Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Himpy le Dim 18 Déc 2016 - 19:10

Je suis d'accord avec Dimka.
Et puis pourquoi est-ce un problème que certains fassent différemment, pour des raisons de santé ou non d'ailleurs...
Être parent c'est faire des choix pour ses enfants, pour certains c'est de ne pas les mettre à l'école, pour d'autres c'est leur faire faire des heures et des heures de solfège, pour d'autres encore c'est un max de sport... bref, des situations variées qui font des adultes différents, qui composeront une société avec leurs différences.
Perso, dans ma vie d'adulte, je trouve la différence des uns et des autres enrichissante, c'est ce qui permet d'avancer, de réfléchir, bref d'évoluer...

Himpy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Thalia de G le Dim 18 Déc 2016 - 19:21

Il ne s'agit pas d'un énième débat sur la désco, mais bien du problème d'enseignants qui ont choisi une autre voie par défiance envers l'institution pour laquelle ils travaillent.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
Et l'été un goût de cendres.
Amer automne.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Elaïna le Dim 18 Déc 2016 - 19:58

Thalia de G a écrit:Il ne s'agit pas d'un énième débat sur la désco, mais bien du problème d'enseignants qui ont choisi une autre voie par défiance envers l'institution pour laquelle ils travaillent.

eh bien justement, je trouve étrange de lire des discours aussi défiants de professeurs vis-à-vis de l'institution en général. Lire des affirmations du style "mes enfants apprennent ceci ou cela que l'école serait totalement incapable de leur apprendre" sachant qu'on parle non pas de la lecture à 5 ans, mais de la grammaire à 4 (ce qui me paraît un attendu un peu délirant), c'est un peu saumâtre. Et pas très sympa vis à vis des PE dont on sous-entend qu'elles ne font rien. Comme l'a dit Roxanne, tous les établissements ne sont pas des zones de non-droit avec des profs totalement aux fraises.
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Philomène87 le Dim 18 Déc 2016 - 20:10

Elaïna a écrit:
Thalia de G a écrit:Il ne s'agit pas d'un énième débat sur la désco, mais bien du problème d'enseignants qui ont choisi une autre voie par défiance envers l'institution pour laquelle ils travaillent.

eh bien justement, je trouve étrange de lire des discours aussi défiants de professeurs vis-à-vis de l'institution en général. Lire des affirmations du style "mes enfants apprennent ceci ou cela que l'école serait totalement incapable de leur apprendre" sachant qu'on parle non pas de la lecture à 5 ans, mais de la grammaire à 4 (ce qui me paraît un attendu un peu délirant), c'est un peu saumâtre. Et pas très sympa vis à vis des PE dont on sous-entend qu'elles ne font rien. Comme l'a dit Roxanne, tous les établissements ne sont pas des zones de non-droit avec des profs totalement aux fraises.

Oui enfin chacun fait bien ce qu'il veut / pense ce qu'il veut des programmes et de leur pertinence. Personne ne détient la vérité absolue quant à ce qu'il faut faire pour l'éducation des enfants. Ceux qui n'aiment pas l'institution scolaire telle qu'elle est, en ont le droit, ainsi que ceux qui trouvent que le niveau est trop bas pour ce que leurs enfants sont capables d'apprendre.
Nous ne connaissons pas les filles d'Hirondelle, ni leur profil, peut-être sont-elles précoces ? Je pense bien que cette décision n'a pas été prise à la légère, et franchement, si chacun pouvait commencer par s'occuper de ses affaires...
avatar
Philomène87
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par anndreina le Dim 18 Déc 2016 - 20:12

Je suis d'accord avec Himpy. Chaque parent prend les décisions qui lui semblent les meilleures pour ses enfants, qu'on les partage ou pas. Accordons-nous ce crédit. Il n'y a pas une façon de bien faire, et heureusement.

anndreina
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Elaïna le Dim 18 Déc 2016 - 20:16

Encore une fois je ne JUGE PAS ce que FONT les parents. Et je suis la première à dire que je pourrais moi aussi faire ce choix pour mes enfants. En revanche je trouve dommage de le faire en expliquant grosso modo qu'on y a été obligé parce que le corps enseignant est truffé d'andouilles.

_________________
Toutes mes excuses : je n'ai plus de point sur mon clavier, je ponctue donc avec les moyens du bord !
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Dim 18 Déc 2016 - 20:16

Philomène87 a écrit:
Elaïna a écrit:
Thalia de G a écrit:Il ne s'agit pas d'un énième débat sur la désco, mais bien du problème d'enseignants qui ont choisi une autre voie par défiance envers l'institution pour laquelle ils travaillent.

eh bien justement, je trouve étrange de lire des discours aussi défiants de professeurs vis-à-vis de l'institution en général. Lire des affirmations du style "mes enfants apprennent ceci ou cela que l'école serait totalement incapable de leur apprendre" sachant qu'on parle non pas de la lecture à 5 ans, mais de la grammaire à 4 (ce qui me paraît un attendu un peu délirant), c'est un peu saumâtre. Et pas très sympa vis à vis des PE dont on sous-entend qu'elles ne font rien. Comme l'a dit Roxanne, tous les établissements ne sont pas des zones de non-droit avec des profs totalement aux fraises.

Oui enfin chacun fait bien ce qu'il veut / pense ce qu'il veut des programmes et de leur pertinence. Personne ne détient la vérité absolue quant à ce qu'il faut faire pour l'éducation des enfants. Ceux qui n'aiment pas l'institution scolaire telle qu'elle est, en ont le droit, ainsi que ceux qui trouvent que le niveau est trop bas pour ce que leurs enfants sont capables d'apprendre.
Nous ne connaissons pas les filles d'Hirondelle, ni leur profil, peut-être sont-elles précoces ? Je pense bien que cette décision n'a pas été prise à la légère, et franchement, si chacun pouvait commencer par s'occuper de ses affaires...
Et ben, on ferme le forum à ce moment-là. Quelqu'un donne son avis, à partir de son expérience, on débat dessus sans agressivité(jusque-là du moins). Bref, principe d'un forum.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par anndreina le Dim 18 Déc 2016 - 20:17

Elaïna a écrit:je trouve dommage de le faire en expliquant grosso modo qu'on y a été obligé parce que le corps enseignant est truffé d'andouilles.

Là, je suis d'accord!

anndreina
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Dim 18 Déc 2016 - 20:20

anndreina a écrit:Je suis d'accord avec Himpy. Chaque parent prend les décisions qui lui semblent les meilleures pour ses enfants, qu'on les partage ou pas. Accordons-nous ce crédit. Il n'y a pas une façon de bien faire, et heureusement.
Oui sauf qu'enseigner c'est un métier. Et être PE ou enseigner UNE matière ne nous rend pas forcément compétents pour enseigner toutes les matières à tout niveau. Et puis avons-nous le recul qu'il faut avec nos propres enfants? C'est un peu comme si un ORL par exemple décidait de soigner tous les maux de sa famille y compris la gynécologie ou l'orthophonie parce qu'il "fait ce qu'il veut avec ses enfants" et qu'après tout il est du milieu. Et puis que de toute façon, tous les autres médecins sont des nuls.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Ponocrates le Dim 18 Déc 2016 - 20:29

Elaïna a écrit:
Thalia de G a écrit:Il ne s'agit pas d'un énième débat sur la désco, mais bien du problème d'enseignants qui ont choisi une autre voie par défiance envers l'institution pour laquelle ils travaillent.

eh bien justement, je trouve étrange de lire des discours aussi défiants de professeurs vis-à-vis de l'institution en général. Lire des affirmations du style "mes enfants apprennent ceci ou cela que l'école serait totalement incapable de leur apprendre" sachant qu'on parle non pas de la lecture à 5 ans, mais de la grammaire à 4 (ce qui me paraît un attendu un peu délirant), c'est un peu saumâtre. Et pas très sympa vis à vis des PE dont on sous-entend qu'elles ne font rien. Comme l'a dit Roxanne, tous les établissements ne sont pas des zones de non-droit avec des profs totalement aux fraises.
Avez-vous lu les nouveaux programmes de maternelle, de primaire ? Savez-vous quelle régression ils constituent par rapport à ce qui se pratiquait il y a dix, vingt, trente ans ? Le problème n'est pas que les enseignants ne soient pas bons, le problème est qu'ils doivent se battre pour apprendre les fondamentaux parce que, selon l'institution, les inspecteurs, les "experts" qui pondent les programmes, il est élitiste de vouloir faire apprendre au-delà de 3 en petite section..
Or,pour le peu que j'en sais, pour les jeunes enfants il y a des fenêtres d'apprentissage, des moments où il est possible de leur faire apprendre beaucoup de choses sur un sujet parce que cela les passionne. Alors si pour l'un l'entrée dans la lecture peut se faire à 5 ans -ou à 4 ou à 3- je trouve dommage qu'on ne l'y aide pas, qu'on ne nourrisse pas son intérêt, sous prétexte que c'est plus tôt que la norme - ou plus tard. Mais il y aussi des enfants pour qui ces fenêtre se déroulent à d'autres moments ou qui ont un handicap. Que fait-on d'un enfant qui sait lire à cinq ans, qui sait compter, faire des additions mais qui souffre de dyspraxie et a une écriture de cochon, quasi illisible ? On le garde en grande section pour qu'il travaille la motricité et les "compétences sociales" ? On l'envoie en Cp avec un clavier qu'il maîtrise pour qu'il poursuive les apprentissages académiques et ne reviennent pas tous les soirs en disant qu'il n'a rien appris de nouveau et en assez de l'école? Quand on a un enfant de ce type - avec des domaines de maîtrise en décalage avec l'âge, dans un sens comme dans l'autre, quand on sait que nos collègues auront bien du mal à le prendre en charge -parce que 30 pai c'est juste impossible- et que l'on a les moyens de faire autrement - ou que l'on décide de se les donner- je ne vois pas de quel droit certains viendraient faire la morale en pleurant sur les verts paradis des amours enfantines ou la nécessité de sacrifier ses enfants au nom de la très sainte mixité sociale, en accusant lesdits parents de voler leur enfance à leurs enfants.
Ah, au fait, je ne prêche pas pour ma paroisse en écrivant tout cela, parce que même si j'ai pensé à la scolarisation à la maison "avant", j'ai bien vite compris que je tournerais chèvre et transformerais ma marmaille en névrosés, précisément parce que dès la crèche on voit si un enfant se sent bien en collectivité ou non et que dans l'affirmative et sans le décalage dont je parlais plus haut, le besoin de la désco ne se fait pas sentir, non parce que l'école formerait à la vie en société, mais parce qu'elle est une vie en société qui apporte à beaucoup le plaisir d'échanger avec des pairs. Mais je sais aussi que si nous voulons que nos enfants bénéficient d'une aussi bonne éducation que celle que nous avons reçue à l'école, nous allons avoir double travail par rapport à nos parents...

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Ponocrates
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Verdurette le Dim 18 Déc 2016 - 20:39

+ 1000

Au risque de prendre des tomates, regrouper les élèves par niveau et non par âge était la seule bonne chose de la réforme de 1995 instaurant les cycles ... et la seule qui n'a jamais été appliquée.
Aujourd'hui, plus que jamais on raisonne en terme d'âge à l'état civil , de la façon la plus psychorigide et contre-productive qui soit.

Je ne pense pas qu'il faille interpréter le choix des professeurs faisant l'objet de ce fil,  ceux qui déscolarisent leurs enfant (ou les mettent dans le privé, comme moi) comme un désaveu de leurs collègues, PE ou professeurs du secondaire, qui seraient des incapables, des fraises ou des andouilles. C'est un désaveu d'un système que nous sommes nombreux, ici même, à critiquer. or, nous ne nous critiquons pas les uns les autres, nous critiquons des choses que nous faisons parfois, à notre corps défendant, car la rébellion a des limites dues à notre statut.

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par PabloPE le Dim 18 Déc 2016 - 21:21

Verdurette a écrit:+ 1000

Au risque de prendre des tomates, regrouper les élèves par niveau et non par âge était la seule bonne chose de la réforme de 1995 instaurant les cycles ... et la seule qui n'a jamais été appliquée.
Aujourd'hui, plus que jamais on raisonne en terme d'âge à l'état civil , de la façon la plus psychorigide et contre-productive qui soit.

Je ne pense pas qu'il faille interpréter le choix des professeurs faisant l'objet de ce fil,  ceux qui déscolarisent leurs enfant (ou les mettent dans le privé, comme moi) comme un désaveu de leurs collègues, PE ou professeurs du secondaire, qui seraient des incapables, des fraises ou des andouilles. C'est un désaveu d'un système que nous sommes nombreux, ici même, à critiquer. or, nous ne nous critiquons pas les uns les autres, nous critiquons des choses que nous faisons parfois, à notre corps défendant, car la rébellion a des limites dues à notre statut.
Je pense exactement l'inverse... c'est le jour où on a décidé que l'enfant avait jusqu'à la fin du CE1 pour apprendre à lire qu'on a commencé à se tirer une balle dans le pied. Parce que arrêtons de nous mentir, l'enfant qui ne sait pas lire à la fin du CP va bien galérer par la suite. Alors qu'en redoublant il pouvait partir sur des bases plus saines.

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."
avatar
PabloPE
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par almuixe le Dim 18 Déc 2016 - 21:29

Pour les enfants d'hirondelle, elles suivent le programme de CP à 5 ans si j'ai bien compris ce qui leur ferait 2 ans d'avance. C'est rare, mais pas choquant en soi.

Et il ne faut pas oublier que le système du préceptorat est beaucoup plus efficace que le système de l'enseignement de groupe, il est donc logique que ses filles progressent vite.

almuixe
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par virgere le Dim 18 Déc 2016 - 22:03

PabloPE a écrit:
Verdurette a écrit:+ 1000

Au risque de prendre des tomates, regrouper les élèves par niveau et non par âge était la seule bonne chose de la réforme de 1995 instaurant les cycles ... et la seule qui n'a jamais été appliquée.
Aujourd'hui, plus que jamais on raisonne en terme d'âge à l'état civil , de la façon la plus psychorigide et contre-productive qui soit.

Je ne pense pas qu'il faille interpréter le choix des professeurs faisant l'objet de ce fil,  ceux qui déscolarisent leurs enfant (ou les mettent dans le privé, comme moi) comme un désaveu de leurs collègues, PE ou professeurs du secondaire, qui seraient des incapables, des fraises ou des andouilles. C'est un désaveu d'un système que nous sommes nombreux, ici même, à critiquer. or, nous ne nous critiquons pas les uns les autres, nous critiquons des choses que nous faisons parfois, à notre corps défendant, car la rébellion a des limites dues à notre statut.
Je pense exactement l'inverse... c'est le jour où on a décidé que l'enfant avait jusqu'à la fin du CE1 pour apprendre à lire qu'on a commencé à se tirer une balle dans le pied. Parce que arrêtons de nous mentir, l'enfant qui ne sait pas lire à la fin du CP va bien galérer par la suite. Alors qu'en redoublant il pouvait partir sur des bases plus saines.
Regrouper par âge, ce n'est pas interdire le redoublement. Je suis d'accord avec Verdurette, en ce sens que les cycles, avec des moyens conséquents et suffisants, auraient permis que l'on s'intéresse au niveau de l'enfant : le tel aurait eu 5 ans, tel autre 6 ou 7, mais tous auraient eu un niveau à peu près équivalents en lecture et à ce titre auraient pu être regroupés dans une classe.
La fin du redoublement dont tu parles, c'est l'inverse : tu as 6 ans, donc tu vas en CP, que tu sois au niveau ou au-dessus ou au-dessous, c'est pareil. De la même manière que quand on accueille, chez nous, un allophone, on ne regarde que son âge. 14 ans ? Très bien, tu vas en 3e, peu importe que tu ne comprennes rien.

_________________
" Ich weiß nicht, was soll es bedeuten, / Daß ich so traurig* bin..."

(* und müde, so müde... Sterbensmüde könnte ich sagen...)

"Together we stand, divided we fall*"

(* and so we fell down, so down...)
avatar
virgere
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par the educator le Dim 18 Déc 2016 - 23:40

Oui sauf qu'enseigner c'est un métier. Et être PE ou enseigner UNE matière ne nous rend pas forcément compétents pour enseigner toutes les matières à tout niveau.
Enseigner dans un système "industriel", oui, c'est un véritable métier. Sauf que l'enseignement  n'est pas la seule situation possible d'apprentissage pour un enfant. Et que transmettre à quelques enfants que l'on connait bien est une situation dramatiquement différentes d'enseigner à 25/35 (multiplié par le nombre de classes) gamins qu'on voit entre 1 et 6 heures par semaine. Alors ça demande un véritable investissement de la part du parent, des connaissances, et l'envie d'en acquérir encore, et c'est loin d’être le cas de tous les adultes, professeurs compris, mais ce n'est pas vraiment comparable avec le "métier" d'enseignant.
En revanche, être enseignant, c'est aussi avoir une vision claire de ces conditions "industrielles" d'apprentissage, bien plus lucide que pour les autres parents qui regardent le spectacle de l’extérieur. ça peut motiver à vouloir essayer autre chose, même en considérant (idéalement) qu'on fait au mieux notre boulot d'école.


Quant au financement, vu ce que coute une scolarité obligatoire (de tête 130000€ par élève), si on faisait le chèque aux parents, en échange de résultats contrôlés dans les règles, bien sur, on simplifierait définitivement le problème.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Hirondelle78 le Lun 19 Déc 2016 - 0:22

Bonsoir à tous,

Mon message de cet après-midi a, semble-t-il, clarifié certains points, ce dont je me réjouis. En particulier, comme l'a observé l'un d'entre vous, mes filles tournent avec deux ans d'avance. Ce n'est pas exceptionnel...

Je précise aussi un point. Elles sont en EAD (l'établissement propose un cursus présentiel que je n'ai pas les moyens de payer) et c'est l'équipe pédagogique, et elle seule, qui a souhaité cette évolution. Je ne l'ai pas sollicitée et j'ai considéré que les PE de mes filles étaient mieux placées que moi pour préconiser, à deux reprises, un système "deux années en une". Si l'équipe pédagogique devait décider de préconiser cela à nouveau, je les suivrais. Et idem s'il était décidé d'un redoublement.

Je souhaiterais répondre à Verdurette. Je ne me moque de personne et surtout pas des enseignants. Si mes filles sont aptes à faire des dictées d'une page de cahier petit format, cela ne porte préjudice à personne. Quant aux notions de grammaire qu'elles étudient, c'est dans le programme fixé par l'établissement.

Je souscris à ce que souligne Verdurette au sujet des cycles. La mise en place de groupes de niveau aurait peut-être permis aux (très) bons élèves de progresser harmonieusement sans léser les élèves moins avancés.

En aucun cas, je le répète, je n'ai voulu faire preuve de défiance envers les enseignants. J'enseigne depuis septembre 2000, je ne connais que trop les difficultés du métier.

En revanche, oui, j'éprouve une sincère défiance vis-à-vis de l'EN.

Je suis pour le moins dubitative quant à l'évolution des programmes dans l'enseignement primaire, notamment quant au moment où la lecture doit avoir été acquise.

Je suis atterrée par l'indigence des programmes du secondaire, par la mort du latin et du grec. J'ai étudié les deux et j'ai le toupet de vouloir que mes filles aient cette chance - et actuellement l'école de la République ne le leur permet pas. Je ne crois pas à l'évaluation par compétences, j'en vois les ravages chez mes étudiants. Je suis hostile au travail en groupe, là encore pour voir tous les jours les dégâts chez mes étudiants. Je pratique l'interdisciplinarité : j'ai soutenu, à un an d'intervalle, deux thèses, dans deux disciplines différentes en menant deux cursus en parallèle. Je fais une HDR dans une troisième discipline. Autant dire que je sais ce que c'est. Et que, pour être correctement pratiquée, l'interdisciplinarité ne fait sens que très tard dans le cursus, concrètement à l'entrée en doctorat. Avant, c'est de l'imposture.

En disant cela, ai-je mis en cause l'un d'entre vous ? Qui ? Les enseignants de LC voués à voir disparaître leur matière ? Les professeurs de mathématiques qui s'épouvantent que leurs élèves ne sachent rien démontrer ?

Je mets en cause un système qui fait de nous les baby-sitters gratuites des familles et qui transforme l'école en garderie comme plusieurs d'entre vous l'ont, à juste titre, déploré sur d'autres fils.

Oui, ce choix est tout sauf celui de la facilité. Enseigner à de jeunes enfants mobilise d'autres compétences pédagogiques que d'enseigner à des M2. Je n'ai pas la prétention de pouvoir tout leur apprendre, mais d'assurer leur suivi jusqu'à la fin du primaire, ça oui.

Je leur volerais leur enfance, pour certains. Rien de moins ? Diantre ! Elles vous remercient sûrement, mais, voyez-vous, elles ne semblent pas particulièrement affectées par cette spoliation. Au demeurant, et plus sérieusement, si je devais leur en rendre raison, je le ferai le moment venu. Cela me sera sûrement difficile, mais beaucoup moins que si je devais justifier un choix fait par facilité ou par conformisme, pour m'acheter une sorte de tranquillité sociale - et en faisant passer leur intérêt au second plan.

Bonne soirée.

Hirondelle78
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Bouboule le Lun 19 Déc 2016 - 0:29

Merci Hirondelle pour ton témoignage (qui me semble plus séduisant que ceux de l'article).

Bouboule
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Dimka le Lun 19 Déc 2016 - 2:28

Bouboule a écrit:Moi, je me demande s'il n'y a pas une petite contradiction à venir sur un forum comme celui-ci reprocher à des intervenants de donner des exemples personnels.
Je n’ai pas dû être assez clair par rapport à ce que je ressentais. Dans l’absolu, en soi, je ne suis pas contre les exemples personnels. Là, ce qui m’a gêné, c’est l’utilisation qui en est faite, le fait de considérer ces exemples comme généralisables car représentatifs. En fait, j’ai trouvé les discours sur les enfants qui sont instruits hors du système scolaire traditionnel extrêmement préjugeants, injustes, et de ce fait blessants.

À la limite, je te trouve trois élèves formatés Furina et je t’en sors un discours général à charge sur l’école en France, on verra si ce n’est pas limite blessant, tant pour les profs que pour les élèves dans leur ensemble.

Je trouve en particulier que ce n’est pas hyper rigoureux de tirer des conclusions générales sur un système éducatif à partir des élèves que l’on voit en soutien scolaire. J’ai eu des élèves du système traditionnel en soutien scolaire, et ce n’étaient pas des flèches. Ben oui, c’est précisément pour cela qu’ils avaient du soutien scolaire, donc je vais éviter de dire que le système traditionnel ne produit que des individus sur ce modèle.

Les exemples particuliers sont intéressants dans ce qu’ils prouvent : par exemple, si on prouve qu’un enfant *peut* apprendre ou se planter dans telles ou telles conditions. Par contre, les exemples particuliers ne permettent pas de tirer des conclusions générales, parce qu’en accumulant les exemples particuliers, on arrivera juste à dire que des gens se plantent à l’école traditionnelle, des gens se plantent hors de l’école traditionnelle, certains réussissent à l’école traditionnelle, d’autres réussissent hors de l’école traditionnelle. Et après ?

Dans le débat sur la vaisselle à la main et au lave-vaisselle… Je connais un gars qui s’est planté un couteau dans la main en faisant la vaisselle, je ne vais pas en conclure que la vaisselle est une activité fondamentalement dangereuse et nocive. Et c’est pas que tu connais un gars qui a eu une illumination mathématique en faisant sa vaisselle que ça va te permettre de conclure que faire la vaisselle est une activité fondamentalement intellectuelle et propice aux découvertes mathématiques.

Voledia a écrit:
Dimka a écrit:
Philomène87 a écrit:Dimka, pour ta dernière remarque, je serais plus réservée : l'école apprend des règles indispensables à la vie adulte (arriver à l'heure, faire le travail qu'on nous demande, etc).
Mais cela, d’une part tu peux l’apprendre ailleurs (dans une association, en ayant RDV avec un ami, ou un RDV tout court, etc.), d’autre part, si c’est vraiment problématique, les gens peuvent se forger une vie où ça ne sera pas utile. Je veux dire : si t’as le caractère pour être berger, tu deviens berger, pas employé du tertiaire enfermé dans un bureau open-space et un emploi du temps strictement contrôlé par une horloge et une pointeuse, toute la journée, toute l’année, toute la vie.
Vraie et honnête question : combien de parents prendront cette initiative, s'ils ne scolarisent pas leurs enfants ? Surtout qu'il faut en avoir des assos à proximité (se faire des amis, faut généralement avoir un contexte social avant, dans la plupart des cas)... C'est pas le cas partout (je pense aux campagnes).
Des tas de gens font faire des activités extra-scolaires à leurs gamins scolarisés. J’ai tendance à penser que les gens qui décident de ne pas scolariser leur enfant le font en général dans une démarche réfléchie, parce que quand on n’a pas envie de se casser la tête à réfléchir, on prend la solution par défaut. Donc j’aurais tendance à penser qu’il n’y a pas de raison de préjuger que les parents d’enfants instruits chez eux ne font pas l’effort de les sortir et de leur proposer des activités.

Par ailleurs, tout cela, c’est du discours sur du vide : ce que je pense/suppose/sais à partir d’un exemple, on s’en fiche.

Si on considère que seule l’école peut apprendre à arriver à l’heure et à faire un travail demandé, et donc que les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école sont de gros irresponsables qui fabriquent des inadaptés sociaux, OK : il faut juste prouver que les adultes qui ont été, durant l’enfance, instruits hors du système scolaire, sont incapables, dans une proportion plus importante que les adultes qui ont été, durant l’enfance, scolarisés, de respecter un horaire, de faire le travail demandé, ou globalement d’avoir une vie libre et heureuse.

Voledia a écrit:
Et encore plus honnêtement...:
Quelle vision du monde du travail... c'est un peu attristant. De la part de quelqu'un qui dit qu'une expérience ne vaut rien, tu trouves pas que c'est un peu... disons comme une opinion bâtie sur une expérience personnelle ? Parce que j'ai vraiment cette impression en lisant.
Ce n’est pas moi qui ai argumenté sur le fait que les gamins qui ne vont pas à l’école auront des problèmes dans leur vie d’adulte, avec leur patron, leur pointeuse et leur taf. Perso, je ne limite pas la vie d’adulte à la vie professionnelle, et je ne limite pas la vie professionnelle au salariat dans une entreprise du tertiaire.

Du coup, non seulement je n’ai aucune raison de penser que seule l’école peut permettre d’intégrer ce modèle, mais en plus, je n’ai aucune raison de penser que si c’était le cas, ce serait un problème. Justement parce que ce modèle de vie n’est pas unique.

Voledia a écrit:C'est franchement restrictif la vie pro comme définition de la vie d'adulte...
C’est précisément ce que je dis.

Voledia a écrit: et si on y incluait le respect des autres (ce qui inclut la ponctualité et le respect des engagements), la politesse, en gros tout ce qui fait qu'on n'est pas encore tout à fait sous le coup de la loi de la jungle ?
Ça me paraît une erreur de croire soit que c'est inné, soit que les parents s'en occupent, et pour le reste je te renvoie à ce que je disais au-dessus.
Prouve-le. Prouve que les enfants qui ne sont pas allés à l’école n’acquièrent pas le respect des autres, la politesse, la civilisation, et surtout qu’ils l’acquièrent significativement moins que ceux qui sont allés à l’école.

Parce que c’est bien gentil, mais le « je ne peux pas imaginer que l’on puisse être un type bien et socialement adapté si on n’a pas été à l’école », dit comme ça, c’est un préjugé et c’est potentiellement injuste et blessant pour ceux qui sont concernés.

(et si l’unique argument, c’est « je connais un gars qui n’a pas été scolarisé, et c’est un sale type, marginal, dangereux et en plus, il a fini en prison… », je te répondrai volontiers que moi, je connais un gars qui a été scolarisé, et maintenant c’est un sale type, marginal, dangereux, et en plus il a fini en prison…)

_________________
pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!
avatar
Dimka
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Verdurette le Lun 19 Déc 2016 - 8:35

virgere a écrit:
PabloPE a écrit:
Verdurette a écrit:+ 1000

Au risque de prendre des tomates, regrouper les élèves par niveau et non par âge était la seule bonne chose de la réforme de 1995 instaurant les cycles ... et la seule qui n'a jamais été appliquée.
Aujourd'hui, plus que jamais on raisonne en terme d'âge à l'état civil , de la façon la plus psychorigide et contre-productive qui soit.
Je pense exactement l'inverse... c'est le jour où on a décidé que l'enfant avait jusqu'à la fin du CE1 pour apprendre à lire qu'on a commencé à se tirer une balle dans le pied. Parce que arrêtons de nous mentir, l'enfant qui ne sait pas lire à la fin du CP va bien galérer par la suite. Alors qu'en redoublant il pouvait partir sur des bases plus saines.
Regrouper par âge, ce n'est pas interdire le redoublement. Je suis d'accord avec Verdurette, en ce sens que les cycles, avec des moyens conséquents et suffisants, auraient permis que l'on s'intéresse au niveau de l'enfant : le tel aurait eu 5 ans, tel autre 6 ou 7, mais tous auraient eu un niveau à peu près équivalents en lecture et à ce titre auraient pu être regroupés dans une classe.
La fin du redoublement dont tu parles, c'est l'inverse : tu as 6 ans, donc tu vas en CP, que tu sois au niveau ou au-dessus ou au-dessous, c'est pareil. De la même manière que quand on accueille, chez nous, un allophone, on ne regarde que son âge. 14 ans ? Très bien, tu vas en 3e, peu importe que tu ne comprennes rien.

Voila, Pablo, je n'ai peut-être pas été claire, mais je suis entièrement d'accord sur le fait qu'il est nuisible de sortir du CP sans savoir lire. Avec la nouvelle répartition des cycles, on a même jusqu'en CE2 pour apprendre à lire, mais c'est parfaitement illusoire. Quand 95 % de la classe lit , de façon plus ou moins fluide et expressive, mais lit, on ne reprend plus les bases avec ces élèves là, ils sont de plus en plus noyés au fur et à mesure qu'ils passent à l'ancienneté.
L'idée est bien qu'on ait un niveau CP, où pourraient se trouver des élèves de 5 ans "avancés"  et ceux de 7 qui n'ont pas encore appris à lire.  Beaucoup d'allophones de 6 ans sont placés d'office en CP, or ils n'arrivent pas à gérer de front l'apprentissage de la langue et l'apprentissage de la lecture, l'année suivante on les balance en CE1 avec un retard qu'ils n'arriveront jamais à combler. Ce serait infiniment plus intelligent de les mettre en GS pour apprendre la langue sans pression, la phonologie etc ... et en CP l'année suivante , qu'est-ce qu'un an de retard s'il est productif ?

Je ne comprends pas l'acharnement des IEN à verrouiller ainsi les portes des classes.

Je ne sais pas introduire une autre citation, mais là je réponds à Hirondelle. Je pense que j'ai été très excessive dans mes propos et je te prie de m'en excuser.  Je pensais à certains parents qui gavent leurs enfants et en font des singes savants -ça existe- or ce n'est pas le cas, tu as bien fait d'expliquer.

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par neomath le Lun 19 Déc 2016 - 9:26

Verdurette a écrit:Je ne comprends pas l'acharnement des IEN à verrouiller ainsi les portes des classes.

C'est facile à comprendre, hélas. La fonction de l'EN est de gérer des flux d'élèves au plus bas coût. Point barre.
Tous les discours pédagos que tiennent nos dirigeants ne sont que l'habillage pour la galerie de cette nécessité gestionnaire.


_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron
avatar
neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Verdurette le Lun 19 Déc 2016 - 12:23

Sur un même groupe d'élèves, si on les répartit par niveaux au lieu de les répartir par âge, avec le même nombre d'enseignants, où est la différence sur le plan financier?
Mais depuis que j'enseigne, j'entends que le groupe de niveau, c'est le MAL.
Or , ça reste pourtant le meilleur moyen de faire monter un ensemble d'élèves ... lorsque je suis accaparée par des élèves à énormes problèmes, je fais un peu monter les bons qui ont de l'autonomie (pas assez), et presque pas les moyens.   Aïe aïe aïe

  IEN :fouet:Verdurette

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Zagara le Lun 19 Déc 2016 - 12:36

Mais les groupes de niveau CHA DICHCRIMINE ! Bouh !
D'ailleurs la connaissance ça discrimine : ceux qui n'en ont pas se sentent plus mal que ceux qui en ont ; ergo il faut supprimer tous les savoirs.

Le rêve des technocrates du MEN :

-> nous avons ici des sujets : parfaitement égaux dans la médiocrité, donc parfaitement heureux ; consuméristes donc producteurs de croissance ; divertis donc dociles.
Mais à part ça, l'école sert à "ouvrir l'esprit" et "aiguiser l'esprit critique", comme dit le mantra... Les jours où mon cynisme dépasse les limites de mes oreilles, je me dis plutôt que sa fonction sociale est la même que celle d'une bergerie : parquer, sociabiliser, normaliser.
avatar
Zagara
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Hirondelle78 le Lun 19 Déc 2016 - 12:50

Chère Verdurette,
Tu es tout excusée, j'aurais dû préciser tout cela d'emblée.
Je voudrais, pendant que j'y suis, préciser aussi un point.
Certains se sont demandé, à bon droit, si de tels enfants ont des activités avec des pairs, dans le cadre associatif, par exemple.

En fait, les familles dont les enfants ne vont pas en classe, entre 6 et 16 ans, font l'objet de deux séries d'enquête.

1) Une enquête pédagogique, au moins une fois par an, parfois plus. C'est le corps d'inspection de l'EN qui s'en charge. Il faut s'assurer que l'instruction donnée à l'enfant lui permet d'atteindre le socle commun et, plus précisément, les attendus de fin de cycle selon son âge.

2) Une enquête administrative effectuée par la mairie. Elle a lieu au moins tous les deux ans, souvent tous les ans. Il s'agit de s'assurer que la liberté des parents de ne pas mettre les enfants en classe garantit le bien-être de l'enfant. On doit donc rapporter la preuve que l'enfant fréquente régulièrement des structures où il est avec des pairs, sous la responsabilité d'autres adultes, hors la présence des parents.

Si l'un de ces contrôles est négatif, il y a saisine du Procureur, lequel peut placer l'enfant ou ordonner sa scolarisation en classe.

À titre personnel, et ma position peut se contester, je suis très favorable à ces contrôles et même à leur renforcement, pour autant qu'on soit honnête intellectuellement (on ne peut pas demander à un élève censé être au CP d'avoir un niveau CM 2.

Pourquoi suis-je favorable à ces contrôles ? Parce que les parents ne sont pas propriétaires de leurs enfants. Le seul critère est celui de l'intérêt supérieur de l'enfant. Ce n'est ni le confort des parents, ni l'intérêt de l'institution, qui doit primer.

Bien à vous

Hirondelle78
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Lun 19 Déc 2016 - 13:10

Et au niveau du relationnel avec tes enfants? Parce qu'évidemment, j'adore mon fils mais passer toutes nos journées ensemble avec en plus les contraintes scolaires, j'ose à peine imaginer ce que ça donnerait aussi bien pour lui que pour moi d'ailleurs...
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Elaïna le Lun 19 Déc 2016 - 13:29

roxanne a écrit:Et au niveau du relationnel avec tes enfants? Parce qu'évidemment, j'adore mon fils mais passer toutes nos journées ensemble avec en plus les contraintes scolaires, j'ose à peine imaginer ce que ça donnerait aussi bien pour lui que pour moi d'ailleurs...

même question parce que moi avec mes deux survoltés j'ai déjà du mal à gérer les vacances seule avec eux, donc bon j'imagine même pas l'école à la maison.

Après encore une fois personnellement et bizarrement c'est l'école maternelle et primaire que j'ai du mal à envisager à la maison. Le collège, cet endroit que j'ai si cordialement haï, me paraît plus dispensable.
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Leclochard le Lun 19 Déc 2016 - 15:50

Elaïna a écrit:
roxanne a écrit:Et au niveau du relationnel avec tes enfants? Parce qu'évidemment, j'adore mon fils mais passer toutes nos journées ensemble avec en plus les contraintes scolaires, j'ose à peine imaginer ce que ça donnerait aussi bien pour lui que pour moi d'ailleurs...

même question parce que moi avec mes deux survoltés j'ai déjà du mal à gérer les vacances seule avec eux, donc bon j'imagine même pas l'école à la maison.

Après encore une fois personnellement et bizarrement c'est l'école maternelle et primaire que j'ai du mal à envisager à la maison. Le collège, cet endroit que j'ai si cordialement haï, me paraît plus dispensable.

Pareil.
Mais je n'arrive pas à concevoir que quelqu'un soit capable de transmettre l'ensemble des connaissances du secondaire à la maison (même à l'aide de cahiers, de fiches, de videos etc etc..).
Je me demande si certains ne cherchent pas à contrôler tout ce qui touche à leurs enfants et s'imaginent les "préserver" en les isolant de l'école.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum