim 6 Nov 2016 - 18:39

@lisette83 a écrit:Pour relativiser le reportage, je pense que, lors des recrutements, toutes les entreprises ne vérifient pas les diplômes et l'entretien d'embauche ne comporte pas de test en mathématiques pour les ingénieurs !
Il faut quand même se dire que ceux qui jouent le recrutement au culot dans l'EN ou ailleurs ne vont pas tenir longtemps, s'ils n'ont pas un minimum de compétences associées au poste.
C'est ce qui est finalement "rassurant" dans ce reportage : les élèves n'ont pas été dupes et le journaliste s'est rendu compte et a rendu compte de la difficulté du métier.


Certes, la fraude existe partout, mais les pratiques de contrôle dans le secteur privé des diplômes des candidats voire des personnes en poste se sont considérablement durcies, surtout au niveau master. Et un DRH du privé qui ferait preuve d'autant de désinvolture en la matière que l'IPR risque une sanction, voire la porte.

Mais bon, les personnels d'encadrement de l'EN, toujours les premiers à tenir un discours managérial vaguement appris à Poitiers, sont pour le coup bien contents de bénéficier du statut de la FP si "archaïque" quand il s'agit des enseignants.

Chamil
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Lefteris le Dim 6 Nov 2016 - 19:04

@Fires of Pompeii a écrit:s les bahuts où j'ai enseigné de voir des profs d'EPS au milieu de leur carrière qui n'ont pas du tout ou plus du tout une allure sportive.

Pour la première chose que j'ai mise en gras : non... la "chance", ça se provoque.

Pour la seconde idée, je suis absolument d'accord. Mais le problème ne vient pas du concours lui-même là, mais plutôt du fait que peu d'enseignants ont la volonté de se mettre à jour et de continuer à réfléchir.
Effectivement,  la chance joue, mais ce n'est pas la chance du loto, le hasard absolu. C'est entre gens préparés, qui vont se disputer les places au 1/10è de point, et là, le  tirage d'un sujet, la petite différence que peut faire un jury , ça fait la différence.
Quant au niveau, on ne pourra jamais  travailler dans la durée autant que quand on prépare l'agreg par exemple, on perd obligatoirement un peu, mais on reste quand même largement au-dessus de ce qu'on a à enseigner et si vraiment il manque quelque chose, on sait immédiatement où chercher.

En tout cas, le concours, à défaut d'être la meilleure chose, c'est la moins mauvaise : égalité  entre candidats, programmes nationaux, répartition d'enseignants similaires sur le territoire national, et en ce qui concerne l'EN (pas souvent que je lui donne un bon  point) anonymat réel des candidats.
Dans certaines administrations, les "concours" ne portent ce nom que parce qu'il y a concurrence entre candidats, mais le "profil" intervient. Et ça donne des trucs pas jolis-jolis parfois.
Que ceux qui critiquent les concours essayent d'imaginer ce que ça pourra être quand les CDE, assistés de pédagogistes, recruteront des enseignants localement...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par gauvain31 le Dim 6 Nov 2016 - 19:10

Et que dire alors du "concours" pour devenir IPR ???? Le terme de concours y est totalement galvaudé. C'est plus une certification que l'on donne par cooptation, après avoir prouvé que l'on avait la même idéologie

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Chocolat le Dim 6 Nov 2016 - 19:18

@Leclochard a écrit:
@Chocolat a écrit:J'ai un peu perdu le fil mais les salaires annoncés (faux, même en brut) et issus des données de l'OCDE me chiffonnent un brin.

Qui a compris le calcul fait pour arriver à 2 246 € brut/mois en début de carrière ? scratch

Qui trouve normal qu'en milieu de carrière le brut/mois soit de 2 540 € et qu'il n'y ait donc que 294 € de différence (en brut !!) en termes de valorisation salariale après une bonne dizaine (quinzaine ?!) d'années d'enseignement ?

Le problème de notre profession, c'est avant tout qu'on démarre très bas et qu'il faut attendre longtemps ou faire un paquet d'hsa pour gagner correctement sa vie.
Je préfèrerais débuter à 3000 euros nets et ne plus être augmenté. Bon, c'est une idée presque révolutionnaire car les gens -ainsi que notre employeur - chérissent cette idée que le salaire progresse.  

Sauf qu'il progresse très mal et qu'en termes de "perspectives de carrière", quelqu'un qui souhaite choisir ce métier risque d'être très vite découragé...

Aujourd'hui, en France, si on choisit le métier d'enseignant dans le second degré, on démarre mal et on avance peu, ce qui n'est pas vraiment engageant, donc il faut vraiment avoir en tête que sans vocation et sans foi, ce n'est pas la peine de faire ce genre de choix.

Perso, j'aurais préféré débuter à 2 000 euros nets, gagner 2 500 au bout de 10 ans, 3 000 au bout de 20 ans et 3 500 au bout de 30 ans.
Cela ne me paraît ni déplacé ni déraisonnable ni impossible à faire.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par Lefteris le Dim 6 Nov 2016 - 19:22

@gauvain31 a écrit:Et que dire alors du "concours" pour devenir IPR ???? La le terme de concours est totalement galvaudé. C'est plus une certification que l'on donne par cooptation, après avoir prouvé que l'on avait la même idéologie
Exactement. J'ai reçu plusieurs fois les mails académiques dans ma boîte, et je ne vois même pas la différence fondamentale entre le concours et l'intégration sur dossier : dans les deux cas ce n'est pas anonyme, il faut se vendre, raconter sa vie, exposer sa motivation... (Qu'on se rassure, je ne cherche pas à devenir IPR...).
En fait, je crois que surtout maintenant, où il faut participer à la déglingue de sa propre discpline, il ne faut pas avoir d'idéologie. Il faut avoir le comportement de ces coqs métalliques qu'on voit encore sur certaines bâtisses.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par gauvain31 le Dim 6 Nov 2016 - 19:34

Avec la réforme du collège, le métier d'IPR s'est totalement décrédibilisé puisqu'il fallait défendre l'indéfendable à savoir une réforme budgétaire qui s'appuie sur le réforme du lycée et dont on a pas eu le bilan. Qui voudra, après tout ça, devenir IPR ?

Les impétrants mériteraient une analyse psychologique, en tout cas moi je rêverais d'étudier le cerveau d'un IPR pour voir jusqu'à quel point il est formaté et la dose de souffrance qu'il engendre. Quand on est IPR on est finalement relativement seul. Un IPR de LSF m'a raconté comment lors d'une réunion d'IPR aucun n'était capable d'entendre l'autre chacun parlait à l'autre mais sans s'écouter réellement.

Je pense sincèrement que le métier d'IPR comme celui de CDE peut rendre fou si vous avez des onces de morale et d'orgueil dans votre âme

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par vyneil le Dim 6 Nov 2016 - 19:34

@gauvain31 a écrit:Et que dire alors du "concours" pour devenir IPR ???? Le terme de concours y est totalement galvaudé. C'est plus une certification que l'on donne par cooptation, après avoir prouvé que l'on avait la même idéologie
Vrai. Et l'idéologie en question est insufflée par des personnalités étriquées, sectaires (Philippe MEIRIEU, Florence ROBINE).

@gauvain31 a écrit:Je pense sincèrement que le métier d'IPR comme celui de CDE peut rendre fou si vous avez des onces de morale et d'orgueil dans votre âme
Les CDE ne sont pas éloignés de la réalité. Ils n'ont simplement pas les mêmes priorités que les enseignants.


Dernière édition par vyneil le Dim 6 Nov 2016 - 19:40, édité 1 fois

vyneil
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par gauvain31 le Dim 6 Nov 2016 - 19:45

@vyneil a écrit:
@gauvain31 a écrit:Et que dire alors du "concours" pour devenir IPR ???? Le terme de concours y est totalement galvaudé. C'est plus une certification que l'on donne par cooptation, après avoir prouvé que l'on avait la même idéologie
Vrai. Et l'idéologie en question est insufflée par des personnalités étriquées, sectaires (Philippe MEIRIEU, Florence ROBINE).

@gauvain31 a écrit:Je pense sincèrement que le métier d'IPR comme celui de CDE peut rendre fou si vous avez des onces de morale et d'orgueil dans votre âme
Les CDE ne sont pas éloignés de la réalité. Ils n'ont simplement pas les mêmes priorités que les enseignants.

Je dirais qu'ils n'ont pas les mêmes intérêts....

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [France 2 Envoyé spécial] Ma vie de prof. Comment l'éducation nationale recrute-t-elle ?

Message par ZeSandman le Dim 6 Nov 2016 - 19:57

@Lefteris a écrit:
En fait, je crois que surtout maintenant, où il faut participer à la déglingue de sa propre discpline, il ne faut pas avoir d'idéologie. Il faut avoir le comportement de ces coqs métalliques qu'on voit encore sur certaines bâtisses.

C'est tellement vrai.
Pour illustrer cet état de fait : lors de la visite de mon IPR au milieu du mois de Juin dernier, il a entamé l'entretien ainsi :
"Je vous avais inspecté il y a huit ans, cela s'était même plutôt bien passé.
Maintenant ce que l'on préconisait il y a huit ans n'est plus ce que l'on préconise aujourd'hui" Rolling Eyes

Si je n'avais pas été en aussi petite forme ce jour là, après une année difficile à constater le manque de solidarité ou l'indifférence de mes collègues face aux dégâts occasionnés par la réforme, lâché par mon CDE face à une mère d'élève aussi stupide et imbuvable que sa progéniture, et à peine remis d'une nuit blanche 24 heures plus tôt pour la naissance de ma fille, je lui aurais sûrement demandé quelle pouvait être la date de péremption des conseils qu'il était en train de me prodiguer.
Je me suis contenté de laisser mon esprit s'élever au-dessus mon corps jusqu'à la fin de cette comédie.

_________________
Ce sont les rêves qui donnent au monde sa forme.

ZeSandman
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum